Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30ArticlesLes violences sexuelles commises ...

Articles

Les violences sexuelles commises par des soldats allemands et leur répression dans le Calvados, de l’Occupation à la Bataille de Normandie (juin 1940-août 1944)

Sexual violence committed by German soldiers and its repression in Calvados, from the Occupation to the Battle of Normandy (June 1940-August 1944)
Charlotte Barnabé

Résumés

Si les travaux concernant les violences sexuelles commises pendant la Seconde Guerre mondiale se multiplient désormais, cette étude s’intéresse, malgré le peu de sources disponibles, aux enjeux qu’elles représentent à l’échelle d’un département. Le Calvados présente un contexte particulier, marqué par une occupation très dense de juin 1940 à juin 1944, et interrompue brutalement par le débarquement allié du 6 juin 1944 suivi de trois mois d’une bataille serrée pour la libération du territoire. Sous l’effet de cette reprise des combats, succèdent à des viols d’opportunité relativement semblables sous l’Occupation, des agressions plus nombreuses, plus violentes et plus localisées à l’été 1944. Comment s’opère leur gestion par les autorités locales dès lors que l’assaillant est allemand et la victime française ? La collaboration en matière d’investigations semble très limitée et la prééminence avant tout allemande. L’autorité occupante a alors toute latitude pour condamner sévèrement les soldats coupables de viol, conformément à ses règlements militaires et à l’injonction de mener une occupation « korrekt ». Là encore, les condamnations paraissent moins formelles et plus violentes sous l’effet des combats. Ainsi, cette étude aborde la manière dont le contexte militaire influe sur les violences sexuelles commises par des soldats et leur gestion par une armée successivement occupante puis combattante.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Regina Mülhäuser, Eroberungen. Sexuelle Gewalttaten und intime Beziehungen deutsche Soldaten in der (...)
  • 2 Cf. Julie Le Gac, Vaincre sans gloire – Le corps expéditionnaire français en Italie (novembre 1942-(...)
  • 3 Birgit Beck, Wehrmacht und sexuelle Gewalt. Sexualverbrechen vor deutschen Militärgerichten, 1939-1 (...)
  • 4 Fabrice Virgili, « Les viols commis par l’armée allemande en France (1940-1944) », Vingtième Siècle (...)
  • 5 Cette situation peut se rapprocher, avec nuances, de celle du département de la Manche.

1Alors que les violences sexuelles commises sur le front de l’Est par l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, marquées du sceau racial de l’idéologie nazie, ont donné lieu à plusieurs études matricielles1, celles commises sur le front Ouest constituent un terrain d’étude relativement nouveau2. Si, dans ses travaux sur la justice allemande, Birgit Beck souligne une différenciation dans la considération du viol entre l’Est et l’Ouest3, c’est récemment qu’un article de Fabrice Virgili a interrogé, pour la première fois, les violences sexuelles commises par des soldats allemands en France4. Le Calvados, occupé de juin 1940 à juin 1944, y apparaît comme l’un des départements ayant connu le plus de violences sexuelles. L’intérêt d’une étude à l’échelle départementale, en dépit de la nécessaire prudence liée à un faible nombre de cas étudiés, est de saisir les violences sexuelles à l’aune d’un contexte particulier et dans une perspective micro-historique. En effet, ces violences se situent au croisement de multiples domaines, rendus plus complexes encore en raison des enjeux liés à la guerre et à l’occupation militaire. Elles s’ancrent d’abord, semblablement au temps de paix, dans la chair des intimités puis, théoriquement, dans le processus judiciaire. Au-delà, il est aussi question des imaginaires et des représentations, puisque coexistent des individus aux cultures diverses et empreints de présupposés nationaux. Enfin, la question de la gestion locale de ces affaires en fait aussi une affaire politique entre les autorités françaises et allemandes. Or, du fait du potentiel stratégique de sa situation géographique, le département du Calvados connaît une occupation particulièrement dense, multipliant ainsi les possibilités de contacts entre occupé·e·s et occupants. Cette imbrication d’enjeux multiples se modifie dès lors que reprennent les combats de libération qui, après le débarquement de la 1re Armée américaine et de la 2Armée britannique le 6 juin 1944, s’achèvent trois mois plus tard par la tentative d’encerclement de la VIIe armée et de la Ve armée blindée allemandes dans la zone de Falaise. Entre une conjoncture d’occupation dense et encadrée, et le retour à une situation de combats longs et confus, le Calvados constitue un cadre d’étude spécifique5. De quelle manière cette situation militaire particulière a-t-elle pesé sur les violences sexuelles commises par des soldats allemands dans le département ? Alors que leur répression est complexifiée par la nationalité et le statut même des individus concernés, comment les autorités locales du département, engagées dans le processus étatique de collaboration avec l’occupant, ont-elles traité ces affaires ?

  • 6 Cf. l’éditorial de D. Lett, S. Steinberg, F. Virgili et C. Noûs, « Abuser/Forcer/Violer », Clio. Fe (...)
  • 7 Si le terme est anachronique, toute une gamme d’actes relevant de l’« agression sexuelle », des att (...)
  • 8 Ont été dépouillés : La Presse quotidienne caennaise ; Le Bonhomme normand ; Avenir du Bessin et du (...)
  • 9 Archives départementales du Calvados (désormais ADC), 3142 W 11, 726 W 16875, 876 W 130, 21 W 32, 2 (...)
  • 10 Les archives centrales du SRCGE sont conservées aux Archives nationales (désormais AN).
  • 11 Plus de 5 400 notices de témoignages sont recensées sur la plateforme « Ego 39-45. Écrits de Guerre (...)
  • 12 De rares mentions d’agressions sexuelles commises sur des hommes sont recensées dans d’autres dépar (...)
  • 13 Si les historiens prêtent aujourd’hui de nombreuses exactions aux troupes supplétives de l’Est qui (...)

2Deux difficultés se posent. La première tient à la définition d’un viol dans la société patriarcale des années 19406. Le Dictionnaire de l’Académie française de 1932-1935 le définit davantage par sa dimension genrée que par la connotation sexuelle de l’acte en lui-même : « Viol : violence qu’on fait à une fille, à une femme que l’on prend de force ». Quant à l’article 331 du Code pénal de 1810, il qualifie le viol de crime mais ne le caractérise pas davantage. La jurisprudence l’a donc longtemps défini comme la pénétration vaginale forcée d’une femme par un assaillant fatalement masculin7. Si l’arrêt Dubas de 1857 enrichit cette définition des notions de surprise et de contrainte, la législation française reste marquée du poids des contraintes de genre. Non sans lien, la seconde difficulté concerne les sources, peu nombreuses et éparses. L’incitation sociétale au silence, la considération des femmes et de leur sexualité, et le sentiment de honte et de souillure induit par la violence sexuelle incitent au secret. L’absence de mention dans la presse locale est en ce sens révélatrice8. Cependant, il n’est pas question d’un « tabou » absolu puisque des plaintes sont formalisées, donnant naissance à deux types de sources policières exploitables par l’historien·ne. Il s’agit d’abord des procès-verbaux de gendarmerie, établis dans un temps très court après un viol ou une tentative, à la suite d’une plainte de la victime, de sa famille ou d’une rumeur publique. Il revient ensuite, théoriquement, au procureur de la République de saisir ou non un juge d’instruction. Du point de vue temporel, ces procès-verbaux rédigés pendant l’Occupation ou à la Libération et aujourd’hui conservés aux Archives départementales du Calvados9, sont à distinguer des investigations menées après-guerre par le « Service de recherche de crimes de guerre ennemis10 » (SRCGE). Créé par l’ordonnance du 14 octobre 1944 sous l’égide du ministère de la Justice, le SRCGE avait pour objectif de recenser tous les manquements aux lois de la guerre commis par des troupes de l’Axe et d’en identifier les auteurs en vue de poursuites. Des délégations régionales se chargeaient d’établir des rapports listant le nombre et la nature des exactions, produits des premiers procès-verbaux ou de nouvelles enquêtes menées auprès des autorités communales. La distance temporelle qui sépare les sources des crimes en question se creuse davantage encore dans les témoignages édités11, qui livrent des souvenirs plusieurs années après les faits, librement et dans une démarche mémorielle. Émergent ainsi des différentes archives qui ont été rassemblées et qui sont variablement circonstanciées, 26 affaires de viol ou de tentative de viol commis dans le Calvados entre octobre 1940 et août 1944. Les victimes sont exclusivement des femmes12 qui, à partir d’un faisceau d’indices (langue, uniforme), désignent leur agresseur comme étant un soldat de nationalité allemande13.

D’agressions sexuelles éparses sous l’Occupation à l’accroissement brutal de l’été 1944 : les deux phases de la violence sexuelle des soldats allemands dans le Calvados

Les spécificités de la présence allemande dans le Calvados : d’une occupation dense (juin 1940-juin 1944) à des combats longs et incertains (juin 1944-août 1944)

  • 14 Sous l’Occupation, ce terme se retrouve dans les rapports préfectoraux et s’applique surtout aux re (...)
  • 15 Valentin Schneider, « Les divisions allemandes en Basse-Normandie pendant l’Occupation : étude quan (...)
  • 16 Jean Quellien, Le Calvados dans la guerre, 1939-1945, Bayeux, Orep Éditions, 2017.
  • 17 Par exemple, la 384e DI stationne à peine un mois à Lisieux en octobre 1943 ; au contraire, la 348e(...)
  • 18 Wolfang Geiger, L’image de la France dans l’Allemagne nazie, 1933-1945, Presses universitaires de R (...)
  • 19 Jean Quellien, Opinions et comportements politiques dans le Calvados sous l’occupation allemande, 1 (...)

3Sa longue bande côtière inscrit le Calvados dans la catégorie des départements particulièrement stratégiques pour les armées allemandes et alliées. Le littoral de ce territoire en a successivement fait un point d’appui pour l’opération Seelöwe préparant l’invasion allemande de l’Angleterre, une porte d’entrée envisageable par les Alliés en Europe dès la conférence de Casablanca de janvier 1943, puis une portion du système de fortifications côtières qu’est le Mur de l’Atlantique, édifié par l’organisation Todt. Cette position du département justifie particulièrement la politique allemande d’occupation « korrekt14 » de la France dont est chargée localement la Feldkommandantur 723, tout en nécessitant le maintien d’une présence militaire particulièrement dense. Valentin Schneider15 définit cependant diverses périodes de départ de troupes : à l’été 1940 après la victoire, en septembre 1940 après l’échec de la Bataille d’Angleterre, en février 1941 et à l’hiver 1941-1942 pour renforcer les effectifs du front de l’Est. Pour autant, la qualité d’aire d’entraînement et de zone de repos pour les divisions revenues de Russie fait du Calvados un département toujours plus ou moins sur-occupé16, au gré des allées et venues d’unités allemandes qui restent sur le territoire pendant des durées variables17. L’effectif de ces troupes atteint son acmé au printemps 1944 avec dix divisions, soit 60 000 à 70 000 hommes, occupant un territoire de 400 000 habitant·e·s. Ces soldats, éloignés de leurs foyers et éprouvés par la violence du conflit, tendent à concevoir un stationnement en France comme une aubaine, tant du point de vue du ravitaillement que de la présence de femmes à la réputation légère. Cette notoriété est d’ailleurs potentiellement vectrice d’incompréhensions puisque le mode de vie des habitant·es du Calvados est très éloigné des cabarets parisiens qui fondent la réputation française18. À dominante rurale et agricole, la population est encore très ancrée dans la tradition catholique. S’y ajoute la tendance précoce à l’anglophilie de l’opinion générale19, qui ne pouvait que tendre une situation déjà fragilisée par le poids de l’appareil allemand d’occupation.

  • 20 Cf. Jean Quellien, La Bataille de Normandie. 6 juin-12 septembre 1944, 100 jours en enfer, Paris, T (...)
  • 21 Le bilan fait état de 20 000 civil·e·s tué·e·s et de 250 000 morts du côté allemand.

4Si la présence de maquis n’est pas aussi importante que dans le sud-est de la France, le département est marqué par les longs combats suivant le débarquement allié en juin 1944 : la Bataille de Normandie (6 juin 1944-12 septembre 194420) impose trois mois d’une campagne éprouvante pour les soldats comme pour les civil·e·s21. Les troupes allemandes s’enlisent d’abord dans des combats autour de Caen, lourdement bombardée, que libèrent les Anglo-Canadiens le 20 juillet. Parallèlement, dans le bocage du département et de la Manche voisine, la physionomie hachée du terrain complique l’avancée des unités américaines qui affrontent, dans des combats d’infanterie particulièrement meurtriers, des troupes allemandes multipliant les embuscades et échauffourées. L’opération Cobra (25-31 juillet) permet aux troupes alliées de se dégager et de prendre la route de la Bretagne. Ce changement brutal de conjoncture est synonyme de renforcement des forces allemandes en présence. Cependant, si des troupes d’opération sont mobilisées depuis la Bretagne, le sud de la France ou encore la Scandinavie, le temps de transport de ces unités s’accroît sous l’effet des actions de résistance. Certaines de ces troupes ont expérimenté les méthodes de combat du front de l’Est, à l’exemple de la 1.SS-Division « Leibstandarte SS Adolf Hitler » ou encore de la 116.Panzer-Division ; d’autres unités sont constituées depuis peu, comme la 17.SS Panzergrenadier-Division, créée en 1943 ; seules deux divisions sont rappelées directement du front russe. 17 bataillons d’Ostruppen complètent un dispositif fragilisé par les lourdes pertes qu’engendrent les différentes configurations de combats. La Bataille de Normandie s’achève en effet avec la perspective d’un encerclement de deux armées allemandes dans la zone de Falaise et de Chambois (12-21 août), dont l’évacuation accélérée commence le 13 août. Environ la moitié de l’effectif parvient finalement à se replier sur la rive droite de la Seine avant la fermeture de la poche, le 21 août. Ainsi, alors que le temps de l’occupation militaire en Normandie avait été relativement calme, les troupes allemandes y sont les premières à faire face à l’ouverture d’un nouveau front en Europe. Il ne s’agit plus d’occupants, mais de soldats en position défensive, dont le rapport au territoire et aux civil·e·s est altéré.

  • 22 Fabrice Virgili, art. cit., p. 118.

5Les 26 cas de violences sexuelles recensés dans le département distinguent également la phase d’occupation et la phase de libération. Neuf mentions concernent des tentatives de viol et 17 des viols accomplis. Aux deux tentatives de viol recensées pour 1940 succèdent deux à trois viols ou tentatives déclarés chaque année. Puis la reprise des hostilités avec le débarquement allié semble marquer l’ouverture d’une nouvelle phase en matière de violences sexuelles. Les rapports du SRCGE font état d’une hausse sensible des agressions sur cette période avec 14 affaires, dont neuf viols, trois viols suivis de meurtre, et deux tentatives. Cependant, nous échappent encore les affaires pour lesquelles les femmes n’ont pas porté plainte. À ce sujet, Fabrice Virgili propose de multiplier par 20 le nombre de viols connus afin d’estimer plus finement le nombre de viols commis22, qui est certainement beaucoup plus élevé. Notre corpus permet donc seulement de cerner les tendances qui se dégagent dans le département étudié.

Des viols d’opportunité relativement semblables pendant l’Occupation (juin 1940-juin 1944)

  • 23 ADC 876 W 130, PV du 20/05/1941 de la brigade de Lisieux sur une tentative de viol le 20 mai 1941.
  • 24 ADC 3142 W 11, PV du 26/09/1942 de la brigade de Mesnil-Auzouf, sur une tentative de viol le 20 sep (...)
  • 25 ADC 876 W 130, ibid.
  • 26 AN BB 18 7223, Rapport du 20/10/1944 du Procureur général sur un double viol commis à Mouen le 10 j (...)
  • 27 Georges Vigarello, Histoire du viol, xvie-xxe siècle, Paris, Le Seuil, 1998, p. 181.

612 viols ou tentatives sont recensés pour la période d’occupation, de juin 1940 à juin 1944. La plupart des agressions ont lieu au domicile même de la victime : « L’individu qui cherchait à rentrer dans l’habitation a cassé un carreau à la fenêtre23 ». L’effraction est parfois précédée par une demande de ravitaillement ou d’une aide quelconque. Trois autres viols ou tentatives de viol ont lieu à proximité du domicile de la victime, le long d’un axe de circulation souvent isolé. Ainsi, Madeleine est attaquée alors qu’elle trayait dans un herbage de la ferme familiale24. La quasi-totalité des violences étudiées se déroule dans l’obscurité de la soirée ou du milieu de la nuit, entre 21 heures et 3 heures, soit des temps morts de l’emploi du temps des soldats. Si la plupart de ces affaires se situent dans des propriétés isolées du milieu rural, garantes d’anonymat pour les agresseurs, ces derniers prennent néanmoins des précautions : « L’homme a soufflé la bougie25 » ; un autre soldat s’assure que « toutes les issues étaient fermées26 ». Cependant, ces attaques semblent davantage définies par le hasard de la circulation des hommes que par la préméditation totale des modalités du viol. Elles naissent dans le saisissement d’un contexte spatio-temporel paraissant propice à l’assouvissement d’une pulsion sexuelle non maîtrisée et exacerbée par une consommation excessive d’alcool, l’état psychologique du soldat vainqueur et l’éloignement de sa famille et de son pays. L’éventail des âges des victimes, extrêmement large (de 10 à 85 ans), va aussi dans ce sens. Il s’agit ainsi de « viols d’opportunité », qui ne sont pas sans similitude avec la manière dont Georges Vigarello décrit certains viols « en plein vent » du xixe siècle : des « agressions de parcours, des crimes de retour de fêtes [...], des rencontres sur le trajet du marché ou du travail27 ».

  • 28 ADC 876 W 130, PV du 20/05/1941 de la brigade de Lisieux sur une tentative de viol le 20 mai 1941.
  • 29 Stéphane Audoin-Rouzeau, L’Enfant de l’ennemi. Viol, avortement, infanticide pendant la Grande Guer (...)
  • 30 ADC 876 W 130, ibid.
  • 31 ADC 3142 W 11, PV du 26/09/1942 de la brigade de Mesnil-Auzouf sur une tentative de viol le 20 sept (...)

7Une fois entré, l’agresseur, à la condition physique particulièrement entraînée, fait preuve d’une force violente, voire bestiale : il « se jette », « se rue », ou « poursuit » sa victime. Au contraire, les témoignages suggèrent la faillite des éventuels hommes présents à protéger leur famille et leur foyer, conformément aux assignations traditionnelles de l’époque. Ils sont absents ou réduits à l’immobilisme. Un témoin rapporte qu’au cours d’une de ces intrusions nocturnes, un soldat lui a « porté un coup de poing à l’œil gauche » et que de ce fait, il est resté « impuissant28 » face au viol de sa voisine. Dans au moins quatre autres cas, une arme est utilisée comme technique d’intimidation. Symboliquement, c’est la domination d’un soldat sur une civile : Stéphane Audoin-Rouzeau a pointé le déséquilibre psychologique provoqué par le port d’une arme pour un homme mobilisé29. Enfin, l’Occupation confère également au soldat un levier de pouvoir supplémentaire, entre chantage et menaces : l’agresseur de Suzanne s’invite chez elle sur « ordre de la Kommandantur30 », quand Madeleine est menacée d’arrestation31. Ainsi, la triple domination de l’homme sur la femme, du soldat sur la civile, et de l’occupant sur l’occupée se combine en un rapport de forces favorable à l’agresseur, mais pas fatalement irréversible, puisque huit affaires restent des tentatives de viol. Finalement, il faut mettre en exergue les nombreuses similitudes qui unissent ces témoignages et qui tendent à dessiner un « scénario-type » propre aux viols commis en temps d’occupation. Or, cette configuration se modifie sous l’effet de l’ouverture d’un nouveau front le 6 juin 1944 dont le Calvados, comme la Manche, constitue la porte d’entrée.

Un accroissement des agressions et un durcissement de la violence sous l’effet de la reprise des hostilités à l’été 1944 (juin 1944-août 1944)

  • 32 AN BB 18 7223, Rapport du 20/10/1944 du Procureur général sur un double viol commis à Mouen le 10 j (...)
  • 33 Odette Chollet-Charon, Odette, ne tremble pas !, Athis Val de Rouvre, Éditions Ch. Corlet, 1973.
  • 34 AN BB 30 1827, liste de la délégation régionale du SRCGE dans le Calvados, non datée.
  • 35 Peter Lieb, « Répression et massacres : l’occupant allemand face à la Résistance française, 1943-19 (...)
  • 36 AN BB 30 1827, ibid.
  • 37 Jean-Luc Leleu, 10 SS-Panzer-Division Frundsberg, Bayeux, Heimdal, 1999.
  • 38 Idem, « La Waffen-SS : des soldats d’élite » dans Jean Lopez et Olivier Wieviorka (dir.), Les mythe (...)
  • 39 Valentin Schneider, art. cit.

8La reprise des combats qui s’ouvre avec le débarquement allié semble marquer un changement de nature dans les violences sexuelles commises par des soldats allemands. Le rythme des agressions augmente soudainement. 14 viols ou tentatives sont recensés en deux mois, tous commis en juin et juillet 1944, soit deux de plus que le nombre d’agressions recensées en quatre ans d’occupation. Quant à la situation militaire, elle reste incertaine, particulièrement autour de Caen où les armées stationnent jusqu’à la libération de la ville, le 20 juillet. Or, lorsqu’il mène l’enquête en 1945, le SRCGE recense cinq agressions commises au sud-ouest de la ville : un double viol à Mouen le 10 juin, un viol à Bretteville-sur-Odon le 12 ou 24 juin puis le 3 ou 4 juillet, un viol à Louvigny le 13 juillet et un autre à Fontaine-Étoupefour le 20 juillet. Ces communes, toutes relativement proches les unes des autres, ont été le théâtre d’affrontements meurtriers. Il semble donc qu’il y ait une correspondance entre les zones de combat et les zones marquées par la répétition d’affaires de viol. Au-delà de l’approche quantitative, la violence des agressions semble également s’accroître et s’aligner sur celle de la bataille en cours. Le 10 juin 1944, Marie-Thérèse, 16 ans, est victime d’un viol collectif commis devant ses parents, menacés par le revolver d’un adjudant. Elle est retrouvée « étendue sur son lit et souillée de sang qu’elle avait abondamment perdu32 ». À Caen, « une jeune fille de seize ans avait été violée sept fois devant son fiancé et sa mère attachés33 ». Les viols, plus nombreux sur un temps plus restreint, révèlent un durcissement de la violence dans le rapport aux corps des civiles. C’est ainsi que trois affaires s’achèvent par l’assassinat de la victime34, configuration que nous n’avons pas retrouvée en période d’occupation. Les soldats paraissent moins se préoccuper de leur anonymat et commettent l’agression à visage découvert, plus fréquemment devant des témoins, voire en extérieur. La frustration d’une défaite qui paraît de plus en plus inéluctable, la perspective d’un départ et donc le sentiment d’impunité naissant peuvent expliquer ce changement d’attitude. Les troupes allemandes ont également changé, les nouveaux arrivés expérimentant le Calvados comme un territoire à défendre davantage qu’à occuper. Sont également mobilisées des troupes possiblement accoutumées à la violence de l’Est, expérience que Peter Lieb a identifiée comme un facteur explicatif du comportement des troupes dans une étude des opérations de représailles contre les maquis35. Un viol recensé par le SRCGE a ainsi été attribué à un membre de la 10.SS-Panzerdivision « Frundsberg36 » qui a effectivement combattu les troupes soviétiques au printemps 194437. Il faut donc envisager l’hypothèse que certaines agressions puissent avoir été forgées dans l’expérience des méthodes violentes de l’Est, ce qui serait à étayer par un plus grand nombre de cas envisagés. C’est aussi au cours de cette période qu’apparaissent les premières accusations contre des soldats identifiés comme des SS par les victimes, au nombre de quatre. Si le SRCGE fait effectivement le lien avec deux divisions présentes au moment des faits, il faut également prendre en compte la dimension fantasmagorique propre à cette armée, associée à des méthodes brutales et violentes38, et que les victimes auraient pu, dans la confusion, assimiler à leur agression. Le corpus ne permet pas d’établir un automatisme entre la présence de troupes SS et une hausse particulière de la fréquence des violences sexuelles. Ainsi, au moins trois unités SS avaient déjà stationné dans le département durant l’Occupation, à l’image de la 1.SS Panzergrenadier-Division qui arrive à Livarot à la fin de l’année 194239. Aucune plainte pour viol ne correspond à leur séjour. Ces signalements sont donc à remettre dans le contexte des combats de la Libération, exacerbant les violences commises par des soldats mais aussi les angoisses des civil·e·s.

9Il est donc possible de distinguer, dans le contexte particulier du Calvados, les « viols d’Occupation », de juin 1940 à juin 1944, viols d’opportunité aux scénarios souvent semblables, et les « viols en temps de combats », du 6 juin à la fin août. Plus nombreux et plus violents, ceux-ci semblent façonnés par la bataille en cours qui modifie les rapports entre civil·e·s et militaires, tout comme l’esprit du soldat qui n’est plus occupant, mais combattant d’une armée attaquée. Comment les autorités allemandes et françaises répondent-elles à ces viols ? La reprise des combats altère-t-elle aussi la répression de ces violences sexuelles ?

Les investigations et poursuites judiciaires des viols commis par des soldats allemands, au cœur des enjeux d’occupation à l’échelle locale

Les enquêtes, entre collaboration locale minimale et prééminence allemande

  • 40 Jean-Marc Berlière, Police des temps noirs, Paris, Place des Éditeurs, 2018, p. 422.
  • 41 ADC 876 W 130, PV du 20/05/1941 de la brigade de Lisieux sur une tentative de viol le 20 mai 1941.
  • 42 ADC 876 W 130, PV du 23/01/1941 de la brigade de Saint-Julien-le-Faucon sur un viol commis le 22 ja (...)
  • 43 ADC M 14297, Instructions de la Feldgendarmerie au préfet du Calvados, 10 novembre 1941.
  • 44 ADC 3142 W 11, PV du 26/09/1942 de la brigade de Mesnil-Auzouf sur une tentative de viol le 20 sept (...)
  • 45 ADC 876 W 130, PV du 20/05/1941 de la brigade de Lisieux sur une tentative de viol dans la nuit du (...)
  • 46 ADC 3142 W 11, Rapport du 03/04/1942 du maire de Montchamp sur un viol commis le 31 mars 1942.
  • 47 Tribunal militaire.

10En conformité avec l’article 3 de la convention d’armistice du 22 juin 1940, la politique de collaboration de l’État français impose à ce dernier de mettre son appareil administratif au service du vainqueur. Le Calvados demeurant un département très rural, les autorités locales allemandes dialoguent surtout avec la gendarmerie. Avant de participer à des missions de répression de la Résistance ou d’arrestations de Juifs, celle-ci est surtout mobilisée pour l’accomplissement de tâches quotidiennes visant au maintien de l’ordre au sein de la population civile, en lien avec les troupes d’Occupation qui la surveillent réciproquement40. Du côté allemand, c’est la Feldgendarmerie qui est chargée, entre autres, du contrôle de la discipline militaire et notamment de la relation avec les occupé·e·s. Ainsi, il y a conjonction possible des domaines de missions de ces deux autorités autour de l’idée du « maintien de l’ordre ». Un délit ou un crime commis par un soldat posent donc la question de l’autorité chargée de la responsabilité de l’enquête à mener, d’autant plus que les victimes doublent leurs démarches en regard du statut et de la nationalité de l’agresseur. Sur les dix plaintes recensées avant les événements de juin 1944, seule celle de Suzanne s’adresse uniquement aux autorités françaises41. Hélène se plaint quant à elle exclusivement à un chef allemand42, si bien que c’est la rumeur publique qui déclenche, le surlendemain, une enquête de la gendarmerie. Toutes les autres victimes se plaignent d’abord à l’autorité allemande la plus proche, et préviennent ensuite ses homologues français. Dès lors, comment s’organise localement et de façon concrète le traitement des affaires ? Les sources ne font état d’aucun arrêté local en provenance de la Feldkommandantur 723 qui prescrirait la procédure à suivre : les décisions consécutives à chaque agression semblent plutôt le fait de mesures improvisées, pragmatiques et unilatérales. Les autorités françaises se mettent en contact avec les autorités allemandes locales, puis les recherches paraissent se mener en parallèle, sans grande collaboration active sur le terrain. Alors que les doubles des procès-verbaux sont envoyés à la Kreiskommandantur locale, les enquêteurs allemands, Feldgendarmen, gradés ou interprètes, mènent ensuite leurs investigations en toute opacité. Les recherches françaises sont donc rapidement limitées. L’identification des agresseurs demeure ainsi la prérogative des autorités allemandes qui préservent le prestige de la Wehrmacht et son statut d’occupant. C’est le même esprit qui préside aux affaires d’arrestation de prostituées. Dès 1941, une instruction de la Feldgendarmerie avait rappelé que « la Gendarmerie française n’[avait] pas qualité pour arrêter des Françaises qui se trouv[ai]ent accompagnées de militaires43 ». Ainsi, du fait de la prééminence allemande sur tous les types d’affaires de mœurs qui impliquent des soldats, peu d’informations sur leurs méthodes d’investigation émergent des sources locales. Cependant, quelques indices laissent transparaître un vrai souci de l’enquête. Un militaire se rend chez Mme L. et constate l’effraction44 ; le chef d’une formation stationnée à Saint-Julien-le-Faucon recueille un certificat médical45 ; Alice est convoquée pour une confrontation46. La victime semble jouer un rôle actif dans la procédure allemande visant à identifier rapidement l’agresseur afin qu’un Kriegsgericht47 puisse engager des poursuites. Les autorités occupantes ont aussi probablement exploité les résultats des recherches françaises, aussi limitées soient-elles.

Les investigations françaises sur les crimes de nature sexuelle : modalités et enjeux méthodologiques d’un procédé d’investigation hérité du xixe siècle

  • 48 Georges Vigarello, op. cit., p. 248-270.
  • 49 Pour le xviiie siècle, Cf. Enora Peronneau Saint-Jalmes, Crimes sexuels et société à la fin de l’An (...)
  • 50 François Duverger, Manuel criminel des juges de paix, Poitiers, 1876, p. 199.
  • 51 La loi no 2000-516 du 15 juin 2000 sur la présomption d’innocence impose désormais la retranscripti (...)
  • 52 Laura Viaut, « La dramaturgie dans les documents judiciaires », Actu-Juridique.fr, publié le 09/04/ (...)
  • 53 Lois et décrets annotés sur l’organisation de la gendarmerie, de la garde personnelle du chef de l’ (...)
  • 54 AN BB 18 7223, Rapport du 20/10/1944 du Procureur général sur un double viol commis à Mouen le 10 j (...)
  • 55 ADC 876 W 130, PV du 23/01/1941 de la brigade de Saint-Julien-le-Faucon sur un viol commis le 22 ja (...)
  • 56 Nathalie Przygodzki-Lionet, « Le témoignage en justice : les apports de la psychologie sociale et c (...)
  • 57 Claude Coeurjoly, Souvenirs d’enfance : un jeune Parisien à Villers-sur-Mer pendant l’occupation al (...)
  • 58 Lois et décrets annotés sur l’organisation de la gendarmerie, op. cit., p. 891-892.

11Si Georges Vigarello note une efficacité accrue des enquêtes pour viol à partir des années 197048, les procès-verbaux des années 1940 semblent déjà relever de l’application d’un véritable procédé d’investigation forgé par la criminalisation du viol et les prémices de l’enquête scientifique du xixe siècle49. La procédure à suivre avait déjà fait l’objet de développements dans les différents manuels à destination des juges, policiers ou gendarmes. Ainsi, le Manuel criminel des juges de paix50 de 1876 indique la nécessité, en cas de viol, de procéder à une visite médicale, d’interroger la victime, de prélever ses vêtements, d’organiser des confrontations et d’entendre des témoins. Les modalités d’enquête des années 1940 s’inscrivent parfaitement dans cet héritage. Se posent alors des enjeux méthodologiques liés à l’analyse de témoignages recueillis dans le cadre d’enquêtes judiciaires avec, en premier lieu, la difficulté liée à l’absence de retranscription des questions posées à la victime51. À ce sujet, Laura Viaut explique que « l’acte n’était guère la retransmission fidèle de l’interaction, mais plus certainement le résumé des propos tenus par l’accusé52 », égarant la dynamique de l’échange. Selon les Lois et décrets annotés sur l’organisation de la gendarmerie, il convenait de « contrôler avec soin » les dires de la victime53. Les femmes entendues insistent ainsi particulièrement sur la résistance dont elles ont fait preuve, qu’il s’agisse de cris, d’une défense physique acharnée ou de stratégies opposées : « La jeune B. […] se mit à faire la morte54 ». L’audition détermine donc tant les actes de l’agresseur que l’attitude de l’interrogée. Se pose également la question de ce qu’elle livre ou tait, les violences sexuelles recouvrant une importante dimension traumatique, propice aux phénomènes d’oubli, de déformation et d’amplification inconsciente. Hélène reconnaît : « J’ai été tellement bouleversée que je ne puis donner un signalement précis de mon agresseur55 ». À cela s’ajoute l’impact de l’environnement dans lequel se déroule la déposition. L’approche par la psychologie sociale et cognitive adoptée par Nathalie Przygodzki-Lionet56 a montré combien les témoignages peuvent s’altérer sous le poids des conditions matérielles et sociales de l’audition (bruit, température). Par ailleurs, les témoignages étudiés émanent de femmes confrontées à des enquêteurs masculins non formés spécifiquement à ces questions, au sujet d’une atteinte intime qu’elles ont subie. Claude Coeurjoly, fils d’une victime, se souvient : « Il lui était désagréable de raconter dans le détail l’agression […] elle se trouverait dans l’obligation de préciser des gestes indécents57 ». Un autre facteur d’altération de la déposition est la probable interconnaissance entre individus, inhérente au milieu rural et vectrice potentielle de malaise, particulièrement lorsqu’il est recommandé aux enquêteurs de recueillir les « détails les plus intimes58 ». Ces témoignages ne sont donc qu’une reconstruction partielle des événements, façonnée par le caractère spécifique des crimes sexuels et les conditions du processus de dépôt de plainte.

  • 59 ADC 876 W 130, PV du 20/05/1941 de la brigade de Lisieux sur une tentative de viol le 20 mai 1941.
  • 60 Lois et décrets annotés sur l’organisation de la gendarmerie, ibid.
  • 61 ADC 876 W 130, PV du 23/01/1941 de la brigade de Saint-Julien-le-Faucon sur un viol commis le 22 ja (...)
  • 62 ADC 876 W 130, ibid.
  • 63 ADC 21 W 32, PV de la brigade de Bayeux établi le 27/11/1944.
  • 64 Les crimes commis par des soldats tombent sous le coup du Code pénal militaire de 1872 (Militärstra (...)

12Selon les procès-verbaux établis immédiatement après les faits, les enquêteurs rassemblent ensuite d’éventuelles preuves matérielles, tant qu’elles peuvent l’être : saisie de linge, constatations sur le terrain, relevé d’empreintes de pas59. À ces indices matériels s’ajoute éventuellement un certificat médical, pièce majeure dans l’établissement de la preuve du viol par la démarche scientifique. Néanmoins, si les enquêteurs doivent inviter les victimes « à se faire visiter par un médecin60 », rien n’oblige les femmes à se soumettre à des consultations gynécologiques possiblement douloureuses : le médecin d’Hélène rapporte que sa patiente « accusait une grande douleur à subir cet examen61 ». Les blessures dont souffrent les victimes sont aussi des éléments de preuves qu’il faut certifier médicalement. Enfin, tous les témoins de l’agression, plus ou moins directs, sont mobilisés. Un volet essentiel du recueil des déclarations cherche à éteindre toute possibilité de suspicion quant au degré de consentement de la victime : c’est l’enquête de moralité. Cette étape systématique repose essentiellement sur l’audition des principales figures municipales, le maire, son adjoint, et parfois le garde-champêtre. Ceux-ci évoquent subjectivement la victime, à l’aune de leur perception de ce qui est moral ou non : « Elle n’a jamais reçu aucun homme étranger62 ». La bonne moralité d’une femme entre donc en compte dans la considération d’une agression. Émerge le cas d’une jeune fille dont le viol est évoqué dans le cadre de poursuites menées par la Chambre civique du Calvados pour « débauche avec l’ennemi ». Cette juridiction d’exception liée au processus d’épuration judiciaire est créée par l’ordonnance du 26 août 1944 pour juger les individus suspectés d’indignité nationale. D’après des témoins, cette jeune fille aurait été violée alors qu’elle se livrait « habituellement à la débauche63 ». Or, il ne paraît pas qu’une procédure pour viol ait été enclenchée pendant l’Occupation (pas plus qu’après) : sa réputation a probablement décrédibilisé l’atteinte intime qu’elle prétend avoir subie. Une fois ces enquêtes effectuées, à quoi mènent-elles ? Si les investigations françaises sont justifiées par la nationalité de la victime, les militaires allemands ne relèvent que de la juridiction de la Wehrmacht64. L’impossibilité pour les autorités locales de juger un soldat occupant pour des crimes commis sur leur propre territoire interrompt donc le processus judiciaire classique. Ainsi, pour les années d’Occupation, aucun document n’indique l’intervention d’un procureur de la République qui statuerait sur la suite à donner à ces affaires.

La condamnation des violences sexuelles par les tribunaux militaires allemands : de l’exemplarité pendant l’Occupation à la recherche d’efficacité à l’été 1944

  • 65 Ces dossiers sont aujourd’hui conservés dans les séries PERS15 et RW60 des archives militaires fédé (...)
  • 66 Chapitre 176 du Reichsstrafgesetzbuch.
  • 67 Auguste Gerhards, Tribunal de guerre du IIIe Reich, Paris, ministère de la Défense et Cherche Midi, (...)
  • 68 Jugement du 23 avril 1943. AN BB 30 1827, liste de la délégation régionale du SRCGE dans le Calvado (...)
  • 69 ADC 25 W/15/1/1, Rapport du 21 octobre 1940.
  • 70 Claude Coeurjoly, op. cit., p. 145.
  • 71 ADC 3142 W 11, PV du 26/09/1942 de la brigade de Mesnil-Auzouf sur une tentative de viol le 20 sept (...)
  • 72 Wehrmachtsdisziplinartstrafordnung (WDStO).

13Le traitement judiciaire de la violence sexuelle de la soldatesque est la prérogative seule des Kriegsgerichte65. La population française tient effectivement une place spécifique dans l’échelle raciale constitutive de l’idéologie nazie qui modèle l’application de la législation militaire allemande dans le pays. Si elle reste l’ennemi héréditaire, elle n’intègre pas la catégorie des « peuples inférieurs ». Les violences sexuelles sont donc condamnables, en France occupée, comme « crimes et offenses contre la morale66 ». Auguste Gerhards y voit aussi un outil majeur de dissuasion67 dans un pays à la réputation sulfureuse. Les tribunaux semblent prendre rapidement le relais, et ce dès les premiers mois de l’Occupation. Ainsi, l’agresseur d’Alice est condamné moins d’un mois après son crime68. S’aligne sur cette efficacité la sévérité des sanctions appliquées. Seules 13 condamnations de soldats sont connues, mais l’absence d’une mention de punition pour les autres affaires est davantage le reflet de la méconnaissance des autorités françaises qu’un synonyme d’impunité des violeurs. Le sous-préfet de Lisieux rapporte, le 10 octobre 1940, que deux soldats allemands ont été condamnés à de la réclusion69 pour une tentative de viol ; les deux coupables de la tentative de viol de la mère de Claude Coeurjoly ont été « envoyés dans un camp spécial70 ». Ces punitions s’inscrivent dans l’éventail possible des sanctions définies par les chapitres 176 à 178 du Code pénal allemand et l’ordonnance pénale spéciale de guerre de 1938. Cependant, d’autres modalités de répression existent, sans aller jusqu’aux poursuites judiciaires. En septembre 1942, l’agresseur de Madeleine se voit imposer des « sanctions disciplinaires71 » par la Standorstkommandantur de Vire. Difficiles à définir, il pourrait s’agir de mesures prises par un supérieur touchant à la vie quotidienne de l’accusé, telle la suppression d’une permission. Or, le viol ne rentre pas dans le cadre du Code disciplinaire de la Wehrmacht : ces punitions relèvent probablement de sanctions informelles ou d’un détournement du WDStO72.

  • 73 Claude Coeurjoly, op. cit., p. 145.
  • 74 Birgit Beck, op. cit., p. 257.
  • 75 AN BB 30 1827, liste de la délégation régionale du SRCGE dans le Calvados, non datée.
  • 76 Mémorial de Caen, TE 436, Thérèse Robineau, Histoire du Débarquement, p. 21.

14Ce souci de juger les dérives de l’Occupation constitue un élément central de l’injonction d’entretenir des rapports cordiaux avec la population locale. Cet enjeu est d’autant plus important dans le Calvados que celui-ci est marqué par la densité de la présence occupante et qu’il permet aux autorités allemandes d’afficher qu’elles assurent la justice. Ainsi, Claude Coeurjoly rapporte l’échange qu’a eu sa mère avec un officier qui, après son agression à Villers-sur-Mer, lui avait affirmé que « la mort pouvait être la sanction prise73 ». En réalité, seuls les viols de femmes allemandes peuvent donner lieu à ce type de condamnation, particulièrement marquantes pour les civil·e·s74. Or, une liste du SRCGE fait état de deux exécutions de soldats à l’été 1944, pour lesquels le viol apparaît dans les motifs d’accusation : un membre de la division Hitlerjugend le 24 juin et le soldat Karl Z., le 20 juillet75. Ces verdicts radicaux, qui tombent près de la zone de Caen où l’armée allemande s’enlise, punissent davantage l’assassinat des victimes que leur viol. Cependant, ils sont révélateurs de la persistance de la répression judiciaire après le Débarquement, en dépit des nouvelles priorités liées au contexte militaire et de l’accroissement des besoins en hommes. De nouveaux types de punition apparaissent dans les mentions de crimes sexuels, modelés par la désorganisation liée à la bataille en cours. Thérèse Robineau rapporte qu’en juillet 1944, la Kommandantur « passe à tabac76 » deux soldats ivres qui s’en étaient pris à une jeune fille. La reprise des combats n’a pas dissuadé la victime de déposer une plainte, qui cette fois n’aboutit pas sur un jugement officiel par un Kriegsgericht, mais sur une punition violente et informelle par l’autorité territoriale qu’incarne la Kommandantur. Se dessine alors l’hypothèse d’une évolution vers des peines moins officielles et moins coûteuses en temps et en bras, qui ne concernent probablement pas que les violences sexuelles. Toujours est-il que malgré les combats, le souci de sanctionner les infractions demeure, y compris les crimes de viol. Des hypothèses quant au poids de la configuration particulière de la Bataille de Normandie sur la persistance de cette répression judiciaire peuvent aussi être avancées : l’issue des combats demeurant longtemps très incertaine, la défaite a pu apparaître comme n’étant pas nécessairement inéluctable aux yeux des autorités allemandes. L’ordre bâti au temps de l’Occupation devait donc être maintenu. Il était également dans l’intérêt des autorités locales allemandes et des commandements des unités d’opération d’éviter d’attiser les rancœurs de la population dans un contexte militaire difficile, et ainsi de limiter toute action de soutien aux troupes alliées ou aux résistants.

  • 77 Cf. Claudia Moisel, « Les procès pour crimes de guerre allemands en France après la Seconde Guerre (...)
  • 78 AN BB 18 7223, Rapport du 20/10/1944 du Procureur général sur un double viol commis à Mouen le 10 j (...)
  • 79 Ordonnance du Gouvernement provisoire de la République française du 29 août 1944.
  • 80 François Azouvi, Français, on ne vous a rien caché, Paris, Gallimard, 2020.
  • 81 Simon Peregro, Pleurons-les. Les Juifs de Paris et la commémoration de la Shoah (1944-1967), Paris, (...)
  • 82 Fabrice Virgili, La France « virile » – Des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2000.

15Le Calvados constitue un terrain d’étude privilégié pour mesurer l’impact d’une situation militaire sur les violences sexuelles d’une population de soldats, ici ceux de la Wehrmacht. Le changement brutal de conjoncture après le débarquement allié ou le passage d’une situation d’occupation à un contexte d’affrontements prolongés permettent la comparaison des différents cas de viols rapportés avant et après ce basculement. Ainsi, si ces hypothèses nécessiteraient d’être confirmées à une plus petite échelle, il semble apparaître que la violence sexuelle s’aligne sur celle de la situation militaire, tant dans sa fréquence que dans sa nature. Cette dynamique se perçoit également dans les modalités de la répression judiciaire, sur laquelle pèse la situation d’occupation qui place les affaires de viols au cœur de l’enjeu de la répartition des pouvoirs locaux entre autorités françaises et allemandes. Si l’occupant s’approprie le traitement judiciaire de ces viols, l’après-guerre ne se traduit pas pour autant par des condamnations rétroactives massives de ces crimes. La machine judiciaire se heurte encore aux faibles possibilités d’identification des agresseurs77. Dans le Calvados, l’information contre X pour un viol commis en juin 194478, ouverte en octobre par le parquet de Caen, n’aboutit pas. Cette procédure illustre la période de confusion durant laquelle des instances judiciaires déclenchent des poursuites alors que s’organise la procédure contre les crimes de guerre qui les place sous la juridiction des tribunaux militaires79. Enfin, les crimes de nature sexuelle occupent peu de place dans un discours mémoriel saturé, centré sur la condamnation des collaborateurs80, le souvenir des exactions contre la Résistance, les premières commémorations du génocide juif81 et la nécessité urgente de mener la reconstruction du pays. Peut-être faudrait-il aussi interroger le poids réel et symbolique de l’épuration faite aux femmes collaboratrices82 comme facteur étouffant l’émergence d’autres mémoires féminines.

Haut de page

Notes

1 Regina Mülhäuser, Eroberungen. Sexuelle Gewalttaten und intime Beziehungen deutsche Soldaten in der Sowjetunion, 1941-1945, Hambourg, Hamburger Edition, 2010.

2 Cf. Julie Le Gac, Vaincre sans gloire – Le corps expéditionnaire français en Italie (novembre 1942-juillet 1944), Paris, Les Belles Lettres/Ministère de la Défense-DMPA, 2013 ; Robert Lilly, La face cachée des GI’s : Les viols commis par les soldats américains en France, en Angleterre et en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Payot, 2008 ; Mary-Louise Roberts, Des GI’s et des femmes – Amours, viols et prostitution à la Libération, Paris, Seuil, 2014.

3 Birgit Beck, Wehrmacht und sexuelle Gewalt. Sexualverbrechen vor deutschen Militärgerichten, 1939-1945, Paderborn, Schöningh, 2004.

4 Fabrice Virgili, « Les viols commis par l’armée allemande en France (1940-1944) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 130, n° 2, 2016, p. 103-120.

5 Cette situation peut se rapprocher, avec nuances, de celle du département de la Manche.

6 Cf. l’éditorial de D. Lett, S. Steinberg, F. Virgili et C. Noûs, « Abuser/Forcer/Violer », Clio. Femmes, Genre et Histoire, no 52, 2020, p. 2-19.

7 Si le terme est anachronique, toute une gamme d’actes relevant de l’« agression sexuelle », des attouchements par exemple, ont été recensés dans d’autres départements mais sont absents du présent corpus.

8 Ont été dépouillés : La Presse quotidienne caennaise ; Le Bonhomme normand ; Avenir du Bessin et du Cotentin ; Journal de l’arrondissement de Vire ; Éclaireur du Bocage virois.

9 Archives départementales du Calvados (désormais ADC), 3142 W 11, 726 W 16875, 876 W 130, 21 W 32, 25 W 15/1/1.

10 Les archives centrales du SRCGE sont conservées aux Archives nationales (désormais AN).

11 Plus de 5 400 notices de témoignages sont recensées sur la plateforme « Ego 39-45. Écrits de Guerre et d’Occupation », CRHQ-CNRS, URL : http://www.ego.1939-1945.crhq.cnrs.fr/.

12 De rares mentions d’agressions sexuelles commises sur des hommes sont recensées dans d’autres départements.

13 Si les historiens prêtent aujourd’hui de nombreuses exactions aux troupes supplétives de l’Est qui arrivent en France à l’automne 1943, cette donnée ne ressort pas dans notre corpus. Cf. Hans W. Neulen, An deutscher Seite. Internationale Freiwillige von Wehrmacht und Waffen-SS, Munich, Universitas, 1985.

14 Sous l’Occupation, ce terme se retrouve dans les rapports préfectoraux et s’applique surtout aux relations administratives. Dans l’après-guerre, la Wehrmacht présente une vision « propre » de son action en France, dans la perspective des procès pour crimes de guerre puis de l’Alliance européenne. En naît une distinction entre une guerre violente à l’Est et « correcte » à l’Ouest, ce qu’une historiographie récente a remis en cause. Cf. Klaus Naumann, « Die “saubere” Wehrmacht. Gesellschaftsgeschichte einer Legende », Mittelweg 36, vol. 7, 1998, p. 8-18.

15 Valentin Schneider, « Les divisions allemandes en Basse-Normandie pendant l’Occupation : étude quantitative et qualitative (19 juin 1940-5 juin 1944) », Annales de Normandie, 55ᵉ année, no 5, 2005, p. 453-454.

16 Jean Quellien, Le Calvados dans la guerre, 1939-1945, Bayeux, Orep Éditions, 2017.

17 Par exemple, la 384e DI stationne à peine un mois à Lisieux en octobre 1943 ; au contraire, la 348e DI s’y installe plus longuement puisqu’elle arrive en octobre 1942 et repart en novembre 1943.

18 Wolfang Geiger, L’image de la France dans l’Allemagne nazie, 1933-1945, Presses universitaires de Rennes, 1999.

19 Jean Quellien, Opinions et comportements politiques dans le Calvados sous l’occupation allemande, 1940-1944, Caen, CRHQ et Université de Caen, 2001.

20 Cf. Jean Quellien, La Bataille de Normandie. 6 juin-12 septembre 1944, 100 jours en enfer, Paris, Tallandier, 2019.

21 Le bilan fait état de 20 000 civil·e·s tué·e·s et de 250 000 morts du côté allemand.

22 Fabrice Virgili, art. cit., p. 118.

23 ADC 876 W 130, PV du 20/05/1941 de la brigade de Lisieux sur une tentative de viol le 20 mai 1941.

24 ADC 3142 W 11, PV du 26/09/1942 de la brigade de Mesnil-Auzouf, sur une tentative de viol le 20 septembre 1942.

25 ADC 876 W 130, ibid.

26 AN BB 18 7223, Rapport du 20/10/1944 du Procureur général sur un double viol commis à Mouen le 10 juin 1944.

27 Georges Vigarello, Histoire du viol, xvie-xxe siècle, Paris, Le Seuil, 1998, p. 181.

28 ADC 876 W 130, PV du 20/05/1941 de la brigade de Lisieux sur une tentative de viol le 20 mai 1941.

29 Stéphane Audoin-Rouzeau, L’Enfant de l’ennemi. Viol, avortement, infanticide pendant la Grande Guerre, Paris, Flammarion, 2013 (1re éd. 1995), p. 72-74.

30 ADC 876 W 130, ibid.

31 ADC 3142 W 11, PV du 26/09/1942 de la brigade de Mesnil-Auzouf sur une tentative de viol le 20 septembre 1942.

32 AN BB 18 7223, Rapport du 20/10/1944 du Procureur général sur un double viol commis à Mouen le 10 juin 1944.

33 Odette Chollet-Charon, Odette, ne tremble pas !, Athis Val de Rouvre, Éditions Ch. Corlet, 1973.

34 AN BB 30 1827, liste de la délégation régionale du SRCGE dans le Calvados, non datée.

35 Peter Lieb, « Répression et massacres : l’occupant allemand face à la Résistance française, 1943-1944 », dans Gaël Eismann et Stefan Martens (dir.), Occupation et répression militaire allemandes, 1939-1945 : la politique de « maintien de l’ordre » en Europe occupée, Paris, Autrement, 2007, p. 169-185.

36 AN BB 30 1827, ibid.

37 Jean-Luc Leleu, 10 SS-Panzer-Division Frundsberg, Bayeux, Heimdal, 1999.

38 Idem, « La Waffen-SS : des soldats d’élite » dans Jean Lopez et Olivier Wieviorka (dir.), Les mythes de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Perrin, 2018 (1re éd. 2015), p. 172-173.

39 Valentin Schneider, art. cit.

40 Jean-Marc Berlière, Police des temps noirs, Paris, Place des Éditeurs, 2018, p. 422.

41 ADC 876 W 130, PV du 20/05/1941 de la brigade de Lisieux sur une tentative de viol le 20 mai 1941.

42 ADC 876 W 130, PV du 23/01/1941 de la brigade de Saint-Julien-le-Faucon sur un viol commis le 22 janvier 1941.

43 ADC M 14297, Instructions de la Feldgendarmerie au préfet du Calvados, 10 novembre 1941.

44 ADC 3142 W 11, PV du 26/09/1942 de la brigade de Mesnil-Auzouf sur une tentative de viol le 20 septembre 1942.

45 ADC 876 W 130, PV du 20/05/1941 de la brigade de Lisieux sur une tentative de viol dans la nuit du 20 mai 1941.

46 ADC 3142 W 11, Rapport du 03/04/1942 du maire de Montchamp sur un viol commis le 31 mars 1942.

47 Tribunal militaire.

48 Georges Vigarello, op. cit., p. 248-270.

49 Pour le xviiie siècle, Cf. Enora Peronneau Saint-Jalmes, Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Place des Éditeurs, 2021.

50 François Duverger, Manuel criminel des juges de paix, Poitiers, 1876, p. 199.

51 La loi no 2000-516 du 15 juin 2000 sur la présomption d’innocence impose désormais la retranscription des questions.

52 Laura Viaut, « La dramaturgie dans les documents judiciaires », Actu-Juridique.fr, publié le 09/04/21 [En ligne], URL : https://www.actu-juridique.fr/theorie-sociologie/la-dramaturgie-dans-les-documents-judiciaires.

53 Lois et décrets annotés sur l’organisation de la gendarmerie, de la garde personnelle du chef de l’État et sur le service de la gendarmerie, 50e édition, mise à jour à la date du 1er mars 1943, p. 891-892.

54 AN BB 18 7223, Rapport du 20/10/1944 du Procureur général sur un double viol commis à Mouen le 10 juin 1944.

55 ADC 876 W 130, PV du 23/01/1941 de la brigade de Saint-Julien-le-Faucon sur un viol commis le 22 janvier 1941.

56 Nathalie Przygodzki-Lionet, « Le témoignage en justice : les apports de la psychologie sociale et cognitive », Histoire de la justice, vol. 24, no 1, 2014, p. 115-126.

57 Claude Coeurjoly, Souvenirs d’enfance : un jeune Parisien à Villers-sur-Mer pendant l’occupation allemande, Villers-sur-Mer, Claude Coeurjoly, 2003, p. 142-143.

58 Lois et décrets annotés sur l’organisation de la gendarmerie, op. cit., p. 891-892.

59 ADC 876 W 130, PV du 20/05/1941 de la brigade de Lisieux sur une tentative de viol le 20 mai 1941.

60 Lois et décrets annotés sur l’organisation de la gendarmerie, ibid.

61 ADC 876 W 130, PV du 23/01/1941 de la brigade de Saint-Julien-le-Faucon sur un viol commis le 22 janvier 1941.

62 ADC 876 W 130, ibid.

63 ADC 21 W 32, PV de la brigade de Bayeux établi le 27/11/1944.

64 Les crimes commis par des soldats tombent sous le coup du Code pénal militaire de 1872 (Militärstrafgesetzbuch), du Code pénal de l’Empire allemand de 1871 (Reichsstrafgesetzbuch) et de la Kriegssonderstrafrechtsverordnung de 1938.

65 Ces dossiers sont aujourd’hui conservés dans les séries PERS15 et RW60 des archives militaires fédérales de Fribourg-en-Brisgau.

66 Chapitre 176 du Reichsstrafgesetzbuch.

67 Auguste Gerhards, Tribunal de guerre du IIIe Reich, Paris, ministère de la Défense et Cherche Midi, 2014.

68 Jugement du 23 avril 1943. AN BB 30 1827, liste de la délégation régionale du SRCGE dans le Calvados, non datée.

69 ADC 25 W/15/1/1, Rapport du 21 octobre 1940.

70 Claude Coeurjoly, op. cit., p. 145.

71 ADC 3142 W 11, PV du 26/09/1942 de la brigade de Mesnil-Auzouf sur une tentative de viol le 20 septembre 1942.

72 Wehrmachtsdisziplinartstrafordnung (WDStO).

73 Claude Coeurjoly, op. cit., p. 145.

74 Birgit Beck, op. cit., p. 257.

75 AN BB 30 1827, liste de la délégation régionale du SRCGE dans le Calvados, non datée.

76 Mémorial de Caen, TE 436, Thérèse Robineau, Histoire du Débarquement, p. 21.

77 Cf. Claudia Moisel, « Les procès pour crimes de guerre allemands en France après la Seconde Guerre mondiale », Bulletin de l’Institut d’histoire du temps présent, Usages politiques du droit et de la justice, no 80, 2002.

78 AN BB 18 7223, Rapport du 20/10/1944 du Procureur général sur un double viol commis à Mouen le 10 juin 1944.

79 Ordonnance du Gouvernement provisoire de la République française du 29 août 1944.

80 François Azouvi, Français, on ne vous a rien caché, Paris, Gallimard, 2020.

81 Simon Peregro, Pleurons-les. Les Juifs de Paris et la commémoration de la Shoah (1944-1967), Paris, Champ Vallon, 2020.

82 Fabrice Virgili, La France « virile » – Des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Barnabé, « Les violences sexuelles commises par des soldats allemands et leur répression dans le Calvados, de l’Occupation à la Bataille de Normandie (juin 1940-août 1944) »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7719 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7719

Haut de page

Auteur

Charlotte Barnabé

Université de Caen-Normandie, HisTeMé, charlotte.barnabe@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search