Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30Travaux soutenusThèsesMathias Quéré, Quand nos désirs f...

Travaux soutenus
Thèses

Mathias Quéré, Quand nos désirs font désordres. Une histoire du mouvement homosexuel français de 1974 à 1986

Thèse de doctorat d’histoire contemporaine, Université de Toulouse Jean-Jaurès, sous la direction de Sylvie Chaperon, soutenue le 4 juillet 2022

Texte intégral

1Dans un article paru dans le journal Libération le 21 juin 1975, le journaliste Jean-Luc Hennig écrit : « Ce qui compte pour l’instant, c’est […] de constituer un vaste mouvement (comme outre-Atlantique) qui puisse mettre en échec dans l’immédiat le système répressif qui les mutile, les humilie ». L’appel de Hennig, au milieu des années 1970, s’appuie sur un constat : il n’existe pas encore en France de mouvement homosexuel fort et organisé. Pourtant plusieurs regroupements ont déjà vu le jour depuis la moitié des années 1950 : le club homophile Arcadie, l’éphémère Comité d’action pédérastique révolutionnaire (CAPR) dans la Sorbonne occupée en mai 1968, et bien sûr, le Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) entre 1971 et 1974. La recherche menée dans cette thèse débute au printemps 1974 en postulant que le mouvement homosexuel français ne se structure véritablement qu’à partir du moment où des groupes homosexuels et lesbiens se développent sur l’ensemble de l’hexagone, incarnés par les Groupes de libération homosexuels (GLH). Après la naissance d’un premier GLH à Paris au printemps 1974, c’est début 1975 que se forme le premier Groupe de libération homosexuel en région, à Mulhouse. Moins de deux ans plus tard, des entités se sont constituées dans une trentaine de villes, avec la ferme intention de mettre sur pied un mouvement homosexuel à l’échelle nationale. À rebours de certains discours qui cherchent à clore l’histoire de la mobilisation dès 1982, cette thèse postule que le mouvement français se maintient jusqu’en 1986, année de basculement pour ce dernier : la droite revient au pouvoir à la faveur des élections législatives, ses principales structures ont disparu et l’épidémie du sida prend une toute nouvelle ampleur, ce qui oblige les militant·es à reconfigurer leur action.

2Entre 1974 et 1986, ce sont donc trois séquences distinctes qui caractérisent le mouvement homosexuel français et qui constituent les différentes parties de cette thèse. La première s’étend de 1974 à 1978, au cours de laquelle les militant·es mettent sur pied les bases du mouvement. La seconde s’articule entre 1978 et 1982 autour d’une phase de revendications légales et réformistes et enfin la dernière se poursuit jusqu’en 1986 et correspond à un moment d’affirmation pour la mobilisation gaie et lesbienne.

3Quelles archives pour écrire une histoire du mouvement homosexuel français ? Le corpus constitué dans cette thèse, se divise en deux parties. La première, et la plus importante, est composée des archives propres au mouvement. Celles-ci sont pour nombre d’entre elles des archives privées, peu de fonds ayant été versés dans des institutions. Il s’agissait donc dans un premier temps, à la façon d’une chasse au trésor, de retrouver parmi les militant·es encore en vie, qui avaient eu le réflexe de conserver les traces de leurs mobilisations. Ce corpus du fait de ses origines multiples est varié : journaux, bulletins, tracts, correspondances, comptes rendus de réunions, programmes divers et variés, plaquettes d’informations etc. La seconde partie de ce corpus est composée de la presse généraliste et partisane afférente à cette période. Plus particulièrement le journal Libération, celui-ci offrant une couverture conséquente au mouvement, lui ouvrant ses colonnes et publiant ses petites annonces. Enfin, une série d’entretiens menés avec d’ancien·nes militant·es vient éclairer cette histoire par le prisme de l’archive orale.

4La période allant de 1974 à 1978 correspond pour les militant·es homosexuel·les, à une séquence d’expérimentation politique. L’engagement de ceux et celles-ci peut alors être qualifié d’existentiel et de révolutionnaire, inscrit dans l’effervescence politique des années 1968. Existentiel dans le sens où il s’agit avant tout pour les homosexuel·les qui rejoignent la mobilisation, d’être, de rencontrer des semblables. Révolutionnaire parce que l’horizon politique des militant·es est le grand soir. Il ne s’agit pas de panser la société et de se faire accepter par celle-ci, mais au contraire, il faut la faire exploser. La lutte contre l’oppression se veut totale et pas seulement à l’encontre du cadre législatif qui réprime encore l’homosexualité. Les GLH, qui incarnent de façon hégémonique la mobilisation homosexuelle dans la seconde moitié de la décennie, ont un schéma de constitution et de fonctionnement similaire : ils permettent dans un premier temps aux militant·es de sortir de l’isolement et d’échanger autour de leur condition en prenant la forme de groupes de parole. On assiste ensuite à l’élaboration d’une orientation politique commune, qui, de façon équivalente sur l’ensemble du territoire, s’articule autour de positions politiques radicales. Celle-ci est diffusée par les publications du mouvement à l’image des journaux comme l’Agence Tasse ou de Diff/Eros. Ce n’est que dans un troisième temps que les militants, et plus rarement les militantes, engagent une action effective. Ils se mettent alors en lien avec les différents mouvements sociaux à l’œuvre, en particulier le mouvement féministe, et entretiennent des liens complexes avec les organisations de gauche et d’extrême gauche dont nombre sont issu·es. En parallèle, les militant·es s’attèlent aussi à théoriser ce qui serait une identité homosexuelle, d’après des paradigmes de plus en plus radicaux.

5Une rupture opère entre 1978 et 1979 et fait basculer la mobilisation dans une nouvelle séquence de son histoire, celle de la revendication. Le mouvement émergeant est alors confronté à une double contradiction. D’un côté, alors qu’une mobilisation homosexuelle existe en France depuis le début de la décennie, les militant·es font état – à tort – d’un retour de la répression et de l’autre, théorisent qu’ils et elles se sont coupées des « masses homosexuelles » en négligeant les aspirations de ces dernières. C’est pourquoi le mouvement réoriente sa mobilisation dans une direction réformiste et revendicative. Dans cette perspective, lors de la première Université d’été homosexuelle en juillet 1979, les militant·es mettent en place une nouvelle organisation, le Comité d’urgence anti-répression homosexuelle (CUARH), coordination de groupes homosexuels et lesbiens, dont l’objectif est de lutter pour l’abrogation de la législation homophobe. Alors que l’action des GLH s’inscrivait à une échelle locale, l’action du CUARH est, elle, nationale, mettant sur pied d’importantes campagnes antirépressives, relayées par son journal Homophonies, qui culmine par l’organisation d’une marche homosexuelle dans les rues de la capitale le 4 avril 1981 qui regroupe près de 10 000 personnes.

6Avec l’arrivée des socialistes au pouvoir, les discriminations légales à l’encontre des gais et des lesbiennes sont progressivement abrogées et pour les militant·es se dessine alors un nouveau monde plein d’espoir. Le mouvement homosexuel français entre alors dans une nouvelle séquence, celle de l’affirmation. La mobilisation se redéploie au niveau local avec la constitution d’un « espace de la cause » des gais et des lesbiennes. C’est un nouveau cycle de l’engagement qui se dessine, devenu existentiel et réformiste. Des lieux associatifs gais et lesbiens font leur apparition (Diane et Hadrien à Dijon, Méli-Mélo à Clermont-Ferrand, etc.), des émissions de radio homosexuelles se multiplient – Fréquence Gaie à Paris est la première radio homosexuelle à émettre 24 h sur 24 – et l’action militante doit désormais répondre aux attentes de la communauté homosexuelle en plein essor. En parallèle d’un retour de bâton homophobe dès 1983, l’épidémie du sida vient bouleverser un monde et des communautés, qui voient ses membres disparaitre les uns après les autres. C’est un nouveau chapitre qui s’ouvre alors pour les mobilisations homosexuelles où la lutte contre la maladie devient un élément central du militantisme homosexuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Mathias Quéré, Quand nos désirs font désordres. Une histoire du mouvement homosexuel français de 1974 à 1986 »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7784 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7784

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search