Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30Travaux soutenusThèsesFlavien Villard, L’effort des jeu...

Travaux soutenus
Thèses

Flavien Villard, L’effort des jeunes filles. Représentations et pratiques athlétiques en Grèce ancienne (viiie-ive siècle avant J.-C.)

Thèse de doctorat en histoire ancienne, Université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne, sous la direction de Violaine Sebillotte Cuchet, soutenue le 4 décembre 2021

Texte intégral

1En Grèce archaïque et classique, les pratiques athlétiques, c’est-à-dire les activités à la fois gymniques et agonistiques, ne sont pas réservées aux hommes. Des femmes peuvent également y participer. Ces dernières sont alors essentiellement des adolescentes non mariées, qui peuvent se défier dans des concours gymniques et des défis ludiques mobilisant des compétences physiques. La thèse porte sur ce type d’activités physiques et s’appuie sur tous les documents connus écrits en langue grecque ou latine, les sources iconographiques et les témoignages archéologiques, qui concernent des activités athlétiques pratiquées par des figures féminines, héroïques ou historiques, habitant quelque région hellénophone que ce soit ou y étant reliées, entre le début viiie et la fin du ive siècle avant J.-C. L’étude est construite selon une progression en trois temps. Ces derniers explorent successivement l’imaginaire, les actions et les projections idéales des pratiques athlétiques des Grecques.

2Ainsi, la thèse examine tout d’abord les récits et les images qui évoquent des héroïnes athlétiques. Au sein des traditions narratives, deux figures héroïques se distinguent par leurs exploits athlétiques : Atalante et Cyrène. Refusant de s’unir à un homme, la première affronte ses compagnons à la lutte et défie ses prétendants à la course. La seconde lutte à mains nues contre un lion. Le travail explore les différents poèmes et les vases de diverses régions sur lesquelles elles apparaissent. Il montre également que, par leur implication active à des défis gymniques, ces deux athlètes héroïques s’opposent à d’autres figures de jeunes femmes, dont Pénélope est la représentante. Mentionnées dans des poèmes épiques et dramatiques ou des récits historiques, ces dernières participent à des rencontres physiques mais sans y tenir un rôle actif, puisqu’elles constituent le prix du concours des hommes. Aussi divers soient ces récits, leur analyse est donc l’occasion de constater que le domaine des pratiques athlétiques est ouvert aux héroïnes, qu’elles en soient les actrices centrales ou les spectatrices placées comme trophées à la fin de la lice. Les histoires ont également pour point commun de se clore sur une union entre les protagonistes féminins et l’un de leurs prétendants. Ce faisant, la recherche montre qu’elles témoignent de l’importance que les Grecs accordent à la présence de l’hétérosexualité dans la vie adulte pour assurer le renouvellement des générations et la continuité des lignées.

3Dans les différentes régions grecques, les adolescentes participent quant à elles essentiellement à deux types d’activités gymniques et agonistiques. La deuxième partie de l’ouvrage explore les actions de ces jeunes femmes. Tout d’abord, que ce soit en Élide, en Laconie, en Attique ou en Thessalie, les jeunes filles d’une même communauté politique ont la possibilité, avant le mariage, de s’affronter dans des compétitions de course organisées en l’honneur d’Héra, de Dionysos, d’Hélène ou d’Artémis. Ces compétitions sont connues par des poèmes, des scholies, des vases, des documents épigraphiques ou encore des témoignages archéologiques. Ces rencontres, où les adolescentes prouvent leur rapidité et leurs compétences physiques, semblent avoir au moins deux finalités principales. D’une part, elles constituent une preuve de l’appartenance et de l’intégration au sein de la communauté civique. D’autre part, elles honorent une divinité sollicitée afin d’assurer la protection des participantes sur le chemin du mariage. L’enquête démontre ainsi que ces courses permettent autant d’obtenir une reconnaissance sociale que de garantir son propre équilibre, dans un moment de bouleversements physiologiques. En outre, les adolescentes grecques se défient quotidiennement dans des jeux gymniques, c’est-à-dire des activités ludiques, et donc agonistiques, de nature physique. Les jeunes filles pratiquent notamment trois types de jeux : le jeu du porteur, les jeux de balle et celui de la bascule. Mentionnés par divers auteurs, notamment des lexicographes, ils sont représentés sur des vases, des statues, des figurines en terre cuite et des pièces de monnaie. Si ces activités témoignent de l’importance des pratiques athlétiques dans la vie des jeunes grecques, l’étude révèle qu’elles possèdent aussi une portée symbolique. À leur façon, les jeux analysés évoquent la maturité physique et sexuelle des adolescentes, puisqu’ils sont tous liés au champ d’action d’Éros.

4Enfin, la troisième partie examine la question des pratiques athlétiques féminines dans la cité spartiate et la cité platonicienne. Dans ces espaces, les activités athlétiques ne se résument pas uniquement à des défis physiques mais s’intègrent dans une formation gymnique globale qui a une visée éducative à l’échelle de la cité. Ces activités sont imposées aux adolescentes mais, dans certains cas, les femmes mariées peuvent continuer à s’y adonner. Pour comprendre le sens de ces pratiques, il faut d’abord rappeler que ces cités constituent un modèle comprenant une part plus ou moins importante de rêve. Les deux constructions politiques sont inspirées par un idéal, les documents textuels qui les présentent n’ont donc pas pour but premier de rendre compte d’activités réelles mais de renforcer, à leur manière, leur singularité sensationnelle. Dans cette logique, l’analyse a donc cherché à montrer les stratégies et les finalités des différents documents qui évoquent les pratiques athlétiques spartiates : poèmes dramatiques comique et tragique, constitution politique ou encore récit biographique. Une fois les constructions de ces documents mises au jour, plusieurs conclusions s’imposent. D’un côté, les jeunes Spartiates participent sans doute uniquement à des activités de courses et à des exercices de force. De l’autre, leurs efforts semblent avoir une finalité politique : assurer une plus grande cohésion du corps civique spartiate face aux autres populations du territoire lacédémonien. De même, l’étude des modèles platoniciens permet de rappeler que ces derniers ne sont pas le témoin de la vie athlétique des femmes en Grèce ancienne mais attestent que l’athlétisme féminin fait partie des discussions intellectuelles de la fin de l’époque classique cherchant à établir la meilleure façon de vivre. Dans La République et Les Lois, Platon expose le modèle d’une communauté politique idéale au sein de laquelle certaines jeunes filles, voire certaines femmes adultes, sont invitées à pratiquer des exercices gymniques et à s’affronter dans des concours de même nature. Discutées, critiquées ou remodelées par les penseurs aristotéliciens, cyniques et stoïciens, l’introduction d’activités athlétiques féminines dans la cité platonicienne constitue un tournant philosophique de la fin de l’époque classique. Tout en s’opposant aux travaux qui ont pu faire des textes de Platon la preuve d’activités féminines réelles, ce développement a permis d’étudier un dernier domaine où les Grecs s’intéressent aux pratiques athlétiques des jeunes filles, celui de la réflexion politique.

5La thèse démontre donc que les adolescentes grecques entretiennent des rapports variés avec l’effort athlétique. Les pratiques athlétiques des femmes ne constituent pas, en Grèce ancienne, un espace d’émancipation et de liberté, à l’image de ce que peut représenter le sport féminin dans le monde occidental contemporain. Dans chacun des espaces analysés, ces activités revêtent plutôt une symbolique érotique, parce qu’elles témoignent de la maturité physique des adolescentes grecques. Elles permettent alors aux jeunes filles de s’intégrer dans la communauté politique, en prouvant leur capacité à contribuer au renouveau de cette dernière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Flavien Villard, L’effort des jeunes filles. Représentations et pratiques athlétiques en Grèce ancienne (viiie-ive siècle avant J.-C.) »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 12 janvier 2023, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7774

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search