Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30Travaux soutenusThèsesLouise Bonvalet, La sorcellerie m...

Travaux soutenus
Thèses

Louise Bonvalet, La sorcellerie masculine à Venise à l’époque moderne (1630-1797). Entre hérésie et superstition

Thèse de doctorat en histoire moderne, Université de Rouen/Université de Vérone, sous la direction de Anna Bellavitis et de Federico Barbierato, soutenue le 30 avril 2021

Texte intégral

1Cette thèse questionne l’importante présence d’accusés masculins pour sorcellerie dans les sources de l’Inquisition vénitienne de 1630 à 1797, conservées aux Archives d’État de Venise. La période retenue pour cette étude répond à un besoin de combler une lacune historiographique : la seconde moitié du xviie siècle et le xviiie siècle sont généralement peu étudiées dans les enquêtes sur la sorcellerie européenne, et le cas vénitien ne fait pas exception. En partant de l’année 1630, qui marque officiellement la fin de la peste à Venise, on constate une recrudescence des procès pour sorcellerie jusqu’à la fin des années 1670, suivi d’un lent déclin jusqu’à la chute de la République et l’abolition du Saint Office. Par ailleurs, c’est aux xviie et xviiie siècles que la sorcellerie devient la principale hérésie jugée par ce tribunal. Si l’historiographie s’est souvent penchée sur la question de la chasse aux sorcières, peu de travaux ont été réalisés sur les cas de sorcellerie masculine. Or, à Venise, pendant la période étudiée, 48 % des 480 procès intentés pour sorcellerie concernent au moins un homme. Ce travail adopte une approche genrée pour analyser les pratiques de la sorcellerie masculine telles qu’elles sont mises en accusation et condamnées, et examine les mécanismes de contrôle qui s’exercent particulièrement sur ces sorciers. Par sorcellerie, on désigne dans cette étude l’ensemble des pratiques surnaturelles jugées illicites par l’Église catholique.

2Le premier chapitre explore tout d’abord, la catégorie même de sorcier et ses usages mouvants à l’époque moderne, à partir d’une étude de la littérature démonologique, théologique et scientifique, afin d’appréhender le poids de la figure masculine dans le débat religieux. En partant du célèbre Malleus Maleficarum (1487) d’Heinrich Kramer, qui a largement circulé dans la République, en passant entre autres par La Strix (1523) de Pic de la Mirandole et jusqu’au débat vénitien Tartarotti-Maffei (au milieu du xviiie siècle) sur l’existence de la sorcellerie, on constate que la définition de la sorcellerie n’est pas uniforme. Cependant, tous ces écrits affirment que la sorcellerie, quelle qu’en soit la définition, constituerait un crime typiquement féminin.

3Quittant cette approche théorique et discursive, le deuxième chapitre se focalise sur les pratiques de sorcellerie masculine telles qu’elles sont décrites dans les procès de l’Inquisition vénitienne et tente d’élaborer un profil type de l’accusé·e. Dans cette perspective, l’étude s’appuie sur une analyse sérielle des 230 procès et des 263 accusés et accusées, menée à partir d’une base de données Access, recensant les informations sur trois points importants : le procès (durée, nombre de témoins…), la magie utilisée (bénéfique ou maléfique, son but, les procédés…) et la personne accusée (âge, origine, profession, récidive…).

4Le troisième chapitre se concentre sur les représentations iconographiques de la sorcellerie en Italie, au-delà du seul cas vénitien, qui sont accessibles à une population bien plus large que les écrits démonologiques. L’objectif est d’avoir une vision globale de la représentation de la sorcellerie, entre littérature, arts visuels et déclarations des témoins, pour saisir les différences et les similarités entre l’imaginaire et les réalités des procès. Sans surprise, on dénote une différence assez flagrante entre la sorcellerie effective et sa représentation.

5La thèse interroge ensuite les rapports de force et de domination genrée à l’œuvre dans les procès entre inquisiteurs et personnes accusées. La sorcellerie est poursuivie parce qu’elle est perçue comme une menace pour la médecine, la science et la religion, dans la mesure où elle se présente comme une alternative concurrente, proposant les mêmes résultats, avec des services plus accessibles et plus rapides. Par exemple, la sorcellerie promet une prompte guérison et à un prix plus avantageux. Elle assure également le bonheur instantané, sans devoir faire d’efforts et sans attendre l’accès, incertain, au Paradis. La sévérité des sanctions apparaît également hiérarchisée en fonction du genre mais aussi du statut laïc ou religieux de l’accusé. D’un côté, les femmes sont généralement condamnées à des peines moins fortes que les hommes, comme l’abjuration et la pénitence lorsque le procès va jusqu’à sa conclusion ; de l’autre, le sort réservé aux accusés masculins varie selon leur état, laïc ou religieux. Les hommes d’Église sont plus souvent condamnés au ban ou à la prison, tandis que ces peines sont plus rares chez les laïcs. On retrouve également fréquemment l’interdiction d’administrer les sacrements comme punition chez les prêtres. Le genre même des hommes ecclésiastiques, considérés comme n’étant ni intégralement masculin ni féminin, s’en trouve questionné, dans le sillage des travaux des historiens médiévistes sur ce sujet.

6Enfin, la thèse aborde dans son dernier chapitre le thème de la confession, sacramentelle et judiciaire, comme partie intégrante du système de contrôle des âmes établi par l’Église de Rome. Elle exerce sur les Vénitiens une pression psychologique importante qui les invite à dénoncer ou à se dénoncer rapidement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Louise Bonvalet, La sorcellerie masculine à Venise à l’époque moderne (1630-1797). Entre hérésie et superstition »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 12 janvier 2023, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7776 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7776

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search