Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30ArticlesAu prisme de Louise Weiss ? Les f...

Articles

Au prisme de Louise Weiss ? Les femmes dans les mouvements d’assistance aux réfugiés en France durant la Première Guerre mondiale

Reflecting Louise Weiss? Women in Refugee Assistance Movements in France during the First World War
Ronan Richard

Résumés

Durant la Première Guerre mondiale, de nombreux comités furent créés afin de porter assistance aux quelques 2 millions de réfugiés. La plupart de ces œuvres furent improvisée dès l’arrivée des premiers convois par des femmes déterminées à servir la nation en s’impliquant dans le secours aux victimes de guerre. Parmi elles, se trouvait Louise Weiss, alors jeune étudiante réfugiée à Saint-Quay-Portrieux, sur la côte nord bretonne, où elle fonda un petit comité de secours. D’autres organisations féminines préexistaient à la guerre, à l’instar des relais locaux du Comité national des femmes françaises ou de l’Union des femmes de France. À partir de 1915, le réseau tissé par ces comités d’assistance commença à se structurer. Les organisations les plus importantes comportaient toujours un grand nombre de femmes, toutes issues des élites locales. Pour autant, celles-ci restaient partout exclues des fonctions exécutives. Femmes de préfets, de maires ou de notables, elles y représentaient souvent leurs époux tout en soignant parallèlement leur propre image. Cette surenchère compassionnelle généralement intéressée ne doit pas dissimuler le travail accompli par de nombreux comités indépendants de femmes. Souvent précoces, ils pallièrent en maints endroits l’inertie des pouvoirs publics, servant de modèles aux autorités lors de la création de comités officiels où les rapports de genre restèrent toujours favorables aux hommes.

Haut de page

Texte intégral

1« Situation inchangée de la Somme aux Vosges ». C’est par ce communiqué laconique que Louise Weiss découvre avec stupeur, le 29 août 1914, cette invasion militaire de la France dont l’hypothèse n’a fait l’objet d’aucun scénario alternatif au seul plan d’organisation basé sur des prédictions de guerre courte et triomphale. Comme de nombreux Parisiens aisés, la jeune étudiante a rallié préventivement la propriété familiale de Ker Armen, à Saint-Quay-Portrieux, sur la côte nord bretonne, afin d’y laisser passer l’orage loin de la capitale. Depuis ce refuge plutôt cossu, elle s’interroge sur son implication, sentant monter en elle le vif désir de se rendre utile :

  • 1 Louise Weiss, Mémoires d’une Européenne, tome 1 : 1893-1919, Paris, Payot, 1968, p. 182.

« La France occupée ! J’en tremblais. Vivre, oui, mais pas en ilote. Un flot de passion m’envahit pour le pays attaqué, meurtri, violé. Ce communiqué ? Un coup de foudre, le premier de ma jeune vie. J’avais pris feu. Moi aussi, j’aimais la France et je voulais la servir1 ».

  • 2 « Aux femmes françaises », placard officiel du 6 août 1914.
  • 3 Louise Weiss, op. cit., p. 171.
  • 4 Ibid.
  • 5 Sur la question des réfugiés en général : Philippe Nivet, Les réfugiés français de la Grande Guerre (...)
  • 6 Capitaine Rimbault, Journal de campagne d’un officier de ligne, Paris, Berger-Levrault, 1916, p. 74

2S’investir ! La soudaine résolution affichée par Louise Weiss incarne bien ce devoir national imposant aux civils une mobilisation symétrique à celle des combattants du front. Bien au-delà des seules paysannes, exhortées par le président du Conseil Viviani à remplacer aux champs les hommes appelés au front2, toutes les bonnes volontés féminines sont sollicitées, chacune selon ses compétences particulières. Cette propension à servir n’est alors pas naturelle chez la jeune « étudiante des philosophes3 ». Née en 1893 à Arras, elle a bravé son père, l’industriel Paul Louis Weiss, qui manifeste peu d’appétence pour l’éducation des jeunes filles, jusqu’à obtenir son agrégation de lettres en 1914. De son lieu de villégiature, elle ne manifeste, dans les premiers jours d’août, que peu d’intérêt pour une guerre à laquelle elle ne donne aucun sens, et refuse catégoriquement de succomber aux sirènes consensuelles et unanimes du sacrifice patriotique. Le trouble qui la saisit à l’annonce de l’invasion de la France l’engage ainsi sur une voie à laquelle « sa raison sans expérience4 » ne la prédestinait pas. Ses doutes sur ses capacités à servir la nation en guerre se dissipent subitement sur les quais de la gare de Saint-Brieuc où débarquent les premiers convois de réfugiés5. L’irruption soudaine et imprévue de ces « chapelets de misère6 » sonne comme un déclic pour la jeune intellectuelle en quête d’utilité. Face au spectacle de ces épaves de la guerre, prostrées sur les quais, sommeillant à même l’asphalte, tête appuyée sur une boule de pain, face au désarroi et à l’inertie des autorités surtout, Louise Weiss va consacrer toute son énergie à la création et à la coordination d’une structure d’assistance aux réfugiés dans sa ville de repli.

  • 7 Consacré aux années 1893 à 1919, ce premier volume évoque l’enfance et les années de formation inte (...)
  • 8 Musée de Saverne, section Louise Weiss.
  • 9 Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, F NAF 17794-17862, Louise Weiss. Œuvr (...)
  • 10 Le seul documentaire télévisé réalisé à ce jour sur les réfugiés de la Première Guerre mondiale s’a (...)

3L’engagement de Louise Weiss au service des réfugiés constitue-t-il un cas d’école ? Seules quelques pages extraites du premier des six volumes de ses Mémoires d’une Européenne7 nous renseignent sur sa contribution à l’accueil et à l’intégration de la première vague de migrants en août et septembre 1914. Rédigé un demi-siècle après la fin de la Première Guerre mondiale, ce récit reste sujet à caution, comme tout témoignage personnel (re)construit a posteriori. Ses notes personnelles, conservées au musée de Saverne8 et à la Bibliothèque nationale de France9, ne sont pas d’un grand secours sur le sujet, et son engagement, informel parce que guidé par l’urgence, n’a laissé aucune trace dans les archives communales et préfectorales. Pourtant, Louise Weiss demeure souvent associée, en Bretagne, à cette brève implication caritative, comme le sont ailleurs d’autres figures intellectuelles comme André Gide10. Reste donc à savoir si ces personnalités sont réellement emblématiques de leur engagement ou si c’est d’abord et avant tout leur notoriété qui a pu contribuer à survaloriser leur contribution aux œuvres d’assistance.

  • 11 Archives départementales des Côtes-d’Armor (ADCA), 10 R 133, œuvres de guerre, déclaration des comi (...)
  • 12 Les archives nationales sont très lacunaires sur la question des réfugiés mais contiennent un fonds (...)
  • 13 Michel Huber, qui a eu accès aux statistiques du ministère de l’Intérieur, disparues depuis la Seco (...)
  • 14 Sur l’implication des femmes dans la guerre, voir Françoise Thébaud, La femme au temps de la guerre (...)

4La confrontation du témoignage de Louise Weiss aux sources départementales11 et nationales12, elles-mêmes lacunaires, permet à tout le moins de remettre en perspective son dévouement personnel au service des réfugiés avec celui des autres femmes impliquées dans cette même cause dans l’Ouest de la France. Même éphémère, son engagement questionne la place du genre dans l’assistance aux 2 à 3 millions de réfugiés de guerre, majoritairement des femmes et des enfants13. Il s’inscrit dans une tendance sans précédent qui voit les femmes pénétrer tous les secteurs, économiques, sanitaires et humanitaires et s’impliquer souvent bénévolement, comme c’est le cas de nombreuses infirmières mais aussi de cantinières, lessiveuses ou blanchisseuses14. Si leur forte féminisation constitue un trait commun indéniable de tous les organismes de secours aux réfugiés, le caractère indépendant, spontané et désintéressé de l’initiative de Louise Weiss contraste cependant nettement avec celui des comités plus officiels qui s’imposent peu à peu à partir de 1915.

Louise Weiss : un engagement libre et spontané

  • 15 Louise Weiss, op. cit., p. 182.

« Aider les réfugiés me semblait impératif. Mais comment ? Sans mandat ? Sans locaux, sans crédit, sans expérience15 ? »

  • 16 Ce n’est en effet que le 1er décembre 1914 que l’État reprend la main en regroupant ses circulaires (...)
  • 17 Ronan Richard, « Premiers contacts : l’accueil en gare des réfugiés et des prisonniers au début de (...)

5À peine son choix s’est-il porté sur l’assistance aux réfugiés que cette question des modalités pratiques taraude déjà la jeune étudiante. Aucun plan d’ensemble n’ayant été anticipé avant-guerre pour coordonner l’accueil et la répartition de ces exilés, le ministère de l’Intérieur n’a d’autre choix que de déléguer ce dossier aux acteurs locaux. Toujours accroché à l’illusion d’une décision rapide sur le terrain militaire, il reporte de semaine en semaine la rédaction d’un véritable plan d’organisation définissant des principes et encadrant l’action publique par des instructions précises et financées au moyen d’une ligne budgétaire dédiée. Jusqu’au 1er décembre 191416, les préfets sont donc les seuls garants de l’accueil et de l’intégration des réfugiés, suppléés parfois, mais pas toujours, par les maires. Et la tâche n’est pas mince pour faire face à cet afflux massif de migrants déferlant sur l’arrière par vagues successives depuis la Belgique et la dizaine de départements français victimes, à l’issue des batailles sanglantes de Dinant, de Mons et de Charleroi le 23 août 1914, de l’invasion puis de l’occupation allemande. À ce premier exode succèdent, au fil des années, les rapatriements progressifs de civils des départements occupés transitant par la Suisse et, surtout, le second exode massif coïncidant, au printemps 1918, avec le retour des grandes offensives. Au total, ce sont entre 2 et 3 millions de déplacés que les autorités sont alors tenues de prendre en charge. Dans une urgence fébrile, les autorités locales doivent accueillir ces masses de réfugiés évacués vers les gares de l’arrière en une cohue indescriptible de convois aux effectifs incertains et dont l’arrivée ne leur est pas toujours annoncée. Après l’accueil en gare, souvent improvisé17, ces contingents sont affectés à diverses communes chargées de leur hébergement, prioritairement chez l’habitant.

  • 18 Archives municipales de Cherbourg, carton 251, réfugiés, Guerre de 14-18.

6Durant les premières semaines, le réfugié profite d’une forme d’état de grâce entretenu par la presse locale qui joue opportunément sur la corde sensible compassionnelle tout en développant l’argumentaire des devoirs patriotiques imposés par la guerre aux civils de l’arrière. Déjà, des élus se heurtent à une forme de conditionnement de la solidarité populaire à un certain nombre de critères sociaux, économiques et comportementaux. C’est le cas à Cherbourg où une vaste enquête diligentée par le maire, et boudée du reste par huit habitants sur dix, révèle une forme d’intéressement voire de marchandage de la part des familles candidates à l’accueil. 80 % des réponses sont en effet assorties d’exigences financières ou d’autres critères parfois insolites. Ici, une famille sollicite « deux ménages sans enfants présentant toute garantie sur le plan de la moralité » ; là, une autre préférerait « une fillette de 8 à 12 ans en parfaite santé », ou « une ménagère couchant à la maison, rétribuée selon ses capacités » ou encore « un instituteur ou professeur [qui] ferait le jour des travaux de comptabilité18 ». À l’évidence, les populations accueillantes, une fois averties de l’imminence de l’arrivée de migrants, ont fantasmé une sorte de réfugié idéal présentant toute garantie sanitaire et morale, et susceptible de s’impliquer au service de ses hôtes. Plus grave, une forme de rejet teinté de xénophobie à l’encontre de ces « Boches du Nord » se fait jour très précocement. À Dinan, dans les Côtes-du-Nord, le sous-préfet en personne lance les hostilités avec une liberté de ton plutôt singulière :

  • 19 ADCA, 10 R 169, correspondances préfet, lettre du sous-préfet de Dinan, 6 octobre 1914.

« La ville de Dinan a recueilli les réfugiés de la façon la plus secourable. Certains habitants ont même été trop bons et ont nourri, et nourrissent encore à rien faire, des gens robustes qui flânent toute la journée et ne cherchent pas à travailler. Actuellement, il convient de constater […] que beaucoup de réfugiés ont, par leur exigence et leur paresse, provoqué un mouvement de lassitude19 ».

  • 20 ADCA, 10 R 169, correspondances préfet, lettre du député Baudet, 6 octobre 1914.
  • 21 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), 2 Z 608, fonds de l’arrondissement de Châteaub (...)

7Le député local Charles Baudet se fait plus clair encore en évoquant cette « race d’évacués fainéants et exigeants » qui « a dégoûté tout le monde » et dont personne ne veut déjà plus20. Nous sommes alors le 10 octobre 1914 et les réfugiés sont arrivés depuis seulement un mois. Certains maires se risquent même déjà à refuser les contingents affectés à leur commune. Celui de Saint-Père-en-Retz, en Loire-Inférieure, est catégorique : « Personne n’en demande » et il ne peut « nourrir indéfiniment 150 personnes qui [ne] trouveront pas [de] travail21 ». Sévèrement combattus par les préfets, ces accrocs précoces au devoir de solidarité restent rares, au moins dans leur expression publique, jusqu’à la fin de l’année 1914.

8Plus généralement, beaucoup de communes sont vent debout contre l’absence de moyens alloués par l’État et rechignent à avancer sur leurs budgets municipaux le versement des allocations et l’aménagement de locaux publics. Dans pareil contexte, bien des maires se réjouissent de pouvoir se reposer sur l’initiative désintéressée de quelques administrés compatissants et volontaires.

  • 22 L’expression est de Jean-Jacques Becker, 1914. Comment les Français sont entrés dans la guerre, Par (...)

9Si Louise Weiss correspond indéniablement à ce dernier profil, son nom et son origine familiale ne lui facilitent pas d’emblée la tâche. Elle appartient en effet, par son père, à l’une de ces familles protestantes alsaciennes possédant des villas de vacances à Saint-Quay-Portrieux, et son nom la prédestine assez mal à recueillir l’adhésion générale dans un contexte d’explosion chauvine22 :

  • 23 Louise Weiss, op. cit., p. 177-178.

« Il faut dire que les nombreuses branches de ma famille et leurs alliés – les Herrenschmidt, les Holtzer, les Schwartz, les Freundler – avaient, bien avant-guerre, pris l’habitude de s’agglutiner à Saint-Quay-Portrieux, bourgade sans prétention, alors peu préparée au tourisme, et qu’ils avaient transformée en une colonie où l’expression de “sale boche” revenait constamment23 ».

  • 24 Ibid., p. 182.
  • 25 Ibid., p. 183.

10Qu’à cela ne tienne, à force d’énergie et de caractère, bien aidée aussi par le climat instauré par l’Union sacrée, elle piétine sa timidité et obtient du curé la cession gracieuse des locaux du patronage et de son oncle fortuné quelques subsides, de sorte que « la monnaie du luthérien servit d’abord à blanchir à la chaux le dégoûtant local du catholique24 ». Soutenue par une entrepreneuse locale de transports en tous genres, elle mobilise la générosité publique et quête fébrilement matelas, draps, couvertures, chaises, casseroles et autres fourneaux, les plus pauvres donnant, qui une marmite, qui une pelletée de charbon. Le patronage est ainsi rapidement doté de trois dortoirs d’un confort spartiate mais suffisant pour délester la préfecture d’une vingtaine de réfugiés, les plus à même de « s’accommoder de [cette] fruste hospitalité25 ».

  • 26 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), 4 M 255, associations loi 1901.

11Comme la grande majorité des bénévoles des premiers jours, Louise Weiss se retrouve tout entière happée par des urgences matérielles qui ne lui laissent pas le temps de formaliser la création de son comité. Rares sont les œuvres qui se conforment alors à ces impératifs réglementaires. En Ille-et-Vilaine, une seule des nombreuses associations d’assistance aux réfugiés prend ainsi la peine de se déclarer en préfecture au titre de la loi de 190126. L’humble comité de Saint-Quay-Portrieux répond de fait à une pressante conjoncture locale : accueillir, loger et procurer des subsistances aux réfugiés en attendant que l’État consente à reprendre la main pour assumer lui-même une politique de secours reposant sur des critères précis. Il n’a donc pas vocation à s’inscrire dans la durée. Malgré la détermination et la relative aisance financière que sa fondatrice et son réseau familial mettent à contribution, l’ampleur des tâches inhérentes à sa mission s’accommode mal d’un investissement personnel aussi esseulé. L’enlisement du conflit ne lui laisse donc que deux options : disparaître ou se structurer en se plaçant sous la tutelle d’organismes nationaux ou de réseaux officiels. Aussi, les seuls comités locaux qui subsistent au terme de la première année du conflit sont-ils essentiellement des structures associatives hybrides issues d’un regroupement de personnes désireuses d’agir mais systématiquement placées sous la houlette de représentants de l’État ou d’élus locaux aptes à leur procurer des moyens d’action et le financement inhérent. Louise Weiss ne peut s’accommoder de pareille tutelle, elle dont le caractère et l’indépendance d’action lui ont valu quelques frictions avec les autorités municipales et militaires lorsque ces dernières ont cru bon lui imposer d’expulser « ses » réfugiés de leur local pour les remplacer par des blessés. Le désintéressement un peu candide de la jeune universitaire n’est sans doute pas si isolé dans ce contexte d’urgence où la ferveur nationaliste et les priorités matérielles ne laissent aucune place aux discordes. L’œuvre de Louise Weiss, atypique car totalement indépendante des pouvoirs publics, ne doit donc pas être perçue trop vite comme le caprice individuel et éphémère d’une étudiante en mal d’implication et soucieuse de se donner à voir. Réactive et entreprenante quand les autorités se montrent désemparées et atones, son engagement se révèle salvateur, au moins à l’échelle locale. Ainsi, si l’isolement de ces premiers comités d’urgence les condamne à terme, ils contribuent humblement à tracer la voie et permettent de faire face, le temps nécessaire à une structuration des services publics d’assistance.

L’assistance aux réfugiés : un champ d’action féminisé et élitiste

  • 27 Louise Weiss, op. cit., p. 177.

12Dans leur composition, les comités de secours aux réfugiés partagent deux traits communs : une forte féminisation doublée d’une surreprésentation des notabilités locales. Louise Weiss elle-même reflète bien cette tendance, issue de cette « élite inutilisée dont le peloton se transformerait en escadron avant la fin des hostilités27 » et qui s’engage d’emblée dans la guerre pour servir autant la patrie que sa propre image.

13« Si les hommes n’étaient pas préparés à la guerre », reconnaît Émile Gabory, cheville ouvrière du remarquable comité de secours aux réfugiés de Nantes, « les femmes l’étaient » :

  • 28 Émile Gabory, Les réfugiés chez nous, Paris/Strasbourg, Berger-Levrault, 1921, p. 103.

« Leurs diverses sociétés possédaient leurs cadres, leur personnel, leur matériel au complet. Dans tous les pays, durant cette longue épreuve, les femmes de sociétés de secours se montrèrent à la hauteur de leurs fonctions sublimes. Le sexe faible fut au niveau du sexe fort28 ».

  • 29 Archives nationales, F 23-2, Office de recherche pour les familles dispersées et Bureau de recherch (...)

14L’investissement décisif des femmes dans le secours aux réfugiés repose en effet en partie sur l’antériorité des structures féminines d’assistance. Outre les congrégations religieuses, nombre de comités locaux fleurissent en effet grâce au soutien d’œuvres nationales préexistantes à la guerre. Deux d’entre elles s’impliquent particulièrement sur ce dossier. La première est le Conseil national des femmes françaises (CNFF). Fondé en avril 1901, il s’applique à faire vivre en son sein plusieurs sections thématiques calquées sur le modèle du Conseil international des femmes. L’une d’entre elles se consacre justement à l’assistance et à la prévoyance sociale, une autre aux questions liées à l’émigration. Cet organisme est présidé depuis 1912 par Julie Siegfried, laquelle s’est notamment distinguée dès la fin du xixe siècle par son engagement en faveur des jeunes travailleuses. Durant la Première Guerre mondiale, elle mène des actions décisives sur la question de l’assistance aux réfugiés, en créant notamment l’Office de renseignement pour les familles disparues29. Fort d’un réseau de 41 comités locaux en France, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, cet organisme dirigé par Pierre Caron emploie jusqu’à 400 personnes et s’implique sans compter pour réunir les foyers disloqués par l’exode. Son action, conjointe à celle du Bureau de recherche des familles dispersées de Lyon, est d’un grand secours pour l’État qui s’appuie sur son expérience pour fonder, en mars 1916, le Service de la correspondance avec les départements envahis. Parallèlement, le CNFF développe un service pour le rapatriement des enfants.

15Le second organisme national féminin investi dans le secours aux réfugiés est l’Union des femmes de France. Cette structure d’obédience protestante fondée en 1881 est, avec la Société de secours aux blessés militaires et l’Association des Dames françaises, l’une des trois sociétés de femmes reconnues par la Croix-Rouge française, et sa mobilisation se révèle souvent déterminante lors des réceptions de convois. Sur le terrain, ces organismes nationaux disposent de sections locales qui contribuent à la création d’œuvres caritatives parfois très précoces. À Saint-Brieuc, un comité départemental d’initiative privée est fondé dès 1915, conjointement par la section locale de l’Union des femmes de France et celle des Femmes de la Croix d’Or. D’initiative clairement féminine, ce comité admet néanmoins en son sein des personnalités politiques masculines de premier plan. Ce choix révèle le pragmatisme et la lucidité de ces militantes, conscientes que la réussite de leurs actions nécessite des moyens et des réseaux contrôlés par des hommes de pouvoir qui, en retour, vont s’inspirer de ce modèle pour créer un comité départemental officiel en 1917. Ces comités d’inspiration féminine essaiment un peu partout afin de répondre concrètement aux besoins matériels les plus pressants par la création de foyers de réfugiés, de cantines ou de vestiaires. Ils œuvrent souvent seuls pendant des mois voire des années, avant que les autorités préfectorales ou municipales ne songent à se doter de comités plus institutionnels.

  • 30 Émile Gabory, Les Enfants du Pays nantais et le XIe corps d’armée, Nantes (ADLA), Paris, Librairie (...)

16Le second trait commun à ces œuvres d’assistance est en effet leur composition très élitiste. « Noblesse oblige ; le rang social aussi », écrit ainsi Émile Gabory30. L’analyse des membres composant les comités locaux révèle bien la prééminence d’un groupe restreint d’industriels, de gros propriétaires rentiers, de négociants, de représentants des professions libérales ou de fonctionnaires. Parmi l’ensemble des structures dont les membres actifs sont identifiables, pas un seul n’est issu des classes populaires. La mainmise de cette oligarchie économique, sociale et politique sur l’assistance aux réfugiés traverse les frontières du genre.

17Cette prédominance des élites dans les comités de secours procède par ruissellement depuis les grandes œuvres centralisées jusqu’aux plus petites structures composant le maillage caritatif de terrain. Julie Siegfried, présidente du CNFF, est l’épouse de Jules Siegfried, entrepreneur impliqué dans le négoce colonial, ancien maire du Havre, ancien député, sénateur et ministre. Pour sa part, Suzanne Pérouse, qui préside l’Union des femmes de France, est la fille du sénateur Guichard, président de la Compagnie universelle du canal de Suez. Elle a par ailleurs épousé un polytechnicien, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, haut fonctionnaire, homme politique et conseiller d’État. La situation est similaire au sein des mouvements philanthropiques américains. Pour ne prendre qu’un exemple, l’American Commitee for Devastated France, dirigé par la médecin canadienne Anne Murray Dike, est ainsi l’antenne de secours aux civils de l’American Fund for French Wounded, fondé par les richissimes philanthropes américaines Elizabeth Lathrop et Anne Morgan, fille du célèbre banquier John Pierpont Morgan. Autre égérie de la tradition philanthropique outre-Atlantique, Beatrice Astor Chanler est mariée à William Astor Chanler, héritier d’une des familles les plus influentes des États-Unis, gravitant à la fois dans la finance et dans la politique.

  • 31 ADIV, 10 R 25, dossier Madame Lucien Saint.
  • 32 Le Salut, 13-14 novembre 1914.
  • 33 ADCA, Le Curiosolite, bulletin paroissial de Corseul, 4 octobre 1914.

18Comme par mimétisme, on retrouve cette hégémonie notabiliaire à tous les échelons du réseau caritatif, jusque dans les plus petits comités de province. Louise Weiss, dont les mémoires décrivent son enfance confortable de fille d’ingénieur des Mines, dans un univers bourgeois parisien peuplé de domestiques, n’est que le reflet d’un criblage social généralisé. À Meillac, en Ille-et-Vilaine, la liste des membres de la section locale du Conseil national des femmes françaises, griffonnée au dos d’une photographie de l’équipe soignante de l’hôpital local, est significative (voir illustrations 1 et 2)31. Sur vingt personnes on ne trouve que trois hommes, contre dix-sept femmes, dont dix sont clairement identifiées comme issues des élites locales au rang desquelles figurent quelques baronnes, comtesses ou marquises ainsi que la cousine germaine de la nièce de l’ex-ministre Émile Combes. Ce luxe de précision est tout sauf anodin à l’heure de quérir soutiens politiques et donations en faveur du comité. Dans la région malouine, cette même tendance à l’engagement aristocratique se retrouve dès le début de la guerre avec la fondation de plusieurs œuvres initiées par la baronne de Broqueville, belle-fille du ministre de la Guerre de Belgique, la duchesse de Rohan32 ou madame de Pontbriand33.

Illustration n° 1 : La section locale du comité de l’Union des femmes de France de Meillac, en Ille-et-Vilaine (recto)

Illustration n° 1 : La section locale du comité de l’Union des femmes de France de Meillac, en Ille-et-Vilaine (recto)

Illustration n° 2 : Composition du comité de l’Union des femmes de France de Meillac (verso)

Illustration n° 2 : Composition du comité de l’Union des femmes de France de Meillac (verso)

19Ces femmes disposent, outre de leur temps libre, de leur aisance financière et de leur capital culturel, d’un crédit et de réseaux personnels ou familiaux qui les rendent aptes à fédérer les bonnes volontés et à en assumer les exigences financières, à l’instar de la propre mère de Louise Weiss, dont la jeune étudiante raille à loisir le besoin d’implication :

  • 34 Émile Gabory, Les réfugiés chez nous, op. cit., p. 172.

« Partageant l’enthousiasme de la majorité, elle avait donc déclaré qu’elle aussi entendait servir. Mais à quoi ? Dépourvue de diplômes, elle n’avait réussi, en fin de compte, qu’à s’employer dans les ouvroirs privés ou dans les hôpitaux aux soins d’incurables dont personne ne se souciait plus. [...] Bénévole parce qu’elle le pouvait, elle n’autorisait aucune remarque sur les ressources qui lui permettaient de mener une existence confortable et niait même son luxe, en se comparant à de plus riches encore34 ».

20Ces propos éclairent l’un des ressorts multiples de l’engagement féminin au service des réfugiés. Celui-ci constitue en effet un moyen appréciable d’afficher publiquement sa solidarité et son dévouement humanitaire. La presse couvre les arrivées de convois et, comme à l’occasion elle cite nommément les membres des comités présents lors des accueils, s’impliquer dans cette cause peut rapporter un crédit d’image fort opportun, d’autant que la foule se bouscule aussi pour assister aux réceptions. Cet investissement constitue donc une sorte de tremplin personnel qu’Émile Gabory déplore amèrement :

  • 35 Ibid.

« Si vous réunissez un comité, quelque dame plus âgée que vous, qui peut-être n’aura pas votre valeur, prendra le premier rang et vous ne pourrez plus avoir l’initiative. [...] Les comités philanthropiques composés de membres multiples ressemblent aux chambres dont les députés sont nombreux : on y pérore beaucoup35 ».

  • 36 Sur le concept d’élites, voir Frédérique Leferme-Falguières et Vanessa Van Renterghem, « Le concept (...)

21On est au cœur d’une des caractéristiques des élites locales36. L’assistance aux réfugiés représente, dans un contexte de guerre où l’implication patriotique et l’esprit de sacrifice contribuent au renom, une marque symbolique propre à conforter une position sociale en la créditant moralement. Le notable se doit de paraître et l’assistance aux réfugiés devient un signe extérieur légitimant l’appartenance à l’élite et suscitant une forme de surenchère dans l’exercice compassionnel. Au sein des comités, la cooptation constitue alors un critère de sélectivité, mesuré à l’aune des niveaux de fortune, des relations et des clientèles. Et c’est bien ce prérequis qui fait justement défaut à Louise Weiss. Protestante, parisienne, affublée d’un nom à consonance germanique, elle peut certes arracher quelques soutiens mais aucunement prétendre à un rayonnement lui permettant de recevoir l’adoubement du gotha local et départemental, ce qui condamne à terme l’existence de ce petit comité totalement assimilé à sa fondatrice.

22Cet investissement occasionne sur le terrain un contact assez neuf entre deux mondes, sans parvenir vraiment à en effacer les barrières ni les antipathies culturelles. Louise Weiss confesse ces incompréhensions de classes existant entre elle et ses pensionnaires. Décontenancée par le mode de vie et les habitudes de ses hôtes, « auxquels paraissaient essentiels des problèmes inconnus des agrégés », elle expérimente la collision des cultures par le truchement des problèmes matériels les plus concrets. En cela, n’avoue-t-elle pas finalement une certaine proximité avec cette mère qui, dans sa courte expérience caritative, reconnaissait que le contact avec d’autres milieux que le sien lui paraissait avoir été trop bref pour lui apporter une expérience valable des sentiments véritables des classes populaires ? Cette « vengeance de la matière contre l’irréalisme de l’université » la conduit en tout cas très vite à réorienter son énergie vers une autre forme d’assistance moins déroutante, en fondant un hôpital pour des blessés français. À l’image de son comité, la plupart des initiatives prises en marge des réseaux institutionnels périclitent rapidement au bénéfice de comités plus officiels dont les organes de décision sont dominés par les élites masculines. Si les femmes s’y impliquent toujours activement, le rôle qui leur est dévolu questionne clairement leur libre arbitre.

Assistance et régime de genre : le libre arbitre féminin en question

  • 37 Louise Weiss, op. cit., p. 191.
  • 38 L’Association des Dames françaises est d’obédience catholique, alors que l’Union des femmes de Fran (...)

23Malgré les appels à l’Union sacrée, la pratique de l’assistance devient rapidement un enjeu de pouvoir clivant, et la lutte pour la prise de contrôle des comités de secours suscite dès lors nombre de tensions et de conflits politiques. Les comités de femmes ne sont pas épargnés. Louise Weiss évoque ainsi la rivalité opposant les trois comités distincts se réclamant, à Saint-Quay-Portrieux, de l’illustre emblème de la Croix-Rouge : la Société de secours aux blessés militaires, l’Union des femmes de France et les Dames françaises : « Les trois associations rendaient, écrit-elle, d’incontestables services, mais l’âpreté de leurs dissensions internes et leurs querelles de préséance étaient de notoriété publique37 ». Aux dissentiments nationaux résultant de la scission, en 1881, de deux structures d’obédiences confessionnelles différentes38, s’ajoutent les mêmes querelles d’ego et autres rivalités interpersonnelles locales que celles qui fracturent les élites masculines au sein de chaque œuvre caritative.

  • 39 ADLA, 2 R 713, rapport sur le fonctionnement du comité de secours, 1919.

24Les comités de secours aux réfugiés n’échappent pas à cette dérive. Ceux qui ne disparaissent pas une fois passé le premier hiver de guerre, subissent une forme de reprise en main et de verrouillage institutionnels, surtout patents dans les grandes villes. À Saint-Brieuc, le comité officiel, créé seulement en 1917, est dirigé conjointement par le maire Henri Servain et par un chef de service de la préfecture, sorte d’œil de l’État. La situation est identique à Nantes. Le maire, Paul Bellamy, l’âme du comité, et le secrétaire général de la préfecture siègent au sommet de cet organisme décrit par Émile Gabory comme une « émanation de l’État et du conseil municipal39 ». Dans toutes les villes d’importance, préfectures ou sous-préfectures, cette direction bicéphale pilote une pléiade de conseillers municipaux, de magistrats locaux, d’officiers de police ou de gendarmerie et d’administrateurs de divers services publics. Représentants de l’État et élus locaux entendent ainsi garder la pleine et entière maîtrise des initiatives de terrain qui, bien qu’animées des meilleures intentions, ne peuvent en aucun cas prétendre agir hors du contrôle des autorités tant l’enjeu est crucial. Les grosses structures urbaines et départementales doivent en effet gérer quantités de questions allant du secours en argent et en nature aux repas gratuits, en passant par le placement professionnel, le logement, le renseignement et le soutien moral, et reçoivent pour ce faire des subsides importants versés par l’État, les communes et les comités centraux de réfugiés. Et ce verrouillage institutionnel passe aussi par les femmes.

  • 40 Émile Gabory, Les réfugiés chez nous, op. cit., p. 109.
  • 41 L’Éclaireur du Finistère, 8 avril 1918.
  • 42 ADIV, 10 R 25, dossier Madame Lucien Saint.
  • 43 Madame Saint est alors présidente d’honneur du Comité de ravitaillement en gare des émigrés, des mi (...)
  • 44 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 10 R 25, dossier Madame Lucien Saint, note de janvier 1 (...)

25Épouses de préfet, de sous-préfets et de maires s’y côtoient en effet fréquemment, animant un réseau de connaissances issues des mêmes sphères. À Dinan, dans les Côtes-du-Nord, 30 % des membres du comité d’arrondissement sont des dames issues des notabilités locales. Autour de l’épouse du maire gravitent celle d’un ministre plénipotentiaire en retraite, la déléguée de la Croix-Rouge américaine, la présidente de la Croix-Rouge française locale ou encore la supérieure de la communauté de la Sagesse. À Nantes, le comité des « Dames visiteuses » est, pour sa part, dirigé par les épouses du préfet Hudelo, du président de l’Union belge et des quatre principaux dirigeants du comité40. À Morlaix, dans le Finistère, la femme du sous-préfet représente même son époux à l’arrivée des convois41. L’exemple le plus symptomatique reste cependant celui de madame Lucien Saint, épouse du préfet d’Ille-et-Vilaine. Soucieuse de stimuler le mécénat, les collectes et les dons en nature destinés aussi bien aux blessés qu’aux réfugiés42, elle use sans commune mesure des réseaux et du crédit personnel de son époux, allant jusqu’au mélange des genres. De nombreux courriers destinés à ces œuvres sont ainsi adressés au préfet, lequel les transfère sans sourciller à son épouse en ajoutant simplement en en-tête la mention « madame ». Cette dérive frisant le népotisme conduit même certains demandeurs à la gratifier, en adresse, d’un « madame la préfète » plutôt révélateur de cette confusion des rôles. Aux nombreux courriers adressés à son époux et qui concernent les causes dans lesquelles elle s’implique43, elle répond parfois personnellement en lieu et place des fonctionnaires des services préfectoraux. Elle gère parallèlement elle-même les insertions officielles des listes de donateurs dans les journaux. Consciente de sa position, elle s’arroge un certain nombre de missions jusqu’à régenter littéralement tous les réseaux caritatifs départementaux. En janvier 1915, elle se permet même de tancer sévèrement les bénévoles qui osent se réclamer de son nom afin de solliciter des dons en argent, et fait savoir sans équivoque qu’« elle n’a donné à personne le mandat de quêter en son nom » et que chaque dame faisant appel à la générosité publique au nom de son comité doit être dûment accréditée et munie d’un carnet à souches portant au dos de chaque reçu le cachet de la préfecture44. Pratique bien singulière, en vérité, que celle qui consiste à user en toute conscience de l’estampille officielle des services de l’État dans le cadre des activités d’une association loi 1901 relevant du droit privé. Durant plusieurs mois, madame Saint exerce ainsi son magistère, usant et abusant de son lien conjugal pour mettre en coupe réglée une grande partie de la politique humanitaire en Ille-et-Vilaine.

26L’investissement de ces femmes, symétrique à celui de leurs époux, est en réalité diversement motivé et la part du choix personnel et de l’investissement désintéressé ne doit évidemment pas être écartée. Émile Gabory défend ainsi par prévention sa propre épouse d’avoir été une simple « femme de paille », impliquée seulement par procuration :

  • 45 Émile Gabory, Les réfugiés chez nous, op. cit., p. 109.

« Cœur dévoué, esprit délié, possédant des relations, elle en cherche au besoin pour le succès des entreprises humanitaires. [...] Elle le fait par conviction, mais aussi par besoin d’action. Elle aime l’activité publique, les réunions de comités où l’on parle, où l’on discute, où l’on procède à des élections hiérarchiques45 ».

27Concomitamment à un consentement sincère, le devoir de représentation n’est pourtant jamais très loin chez ces femmes. Leur présence contribue à renforcer cette forme de cadenassage officiel du secours aux réfugiés, tellement absent des préoccupations d’une Louise Weiss qui renâcle justement devant les complications bureaucratiques bridant les initiatives de terrain.

Conclusion : L’engagement de Louise Weiss, un cas d’école ?

  • 46 Concernant le rôle des femmes dans le choix de l’exode, voir Ronan Richard, « Quitter “les lares de (...)
  • 47 Sur cet aspect, voir Leora Auslander et Michelle Zancarini-Fournel, Différences des sexes et protec (...)
  • 48 Louise Weiss quitte Saint-Quay pour Bordeaux le 26 novembre 1914.

28L’expérience de Louise Weiss ne doit donc pas faire illusion. Si elle traduit la réelle appétence de nombreuses femmes issues des notabilités pour l’assistance aux réfugiés, celles-ci n’ont aucun rôle décisionnaire et n’occupent aucune fonction exécutive au sein des structures les plus importantes. Si la guerre rebat parfois les cartes et bouscule les rapports de genre46, le pouvoir reste, dans l’espace social, l’apanage des hommes. La prédominance effective des élites dans ces comités s’explique évidemment par le fait que dans les milieux plus populaires, les femmes sont impliquées pleinement dans l’économie de guerre, remplaçant souvent tant bien que mal les hommes mobilisés au front. Leur activité professionnelle ne peut être distraite par un investissement bénévole au service des réfugiés avec lesquels, du reste, elles entretiennent des rapports globalement tendus. Ce constat d’une différenciation sociale dans l’engagement humanitaire vaut du reste également pour les hommes. L’action des comités de femmes s’est révélée pourtant déterminante quand la solidarité nationale a semblé manquer de bénévoles et de structures pour les encadrer. C’est le cas lors des premiers accueils de l’été 1914 ou à l’arrivée des convois perlés de rapatriés en 1917, dans certaines villes encore démunies de comités vraiment organisés. Ces bonnes volontés ne font alors pas défaut pour accueillir et adoucir les maux des réfugiés. Leur action, souvent précoce, pallie les carences d’un État qui n’a su ni anticiper ce dossier, ni fédérer les ressources humaines aptes à assumer cette mission. En cela, l’étude de cette forme spécifique d’engagement humanitaire fait écho aux recherches plus générales sur la place des femmes dans l’évolution des politiques de protection sociale en France47. Et c’est bien dans ces petits comités que l’on retrouve cette forme d’engagement résultant du choix d’une femme, consenti et désintéressé, et non de celui d’une épouse mue par le souci de représenter et de paraître. Le comité de Louise Weiss ne participe pas de ce verrouillage progressif des œuvres de secours où les femmes servent souvent de prête-noms. Nulle propension à se faire voir ne motive son action, du reste éphémère48. Qu’aurait-elle pu d’ailleurs retirer de son implication en termes d’image, elle qui n’est qu’une bourgeoise saisonnière affublée d’un nom qui lui attire le sobriquet de « sale Boche » ? Aurait-elle poursuivi son œuvre sans succomber au scepticisme, à la lassitude et aux préjugés de classe que les antipathies sociales et culturelles entre « ses » réfugiés et leur bienfaitrice ont rapidement suscités. Faire face aux besoins les plus urgents, regrouper et coordonner les bonnes volontés, se dépenser corps et âme sans arrière-pensée politique, tel semble avoir été le cap, sans doute un peu naïf, de cette jeune étudiante émancipée.

29Dès 1915, les comités commencent à s’organiser, formant un réseau structuré et hiérarchisé. Leur champ d’action s’élargit de telle sorte que toute initiative individuelle locale et isolée devient rapidement inappropriée aux enjeux sociaux et politiques. À ce moment, la demoiselle de Ker Armen, bienfaitrice des réfugiés et ange blanc de l’hospice de La Vallée, a déjà rallié Bordeaux après s’être assurée de la pérennité de son cantonnement de migrants. Là, parallèlement à ses études de journaliste qui l’ont contrainte à quitter la Bretagne, elle conforte son esprit d’engagement au sein de l’organisation caritative « Le vêtement du prisonnier de guerre », rattachée à la Croix-Rouge française, s’efforçant d’y attiser la flamme née ce jour de fin août 1914 sur les quais de la gare de Saint-Brieuc : servir !

Haut de page

Notes

1 Louise Weiss, Mémoires d’une Européenne, tome 1 : 1893-1919, Paris, Payot, 1968, p. 182.

2 « Aux femmes françaises », placard officiel du 6 août 1914.

3 Louise Weiss, op. cit., p. 171.

4 Ibid.

5 Sur la question des réfugiés en général : Philippe Nivet, Les réfugiés français de la Grande Guerre. Les « Boches du Nord », Paris, Economica, 2004 ; Ronan Richard, « “D’où venez-vous braves gens ? ” L’exil de masse des réfugiés de la Première Guerre mondiale », dans Fabio d’Angelo, L’esilio come viaggio: categorie, pratiche ed esperienze, Viaggiatori, no 1, septembre 2017, p. 150-186 ; Michaël Amara, Des Belges à l’épreuve de l’exil. Les réfugiés de la Première Guerre mondiale en France, en Angleterre et aux Pays-Bas, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2008 ; Jean-Pierre Popelier, Le premier exode. La Grande guerre des réfugiés belges en France, Paris, Vendémiaire, 2014.

6 Capitaine Rimbault, Journal de campagne d’un officier de ligne, Paris, Berger-Levrault, 1916, p. 74.

7 Consacré aux années 1893 à 1919, ce premier volume évoque l’enfance et les années de formation intellectuelle qui ont forgé le caractère de Louise Weiss et nourri son esprit d’engagement.

8 Musée de Saverne, section Louise Weiss.

9 Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, F NAF 17794-17862, Louise Weiss. Œuvres et correspondance. Ce fonds comprend de nombreuses correspondances et carnets postérieurs à la Première Guerre mondiale.

10 Le seul documentaire télévisé réalisé à ce jour sur les réfugiés de la Première Guerre mondiale s’appuie ainsi beaucoup sur l’engagement partagé de ces deux figures que sont Louise Weiss et André Gide au service des réfugiés : Olivier Sarrazin, Boches du Nord, France 3, Pictanovo, 2014, 52 min. Sur l’engagement de Gide, Franck Lestringant, « André Gide et la Grande Guerre », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, vol. 160, janvier-février-mars 2014, p. 447-472, et Paola Codazzi, André Gide et la Grande Guerre. Émergence d’un esprit européen, Paris, Droz, 2021.

11 Archives départementales des Côtes-d’Armor (ADCA), 10 R 133, œuvres de guerre, déclaration des comités et associations ; 2 R 253-258, service des réfugiés.

12 Les archives nationales sont très lacunaires sur la question des réfugiés mais contiennent un fonds intéressant sur la contribution du Conseil national des femmes françaises à la création, en décembre 1914, de l’Office de renseignement pour les familles dispersées puis, en juillet 1917, du Service de renseignement sur les réfugiés et rapatriés : Archives nationales, F/23/2, services extraordinaires des temps de guerre, Guerre 1914-1918. Service des réfugiés, rapatriés et internés civils (1914-1920), Office de renseignement pour les familles dispersées.

13 Michel Huber, qui a eu accès aux statistiques du ministère de l’Intérieur, disparues depuis la Seconde Guerre mondiale, évalue à près de 2 millions le nombre de réfugiés déclarés et à sans doute 3 millions leur nombre total si l’on inclut celles et ceux qui ne sont pas comptabilisés (Michel Huber, La population de la France pendant la guerre 1914-1918, Paris, PUF, 1931). D’après nos calculs, les femmes adultes composent le tiers des contingents, les enfants des deux sexes environ 45 %.

14 Sur l’implication des femmes dans la guerre, voir Françoise Thébaud, La femme au temps de la guerre de 14, Paris, Payot et Rivages, 2013 (1986) ; Évelyne Morin-Rotureau (dir.), Françaises en guerre (1914-1918), Paris, Autrement, 2013 ; Évelyne Morin-Rotureau, Luc Capdevila, François Rouquet, Fabrice Virgili, et Danièle Voldman (dir.), Hommes et femmes dans la France en guerre (1914-1945), Paris, Payot, 2003 ; Margareth H. Darrow, French Women and the First World War. War Stories of the Front Home, Oxford, Berg, 2000 ; Susan R. Grayzel, Women’s identities at War. Gender, Motherhood and Politics in Britain and France During the First World War, Chapel Hill, Londres, The University of North California Press, 1999.

15 Louise Weiss, op. cit., p. 182.

16 Ce n’est en effet que le 1er décembre 1914 que l’État reprend la main en regroupant ses circulaires éparses dans une première instruction d’ensemble. Il faudra attendre ensuite février 1918 pour qu’une véritable charte des réfugiés, précise et complète, soit enfin rédigée.

17 Ronan Richard, « Premiers contacts : l’accueil en gare des réfugiés et des prisonniers au début de la guerre. L’exemple du grand Ouest de la France », contribution au colloque Débuts, commencements, initiations : les « premières fois » de la Grande Guerre, Péronne, 30 juin-2 juillet 2014, Bretagne 14-18, décembre 2016.

18 Archives municipales de Cherbourg, carton 251, réfugiés, Guerre de 14-18.

19 ADCA, 10 R 169, correspondances préfet, lettre du sous-préfet de Dinan, 6 octobre 1914.

20 ADCA, 10 R 169, correspondances préfet, lettre du député Baudet, 6 octobre 1914.

21 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), 2 Z 608, fonds de l’arrondissement de Châteaubriant, courrier du maire de Saint-Père-en-Retz, 5 septembre 1914.

22 L’expression est de Jean-Jacques Becker, 1914. Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 510.

23 Louise Weiss, op. cit., p. 177-178.

24 Ibid., p. 182.

25 Ibid., p. 183.

26 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), 4 M 255, associations loi 1901.

27 Louise Weiss, op. cit., p. 177.

28 Émile Gabory, Les réfugiés chez nous, Paris/Strasbourg, Berger-Levrault, 1921, p. 103.

29 Archives nationales, F 23-2, Office de recherche pour les familles dispersées et Bureau de recherche de Lyon.

30 Émile Gabory, Les Enfants du Pays nantais et le XIe corps d’armée, Nantes (ADLA), Paris, Librairie académique Perrin et Cie, 1923, « Livre d’or des cantons de Nantes », p. 29.

31 ADIV, 10 R 25, dossier Madame Lucien Saint.

32 Le Salut, 13-14 novembre 1914.

33 ADCA, Le Curiosolite, bulletin paroissial de Corseul, 4 octobre 1914.

34 Émile Gabory, Les réfugiés chez nous, op. cit., p. 172.

35 Ibid.

36 Sur le concept d’élites, voir Frédérique Leferme-Falguières et Vanessa Van Renterghem, « Le concept d’élites. Approches historiographiques et méthodologiques », Hypothèses, Éditions de la Sorbonne, 2001/1-4, p. 55-67.

37 Louise Weiss, op. cit., p. 191.

38 L’Association des Dames françaises est d’obédience catholique, alors que l’Union des femmes de France se revendique du protestantisme.

39 ADLA, 2 R 713, rapport sur le fonctionnement du comité de secours, 1919.

40 Émile Gabory, Les réfugiés chez nous, op. cit., p. 109.

41 L’Éclaireur du Finistère, 8 avril 1918.

42 ADIV, 10 R 25, dossier Madame Lucien Saint.

43 Madame Saint est alors présidente d’honneur du Comité de ravitaillement en gare des émigrés, des militaires blessés ou soldats de passage, du Comité de secours franco-belge, mais aussi de la section départementale de l’Union des femmes de France.

44 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 10 R 25, dossier Madame Lucien Saint, note de janvier 1915.

45 Émile Gabory, Les réfugiés chez nous, op. cit., p. 109.

46 Concernant le rôle des femmes dans le choix de l’exode, voir Ronan Richard, « Quitter “les lares de la maison ancestrale”. Isabelle Rimbaud ou l’exode des réfugiés au prisme du genre (août-septembre 1914) », Les Voix des Femmes Immigrées, actes du colloque international de l’Université de Haute-Alsace, Mulhouse, 11-12 avril 2019, à paraître. Deux témoignages éclairent cette question du genre dans l’exode : Isabelle Rimbaud, Dans les remous de la bataille. Charleroi et la Marne - Reims, Paris, Chapelot, 1917, et Marguerite Yerta, Les six femmes et l’invasion : août 1914-février 1916, Paris, Plon, 1917.

47 Sur cet aspect, voir Leora Auslander et Michelle Zancarini-Fournel, Différences des sexes et protection sociale (xixe-xxe siècles), Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1995 ; Évelyne Diebolt, Les associations face aux institutions. Les femmes dans l’action sanitaire, sociale et culturelle, 1900-1965, thèse d’État, Université Paris VII, 1993 ; Corinne Belliard, L’émancipation des femmes à l’épreuve de la philanthropie, Paris, Éditions L’Harmattan, 2009.

48 Louise Weiss quitte Saint-Quay pour Bordeaux le 26 novembre 1914.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 : La section locale du comité de l’Union des femmes de France de Meillac, en Ille-et-Vilaine (recto)
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/7682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Illustration n° 2 : Composition du comité de l’Union des femmes de France de Meillac (verso)
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/7682/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronan Richard, « Au prisme de Louise Weiss ? Les femmes dans les mouvements d’assistance aux réfugiés en France durant la Première Guerre mondiale »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7682 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7682

Haut de page

Auteur

Ronan Richard

ER Tempora – Université de Rennes 2, ronan.richard@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search