Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30Travaux soutenusThèsesClaire-Lise Gaillard, Célibataire...

Travaux soutenus
Thèses

Claire-Lise Gaillard, Célibataire épouserait jeune fille avec dot. Histoire du marché de la rencontre en France (xixe-xxe siècles)

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Dominique Kalifa puis de Claire Lemercier, soutenue le 15 octobre 2021.

Notes de la rédaction

La thèse a obtenu le Deuxième Prix Ary Scheffer 2022

Texte intégral

1Au début du xixsiècle la société française assiste à l’émergence du marché de l’intermédiation matrimoniale. Agences puis annonces matrimoniales deviennent progressivement un élément familier du paysage culturel contemporain. Ce phénomène est un observatoire privilégié de la construction sociale et culturelle des identités de sexe et des rapports sociaux de sexe. D’un côté, décrypter les étapes de la commercialisation du mariage et les résistances qu’elle suscite permet de relire au prisme de la socio-économie l’histoire des relations entre les sexes, aussi bien dans la famille que dans le couple. De l’autre, analyser les registres d’agence et les annonces matrimoniales donne une mesure de l’intériorisation des discours sur le féminin et le masculin.

2L’empan chronologique de la thèse est pensé en deux séquences encastrées l’une dans l’autre. La première est celle du temps long qui commence à la veille de la Révolution Française et qui ouvre une période de développement du marché matrimonial dans lequel se déploie une vision bourgeoise du mariage et du couple qui n’est véritablement infléchie que dans les années 1960-1970. Mais à l’intérieur de ce temps long, il faut distinguer un moment propre à ce qui s’apparente à un « premier marché de la rencontre », entre 1840 et 1940, dans lequel la masse documentaire est la plus importante et les continuités plus fortes dans les pratiques observées.

3Trois corpus principaux ont été choisis pour jalonner la période étudiée : les registres de l’agence parisienne De Foy qui, entre 1842 et 1849, comptent plus de 6000 inscriptions, plus de 1400 annonces d’un journal matrimonial de la fin du xixe siècle L’Alliance des familles (1876-1894) et plus de 4000 annonces de L’Intermédiaire Discret pour l’entre-deux-guerres. Ces quelques 12 000 profils au total permettent de faire dialoguer analyses qualitatives et quantitatives pour penser ensemble deux grandes questions d’histoire culturelle du social : celle de la stratification sociale et de sa reproduction, et celle des normes de genre et des rapports sociaux entre les sexes.

4L’histoire du marché de la rencontre retrace le processus par lequel une part des sociabilités ordinaires, relevant de l’économie domestique, passe dans l’économie marchande. Cette entrée ne se réduit pas au moment d’invention des agences matrimoniales à la Révolution, ni même de leur diffusion sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, mais elle est au contraire régulièrement renégociée. Jusqu’au dernier tiers du xixe siècle, le système d’intermédiation est opaque et semi-clandestin. Les agences vendent à une clientèle masculine les moyens d’accéder à des épouses au-dessus de leur condition, qui ignorent tout de l’affaire, et qui seraient restées sans cela hors de portée du client. Avec l’usage systématique des petites annonces sous la Troisième République, le marché de la rencontre touche une clientèle plus large, moins systématiquement bourgeoise, clientèle dans laquelle les femmes gagnent très progressivement en initiative. Dans la presse matrimoniale d’entre-deux-guerres, la responsabilité de l’appariement incombe aux individus : il leur faut mesurer les logiques concurrentielles et concilier la recherche d’une union endogame avec celle d’un·e partenaire de vie et d’intimité. Leurs attentes et stratégies d’adaptation hiérarchisent les offres et les demandes selon des valeurs de genre, d’âge et de classe.

5L’étude retrace la construction du stigmate du marché de la rencontre et mesure ses effets sur son développement et sa clientèle. La contestation reflète l’attachement à la conception des sphères séparées comme mondes antagonistes : une sphère publique, marchande et masculine, et une sphère privée, domestique et féminine. Ces agences et annonces révèlent au contraire l’inadéquation de ce modèle théorique avec la réalité des pratiques dans lesquelles le mariage s’inscrit dans le continuum de l’échange économico-sexuel théorisé par Paola Tabet dans La grande arnaque : sexualité des femmes et échange économico-sexuel (2004). Le marché de la rencontre rend visibles les contradictions du mariage bourgeois, particulièrement criantes à la fin du xixe siècle : alors que les discours valorisent l’union des cœurs, les pratiques matrimoniales restent dominées par les logiques d’alliances des familles, que les petites annonces exposent crûment dans la presse.

6Enfin l’étude relit l’histoire du choix du conjoint et de sa progressive individualisation. La quantification permet de nuancer l’idée d’un triomphe du mariage d’amour au tournant des xixe et xxsiècles. Économie et affection restent fondamentalement imbriquées au fil de la période, et les unions se veulent toujours très majoritairement endogames après la Grande Guerre. La rupture est à trouver dans l’ordre des discours plus que des pratiques : l’assortiment des conditions sociales n’est plus affiché comme la condition sine qua non des mariages heureux. Le poids de la famille dans les négociations matrimoniales s’amenuise néanmoins à mesure que l’enjeu patrimonial du mariage diminue. La chronologie de cet affaissement diffère selon le genre et la classe. Plus les enjeux économiques autour des mariages sont importants plus l’emprise des cadres sociaux familiaux est pérenne. La conquête de l’initiative du choix est différée de près d’un siècle pour les femmes et reste inachevée dans l’entre-deux-guerres car dans les annonces le choix revient aux hommes, et le consentement aux femmes. Cette inégalité structurelle a de puissants effets sur les aspirations matrimoniales et les unions contractées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Claire-Lise Gaillard, Célibataire épouserait jeune fille avec dot. Histoire du marché de la rencontre en France (xixe-xxe siècles) »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 16 janvier 2023, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7781 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7781

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search