Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30Articles« Immoral persons » : genre et re...

Articles

« Immoral persons » : genre et respectabilité dans les traversées transatlantiques depuis Brême et Hambourg au début du xxe siècle

“Immoral persons”: Gender and Respectability in Transatlantic Crossings from Bremen and Hamburg at the Beginning of the 20th Century
Sarah Marciano

Résumés

Le présent article illustre, grâce à une étude de cas, les conséquences sur les individus des politiques migratoires aux États-Unis au début du XXe siècle, en prenant pour exemples des traversées transatlantiques de femmes originaires de l’Empire allemand. À partir d’exemples inédits et sélectionnés, issus de correspondances diplomatiques avec les consuls américains stationnés en Allemagne, il se propose de montrer sur quelles bases étaient décidées les procédures d’expulsion à l’encontre des femmes allemandes « immorales », et parfois d’hommes accusés de les avoir emmenées aux États-Unis « à des fins immorales ». En effet, les femmes soupçonnées de prostitution ou de toute autre déviance morale étaient expulsées à leur arrivée sur le sol américain ou parfois même après une résidence prolongée aux États-Unis, en vertu des lois successives sur l’immigration votées par le Congrès dès 1903. Il s’agit ainsi de révéler les enjeux socio-économiques et politiques sous-tendant les procédures d’expulsions de femmes au tournant du XXe siècle, de saisir les conséquences de ces politiques à petite et à grande échelle et de souligner le caractère genré des lois déterminant l’accès à la citoyenneté.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Migration, moralité et nation

  • 1 Aristide Zolberg, A Nation by Design: Immigration Policy in the Fashioning of America, Cambridge et (...)
  • 2 Amy L. Fairchild, Science at the Borders: Immigrant Medical Inspection and the Shaping of the Moder (...)

1En 1891, au terme de près d’un siècle de « migrations de masse », les États-Unis établissent un système de contrôles médicaux rigoureux dans les centres d’« accueil » comme Ellis Island ainsi qu’aux ports de départ, frontières extériorisées où se pratique ce que l’historien Aristide Zolberg a nommé le « contrôle à distance » (remote control)1 de l’immigration. Alertées entre autres par la propagation de maladies contagieuses et en vertu des nouvelles connaissances bactériologiques, les autorités en place aux frontières procèdent à une inspection médicale minutieuse des migrant·es. Les enjeux de cette progressive médicalisation des frontières sont en réalité multiples car derrière ces mesures prophylactiques au nom de l’hygiène et de la santé de la nation se dissimule une préoccupation grandissante pour sa composition : les nouveaux et nouvelles arrivant·es doivent également remplir des critères de désirabilité moraux, sociaux et économiques2. À la fin du xixe siècle, les États-Unis commencent également à les classer en différentes origines ou « races ».

  • 3 Torrie Hester, Deportation: The Origins of U.S. Policy, Philadelphie, University of Pennsylvania Pr (...)
  • 4 Voir par exemple Christiane Harzig (éd.), Peasant Maids, City Women: From the European Countryside (...)
  • 5 Eithne Luibhéid, Entry Denied: Controlling Sexuality at the Border, Minneapolis, University of Minn (...)
  • 6 Elisa Camiscioli, « La “traite des femmes”, une histoire de migrations (France-Cuba, début du xxe s (...)
  • 7 Nancy L. Green, « Quatre âges des études migratoires », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], n (...)
  • 8 Grace Peña Delgado, « Border Control and Sexual Policing: White Slavery and Prostitution along the (...)

2Dans ce contexte, la mobilité des femmes est fortement surveillée. Le vote de la loi Page (Page Law) en 1875, destinée à réduire l’immigration de femmes chinoises soupçonnées de venir aux États-Unis à des fins de prostitution, témoigne de l’angoisse de l’ère progressiste autour de l’arrivée de population, asiatique d’abord, puis européenne avec le passage de lois destinées à endiguer une supposée « traite des blanches » (white slavery) au tournant du xxe siècle. C’est précisément ce raccourci idéologique entre immigration et décadence morale que le présent article se propose d’explorer en analysant des exemples de mobilités de femmes issues d’Europe et en particulier d’Allemagne, en quête de liberté et expulsées (deported) des États-Unis au motif qu’elles sont « immorales », un terme protéiforme regroupant la prostitution ou tout ce qui peut être perçu par les autorités comme une forme de déviance, morale ou sexuelle, motif d’exclusion courant et difficilement contestable3. Une telle approche implique de se pencher sur l’histoire de la vie privée et la façon dont celle-ci est alors régie et prescrite par les autorités. Plusieurs études sont consacrées aux migrations féminines depuis l’Allemagne à la fin du xixe siècle4, et en particulier à la question de l’emploi et du mariage, mais elles n’envisagent pas les mobilités féminines depuis l’Allemagne à travers le prisme des politiques migratoires. Par ailleurs, le présent travail est bâti sur les travaux de plusieurs chercheuses qui se sont déjà penchées sur les mobilités et les politiques migratoires à travers une approche intersectionnelle ainsi que sur les différentes frontières états-uniennes5. Une récente contribution d’Elisa Camiscioli a mis en avant le caractère volontaire des migrations féminines transatlantiques (France-Cuba), allant à l’encontre de la représentation des femmes seules comme victimes de trafiquants et contraintes de migrer6. Ainsi, le présent travail s’inscrit dans une historiographie qui étudie les rapports entre l’intime et la mobilité des femmes au tournant du xxe siècle, témoignant d’un intérêt renouvelé pour le genre comme catégorie d’analyse dans la recherche sur les migrations7. Enfin, il s’insère également dans une recherche qui étudie les frontières comme lieu de contrôle de l’intime et l’action des agents de l’État aux frontières (extériorisées) des États-Unis8. L’objectif est de montrer dans quelle mesure les autorités ont défini l’accès à la citoyenneté de manière genrée en convoquant des cas singuliers qui n’ont pas encore, à notre connaissance, été exploités.

  • 9 Ruth Rosen estime que la lutte contre la prostitution était particulièrement active entre 1911 et 1 (...)
  • 10 Dorothee Schneider, « Les États-Unis et l’émigration européenne : enquêtes à l’époque de la politiq (...)
  • 11 Agnès Walch, Histoire de l’adultère, xvie-xixe siècle, Paris, Perrin, 2009, p. 11.

3Les sources mobilisées pour le présent article proviennent des archives du Département d’État qui regroupent les correspondances diplomatiques, et plus particulièrement celles concernant l’immigration de 1910 à 1939. Celles-ci sont regroupées de manière chronologique : les cas évoqués ici sont tous datés du début du xxe siècle. Ce choix s’explique également par l’importance croissante que prend la lutte contre la prostitution et une supposée « traite des blanches » à ce moment-là9. Plus généralement, c’est une lutte contre les relations et sexualités illicites qui est engagée par les autorités. Une étude quantitative plus large est nécessaire pour déterminer le nombre exact de femmes allemandes concernées par ces procédures. Néanmoins, il est certain que ces cas sont minoritaires au vu du faible pourcentage d’expulsions de migrant·es en provenance d’Europe10 et en particulier d’Europe du Nord, favorisées durant cette période. L’étude qualitative suivante ne s’appuie donc que sur un nombre de cas restreints. Pour reprendre les mots de l’historienne Agnès Walch dans son étude sur l’adultère, « ce ne sont que des cas parmi tant d’autres demeurés inconnus ; ils portent le poids de leur singularité, mais ils sont aussi exemplaires11 ». Ils sont vus à travers un prisme unique, celui des autorités en charge du contrôle de l’immigration, mais les correspondances contiennent parfois des missives personnelles fournies aux autorités qui renseignent sur les raisons du départ.

  • 12 Ibid., p. 11.

4Dans un premier temps, cet article donnera un aperçu sommaire des conditions dans lesquelles ont émergé les clauses sur les femmes soupçonnées d’immoralité au tournant du siècle. Nous verrons néanmoins que des stratégies existaient pour les contourner, comme le fait de feindre la conjugalité12. Enfin, nous mettrons à l’honneur des cas de « désertions » dénoncées aux autorités par l’époux resté en Allemagne ou une tierce personne, cas qui témoignent d’une volonté de certaines femmes d’échapper à la tutelle économique et morale imposée, mais également du pouvoir de la délation qui permet souvent aux autorités de détecter ces femmes « immorales » et de mettre en place un système de contrôle et d’expulsion transnational.

Contrôler la mobilité féminine

  • 13 Les raisons de ces changements dans les politiques migratoires états-uniennes sont multiples et com (...)
  • 14 Ariela R. Dubler, « Immoral Purposes: Marriage and the Genus of Illicit Sex », The Yale Law Journal(...)
  • 15 Dorothee Schneider, « Les États-Unis et l’émigration européenne », op. cit., p. 231.

5Les mesures destinées à combattre la prostitution ainsi qu’une supposée « traite des blanches » sont indissociables du contexte plus large de restrictions migratoires aux États-Unis. En vertu des nouvelles connaissances bactériologiques mais surtout en raison de l’influence d’un discours nativiste présentant l’immigration incontrôlée comme un problème majeur13, le Congrès vote des lois dès 1875 afin de restreindre, dans un premier temps, l’immigration d’Asie. En 1903, la gestion de l’immigration est transférée au Département du Commerce et du Travail (Department of Commerce and Labor), dont nous analyserons certaines correspondances. De nombreux critères de rejet s’ajoutent à une liste déjà longue et il devient désormais possible d’exclure les prostituées, proxénètes ou toute personne ayant amené une femme aux États-Unis à des fins de prostitution. Une loi de 1907 allonge un peu plus la liste et prévoit l’exclusion des prostituées, proxénètes et toute femme venant aux États-Unis à des « fins immorales » (for immoral purposes), ainsi que la possibilité de les expulser rétroactivement jusqu’à trois ans après leur arrivée sur le territoire américain. Le cas de John Bitty, soupçonné d’être venu aux États-Unis avec sa « concubine » Violet Sterling, rend les termes « à des fins immorales » polysémiques : la Cour suprême considère que la prostitution et le concubinage sont analogues et ces deux éléments, vus comme des entorses à la moralité, sont sanctionnés par la même loi14. Cet élargissement du sens de la catégorie d’« immoralité », qui ne recouvre pas seulement une suspicion de prostitution ou de proxénétisme, permet aux autorités d’expulser des individus dont les relations ou la sexualité sont considérées comme une menace vis-à-vis du mariage et de l’unité familiale. Les consuls américains stationnés à l’étranger jouent à cet égard un rôle important : malgré la mainmise des compagnies maritimes sur le contrôle de l’émigration, ils ont le devoir de repérer ces individus et peuvent envoyer un télégramme à Ellis Island pour prévenir les inspecteurs de la venue d’une femme « immorale » (prostitution, adultère), déclenchant ainsi une procédure d’inspection et parfois d’expulsion à l’arrivée15.

  • 16 Mark Thomas Connelly, The Response to Prostitution in the Progressive Era, Chapel Hill, University (...)
  • 17 La Woman’s Christian Temperance Union a par exemple contribué à faire entrer les termes de « traite (...)
  • 18 Connelly, The Response to Prostitution, op. cit., p. 82.
  • 19 Judith R. Walkowitz, « The Politics of Prostitution », Signs, vol. 6, n 1, 1980, p. 123-135.
  • 20 Judith Große, « Der Kampf gegen Prostitution: Zwischen Sittlichkeitsreform, Feminismus und Medizin, (...)
  • 21 Heidi Rimke et Alan Hunt, « From Sinners to Degenerates: the Medicalization of Morality in the 19th (...)
  • 22 Je traduis librement. Alice Bonzom, « Female Offenders at the Confluence of Medical and Penal Disco (...)

6Ces lois et le contrôle transnational de la mobilité féminine sont en réalité l’aboutissement de tentatives d’endiguement de la prostitution sur un temps long. Dès la fin du xixe siècle, l’immigration est accusée de favoriser l’émergence de ce « vice », notamment dans les grands centres urbains, lui conférant ainsi plus de visibilité. Plus généralement, c’est en raison de l’industrialisation et de l’évolution de la place des femmes américaines dans la société, qui délaissent petit à petit l’économie domestique pour des activités salariées en ville, que cette crainte prend de l’ampleur. La participation des femmes à la société, leur visibilité dans l’espace public, leur plus grande mobilité géographique, l’avènement du mouvement suffragiste ou encore l’augmentation du taux de divorces et la baisse des naissances, sont autant de facteurs qui effraient les autorités16. L’industrialisation est accusée de favoriser la concentration des femmes dans les grandes villes et de les pervertir. Les pratiques sociales propres aux grandes villes sont également mises en cause. C’est dans ce contexte qu’une véritable « croisade » est engagée durant l’ère progressiste contre ce « mal social » (social evil) que représente la prostitution, lutte qui est entre autres l’apanage des groupes philanthropiques féminins17, dont certains affirment une position abolitionniste, récusant la réglementation de la prostitution et les contrôles médicaux18 et combattant le double standard moral en faveur des hommes. L’historienne Judith R. Walkowitz fait remarquer que ces femmes sont souvent issues des classes moyennes. Ainsi, elles tentent d’imposer leur idéologie morale qui insiste sur les vertus domestiques, reflétant une division non seulement genrée sur le sujet de la prostitution mais également de classe19. Par ailleurs, celles se livrant à la prostitution sont parfois diagnostiquées comme étant « faibles d’esprit » (feeble-minded) dès les années 1910, une qualification plus volontiers attribuée aux femmes issues du prolétariat20. La pathologisation de ces femmes permet donc de légitimer les efforts pour renforcer les rôles de genre et ainsi maintenir la femme dans son rôle de mère et d’épouse21. Pour reprendre les mots de l’angliciste Alice Bonzom, les femmes se retrouvent ainsi au tournant du siècle « à la confluence des discours psychiatrique, eugéniste, médical et anthropologique22 ».

  • 23 Voir à ce sujet le constat de Jo Doezema, « Loose Women or Lost Women? The Re-emergence of the Myth (...)
  • 24 Ruth Rosen, The Lost Sisterhood, op. cit. ; Mark Thomas Connelly, The Response to Prostitution, op. (...)
  • 25 Voir Eithne Luibhéid, Entry Denied, op. cit., p. 13. Elle cite un essai antisémite de 1909 intitulé (...)
  • 26 National Archives and Records Administration (NARA), RG 59 General Records of the Department of Sta (...)
  • 27 Actuellement Liepāja en Lettonie.

7C’est dans ce sillage qu’est passé en 1910 le « Mann Act » ou « White Slave Traffic Act », nommé ainsi en référence à James R. Mann, représentant de l’Illinois, et destiné à empêcher une « traite » interétatique de femmes au sein des États-Unis et au-delà des frontières. Il est voté suite à des négociations internationales pour empêcher la « traite des blanches » dès 1904, un titre alarmiste qui établit un parallèle entre une supposée exploitation des femmes blanches et l’esclavage23. Bien que la prostitution ait bel et bien existé, la peur de la « traite des blanches » est, selon de nombreuses études, en grande partie infondée et reflète davantage une panique morale et l’existence d’angoisses liées aux changements sociaux au début du xxe siècle24. La supposée « traite » de femmes « blanches » par des proxénètes (procurers) étrangers, accusés d’être fortement impliqués dans un réseau international de prostitution, repose par ailleurs sur des stéréotypes : les étrangers d’Europe (de l’Est) ou juifs, par exemple, sont accusés de contribuer à ce réseau transnational25. Plusieurs documents des archives diplomatiques témoignent des efforts pour lutter contre un « trafic » de femmes dirigé par des hommes étrangers. Une lettre de l’ambassade allemande aux États-Unis (Kaiserliche Deutsche Botschaft) du 30 janvier 191226 en atteste : elle évoque un certain Jakob Sunde, né à Libau en Lettonie27, soupçonné de s’inscrire dans un réseau international de « trafic de jeunes filles » (Mädchenhandel) de Lettonie. Il aurait résidé à Boston et est impossible à localiser. La lettre explique ainsi que cet homme polyglotte séduit ces femmes dans la rue ou bien par le biais d’annonces dans les journaux et leur promet ensuite de les épouser. Les recherches au sein de la communauté lettonne de la ville de Boston se révèlent finalement infructueuses.

  • 28 Traffic in Souls (George Loane Tucker, Universal, 1913), par exemple, est un film particulièrement (...)
  • 29 Gabriele Dietze, Weiße Frauen in Bewegung, Genealogien und Konkurrenzen von Race – und Genderpoliti (...)
  • 30 Ruth Rosen, The Lost Sisterhood, op. cit., p. 133.

8Les femmes « blanches » sont ainsi vues comme des victimes qu’il convient de sauver de cette mainmise étrangère et du dévoiement. Les mélodrames sensationnalistes de l’époque et les films mettant en scène une femme innocente enlevée et forcée à se prostituer par un homme souvent représenté comme un immigré, puis sauvée de sa captivité, abondent28. Au-delà du divertissement que ces œuvres cinématographiques et ces « romans de séduction et sauvetage29 » procurent, ils reflètent l’existence de théories conspirationnistes ainsi qu’un refus de reconnaître que ces femmes puissent avoir des relations hors mariage sans coercition ou se livrer à la prostitution de leur plein gré30, éludant ainsi les raisons socio-économiques complexes qui peuvent mener à cette voie.

Feindre le mariage pour traverser l’Atlantique

  • 31 NARA, RG 59 General Records of the Department of State – Visa Division – Correspondence Regarding I (...)

9Dans ce contexte de « panique morale », les expulsions (deportations) des États-Unis sanctionnant ce genre de comportements « immoraux » sont alors courantes et difficiles à contester ; c’est pourquoi des subterfuges sont mis en place pour contourner la législation, comme le fait de feindre le mariage, ainsi qu’en témoigne une lettre datée du 25 février 191131 du Département du Commerce et du Travail : Ernest R. Henck, un citoyen américain, est accusé d’avoir enfreint la loi sur l’immigration de 1907 et son amendement de 1910, en ayant emmené aux États-Unis, « à des fins immorales », une femme étrangère du nom de Franziska Mierau, originaire de Dantzig, dont le père est propriétaire d’un magasin de bijoux. Henck est condamné à ce titre par le Grand jury fédéral à Galveston au Texas. Il serait arrivé à New York le 13 septembre 1909 après un voyage à bord du navire Prinz Friedrich Wilhelm, accompagné de Franziska Mierau qu’il aurait fait passer pour sa femme. Il semblerait que les deux aient été ensemble à Dantzig durant l’été 1909. Le Département demande en conséquence des informations sur ces deux individus afin de les arrêter. L’interrogatoire, qui comprend en tout une dizaine de questions et qui a été mené par le consul assisté de la police de Dantzig, inclut les questions suivantes : Franziska est-elle célibataire ou mariée ? Que dit-elle à ce sujet ? Était-elle effectivement avec Henck à Dantzig ? Quel nom a-t-il donné au moment du passage ? Henck est-il réellement son mari ? Sinon, quelle relation ont-ils déclarée ? Des photos de Henck et de Franziska Mierau fournies par leurs proches sont également requises. Une lettre du consul américain de Stettin, en Prusse, adressée au secrétaire d’État, confirme qu’elle est bien partie de Brême à bord du navire Prinz Friedrich Wilhelm le 4 septembre 1909 en compagnie de Henck. L’enquête atteste que Henck « prétend » être son mari et que la sœur de Franziska, Marie, âgée de 15 ans et amenée à Galveston par une certaine Mme Zucher, ne peut rester aux États-Unis du fait de son âge (en-dessous de 16 ans). Franziska est finalement expulsée, ce qu’elle cache à sa famille : elle déclare rentrer pour accompagner sa sœur Marie. Bien que ces informations soient fragmentaires, rien ne permet de confirmer que Franziska Mierau ait été amenée à des fins de prostitution, soulignant un usage a priori étendu de cette clause : d’après les éléments de l’analyse, il semblerait que ce soit la nature de sa relation avec Henck qui soit suspecte, car aucun élément ne permet de connaître le motif de son départ. Par ailleurs, Henck ayant été naturalisé américain est protégé par son statut politique ; seule Franziska est officiellement expulsée.

  • 32 NARA, RG 59 General Records of the Department of State – Visa Division – Correspondence Regarding I (...)
  • 33 Ariela R. Dubler, « Immoral Purposes », art. cit., p. 765.
  • 34 Voir Deirdre Moloney, National Insecurities, op. cit.

10Un cas similaire souligne le caractère récurrent de ce genre de procédures d’expulsion, pour un motif toutefois différent : Henry Horstmann arrive à New York en juillet 1912, accompagné d’une veuve, Johanna Maria Dorothea Franck, qui n’est pas son épouse légitime, en feignant la conjugalité32. Son épouse est quant à elle restée à Hambourg, bien que les deux se soient unis à Lowden dans l’Iowa. Cette dernière a prévenu les autorités de cette escapade et a fourni une photographie de leur mariage au consul américain de Hambourg, permettant d’attester qu’ils sont bien mariés et d’identifier son mari qui l’a « laissée sans ressources à Hambourg, bien qu’il soit parfaitement capable de subvenir à ses besoins ». Horstmann étant désormais citoyen américain, seule Johanna Franck est finalement expulsée à bord du navire Amerika le 15 juillet sur une décision de la commission d’enquête spéciale (Board of Special Inquiry), car elle ne dispose pas de suffisamment de moyens et a avoué avoir entretenu des « relations immorales » avec Horstmann. Ce dernier n’est pas inquiété par l’expulsion dans la mesure où son statut de citoyen américain le protège. Il est écrit que « M. Horstmann » a été « libéré sur le quai car il est citoyen américain ». La différence dans les formalités est également révélatrice de ce traitement inégalitaire : la lettre évoque « M. Horstmann » mais désigne Johanna Franck par « la femme » (the woman), un choix qui n’est pas anodin et qui reflète la disparité dans le traitement réservé par les autorités aux hommes et aux femmes « immorales ». Cet exemple illustre une fois de plus le caractère instrumental du mariage dans le cadre des traversées transatlantiques, permettant ainsi d’échapper à l’expulsion33. Par ailleurs, l’expulsion de Johanna Franck est renforcée par un motif économique. Les autorités craignaient en effet que des femmes sans ressources se livrent à la prostitution ou qu’elles deviennent dépendantes d’aides publiques, ce qui explique que celles-ci aient souvent invoqué la clause « LCP » (likely to become a public charge) pour exclure des femmes, un motif par ailleurs plus aisé à justifier que la prostitution34.

  • 35 NARA, RG 59 General Records of the Department of State – Visa Division – Correspondence Regarding I (...)
  • 36 Des termes juridiques quelque peu vagues définis en 1891 qui recoupent des offenses de gravité vari (...)

11Par ailleurs, les hommes non-citoyens risquaient également l’expulsion en vertu des lois sur l’immoralité, comme en témoigne le cas de Leopold Salomon. En 1912, Robert P. Skinner, consul stationné à Hambourg, et le Département du Commerce et du Travail tentent d’empêcher la venue aux États-Unis d’un homme qui aurait abandonné sa femme légitime en Allemagne – de laquelle il se serait séparé quatre ans auparavant –, ainsi que d’une femme avec laquelle il aurait voyagé à bord du navire Pennsylvania, Margarethe Heidorn, une couturière née à Altona en 188335. Cet homme est par ailleurs soupçonné d’avoir fait faillite et de vouloir échapper à ses créanciers. Il aurait subtilisé 20 000 marks, aidé de Heidorn, qui est donc accusée d’être sa complice. Le juge Gerhard Konow de Hambourg souhaite que ces deux individus soient expulsés. Une lettre du consul de Hambourg au secrétaire d’État du 26 février 1912 recommande un examen attentif de ces individus à leur arrivée sur le sol américain, et demande leur expulsion en vertu de la section 3 de la loi sur l’immigration de 1907 qui interdit l’introduction de femmes étrangères « à des fins immorales ». L’enquête conclut que Salomon a effectivement abandonné sa femme, Emma Maria Salomon, qui fournit un certificat de mariage au consul datant du 19 mars 1908 et attestant que celui-ci a eu lieu à Brunswick. L’expulsion de Leopold Salomon et Margarethe Heidorn est ordonnée par la Commission de l’Immigration, comme le confirme une lettre du 5 mars 1912 à l’attention du consul de Hambourg : « […] L’homme ayant commis un crime de turpitude morale et ayant amené une femme à des fins immorales, et la femme étant venue ici à des fins immorales. » L’expulsion de ces deux individus a été rendue possible grâce à un système de régulation à distance incarné par le consul, personnage crucial dans l’appareil bureaucratique de restriction. Ce que cet exemple illustre une fois de plus est la polysémie des termes juridiques « à des fins immorales » : Heidorn est exclue et expulsée sur la base de la loi votée en 1907, néanmoins rien ne permet d’affirmer qu’elle se soit rendue aux États-Unis pour y exercer la prostitution ou qu’il y ait eu coercition de la part de Salomon. C’est davantage leur comportement « immoral » qui est mis en cause ici : Heidorn est vraisemblablement l’amante de Salomon et ce dernier est accusé d’avoir abandonné sa femme légitime (desertion) et de s’être enfui avec une autre femme qu’il fait passer pour son épouse, ainsi que d’avoir subtilisé de l’argent, ou, en d’autres termes, d’avoir commis un « crime de turpitude morale36 ». Cet exemple illustre également la possibilité pour l’époux ou l’épouse resté·e en Allemagne de signaler une désertion aux autorités, une procédure censée « protéger » les femmes mais qui permet en réalité de renvoyer les individus et ainsi maintenir le noyau familial intact.

  • 37 Anna. R. Igra, « Likely to Become a Public Charge: Deserted Women and the Family Law of the Poor in (...)
  • 38 Voir Jessica R. Pliley, Policing Sexuality: The Mann Act and the Making of the FBI, Cambridge, Harv (...)

12Ce sont donc davantage une relation illicite et une transgression des lois matrimoniales qui sont ici mises en cause et sanctionnées par les autorités dans ces deux derniers cas, une sanction rendue possible en 1907 comme évoqué plus haut. Bien que l’affaire Salomon/Heidorn montre que les hommes non-citoyens aussi pouvaient être expulsés pour protéger les femmes de la désertion37 (bien qu’on lui impute également un vol), les expulsions de Franziska Mierau et de Johanna Franck soulignent néanmoins la dimension genrée des lois sur la citoyenneté, dans la mesure où les citoyens reconnus coupables de relations illégitimes sont généralement peu inquiétés après leur inspection, contrairement aux femmes allemandes et donc étrangères les accompagnant, jugées peu respectables. Comme l’écrit l’historienne Jessica R. Pliley, un homme peut alors « traverser la respectabilité et le vice sans risque pour sa réputation personnelle, sa classe sociale ou son statut de citoyen38 ».

Échapper à la tutelle économique et morale

  • 39 NARA, RG 59 General Records of the Department of State – Visa Division – Correspondence Regarding I (...)

13Néanmoins, si feindre le mariage constitue une ruse plus ou moins efficace pour quitter le foyer légitime, certaines femmes décident de traverser l’Atlantique seules, se rendant ainsi particulièrement vulnérables aux procédures d’expulsion. En témoigne une lettre de janvier 1912 : Wilhelm Kahlow, un fabricant du quartier de Reudnitz à Leipzig et résidant à Brême, saisit les autorités pour demander à ce que sa femme, Emma Kahlow, également Saxonne et résidant à Brême, soit expulsée en vertu de la section 3 de la loi sur l’immigration de 1907, « pour le bien des enfants », précise-t-il39. Il fournit alors une copie de leur certificat de mariage et affirme qu’Emma s’est procuré deux tickets, l’un pour elle et l’autre pour sa fille Emmy et qu’elle est partie de Hambourg le 10 décembre à bord du President Grant. Wilhelm Kahlow a appris son départ « grâce » à une lettre d’amour d’Henry Stentzel, employé du garage « North Shore » à Chicago, adressée à sa femme et accidentellement réceptionnée par l’époux, qui mentionne par ailleurs les mauvais traitements que ce dernier lui aurait infligés. Kahlow affirme que Stentzel rendait visite à sa femme à Chicago lorsque le premier y travaillait comme employé de l’« American Trunk and Case Company », et c’est pour cette raison que le couple est rentré en Allemagne : il souhaitait empêcher tout « problème d’ordre domestique ». Dans une lettre très intime remise aux autorités, Stentzel enjoint Emma de le rejoindre à Chicago en passant par Philadelphie ou Boston, et de dire aux autorités qu’elle souhaite lui rendre visite pour deux ou trois mois pour éviter tout problème. En voici un extrait :

  • 40 Diminutif affectueux pour Emma.
  • 41 Je traduis librement la lettre de Henry Stentzel.

« Ma chère et tendre Emmy40,
J’ai reçu ta lettre, si chère à mes yeux, il y a une demi-heure, et je l’ai beaucoup appréciée. Je pensais que tu viendrais avec Emmy cette semaine. Ma chère Emmy, j’aimerais tant que nous puissions célébrer Noël ensemble à Chicago. Ce serait pour moi le plus beau cadeau de ma vie. Chère Emmy, tu me demandes si ton mari peut te causer des problèmes. Non ! Cela n’arrivera pas. Il t’a trop mal traitée. J’ai tout subi avec toi41 ».

14Dans sa lettre, Stentzel évoque une carte avec son nom qu’elle est censée utiliser pour se rendre à Chicago. Il dit l’avoir écrite en allemand pour ne pas éveiller les soupçons et se réjouit de leur réunion à Noël qui n’aura, comme le suggèrent les archives, pas lieu.

  • 42 NARA, RG 59 General Records of the Department of State – Visa Division – Correspondence Regarding I (...)
  • 43 Paul-André Rosental, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers (...)
  • 44 Deirdre Moloney, National Insecurities, op. cit., p. 32.
  • 45 Martha Gardner, The Qualities of a Citizen: Women, Immigration, and Citizenship, 1870-1965, Princet (...)

15C’est également en raison d’une dénonciation aux autorités que Margarethe Macher est expulsée en septembre 191342. Une lettre du consulat allemand de San Francisco (Kaiserliche Deutsche Botschaft) datant du 14 septembre explique pourtant la situation particulière de cette femme et tente d’intercéder en sa faveur en faisant appel de cette décision. Elle serait arrivée aux États-Unis par l’intermédiaire d’une certaine Mme Schmerber vivant à San José, qui l’aurait convaincue de venir accompagnée de ses deux enfants et de faire de fausses déclarations – notamment sur ses revenus et sur la localisation de son mari, resté à Francfort-sur-le-Main et non à San José, comme indiqué aux autorités –, puis dénoncée aux autorités par « jalousie maladive ». Avant son expulsion, Margarethe Macher aurait trouvé un emploi sans trop de difficulté, ce qui lui aurait permis d’économiser de l’argent afin de payer un billet à son mari et de subvenir aux besoins de ses enfants. Toutefois, les autorités américaines prévoient de l’expulser car elle dispose de ressources insuffisantes. Malgré cette pétition, le Département du Travail déclare que cette femme est immorale (des preuves de son immoralité, avec dates et lieux à l’appui, ont été avancées), puis ordonne son expulsion. Les informations fournies par le consulat, qui prouvent sa bonne foi, contredisent les chefs d’accusation avancés par les services en charge de l’immigration. Selon le consulat, c’est parce qu’elle aurait fourni de fausses informations qu’elle est sur le point d’être expulsée, tandis que le commissaire à l’Immigration (Commissioner of Immigration) de San Francisco a transmis des preuves aux autorités selon lesquelles Margarethe Macher est une « personne immorale », un motif d’exclusion visiblement difficile à contester, même avec l’appui du consulat allemand. Selon ce dernier, c’est la crainte que Margarethe devienne une charge pour l’État et qu’elle ne s’intègre pas « dans le système productif », qui prime et qui l’a rendue « juridiquement expulsable43 », pour reprendre les mots de Paul-André Rosental : le consulat évoque la crainte des autorités que Macher ne devienne une « charge pour l’État » (zur Last fallen könnte)44. Les cas invoqués pour exclure Margarethe Macher sont donc les mêmes que ceux invoqués dans l’affaire Horstmann/Franck, ce qui suggère un recours fréquent à la clause sur les ressources financières (likely to become a public charge), ainsi que l’utilisation de motifs cumulatifs pour exclure les femmes ne se conformant pas aux impératifs moraux du tournant du siècle. Les femmes « immorales » étaient davantage susceptibles d’être indigentes aux yeux des autorités, ce qui explique l’accumulation de motifs moraux et économiques pour les exclure. La pauvreté est alors, comme l’écrit Martha Gardner, « une maladie genrée45 ».

  • 46 Ibid. p. 24. Voir également Priscilla Yamin, « The Search for Marital Order: Civic Membership and t (...)
  • 47 Eithne Luibhéid, Entry Denied, op. cit., p. 19 (introduction). Je traduis librement.
  • 48 Deirdre Moloney, National Insecurities, op. cit., p. 32.

16Malgré le caractère fragmentaire de ces archives et le silence de ces femmes qui est dû au prisme adopté ici, les exemples ci-dessus permettent de tirer plusieurs conclusions : premièrement, ils illustrent l’existence d’une crainte que des femmes étrangères n’altèrent les fondements moraux de la nation avec un comportement déviant. Les autorités craignent que ces femmes « immorales », allant à l’encontre des idéaux de domesticité, aient accès à la citoyenneté américaine à travers la naturalisation46, ce qui était possible en épousant un homme citoyen. Celles qui ne se conforment pas à « l’impératif hétérosexuel », comme l’écrit la chercheuse Eithne Luibhéid, « apparaissent comme des figures particulièrement menaçantes pour la nation et doivent être disciplinées47 » : le contrôle de l’intime a donc un rôle avant tout politique. Nous avons également vu que les hommes naturalisés ne sont pas inquiétés par ces procédures d’expulsion, contrairement aux femmes reconnues coupables, qui sont renvoyées en Allemagne : l’intransigeance des autorités à leur égard révèle ainsi la dimension résolument genrée des lois d’admission et de citoyenneté. Par ailleurs, les clauses invoquées par les autorités pour justifier une expulsion reposent, comme nous l’avons vu, sur une acception évolutive et contingente du terme juridique d’« immoralité », souvent renforcée par le motif de la dépendance économique (LPC), comme l’a montré Deirdre Moloney48, reflétant la combinaison de critères à la fois socio-économiques et moraux pour exclure ces femmes.

  • 49 Une expression que j’emprunte à Mirjana Morokvasic, « L’(in)visibilité continue », Cahiers du Genre(...)
  • 50 Jessica R.  Pliley, Policing Sexuality, op. cit., p. 34.
  • 51 Georges Perec, Ellis Island, Paris, P.O.L, 2019.

17Ces exemples soulignent par ailleurs que la volonté de mobilité de certaines femmes comme Emma Kahlow ou Margarethe Macher, qui sont des « protagonistes actives49 », est mise à mal par des procédures d’expulsion qui les acculent à un cadre dont elles cherchent précisément à s’affranchir, et renforcent encore davantage la tutelle morale et financière du mari. Ces exemples vont par ailleurs à l’encontre de la représentation de l’époque de la femme « blanche » comme « victime » qu’il convient de sauver, car ils soulignent l’absence de coercition, l’agentivité de certaines migrantes et le caractère personnel de ces choix. Toutefois, ils confirment aux autorités l’idée d’une forme de décadence morale européenne qu’il faut tenir à distance. Enfin, ils mettent en lumière à la fois les possibilités et les limites de la mobilité. Sans la dénonciation aux autorités du conjoint ou d’une tierce personne, il est probable que ces femmes, grâce au privilège dont elles jouissaient en raison de leur origine, en dépit de leur supposée dépendance économique, aient réussi à entrer aux États-Unis. En effet, au-delà des « frontières morales » ainsi tracées50, les autorités dressent durant cette même période des hiérarchies « raciales » qui délimitent les contours de la nation. Les catégories évoquées dans cet article ne doivent pas non plus faire oublier le discours alors véhiculé sur l’infériorité de la « nouvelle immigration » européenne, considérée comme moins assimilable, discours qui s’est traduit par une pathologisation et des expulsions plus systématiques à son encontre au début du xxe siècle, notamment à Ellis Island, « l’île des larmes51 », puis par la mise en place d’une législation plus restrictive dans les années 1920.

Haut de page

Notes

1 Aristide Zolberg, A Nation by Design: Immigration Policy in the Fashioning of America, Cambridge et Londres, Harvard University Press, 2008.

2 Amy L. Fairchild, Science at the Borders: Immigrant Medical Inspection and the Shaping of the Modern Industrial Labor Force, Baltimore, John Hopkins University Press, 2003.

3 Torrie Hester, Deportation: The Origins of U.S. Policy, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2017, p. 83. Elle estime que de 1903 à 1914, la prostitution est le deuxième motif d’expulsion le plus important, juste après la clause « LPC » (likely to become a public charge).

4 Voir par exemple Christiane Harzig (éd.), Peasant Maids, City Women: From the European Countryside to Urban America, Ithaca, Cornell University Press, 1997 ; Silke Wehner, « German Domestic Servants in America, 1850-1914: A New Look at German Immigrant Women’s Experiences », dans Dirk Hoerder et Jörg Nagler (dir.), People in Transit: German Migrations in Comparative Perspective, 1820-1930, Washington D.C. et Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 267-293.

5 Eithne Luibhéid, Entry Denied: Controlling Sexuality at the Border, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2002 ; Deirdre Moloney, National Insecurities, Immigrants and U.S. Deportation Policy since 1882, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2012.

6 Elisa Camiscioli, « La “traite des femmes”, une histoire de migrations (France-Cuba, début du xxe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], n 51, 2020, consulté le 14 mai 2021, URL : http://journals.openedition.org/clio/18046, DOI : https://doi.org/10.4000/clio.18046.

7 Nancy L. Green, « Quatre âges des études migratoires », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], n 51, 2020, consulté le 14 octobre 2022, URL : http://journals.openedition.org/clio/18222, DOI : https://doi.org/10.4000/clio.18222.

8 Grace Peña Delgado, « Border Control and Sexual Policing: White Slavery and Prostitution along the U.S.-Mexico Borderlands, 1903-1910 », Western Historical Quarterly, vol. 43, n 2, 2012, p. 157-178.

9 Ruth Rosen estime que la lutte contre la prostitution était particulièrement active entre 1911 et 1916. Ruth Rosen, The Lost Sisterhood: Prostitution in America, 1900-1918, Baltimore et Londres, The Johns Hopkins University Press, 1982, p. 15.

10 Dorothee Schneider, « Les États-Unis et l’émigration européenne : enquêtes à l’époque de la politique de la “porte ouverte” », dans Nancy L. Green et François Weil (dir.), Citoyenneté et émigration : les politiques du départ, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2006, p. 219-235, p. 222. Elle estime qu’en 1907, le pourcentage d’expulsions vers l’Europe est de 1,7 %.

11 Agnès Walch, Histoire de l’adultère, xvie-xixe siècle, Paris, Perrin, 2009, p. 11.

12 Ibid., p. 11.

13 Les raisons de ces changements dans les politiques migratoires états-uniennes sont multiples et complexes, même si la xénophobie et le racisme en sont les moteurs principaux. Voir par exemple à ce sujet : John Higham, Strangers in the Land. Patterns of American Nativism, 1860-1925, New Brunswick, Rutgers University Press, 2004 ; Alan M. Kraut, Silent Travelers. Germs, Genes, and the « Immigrant Menace », New York, Basic Books, 1994 ; Aristide Zolberg, A Nation by Design, op. cit.

14 Ariela R. Dubler, « Immoral Purposes: Marriage and the Genus of Illicit Sex », The Yale Law Journal, vol. 115, n 4, 2006, p. 756-912, p. 775.

15 Dorothee Schneider, « Les États-Unis et l’émigration européenne », op. cit., p. 231.

16 Mark Thomas Connelly, The Response to Prostitution in the Progressive Era, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1980, p. 29.

17 La Woman’s Christian Temperance Union a par exemple contribué à faire entrer les termes de « traite des blanches » (white slavery) dans le discours public et politique à la fin du xixe siècle, un activisme guidé par des stéréotypes racistes, selon Brian Donovan, White Slave Crusades: Race, Gender, and Anti-Vice Activism, 1887-1917, Urbana et Chicago, University of Illinois Press, 2006, p. 54.

18 Connelly, The Response to Prostitution, op. cit., p. 82.

19 Judith R. Walkowitz, « The Politics of Prostitution », Signs, vol. 6, n 1, 1980, p. 123-135.

20 Judith Große, « Der Kampf gegen Prostitution: Zwischen Sittlichkeitsreform, Feminismus und Medizin, 1864-1914 » dans Judith Große, Francesco Spöring et Jana Tschurenev (dir.), Biopolitik und Sittlichkeitsreform: Kampagnen gegen Alkohol, Drogen und Prostitution 1880-1950, Francfort, Campus Verlag, 2014, p. 177-215, p. 186.

21 Heidi Rimke et Alan Hunt, « From Sinners to Degenerates: the Medicalization of Morality in the 19th Century », History of the Human Sciences, vol. 15, n 1, 2002, p. 59-88.

22 Je traduis librement. Alice Bonzom, « Female Offenders at the Confluence of Medical and Penal Discourses: Towards a Gender-Specific Criminology (1860s-1920s) », Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 87 Printemps, 2018, consulté le 30 mars 2021, DOI : https://doi.org/10.4000/cve.3624.

23 Voir à ce sujet le constat de Jo Doezema, « Loose Women or Lost Women? The Re-emergence of the Myth of White Slavery in Contemporary Discourses in Trafficking in Women », Gender Issues, vol. 18, n 1, 1999, p. 23-50. Elle écrit p. 30 : « The very name ‘white slavery’ is racist, implying as it does that slavery of white women was of different, and worse, sort than ‘black’ slavery. In America, in particular, this contrast was explicitly used to downplay the black slavery experience ».

24 Ruth Rosen, The Lost Sisterhood, op. cit. ; Mark Thomas Connelly, The Response to Prostitution, op. cit. ; Ariela R. Dubler, « Immoral Purposes », art. cit.

25 Voir Eithne Luibhéid, Entry Denied, op. cit., p. 13. Elle cite un essai antisémite de 1909 intitulé « Daughters of the Poor » qui met en lumière un lien supposé entre l’immigration juive et le trafic de femmes. Voir aussi Jo Doezema, « Loose Women… », art. cit., p. 30. Elle cite l’étude de E.J. Bristow qui affirme que les termes de « traite des blanches » ont fait leur apparition pour la première fois en 1839 dans un « contexte antisémite ». Voir E.J. Bristow, Prostitution and Prejudice: The Jewish Fight against White Slavery, 1870-1939, Oxford, Clarendon Press, 1982.

26 National Archives and Records Administration (NARA), RG 59 General Records of the Department of State – Visa Division – Correspondence Regarding Immigration, 1910-39 – 150.6263 Rahs – 150.6266/14 – 150.6264/22 et 23.

27 Actuellement Liepāja en Lettonie.

28 Traffic in Souls (George Loane Tucker, Universal, 1913), par exemple, est un film particulièrement révélateur mettant en scène deux Suédoises enlevées par un proxénète, et forcées à se prostituer. Voir aussi Eric Olund, « Traffic in Souls: the ‘new woman’, whiteness and mobile self-possession », Cultural Geographies, vol. 16, 2009, p. 485-504. On peut également citer des romans comme le très populaire ouvrage de Reginald Wright Kauffman, House of Bondage, New York, Moffat, Yard & Co, 1910.

29 Gabriele Dietze, Weiße Frauen in Bewegung, Genealogien und Konkurrenzen von Race – und Genderpolitiken, Bielefeld, Transcript, 2013, p. 139.

30 Ruth Rosen, The Lost Sisterhood, op. cit., p. 133.

31 NARA, RG 59 General Records of the Department of State – Visa Division – Correspondence Regarding Immigration, 1910-39 – 150.6263 Rahs – 150.6266/14 – box no 154 – no 53105/10.

32 NARA, RG 59 General Records of the Department of State – Visa Division – Correspondence Regarding Immigration, 1910-39 – 150.6263 Rahs – 150.6266/14 – 150.6264/15, 16, 17, 18, 19, 20.

33 Ariela R. Dubler, « Immoral Purposes », art. cit., p. 765.

34 Voir Deirdre Moloney, National Insecurities, op. cit.

35 NARA, RG 59 General Records of the Department of State – Visa Division – Correspondence Regarding Immigration, 1910-39 – 150.6263 Rahs – 150.6266/14 – 150.6264/24, 25, 26, 28.

36 Des termes juridiques quelque peu vagues définis en 1891 qui recoupent des offenses de gravité variable, incluant la bigamie et le proxénétisme, mais aussi la fraude, par exemple. Voir à ce sujet Deirdre Moloney, « Women, Sexual Morality and Dependence », Journal of Women’s History, vol. 18, n 2, 2006, p. 95-122, p. 100.

37 Anna. R. Igra, « Likely to Become a Public Charge: Deserted Women and the Family Law of the Poor in New York City, 1910-1936 », Journal of Women’s History, vol. 11, n 4, 2000, p. 59-81.

38 Voir Jessica R. Pliley, Policing Sexuality: The Mann Act and the Making of the FBI, Cambridge, Harvard University Press, 2014, p. 5. Je traduis librement.

39 NARA, RG 59 General Records of the Department of State – Visa Division – Correspondence Regarding Immigration, 1910-39 – 150.6263 Rahs – 150.6266/14 – 150.6264/21.

40 Diminutif affectueux pour Emma.

41 Je traduis librement la lettre de Henry Stentzel.

42 NARA, RG 59 General Records of the Department of State – Visa Division – Correspondence Regarding Immigration, 1910-39 – 150.6261 Reif-150.6263/6 – box no 152 – no 3751/13 ; 53627/36.

43 Paul-André Rosental, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers en Europe du xixe siècle à nos jours », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 2, 2011, p. 335-373, p. 339.

44 Deirdre Moloney, National Insecurities, op. cit., p. 32.

45 Martha Gardner, The Qualities of a Citizen: Women, Immigration, and Citizenship, 1870-1965, Princeton, Princeton University Press, 2005, p. 88.

46 Ibid. p. 24. Voir également Priscilla Yamin, « The Search for Marital Order: Civic Membership and the Politics of Marriage in the Progressive Era », Polity, vol. 41, n 1, 2009, p. 86-112.

47 Eithne Luibhéid, Entry Denied, op. cit., p. 19 (introduction). Je traduis librement.

48 Deirdre Moloney, National Insecurities, op. cit., p. 32.

49 Une expression que j’emprunte à Mirjana Morokvasic, « L’(in)visibilité continue », Cahiers du Genre, vol. 51, n 2, 2011, p. 25-47, consulté le 30 mars 2021, URL : https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2011-2-page-25.htm, DOI : https://doi.org/10.3917/cdge.051.0025.

50 Jessica R.  Pliley, Policing Sexuality, op. cit., p. 34.

51 Georges Perec, Ellis Island, Paris, P.O.L, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Marciano, « « Immoral persons » : genre et respectabilité dans les traversées transatlantiques depuis Brême et Hambourg au début du xxe siècle »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7637 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7637

Haut de page

Auteur

Sarah Marciano

Université Paris Cité Laboratoire Identités, Cultures et Territoires. Courriel : smarciano@parisnanterre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search