Navigation – Plan du site

AccueilNumeros29Hommage à Alain Hugon

Hommage à Alain Hugon

Jean-Baptiste Bonnard, François Rouquet et le comité de rédaction

À notre collègue et ami Alain Hugon,

Le comité de rédaction de Genre & Histoire a perdu le 23 juillet dernier Alain Hugon, emporté en trois mois par un cancer qui ne lui a laissé aucune chance. Alain, professeur d’histoire moderne à l’Université de Caen, était un chercheur et enseignant de valeur, aux mérites reconnus par tous et toutes que ce soit en France ou à l’étranger. Collègue et ami, généreux de son temps et de son talent avec les étudiant·es, les doctorant·es, les associations comme l’APHG (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie) dont il était président de la Régionale de Basse-Normandie qu’il animait activement et l’Association Mnémosyne qu’il avait rejointe à l’instigation de l’un d’entre nous et dans laquelle il s’est engagé avec enthousiasme.

Il entra en juillet 2012 au comité de rédaction de Genre & Histoire où il y assurait le suivi d’une bonne partie des articles d’histoire moderne soumis à la revue, tout en portant volontiers un œil de Candide sur ceux relevant d’autres périodes. Dans son numéro 12-13 la revue a publié un de ses articles « Groupes et réseaux féminins à la cour de Philippe IV d’Espagne (1621-1665) »1. Dernièrement, Alain avait participé à la coordination du numéro 28, paru à l’automne 2021 : « Divorcer ? Les séparations matrimoniales en Europe : Antiquité, période moderne, Révolution »2. Si l’histoire des femmes et du genre n’était pas au cœur de sa recherche, son intérêt pour ces questions s’est manifesté à plusieurs reprises : on lui doit notamment une contribution au livre dirigé par Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub, Femmes et pouvoir, les princesses en Europe3 ainsi que la préface de l’ouvrage collectif Réseaux de femmes, femmes de réseaux4. Il a encadré également les thèses de Charlotte Le Ridée, sur la prostitution à Caen au xviiie siècle et de Catherine Pagnier, sur les rapports entre noblesse et famille dans le Cotentin xviiie siècle.

  • 5 La grande migration. De l’Espagne à l’Amérique, 1492-1700, Paris, Vendémiaire, 2019.

Nous ne détaillons pas ici le curriculum vitae de notre ami, pour lequel nous renvoyons aux hommages publiés par l’AHMUF (Association des historiens modernistes des universités françaises) et l’APHG, mais évoquons plutôt sa personnalité. Il y a trois ans, Alain a publié La grande migration5, ouvrage de grande qualité qui a eu une excellente réception et dont voici la quatrième de couverture : « La grande migration, ce fut la première vague massive d’émigration de l’histoire de l’humanité. De 1492 à la fin du xviie siècle, plus d’un demi-million d’Espagnols ont traversé l’Atlantique pour partir à la découverte d’un Nouveau Monde, bravant tous les dangers de la mer au péril de leur vie. Accompli par de jeunes hommes en quête d’or et de gloire, qui brûlaient de propager le christianisme ou espéraient tout simplement une vie meilleure, cet exode prit une telle ampleur que la monarchie espagnole tenta à tout prix de le contrôler et de limiter les départs. Car sur le territoire d’origine, ce mouvement de population se traduisit, notamment, par la désorganisation de familles réduites à espérer un retour incertain. À travers l’étude des archives et des émouvantes correspondances entretenues entre les deux rives de l’océan, cette aventure hors du commun, qui façonna la société d’arrivée tout autant qu’elle bouleversa la société de départ, s’écrit entre inquiétude de l’avenir et rêve de fabuleuses fortunes, nostalgie de la patrie et volonté de bâtir un destin d’exception ». Étant un peu marin et ayant un voilier à convoyer de Saint Malo à Caen, l’un de nous lui proposa alors de compléter sa vision théorique de la navigation, celle de la grande migration, par un stage pratique sur une distance sans doute bien moindre, mais qui pouvait, à défaut de le couvrir d’or et de gloire (il ne s’agissait pas de propager le christianisme ni de se bâtir un destin d’exception), lui donner une idée plus précise de la navigation. Toujours curieux et bon compagnon, il est venu. Il a eu tort car le temps n’était pas favorable et il a dû le regretter du moins au début. Le vent était de face et fort, 25 nœuds de Nord-Est (force 6). Nous avons remonté le Cotentin au près serré, sous voilure réduite, le bateau gité, bref tout sauf des conditions pour faire apprécier la voile à un débutant, d’autant qu’il nous fallait franchir le Raz Blanchard de sinistre réputation, mais nous étions partis. On dit que le bateau révèle la vraie nature des hommes et des femmes. Courageux, Alain a fait face à la situation et, passé les premières heures d’inquiétude et d’adaptation, il a eu le courage de ne pas se laisser aller. Pas une plainte, pas un mot laissant entendre qu’il aurait peut-être pu débarquer avant d’arriver à Ouistreham (et il aurait très bien pu le faire), bref du courage, de l’intérêt pour un domaine inconnu, un excellent compagnon. Quand il a pu aller à l’intérieur, Alain s’est même beaucoup intéressé aux cartes marines car, contrairement à la plupart des historiens, il nourrissait un réel intérêt pour la géographie, ayant d’ailleurs un double cursus d’historien et de géographe. Quand nous sommes arrivés, après quatre jours dont le dernier dans la brume, au point que nous n’avons aperçu la Normandie qu’un quart d’heure avant d’atteindre Ouistreham, Alain était heureux d’avoir été à la hauteur de l’épreuve. Il avait gagné son premier galon de matelot.

Nous perdons un collègue, mais surtout un ami. Salut à toi matelot Hugon. Tu poursuis ta grande migration et tu nous laisses bien seul·es.

Notes

1 https://journals.openedition.org/genrehistoire/1842

2 https://journals.openedition.org/genrehistoire/6446

3 « Mariages dynastiques et sentiments familiaux. Pratique familiale et politique matrimoniale chez les Habsbourg d’Espagne aux xvie et xviiie siècles » in Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub (dir.), Femmes et pouvoir, les princesses en Europe, Paris, Bréal, 2007, p. 80-100.

4 Réseaux de femmes, femmes de réseaux (xvie-xxie siècle) in Carole Carribon, Dephine Dusssert, Bernard Lachaise et Dominque Picco (dir.), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2018.

5 La grande migration. De l’Espagne à l’Amérique, 1492-1700, Paris, Vendémiaire, 2019.

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search