Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30Travaux soutenusMasters candidats au prix Mnémosy...

Travaux soutenus

Masters candidats au prix Mnémosyne 2021

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

En raison de la pandémie de COVID, les masters soutenus en 2020 et 2021 ont concouru ensemble pour le Prix Mnemosyne 2021.

Texte intégral

Préhistoire

Juliette Banabera, « Statues-menhirs du Rouergue et du Haut-Languedoc : représentations genrées, expression de l’individualité et iconographie non binaire au Néolithique final », dir. Olivier Lemercier, Université de Montpellier

1Une statue-menhir peut se définir comme un monolithe, détouré ou choisi pour donner l’illusion d’une silhouette anthropomorphe, dont l’intégralité des faces représente un personnage qui a la possibilité d’être genré. Le décompte des statues-menhirs du Rouergue et du Haut-Languedoc s’élève, depuis 2015, à 151 statues-menhirs. L’absence de contexte archéologique associé à ces statues a amené à les dater, de façon relative, entre la seconde moitié du IVe millénaire et le IIIe millénaire avant notre ère. Elles se répartissent sur un territoire englobant les départements du Tarn, de l’Aveyron et de l’Hérault et se distribuent en différents sous-groupes : les sous-groupes de Lacaune, de l’Agout, de Tauriac, du Rance et du Dourdou. Elles ont été catégorisées au sein de la littérature archéologique en différents groupes qui ont la possibilité de désigner le genre représenté lorsque l’état de conservation des statues-menhirs le permet. Au sein du corpus général, une catégorie de statues-menhirs est désignée par de nombreuses appellations : statues-menhirs désignées comme « androgynes » par le colonel Octobon en 1931, ou encore comme « féminisées » par Jean Arnal et Charles Hugues en 1963, en tant que trans(s)sexuelles par Jean-Pierre Serres, Michel Maillé et Marc C. Peeters entre 1997 et 2016. Ces appellations concernent un même corpus de statues-menhirs inventorié depuis 1900 jusqu’à la découverte la plus récente, opérée en 2015. Elles se caractériseraient par la présence sur un même support de caractères et d’attributs genrés eux-mêmes exclusivement représentatifs d’autres catégories, notamment les catégories féminine et masculine. Cet inventaire compte actuellement quinze statues-menhirs. Ces statues-menhirs sont présentes au sein de trois sous-groupes qui composent le groupe rouergat et haut languedocien : les sous-groupes du Rance, de Lacaune et du Dourdou. Or, la lecture des textes archéologiques et l’observation des données concernant ces statues-menhirs a permis de centrer notre démarche sur une problématique qui demeure encore minoritaire au sein de l’étude archéologique des statues-menhirs. À contre-courant de la norme, y a-t-il une place pour l’individualité au sein des statues-menhirs du Rouergue et du Haut-Languedoc ? Peut-on définir un « troisième genre » dans l’iconographie symbolique de ces statues-menhirs et leurs représentations ? Dans l’exploration d’un troisième genre, l’analyse des associations d’attributs et de caractères genrés appartenant aux statues-menhirs transgenres a mis en lumière des associations composites liées aux sphères masculines et féminines sur des mêmes supports. Ce double appareillage interroge les représentations étudiées par le prisme d’un symbolisme fluide. Aussi, il demeure difficile de définir un troisième genre fixe et distinctif dans l’iconographie rouergate, sans pour autant l’exclure rigoureusement. En effet, l’interprétation d’un troisième genre « androgyne » peut incarner un stade possible lors de la transformation de certaines statues-menhirs. Cependant, aucune donnée archéologique ne permet d’assurer un sens de lecture des stades de transformation des statues-menhirs transgenres. En revanche, l’action de transformer le genre, de se fondre d’un genre à un autre durant les phases d’utilisation de la statue-menhir est porteuse d’une compréhension fluide des genres. Les genres cohabitent, se mêlent dans un même espace. Les sous-groupes du Dourdou, du Rance et des monts de Lacaune pourraient être porteurs d’une iconographie qui inclurait une fluidité des « incarnations successives » et qui considérerait le genre comme un état « transitionnel », dont la valeur symbolique des représentations a pu se modifier au fil de leur utilisation. Néanmoins, cette interprétation doit être nuancée et prendre en compte d’une part le fait qu’il s’agit d’un corpus réduit de statues-menhirs au regard du nombre de représentations difficiles à distinguer, d’autre part la durée d’utilisation à laquelle il est pour le moment exclu d’assigner une chronologie, et enfin l’absence de contexte archéologique autour des statues-menhirs ainsi que leur état de conservation inégal. En outre, les statues-menhirs transformées pourraient témoigner d’une expression plus remarquée de l’individualité grâce aux spécificités liées à la modification successive des représentations. De ce fait, la grande variabilité des associations d’attributs et de caractères au sein des statues-menhirs transgenres dénoterait le caractère individuel que prend chaque cas de transformation d’une statue-menhir.

Histoire ancienne

Ludivine Capra, « Le genre et l’objet : pour une archéologie sociale de l’artisanat. Représentation et dénomination des femmes ayant eu une activité artisanale en Gaule romaine entre le ier et le iiie siècle de notre ère », dir. Sandra Boehringer et Jean-Yves Marc, Université de Strasbourg

2Au sein des études du genre et des femmes, qui permettent une relecture essentielle des données pour retrouver la voix des femmes et d’étudier les rapports entre les genres, l’archéologie du genre semble en retard. L’une des raisons de ce retard est la dépendance aux sources archéologiques : les femmes de certaines périodes, et particulièrement les femmes de la période romaine en Gaule qui nous intéresse, du ier au iiie siècle, sont pour la plupart silencieuses et invisibles. Les études portant sur la Gaule romaine sont nombreuses à se concentrer sur l’artisanat, à la fois car les sources sont très fournies pour ce sujet et car c’est un pan très important de la vie sociale et économique. L’aspect matériel est le plus souvent étudié. L’aspect social quant à lui a plus de succès depuis la fin du xxe siècle. Toutefois, les femmes sont très rarement mentionnées dans ces études ou bien elles apparaissent cantonnées à des rôles stéréotypés. J’ai donc choisi de mener une enquête sur les femmes artisanes en Gaule romaine, du ier au iiie siècle apr. J.-C à partir des sources iconographiques et épigraphiques. Je me suis demandé dans quelle mesure la représentation et la dénomination des femmes artisanes peuvent apporter des informations sur le rôle des femmes et les relations de genre dans le domaine artisanal. Pour entreprendre une recherche de ce type, il a été nécessaire de présenter dans une première partie un état de l’art sur mon thème de recherche et de construire une réflexion mobilisant la catégorie du genre appliquée aux sources archéologiques. J’ai pu ensuite proposer une analyse du corpus de sources que j’ai réuni sous la forme d’une base de données puis d’un catalogue. Un rappel du contexte général et des éléments à connaître pour étudier les éléments du corpus, c’est-à-dire les stèles funéraires qui possèdent une représentation iconographique, introduit cette analyse. J’ai utilisé des tableaux récapitulatifs des rubriques de ma base de données, à savoir : lieux de découvertes, compositions des images, position du défunt, vêtements, coiffures, attributs et outils, inscriptions, pour pouvoir proposer une synthèse. J’ai également enrichi les données iconographiques recueillies avec les données des rares inscriptions mentionnant des femmes en lien avec le domaine artisanal dans le cadre du sujet. Ainsi j’ai pu relever trois catégories principales de représentations des femmes artisanes romaines en Gaule. 1°) La femme artisane représentée en couple ou en famille aux côtés d’un homme qui tient un outil : épouse, assistante ou artisane ? Les données iconographiques ne permettent que très rarement de répondre à cette interrogation. L’étude de la bibliographie liée aux stèles funéraires concernées permet toutefois de mettre en lumière un biais dans les publications : la femme est souvent classée de manière stéréotypée dans la catégorie de l’épouse, plus rarement de l’assistante, sans éléments probants qui permettraient d’affirmer l’une ou l’autre des catégories. 2°) Les femmes représentées seules, tenant des outils ou des produits liés à l’activité du tissage : activité professionnelle, domestique ou symbolique ? Des différences sont notables entre les représentations de femmes en matrone romaine, pour lesquelles l’activité de tissage a une connotation symbolique et les représentations de femmes dont le statut est plus modeste. Pour ces dernières nous pouvons envisager que l’activité ait été pratiquée à un niveau professionnel, dans un cadre soit domestique soit commercial. 3°) Femmes artisanes ou femmes propriétaires d’atelier/de fabrique ? Cette catégorie est illustrée principalement par des inscriptions qui associent le nom d’une femme à un type de production, notamment dans le domaine de la fabrication de tuyaux de plomb ou de tuiles. Les femmes ainsi mentionnées ont pu être propriétaires d’atelier ou artisanes, voire les deux à la fois. J’ai également consacré une courte partie aux témoignages épars qui ne s’inscrivent dans aucune de ces trois tendances principales. L’ensemble de ces éléments permet de déceler une variété d’activités artisanales auxquelles ont participé les femmes romaines en Gaule du ier au iiie siècle et j’ai pu mettre en question le genre des artisans en Gaule romaine : les différences entre les hommes et les femmes observées au cours de cette étude peuvent avoir plusieurs origines. En effet, elles peuvent être le reflet de différences entre les genres dans le cadre de l’organisation du travail artisanal (notamment dans la répartition des tâches). Mais les différences peuvent aussi venir d’un inégal accès aux honneurs lors de la mort desdits artisans, et en particulier pour le cas des femmes.

Élisa Le Bail, « L’oracle de Dodone et la vie de la maison. Une étude des relations évoquées entre les personnes au sein et autour de la maison dans les lamelles oraculaires », dir. Violaine Sebillote, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

3Situé dans la région de l’Épire, en Grèce du Nord-Ouest, Dodone est un sanctuaire oraculaire dédié à Zeus et Diona. Constantin Carapanos est le premier archéologue à réaliser des fouilles sur le site à la fin du xixe siècle. Il y découvre, entre autres, des lamelles de plomb sur lesquelles sont gravées les questions posées à l’oracle par les personnes consultantes. Les fouilles se poursuivent tout-au-long du xxe siècle et permettent la mise à jour de centaines de nouvelles lamelles de plomb gravées, certaines de quatre à cinq centimètres de long pour les mieux conservées. Débute alors une première vague d’études épigraphique et dialectologique des lamelles qui est notamment poursuivie par Éric Lhôte dans sa thèse publiée en 2007. On retient surtout de ces études que les questions à l’oracle sont gravées dans différents alphabets et dialectes ce qui amène à déduire qu’elles ont été écrites par les personnes consultantes elles-mêmes. Ces personnes, des hommes et des femmes de différents statuts, étaient originaires d’Épire et aussi d’une grande partie du monde grec (Attique, Grande Grèce, colonies de l’Adriatique, etc.). Dans le cadre de notre mémoire, nous nous sommes intéressée au contenu des inscriptions et à la manière dont celles-ci nous renseignent sur la vie quotidienne des personnes ayant consulté l’oracle. En effet, si dans la tradition manuscrite, les questions aux oracles sont le plus souvent posées par des représentants de cités, tout particulièrement lors de conflits, les divinités ont aussi été consultées par des particuliers qui cherchent à être guidés dans leur vie personnelle. Nous avons ainsi dégagé plusieurs thématiques : mariage, descendance, économie, voyages, etc. L’une des plus singulières nous a semblé être celle de la « famille » ou, pour utiliser un terme plus proche du grec, celle de la « maisonnée ». La maisonnée grecque est complexe à définir car, tout comme de nos jours, elle peut revêtir différentes formes : famille recomposée, cohabitation intergénérationnelle, présence d’esclaves, place des ami·e·s, etc. L’un des objectifs de notre mémoire a été de tenter de brosser un tableau-type de la maisonnée par le prisme des inscriptions des lamelles oraculaires. Le genre a donc été un outil essentiel pour notre recherche qui questionnait tout autant la place des femmes que celle des hommes au sein de la maison, ainsi que les relations qu’ils et elles entretiennent selon leurs liens de parenté, leurs âges, leurs statuts, etc. Une longue tradition historiographique, aujourd’hui encore enseignée, pose les femmes comme des subordonnées à la fois au sein des cités – les femmes n’auraient pas été des citoyennes – et de la maisonnée – le mythe du gynécée. Pourtant, dès les années 1970, Pierre Cabanes met en avant la présence de femmes seules ou aux côtés de leurs époux, comme des égales, des cheffes de famille, dans son étude des actes d’affranchissement de Bouthrotos (en Épire). Il pose alors le principe de la « communauté de biens » en Grèce du Nord-Ouest : le groupe de résident·e·s est propriétaire en commun de ses esclaves. Néanmoins, cette thèse a été très peu citée et développée par la suite. Le projet de notre mémoire était donc de comprendre à quoi pouvaient ressembler ces « familles » principalement originaires de la Grèce du Nord-Ouest et de voir si l’on pouvait retrouver des dynamiques similaires à celles étudiées par Pierre Cabanes. Cependant, nous avons dû faire face à deux problèmes : d’une part, la nature lacunaire des inscriptions qui sont très nombreuses (plus de 4 000 inscriptions sur environ 2 400 lamelles) et, d’autre part, des inscriptions seulement disponibles dans une publication en grec moderne dont l’édition est contestée. Pour mener à bien cette recherche, nous avons donc dû traduire en français plus de 200 questions et tenter d’établir des statistiques sur l’ensemble du corpus en s’appuyant sur la grammaire et le vocabulaire utilisés par les consultant·e·s. En définitive, nous sommes parvenues à déterminer un ensemble de relations perceptibles dans les lamelles oraculaires. Il apparait notamment une certaine forme d’équité au sein du couple, dans la relation qu’entretiennent les époux. On retrouve aussi des femmes héritières de biens et donc propriétaires comme dans les travaux de Pierre Cabanes. Les enfants sont le plus souvent décrits de façon neutre, sans identification particulière de leur sexe, hormis lorsque cela importe dans la question comme dans l’interrogation d’un père sur le mariage de sa fille. Finalement, ce mémoire participe aux efforts des chercheurs et chercheuses à nuancer la perception des relations genrées au sein de la maisonnée et plus largement aux études historiques sur les lamelles oraculaires qui restent encore peu nombreuses.

Clio Magada, « Transformer par le chant et l’amour : Faire du παῖς un ἄριστος dans les Theognidea », dir. Sandra Boehringer, Université de Strasbourg

4Que signifie « amour grec » ? S’agit-il d’une catégorie antique ou d’une projection anachronique de notre façon de percevoir les relations érotiques ? Le long document étudié dans ce mémoire, les Theognidea, constitue une entrée idéale pour approcher, avec l’outil du genre et les récents acquis des travaux en ethnopoétique et en pragmatique linguistique, la question de ce que l’on a trop vite nommé « pédérastie ». Composé entre la fin viie siècle et le début du ve siècle avant notre ère, le recueil des Theognidea constitue une source d’un peu moins de 1 400 vers élégiaques : des chants de banquet que les convives performaient à différents moments de ce rituel social dédié à Dionysos. Théognis de Mégare, à qui l’on attribue ces vers, n’en est pas le compositeur au sens strict : il s’agit d’une figure poétique d’autorité plus ou moins fictive à qui la tradition a attribué les chants de ce recueil. Cette œuvre aborde de nombreux thèmes : la rude pauvreté et la nécessaire richesse, le vice de la démesure et la vertu de la modération, la fidélité et la trahison des amis, les évolutions politiques de la cité ou encore la gloire des bons soldats. Tantôt considérées par les commentateurs modernes comme politiques, moralistes, didactiques ou encore gnomiques, les élégies de ce corpus ont souvent servi d’appui aux études sur l’histoire politique des cités grecques du vie siècle avant notre ère, faisant de Théognis une figure emblématique de l’aristocratie conservatrice et dépossédée de ses biens. Pourtant, les vers du corpus traitent également des relations érotiques entre un adulte citoyen et un jeune homme, ce qui a été bien moins étudié et principalement dans la perspective d’une lecture « pédérastique » ou « initiatique ». Les renouvellements épistémologiques apportés par les études de genre et les études foucaldiennes sur la sexualité ainsi que par les nouvelles approches de l’ethnopoétique et de la pragmatique linguistique imposent une relecture du corpus et des relations homoérotiques qu’il dessine. Quelle est la fonction de chants homo-érotiques et comment comprendre l’entrelacement des considérations politiques, pédagogiques et érotiques dans les chants des Theognidea ? Dans le corpus, le phénomène érotico-politique se retrouve dans des chants où le locuteur s’adresse à un jeune homme : il s’agit d’une relation entre un adulte citoyen appartenant au groupe des aristoi, et un pais qui aspire à devenir lui-même un aristos. On constate tout d’abord que le terme de paiderastia n’apparaît pas dans les chants théognidéen, tandis que le terme philotês est mobilisé à plusieurs reprises pour mentionner ce type de relations. Dès lors, il convient de définir les contours de la relation de philotês telle qu’elle est présentée dans le corpus. La démarche anthropologique et les outils du genre imposent en effet de rechercher dans les chants les termes émiques par lesquels ces relations sont qualifiées. L’étude lexicale menée avec les outils de la pragmatique linguistique permet de mettre à jour une physiologie de la transmission à partir des chants érotiques du corpus. D’abord, les relations de philotês entre un jeune homme et un adulte citoyen exigent que les deux amants se comportent conformément aux valeurs attribuées aux agathoi (une catégorie définie par l’étude des occurrences du terme). On constate que l’erôs n’est possible entre ces deux personnes qu’à la condition qu’elles soient ou se comportent en agathoi : la beauté et le caractère désirable d’un corps ne peuvent exister que si la personne incarne les justes valeurs de sa communauté. La symptomatologie de l’erôs qui ressort des Theognidea est donc politique : la relation de philotês érotique participe à créer des citoyens agathoi. Si ces relations érotiques ont des effets sur le plan civique du fait de l’apprentissage qu’elles supposent, ce n’est pas pour autant un argument qui permettrait d’expliquer cette pratique de l’erôs. Considérer que l’homosexualité grecque nécessite une explication d’ordre politique ou rituel, c’est poser sur cette pratique un regard influencé par une conception contemporaine de la sexualité. Or, dans l’erôs théognidéen, l’érotisme, le politique et le pédagogique ne se distinguent pas. Ils fonctionnent ensemble de manière cohérente au sein des relations de philotês. Lorsqu’elle est bien pratiquée par les deux amants, la relation de philotês leur permet de forger leur identité d’aristos et de perpétuer leur groupe civique : le pais en acceptant la transformation que suppose l’erôs, et l’adulte déjà aristos en réactualisant par le chant sa connaissance des valeurs et de l’identité de son groupe.

Sonia Mzali, « Les prêtresses EN de Nanna à Ur D’Enheduanna à Enanedu », dir. Philippe Abrahami, Université de Lille

5Depuis l’époque de l’empire d’Akkad jusqu’à la chute du royaume de Larsa (2334 – 1763 av. n. è.), les rois des dynasties successives qui ont régné sur la ville d’Ur ont voué leurs filles au dieu lune Nanna en les installant au sommet de la hiérarchie de son temple. Ces princesses portaient le titre de prêtresse EN du dieu Nanna. Elles conservaient ce titre à vie, cela malgré les changements dynastiques et étaient considérées à certaines périodes comme étant les épouses du dieu. Elles vivaient dans ce que l’on appelle un gipar. Dans la ville d’Ur, il s’agissait d’un bâtiment abritant leur résidence, leurs caveaux funéraires ainsi que le temple de la parèdre du dieu Nanna, la déesse Ningal. Au cours de ces cinq siècles, onze prêtresses EN identifiées ont endossé ce sacerdoce. La première d’entre elles qui soit attestée dans les écrits, Enheduanna, est célèbre car considérée comme étant la première auteure connue de l’humanité. L’objet de ce mémoire est de déterminer qui étaient ces prêtresses, comment elles étaient choisies et installées dans leur fonction et quelle était l’étendue de leur pouvoir dans les sphères économique, religieuse et politique. Pour y répondre, nous nous sommes appuyée sur des sources diverses : la documentation écrite (inscriptions royales, noms d’années, textes littéraires, textes administratifs, sceaux cylindres et correspondances), l’iconographie (statues et reliefs) ainsi que l’archéologie (rapports de fouilles de la ville d’Ur et de son gipar). Nous avons pu déterminer que ces prêtresses détenaient des moyens économiques considérables. En effet, elles ont commandité des constructions et des restaurations de bâtiments publics majeurs, cette activité étant traditionnellement dévolue aux souverains. Elles détenaient également des biens propres et participaient à l’activité économique de la ville. Les prêtresses EN se transmettaient en héritage des biens matériels et veillaient à la mise en place des rites funéraires de leurs prédécesseuses bien qu’elles appartiennent parfois à des dynasties rivales. Elles disposaient également de serviteurs personnels qui n’étaient pas liés à l’administration du temple. Outre leurs moyens économiques, les prêtresses EN jouissaient d’une importante légitimité religieuse. En effet, étant désignées par voie de présages, elles étaient choisies par les dieux. Leur lieu de résidence, en plus d’être un temple de Ningal, était adjacent à la Ziggurat et au temple de Nanna, ce qui implique une grande proximité avec les divinités. Elles avaient également accès aux statues divines puisque leurs activités cultuelles incluaient les offrandes quotidiennes aux dieux. Enfin, d’un point de vue politique, leur nomination était un moyen d’étendre l’influence du souverain dans une ville majeure de Sumer. Nos sources ne nous permettent pas d’apprécier l’influence politique de ces prêtresses. Certains indices nous indiquent néanmoins qu’elles pouvaient avoir des contacts avec les gouverneurs de villes voisines mais aussi avec des prêtres et prêtresses EN d’autres divinités installé.es à Ur ou dans d’autres villes. L’approche diachronique de ce mémoire a permis de relever des évolutions et des constantes concernant la prêtrise EN à Ur et de proposer un nouvel ordre de succession des prêtresses qui met en lumière leur longévité. Sur la période étudiée, vingt-huit rois règnent sur la ville d’Ur pour onze prêtresses qui se succèdent presque sans interruption. Cette approche nous a également permis d’apporter de nouveaux éléments qui viennent contredire l’idée généralement admise qu’elles devaient être chastes pour exercer cette fonction. L’étude de ces femmes apporte enfin un éclairage sur la question du genre au Proche-Orient ancien. En effet, le titre de « EN » n’est pas genré en langue sumérienne. Dans leurs titulatures officielles, plusieurs de ces prêtresses se disent « fils » ou « frère » du roi alors que les représentations dont nous disposons dépeignent des figures féminines. Ce rapport au genre semble être corrélé avec la détention du pouvoir. Ainsi, les prêtresses EN de Nanna à Ur réunissent plusieurs éléments légitimant ce pouvoir : la filiation royale, l’approbation divine, les moyens économiques et enfin une titulature en partie masculine.

Mellie Thary, « La place des femmes dans le culte d’Isis durant l’antiquité tardive », dir. Hervé Huntzinger, Université d’Amiens

6L’arrivée des « cultes orientaux » (dont fait partie le culte d’Isis) dans le panthéon romain est une étape importante dans l’Histoire des religions. En effet, Isis, déesse égyptienne, s’est implantée dans tout le monde romain à partir du ive siècle avant J.-C. Et, depuis quelques années, les récentes recherches isiaques ont permis d’attester de la présence du culte au-delà du ier siècle de notre ère. Néanmoins, bien que depuis quarante ans les recherches se soient multipliées, très peu d’études s’intéressent à la place qu’occupent les femmes dans le culte après le iie siècle de notre ère. En 1975, Sharon Kelly Heyob évoque dans sa thèse l’engouement des femmes pour le culte d’Isis, mais l’auteur donne peu d’informations sur la période de l’Antiquité tardive. En 1990, Fabio Mora propose une étude prosopographique sur les isiaques féminines et nuance le rôle accordé aux femmes dans la diffusion du culte. Là encore, les mentions de femmes adeptes du culte pendant l’Antiquité tardive sont infimes. Ce constat peut s’expliquer par des sources limitées et éparses à partir du iiie siècle de notre ère. Ce mémoire a donc un double objectif. Le premier vise à comprendre la présence du culte dans le monde romain du iiie au ive siècle après J.-C. Le second objectif consiste à définir la place qu’occupent les femmes dans le culte à cette période. Pour cette étude, les inscriptions, les monnaies et les sources littéraires sont les trois principales sources utilisées pour comprendre à la fois la présence du culte d’Isis dans l’Empire romain tardif et la participation des femmes à ce culte. Tout d’abord, le corpus épigraphique s’appuie sur l’analyse des inscriptions regroupées dans le RICIS, dans le PHI Greek inscriptions et l’IAph. Grâce à certaines inscriptions, les charges détenues par certaines isiaques féminines ont pu être connues. Les inscriptions permettent parfois de connaître la catégorie sociale des femmes adeptes du culte. Nous nous sommes donc demandé donc si des esclaves, des affranchies, des ingénues ou encore des aristocrates pouvaient toutes participer au culte. Étaient-elles toutes libres d’exercer une fonction religieuse ? Enfin, grâce à ces inscriptions, il est possible de savoir si les femmes sont majoritaires dans le culte d’Isis tardif. Néanmoins, comment savoir si le fait de réaliser ou de figurer dans une dédicace en l’honneur d’Isis reflète une participation au culte ? Dans les faits, cela paraît impossible. Ce problème de méthode fut donc pris en compte lors de la formulation des résultats de cette étude. À ces inscriptions, s’ajoute un corpus regroupant les monnaies à l’effigie d’Isis, de Dioclétien à Théodose. Ce recensement permet de montrer sous quel empereur les émissions de monnaies à l’effigie d’Isis sont les plus nombreuses. De plus, ce corpus regroupe des sources littéraires qui évoquent les cultes d’Isis et ses adeptes. Ces œuvres littéraires, croisées avec les inscriptions, nous renseignent sur la classe sociale des adeptes du culte. Enfin, les attestations des temples d’Isis encore en fonctionnement durant l’Antiquité tardive permettent également de mieux comprendre la place du culte à cette période. Nous nous sommes demandé si les femmes ont pu jouer un rôle dans le maintien ou dans la fermeture des sanctuaires isiaques. Toutes ces sources ont été mises en commun afin d’obtenir diverses hypothèses mais ont également permis de faire une étude prosopographique concernant les isiaques les isiaques féminines au iiie et au ive siècle apr. J.-C. Certaines charges religieuses détenues par des isiaques ont été mises à jour grâce aux sources et à cette étude. Tout cela semble montrer que le culte suscite moins d’intérêt dans l’Antiquité tardive mais que le déclin est plus ou moins important en fonction des régions. Si ce déclin est très visible en Grèce occidentale et insulaire ainsi qu’en Asie Mineure, une région fait figure d’exception : l’Italie. En effet, c’est dans cette région que les seules inscriptions datées du ive siècle apr. J.-C. ont été retrouvées. Concernant les derniers adeptes de la déesse, il semble que les isiaques aient tenté de faire perdurer le culte le plus longtemps possible. Le cumul des sacerdoces visibles sur certaines épitaphes pourrait confirmer cette hypothèse. Certaines femmes cumulent d’ailleurs plusieurs sacerdoces. On observe que la part des femmes dans le culte d’Isis varie selon les régions. Les différentes sources laissent penser que le culte durant l’Antiquité tardive suscite moins l’intérêt des femmes qu’à l’arrivée de la déesse dans le monde gréco-romain.

Histoire médiévale

Pauline Chambon, « De l’homicide au châtiment. Neuf cas de femmes impliquées dans des affaires pour homicide en Languedoc (1328-1475) », dir. Sophie Brouquet, Université de Toulouse

7À la fin du Moyen Âge, l’homicide constitue l’essentiel de la criminalité et le système judiciaire, avec la redécouverte du droit romain au xiiie siècle, est capable de punir les criminels de façon rigoureuse. Dans les années 1400, les femmes accusées d’homicide n’excèdent pas les 4 % des prévenus. Étant mineures aux yeux de la société, une grande partie de leurs crimes et délits sont réglés en privé. Les neuf femmes présentées dans cette recherche, qu’elles soient auteures ou complices d’un homicide, représentent des cas exceptionnels. C’est donc une approche micro-historique qui a été choisie pour aborder cette thématique de l’homicide au féminin en Languedoc à la fin du Moyen Âge. Les lettres de rémission présentent un intérêt pour approcher ce pan de la criminalité féminine. Elles permettent de mettre en lumière à la fois l’accusée mais aussi les circonstances de son crime. Ce sont donc douze lettres de rémission datées entre 1328 et 1475 qui ont été analysées. Sept d’entre elles ont été utilisées seules. Les cinq autres entrent dans le cadre de deux affaires plus complètes, pour lesquelles les audiences ainsi que les arrêts de la cour du Parlement de Toulouse étaient disponibles. Ces archives donnent à voir le cours de la justice et les paroles des différents magistrats, et de questionner la criminelle et son parcours dans le crime : origine sociale, mode opératoire, victime, mais aussi comment se déroule le procès et quelle est la sentence. Cette recherche a aussi permis d’interroger le vocabulaire des hommes de loi pour montrer s’il existe un discours autour de cette criminalité féminine médiévale. Si l’empoisonnement est un mode opératoire associé aux femmes dans l’imaginaire collectif, il n’y a cependant qu’une seule empoisonneuse parmi les cas étudiés. Les autres homicides sont commis dans une certaine violence, avec une arme blanche comme un couteau ou une épée ou encore par lapidation. Les choix des mots pour décrire l’homicide et le meurtre par l’avocat de l’accusation montrent bien qu’il s’agit pour les médiévaux d’un crime horrible et inhumain. Les femmes du corpus sont principalement des femmes de bonne renommée, appartenant à des familles aisées voire influentes ou à d’importants réseaux de solidarités, ce qui leur a permis d’obtenir une grâce royale. Elles sont également des épouses et mères parfaites pour la défense, adultères et mauvaises pour l’accusation. Cela présente un aperçu de leur conjugalité, de leur mariage ou des violences domestiques qu’elles subissent, qui peuvent les pousser à tuer. Ces criminelles agissent seules, mais peuvent aussi être complices. Il y a une véritable influence du mari ou de l’amant dans le basculement dans le crime. Ces homicides se déroulent majoritairement entre les murs de la maison, espace féminin par excellence. Cependant il ne semble pas y avoir un moment privilégié du crime. Il est à noter que les victimes des femmes de ce corpus sont majoritairement des hommes. Certaines de ces criminelles sont enfermées en prison de façon préventive, en attendant l’instruction de leur procès. Dans le cas de Céline Barbette, la torture judiciaire est même employée. L’aveu est essentiel dans la procédure, pourtant la mise à la question est rare pour les femmes. Le procès est également une véritable joute verbale entre l’avocat du roi et celui de la criminelle. Une multitude d’arguments, parfois contradictoires, sont présentés à la cour. Il est important pour les avocats de prouver le caractère prémédité ou non des homicides commis car cela permet de déterminer le niveau de gravité du crime et de justifier la peine capitale. Le procureur du roi requiert la peine et ne fait pas de différence selon le genre de l’auteur d’un meurtre. Un des constats est qu’en matière de peine, il y a autant de châtiments que de modes opératoires. Les biens des criminelles sont saisis par la justice. Quand la peine de mort est prononcée, l’exécution est décidée selon le mode opératoire ou le rang social : Guillemette l’empoisonneuse est brulée tandis que Céline, la nièce d’un procureur toulousain, est décapitée. Toutes les peines marquent l’infamie des criminelles : les exilées sont fustigées et les corps des exécutées sont exhibés au public. La grâce royale ne leur sauve pas toujours la vie, mais elle permet à ces neuf femmes d’être rétablies dans leur bonne réputation, ce qui est essentiel pour leur famille car la fama de la criminelle rejaillit sur leur parenté. Cette grâce permet aussi aux familles d’enterrer leur parente exécutée en terre chrétienne.

Chloé du Laurent de La Barre, « Deux saints dans le siècle. Construire la sainteté de Delphine de Puimichel et Elzéar de Sabran dans la Provence du xive siècle », dir. Étienne Anheim, EHESS

8À l’origine de ce travail se trouve un sentiment de curiosité. Qui est ce couple de nobles provençaux unis par le mariage mais séparé après la mort, lui canonisé en 1369, elle proclamée bienheureuse en 1694 ? Delphine de Puimichel et Elzéar de Sabran sont des aristocrates du xive siècle qui vivent dans la région d’Apt, en Haute-Provence, sur les terres de leurs familles respectives, les Sabran et les Agoult-Simiane. Delphine et Elzéar sont passés à la postérité pour avoir préservé leur virginité malgré leur mariage en 1300. Reconnus pour leur vie sainte et leurs miracles, ils font tous deux l’objet d’une procédure de canonisation, Elzéar en 1351 et Delphine en 1363. L’écart chronologique entre ces deux procès s’explique par la mort précoce d’Elzéar en 1323 alors que Delphine ne meurt qu’en 1360. À la mort de cette dernière, la procédure d’Elzéar n’a pas encore abouti : elle est relancée à cette occasion, avec succès. En revanche, celle de Delphine n’est jamais achevée. Pour quelles raisons ? Situé à l’intersection de l’histoire de la sainteté, de l’histoire de la culture de l’écrit et de l’histoire des femmes et du genre, ce mémoire reprend l’ensemble de la documentation qui se déploie lors d’une procédure inquisitoire afin d’expliquer cette différence de postérité. Il s’agit d’analyser ce que Didier Lett appelle la « société du procès », c’est-à-dire les soutiens, les témoins et le personnel administratif mobilisés lors du procès, et les variations des motifs de la sainteté d’Elzéar et de Delphine d’un document à l’autre. En amont, les Agoult-Simiane ainsi que les institutions ecclésiastiques et civiles de la ville d’Apt adressent des suppliques au pape afin d’obtenir l’ouverture du procès. Le pape, Clément VI pour Elzéar en 1351, Urbain V pour Delphine en 1363, fulmine ensuite une bulle d’ouverture du procès. Celle-ci est recopiée dans le procès-verbal du procès de canonisation qui réunit les articles établis par le procureur sur lesquels sont interrogés les témoins, les dépositions de ces derniers et tout acte notarié produit lors du procès. Si celui de Delphine nous est parvenu, celui d’Elzéar a disparu. Ce n’est qu’à travers son sommaire, qui résume les principales phases du procès, que l’on peut en saisir des traces. Enfin, à cette phase de production administrative et juridique succède une phase de mise en récit des vies de Delphine et Elzéar, qui sont écrites à partir du procès-verbal, puis une phase de production iconographique. L’analyse des mécanismes sociaux en jeu lors des deux procès, de la production normée des documents et des modèles de sainteté qui s’y déploient permet d’avancer plusieurs raisons pour comprendre l’échec de la canonisation de Delphine. Outre des documents du procès qui portent les traces d’une procédure non terminée, plusieurs points posent problème dans la trajectoire de vie de Delphine. Si les deux époux ont mené une vie commune et été soutenus par les mêmes groupes de pression, leurs parcours de sainteté divergent. Ils sont liés par une volonté de préserver leur virginité, par une pratique de l’oraison intense et des pratiques pénitentielles et ascétiques, mais, tandis qu’Elzéar développe une spiritualité mystique faite d’extases et de visions, mode d’accès au sacré habituellement féminin, Delphine est bien d’avantage tournée vers l’action. Après la mort d’Elzéar, elle se défait de ses biens, mendie, prêche et soigne les malades. Alors même que la papauté est en conflit avec les Spirituels franciscains, Delphine partage leurs pratiques en faisant vœu de pauvreté et se lie avec des personnalités dissidentes comme Philippe de Majorque ou Ange Clareno. Surtout, sa sainteté est marquée par des transgressions de genre et de statut social. Le refus de Delphine de consommer son mariage, jusqu’à mettre en place une forme de chantage en menaçant Elzéar de se laisser mourir, outrepasse les comportements traditionnellement attendus de son sexe, et plus spécifiquement d’une femme mariée. Une fois veuve, au lieu de faire œuvre de charité auprès des pauvres selon ce qu’exigerait son rang social, la voici devenue elle-même mendiante dans les rues d’Apt. Malgré un mariage virginal érigé en exemple et le développement d’un culte local, Delphine s’efface au profit d’Elzéar. Sa postérité dépend étroitement de celle de son défunt époux, comme si la canonisation valait pour les deux membres du couple. En fin de compte, si l’appartenance à une « parenté hagiographique » (Clovis Maillet) rend poreuses les frontières du genre, l’abandon de la canonisation de Delphine montre qu’aux yeux de la société Elzéar et Delphine restent homme et femme, soumis à des normes de genre qui se font sentir jusqu’après leur mort.

Géraldine-Romance Lemoine, « L’épouse et le sarcasme des hommes. La vision de l’épouse dans les écrits français post-Roman de la Rose du xive siècle », dir. Jean-Patrice Boudet et Julien Véronèse, Université d’Orléans

9Le sujet de ce mémoire porte sur la représentation de l’épouse à travers trois écrits français du xive siècle. J’ai cherché à déterminer les représentations de l’épouse à travers trois regards d’hommes, trois œuvres d’apparence différentes : les poèmes d’Eustache Deschamps dans le Miroir du Mariage, le traité moral et culinaire d’Ambroise Beth dans Le Mesnagier de Paris, et les nouvelles des Quinze Joies de mariage. Je souhaitais trouver les liens entre ces trois œuvres par leur vision commune de la femme. Deux visions de l’épouse apparaissent nettement. Tout d’abord celle de l’épouse parfaite avec le Mesnagier et le Miroir. L’épouse est jeune – environ quinze ans –, donc facilement manipulable pour mieux l’éduquer à être une bonne épouse respectable ; de bonne condition sociale, le plus souvent avec un intérêt financier pour le mari, pieuse et chaste en étant une bonne chrétienne, en priant régulièrement et en se confessant régulièrement. Enfin, le rôle premier de l’épouse est d’enfanter des beaux enfants et de préférence des garçons. La seconde vision est évoquée chez les trois auteurs et surtout dans les Quinze Joies de mariage. Il s’agit de la mauvaise épouse. Elle n’a pas d’âge précisément mais bien souvent une s’agit d’une vieille femme âgée de plus de trente ans. C’est une épouse qui ne prend pas soin de son mari, qui l’exploite afin de s’acheter des objets et habits luxueux. Elle s’exprime mal quand il y a des invités ou dans la rue. Elle sort aux bals et fêtes sans son mari. Elle prend un ou plusieurs amants et est manipulatrice et bavarde. Parfois, elle use même de sorcellerie. Tout ceci exprime plusieurs choses : la volonté de réfléchir sur le mariage tel qu’il est devenu : un sacrement de l’Église qui a mis la main dessus. C’est aussi une réflexion plus globale sur la société médiévale du xive siècle. Eustache Deschamps critique la chevalerie, les prélats, les juges au prisme du mariage. Nos trois auteurs ont des thèmes communs comme le paraître, les pèlerinages, la bigamie, le divorce, etc. Finalement, il y a la volonté dans Le Mesnagier de faire un véritable guide du mariage idéal. L’épouse doit être irréprochable tant à l’intérieur du foyer qu’à l’extérieur. Lui, doit être prévenant et à l’écoute. Le but étant d’être un couple harmonieux. Dans les Quinze joies, il s’agit plus d’un livre de conseils, de mises en garde sur les maux du quotidien. L’auteur précise qu’il y a une solution pour se prémunir d’un mariage malheureux mais il ne donne aucun détail à ce sujet. Enfin, le Miroir propose une vision plus philosophique sur le mariage. Pour Eustache Deschamps, seul le mariage spirituel tourné vers la foi et Dieu est valable. Il s’agit de la vie contemplative, une vie détachée de la vie mondaine et donc matérialiste. Rien n’est plus important que la contemplation de Dieu. Il s’inspire beaucoup de la philosophie aristotélicienne à travers ses poèmes. Pour conclure, nos trois auteurs ont une vision de l’épouse très ambivalente. Pour Ambroise Beth, son but est d’éduquer sa jeune épouse aux bonnes mœurs et d’éviter à tout prix les mauvais comportements à l’aide de nombreux exemples et anecdotes personnelles. Pour l’auteur des Quinze Joies, l’épouse est mauvaise, a mauvaise réputation et est bavarde. Il parle pourtant de cas où l’épouse est belle et de bonne éducation, mais il y aura toujours un grain de sable pour troubler la quiétude d’un couple comme le commencement d’une guerre et la mobilisation du mari. Sa vision de l’épouse et du mariage est donc très pessimiste. Enfin, Eustache Deschamps évoque tous les aspects de l’épouse, qu’elle soit bonne ou mauvaise, le problème est la notion même de mariage temporel. Ce type de mariage ne dure qu’une dizaine d’années et est fondé sur une vie matérialiste (avec l’apport de dot ou de douaire). Pour lui, seul le mariage dans la contemplation de Dieu compte. C’est, pour lui, la seule façon d’avoir un mariage harmonieux et apaisé. À travers mon mémoire, j’ai surtout voulu apporter un renouvellement de la recherche sur la représentation du mariage et de l’épouse en m’appuyant sur trois œuvres, à première vue totalement opposées et jamais étudiées ensemble dans leurs globalités.

Histoire moderne

Benjamin Alvarez-Araujo, « Adélaïde Henriette Damoville dite Mme Eloffe (1759-1805) Autour d’une marchande de modes imaginaire », dir. Laurence Croq, Université Paris Nanterre

10Le nom de Madame Eloffe s’est imposé depuis la fin du XIXe siècle comme celui d’une célèbre marchande de modes, fournissant la reine Marie-Antoinette, l’aristocratie et jusqu’aux cours européennes, à l’égale de la « ministre des modes » de la reine, Mlle Bertin. Cependant, cette description résulte d’une construction postérieure due au comte de Reiset. Ce dernier publie en 1884-1885 le livre-journal dit de Mme Eloffe, soit des livres de comptes qu’il attribue à la marchande du xviiie siècle. C’est lui qui forge la célébrité de la marchande de modes. Sa vision de Mme Eloffe ne résiste cependant pas à l’analyse historique, ce que la présente étude cherche à démontrer. L’objet de ce mémoire est en effet de comprendre qui était Mme Eloffe et, plus généralement, la façon dont au xviiie siècle un∙e marchand∙e pouvait devenir fournisseur∙euse de la cour. L’étude vise à restituer, de son enfance à sa disparition, et au-delà de sa mort, la place que Mme Eloffe a occupée dans la société de son temps, dans les limites des possibilités offertes par les sources qui, bien des fois, sont lacunaires à son sujet : registres paroissiaux, nombreux actes notariaux, comptes des Garde-robes de la comtesse d’Artois et de Marie-Antoinette, et le mal-nommé livre-journal de Mme Eloffe. Les sources concernant Mme Eloffe, sa famille et ses proches, donnent à voir une autre réalité que celle imaginée par Reiset, qui ne les avait pas étudiées, pas plus que les historien∙ne∙s après lui. Au début de la décennie 1780, Mme Eloffe, née Adélaïde Henriette Damoville, est ouvrière de Mme Pompey (née Anne Marie Perrotin), marchande de modes de la reine et de nombreuses femmes de la cour de Versailles, où elle est installée. Aussi, la figure de patronne décrite par Reiset se trouve en fait correspondre à la dame Pompey qui dirige elle-même sa boutique, en son nom. En 1787, celle-ci cède son affaire au couple formé par Mme Eloffe et son époux Jean Charles, et à un second couple, composé d’Adrien Le Cointe et Marie Anne Derlon, qui est la nièce de Joseph Pompey, époux de l’entrepreneure qui employait Mme Eloffe. Le commerce de modes se poursuit ainsi grâce à l’association entre ces deux couples. Mme Eloffe y exerce le rôle auxiliaire généralement dévolu aux femmes d’artisans ou de marchands, celui de seconder la direction de la boutique, là où M. Pompey n’avait aucune part à l’affaire. Celui qui mène le commerce s’avère être M. Eloffe, ainsi que son nom et sa signature sur les quittances le font apparaître. Ce mémoire se propose donc d’étudier les relations de genre propres au fonctionnement de cette boutique, et plus largement l’activité de fourniture de la cour de France à la fin du xviiie siècle. Il cherche à évaluer les rapports de genre entre les membres de l’affaire, faisant apparaître une femme patronne qui a conscience de son identité, et une femme présentée comme patronne par l’historiographie mais qui se révèle être ouvrière puis seconde de son époux entrepreneur. Ce mémoire permet en outre d’étudier un pan du travail féminin de l’Ancien Régime, dans un métier qui est loin d’être exclusivement féminin. Il élargit enfin l’étude à toutes les branches collatérales, aux familles des acteurs et à leurs proches pour tenter de comprendre comment des hommes et des femmes parviennent à devenir fournisseur∙se∙s de la cour. Le rôle crucial des réseaux est ainsi mis en lumière. La cour offre en effet un moyen pour de nombreuses personnes de s’élever socialement, en dehors du cadre corporatif parisien. L’objet de l’étude, plus qu’elle-même, est finalement le monde qui gravite autour d’Adélaïde Henriette Damoville. Plus on cherche Mme Eloffe dans les archives, plus elle s’éloigne, semble inatteignable à l’œil du chercheur. Sa prétendue célébrité cède sous le poids de l’absence documentaire. Elle n’apparaît que rarement, et jamais là où on l’aurait attendue. Son nom, sa signature, apparaissent moins d’une dizaine de fois, là où son mari signe ou est nommé près d’une trentaine. En revanche, d’autres femmes surgissent. Apparaît ainsi toute la complexité de l’étude des femmes d’Ancien Régime.

Virginie Fayseler, « Protestantes, femmes et éducatrices : écriture de soi et discours sur l’autre au sein de la communauté française huguenote (mi-xvie-début xviiie siècle) », dir. Yves Krumenacker, Université Jean Moulin Lyon 3

11Selon Calvin – comme dans la théologie catholique – les parents, homme comme femme, reçoivent de Dieu la tâche de s’occuper en bonne intelligence de leurs enfants. Toutefois, derrière cette égalité apparente prônée par le dogme, se cachent des rôles éducatifs bien distincts, notamment au sein des familles protestantes, généralement plus sensibles à l’instruction que les familles catholiques dans le royaume de France du xviie siècle. La mère prend en effet en charge l’éducation informelle, à la fois profane et religieuse, des enfants – c’est-à-dire celle qui s’ancre au cœur du foyer, loin des connaissances dispensées par les écoles – dès leur plus jeune âge. Le père de famille n’intervient que plus tard, et surtout auprès des garçons. Par ailleurs, les femmes protestantes se distinguent souvent des femmes catholiques dans leur rôle d’éducatrices du fait de leurs connaissances en matière de religion ; l’apprentissage des psaumes s’inscrivant au sein de la pratique quotidienne des réformés, la transmission orale des préceptes de l’Église protestante constitue une grande partie des enseignements délivrés par les figures féminines du foyer. Le terme « femmes » recouvre en effet une pluralité de profils féminins : la mère, mais aussi la sœur ou encore la grand-mère, qui peuvent chacune dispenser directement ou de manière participative une forme d’enseignement à la maisonnée. Ce mémoire examine le rôle éducatif des femmes protestantes françaises au sein du foyer, mais également les représentations de ce rôle qui imprègnent la communauté huguenote de la seconde moitié du xvie siècle jusqu’au début du xviiie siècle. De fait, à l’époque moderne, la femme est considérée comme un être profondément imparfait. Les études des savants concluent à une infériorité de la constitution féminine. Ces observations entérinent donc la hiérarchie familiale, les femmes étant perçues comme naturellement soumises à l’autorité de leur mari d’après l’apôtre Paul. Pourtant, si une place secondaire leur est assignée par la société, les femmes acquièrent un statut prépondérant au sein du système familial huguenot lorsque, dans la France du xviie siècle, la Réforme se trouve à nouveau menacée. Par leur rôle éducatif, elles peuvent occuper une fonction incontournable dans la communauté en tant que vectrices de la foi et piliers de la pérennité du protestantisme. Leur à la religion réformée et leur conception de leur rôle éducatif en tant que mission sacrée transparaissent à travers les sources étudiées dont la majeure partie est constituée de mémoires rédigés par des Protestants, pour beaucoup au cours de leur fuite à la suite de la Révocation de l’Édit de Nantes. Grâce à ces témoignages, il est possible de percevoir l’évolution des enseignements et du rôle éducatif de la femme protestante de la seconde moitié du xvie siècle jusqu’au début du xviiie siècle, et de cerner la rupture que constitue, pour certaines d’entre elles, l’Édit de Fontainebleau. De fait, plusieurs femmes de ce corpus se saisissent alors de l’éducation comme un moyen de lutter contre la persécution papiste et deviennent les figures d’une révolte silencieuse. À côté de ces mémoires, des sermons de pasteurs de la même époque ont été consultés, afin d’appréhender le système de représentations qui se déploie au sein de la communauté protestante à propos du rôle de la femme au sein du foyer. Hommes comme femmes sont imprégnés de ces représentations et agissent en fonction de celles-ci, ce qui transparait au sein des récits de vie. La problématique de ce mémoire s’articule autour de cette vision de l’action éducative de la femme portée par les huguenotes et les huguenots français du xvie, et surtout du xviie siècle. Il s’agit d’étudier les évolutions de ce rôle, liées au contexte politique et religieux français, mais aussi la manière dont les femmes s’en emparent. Leur rôle éducatif devient-il moyen d’émancipation ou demeurent-elles uniquement les principales vectrices du système patriarcal huguenot ? Les résultats de la recherche tendent à montrer qu’il existe une grande diversité des rôles éducatifs féminins au sein des foyers protestants, la femme dispensant un enseignement profane plus ou moins complet en fonction de sa propre éducation et de son rang – plus que de sa religion. Toutefois, dans la plupart des cas étudiés, les femmes enseignent les rudiments essentiels aux domestiques et aux enfants, notamment pour forger leur identité religieuse. La place de la femme en matière d’éducation est donc centrale dans les foyers huguenots, voire politique. En revanche, bien que l’instruction religieuse soit parfois utilisée comme un moyen de déroger à la hiérarchie familiale, ces femmes, en transmettant les préceptes traditionnels, perpétuent finalement la différenciation traditionnelle des sexes.

Tatiana Gafanhao, « Le corps et l’apparence à travers les Mémoires de Mme de Genlis, du milieu du xviiie au début du xixe siècle », dir. Aurelie Chastenet-Calyste, Université Rennes 2

12La question de la perception du corps et des apparences féminines est toujours un débat d’actualité dans la France d’aujourd’hui. Mais qu’en était-il exactement au xviiie siècle ? Certes, le rôle des apparences et de l’habillement était considérable dans la société française du siècle des Lumières. Du règne de Louis XIV à la Révolution française, la monarchie imposa une étiquette stricte dont les rituels et les cérémonies distinguaient les nobles du reste de la population. Dans les élites sociales, les apparences sont alors essentielles, les vêtements et les accessoires luxueux nécessaires, le corps est contraint par une culture de la raideur et du contrôle de soi, la beauté est artificielle. Néanmoins, la mode change, le naturel est progressivement mis en avant, les tissus s’allègent et la liberté de mouvement s’inscrit petit à petit dans la vie quotidienne des contemporains. Le témoignage de Félicité du Crest, comtesse de Genlis (1746-1830), permet d’étudier les idéaux corporels et vestimentaires de l’époque, mais aussi leurs transformations tout au long des quatre-vingts ans de sa vie à travers les Mémoires inédits de madame de Genlis sur le dix-huitième siècle et la Révolution française, depuis 1756 jusqu’à nos jours, publiés pour la première fois en 1825. Madame de Genlis est célèbre pour ses multiples ouvrages mais aussi pour son rôle d’éducatrice du futur roi des Français, Louis-Philippe. L’intérêt de ses mémoires réside dans le caractère rétrospectif de la narration, l’auteure raconte sa vie, ses souvenirs, ou encore des anecdotes privées ou publiques. Tout ce qui relève du corps et de l’apparence transparaît dans le récit que fait la comtesse de Genlis des vêtements et des accessoires, mais aussi dans les descriptions physiques des individus, les critères de la beauté ou de la laideur, sans oublier bien sûr les normes qui régissent les attitudes corporelles. Ce mémoire examine donc les multiples facettes du regard de la comtesse sur le corps et les apparences de la deuxième moitié du xviiie siècle au début du siècle suivant. Le récit de Madame de Genlis révèle à la fois la manière dont, à la fin du xviiie siècle, la noblesse impose sa vision du corps féminin à travers les normes et les habillements, mais aussi le rapport aux apparences dans la société du temps. En effet, les femmes sont alors tenues par un idéal corporel du paraître nobiliaire, les contraignant et les magnifiant dans de multiples vêtements et accessoires. Cependant, cet idéal change progressivement vers la fin du siècle, sous l’influence des travaux de philosophes, médecins et hygiénistes, le point de vue de l’auteure s’en trouve modifié. Par ailleurs, le témoignage de cette mémorialiste traverse des périodes de bouleversements politiques, sociaux et culturels qui influent sur sa vision du corps et des apparences. Le regard rétrospectif et nostalgique de la comtesse a une grande influence sur le récit ; elle témoigne en particulier de la période révolue de l’Ancien Régime ; elle y souligne les normes de l’étiquette qu’elle a intériorisés en tant que noble, mais aussi les critiques envers certaines d’entre elles. Ses Mémoires attestent de son regard sur son propre corps et sur celui des autres, dans une société où seules les apparences comptent. De plus, elles révèlent combien le rapport au corps et aux apparences est très lié au statut de la femme. L’auteure a un regard particulier sur ce sujet, critiquant et idéalisant les normes imposées par la société. Elle tend finalement vers une forme de défense du bien-être féminin, ce qui est essentiel pour comprendre à la fois comment étaient perçues les femmes de la fin du xviiie siècle et les changements qui aboutissent à une certaine liberté corporelle. Ainsi, l’étude des écrits de la comtesse de Genlis, au prisme du corps et des apparences, est révélatrice de l’évolution des mœurs, des comportements, des règles et des usages, des dernières décennies de l’Ancien Régime au début du xixe siècle, à travers la période charnière de la Révolution française.

Géraldine Gaudard, « Claire de Duras, Un romanesque de l’espoir et de la désillusion », dir. Jean-Marie Roulin, Université Jean Monnet Saint-Etienne

13Le roman est une source particulièrement riche pour étudier la façon dont la littérature met en récit le bouleversement révolutionnaire. Tout comme la recherche historique déconstruit les idéaux égalitaires et libertaires de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, texte fondateur de la Révolution française, l’analyse littéraire attentive au genre est amenée à appréhender la littérature sous l’angle de la poétique et la biographie des autrices. Dès lors, associer l’étude de l’univers romanesque à celle de la vie de l’autrice apparaît comme essentiel. Les biographies de Sainte-Beuve, Portraits de Femmes, mettent en lumière à la fois des autrices passées à la postérité, telles que Mme de Staël ou Mme Roland, et des inconnues, des oubliées de l’histoire littéraire, parmi lesquelles Claire de Duras. Née le 22 mars 1777 de l’union peu harmonieuse entre un comte de vieille noblesse bretonne désargentée et une cousine richement dotée, Claire de Duras est contemporaine du crépuscule de l’Ancien Régime et du basculement dans l’ère révolutionnaire. Compte tenu du champ de recherches nouvellement ouvert, sous l’impulsion notable de Marie-Bénédicte Diethelm par la publication, en 2011, de deux nouvelles inédites de la duchesse : Mémoires de Sophie et Amélie et Pauline, les cinq romans publiés de madame de Duras constituent notre corpus d’étude. En effet, méconnus du grand public, les textes de madame de Duras, nichés dans les archives des héritiers depuis la mort de l’autrice en 1828, sortent peu à peu de leur sommeil et suscitent l’ouverture d’un nouveau chantier universitaire. Fort de ce terrain de recherches réinvesti, le mémoire se propose d’étudier sous un angle inédit, l’œuvre durassienne à la jonction entre la littérature, le genre et l’histoire. Partant de l’antagonisme de l’espoir et de la désillusion pour qualifier le romanesque d’une autrice à la personnalité complexe, nous pouvons nous demander en quoi cette ambivalence fonde la singularité de l’œuvre publiée de Claire de Duras. Ainsi, notre recherche circonscrit quatre points essentiels : le cadre socio-historique de l’aristocratie de la fin de l’Ancien Régime à la Restauration ; en second lieu, une analyse davantage herméneutique de la singularité poétique chez Mme de Duras inscrite dans le maillage d’ensemble de la littérature française pré- à postrévolutionnaire ; ensuite, la mise en relief des œuvres par des éléments de la biographie de l’autrice, grâce notamment à sa correspondance avec son amie Rosalie de Constant et son « cher frère » Chateaubriand ; enfin les figures d’altérité mises à jour au sein de la société aristocratique : la femme sénégalaise descendante d’esclaves, le roturier, le noble impuissant sexuellement, et la femme aristocrate face à l’amour adultérin. Notre démarche s’attache à étudier la singularité de chacun des cinq romans publiés, tout en cherchant la cohérence de l’œuvre durassienne. Le prisme du genre révèle que tous les protagonistes sont des figures d’altérité sociale. Ces marginaux présentent en effet des traits communs quant au cycle de leur évolution émotionnelle. Cette dernière révèle une dualité sentimentale : le bonheur de la rencontre amoureuse s’estompe face au malheur de l’impossibilité de vivre cet amour. Par conséquent, la mort est perçue comme l’unique issue à la plénitude : triomphe de « l’innocente union » dans une céleste éternité. Au-delà de l’intrigue amoureuse stéréotypée des « romans de dames », Claire de Duras pose les jalons métaphysiques de l’introspection. La duchesse se mire dans ses héros : tableau d’une solitude, tout à la fois cause et conséquence d’un « esprit supérieur » et d’une « pureté de l’âme ». Ces qualités spirituelles et morales ne rendent pas forcément heureux, au sens du bonheur épicurien, mais aiguisent l’acuité des regards posés sur le monde. Dès lors, tout comme leur autrice, les personnages ne se résignent pas à l’hypocrisie et à la frivolité d’une aristocratie conservatrice et rétrograde, se rêvant pourtant réformiste. En outre, si la liberté ne vient ni des normes sociales ni des lois, Claire de Duras ne façonne pas des êtres transgressifs mais les dote de l’entière possession de leur libre-arbitre, afin de se retirer du monde. Ainsi, dans l’œuvre de Mme de Duras, la liberté de maîtriser son destin, et non de se soumettre à une quelconque fatalité, suggère une nouvelle forme de résistance à la fois sociale et politique. En outre, cette liberté d’action dépasse le contexte socio-historique révolutionnaire de la rédaction des romans. En effet, les protagonistes livrent une réflexion intemporelle, où l’espoir et la désillusion surpassent toute forme de manichéisme. Par conséquent, ils alimentent la complexité et la nuance nécessaires à une réflexion sur la condition humaine.

Hermeline Gils, « La consommation vestimentaire d’une favorite royale dans la deuxième moitié du xviiie siècle : Madame du Barry (1768-1793), maîtresse de Louis XV », dir. Aurélie Chastenet-Calyste, Université Rennes 2

14La comtesse du Barry est souvent représentée comme la plus scandaleuse des maîtresses royales. En effet, Louis XV fait d’une courtisane, de surcroît fille illégitime, sa dernière favorite. Ce mémoire a pour objectif d’étudier de quelle manière la consommation vestimentaire de la comtesse du Barry est conforme aux normes curiales, répond à ses goûts personnels et dit son statut particulier. Pour y parvenir, tous les aspects de cette consommation ont été étudiés, des sommes dépensées aux choix des vêtements, les tissus et les couleurs en passant par les fournisseurs de la parure. Deux temps sont mis en lumière. Entre 1768 et 1774, la comtesse est la favorite du roi et mène une vie brillante à la cour. Puis de 1774 à 1793, elle est bannie de la cour et vit en riche aristocrate dans ses différentes résidences. Ces deux périodes de la vie de Mme du Barry nous permettent de comprendre la consommation vestimentaire d’un personnage public, célèbre, au statut particulier au moment de sa splendeur, mais également après la période où elle joue un rôle à la cour. Il convient d’étudier ces éléments en prenant en compte les spécificités de Mme du Barry : c’est une maîtresse royale, sa faveur dépend donc entièrement du roi et son statut fait d’elle un cas à part à la cour tout comme sa naissance très modeste fait d’elle un cas unique parmi les favorites royales. La position de favorite est délicate car elle n’a pas de statut officiel. C’est une position officieuse, mais connue et reconnue de tous. Même après la mort du roi, la comtesse reste à part : elle ne fait plus partie de la cour ni de son milieu d’origine, qu’elle a quitté. Sa consommation vestimentaire est donc toujours spécifique. Il ne faut pas non plus oublier que la société curiale dans laquelle s’inscrit la consommation vestimentaire de la comtesse est extrêmement codifiée. Cette étude est fondée sur un important corpus de sources constitué en grande partie des comptes de la comtesse conservés pour la plupart à la BnF ainsi qu’aux Archives nationales. Celles-ci sont complétées par une série de sources iconographiques. Les revenus de la comtesse lui permettent des dépenses ostentatoires très importantes montrant à tous qu’elle dispose de la faveur du roi. Le niveau de ses revenus et dépenses a rarement sinon jamais été atteint. Le domaine dans lequel elle dépense le plus est celui des apparences. La parure est en effet le meilleur moyen pour Mme du Barry de montrer son statut de favorite, sans heurter de front l’ordre curial aux variations duquel les contemporains sont très sensibles. Le choix des fournisseurs de la comtesse sert ces mêmes buts. En effet, au temps de sa faveur, ils font tous partie des plus prestigieux de Paris. Ces choix montrent également le caractère particulier de Mme du Barry. En effet, ayant travaillé comme modiste, elle connaît certains de ses fournisseurs personnellement. Elle les emploie donc suivant ce double critère d’ostentation et de connaissance du monde marchand. La consommation vestimentaire joue donc un rôle-clé dans l’affirmation du statut de favorite de Mme du Barry. Toutes les tenues de la comtesse relèvent du luxe voire de l’hyper-luxe. Du grand habit, symbole du monde curial au déshabillé, qui permet à Mme du Barry de montrer sa beauté de manière plus éclatante, on voit qu’elle rappelle à tous et à toutes ce qui lui vaut une faveur aussi marquée. Les présents vestimentaires sont une autre manière d’afficher son statut. En effet, elle offre des présents au roi comme des robes de chambre, cadeau illustrant l’intimité entre le roi et la comtesse. Ils montrent également l’insertion de la favorite dans la noblesse. Son réseau clientélaire est visible dans les comptes grâce à ces présents. Après la mort de Louis XV, la garde-robe de l’ancienne favorite évolue. Malgré sa disgrâce, sa sociabilité reste importante et nécessite de maintenir l’exigence du paraître. Son âge ne l’empêche pas de rester coquette et sa consommation vestimentaire ne change pas radicalement : au lieu de relever de l’hyper-luxe, elle relève simplement du luxe. Elle conserve même son rôle de prescriptrice de modes. Grâce à cette étude, nous avons également pu mettre en évidence les goûts personnels de la comtesse. Ses choix vestimentaires lui servent à créer une image d’elle-même visant à illustrer son statut. Celle-ci est fondée sur la simplicité. En réalité, il s’agit d’une simplicité minutieusement construite. Les préférences qu’exprime la comtesse le démontrent : la prédominance du blanc, les tenues simples ou encore la prétendue absence de maquillage. Elle énonce ainsi l’idée que sa beauté est exceptionnelle au point de ne pas avoir besoin d’artifices. Il est intéressant de constater qu’elle n’abandonne pas cette image après sa disgrâce. Elle reste un personnage public, elle doit donc encore justifier la faveur qui lui a valu une telle célébrité.

Camille Hamon, « Dans l’entourage d’un favori : les femmes de Joyeuse-Batarnay (1559-1599) », dir. Nicolas Le Roux, Université Sorbonne Paris Nord

15Les favoris du roi Henri III, longtemps perçus comme de jeunes séducteurs évoluant dans l’entourage d’un roi aux mœurs décriées, ont bénéficié de la réhabilitation de la figure du dernier Valois dans l’historiographie des vingt dernières années. Le rôle complexe de ces mignons auprès du roi et sur les champs de bataille des guerres de Religion est désormais mieux connu grâce aux travaux d’historien·nes de la cour et de la noblesse. Parmi eux, deux frères : Anne et Henri de Joyeuse. Si la vie des hommes de la famille de Joyeuse est bien documentée, les femmes sont moins connues. Pourtant, elles sont au cœur des sources. Au sein de la famille, trois femmes se démarquent : Isabeau de Savoie (1512-1587), grand-mère maternelle d’Anne de Joyeuse ; Marie de Batarnay (1539-1595), mère d’Anne de Joyeuse et Marguerite de Lorraine-Vaudémont (1564-1625) épouse d’Anne de Joyeuse et demi-sœur de la reine Louise de Lorraine. Pour comprendre l’ascension des Joyeuse à la cour, il est indispensable de saisir en quoi l’entrée de ces trois femmes dans cette famille a apporté un ensemble de ressources, matérielles et symboliques, qui ont permis aux Joyeuse de construire des réseaux de plus en plus étendus et solides. Sans se limiter au portrait de ces trois femmes, ce mémoire étudie leurs écrits, leurs actions et leurs relations entre 1559 et 1599, afin d’interroger la répartition de l’autorité entre les membres du lignage. L’éclatement géographique des implantations familiales, les guerres de Religion et le veuvage sont autant de facteurs qui contribuent à redistribuer l’autorité au profit des femmes. Celles-ci peuvent alors construire leurs propres réseaux de fidélité, réseaux qui alimentent leur pouvoir de patronage – qu’il soit local, clérical ou domestique – au point de les ériger parfois en véritables cheffes de famille. Les sources épistolaires sont au cœur de cette recherche. La correspondance passive et active des trois femmes rassemble 225 lettres, auxquelles il faut ajouter quelques missives d’Anne de Joyeuse et de ses frères à leur père et à leurs tantes. Les correspondances de quelques ambassadeurs anglais et italiens viennent abonder ce corpus. S’ils peuvent donner de l’épaisseur au quotidien des auteur·es, les échanges épistolaires contiennent toutefois des informations souvent lacunaires ou allusives. Afin de pallier ces manques inévitables, cette recherche s’appuie sur des documents d’archives. Celles des notaires parisiens et tourangeaux permettent de découvrir les actions juridiques concrètes entreprises par les trois femmes étudiées, notamment ce qui relève de la gestion des affaires familiales et de l’administration de la vie quotidienne à Montrésor, village de Touraine, autour duquel gravite la famille de Joyeuse. Des imprimés tels que les mémoires-journaux de Pierre de l’Estoile ou de Brantôme complètent ce corpus : ils donnent accès à la manière dont les trois femmes sont perçues par leurs contemporains et aux cercles qu’elles fréquentent. Cette étude rend compte des différents domaines d’action d’Isabeau de Savoie, Marie de Batarnay et Marguerite de Lorraine, et entreprend d’expliquer quand et comment la faveur d’Anne de Joyeuse auprès du roi accentue ou diminue leur marge de manœuvre dans les domaines en question. La vie de ces trois femmes s’articule en effet intimement avec les évolutions de la faveur et celles de l’ascension à la cour. Leurs réseaux sont les principaux vecteurs de l’ascension de la famille auprès du pouvoir : ils la font entrer dans les fidélités de grandes maisons comme les Montmorency, ce qui leur donne l’influence nécessaire pour se faire remarquer à la cour. Quand Anne de Joyeuse et ses frères entrent dans l’entourage du roi, Isabeau de Savoie et Marie de Batarnay usent de leur pouvoir de négociation pour promouvoir et protéger les intérêts du lignage, notamment dans le domaine des affaires matrimoniales. Tout au long des années 1580, la faveur d’Anne de Joyeuse a des conséquences directes sur les modes de vie des trois femmes. Ses aïeules bénéficient ainsi d’un afflux de richesses et d’une influence renouvelée. Quant à son épouse, Marguerite de Lorraine-Vaudémont, elle profite grâce à lui de nouvelles solidarités familiales et féminines intergénérationnelles, qui se révèlent d’autant plus importantes que la faveur et les responsabilités qui l’accompagnent fragilisent le fonctionnement traditionnel du couple. Entre histoires des femmes, de la cour, de la famille et des guerres de Religion, cette recherche permet donc de mieux comprendre le rôle essentiel des femmes nobles catholiques qui protègent et conseillent les principaux favoris du roi, ainsi que les conséquences concrètes de la faveur sur le fonctionnement de leur maison.

Vanessa Olry, « Les femmes et le négoce à Nantes dans la seconde moitié du xviiie siècle », dir. Bernard Michon, Nantes Université

16Depuis les années 1990, l’historiographie constate que les femmes sont loin d’être mises à l’écart du commerce à l’époque moderne dans les ports : dans ses recherches sur Saint-Malo, André Lespagnol a observé qu’elles étaient nombreuses à la tête des sociétés familiales grâce au dépouillement de diverses sources économiques de la fin du xviie et au début du xviiie siècle. À Nantes, la prospérité de la ville est liée à celle du négoce, et la cité des Ducs compte de nombreuses négociantes qui s’intéressent à l’achat de marchandises en gros, disposent d’intérêts dans des navires, des sociétés commerciales ou d’assurances, accordent des prêts, arment des navires et prennent en charge la préparation et le financement d’expéditions de traite. La participation des femmes n’avait été abordée que ponctuellement par les travaux de recherche prosopographique sur des familles négociantes et marchandes, avant que cette présence soit abordée par Nicole Dufournaud et Bernard Michon dans un article fondateur en 2006 pour la fin du xviie et le début du xviiie siècle. Centré sur la seconde moitié du xviiie siècle, ce mémoire aborde la place des femmes dans le négoce à Nantes en interrogeant leur rôle et les enjeux de leur participation, qu’elles soient petites revendeuses ou grandes négociantes, à partir de sources issues principalement des Archives départementales de Loire-Atlantique, notamment des cours et juridictions, des administrations provinciales, des actes notariés et des fonds privés isolés ou familiaux. Les rôles d’armement du système des classes, dépouillés de 1779 à 1793, font ressortir que 2 % des navires étaient possédés ou armés par des femmes, participation féminine que l’on retrouve également dans les enregistrements de propriétés des navires de l’Amirauté de Nantes. 4 % des marchandises coloniales et étrangères déclarées au bureau du domaine d’Occident sont consignées par des femmes. D’autres actes montrent leur participation à des activités comme la prise d’intérêts dans les sociétés de commerce et d’assurances, des prêts en rentes, des lettres de change, etc. Un grand nombre de ces femmes sont veuves, les plus fréquemment rencontrées étant les veuves Lemasne, Geslin, Babut ou Exaudy. Au décès de leur mari, elles reprennent le contrôle de la maison de commerce familiale, lorsque les enfants, s’il y en a, sont trop jeunes pour en prendre les rênes. L’écart d’âge entre les époux explique souvent cette situation, comme en témoigne l’étude du fonds généalogique Freslon et des registres paroissiaux et d’état-civil. L’origine sociale et l’éducation de ces femmes facilitent leur adaptation comme le suggère la correspondance de Marie Labry, une jeune Angevine installée à Saint-Domingue, qui s’intéresse au commerce. Les femmes apportent lors du mariage non seulement une dot, mais des compétences et des relations. En plus d’assurer la transmission du patrimoine aux héritiers, en gérant prudemment la maison de commerce sous contrôle du conseil de la famille, ces femmes parviennent aussi à capitaliser, prendre des risques dans les affaires commerciales, et certaines se maintiennent même dans les affaires au-delà de la majorité des héritiers. Mais les veuves à la tête des maisons de commerce ne sont pas les seules femmes qui s’engagent dans le négoce : des femmes mariées, des jeunes femmes et d’autres veuves agissent de manière informelle, souvent cachées derrière la raison sociale de leur famille. Cette participation s’observe grâce aux fonds privés, à l’image de la correspondance de Jeanne-Eulalie Lebourg, femme de négociant à Saint-Domingue, ou encore du carnet anonyme d’une épouse de négociant voyageant entre Nantes, Lorient et Rennes pour les affaires. Autre trace de cette implication, les procurations, issues des sources judiciaires et actes notariés montrent qu’il est courant que les pleins pouvoirs soient transmis aux femmes de la famille en cas de besoin. D’autres femmes encore exercent leur commerce librement en étant séparées de leur époux, ou sont marchandes publiques avec l’accord de celui-ci, ou s’y lancent indépendamment. Les transcriptions du tribunal du consulat et les actes notariés dévoilent également le cas d’épouses qui outrepassent l’autorisation de leur mari ou de la justice. Bien que les femmes soient moins visibles que les hommes dans leurs activités, elles sont indispensables à la survie et la pérennité des maisons de commerce. À ce titre, elles sont reconnues dans les affaires par les autres négociants, marchands et institutions. Et surtout, elles contribuent à la prospérité du port de Nantes, que leur rôle soit formel ou informel, en dépassant de loin le cadre qui leur est imposé par les normes juridiques.

Aurore Pinceel, « “Le mari a son livre sous la main, la femme son ouvrage”. Expériences matérielles de la différence des sexes dans les pratiques quotidiennes à Lille au xviiie siècle », dir. Marjorie Meiss-Even, Université de Lille

17Les affichettes « Pensez à Maman pour la fête des mères » sur des aspirateurs en promotion provoquent chaque année la foudre des militant·es féministes, révélant l’importance de la place des objets dans l’expression des représentations sociales de la société contemporaine. Pour mieux comprendre ces discours associant constructions des normes de genre et biens matériels, cette étude se donne pour ambition de remonter au XVIIIe siècle, à la recherche de leurs précédents historiques. Qu’est-ce qu’un objet dit de femme ou d’homme dans la sphère domestique au siècle des Lumières ? À quelles attributions sociales renvoie l’usage de ces objets pour les deux sexes ? Comment participent-ils à la mise en scène de la différence des sexes ? Sur quels fondements culturels se pérennise une distinction genrée des pratiques matérielles quotidiennes ? Pour répondre à ces questions, nous invitons nos lecteurs et lectrices à une enquête dans les rues de Lille, prospère ville provinciale du nord de la France, au moyen de trois types de sources bien connues des historien·nes de la culture moderne : un corpus de 250 inventaires notariés rédigés entre les années 1730-1735 et 1785-1786, un second composé de 470 testaments dressés entre 1781 et 1787, complétés par l’exceptionnel livre de comptes tenu entre 1774 et 1784 par Isabelle de Verghelle, riche membre de la petite noblesse locale. À la croisée d’une histoire de la culture matérielle qui a rarement interrogé la question du genre et d’une histoire des femmes et du genre jusqu’à récemment peu sensible aux problématiques soulevées par les objets, l’objectif est double : construire une méthodologie apte à démontrer tout le potentiel de ces sources pour l’histoire matérielle du genre au XVIIIe siècle ; mettre au jour le rôle des conventions sociales dans l’expression matérielle du genre et, en retour, l’appropriation de ces impératifs par les hommes et les femmes auxquel·lles ils s’appliquent. Pour ce faire, la première piste questionne la nature du lien entretenu par les hommes et les femmes de toutes conditions avec les biens matériels dont ils se considèrent propriétaires à partir d’un poste d’observation privilégié : le legs particulier d’objets par voie testamentaire. Elle est l’occasion de découvrir la manière dont le legs de biens meubles est utilisé par les femmes au service d’une économie relationnelle, voire de la construction d’un sentiment qui leur est si souvent dénié, celui de l’individualité. La seconde piste rejoint le thème de l’insertion de ces mêmes objets dans leur environnement, en l’occurrence l’espace domestique. Utilisé comme outil d’organisation de l’espace, l’objet de genre permet de reconstituer les éventuelles mises en scène de la différence des sexes dans le foyer et la façon dont l’espace est occupé par chacun des membres du couple, à la fois sur les plans des pratiques quotidiennes et symboliques. Tout l’enjeu est ensuite d’explorer les raisons pour lesquelles un certain nombre d’objets quotidiens sont jusqu’à aujourd’hui implicitement associés à un genre ou à un autre. Les exemples des bijoux et des nécessaires de couture emmènent d’abord sur les traces des objets dits de femmes, puis, en miroir, ceux des instruments de mesure du temps et des perruques permettent une première incursion dans le domaine des objets dits d’hommes. Pour chacun d’entre eux, nous nous efforçons de dépasser les thèses essentialisantes régulièrement défendues par les auteurs du temps pour comprendre sous la surface du discours les motifs sociaux et culturels qui président à la distinction genrée d’une partie de la culture matérielle au siècle des Lumières. Une partie seulement car il existe au-delà de ces biens archétypaux toute une série d’objets dont le caractère genré se dérobe au simple traitement statistique des sources notariales. Pour déjouer cette stratégie du trompe-l’œil et nuancer l’opposition caricaturale entre univers matériels féminin et masculin, nous questionnons, à partir de la dialectique existant entre possession et usage, les potentielles circulations intrafamiliales de l’objet au travers du cas des jeux, des objets de piété et du vêtement. Un dernier type de biens, emblématique en la matière, vient prolonger le thème extrêmement riche de l’existence de frontières matérielles plus ou moins perméables au sein du couple : le livre. Autant d’approches qui permettent non seulement de mettre au jour le fonctionnement par degré de la normativité du genre par l’objet entre représentations et pratiques, mais aussi de rappeler l’importance de l’implication des acteurs dans la formation et l’enracinement de ces expressions matérielles du genre, soit sous la forme d’un apparent consentement, voire d’une adhésion à la norme, soit sous la forme d’une recherche de compromis.

Anne-Flore Thibaut, « Être une jeune fille sous la Révolution française », dir. Isabelle Robin et de François-Joseph Ruggiu, Sorbonne Université

18« Comme le mugissement de la mer précède de loin la tempête, cette orageuse révolution s’annonce par le murmure des passions naissantes […] ». Voici en quels termes Rousseau décrit, dans l’Émile ou De l’Éducation, paru en 1762, la sortie progressive de l’enfance et l’entrée d’Émile dans l’adolescence. Dans l’esprit de Rousseau et de ses contemporains, l’adolescence reste une notion essentiellement masculine. En effet, Sophie, la compagne idéale d’Émile, entre moins dans l’adolescence que dans le temps de la jeune fille, ce temps intermédiaire au cours duquel une fille est sur la marché matrimonial. Il se définit donc de manière négative comme un temps d’attente. Or, avec le recul généralisé de l’âge au mariage au xviiie siècle, nombre d’auteurs – essentiellement masculins – s’inquiètent d’une longue attente jugée contre-nature et prêtent à la jeune fille une multitude de maladies plus ou moins imaginaires avec, pour unique remède, le mariage. La Sophie de Rousseau, dans la solitude, « pense à celui qui doit la lui rendre douce ». De même, dans l’Encyclopédie dirigée par Diderot et d’Alembert, Chloé, le type de la jeune fille, « attend avec impatience dans la contrainte et dans l’ennui, qu’un changement de nom la mène à l’indépendance et au plaisir ». La jeune fille constitue donc une figure-type aisément reconnaissable dans l’esprit du temps. Mais comment ce temps de la jeune fille est-il vécu par les principales intéressées ? Pour le savoir, nous avons interrogé des écrits du for privé, essentiellement des mémoires ainsi que quelques rares journaux et extraits de correspondances de femmes nées entre 1770 et 1780 et donc susceptibles d’être « jeunes filles » au moment de la Révolution française. En effet, la Révolution apparaît comme un temps privilégié d’observation de cet état d’entre-deux puisqu’elle légitime la mise par écrit des récits de jeunesse et rend plus visibles ces figures ordinairement évanescentes. Notre hypothèse de départ était d’observer si ces femmes qui étaient « jeunes filles » au moment de la Révolution, avaient assimilé, dans le récit rétrospectif élaboré dans leurs mémoires, leur enfance à l’Ancien Régime, et la crise révolutionnaire à un moment de transition et d’autonomisation, avant le retour à un certain calme, avec l’éventuel mariage et l’entrée dans l’âge adulte. La coïncidence entre la sortie de l’enfance et l’entrée en Révolution permettrait, dans une certaine mesure, une prise de conscience particulière de cette période intermédiaire entre l’enfance et l’âge adulte. Notons que ces auteures appartiennent essentiellement aux élites sociales, à l’exception de quelques rares mémorialistes, filles de paysans et femmes-soldats. Ce corpus est complété par les mémoires et journaux d’hommes de la même génération ainsi que par des traités d’éducation qui apportent un point de vue extérieur sur les jeunes filles. Il en ressort que la jeune fille de la fin du xviiie siècle, est une réalité assez nettement définie – du moins au sein de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie – mais aux frontières poreuses. Être jeune fille désigne plus un état qu’un âge délimité par des bornes chiffrées précises. De plus, les événements révolutionnaires, en précipitant parfois le départ du domicile familial et la séparation d’avec les figures parentales, entraînent une relative prise d’indépendance et viennent brouiller les trajectoires ordinaires des jeunes filles qui ne sont plus seulement définies dans un rapport au mariage futur. Le temps de la jeune fille n’est alors pas uniquement un temps d’attente mais un temps de maturation et d’action. Au-delà du caractère exceptionnel de ces femmes et de leurs parcours, ces écrits permettent également d’appréhender leur quotidien, leurs aspirations et les multiples manières d’être une « jeune fille » à la fin du xviiie siècle.

Marjorie Trognon, « Le pouvoir au féminin : Marie-Caroline d’Autriche, reine des Deux-Siciles, au miroir des représentants français à Naples (1775-1785) », dir. Géraud Poumarède, Université Bordeaux Montaigne

19La réconciliation, sous les auspices de Marie-Thérèse d’Autriche, entre les Bourbon et les Habsbourg de Lorraine, entraine plusieurs alliances matrimoniales, gages de paix entre les deux grandes maisons européennes. Ainsi, Marie-Charlotte d’Autriche (1752-1814), future Marie-Caroline de Naples, troisième fille du couple impérial, épouse-t-elle Ferdinand IV le 12 mai 1768. Cette union suscite rapidement la méfiance de la France vis-à-vis de la souveraine napolitaine. Les Français sont inquiets de l’arrivée de cette princesse issue de la dynastie habsbourgeoise car ils n’arrivent pas à faire respecter leur autorité et leur influence à Naples. À partir de 1775, cette défiance augmente car Marie-Caroline réclame l’exécution d’une clause de son contrat de mariage, négociée par sa mère. En effet, cette clause l’autorise à siéger dans le conseil du roi, son mari, après la naissance d’un enfant mâle. La situation est inédite dans un royaume Bourbon où la reine est toujours au second plan du gouvernement des affaires et n’a aucun rôle politique officiel en dehors des périodes de régence. L’entrée de Marie-Caroline de Naples au conseil napolitain en 1776, semble donc rompre avec le schéma coutumier. De plus, entre 1775 et 1785, la souveraine napolitaine capte un pouvoir ascendant en son royaume malgré un statut entravé par les carcans traditionnels. Au cours de cette période, deux agents français sont missionnés à l’ambassade de Naples pour surveiller de près la situation et Marie-Caroline en particulier. Le premier, Clermont d’Amboise (1728-1792) séjourne à Naples pendant sept ans comme ambassadeur ; à son départ en 1782, les relations entre la France et Naples sont devenues conflictuelles. Un nouveau représentant français est alors choisi en la personne du savant Vivant-Denon (1747-1825) qui reste en poste à Naples jusqu’en 1785. Les témoignages de ces deux représentants français à Naples aident à la compréhension de la cour napolitaine car ils ont un regard direct sur ses pratiques et ses traditions. Ils décrivent également dans leurs rapports la place de la reine de Naples et son pouvoir croissant. La correspondance des deux représentants français constitue la source principale sur laquelle s’appuie cette recherche. Les missives de Clermont d’Amboise sont conservées dans le fonds des Archives diplomatiques de La Courneuve sous le titre Correspondance politique de Naples, vol. 100-106. La correspondance de Vivant-Denon a été éditée par Françoise Janin sous la direction de Jean-Claude Waquet en 2007, sous le titre Négocier sur un volcan. Cet ouvrage contient les échanges épistolaires entre Vivant-Denon et Vergennes de 1782 à 1785. Si la seule vision des ambassadeurs sur Marie-Caroline de Naples a été étudiée dans ce mémoire, à des fins de comparaison, s’ajoute une dernière source, le journal de Marie Caroline de Naples, publié en 2017 par Mélanie Traversier sous le titre Le journal d’une reine. Marie-Caroline de Naples dans l’Italie des Lumières, qui permet de reconstituer l’agenda de la souveraine de 1781 à 1785. À partie de ces différentes sources, il s’agissait d’étudier comment, à travers le regard du corps plénipotentiaire français de 1775 à 1785, Marie-Caroline de Naples est passée de l’image d’une reine respectable à celle d’une intrigante en la cour napolitaine. Cette étude révèle que le changement d’opinion de la France sur Marie-Caroline de Naples est très lié au regard des deux représentants français et à leur interprétation des interactions entre la souveraine et sa cour. En 1775, Marie-Caroline est considérée comme une alliée car son pouvoir est utilisé par la France au service de son propre intérêt. Le changement d’image intervient en grande partie à la suite des échos négatifs véhiculés par Vivant-Denon. Cependant, les portraits de Marie-Caroline brossés par le corps des plénipotentiaires français sont à nuancer car ils ne permettent pas de cerner exactement les limites du pouvoir politique de la reine, même si celui-ci est assurément présent. Ces administrateurs n’étant pas préparés à être confrontés à une femme de pouvoir dans un royaume Bourbon, cela crée des divergences entre leurs écrits et ceux de la souveraine. Le conseil du roi de France ne s’appuyant que sur les missives de ses représentants manque de recul par rapport à la politique menée par Marie-Caroline de Naples : la reine n’est pas contre la France mais cherche à préserver l’indépendance de son époux et du royaume des Deux-Siciles vis-à-vis de ses alliés pour en faire une puissance qui compte sur l’échiquier européen.

Alban Wilfert, « Le soldat et la chair. Réalités et représentations des sexualités militaires au long xviie siècle (1598-1715), entre viol et séduction », dir. Hervé Drévillon, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

20« Conquête » amoureuse, « victoire » sur une femme, « manœuvres » de séduction… L’emploi du vocabulaire guerrier au sujet de la sexualité remonte au tournant du xviie siècle, sous la plume de Brantôme, homme de lettres… et de guerre. S’il ne fait pas de doute pour Brantôme que les femmes préfèrent les gens de guerre aux autres hommes, l’omniprésence de la guerre au siècle de fer expose régulièrement celles-ci à la violence de soudards qui ne leur laissent pas le choix. L’usage de la métaphore militaire est propice à bien des glissements de sens, en particulier de la part de ceux dont la guerre est le métier, alors même que les juristes de la guerre frappent désormais d’illégalité le viol. Ces violences sexuelles se lisent ou s’observent chez bien des mémorialistes militaires ou civils, graveurs, hommes d’Église, moralistes ou auteurs de fiction. En un temps où l’honneur des femmes est censé se définir par leur virginité ou leur fidélité à leur époux, et où le terme de séduction est compris avant tout comme l’acte d’entraîner une personne dans le péché, mais où on dit les femmes sensibles aux charmes des militaires, qui cette licence dérange-t-elle ? Contrevient-elle au consentement des femmes ou seulement à celui des hommes de sa famille, soucieux de préserver le trésor familial de la chasteté féminine ? Interroger la question des sexualités, consenties ou non, des gens de guerre, implique d’étudier non seulement le milieu militaire pour ses mœurs et sa violence sur les champs de bataille et loin d’eux, mais aussi l’insertion des soldats dans la société du xviie siècle. Les regards masculins comme féminins sur eux sont à interroger en tant que tels afin de saisir tant la réalité des faits – les soldats violent-ils, séduisent-ils ? – que les discours et les représentations qui en découlent – les soldats apparaissent-ils auprès des femmes comme des ennemis à fuir, comme l’archétype de l’idéal masculin ou comme des séducteurs mondains comme les autres ? – et, de là, les comportements des femmes à leur égard. Il apparaît incontestablement que le viol est une pratique courante chez les gens de guerre. Il s’agit à coup sûr de l’expression agressive d’une masculinité juvénile favorisée par le port des armes et l’environnement particulier des armées, mais telle n’est pas sa seule signification. Le viol s’inscrit en effet dans les logiques militaires, visant l’ennemi à travers ses femmes, et dans les rapports de domination des femmes par les hommes, sans oublier les cas où l’altérité de genre se double d’une distance sociale ou de la distinction entre clercs et laïcs. En subvertissant l’ordre familial pour mieux obliger les hommes à obéir aux ordres du souverain quant à la conversion au catholicisme lors des dragonnades, le viol sert parfois d’arme de guerre, dans la mesure où sa portée est performative, dépassant la seule violence physique et morale infligée par l’agresseur à l’agressée. Toutefois, des sources de main féminine comme masculine donnent à comprendre que, derrière la condamnation de l’atteinte à l’ordre social induite par l’acte, des femmes consentent bel et bien à des avances des gens de guerre, dans une optique libertine d’adultère ou de transgression ou dans celle d’un mariage. Difficile d’accès pour les gens de guerre et souvent décidé par les pères pour leurs filles, le mariage n’est toutefois pas absent des stratégies des femmes résolues à aimer des militaires, comme en témoignent les rapts consentis par elles, dont la fréquente confusion légale avec le crime de viol est révélatrice. Il est des cas où ce genre de fréquentations déplait avant tout à des pères et maris ou à des moralistes qui déplorent que les soldats, loin d’être des guerriers asexuels qui n’hésitent pas à risquer leur vie, se muent en galants fréquentant des salons littéraires. Appréciés pour leur inscription croissante dans les codes de la sociabilité mondaine plutôt que pour une masculinité militaire canonique, puissante et protectrice, ils seraient détournés de leur devoir, autrement dit séduits. Ce pouvoir supposé des femmes, aussi séductrices des gens de guerre qu’elles sont séduites par eux, nous a amené à repenser les attitudes féminines à leur égard, en prenant en compte, au-delà des on-dit, leur libre arbitre : tel fut l’objet du dernier chapitre de cette réflexion. Par repenser, nous entendons réfléchir à ces actes de femmes au regard de leur volonté propre, que les morales du temps occultaient souvent. Il est bien des manières de dire les sexualités et de ne pas les dire, et l’imprécision règne souvent, d’où la nécessité de questionner cette agency féminine. Celle-ci se manifeste par un éventail d’attitudes, parfois successives voire simultanées : se défendre, céder, consentir, se marier, se prostituer. La distinction entre viol et séduction tient bel et bien au consentement ou à l’absence de consentement des femmes approchées par les gens de guerre, aussi avons-nous cherché à leur donner la parole.

Histoire contemporaine - xixe siècle

Sarah Ferrand, « Jeanne Chauvin ou l’appropriation de la devise républicaine par les femmes sous la IIIe République (1862-1926) », dir. François Quastana, IUP de Marseille

21Au crépuscule du xixe siècle, le nom de Jeanne Chauvin est sur toutes les lèvres. Le Bottin constate en effet que pour l’année 1897, son nom se trouve aussi souvent cité par les journaux que celui de Dreyfus. En dépit de cette célébrité, la postérité résume son parcours et ses apports à la question du droit des femmes à la formule lapidaire : première femme avocate de France. Outre le caractère approximatif de cette affirmation, Jeanne Chauvin étant plus exactement la première avocate à plaider en France, la trajectoire personnelle et intellectuelle de Jeanne Chauvin est bien plus riche et mérite d’être envisagée dans sa globalité. Cette féministe, jugée modérée par ses contemporains, puisqu’ayant centré son combat sur la question du droit des femmes, et non spécifiquement sur celle du droit politique de suffrage, est issue de la bourgeoisie provinciale, Jeanne Chauvin a été particulièrement sensible à la stratégie initiée par Léon Richer, qu’Hubertine Auclert qualifie de « père du féminisme », se bornant à ne « demander que les réformes que l’on a chance d’obtenir ». Deux questions s’imposent dès lors comme capitales pour elle : l’éducation et le travail de la femme. En républicaine convaincue, Jeanne Chauvin revendique une émancipation à la fois intellectuelle et économique de la femme, libertés préalables et nécessaires à qui souhaite devenir un citoyen à part entière au sein de la République d’alors. Pour ce faire, à rebours du rôle traditionnel de mère et d’épouse que la société assigne à la femme, elle multiplie l’obtention de diplômes : deux baccalauréats, deux licences et, en 1892, le titre de docteur en droit pour sa thèse intitulée : Des professions accessibles aux femmes en droit romain et en droit français. Évolution historique de la position économique de la femme dans la société. Cette immixtion d’une femme au sein la sphère publique, domaine normalement réservé exclusivement à la gent masculine, doit également être analysée comme un choix stratégique de la part de Jeanne Chauvin : elle effectue ses études au sein de la première université d’Europe, celle de Paris, mais qui fut la dernière de France à accueillir les femmes afin qu’elles y suivent des cours, et elle fait aussi le choix audacieux des études de droit, milieu particulièrement conservateur à l’époque. Afin de mesurer en quoi la trajectoire de Jeanne Chauvin illustre un investissement progressif de la République par les femmes, il fallait revenir aux écrits légués par Jeanne Chauvin à la postérité. Nous avons donc procédé à une relecture et une analyse approfondie de sa thèse et de son Cours de droit regroupant l’enseignement juridique qu’elle a dispensé au sein des lycées parisiens de jeunes filles, mais également de ses articles féministes pour l’Indépendance belge, ainsi que les propositions de lois qu’elle a rédigées pour le compte de l’association féministe de Jeanne Schmahl, l’Avant-Courrière. La contribution de Jeanne Chauvin peut ainsi s’analyser en un projet mûrement réfléchi visant l’émancipation de la femme par l’éducation et le travail. L’un des objectifs que s’est fixé cette étude a été de « tordre le cou » aux idées reçues sur Jeanne Chauvin, notamment depuis que le roman Femme de robe de Michèle Dassas a remis en avant ce personnage, insistant de facto sur la vocation qui l’aurait animée de devenir avocate. L’analyse de son parcours dans sa globalité conduit à nuancer cette affirmation. Si sa thèse souligne que d’un point de vue juridique rien ne prohibe l’accès des femmes au barreau, Jeanne Chauvin a très peu plaidé après l’obtention du titre d’avocat. En revanche, elle consacra toute sa vie à l’enseignement qui, en même temps qu’il lui conférait une indépendance au plan économique, lui permettait de transmettre son savoir et de préparer la relève pour les générations nouvelles de femmes auxquelles elle avait, à son niveau, contribué à ouvrir la voie. Une autre idée reçue, celle qui veut que Jeanne Chauvin, dans sa thèse, ait fait découler du christianisme l’infériorité de la femme ne résiste pas à une lecture approfondie de l’œuvre. Afin d’espérer un portrait aussi fidèle que possible de Jeanne Chauvin et de son engagement féministe, une grande importance a été accordée au fait de la resituer dans l’environnement qui était le sien, celui de son siècle, mais également familial. Son frère cadet Émile a en effet été un soutien de taille en raison de son mandat de député radical-socialiste, mais également en tant que professeur agrégé des universités, ayant enseigné au début de sa carrière au sein de la Faculté de droit de Paris. Il y a fort à parier que, sans ces relations, l’engagement militant de sa sœur Jeanne n’aurait pas eu un tel écho et que les propositions de lois rédigées pour l’Avant-Courrière n’auraient pu aboutir aussi rapidement.

Claire Leveque, « Les femmes et la maternité dans le monde ouvrier français : ménager, accompagner et soigner le corps maternel au travail, des années 1830 aux années 1920 », dir. Delphine Diaz, INSPE de Reims

22Ce présent mémoire cherche à apporter de nouveaux éléments de recherche sur le sujet « Les femmes et la maternité dans le monde ouvrier français : ménager, accompagner et soigner le corps maternel au travail, des années 1830 aux années 1920 ». Les femmes sont ici définies comme les personnes de sexe féminin ayant la capacité de procréer ; en ce sens, elles se distinguent des filles qui quant à elles sont à un stade prépubère. Aucun âge précis n’est donc défini pour devenir femme puisque l’arrivée de la puberté varie d’un corps à l’autre. La maternité quant à elle, dans la définition très polysémique qu’en donne Françoise Thébaud dans sa thèse Quand nos grand-mères donnaient la vie. La maternité en France dans l’entre-deux-guerres (1986), définit aussi bien un état, qu’une fonction reproductrice, une œuvre d’art représentant une mère et son enfant, ou bien un établissement ou service hospitalier accueillant les accouchements. Il s’agit par conséquent d’aborder dans ce mémoire l’acception de ce terme dans sa globalité, en insistant avant tout sur l’idée d’état et de fonction reproductrice, et ce, dans un milieu social défini : celui du monde ouvrier, aux conditions de travail et de vie difficiles, dans lequel il semble donc intéressant de questionner la maternité. Un corpus de sources variées a ainsi été mobilisé dans le cadre de cette étude. Il s’agit tout d’abord de sources imprimées : enquêtes sur la condition ouvrière, presse, thèses de la période, ouvrages. Mais les plus nombreuses restent celles de nature médicale démontrant l’intérêt porté au corps maternel et aux conséquences de l’industrie sur celui-ci. L’une d’elles se distingue : celle de Marie-Berthe Grimpret sur L’Influence du tabac sur la grossesse et la santé des nourrissons des ouvrières de la manufacture de Lille : étude d’hygiène sociale (1906). Il s’agit en effet de la seule source médicale de ce corpus issue d’une docteure, titre rare pour une femme de cette époque. De plus, son avis diverge de celui de beaucoup de médecins masculins de la même période qui cherchent à démontrer une incompatibilité entre le travail de l’ouvrière et la grossesse ; ce que font aussi de nombreux auteurs masculins hors du milieu médical dans des rapports et des comptes rendus également mobilisés dans ce corpus. À ces sources imprimées s’ajoutent ainsi des sources iconographiques permettant de faire état visuellement du travail des ouvrières (corps, postures, tâches, etc.) et des problématiques de la garde d’enfants, afin d’évaluer les dangers réels ou non du travail pour la grossesse et pour le nourrisson. En ce sens, ce mémoire cherche donc d’abord à comprendre comment la maternité ouvrière des années 1830-1920 a pu être affectée par le processus d’industrialisation et comment les penseurs de l’époque ont cherché à comprendre et à remédier à cette situation. Le deuxième temps de ce mémoire consiste ensuite en une didactisation de ce sujet et vise à comprendre la manière dont l’évolution de l’historiographie et des programmes scolaires nous permet de nos jours de pouvoir envisager cette étude de la maternité ouvrière avec des élèves. Les recherches menées ont permis de mettre en avant l’environnement de travail, la dureté des métiers et des conditions de vie des ouvrières pouvant affecter leur corps et leur grossesse. À cela s’ajoutent les difficultés pour ces femmes d’accoucher dans de bonnes conditions ; un point cependant amélioré au cours de la période par une progressive médicalisation de l’accouchement. La nécessité d’un retour précoce au travail complique toutefois la garde, l’allaitement et la santé du nouveau-né ainsi que celle de la mère, ce qui a longtemps constitué des arguments dans les discours masculins pour assigner les femmes au foyer. Avoir un travail étant cependant vital pour beaucoup d’entre elles, des réflexions ont alors émergé afin de leur permettre de travailler malgré leur maternité. Des mesures ont donc été prises pour accompagner et ménager ces femmes pendant leur grossesse, puis pour faciliter leur repos avant et après l’accouchement et, enfin, pour concilier maternité et retour au travail. L’étude des conditions féminines et du monde ouvrier dans les enseignements du second degré a ensuite démontré que des progrès avaient été réalisés pour accroître la place des femmes et des ouvrières dans les programmes scolaires, permettant de ce fait d’y insérer la question de la maternité des travailleuses de l’industrie. Ce mémoire expose donc une séance théorique sur ce sujet, notamment appuyée sur l’usage du serious game. Ainsi, cette proposition didactique permet de poursuivre un travail de recherche scientifique à travers une pratique d’enseignement, même si les évolutions historiographiques sur les femmes, leur travail et la maternité, pourtant importantes, ne sont pas encore totalement traduites dans les programmes scolaires.

Margot Magguili, « Les violences sexuelles au travail dans le Rhône d’après les archives judiciaires (1860 – 1914) », dir. Manuela Martini, Université Lumière Lyon 2

23Ce mémoire de recherche s’intéresse aux violences sexuelles faites aux femmes au travail entre 1860 et 1914, regroupées sous le terme de « droit de cuissage » qui évoque toute forme de pouvoir sexuel exercé par les hommes sur les femmes en usant de leur position hiérarchique. Notre but est de démontrer que les violences faites aux femmes, notamment les violences sexuelles, font partie d’un système de rapports de domination de genre. Nous mettons en évidence les souffrances subies par les femmes dans le contexte spécifique du travail au xixe siècle et au début du xxe siècle mais sans les enfermer dans le statut de victimes. En effet, nous montrons aussi leurs résistances et leurs luttes tout en nous intéressant au traitement juridique de ces violences ainsi qu’à la sociologie des auteurs et des victimes. Notre corpus de sources était constitué de procès d’Assises du Rhône pour violences sexuelles (Archives Départementales). Nous avons identifié, pour la période de 1860 à 1914, 568 procès et en avons consulté 460 ; douze concernaient les violences sexuelles au travail, ce qui montre que cette question était traitée au xixe siècle mais dans une faible proportion. Pour les violences sexuelles en général, les victimes sont en majorité des femmes et les auteurs sont à 99 % des hommes. Concernant les douze procédures de violences sexuelles au travail, toutes les victimes sont de sexe féminin et tous les auteurs sont de sexe masculin. Ces hommes ont un profil banal ; il n’existe donc pas de profil spécifique, pathologisant ou autre, de l’agresseur sexuel. Contrairement aux idées véhiculées par la culture du viol, un agresseur peut se cacher derrière n’importe quel homme. De plus, les agressions se caractérisent par des menaces, violences et intimidations, ce qui met en évidence les rapports de pouvoir genrés des violences sexuelles, notamment dans le cadre du travail. Si l’âge des victimes va de 1 à 60 ans, ce qui montre que toutes les femmes peuvent être victimes de violences sexuelles, nous montrons aussi la rareté des victimes adultes dans les procédures pour violences sexuelles. Dans les douze procédures de violences sexuelles au travail, si toutes les victimes sont de sexe féminin, ce sont toutes des enfants, leur âge moyen étant de douze ans. Ainsi, il y a des disparités entre les victimes que l’on retrouve dans les procédures judiciaires entre 1860 et 1914 pour des faits de violences sexuelles et la réalité des violences sexuelles qui peuvent toucher toutes les femmes. Cela montre dans un premier temps que les procédures pour violences sexuelles au travail s’inscrivent plus dans une logique de violences faites aux enfants que celles faites aux femmes, mais également que des dynamiques genrées encadrent les procédures pour violences sexuelles. Il s’agit d’abord de préjugés sur les femmes, victimes toujours soupçonnées d’être coupables, mais aussi d’attitudes plutôt confiantes des accusés qui savent être protégés par le système et qui choisissent des stratégies de défense axées sur la culpabilisation et la responsabilisation de la victime présumée, stratégies qui montrent donc que les violences sexuelles s’inscrivent dans un système de pratiques et de représentations qui participent à la domination masculine sur les femmes. La grande majorité de nos accusés pour « droit de cuissage » est reconnue coupable, ce qui témoigne d’une condamnation judiciaire et sociétale de ces violences sexuelles dans le cadre du travail entre 1860 et 1914, du moins sur des victimes enfants. L’accès à l’expérience de victimes adultes de violences sexuelles est rare et compliqué car celles-ci sont invisibilisées et peu présentes dans les sources judiciaires à cause de préjugés genrés sur les victimes de viols. S’il ne faut pas enfermer les femmes dans un statut de victimes, nous devons admettre que la résistance des femmes aux violences sexuelles aux xixe et début du xxe siècle connaît des limites. Le faible nombre de plaintes, l’absence de victimes adultes, la procédure lancée pour restaurer l’honneur familial, l’inscription des procédures judiciaires dans les normes genrées de la société, tous ces éléments nous obligent à nuancer la résistance des femmes qui reste ponctuelle face à un système sociétal de domination masculine. Ainsi, si ces procédures ont mis en évidence les abus de pouvoir de patrons hommes sur leurs employées, elles ne sont finalement qu’une goutte d’eau dans un océan.

Élise Naceur, « De la tradition à la subversion : les écrits abolitionnistes sur les femmes (1833-1893) », dir. Marie-Jeanne Rossignol, Université Paris Cité /ENS Lyon

24L’époque victorienne se caractérise par l’abondante publication de discours prescriptifs sur la féminité. Parmi eux, celui sur l’assignation des femmes à la sphère domestique et des hommes à la sphère publique a tout particulièrement marqué notre compréhension de la période. La sphère domestique est alors associée aux femmes parce que celles-ci ne travaillent pas. Or, ce culte de la féminité domestique, pieuse et soumise, ne convient à l’époque qu’aux femmes blanches bourgeoises et il est difficile d’appliquer aux femmes esclaves les discours victoriens essentialisant « la Femme ». En effet, si l’image des femmes victoriennes est souvent celle de la soumission et de la passivité, la résistance, parfois violente, à l’esclavage ne constitue pas l’apanage des hommes. Par ailleurs, le discours victorien de docilité féminine ne rend pas non plus compte de la pluralité de situations des femmes et tend à exonérer les femmes blanches de leur rôle dans l’esclavage. Ce mémoire, qui vise à analyser les représentations les femmes dans les récits d’esclaves, se situe à l’intersection de plusieurs champs historiographiques : les histoires du féminisme, de l’esclavage, des récits d’esclaves, de la communauté africaine-américaine après l’esclavage et de la Reconstruction sont autant de domaines auxquels il emprunte afin de proposer une étude des discours sur les femmes à partir de la naissance du mouvement féministe-abolitionniste avec les sœurs Grimké en 1833 jusqu’au mouvement pour les droits civiques de la post-Reconstruction (1893). Ces discours sont appréhendés à travers plusieurs récits d’esclaves. Narrative of the Life of Frederick Douglass, An American Slave, par Frederick Douglass, Narrative of the Life and Adventures of Henry Bibb, An American Slave, Written by Himself, par Henry Bibb et Narrative of William W. Brown, A Fugitive Slave par William Wells Brown constituent notre corpus principal auquel est cependant opposé, suite à l’éloquente absence de femmes de ces récits, Incidents in the Life of a Slave Girl d’Harriet Jacobs. L’analyse ne se restreint pas aux femmes esclaves puisqu’on ne peut s’intéresser aux discours sur les femmes dans les récits d’esclaves sans parler des discours tenus sur les femmes blanches : sont donc étudiées et la représentation des femmes esclaves dans les documents produits par leurs maris et enfants, et celle des femmes blanches esclavagistes transparaissant dans ces mêmes écrits. Les discours victoriens sur la masculinité associant étroitement cette dernière à la force physique et à la protection des femmes, un esclave dans les États-Unis ante bellum ne peut prétendre à cette virilité : il est soumis à la violence de ses maîtres et ne peut protéger sa mère, sa femme ou sa fille car elles ne lui appartiennent pas. Les récits d’esclaves masculins sont donc particulièrement intéressants : leurs auteurs ne pouvant prétendre à la masculinité victorienne, il se peut qu’ils développent des discours inédits sur la féminité. Dès lors, si l’on considère que ces récits sont à la fois personnels (narrant une histoire unique) et politiques (avec un objectif abolitionniste certain), quels discours tiennent-ils à l’égard les femmes ? À quoi et qui ceux-ci servent-ils ? Que révèle l’analyse des écrits d’hommes noirs des dynamiques de genre à l’œuvre dans les États-Unis du xixe siècle ? Les auteurs, privés des attributs de la masculinité hégémonique, dépeignent-ils une féminité originale, différente de la féminité victorienne ? Premier constat, les femmes sont rarement représentées dans ces récits masculins et quand elles le sont, c’est uniquement pour promouvoir la cause abolitionniste. La masculinité valorisée est conforme à la masculinité hégémonique victorienne : l’homme, fort par nature, est le protecteur naturel de la femme, faible et fragile. Néanmoins, cet idéal acquiert une utilité spécifique dans les récits d’hommes esclaves : d’une part, il permet de dénoncer l’affront, contre-nature, fait à la masculinité des hommes noirs par l’esclavage et donc d’en réclamer l’abolition. D’autre part, il est l’occasion, pour les auteurs, de réaffirmer une identité masculine confisquée par l’institution esclavagiste. Second constat, la description des femmes blanches, plus paradoxale, concourt aussi à réclamer l’abolition de l’esclavage : c’est précisément parce que la femme blanche esclavagiste est cruelle et violente qu’il faut abolir ce dernier. Pour Douglass, Brown et Bibb, le système esclavagiste met à mal la féminité victorienne en transformant les femmes blanches en monstres brutaux. C’est donc dans un but abolitionniste que les auteurs défendent un ordre genré et dépeignent la féminité – des femmes noires à sauver de l’esclavage aux femmes blanches déformées par celui-ci –, cherchant à susciter un sentiment de révolte chez le public blanc et bourgeois. Seules les femmes noires de notre corpus proposent une nouvelle forme de féminité noire qui s’extrait des normes de genre victoriennes.

Lola Romieux, « Les femmes de la Première Internationale. Espaces d’échange sur la question féminine et dynamiques d’organisation : vers la construction d’un réseau transnational ? 1864-1876 », dir. Alexandre Sumpf, Université de Strasbourg

25Ce mémoire étudie les dynamiques d’organisation des femmes au sein de l’Association internationale des travailleurs (AIT) qui a existé de 1864 à 1876. Alors que d’éminents théoriciens socialistes et des milliers de travailleurs constituent cette première organisation transnationale du mouvement ouvrier, nombreuses sont les femmes qui la rallient aussi. Elles expriment la volonté de pouvoir s’y intégrer à part entière, essayant d’y trouver une place égale à celle des hommes. Elles partagent l’espoir que les internationalistes cessent de revendiquer la suppression du travail féminin et que, au contraire, ils luttent pour l’égalité salariale afin d’aboutir à une société nouvelle, débarrassée de toute misère et exploitation. Face à leur subalternité sociale et militante, au rejet et à l’isolement qu’elles subissent au sein de l’AIT, la réponse privilégiée par les femmes est l’organisation en autonomie au sein de sections féminines. Par leurs actions, réflexions théoriques et dynamiques de groupement, elles tentent de se constituer en force afin d’atteindre un double objectif : améliorer leur position dans les rapports socio-économiques, mais aussi au sein de l’organisation qui prétend bouleverser le système capitaliste. En créant des cadres d’organisation non-mixtes et des pratiques militantes spécifiques à leur genre, elles tentent ainsi d’inscrire l’émancipation féminine parmi les priorités de la lutte des classes. L’objectif du mémoire est donc de déterminer si les militantes ont réussi à renouveler la lutte socialiste et à révolutionner l’organisation dans laquelle elles ont placé leurs espoirs. Cette étude repose sur une multitude de sources de l’AIT : les organes de presse de ses sections européennes et américaines, les documents institutionnels issus des réunions, conférences et congrès internationaux, nationaux et locaux. J’ai eu recours également aux Mémoires publiées par certaines militantes, à leurs écrits théoriques et articles de presse, ainsi qu’aux sources policières et judiciaires les concernant et qui relatent les réunions publiques et meetings auxquels elles ont participé. Enfin, j’ai étudié les correspondances entre militantes, conservées à l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam, qui éclairent le type de relations qu’elles ont noué et les projets communs qu’elles ont élaborés. Au fil des recherches, j’ai pu constater qu’un écart se creuse entre deux profils d’adhérentes. D’une part, une majorité des militantes de base privilégient l’organisation en autonomie au sein des cadres institutionnels de l’AIT : c’est par le biais des sections féminines qu’elles obtiennent des droits militants et intègrent certaines instances de direction mixtes. D’autre part, une poignée de femmes acquièrent une visibilité et renommée publiques grâce à leurs écrits et exploits, et parviennent à accéder aux plus hautes instances de l’organisation sans passer par des sections féminines. J’ai pu établir aussi que le militantisme féminin priorise les pratiques d’entraide. Les femmes se saisissent des domaines traditionnels du care pour renverser les rapports de force qu’ils présupposent : le dévouement et le sacrifice qu’on leur demande deviennent des motifs de fierté afin d’affirmer la force et l’efficacité du protagonisme féminin. À travers l’action coopérative et mutuelle, les collectes de soutien aux grèves et les initiatives d’éducation des enfants, les femmes assument la spécificité de leur militantisme afin de prétendre à une reconnaissance de leur contribution indispensable à la cause socialiste. Elles se portent en tant que garantes de la survie matérielle de la classe ouvrière et transforment les dispositifs d’entraide en outils de propagande politique, alliant pragmatisme et théorie de l’émancipation des travailleuses par les travailleuses elles-mêmes. En outre, la pratique féminine de l’entraide sort des cadres nationaux : les militantes se servent de leurs circulations grandissantes pour élargir les contacts, multiplier les expériences politiques, augmenter leur visibilité et se construire des réseaux sur la base de connexions transnationales plurielles. J’ai pu établir enfin que la solidarité entre militantes se heurte aux limites de la cohésion idéologique, puisqu’elles adoptent une posture partisane dans les conflits entre marxistes et libertaires qui se dramatisent au tournant de 1871-1872. La bienveillance mutuelle dont elles font preuve auparavant laisse la place aux polémiques. Ainsi, au moment même où l’Internationale reconnaît officiellement aux femmes la possibilité de s’organiser en autonomie et que les positions les plus réactionnaires vis-à-vis du travail féminin sont abandonnées, des fractures politiques divisent les militantes. Si certaines accèdent enfin aux congrès internationaux, leurs réseaux nationaux et transnationaux se délabrent et ne parviennent guère à se pérenniser alors même que l’AIT se scinde en deux.

Sébastien Samori, « La courtisanerie au travers des trajectoires d’Élisabeth Céleste Vénard, comtesse de Chabrillan, surnommée la Mogador (1824-1909) », dir. Stéphanie Sauget, Université de Tours

26« Je ne veux pas faire de ma vie un roman ; je ne veux pas me réhabiliter ou poser en héroïne », déclare Céleste Mogador dès les premières pages de ses Mémoires intitulées Adieux au monde (Paris, Locard-Davi et Vresse, 1854, p. 2). Pourtant Élisabeth Céleste Vénard, comtesse de Chabrillan, surnommée la Mogador, a bien fait de sa vie trépidante et mouvementée un roman, même si elle n’est pas une inspiratrice, comme certaines de ses consœurs, à l’image de Valtesse de la Bigne (1848-1910) pour Anna Copeau dite Nana chez Émile Zola en 1880, ou Marie Duplessis (1824-1847) pour Marguerite Gauthier dans La Dame aux Camélia d’Alexandre Dumas Fils, en 1848. Ce mémoire vise à comprendre le système de la courtisanerie à travers l’exemple de Céleste Vénard. Cette dernière navigue à la fois dans l’ensemble du système pyramidal de l’amour vénal comme dans les différents groupes de la société française. L’utilisation de son profil montre les étapes de sa construction en tant que courtisane et individu. De prostituée encartée en maison de tolérance, Céleste Vénard, en 1844, devient la galante danseuse Mogador du bal Mabille, puis, écuyère, comédienne et courtisane par le théâtre, une femme du demi-monde, et enfin, épouse. En 1854, son mariage avec le comte Lionel de Guigues de Moreton de Chabrillan (1818-1858) marque sa consécration avec son titre de comtesse. Après un passage par l’Australie, elle devient veuve en 1858. La comtesse Lionel de Chabrillan embrasse une carrière d’autrice de romans feuilletons, de récits autobiographiques, de romans, de pièces de théâtre, d’opérettes, de chansons et de poèmes. Elle est, alternativement, propriétaire et directrice de théâtre, initiatrice du mouvement des Infirmières des Sœurs de France en 1870-1871, chanteuse dans des cafés concerts, photographe, ou encore directrice de boutiques. Elle rentre dans la maison de retraite de l’Asile de la Providence à Paris en 1905 et décède en 1909. Cette étude vise à réaliser une reconstitution biographique mise en corrélation avec les différentes études sur les milieux prostitutionnels et sur l’ensemble des individus qui composent les sociétés françaises et particulièrement parisiennes au xixe siècle. Ce prisme permet d’analyser le parcours individuel, singulier et sinueux, d’une fille issue des milieux populaires capable de s’auto-inventer et de transcender les hiérarchies de la société. Ce personnage captivant et envoûtant questionne les notions de trajectoires entre 1825 et le début du xxe siècle. Les sources utilisées sont éclectiques, issues de fonds publics et privés, rassemblant des archives manuscrites, imprimées, iconographiques et des objets. La place centrale de Céleste fait ressortir un archétype d’un parcours de courtisane. Ses différentes trajectoires mettent en avant la rapidité des ascensions sociales et, parallèlement, la fulgurance des déchéances de ces femmes qui pratiquent l’amour vénal. La reconstitution de ses réseaux de sociabilités égocentrés témoigne des différentes sphères dans lesquelles elle se meut et semble être intégrée. Ses réseaux de sociabilités agissent comme des instruments de travail, mais aussi, d’ascensions sociales et prostitutionnelles. L’intégration à des réseaux de sociabilités masculins et féminins, qui au départ lui étaient fermés, intensifie ses mobilités sociales et géographiques. Les reconstitutions cartographiques rendent compte des lieux qu’elle fréquente. Ceux-ci sont à la fois des lieux de plaisirs, loisirs et professionnels. En parallèle, elle exerce la pratique de la double résidence par rapport à la double saisonnalité. Les territoires de chasse couverts par la comtesse Céleste de Chabrillan et ses semblables révèlent les brouillages sociaux et spatiaux qu’elles opèrent dans les espaces publics comme privés. L’approche biographique cherche à mesurer un degré d’embourgeoisement. L’analyse de la culture matérielle des femmes pratiquant l’amour vénal permet l’entrée dans l’intimité de leur quotidien. Ce point de vue rend compte d’un désir de mimétisme et de la recherche d’un sentiment d’appartenance aux bourgeoisies tout en développant leurs propres codes. Pour les plus fortunées, elles peuvent accumuler de nombreux biens mobiliers. Au moyen de leurs vestiaires, elles s’adaptent et érotisent leurs tenues. Ainsi, elles exercent un brouillage en se confondant avec les honnêtes bourgeois. Le dernier axe s’oriente sur la mélancolie de la courtisane, sa rédemption, l’acceptation de son corps vieillissant et enfin sa mort. Conséquemment, la comtesse Céleste de Chabrillan, offre la vision d’une femme qui pratique l’amour vénal. Une femme qui évolue avec et dans son siècle, tout en participant aux évolutions culturelles et sociétales de son époque.

Imyra Santana, « Émancipons-nous ! Raconter les revendications des femmes à travers les chansons de café-concert de la Belle-Époque », dir. Philippe Gumplowicz, Université d’Évry

27La fin du xixe siècle est une époque de grandes transformations économiques et sociales, liées à la deuxième révolution industrielle. Dans une société plus dynamique les rapports sociaux évoluent et les coutumes s’adaptent à la nouvelle réalité sociale. À partir des années 1870, certaines femmes, plus conscientes des inégalités entre les sexes, se mobilisent pour exiger des changements qu’elles jugent essentiels et urgents, ce qui constitue la première vague du féminisme. À l’initiative d’Hubertine Auclert et de Marguerite Durand, des femmes s’unissent pour demander le droit de vote, le droit aux études universitaires et même pour demander une plus grande souplesse des mœurs qui pèsent alors fortement sur les femmes. La presse relaie largement ces événements, qui deviennent source d’inspiration pour les écrivain·es et les chansonnier·ères. La figure de la « femme nouvelle » est présente dans la littérature de Colette (La vagabonde), ainsi que dans le répertoire des chansonnettes, qui étaient alors très populaires. Cette époque correspond à l’essor du café-concert, principal divertissement avant l’arrivée du cinéma, fréquenté par un public à la fois populaire et bourgeois. Le café-concert marque l’histoire culturelle française de la moitié du xixe siècle jusqu’à la Grande guerre. Il façonne les loisirs de la Belle-Époque dont il s’inspire. Comme le répertoire chanté a une place très importante dans la programmation des cafés concerts, le public attend toujours des nouveautés. Ainsi, la production des chansons est à l’image du fonctionnement de l’époque : industrielle. On estime que le fond VM7 de la Bibliothèque Nationale, rassemblant les chansons en feuille publiées jusqu’en 1908, est constitué d’environ 80 000 titres. Si la musicologie s’intéresse depuis quelque temps à l’histoire des cafés concerts et à son fonctionnement, rarement la masse des chansonnettes a été étudiée du point de vue du contenu et des idées qu’elles véhiculent. Et pourtant ces chansons peuvent nous apprendre beaucoup sur la société de l’époque. Historiquement en France, la chanson avait déjà le rôle de diffuseur des nouvelles politiques, des changements sociaux et des faits divers. À une époque où les femmes commencent à occuper les tribunes pour demander le droit de vote et, pour les plus radicales, demander l’égalité absolue entre les femmes et les hommes, il va de soi qu’elles deviennent aussi le centre d’intérêt de ce qui se chantait au caf’conc’. L’analyse d’un corpus d’environ trois cents chansons liées aux revendications féministes montre qu’à travers les chansons, il est possible d’avoir une idée de l’image de « la femme » et de sa place dans la société. Trois thématiques principales intéressent les chansonniers et les chansonnières, selon qu’ils ou elles sont impliqué·es dans les luttes féministes ou simples spectateur·trices de ces revendications. Tout d’abord, figure le thème du féminisme, même s’il est souvent tourné en dérision. Ensuite, sont chantées des revendications politiques plus précises : droit de vote, droit de se présenter comme candidate, accès aux professions dites masculines, comme la médecine. Enfin, les mœurs occupent une large place dans le corpus, vu la diversité des sujets susceptibles d’être abordés : le port du pantalon, les cheveux courts, la pratique sportive, le divorce, l’émancipation sexuelle et même l’homosexualité. En comparant les différentes thématiques abordées par les chansonnier·ères, nous remarquons une plus grande tolérance aux avancées féministes dans le domaine des mœurs par rapport aux droits civils. Si certaines chansons qui traitent de sujets de société (pantalon, sexualité, cigarette) peuvent être très critiques – fait rare – un certain nombre sont plus tolérantes, parfois même favorables aux changements moraux, en usant d’un ton bon enfant, propre à faire rire sans être particulièrement offensantes. Les chansons traitant de l’acquisition des droits civils (études, vote, travail) sont en général plus mordantes, même dans l’humour, et jouent d’un langage sexué et agressif pour démontrer la supériorité masculine. Ainsi, les chansons à travers leurs paroles donnent à voir les représentations de « la femme » assignées ou attendues par la société française du xixe siècle, mais il n’est pas rare d’y trouver aussi des représentations plus émancipées qui annoncent l’autonomie des femmes des Années folles.

Clara Schildknecht, « “Hardi, Compagnons !” Masculinités, virilité et dominations de genre dans les milieux anarchistes de la Belle-Époque », dir. Éric Fournier, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

28Les études des masculinités, relativement récentes dans la recherche historique, s’axent principalement sur deux objets de recherche : la construction de la masculinité par le biais de l’éducation et de l’intériorisation des normes de genre, et l’éternel enjeu de la prétendue « crise de la virilité ». Ici, nous avons voulu nous concentrer sur les mécanismes d’incarnation de différentes masculinités et d’idéal viril dans le cadre d’une étude portant sur un milieu militant révolutionnaire, celui des anarchistes de la Belle-Époque. L’intérêt de cette recherche est double : d’une part, il s’est agi d’identifier différents types de masculinités spécifiquement anarchistes, et ainsi d’en dégager des mécanismes de virilité générateurs de domination de genre, d’hommes envers des femmes du mouvement comme envers d’autres compagnons masculins ne parvenant pas à atteindre cet idéal viril militant au sein des milieux anarchistes. D’autre part, elle permet de rendre compte de discours et de pratiques diverses concernant les inégalités entre les sexes, la domination masculine et la place des femmes dans cette constellation libertaire. L’accent est mis sur l’écart perçu entre ces discours et ces pratiques, mais également sur les possibilités d’intégration des femmes militantes gravitant autour de ces milieux ; leurs marges de manœuvre au sein de ces systèmes virilistes, entre invisibilisation, acceptation des normes de genre et réappropriation de ces valeurs viriles. La période dite héroïque du mouvement anarchiste est porteuse d’imaginaires révolutionnaires fortement significatifs du point de vue du genre. Cette période est celle de la valorisation du héros anarchiste, homme d’exception qui se démarque de la mêlée ouvrière pour apporter la connaissance, frapper les consciences par des coups d’éclats, des actes de propagande par le fait. Elle atteint ainsi son paroxysme avec l’ère des attentats, des bombes de Ravachol à l’assassinat de Sadi Carnot par l’anarchiste italien Caserio. Cette époque est donc celle où le modèle viril est celui du militant qui passe à l’action. La répression qui suit les attentats anarchistes rend la propagande révolutionnaire dangereuse. On assiste au tournant du siècle à une modération des passions politiques anarchistes qui passe, d’une part, par une transformation des méthodes d’action : l’action collective est privilégiée à l’acte individuel. D’autre part, elle se traduit par la perte ou la fin des références au héros antique, au profit d’un retour à la valorisation de la figure du travailleur. S’opère ainsi un basculement de virilité chez les militants qui font de leur idéal masculin un ouvrier syndiqué paré pour le Grand Soir. À cet égard, les anarchistes de la Belle-Époque suivent totalement les normes de leurs contemporains et le phénomène de rationalisation de la masculinité au cours du xixe siècle décrit par l’historienne Anne-Marie Sohn. Cependant, tous ne se reconnaissent pas dans le choix de la voie syndicale et dans cette perte des références à une virilité guerrière. Les individualistes du début du siècle constituent notre brèche, la nuance de notre propos. Il ne faudrait pas non plus omettre le fait que ces groupes ne sont pas homogènes et que des branches différentes apparaissent à l’aube du xxe siècle ; entre néo-naturiens, néo-malthusiens, individualistes orthodoxes et individualistes illégalistes, les façons d’incarner l’idéal militant diffèrent. Ce sont ces différents modes d’incarnation qui nous intéressent particulièrement dans cette étude, car ils sont à la source de l’élaboration d’une hiérarchie entre militants selon leur degré d’investissement, de correspondance à cet idéal. Le second mouvement de cette recherche s’est donc logiquement attaché à analyser les moyens dont disposent les femmes gravitant dans cette constellation libertaire, militantes ou compagnes de militants, de se mouvoir et d’occuper une place au sein de ces milieux virilistes anarchistes. Malgré des batailles politiques traduisant une évidente préoccupation concernant l’intégration du sexe féminin dans la lutte anarchiste, des dominations de genre demeurent quel que soit le groupe d’action étudié. Si certaines parviennent à occuper une place de premier plan c’est en se réappropriant les valeurs viriles de leurs milieux. On remarque que ce phénomène s’accompagne d’une certaine transgression de genre pointé du doigt autant par les instances répressives que par les compagnons du mouvement. Par le recours à la mobilisation de sources policières, judiciaires ainsi que des écrits de libertaires, à travers les journaux mais également la publication d’essais politiques, de pamphlets et de mémoires, cette recherche aura ouvert des portes vers une étude des masculinités et des dominations de genre portée sur des groupes révolutionnaires.

Pauline Thevenet, « Making Movies. Les Femmes derrière la caméra aux États-Unis à l’époque du cinéma muet (1896-1929) », dir. Véronique Elefteriou-Perrin, Université Paris-Diderot

29En 1975, Sharon Smith introduisait son ouvrage Women Who Make Movies en soutenant que « les femmes eurent leur plus grand impact dans les jeunes années du cinéma, lorsqu’elles participèrent de manière visible à toutes les facettes de la réalisation des films ». Si cette affirmation peut sembler étonnante aujourd’hui, elle surprit encore bien davantage au moment de sa publication. En effet, jusqu’à cette date, les historien·nes avaient esquissé un récit de l’époque du cinéma muet duquel les femmes étaient absentes. Or, non seulement ces dernières contribuèrent bel et bien à la création de l’industrie cinématographique américaine, mais beaucoup d’entre elles figurèrent même parmi les personnalités les plus puissantes et les plus influentes de leur époque. Redécouvertes aux États-Unis à partir des années 1970, ces femmes restent pourtant extrêmement peu connues de ce côté-ci de l’Atlantique, car la littérature en langue française à leur propos est, à ce jour, peu ou prou inexistante. Le présent travail constitue donc une première incursion dans ce domaine de recherche très riche et passionnant. À la lumière des résultats des travaux menés pendant une cinquantaine d’années dans le monde anglophone, de périodiques, de films et de photographies d’archives, il réévalue, d’une part, la place qu’occupèrent les femmes dans la réalisation, la production, l’écriture de scénarios, le maniement de la caméra, la création de costumes, la couture et le montage, depuis la naissance du cinéma, en 1895, jusqu’à l’avènement du cinéma sonore, à la fin des années 1920. D’autre part, il analyse comment ces professions furent genrées, c’est-à-dire considérées comme appropriées pour l’un ou l’autre sexe, et pourquoi. Car étudier la place des femmes derrière la caméra aux États-Unis à l’époque du cinéma muet, c’est en effet observer le déplacement permanent des frontières entre le masculin et le féminin. Vers 1907, la division sexuée des tâches, qui était à l’œuvre partout ailleurs aux États-Unis, s’assouplit au sein de l’industrie cinématographique, permettant aux femmes d’expérimenter des promotions rares pour leur sexe et même d’intégrer des professions considérées comme des « métiers d’homme ». L’entreprise ne fut pas exempte de difficultés, mais ces femmes amorcèrent véritablement un changement dans les rapports de pouvoir. Les années 1920 raffermirent néanmoins les frontières entre les sphères de travail masculines et féminines, et marquèrent un retour à une répartition des rôles plus strictement traditionnelle et conventionnelle. Les femmes eurent, par conséquent, de plus en plus de mal à travailler dans des métiers d’hommes. Elles trouvèrent davantage d’accès dans les départements qui les avaient accueillies avec le plus de facilité depuis les années 1910 : ceux dans lesquels une partie du travail, au moins, était considérée comme un « travail de femmes ». En leur sein, l’association de certaines qualités à leur sexe leur fut indéniablement favorable, mais elle constitua également une source de limitations, notamment en ce qui concerne leur progression dans la hiérarchie. Ainsi, même au sein des départements les plus féminisés, les postes avec le plus de responsabilités, les plus valorisés et les mieux payés furent souvent occupés par des hommes. Certaines femmes continuèrent néanmoins d’occuper des postes importants, subvertissant brillamment les rôles apparents.

Nina Viry, « Treize hommes dans “l’année terrible” », dir. Marianne Thivend, Université Lumière Lyon 2

30Au xixe siècle, la guerre est l’un des principaux lieux de la différenciation des sexes. Tout en excluant progressivement les femmes du champ de bataille, l’armée se constitue comme un rite de passage, un rite initiatique qui marque l’entrée des hommes dans l’âge adulte. Ainsi, l’armée française se propose comme une école de virilité qui diffuse le modèle militaro-viril, c’est-à-dire l’association des normes et valeurs militaires à la notion de virilité. Ce mémoire a pour objectif d’analyser les écrits de soldats français pendant la guerre franco-prussienne, à partir de leur mobilisation, en juillet 1870, jusqu’à leur retour chez eux, dès avril 1871. Il s’agit d’une part d’interroger la perception, la représentation ainsi que l’expression de leur propre masculinité. Ce travail consiste d’autre part à se demander dans quelle mesure ces hommes parviennent à négocier et à réaffirmer leur identité de genre à l’écrit et à distance pendant ce conflit qui se solde par une défaite cuisante pour la France. La masculinité est une notion difficile à saisir car variable dans le temps, l’espace et selon l’origine sociale. Ainsi, ce travail s’appuie avant tout sur des archives du for privé : cinq correspondances conjugales et familiales et huit carnets de route, récits, mémoires et souvenirs. Parmi ces sources, certaines sont inédites et manuscrites quand d’autres ont été éditées soit par leur auteur, soit par des historiens. Ces treize soldats viennent d’horizons complètement différents et ont des parcours militaires hétérogènes. Ils sont issus de milieux sociaux et géographiques distincts. Quatre sont mariés et trois ont au moins un enfant au début de la guerre. Par ailleurs, ces hommes occupent des postes variés au sein de l’armée. Certains sont faits prisonniers quand d’autres échappent à la captivité. Ainsi, étudier la question des masculinités et de la virilité à une petite échelle s’inscrit dans une perspective d’histoire des sensibilités et des émotions en guerre. La défaite militaire nourrit un sentiment d’humiliation qui s’étend au-delà de l’armée. Elle est l’un des premiers indices de la défaillance du modèle militaro-viril. Il apparaît que les soldats sont déchirés entre un ethos guerrier, triomphant qui implique un contrôle strict des émotions et la réalité du champ de bataille, faite d’horreur et d’une violence inouïe. Le glissement entre l’enthousiasme des débuts et la quête de gloire et les fatigues physiques et psychiques s’opère rapidement.

Histoire contemporaine xxe siècle et temps présent

Samir Abdelli, « Pour une approche monographique de la vie d’Eva de Vitray-Meyerovitch (1909-1999). Trajectoire singulière entre sciences et spiritualités », dir. Mehdi Ghouigate, Université Bordeaux Montaigne

31La trajectoire intellectuelle et religieuse d’Eva de Vitray-Meyerovitch (1909-1999) nous apparaît singulière. Elle s’insère dans une démarche différente de celle des penseurs du « siècle des intellectuels » (Michel Winock). Paradoxalement, sa vision du progrès social trouve sa source dans un mouvement de « retour » à une école traditionnelle. Issue d’une famille de la bourgeoisie catholique boulonnaise, elle reçoit une éducation religieuse et poursuit ses études avant de s’adonner à un doctorat d’État sur la philosophie de Platon. Doctorante, administratrice civile et jeune mariée, elle se construit très tôt comme une femme active et intellectuelle. Animée d’une certaine curiosité pour les traditions religieuses, ses années passées à l’université lui ouvrent les portes des cercles étudiants indianistes et des sagesses orientales. Après l’épisode sanglant de 1939-1945, particulièrement rude pour cette femme mariée à un letton de confession juive, elle entame une carrière de cadre administratif au CNRS. Elle y fait la découverte de l’islam à travers l’œuvre d’un poète et philosophe indien, Muhammad Iqbal (1877-1938). Ce dernier lui fait connaitre Djalāl al-dīn Rūmī (1207-1273) dit « Mevlana », un poète mystique persan du xiiie siècle à qui l’on attribue la fondation de l’ordre des derviches tourneurs. L’universalisme perçu lui fait écho, au point de se convertir à l’islam. Elle s’y adonne sa vie durant et s’initie au soufisme auprès de maîtres contemporains. Elle dédie une thèse à la poésie et mystique de Rūmī et participe à la diffusion de son œuvre dans le monde francophone. Bien qu’installée à Paris, elle réalise de nombreux voyages dans les pays dits musulmans pour ses recherches. Enfin, plus largement, Eva de Vitray-Meyerovitch incarne la figure d’une intellectuelle religieuse à la croisée des sciences sociales, de l’islam et du dialogue interreligieux. Son parcours livre à l’historien de précieuses informations sur son itinéraire de conversion religieuse, sa façon de vivre l’islam en France et de s’engager intellectuellement à cet égard. Sa fascination pour Rūmī la suit jusqu’à sa mort. Ce lien étroit perdure même après puisqu’elle est inhumée à côté de son mausolée à Konya en 2008. Notre approche consiste à croiser les sources écrites et sources orales. L’ensemble des témoignages à caractère autobiographique, son œuvre, ses interventions publiques et les archives officielles et associatives la concernant sont recueillis. Une série d’entretiens individuels est menée auprès des membres de sa famille, amis et lecteurs. La problématique de cette étude est de comprendre comment l’étude de l’itinéraire intellectuel et religieux de cette femme met en perspective les liens entre la communauté musulmane sunnite de France, le monde de la recherche scientifique et les réseaux intellectuels engagés dans un dialogue entre Orient et Occident au xxe siècle. Et, en quoi cette étude nous permet de comprendre comment une jeune fille de la bourgeoisie boulonnaise catholique devient une intellectuelle musulmane confirmée. Aussi, nous nous interrogeons sur le fait de savoir jusqu’à quel point cet itinéraire est symptomatique des effets de son temps. À travers les recherches sur le milieu social, familial et l’instruction scolaire nous retraçons un tableau de l’environnement social dans lequel elle s’est construite. La construction du croire et ses modalités sont également un objet d’analyse. Nous croisons la trajectoire individuelle avec la dimension collective et traitons la question du genre dans le parcours de construction de cette intellectuelle. Ensuite, nous interrogeons sa découverte de l’islam que nous considérons comme un tournant de son itinéraire. Sont ainsi analysés la représentation faite de la découverte de cette religion, son approche empathique et sa fascination, son mouvement de conversion et de recomposition des modalités du croire et de l’identité. Cette partie met en tension la subjectivité de cette femme et l’influence des acteurs de l’orientalisme savant, de penseurs musulmans et de la littérature. Nous mettons aussi en exergue le lien étroit entre le domaine de la recherche en sciences sociales et la quête existentielle. Enfin, nous mettons en avant les détachements successifs de cette intellectuelle à l’étranger et notamment dans les pays dits musulmans. Par-là, notre propos vise à établir un lien entre la circulation des savoirs, des croyances et pratiques religieuses d’une rive à l’autre de l’espace méditerranéen. Pour ce faire, nous retraçons le fil de ses missions de détachement, de ses rencontres et des réseaux tissés aux échelles locale, nationale et transnationale. Aussi, les contours de l’engagement intellectuel de cette femme sont présentés et réinscrits dans les différents courants de pensées et débats d’idées de la seconde moitié du xxe siècle.

Chiara Ansermin, « L’“Idéologie du gender” : un danger existentiel ? La famille traditionnelle catholique et les revendications nationalistes en Italie et en Pologne », dir. Roman Krakovsky, Université de Genève

32L’éclosion de la “Révolution sexuelle” entre les années 1960 et 1980 aux États-Unis et en Europe avait été porteuse d’espoir pour l’émancipation des femmes et de la communauté LGBT+ par la reconnaissance de la diversité des pratiques et des identités sexuelles, la libéralisation du divorce et de l’avortement. Ce progrès social, éthique et législatif est cependant remis en cause par la montée des mouvements populistes de droite radicale qui recourent à une rhétorique sexiste et homophobe. Depuis les élections du Parlement européen de mai 2014, les partis populistes de droite radicale se sont imposés dans le paysage politique des démocraties libérales occidentales. Pour gagner en popularité, ils condamnent l’« idéologie du gender », accusée de propager une « révolution anthropologique », envisagée comme une véritable apocalypse. Ils définissent le gender en tant que matrice idéologique qui met en danger les sociétés occidentales et l’humanité entière par un ensemble de réformes éthiques, sociales et politiques, comme les droits sexuels et reproductifs, les nouvelles technologies de reproduction, l’émancipation des femmes et de la communauté LGBT+. Pour comprendre ce repli, ce travail se propose de dévoiler ce qui motive le discours anti-gender des partis populistes de droite radicale d’aujourd’hui en le plaçant dans une perspective de longue durée et dans une réflexion sur les angoisses existentielles des nations européennes face à la globalisation. Il croise l’histoire politique avec l’analyse du rôle des femmes et des lois sur la sexualité dans la construction du nationalisme du xixe siècle à nos jours. Ce travail est axé sur une étude comparative montrant les similitudes et les spécificités des parcours nationaux dans un espace porteur d’histoire différente, à savoir l’Italie et la Pologne. Cette étude comparative est divisée essentiellement en deux chapitres qui démontrent dans quelle mesure les revendications nationalistes sont ancrées dans la rhétorique anti-gender. Le premier chapitre est consacré à l’analyse du discours anti-gender dans un contexte de crise démographique. L’étude démontre qu’en Italie comme en Pologne, les politiques natalistes sont mises en place pour protéger les frontières nationales de l’« ennemi islamique ». Dans ce contexte, les politiques progressistes telle que la libéralisation de l’avortement ou les familles homoparentales sont accusées d’être un piège des ennemis de la nation, qui mènera à une dépopulation progressive et à l’extinction du « vrai peuple national ». L’« idéologie du gender » est accusée d’introduire le chaos dans l’ordre naturel des sexes et de mettre en péril existentiel la famille traditionnelle, cellule vitale des nations italienne et polonaise. Le deuxième chapitre est centré sur une comparaison du rapport conflictuel de l’Italie et de la Pologne avec la modernité, envisagée comme le progrès, la sécularisation et les valeurs libérales que les acteurs supranationaux comme l’UE mettent en avant et cherchent à implémenter dans les deux pays. Face aux ingérences de ceux-ci pour introduire l’égalité des sexes et l’inclusion des personnes LGBT+ en Italie et en Pologne, les populistes font appel à des identités nationales fortement sexuées : ils évoquent le mythe théologique de la famille traditionnelle catholique axée sur le patriarcat et la procréation au sein du mariage hétérosexuel exclusivement. C’est ainsi qu’à travers la mise en place du mythe de la famille traditionnelle catholique, fondement de l’identité nationale italienne et polonaise, les populistes revendiquent leur souveraineté nationale. L’analyse comparative de la rhétorique anti-gender des populistes de droite radicale italiens et polonais d’aujourd’hui, que ce travail présente, démontre que le discours qui sous-tend ces rhétoriques est celui d’une crise existentielle de la nation. Le discours anti-gender est un instrument dont les populistes italiens et polonais se servent pour défendre les identités nationales homogènes, blanches et catholiques afin de contrer le multiculturalisme et l’« islamisation » de l’Occident d’une part et de protéger la souveraineté nationale face aux ingérences du pouvoir supranational de Bruxelles d’autre part. Malgré le fait que les deux pays présentent des destins différents, le moteur qui déclenche le discours anti-gender des populistes italiens et polonais est le même : les angoisses existentielles. La comparaison du discours anti-gender entre l’Italie et la Pologne représente une potentielle clé de lecture des mouvements populistes radicaux qui mettent en avant la même rhétorique dans des pays européens présentant des aspects socio-culturels similaires.

Luane Araujo, « France et Brésil – perspectives féministes et visions politiques à la fin des années 2010. Les voix des autrices du théâtre contemporain », dir. Frédérique Le Nan et Catherine Pergoux-Baeza, Université d’Angers

33D’après le rapport de l’Observatoire de l’égalité entre les femmes et les hommes dans la culture et la communication publié en 2020 en France, la part des autrices dans la programmation des théâtres nationaux en 2008 était de 5 %. La présence des autrices dramatiques sur les plateaux de théâtre a progressé dans la dernière décennie, mais nous pouvons considérer que cette progression reste lente. Les constats sur les inégalités et invisibilisations en France et au Brésil ont été à l’origine de cette recherche. Actuellement installée au Brésil, nous nous sommes rendu compte que ce type d’études approfondies n’existe pas dans notre pays. D’autres constats ont été les déclencheurs de ce travail comme l’observation d’un intérêt général grandissant, depuis le début de la décennie 2010, pour les questions féministes et de genre, accéléré par les nouveaux médias, à partir des mouvements nés sur les réseaux comme #Metoo, #Niunamenos, #Elenao. Nous nous sommes demandé si les dramaturges en France et au Brésil étaient inspirées et traversées dans leurs écritures par des questions socio-politiques analogues malgré leurs différences socio-culturelles et historiques. Deux questions principales traversent cette recherche : quelles connexions peuvent exister entre les autrices dramatiques françaises et brésiliennes sur les plans idéologique, politique et historique ? Quelles stratégies communes sont mises en œuvre dans leurs écritures à la fin des années 2010 ? L’objectif de cette recherche était de mettre à jour les similarités, les différences et les singularités des autrices et de leurs pièces, et ainsi de contribuer à l’amplification de leur voix et rendre visibles des démarches contemporaines, afin de présenter un panorama des autrices du théâtre d’aujourd’hui dans les deux pays. Les questions formulées par cette recherche trouvent leurs réponses en plusieurs étapes. Tout d’abord, nous avons procédé à une contextualisation socio-politique qui a consisté à susciter quelques réflexions sur la contemporanéité ; puis nous avons essayé de décrypter certains enjeux des féminismes à la fin des années 2010 dans les contextes de la France et du Brésil ; par la suite, nous avons contextualisé les écritures politiques dans le théâtre à partir d’une brève compréhension du théâtre contestataire, féministe et des femmes. En effet, notre intérêt était d’établir les circonstances historiques, sociales, artistiques et de proposer une organisation de la réflexion avant de rentrer dans la présentation des études de cas. Nous avons souhaité conserver un grand nombre d’autrices car nous considérons, après observation, qu’il était approprié de démontrer la pluralité et la diversité des démarches. Nous avons interrogé 16 autrices (9 Brésiliennes et 7 Françaises) pour cette recherche ; et analysé 17 pièces théâtrales pour considérer les possibles interrelations entre autrices françaises et brésiliennes au niveau de leurs idées et de leurs esthétiques. Nous avons étudié ainsi leurs parcours, les thématiques de leurs pièces, leurs stratégies communes de travail, mais aussi la manière dont les féminismes atteignent leurs textes ainsi que la manière dont elles collaborent. Les connexions entre les Françaises et les Brésiliennes sont multiples. Les autrices appartiennent clairement à une génération de contemporaines qui travaillent en considérant à la fois le passé, la mémoire et leurs aînées, mais qui portent aussi une attention particulière à l’avenir des femmes et aux représentations. Les trajectoires d’enfance discernées dans les « Mini-portraits » démontrent des particularités générationnelles, familiales et des points en commun y compris entre des parcours et des personnalités très différents. Les principales similarités révélées par cette recherche concernent leurs questionnements sur la figure de « la femme », sur l’espace donné aux femmes, sur le rapport entre collègues femmes, et notamment des intérêts esthétiques, conceptuels et des formes de travail. Les autrices montrent un vif intérêt pour des thèmes dérangeants et cherchent à subvertir certains schémas de perception du monde. Pour les artistes des deux pays, les perspectives féministes s’insèrent dans diverses démarches de leur écriture : la volonté de rendre hommage aux femmes invisibilisées (de l’histoire ancienne ou récente), une détermination à contribuer à la construction de nouvelles subjectivités et à déconstruire des stéréotypes. Elles démontrent aussi un engagement avec le langage, une attention aux discours et proposent des actions pragmatiques comme celles de travailler avec plus des femmes, et une attention particulière à la complexité des personnages féminins et aux représentations. Les féminismes incitent les autrices à interroger les arrangements préétablis et permettent un enrichissement esthétique. Tout un bouillonnement de propositions qui devraient être rendues visibles afin que se brode un panorama de la dramaturgie contemporaine faite par les femmes.

Gaëlle Beng, « Comment les archives orales des femmes de l’UDEFEC permettent de penser le silence enveloppant la lutte anticoloniale féminine comme non mortifère ? Une proposition du silence de la décolonisation et de la discrétion non funeste », dir. Nadia Yala Kisukidi, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

34Mongo Béti et Odile Tobner définissent la colonisation dans ses divers outils de maintien de domination qui s’immiscent dans les post(-)colonies. Les résidus de pouvoir, autrement dit les colonialités, révèlent ainsi la « stagnation économique, la régression sociale, le discrédit des élites, la désorganisation de l’administration, le déclin de l’État, la corruption galopante, la dépendance envers l’étranger et l’atmosphère de sinistre tyrannie ». Cette définition expose l’articulation des mécanismes d’ascendance du pouvoir post(-)colonial. Cet agencement de domination fut pensé dans sa domination matérielle mais également dans sa domination épistémologique. Il s’agissait d’organiser l’État pour que l’histoire ne soit pas transmise. En incriminant et en tuant celles et ceux qui participèrent au processus décolonial camerounais, le signifiant silence développa tout son potentiel empirique. Dans le contexte colonial, crier fort était freiné par le pouvoir tentaculaire coercitif colonial. S’exposer, c’était risquer sa vie. Cette étude propose ainsi d’observer la tension créée par l’entremêlement des structures de domination du potentat post(-)colonial. En effet, d’une part, le système colonial et post(-)colonial mettent en état de tension permanent les sujets et, d’autre part, contraignent toute expression à haute voix de la révolte. Le silence apparaît alors comme défense et se développe comme praxis et ruse politique. Mon travail de recherche de mémoire est une réflexion autour du mouvement féminin de résistance anticolonial camerounais l’UDEFEC (Union Démocratique des Femmes Camerounaises). Il s’agit de proposer une étude qui offre une vision des mémoires de l’UDEFEC comme des mémoires interrompues malgré une volonté de l’État camerounais et français de les « ensilencer ». L’étude privilégie ainsi un autre lieu d’énonciation. Cette recherche réfléchit à l’empiricité du silence et en fait émerger un sens nouveau. Elle ne s’inscrit pas dans une production critique dichotomique sur la véracité ou la fausseté autour des interprétations du silence parce que l’étude ne prétend pas faire émerger des pratiques mais réfléchit aux conditionnalités et aux façons déjà existantes d’habiter le silence. En outre, ce travail questionne les femmes ayant participé à la lutte afin d’interroger les circulations de mémoires et de voir ce qui se loge à l’interstice des régimes de visibilité et d’invisibilité pour reprendre James Scott. Grâce aux travaux de la philosophe et anthropologue Saba Mahmood, ce travail repense les modalités d’appréhension de ce qui fait lutte ou domination. Le silence est un outil de domination, il articule un système de pouvoir. Il doit donc être pensé à l’intérieur d’une épistémologie de la domination en tant qu’il produit et maintient des positions hiérarchisées. Ce maintien de la domination, la philosophe Elsa Dorlin l’articule en termes d’épistémologie de la domination qui permet de penser les voies de maintien des dominants. Ma réflexion, qui s’inscrit dans cette épistémologie de diagnostic des dispositifs de pouvoir, propose un angle au silence complexe qui ne relève pas uniquement du mortifère. Il est question de le penser à l’aune des reconfigurations apportées par les récits des femmes rencontrées qui ont permis de réagencer l’idée de silence, en montrant comment, dans une imposition structurante du silence au Cameroun, les femmes ont organisé leur(s) survie(s) et leur indépendance. Le silence, outil coercitif par excellence, devient, dans le cas de l’UDEFEC, un outil de préservation quand la violence coloniale exercée se déploie en véritable contrôle panoptique foucaldien, dans une sorte d’autocontrôle car on se sait surveillée en permanence. Silence et discrétion féminines échappent à la transparence du quadrillage colonial. Se pose ainsi la question antinomique des possibilités de partage d’une histoire que l’on doit protéger et cacher en soi pour qu’elle puisse être transmise. Le philosophe Fabien Eboussi Boulaga propose une notion collective de la préservation de soi, du groupe. Une protection par une mémoire vigilante collective. Cette étude fait ainsi l’hypothèse que le silence de soi s’apparente à un récit des autres plutôt qu’à une volonté de s’oublier soi. Le groupe comme l’endroit inessentiel de « l’avoir-lieu » de la lutte. En ce sens, ce travail n’invite pas au silence ni à l’oubli des subjectivités mais interroge l’injonction au récit de soi. La colonisation fut affaire de redistribution des langages, pour reprendre Achille Mbembe. Ce travail montre les voies mises en place pour résister et propose d’apporter une contribution nouvelle aux outils d’appréhension des silences décoloniaux.

Justine Bohbote, « Exposer le genre. Réflexions sur les expositions collectives d’artistes femmes en France de 1977 à 2009 », dir. Michela Passini et Giovanna Zapperi, École du Louvre

35En 1982, à l’occasion de l’exposition Féminisme et art au Musée d’art contemporain de Montréal, la critique d’art Aline Dallier déplorait qu’aucune exposition collective d’artistes femmes n’avait été organisée jusque-là dans un musée français. Pour elle, le contraste était saisissant avec les musées d’Outre-Atlantique. Quinze ans plus tard, la philosophe Françoise Collin réitérait ce constat à l’occasion de l’exposition Vraiment. Féminisme et art. À première vue, l’accrochage elles@centrepompidou semblait enfin rendre justice aux créatrices en leur consacrant les cimaises du MNAM. Et pourtant : en préférant un accrochage à une exposition dédiée aux liens entre le féminisme et l’art et en évacuant les termes « femmes » et « féminisme » du titre et de la communication officielle, le Centre Pompidou faisait preuve d’une « gêne du féminin » (Élisabeth Lebovici) toute française. Cette résistance des institutions françaises à s’emparer des problématiques de genre est le point de départ de notre étude qui esquisse en premier lieu quarante années d’une histoire française des expositions collectives d’artistes femmes, depuis les années 1970, dans des institutions culturelles non muséales. Il s’agit d’analyser la manière dont ces institutions parviennent à intégrer ou non les méthodes de l’histoire sociale de l’art et de l’histoire de l’art féministe. Plus largement, l’objectif est d’évaluer la pertinence de ce format d’exposition et de ses déclinaisons : comment regrouper les créatrices sans donner l’impression de redoubler la discrimination dont elles peuvent faire l’objet dans le monde de l’art ? Ces expositions permettaient-elles réellement d’impulser un changement de regard sur la place des femmes dans les musées et dans l’histoire de l’art ? L’étude de quatre cas d’expositions et la comparaison avec plusieurs autres, organisées à l’étranger, permettent d’esquisser quelques réponses. C’est une exposition fantôme qui ouvre cette recherche : en 1977, une artiste et théoricienne ainsi que deux professionnelles de musée prévoient de réunir des créatrices à l’ARC, la plateforme expérimentale du Musée d’art moderne de la ville de Paris. Ce projet n’aboutit pas, pour des raisons qui restent inconnues. Sept ans plus tard, la galerie municipale de Vitry-sur-Seine, une galerie sans collection, organise un panorama de plus de cent œuvres de créatrices du xxe siècle intitulé La Part des femmes dans l’art contemporain. Le troisième cas étudié est bien différent, tant par son format que par ses limites chronologiques. Le Centre d’art de Grenoble (le Magasin) invite en 1997 une commissaire états-unienne à réaliser une exposition sur les liens réciproques entre féminisme et art (Vraiment. Féminisme et art). Elle choisit de comparer les pratiques artistiques des années 1970 à celles des années 1990 dans une perspective franco-étatsunienne. Notre parcours s’achève en 2009 avec l’accrochage elles@centrepompidou. Cinquante ans après l’échec du projet de 1977, un musée à dimension internationale donne enfin une visibilité inédite aux plasticiennes en France. Ce mémoire est composé de trois chapitres, chacun consacré à une ou deux expositions, après un préliminaire méthodologique. Chaque exposition est envisagée comme un moment éclairant la difficulté des musées français à frayer avec les luttes et l’histoire de l’art féministes. Chaque chapitre part du propos développé par les commissaires dans les notes d’intention et dans les catalogues, et évolue vers une analyse plus large du contexte institutionnel, intellectuel et social dans lequel s’inscrit l’exposition. La réception de chaque manifestation n’a pas échappé à cette recherche : la consultation des dossiers de presse présents dans les fonds d’archives a été complétée grâce au dépouillement de revues artistiques et de revues féministes contemporaines. Cette analyse comparative nous a permis de poser quelques hypothèses pour comprendre la résistance des institutions muséales françaises à intégrer des critères de genre dans leur programmation. La centralisation des institutions artistiques françaises, la prédominance du paradigme formaliste en histoire de l’art, la peur d’un art politique, mais aussi une difficulté française à penser les identités de genre ou de race, perçues comme incompatibles avec l’universalisme né de la Révolution française, ont cantonné les expositions collectives d’artistes femmes à des institutions éloignées du réseau parisien. Organisées dans de petites structures aux moyens souvent limités, ces expositions n’ont pas fait date. La comparaison de ces différentes expositions a également mis en lumière l’ambivalence du propos des commissaires : de peur d’essentialiser une pratique artistique féminine et de voir leur démarche associée à une entreprise militante, ils cherchent à maintenir à distance ce qui est en fait le cœur du sujet. Ils prennent alors le risque de brouiller le propos de l’exposition en diluant le critère du genre qui préside pourtant à l’origine de la sélection des œuvres et des artistes. Vraiment. Féminisme et art semble faire une exception en interrogeant dès son titre le rapport entre art et féminisme.

Laure Bougle, « La fabrique de l’héroïsme au féminin : l’aviatrice de 1910 à 1946 », dir. Alya Aglan et Fabrice Virgili, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

36Maryse Bastié, Adrienne Bolland, Hélène Boucher, Maryse Hilsz, Marie Marvingt : autant d’aviatrices françaises, autant de noms qui évoquent un vague souvenir dans les mémoires et suscitent l’intérêt. Célèbres et surtout célébrées, ces aviatrices françaises qui ont eu des carrières professionnelles et médiatiques au cours du premier xxe siècle ont produit une figure cohérente dans le réseau des représentations. Peu étudiées sinon par des amateurs et des passionnés, à l’exception notable de Luc Robène et Guillaume de Syon pour ce qui est de la France, le traitement de leurs exploits constitue pourtant un témoignage concernant les femmes exceptionnelles de l’époque contemporaine. Leurs parcours individuels et variés ont donné lieu à la fabrique, consciente ou inconsciente d’un discours normé envahissant tous les domaines des représentations : la presse, le cinéma, la littérature, la publicité, la mode, les noms de rues et jusqu’à la représentation olfactive du parfum. La femme-pilote est alors un cliché tout au long de cette période, du premier brevet féminin obtenu en 1910 par la baronne Raymonde de Laroche à la fin du premier corps des pilotes militaires féminins en 1946. Ce travail rend compte d’un phénomène : le pilotage féminin et sa renommée au cours de la première moitié du xxe siècle dans une optique d’histoire des représentations, c’est-à-dire en faisant apparaître les différentes dynamiques et enjeux à l’œuvre au cœur de la figure de l’aviatrice. Cette recherche mobilise dans cette intention un grand nombre d’archives de nature variée. Tout d’abord, des archives institutionnelles comprenant les dossiers de la Légion d’Honneur et les dossiers individuels militaires au Service Historique de la Défense, car un certain nombre de ces femmes ont reçu une distinction au cours de l’entre-deux-guerres et ont mis un pied dans l’armée pendant la Deuxième Guerre mondiale. Ensuite, pour pallier le silence des archives, disparues pour celles du ministère de l’Air dans un incendie, ou lacunaires concernant ces femmes pilotes, il a été possible de retrouver et de d’exploiter trois fonds individuels : le fonds Adrienne Bolland aux archives départementales du Loiret, le fonds Maryse Hilsz aux archives municipales de Levallois Perret et surtout un ensemble exceptionnel et inédit de 500 documents constitué par le fonds Hélène Boucher, donné par sa famille à la commune d’Yermenonville et redécouvert en 2019. Enfin, c’est un corpus très large mêlant presse, littérature, cinéma qui a pu être interrogé avec en particulier les dossiers biographiques de la bibliothèque Marguerite Durand, sans oublier des fonds très spécifiques comme un dossier d’auteur de la Maison Gallimard ou des affiches de la Maison Guerlain. La femme-pilote est un objet singulier, ambigu. Elle est doublement pionnière, puisqu’elle participe à la conquête du ciel et qu’elle pénètre un milieu majoritairement masculin, dans lequel elle constitue une exception acceptée et acclamée. Son équipement fait débat alors qu’il semble effacer les frontières du genre. Les accidents et la proximité immédiate de la mort qui fascinent et révulsent le public les rétablissent alors qu’on assiste à des remises en question de leur présence lors des accidents mortels qui ponctuent les décennies. Le large consensus que l’on retrouve dans tous les domaines a dû être interrogé pour en souligner les nuances mais aussi les effets, particulièrement une utilisation de leur image par les institutions politiques, économiques et militaires dans un but de démocratisation de l’avion. Ces deux années d’étude ont permis de mettre à jour une image cohérente cristallisant les différentes personnalités qui ont marqué l’aviation féminine. Quatre grandes périodes ressortent, balisant cette histoire de la fabrique de l’aviatrice. Aux prémices de l’aviation avant même l’entrée en guerre, quelques femmes se sont emparées de cette discipline sportive extrême et ont commencé à construire un premier discours autour de leurs exploits. Après le conflit qui les cloue au sol pendant quatre ans, c’est une nouvelle génération d’aviatrices qui se met en place, bercée par le récit des héros. Bien moins nombreuses que les hommes, provenant de milieux sociaux divers, leurs aventures et leurs exploits suscitent un très fort enthousiasme avec l’apogée du phénomène dans la décennie des années 1930. La Deuxième Guerre mondiale a posé la question de leur intégration dans l’armée, suscitant des débats. Ainsi la création d’un corps spécifique et éphémère signe la fin de l’aviatrice héroïque telle qu’on la connaît dans la première moitié du xxe siècle. Le visage de l’aviatrice tel qu’il est présenté dans cette période est un miroir pour la société, dévoilant les peurs, les fantasmes et les rêves de l’opinion française.

Clément Brasy, « Le sport féminin en France depuis 1945. De l’hégémonie masculine à la contribution de l’affirmation sociale féminine », dir. Ludivine Bantigny et Christophe Pécout, Université de Rouen

37Défini par Marcel Mauss comme un « fait social total », l’objet sportif, sujet pluridisciplinaire à la croisée de l’histoire et de la sociologie du sport, de l’E.P.S., du corps, ou encore des féminismes, se caractérise par la prégnance de sa dimension politique. Mobilisant tant des travaux scientifiques qu’un important corpus d’archives – écrites (presse, autobiographies de sportives), iconographiques comme audiovisuelles –, le présent mémoire tente de mettre en exergue les raisons du retard consenti par le sport féminin à l’égard de son homologue masculin, l’évolution parallèle du sport féminin et de la condition féminine au sein de la société française. L’histoire du sport féminin français a ceci de particulier qu’elle oscille constamment entre développement et stagnation, entre modernité et archaïsme. Cette ligne de crête est particulièrement perceptible après le second conflit mondial, théâtre d’un vaste mouvement en faveur du loisir permis par la forte croissance économique des Trente Glorieuses, au regard de la progression qualitative et quantitative du sport féminin, contrebalancée par le peu de médiatisation dont il fait l’objet et le panel restreint d’activités physiques « accessibles aux femmes ». Cette dynamique demeure toutefois essentiellement masculine jusque dans les années 1960, et ce malgré les succès de championnes dont la couverture médiatique est très modérée sinon inexistante. C’est pourtant une femme, Micheline Ostermeyer, qui fut à l’origine du premier succès olympique français après-guerre, à Londres en 1948 ; mais le sport féminin ne suscite alors qu’un modeste intérêt de l’opinion. Les fédérations prennent vite conscience que le sexe ne rentre pas en ligne de compte lors du décompte des médailles. Les années 1960 furent le théâtre de profondes mutations sociétales. On observe une croissance de la pratique sportive féminine traduite par le choix très affirmé de certains sports héritiers des conceptions hygiénistes, mondaines ou esthétiques, associées traditionnellement aux femmes (gymnastique, danse, sports équestres). Une promotion étatique du sport féminin est bientôt opérée, incarnée par le Secrétariat d’État à la Condition Féminine et des figures telles que Françoise Giroud ou Monique Pelletier jusqu’aux années 1980, dont l’égalité hommes-femmes devient le leitmotiv. La conquête féminine du sport fait partie intégrante du combat pour l’abolition des différenciations liées au genre, une promotion de la mixité, une valorisation médiatique, économique et sociale qui concourent à la lutte contre les stéréotypes et les violences sexistes. Outre la formulation d’un état de l’art, d’une synthèse historique du sport féminin français depuis 1945, des archives jusqu’alors absentes des travaux universitaires sont ici explorées, à l’instar de la revue Sport et Beauté, la première consacrée au sport féminin, publiée entre 1956 et 1957, ou des « guides d’informations » sur le sport féminin, publiés au cours des décennies 1960-1970. L’apport majeur de ces travaux de recherche est épistémologique. Une importance toute particulière a été vouée aux courants historiques de la micro-histoire, à travers l’étude approfondie de carrières particulières révélant d’hypothétiques évolutions sociétales, et de l’histoire du temps présent : l’analyse de sources très contemporaines recueillies au quotidien, au gré d’une information tristement stimulée par les faits divers recensés tant dans les enceintes que les rédactions sportives. La visée du présent mémoire est donc d’analyser dans quelle mesure le sport féminin se veut la transcription de mutations sociétales consenties par la société française depuis 1945 et l’illustration de luttes sociales contemporaines. Qu’il soit de nature éducative ou militaire, le sport fut dès ses prémices d’un accès difficile pour les femmes à cause de l’apanage de la force virile en action. Les femmes se sont profondément immiscées dans ce domaine, et non seulement dans certains sports associés traditionnellement aux femmes. Toutefois, les représentations mentales peinent à évoluer et les standards masculins dictent toujours les critères de performance. La parité quantitative n’est pas atteinte et ce n’est pas non plus le cas en termes de structures d’accueil, de médiatisation (devant ou derrière la caméra), de revenus, ou de représentation féminine dans l’encadrement et les instances sportives. Si, à force de volonté, les femmes parviennent peu à peu à s’imposer sur le plan sportif, elles souffrent au quotidien d’un archaïsme et d’une iniquité criante, imputables au genre, tributaires de la mentalité des acteurs du monde du sport, de stéréotypes et de mécanismes sociétaux garantissant leur reproduction. Sans doute ladite « parité » est-elle conditionnée à des pressions politiques, en particulier à ce que le Haut Conseil à l’Égalité appelle « l’éga-conditionnalité » : comprenez le conditionnement des subventions et financements publics à l’égalité femmes-hommes.

Marie Cabadi, « Les soutiens lesbiens et gays à la grève des mineurs britanniques, 1984-1985. Solidarités, sociabilités et genre », dir. Nancy L. Green, EHESS

38De 1984 à 1985, le Royaume-Uni a été secoué par une longue et dure grève opposant le syndicat des mineurs à son employeur public, dans un contexte de déclin du charbon britannique. Moment central des années Thatcher, ce conflit du travail a provoqué un large mouvement de solidarité, au sein duquel ont émergé plusieurs groupes de soutien lesbiens et gays à la grève, au cœur de ce mémoire. Cet épisode permet de penser ensemble histoire syndicale, histoire du mouvement social ouvrier, et histoire LGBTQ britanniques. Il s’agit aussi de réévaluer l’histoire de l’homosexualité des années 1980 dans ses rapports avec le thatchérisme, souvent abordée à partir de la question du sida et de la loi de 1988 interdisant à certaines institutions de tenir des discours positifs sur l’homosexualité. Nourri des travaux anglophones abordant ce sujet et d’une large bibliographie à la croisée de plusieurs historiographies, ce travail s’appuie sur un corpus de sources rassemblant fonds d’organisations et fonds personnels, sources et témoignages publiés, archives orales revisitées, ainsi que quelques films documentaires. À partir de ce corpus, il s’agissait de montrer pourquoi l’organisation de soutiens lesbiens et gays à la grève de 1984 n’était pas seulement une « rencontre improbable », mais bien l’appropriation, par un groupe lesbien et surtout gay de discours et de pratiques de solidarité avec les mineurs s’appuyant sur une histoire et des réseaux militants et politiques lesbiens et gays. Le mémoire retrace d’abord l’action du plus important des groupes de soutien lesbien et gay, Lesbians and Gays Support the Miners (LGSM), fondé à Londres à l’été 1984, identifiant ainsi un répertoire d’action caractéristique de la gauche socialiste britannique, déployé dans une sphère spécifiquement lesbienne et gay de l’espace public de la capitale britannique. Pour autant, LGSM n’agit pas au sein d’un monde lesbien et gay isolé : son intégration dans des réseaux militants et politiques plus larges est abordée d’abord par l’examen des lieux d’élaboration d’un discours sur la solidarité reliant lesbiennes, gays, et mineurs de fond, puis par celui des réseaux politiques dans lesquels une partie des membres de LGSM sont intégrés. La solidarité avec les mineurs, chez LGSM, est en partie un moyen de participer à la lutte des classes, même si le groupe semble toujours avoir été mixte socialement. Le discours de solidarité adopté par LGSM repose sur la mise en avant de rencontres pensées comme politiques entre personnes lesbiennes et gays et groupes de soutien aux mineurs composés de proches et de voisines et voisins de mineurs en grève. La plus documentée et la plus valorisée est celle de LGSM Londres avec les membres du groupe de soutien aux mineurs des vallées galloises de la Neath, de la Dulais et de Swansea. S’y jouent des différences de classe, des différences culturelles et des différences de rapport à l’urbanité, différences qui sont ensuite décrites par les protagonistes comme s’abolissant dans les émotions partagées et dans la sociabilité. Ces relations amicales et affectives, centrales à la compréhension de l’expérience militante, sont également nouées au sein des groupes lesbiens et gays qui investissent les espaces de sociabilité de la scène lesbienne et, surtout, gay de Londres, espérant en faire un lieu d’engagement politique en faveur des mineurs. Le groupe a recours à la pratique, courante dans cette grève, du concert de soutien, mais agit également, de manière moins spectaculaire, plus quotidienne, dans les commerces lesbiens et gays, proposant de mettre des pratiques culturelles, festives et de consommation au service de la grève. Le dernier chapitre explore enfin les effets du genre dans l’histoire de ces soutiens. Tandis qu’au sein des groupes lesbiens et gays, la mixité est loin d’être une évidence, la littérature existante a déjà souligné que les liens personnels les plus forts semblent avoir été noués entre hommes gays et femmes galloises. Pour autant, le rapport spécifique des lesbiennes au soutien à la grève avait peu été exploré jusqu’ici. Il est médiatisé par la question du féminisme et du rapport aux hommes, qui divise tant le mouvement lesbien que les femmes galloises engagées dans la grève. Toutefois, émergent également des expériences communes d’organisation autonome ou de rapports genrés et sexualisés à la police. Dans cette histoire de la rencontre entre lesbianisme et femmes luttant contre la fermeture des mines, d’autres formes de participation lesbienne au mouvement de soutien à la grève sont éclairées, notamment au sein du mouvement féministe pacifiste : si elle en forme le noyau dur, l’histoire du groupe londonien LGSM, portée au cinéma dans le film Pride (dir. Matthew Warchus, 2014), n’épuise pas celle des soutiens lesbiens et gays à la grève des mineurs de 1984.

María Eva Carfagnini, « La matérialité et motérialité du sexe. Une analyse du croisement entre la notion de “rapports sociaux de sexe” du féminisme matérialiste français et la reformulation de la “différence sexuelle” d´Alenka Zupančič et Joan Copjec », dir. Hourya Bentouhami-Molino et Begonya Sáez Tajafuerce, Université de Toulouse

39Généralement laissé aux marges de la philosophie, le sexe ne cesse pas de causer des problèmes ; il s’offre à la pensée comme un signifiant inépuisable. Même l’étymologie du mot sexus reste un sujet controversé. D’une part, on dit qu´il vient du latin sequi, qui signifie accompagner. D’autre part, il est suggéré que sexus et sexualis viennent du verbe latin secare, qui signifie couper, diviser. Ceux qui défendent l’idée qu’il existe une complémentarité entre les sexes s’appuient sur le premier sens, tandis que ceux qui ne prônent pas cette complémentarité trouvent le sens du sexe dans la division, dans la différence. En gardant à l’esprit la variété des perspectives et des approches possibles, le problème central de ce mémoire est de poser à nouveau la question autour du sexe et, plus précisément encore, de la matérialité du sexe. Pour ce faire, nous développons les conceptualisations autour du sexe faites par le féminisme matérialiste français (FMF) – en nous appuyant principalement sur deux de ses représentantes Colette Guillaumin et Nicole-Claude Mathieu – et par les philosophes contemporaines Alenka Zupančič et Joan Copjec. Le premier versant se concentre sur l’analyse des rapports sociaux de sexe, ce qui nous permet de développer la dimension économico-politique de la matérialité du sexe. Alors que Zupančič et Copjec effectuent une relecture de la théorie psychanalytique, ce qui nous amène à présenter la motérialité du sexe issu de l’impact du langage sur le corps et à explorer ainsi les implications de la sexualité pour l’ontologie et la politique féministe. L’importance de faire dialoguer ces deux théories, qui défendent des points de vue différents et pas toujours compatibles, réside dans le fait de montrer que la matérialité du sexe échappe aux analyses centrées sur le genre et la déconstruction des discours sociaux. Par conséquent, au-delà de vouloir donner une solution univoque, ce que nous présentons est un parcours à travers deux théories qui, malgré leurs divergences, permettent de comprendre l´idée du sexe comme secare, comme scission. Pour autant, ce que ce mémoire veut plaider et démontrer, est que le croisement entre le FMF et la reformulation de la différence sexuelle est nécessaire pour analyser le sexe, et il nous permet d’inclure un angle différent dans la discussion sur la matérialité du sexe en donnant voix à des questions qui sont souvent réduites au silence, considérées comme des évidences ou auxquelles on n’accorde pas l’importance qu’elles méritent : qu’est-ce que le sexe, comment définir sa matérialité et quelles sont les implications politiques de cette démarche pour la pensée féministe ? En plus, les concepts que nous développons dans ce mémoire, nous permettent d’illustrer l’assemblage entre l’expérience militante du féminisme et le travail académique de la philosophie féministe. Ceci est un chemin nécessaire si l’on veut arriver à une pensée théorique et politique qui promeuve un changement radical des conditions d´oppression. Ainsi, nous resterons fidèles à la position d’enrichir la pensée philosophique à partir de l’imbrication avec des théories et expériences qui n’appartiennent pas strictement à son domaine. Cela tient au fait que nous appartenons à une génération qui n’a pas initié la réflexion féministe avec la lecture du Deuxième Sexe, mais plutôt avec les théories queer, la lutte pour le mariage homosexuel, le mouvement trans ; c´est ainsi que nous avons commencé à nous demander qu’est-ce que le sexe, le genre, la sexualité ? En plus de cela, en situant nos connaissances à partir de l’expérience latino-américaine de ces dernières années traversée par le mouvement Ni Una Menos et la lutte pour la légalisation de l’avortement, nous pouvons affirmer que ce sont telles circonstances qui nous ont fait ressentir ce que veut dire féminisme et nous nous sommes engagé·e·s à construire ce concept en mouvement, voire, le mouvement des concepts qu’il implique. Pour cette raison, l’écriture de ce mémoire est faite dans la première personne du pluriel, non par respect pour le sujet épistémologique supposé plus objectif, mais parce que même s’il y a dix doigts posés sur ce clavier, c’est une expérience de réflexion et d’apprentissage collective qui les fait bouger.

Maëlle Caugant, « Chroniques du féminisme autonome bolonais. Naissance, développement et déclin du mouvement féministe autonome à Bologne de 1971 à 1986 », dir. Sophie Baby, Université Bourgogne-Franche-Comté

40Il s’agit d’une étude de cas portant sur le mouvement féministe autonome à Bologne, s’inscrivant dans la continuité d’un travail de recherche effectué l’année précédente sur le mouvement féministe autonome italien dans son ensemble. Après une étude générale de ce mouvement et de ses particularités théoriques, nous avons entrepris d’effectuer une étude de cas afin d’appréhender la réalité de ce féminisme révolutionnaire et d’en saisir les pratiques. Ce travail de recherche a été effectué à Bologne lors d’une année d’étude réalisée dans le cadre du programme Erasmus. Alors que notre premier mémoire avait été rédigé principalement sur la base d’archives en français et donc pour l’essentiel des récits et traductions, nous avons pu avoir accès à Bologne à une grande quantité de sources de première main. L’essentiel des archives que nous avons utilisées pour cette recherche sont celles rassemblées par le mouvement féministe autonome lui-même au sein du Centre de documentation des femmes de Bologne, qui s’avère être lui-même au centre de notre étude. Dans cette étude, nous nous sommes intéressées à l’ensemble des femmes, des réseaux, des collectifs et des groupes qui, de 1971 à 1986, se sont organisés à Bologne de manière autonome, c’est-à-dire uniquement entre femmes et de manière indépendante par rapport aux organisations institutionnelles, étatiques et politiques, masculines et traditionnelles. Notre étude visait à étudier les pratiques qui ont fait du mouvement féministe révolutionnaire une lutte si particulière. À travers l’exemple des nombreux collectifs qui ont constitué la vivacité du féminisme à Bologne, nous avons cherché à observer dans quelle temporalité et avec quelle ampleur les différentes pratiques, sensibilités et tendances du mouvement ont existé et coexisté. Et reprenant ce qui nous était apparu, dans notre première étude, comme la spécificité du féminisme autonome italien, celui que nous avions décrit comme l’expérience de « deux générations de femmes à la conquête d’une contrée féminine », nous avons cherché à comprendre comment, à l’échelle locale, les femmes ont donné vie à cette « contrée féminine » en construisant ce qui s’apparente, selon le concept développé par Michel Foucault, à de véritables hétérotopies. Au cours de cette étude, nous avons tenté de retracer quinze années d’histoire du féminisme autonome bolonais. Des années marquées par la formation, l’effervescence, les échecs, la reconstruction et la pérennisation du féminisme autonome à Bologne. Nous avons suivi le parcours de plusieurs femmes et, au gré de leurs témoignages, nous avons réussi à recoller les morceaux d’une histoire de ce mouvement, leur histoire. L’histoire de la ville a également été marquée par le mouvement, les manifestations, les occupations manquées et les projets menés à bien. L’histoire d’un mouvement féministe révolutionnaire qui a fait se multiplier les hétérotopies dans l’espace urbain de « Bologne la rouge », jusqu’à finalement se doter d’un lieu qui semblait incarner cet ailleurs révolutionnaire, ce contre-espace qui, plus de trente ans après, est toujours un lieu de rencontre des femmes et un point d’émission du féminisme dans la ville. Cette histoire a été reconstituée grâce à de nombreuses sources, mêlant l’histoire orale aux archives officielles. En choisissant de suivre le cadre et les logiques d’une étude de cas, nous avons pu nous concentrer sur des parcours précis, des évènements particuliers et nous avons pu mesurer la dimension intime que représentaient ces quinze années pour chaque femme. Dans chacun des témoignages, nous avons pu constater à quel point le récit de la participation au mouvement se mêlait aux évènements personnels ayant marqué la vie de chacune d’entre elles. Toute l’ampleur de leur revendication semblait se matérialiser dans ces témoignages : le privé était définitivement politique. La subjectivité des discours a été un élément absolument primordial à prendre en compte et elle a parfois été un obstacle à une reconstruction claire de tel ou tel évènement. Chaque évènement pouvait représenter un moment clé différent pour chacune des femmes dont nous avons eu les témoignages, chaque moment avait pu être perçu de manières très diverses. Néanmoins plus qu’un obstacle, il nous a semblé qu’il s’agissait d’une richesse qui nous a amené à appréhender la multiplicité de l’histoire. Enfin, cela nous a permis d’étudier très concrètement le féminisme autonome bolonais dans toutes ses nuances. L’étude de cas a conforté certaines de nos réticences en terme historiographique. La typologie en termes de « vague » utilisée fréquemment pour revenir sur l’histoire des féminismes est un obstacle. Il s’agit d’une typologie trop simpliste qui laisse encore penser que nous pouvons étudier les féminismes comme des « blocs », des abstractions, des grandes idées, des périodes « vagues ».

Ingrid Chateau, « Les luttes et organisations de femmes noires en France. Émergence d’un féminisme noir dans les années 1970 », dir. Juliette Rennes, EHESS

41Alors que l’histoire des femmes et de leurs luttes dans le contexte français ont fait l’objet de nombreux travaux (Bard, 2006 ; Riot-Sarcey, 2002 ; Maurani, 2005), ceux portant sur les mobilisations des femmes issues des anciennes colonies ne se font connaître que récemment (Châabane, 2008 ; Lesselier, 2007 ; Palmiste, 2009 ; Pavard, Rochefort, Zancarini-Fournel, 2020). De la lutte contre le rétablissement de l’esclavage, en passant par les grèves des ouvrières de la banane dans les Antilles françaises aux groupes de femmes africaines des quartiers populaires franciliens, les femmes afro-descendantes se sont pourtant mobilisées de manière plus ou moins formelle autour de problématiques spécifiques. Cette recherche interroge alors d’une part, les modalités de la participation politique des femmes afro-descendantes dans l’espace français entre le xixe et le xxe siècle. D’autre part, elle questionne la place et la visibilité de leurs luttes et groupes au sein des mouvements sociaux auxquels elles participent. À partir de la littérature sur l’histoire des femmes afro-descendantes, des sources d’archives écrites (presse spécialisée et généraliste, documents militants), vidéographies, photographies, entretiens, l’enquête s’intéresse en particulier à deux groupes actifs en région parisienne entre 1976 et 1982. Il s’agit de la Coordination des Femmes Noires (CFN) et du Mouvement des Femmes Noires (MFN) qui deviendra en 1982 le Mouvement pour la défense des droits de la femme noire (MODEFEN). En premier lieu, cette recherche propose une analyse de la construction de la catégorie femme noire en catégorie de revendication. En effet, relevant de processus d’assignation à des identités hiérarchisées de genre et de « race », le recours à celle-ci par les militantes sert un projet politique en faveur de l’égalité. Dans un second temps, une sociohistoire des mobilisations en faveur des droits des femmes noires en France hexagonale et ultramarine permet de replacer les luttes des femmes afro-descendantes dans l’histoire longue des combats féministes. Ainsi, elle rend compte du contexte militant ayant nourri la convergence des luttes antisexistes et antiracistes des décennies suivantes. Elle permet surtout de situer l’émergence des féminismes noires en France dans les années 1970. Effectivement, l’enquête démontre que les deux groupes évoqués sont les pionniers d’un féminisme noir en France. Se revendiquant à la fois du mouvement féministe et antiraciste, des militantes Antillaises et Africaines se réunissent pour dénoncer les oppressions spécifiques vécues par les femmes noires. Leur période d’émergence, leurs modalités d’organisation, leurs dénominations (coordination, mouvement de femmes), les alliances contractées ne constituent aucun doute quant à leur lien avec l’émergence du Mouvement de libération des femmes. Ensuite, cette enquête renseigne sur la place des mouvements de femmes noires au sein de ce dernier. La « seconde vague » du féminisme étant bien documentée, l’absence de travaux sur ces groupes donne à questionner leur visibilité et leur impact dans le champ politique. En effet, l’étude de la médiatisation des mouvements de femmes noires et l’exploration des moyens de production de l’information diffusée sur eux, révèlent leur marginalité dans la presse féministe. Dirigée par des militantes des différents groupes et courants du Mouvement de libération des femmes, les titres de presse féministe reflètent les préoccupations de l’époque. Véritable enjeu de la mobilisation, la visibilité acquise passant notamment par les médias, participe à constituer des preuves de l’existence et de l’action militante des groupes (Neveu, 1999). C’est le cas notamment des groupes militants, comme les mouvements de femmes noires, ayant un faible effectif qui ne se pérennisent pas. Cette recherche rappelle donc la nécessaire interdépendance entre les membres des organisations et les médias pour obtenir la visibilité participant à leur postérité voire à leur succès (Gitlin, 1980 ; Juhem, 1999). Pour finir, cette enquête analyse également la solidarité féministe qui s’est constituée autour de la construction de l’excision en problème public. Bien médiatisée dans la presse française, la lutte contre l’excision a bénéficié d’un large soutien international ayant abouti à la saisine des politiques de plusieurs pays, dont la France, et à une législation punitive. L’analyse de la médiatisation de l’excision met donc en évidence la sous-représentation des autres problèmes dénoncés par les mouvements de femmes noires ainsi que de la minorisation de leurs mobilisations sur le sujet.

Fanny Chotteau, « “Mujer y madre” : Rôles, représentations et mémoires des Cubaines exilées à Miami entre 1959 et 1962 », dir. Romy Sanchez, Université de Lille

42La photographie Children waiting with their mom, présente en couverture de ce travail de recherche, montre une Cubaine entourée de ses enfants pour lesquels elle semble être une figure réconfortante ; un rôle auquel sont bien souvent associées les Cubaines exilées à Miami. Ayant fui Cuba après le triomphe de la révolution castriste, en janvier 1959, et jusqu’à la crise des missiles avec les États-Unis, en octobre 1962, ces femmes de la première vague d’immigration postrévolutionnaire appartiennent a priori aux classes les plus favorisées de la société cubaine : elles et leur famille, majoritairement conservatrices, sont pénalisées par les grandes politiques de redistribution de richesses du régime castriste, par la hausse des tensions avec le voisin étasunien et par une politique idéologique de plus en plus radicale. De fait, cet exil a souvent été qualifié par les spécialistes et les journalistes de l’époque de « doré », pour rendre compte de l’origine considérée comme privilégiée des Cubains et de la politique migratoire exceptionnelle dont ils bénéficient aux États-Unis, où ils obtiennent un statut particulier. Cette expression est cependant trompeuse. Elle cache une réalité hétérogène et ne prend pas en compte les difficultés de ces migrants à l’arrivée sur le sol étasunien sur lequel ils subissent une forte mobilité descendante, la plupart n’ayant pu emporter avec eux que quelques dollars et des vêtements. L’exil lui-même étant une condition vécue et ressentie, qui relève avant tout d’une logique politique, l’usage de la formule « exil doré » n’est pas neutre. S’inscrivant dans la lignée de travaux récents examinant les liens entre genre et exil, ce travail de recherche va ainsi plus loin dans une remise en question de cette expression « exil doré » en prenant le genre comme prisme d’analyse : malgré leur origine sociale et les avantages dont elles ont pu bénéficier, les femmes cubaines aux États-Unis jouissent-elles d’une situation réellement privilégiée ? Existe-t-il, dans le cas cubain, une situation d’exilée spécifique ? En ce qui concerne les sources, l’étude des mémoires individuelles de ces femmes s’est avérée précieuse, mais délicate à mener du fait de nombreux biais. Que ce soit sous forme d’entretiens ou à l’écrit, les récits d’exilées permettent de donner la parole à ces actrices elles-mêmes pour saisir leurs émotions, leurs difficultés et les obstacles rencontrés, ainsi que les ressources mobilisées pour les dépasser. Cette étude d’histoire orale s’est doublée de l’analyse d’archives diplomatiques étasuniennes, qui rapportent la vision du pays d’accueil sur les exilés dans le contexte d’une hausse des tensions avec Cuba ; tandis que l’étude d’un journal cubain anticastriste publié depuis Miami à partir de 1960, El Avance criollo, permet de questionner la manière dont sont représentées ces femmes dans la presse exilée. Enfin, les documents à vocation publicitaire du Cuban Refugee Program, programme fédéral d’aide aux Cubains lancé en 1961, donnent à voir une certaine image des femmes, dans le but de faciliter l’intégration et de dissiper les oppositions locales à l’accueil des exilés. L’étude de ces Cubaines a révélé un trait commun : en très grande majorité, elles subissent des discriminations et des inégalités de genre au travail, au sein de leur foyer et en politique. En plus de continuer à assurer la gestion du foyer et l’éducation des enfants, elles ont dû se mettre à travailler aux États-Unis, dans des domaines majoritairement considérés comme féminins. Elles sont également présentées et se présentent comme des femmes féminines, sensibles et douces, mais aussi comme des mères et des épouses dévouées à leur famille, notion fondamentale de la communauté exilée. Cependant, les femmes n’ont pas qu’un rôle de second plan dans cette histoire politique de l’exil et sont même un des piliers d’une réussite cubaine autoproclamée aux États-Unis. Nombreuses sont celles qui s’investissent à Miami dans des activités professionnelles, politiques ou caritatives de care, jouant par là un rôle indispensable de soutien à la communauté. Certaines, minoritaires, possèdent également de véritables pouvoirs de décision, s’éloignant par-là du schéma patriarcal dominant. Par exemple, Pepita Riera, déçue de la révolution après avoir pourtant lutté dans ses rangs, figure aux côtés des grands opposants politiques au régime castriste à Miami. Elle va jusqu’à retourner à Cuba en 1961 pour continuer la lutte armée dans la clandestinité. Enfin, le maintien de la culture et de ce que l’exil revendique comme étant « l’identité cubaine » est, surtout, l’affaire des femmes. Elles exercent une influence clef dans la consolidation des liens communautaires entre exilés et dans la diffusion de la mémoire de cette communauté, un enjeu déterminant pour une première génération d’exilés en train de disparaître.

Marie De La Rüe du Can, « Vera Brittain : l’hymne aux coquelicots (1913-1918). Parcours d’une jeune Anglaise à l’aube des bouleversements d’un siècle », dir. Robert Beck, Université de Tours

43Vera Brittain (1893-1970) est une figure féministe et pacifiste du xxe siècle anglais. Issue de la middle class britannique, étudiante à Oxford dès 1914, puis infirmière volontaire pendant la Première Guerre mondiale, elle sort très marquée par son expérience du conflit. Elle publie en 1933 Testament of Youth, autobiographie dans laquelle elle dénonce le prix de la guerre pour sa génération. Tout semble alors faire d’elle l’archétype d’une figure féministe du début du xxe siècle, figure qu’elle a sans doute elle-même en partie construite, se définissant comme une femme qui serait entrée à Oxford pour devenir ensuite une courageuse infirmière de guerre alors que le conflit emportait son fiancé, son frère et bien d’autres amis. Si nombre de ces éléments sont vrais en surface, qu’en est-il du fond, de son vécu intime et direct de la guerre ? Si son parcours paraît de prime abord exceptionnel, si nous sommes tentés de plaquer sur sa personne des idées préconçues, analysons méticuleusement cette personnalité étonnante et détonante, témoin des bouleversements à l’aube d’un nouveau siècle. Sa correspondance de guerre et son journal intime révèlent qu’elle n’est pas la figure frondeuse défiant toutes les convenances que l’on pourrait croire et montrent une trajectoire féminine édouardienne en quête d’identité. En France, peu de travaux ont été réalisés sur Vera Brittain. Pourtant, l’étude de sa personnalité en construction fait traverser un ensemble de thématiques aujourd’hui incontournables de l’histoire des femmes et du genre. Ce travail se concentre sur un court moment de sa vie fourmillant de nombreux détails, dans un cadre social et une période historique donnés : la bourgeoisie anglaise édouardienne de 1913 à 1918. Étudier cette période, revient à s’intéresser à cinq années de sa vie durant lesquelles Vera se construit, se cherche et fait l’expérience de sa féminité. Elle laisse derrière elle des sources manuscrites importantes sur lesquelles fonder une analyse, un journal intime et des correspondances, qui nous ouvrent une fenêtre sur l’intime de sa vie et sur ses réflexions. Son journal intime, édité par Alan Bishop, sous le titre Chronicle of youth, rassemble huit cahiers rédigés par Vera entre le 1er janvier 1913 et le 27 mai 1917, numérisés et conservés à la McMaster University, dans l’Ontario. Elle y partage son quotidien, ses rencontres, ses révoltes et les évènements qui marquent ses journées, des garden parties en 1914 à l’hôpital d’Étaples en 1917. Ce journal est complété par sa correspondance de guerre, des échanges épistolaires entretenus par la jeune femme avec son frère, son fiancé et ses amis du 28 septembre 1913 au 24 juin 1918. Ces lettres sont un support essentiel de l’analyse en tant qu’elles sont l’unique moyen d’approcher l’expérience de guerre de Vera à compter de mai 1917. Plus important encore, cette correspondance nous informe sur la vie de tous ses amis partis sur le front. C’est un moyen d’approcher l’expression d’un vécu à la fois féminin et masculin du conflit. Ces journaux et courriers nous mettent en prise directe avec sa pensée, laquelle est enrichie par la réflexion qu’elle mène avec recul dans le cadre de Testament of Youth. L’étude commence en 1913. Vera a vingt ans et vit le quotidien d’une femme de la bourgeoisie provinciale. Son journal témoigne de sa sensation d’étouffement dans ce milieu aux normes genrées et donne à voir les failles de la société édouardienne très codifiée. Décidée à saisir sa chance, Vera trouve des moyens d’exprimer son individualité et emprunte un chemin intellectuel qui lui permet d’intégrer Somerville College à Oxford en octobre 1914, quelques semaines à peine après le début de la guerre. Elle voit alors s’engager puis partir sur le front son entourage masculin, frère et amis, des hommes habités d’idéaux. Elle s’interroge sur son rôle en tant que femme dans le conflit, monde davantage encore dominé par le masculin. Elle refuse la passivité et s’engage en tant que Voluntary Aid Detachment avec d’autres jeunes femmes de sa classe sociale. De l’hôpital de Londres en passant par Malte jusqu’à Étaples, bien qu’elle soit animée par les idéaux et les normes de la bourgeoisie édouardienne, elle retire de son expérience de guerre une nouvelle conviction de sa valeur en tant que femme. De l’éducation des femmes à l’analyse des notions de féminité et de masculinité en passant par un travail sur le deuil, le pacte épistolaire ou l’idéalisme patriotique, ce travail s’attache à analyser les concepts de la déconstruction de l’identité dans une société normée. L’étude s’intéresse entre autres aux traumatismes de guerre féminins ainsi qu’à la construction du mythe de la Lost Generation. Si Vera n’est pas en transgression, n’est pas contre la norme, elle exprime la difficulté à se positionner et à trouver son identité dans un monde où la partition genrée des rôles est prédominante.

Sherine Deraz, « Pédagogie et corps féminins à l’ère du numérique : le traitement des menstruations dans les vidéos postées sur YouTube », dir. Barbara Laborde, Université Sorbonne Nouvelle

44Depuis sa création, YouTube n’a cessé d’occuper une place de plus en plus importante dans les pratiques de consommation culturelle. Nombreux·ses sont les vidéastes qui ont saisi l’opportunité qu’offrait la plateforme, formidable outil pédagogique, pour créer du contenu didactique. Les vidéos éducatives enregistrent ainsi plus d’un milliard de vues par jour. En France, le développement de la création artistique sur YouTube a également permis à des créateurs et des créatrices de prendre la parole sur des sujets jugés tabou au sein de la société. Ainsi, de plus en plus de vidéos qui traitent de la menstruation continuent de voir le jour sur la plateforme. Ces vidéos rencontrent un certain succès et poussent donc à s’interroger sur l’impact que peuvent avoir ces vidéos dans l’apprentissage du cycle menstruel auprès des jeunes. Comment les vidéastes créent du contenu autour des règles et contribuent à effacer le tabou qui y est fatalement attaché ? Ce mémoire propose donc un état des lieux de l’apprentissage des menstrues dans l’enseignement et la société, combiné à l’analyse des paramètres de fabrication de ces vidéos populaires qui semblent, de prime abord, aider un certain nombre de jeunes à construire leur identité et être ainsi plus autonomes. Ces recherches s’appuient à la fois sur l’héritage féministe qui a directement impacté la France, mais également sur les acteurs et actrices du terrain qui sont, tous les jours, confronté.es à la question de la menstruation auprès des publics jeunes. Ainsi, mes analyses croisent à la fois la microsociologie et la médio-pragmatique, combinées à un regard gender et star studies, où les concepts normalement accolés aux domaines du cinéma viennent rencontrer les phénomènes de starification et de militantisme caractérisant, en partie, l’écosystème YouTube. Ces recherches montrent à quel point les menstrues restent encore taboues dans notre société. Mais Internet, par son ampleur, permet justement d’aborder une quantité de sujets habituellement contournés. Mon travail me permet également d’expliquer le succès de ces vidéos via leur dimension pédagogique et divertissante, combinaison indispensable à leur popularité. Enfin, ces vidéos représentent un véritable atout pour les personnes qui les regardent puisqu’elles viennent ainsi compléter les instructions plus classiques dispensées dans les classes de Sciences de la Vie et de la Terre car les vidéastes y dispensent de véritables conseils de vie. Compte tenu des quantités d’informations diffusées sur la plateforme sur le sujet, il faut néanmoins s’interroger sur le poids des entreprises et des pouvoirs publics dans la démocratisation de ces savoirs. Entre fake news et incitations à l’achat, une entreprise privée comme Google doit-elle être seul diffuseur de ces vidéos, sans garde-fou, alors même qu’il s’agit là d’une question de santé publique ?

Aliénor Gandanger, « Yvonne Fleury et ses filleuls. Relations entre civile et soldats de mai 1915 à janvier 1921 », dir. Thomas Hippler, Université de Caen

45Lorsque la guerre éclate à l’été 1914, personne ne sait alors combien de temps elle durera. Afin de maintenir le moral des hommes au front, l’acheminement plus facile des lettres et colis suite à la création de secteurs postaux dès décembre devient indispensable. Mais qu’en est-il pour les poilus sans famille ? Les communications restent compliquées voire impossibles pour les familles restées dans les régions envahies du Nord et de l’Est de la France. Ne pas entendre son nom à l’arrivée du vaguemestre ajoute une peine supplémentaire à leur vie de soldat. Pourtant, quasiment dès le départ, des œuvres de charité et des associations viennent au secours de ces hommes démunis et livrés à eux-mêmes. Malgré cela, on remarque que cela ne suffit pas. Après avoir reçu les confidences de soldats isolés, Marguerite de Lens, secondée par toute sa famille à Angers, a l’idée de donner une famille à ceux qui n’en ont pas. Bénéficiant du patronage de hautes personnalités comme l’ambassadeur Jules Cambon et d’une bonne publicité, l’œuvre La Famille du Soldat rencontre un vif succès dès le printemps 1915. La fondatrice écrira dans ses mémoires que le chiffre record de soldats adoptés pour leur compte sera de plus de vingt-cinq mille, mais pour combien de marraines ? Yvonne Fleury est une de ces personnes qui souhaite soutenir moralement ces hommes. Début mai 1915, elle écrit à Marguerite de Lens et reçoit trois noms de soldats. En devenant marraine de guerre, la jeune femme née en 1892 et issue d’une famille bourgeoise réalise au cours des mois l’importance de son rôle auprès des soldats. Au fur et à mesure de l’avancée du conflit, la marraine tente de sauvegarder le moral de ces filleuls de guerre et de satisfaire leurs demandes en vêtements chauds, produits d’hygiène ou denrées. Contrairement à ce que nous pourrions imaginer, ce n’est pas dans le cadre de la Grande Collecte de 2014-2018 que les vingt-deux journaux intimes d’Yvonne Fleury, les 421 lettres de soldats et quelques photographies arrivent aux archives départementales de l’Orne à Alençon. À sa mort en 1979, une de ses héritières, Monique, récupère quelques documents personnels de la famille Fleury dont nous ne connaissons pas le volume. Lorsque Monique meurt elle-même en avril 2014, ses descendants se retrouvent à devoir vider une maison de 182 m2. Si quelques documents sont jetés ou brûlés, ceux qui font l’objet de notre étude aujourd’hui sont confiés aux archives départementales de l’Orne en septembre et octobre 2014. De ses seize ans à ses trente-six ans, nous entrons dans la confidence de sa vie quotidienne, de ses goûts en tout domaine, d’une vie parisienne en vivant à Saint-Mandé et de quatre ans de guerre vécue en tant que marraine de guerre. Elle rédige son journal comme une reporter de son temps. Tout potentiel sujet de conversation est discuté : la littérature, les sciences, l’aviation, le théâtre, les défilés et discours politiques, le cinéma, les dernières prouesses techniques, l’architecture, la géopolitique, le patrimoine, la religion, etc. Il y a quelques fois un commentaire, une réflexion, une critique sur tel ou tel sujet qu’elle évoque. Et finalement, il y a peu de place pour les confidences. Choisir le fonds Fleury comme objet d’étude d’un sujet de mémoire, c’est réfléchir sur ce qu’est l’« exceptionnel normal », oxymore formulé par l’historien Edoardo Grendi. C’est s’inscrire dans un courant historiographique, ici la micro-histoire, et se demander ce que l’étude d’un cas comme celui d’Yvonne Fleury peut apporter à la connaissance historique d’un sujet comme les marraines de guerre. Explorer le témoignage de la jeune femme et de ses filleuls, c’est laisser la place à des inconnus qui apportent dans leur anonymat un pan de notre histoire. Yvonne Fleury est à la fois conforme à un modèle féminin maternel, mais affirme dans le même temps sa personnalité qui, à certains moments, va au-delà des codes de son époque. Cette étude permet également de rentrer de plain-pied dans ces échanges épistolaires et d’embrasser au maximum les questions et réflexions que ces sources dégagent. Entre le confort d’un appartement à Saint-Mandé près de Paris et le quotidien d’un soldat au front, l’écart est tel qu’on se demande comment le lien résiste. Ce fonds Fleury est une richesse car il permet d’appréhender deux sujets foncièrement liés : la relation marraine/filleul et le témoignage d’une femme dans le contexte de la Grande Guerre. Quel regard porte-t-on sur les marraines de guerre qui, au même titre que les munitionnettes ou les infirmières, appartiennent aux grandes figures de la guerre ? Que sait-on d’elles ? En choisissant le fonds Fleury, nous interrogeons ou réinterrogeons ce sujet des marraines de guerre à travers l’une d’entre elles.

Camille Ginisty, « Enjeux du bilinguisme dans les voix de poètes zapotèques : le cas de Natalia Toledo Paz », dir. Marie-Agnès Palaisi, Université de Toulouse

46S’inscrivant dans la perspective des études intersectionnelles et bilingues, ce travail cherche à comprendre les enjeux identitaires du bilinguisme à partir de la position de la poétesse zapotèque Natalia Toledo Paz, première femme à remporter le prix Netzahualcóyotl en 2004. L’intersectionnalité nous aide à identifier les points d’intersection du racisme et de la violence épistémique de genre qui se cristallisent dans sa poésie et nous permet de démystifier la place de l’écrivaine zapotèque dans la société mexicaine. Nous constatons qu’il y a un rapport social de domination qui reflète une tension traversant et divisant la société puisque les peuples des origines et plus particulièrement les femmes zapotèques sont confrontées à des discriminations de genre, de classe et de race notamment. Ils et elles sont considérés comme subalternes et leur prise de parole en littérature va leur permettre d’accéder à une existence qui leur est presque niée, mais pour cela, ils doivent le faire en espagnol qui est la langue du dominant. Nous considérons que le recours à l’espagnol est un signe de la domination culturelle et linguistique qui est un résultat de la Conquête et qui reste encore présent dans la société. Ainsi, nous nous demandons dans quelle mesure le bilinguisme est-il une négociation identitaire vitale pour perpétuer et diffuser la culture zapotèque. Le bilinguisme, est une négociation identitaire qui met en avant ces relations de pouvoir qui structurent les différents groupes sociaux. Nous avons considéré que c’est ce que Natalia Toledo Paz dénonce dans les poésies de son recueil Guie’ yaase’ Olivo Negro. Elle se sert de la langue du colonisateur au détriment de sa langue des origines. En plus de ces tensions autour de la langue, sa poésie nous présente l’expérience des femmes zapotèques et nous en proposons l’analyse. Le cadre théorique est en grande partie fondé sur le travail de Spivak et sur le texte Les subalternes peuvent-ils parler à qui nous empruntons la réflexion et nous nous demandons si la communauté zapotèque et, entre autres, les femmes zapotèques peuvent parler, c’est-à-dire quelle valeur peut avoir leur parole. Nous adaptons au contexte des Zapotèques ce que propose Spivak dans son essai théorique afin de nous interroger sur plusieurs points : comment les Zapotèques ont-ils accès à la parole et au discours ? Comment peuvent-ils prendre place dans un discours légitime ? Comment peuvent-ils se faire entendre à partir d’une langue qui n’est pas partagée par la majorité ? Le nombre de locuteurs des langues des origines connaît un déclin important et le bilinguisme apparaît nécessaire puisque la littérature bilingue va parvenir à s’imposer au service d’une mémoire collective, de la sauvegarde de la langue et de la communication de la culture au-delà de la communauté. Pour éclairer le contexte, il y a un problème de terminologie fondamental qui se pose autour des peuples des origines et qui annonce le cœur de mon travail sur la langue et les enjeux du bilinguisme. La façon dont les individus qui appartiennent au peuple des origines sont nommés est remise au goût du jour avec les études décoloniales. Cette réflexion sur la façon dont on parle des individus qui appartiennent à une communauté ou une ethnie qui présente des différences est posée d’emblée. Concernant les objectifs atteints, nous avons restauré la poésie de Natalia Toledo Paz dans le domaine de la poésie créée en langue des origines par des femmes au Mexique ce qui nous a permis d’enrichir l’étude de la littérature en langue zapotèque créée par des femmes. Nous avons vu que les autrices et auteurs appartenant aux peuples des origines produisent une littérature de qualité qui est reconnue par des concours de littérature auxquels ils peuvent participer, mais toujours avec cette perspective bilingue et les négociations qui en découlent. Il est évident que vouloir imposer une langue unique sous prétexte de faciliter les échanges entre les peuples et entre les individus d’une même Nation est généralement une volonté hégémonique perçue comme une oppression par ceux dont la langue tend à disparaître. Ce bilinguisme est une négociation qui permet d’occuper une place de savoir et de pouvoir dans le champ de la culture et des lettres. La poésie de Natalia Toledo Paz propose une situation historique bien précise : celle du peuple zapotèque qui est confronté à la langue et à la culture du colonisateur. C’est-à-dire que le recueil en tant que tel et la poésie qu’elle propose dans le recueil nous montre ces négociations d’être autrice zapotèque, femme zapotèque et confrontée au Mexique bilingue. Finalement, nous avons vu qu’avec la littérature bilingue la communauté zapotèque a un espace pour s’exprimer et qu’elle le fait. Nous en sommes donc venues à la conclusion que oui, les femmes zapotèques peuvent parler, elles le font et nous les écoutons.

Tuğba Gökduman, « Les désirs d’entre-deux. La famille, la mobilité et la liberté revues à travers les jeunes femmes turques », dir. Nancy L. Green, EHESS

47Ce mémoire s’intéresse à la transformation récente des codes sexuels dans la Turquie contemporaine où la morale hétéro-conjugale interdisant toute forme de rencontre intime en dehors d’un mariage hétérosexuel, se juxtapose à un modèle d’intimité occidental jugé moderne, qui reconnaît de nouvelles formes de relations amoureuses, sexuelles et conjugales et diverses identités de genre. Plaçant l’histoire du contexte sociopolitique en Turquie en matière de genre et de sexualité dans un cadre plus global, la recherche présente d’abord comment les normes sexuelles qui disciplinent les corps et les désirs se sont reproduites dans les interprétations des préceptes islamiques, selon le concept d’honneur sexuel (namus), dans des structures patriarcales du Moyen-Orient, mais aussi en Turquie, du début de la République (fondée en 1923) jusqu’au gouvernement néolibéral et néoconservateur de l’AKP (Parti de la justice et du développement) d’aujourd’hui. À la lumière de cette introduction familiarisant le lecteur avec l’approche méthodologique et avec le contexte de la Turquie, le mémoire se concentre sur les trajectoires de dix jeunes femmes turques, quittant leurs foyers parentaux situés dans différentes villes de Turquie pour venir à Istanbul dans le cadre de leurs études au premier cycle. Cette mobilité individuelle aux motivations apparemment éducatives ou professionnelles, a bien plus à révéler : c’est la première fois que les jeunes femmes vivent en l’absence de surveillance parentale, d’intervention physique et de pression morale, ce qui les conduit à (ré)façonner leurs identités, leurs envies, leurs désirs sexuels et leurs intérêts en fonction des dynamiques différentes, déterminées par la distance géographique avec les parents, l’âge croissant, les milieux sociaux qu’elles commencent à fréquenter, le développement personnel, etc. En conséquence, la façon dont elles donnent sens à leur comportement sexuel change considérablement pendant cette période. S’appuyant sur les données obtenues sur le terrain à travers des entretiens semi-directifs menés avec des femmes (âgées de 21 à 25 ans, étudiantes ou récemment diplômées, sexuellement actives, célibataires sans enfant et vivant à Istanbul sans leurs parents), la partie du développement réunit la théorie et les données empiriques à travers trois grands titres : famille, mobilité et liberté. La première analyse comment les valeurs, l’autorité, les négociations et les conflits familiaux survenant au sujet de la sexualité façonnent la construction et la présentation de soi et les désirs sexuels chez les femmes. Bien que les parents ne soient pas ultimement oppressifs, leur pouvoir est souvent redouté et tout comportement sexuel contesté moralement par eux se fait donc clandestinement.

48La deuxième partie est celle où cette question de la clandestinité devient plus intéressante, car la mobilité à Istanbul signifie l’abandon de l’espace où règne l’autorité parentale et l’installation dans un nouveau lieu qui génère de nouveaux liens, de nouvelles valeurs, de nouveaux plaisirs, un nouveau sens de chez-soi et un accès sans précédent à la liberté. Cependant, il ne s’agit pas d’une transformation linéaire : la mobilité ne définit pas une rupture absolue entre ici et là-bas ; avant et après. Les liens familiaux et les attentes morales peuvent continuer à être aussi exigeants qu’avant et le contrôle sur la conduite sexuelle peut se perpétuer sous différentes formes. De même, les nouvelles valeurs ne sont pas toujours accueillies avec de joie et d’aisance ; leur intériorisation peut passer par un processus douloureux et hésitant. Le remaniement de l’identité fille définie exclusivement en relation avec la famille et l’auto-construction en tant qu’individu autonome et femme désirante ne se font pas sans heurts. Enfin, le troisième chapitre interroge le sens de la liberté sexuelle, telle qu’elle est comprise par les enquêtées. Il constate que la liberté sexuelle est recherchée et espérée parfois en opposition avec les interdits des normes dominantes de virginité. Pour autant, la transgression de ces interdictions (en se livrant à des activités sexuelles consistant en une pénétration vaginale), bien qu’un acte de rébellion et de résistance, ne signifie pas automatiquement l’exercice de l’agentivité sexuelle – la capacité d’agir de façon raisonnée et réfléchie. Dans ce sens, les nouvelles formes d’intimité à l’apparence moderne peuvent être aussi vécues comme contraignantes et normées que les formes plus traditionnelles.

Marine Griveau, « L’engagement des femmes imames et rabbins en France », dir. Franck Frégosi et Dilek Yankaya, Science Po Aix

49À l’instar du catholicisme français, les femmes juives et musulmanes ne cessent d’être repoussées du sanctuaire tant pour des questions de pudeur que par la critique masculine. Pourtant, des voix féminines se créent un chemin et font écho aux revendications des féministes séculières, elles aussi sociologiquement et socialement minorisées. Ferventes d’une mixité tout entière ou partisanes d’une féminité réinventée, les femmes des Livres refusent l’essentialisation du genre qui constituerait une stérilisation de la société. Issues de deux religions masculino-centrées, les revendications des femmes imames et des femmes rabbins cristallisent des normes sociales, politiques mais surtout identitaires. Ce sont ces axes que j’ai tentés de creuser dans le travail de recherche que j’ai mené sur l’engagement des femmes imames et rabbins en France. L’intérêt de cette démarche est, pour moi, de comprendre la volonté de ces femmes de redéfinir les bonnes pratiques professionnelles de l’autorité religieuse en accord avec des traits de caractère socialement attribués aux femmes. Mon travail repose sur des lectures diverses : ouvrages religieux, autobiographies ou encore articles scientifiques à la croisée de la sociologie des religions et de la sociologie des professions. J’ai par là même conduit une étude quasi médiatique des femmes imames et rabbins françaises afin d’apporter des éléments de contextualisation en amont des entretiens que j’ai menés avec certaines d’entre elles. Ces éléments m’ont appris comment l’engagement transparaît et s’articule dans un discours et quels sont les enjeux qui en découlent. Une approche comparatiste du judaïsme et de l’islam couplée aux discussions effectuées montre en quoi l’engagement vers une cléricature féminine est moins la source d’une vigueur militante féministe, que le reflet d’un parcours vers une forme de libéralisme en devenir de la religion vis-à-vis du genre et de ses pratiques. Pourtant, malgré leurs points communs, les revendications des femmes imames et des femmes rabbins diffèrent. Les revendications des femmes imames tendent à une reconnaissance de leurs mouvances religieuses actuellement minoritaires en France, tandis que le judaïsme libéral y est moins minorisé et y bénéficie d’une réelle institutionnalisation. L’accès au rabbinat ou à l’imamat par les femmes chamboule et soulève des enjeux d’éthique religieuse pour les membres des deux religions. Cependant on peut nettement observer qu’il s’agit d’une part d’un désir croissant conjoint à l’évolution des comportements sociaux, et d’autre part de la nécessité afin de tendre à une égalité de genre. La question qui a guidé mon travail est la suivante : comment certaines femmes en viennent-elles à exercer des responsabilités religieuses – au sein du judaïsme et de l’islam – et quel sens donnent-elles à leur engagement ? Au travers d’une rétrospective des trajectoires biographiques des femmes en question et d’une sociogenèse du processus d’engagement religieux féminin, j’ai pu mettre en lumière une dimension que je considère politique dans leur engagement. Identité, genre en religion et politisation de l’engagement sont des notions que j’ai pu interroger – notamment au travers du dialogue interreligieux – et qui viennent mettre en exergue un hybridisme identitaire (Horvilleur, 2013) venant bouleverser à la fois la domination religieuse prégnante dans la conjoncture française contemporaine, mais aussi la domination masculine. Peut-on alors parler d’une forme d’articulation des militantismes faisant écho à une quête légitimiste ?

Clémence Higounenc, « La conceptualisation du masculin dans l’œuvre des artistes femmes françaises et anglo-saxonnes, de 1968 à 2018 », dir. Christian Mange, Université de Toulouse

50Les artistes femmes portent-elles un regard spécifique sur le masculin ? Comment penser l’Autre lorsque l’on est soi-même assignée à la différence face à l’universel ? À travers l’étude d’œuvres d’artistes femmes françaises et anglo-saxonnes, ce premier travail dédié aux discours sur le masculin portés par les artistes femmes questionne l’altérité vécue depuis leurs expériences particulières au sein d’un système de domination genrée : le patriarcat. Ce mémoire cherche ainsi à savoir comment les artistes féminines contemporaines problématisent et conceptualisent la masculinité. L’art et l’histoire de l’art, disciplines où l’universel masculin est peu pensé puisqu’il est élevé au rang de canon, obligent les artistes femmes à la conscientisation de leur altérité ainsi qu’à un regard critique. Dans ce mémoire, le travail de décentrement du principe d’universel masculin dans l’art est mené grâce aux méthodologies féministes, principalement matérialiste, et grâce aux outils pluridisciplinaires : histoire, sociologie, philosophie et psychanalyse. La confrontation de discours artistiques avec les travaux des sciences humaines permet d’envisager une conceptualisation élargie des masculinités et d’en dégager les points de rapprochement, voire les interactions et correspondances. Ainsi, un premier corpus est éclairé par le travail de la sociologue Raewyn Connell qui pense les masculinités dans une perspective relationnelle, selon leur hiérarchie et leurs spécificités. Sous l’angle de la masculinité hégémonique est étudiée l’œuvre de Karen Knorr qui met en image le patriarcat traditionnel en photographiant un club de gentlemen londoniens, lieu de pouvoir politique, économique et patriarcal. Sue Williams, dont l’œuvre présente une vision violente des rapports entre les genres, issue de son vécu, signifie la dimension la plus explicitement brutale de la masculinité toute puissante. Enfin, Sarah Vadé choisit l’angle de la culture populaire puisqu’elle problématise et historicise la masculinité emblématique du magazine Playboy. À l’intersection entre race et genre, le discours d’Adrian Piper autour de la masculinité s’inscrit dans les « masculinités marginalisées » théorisées par Raewyn Connell. Pour l’artiste américaine, qui met en lumière les stéréotypes discriminants relatifs à la masculinité noire, le genre sert avant tout à mieux dire la race, la figure de l’homme noir représentant l’altérité menaçante d’une société raciste. La psychanalyse, notamment freudienne et lacanienne, tient de même un rôle important dans cette étude, car elle permet d’appréhender les problématiques entourant les représentations du phallus. La psychanalyse est par ailleurs un outil régulièrement utilisé par les historiennes et critiques d’art féministes depuis les années 1970 (Laura Mulvey, Griselda Pollock). Le travail d’Annette Messager au cours des années 1970 fait ainsi appel aux théories freudiennes, qu’elle utilise jusqu’à la parodie dans sa lecture des relations hommes-femmes. Enfin, grâce à l’apport du travail de Judith Butler, l’œuvre de Sarah Lucas permettra de comprendre le rôle du regard dans la domination masculine et l’utilisation subversive par l’artiste des codes de la masculinité, dans des autoportraits qui interrogent les codes genrés et ses représentations. Ces correspondances entre pratiques artistiques et sciences sociales permettent finalement de rejoindre l’historienne de l’art Abigail Solomon-Godeau, selon laquelle « non seulement la culture visuelle est produite par l’idéologie de genre, mais […] en est généralement une active productrice ». Nous constatons ainsi l’utilisation partagée de codes de représentations pour dire les hommes ou la masculinité. De même apparaît la façon dont la masculinité peut servir à dire la race, dans le cas d’Adrian Piper, mais aussi la sexualité : l’hétérosexualité peut aller jusqu’à signifier directement la masculinité. Pour les artistes femmes, l’investissement d’un discours sur le masculin est toujours synonyme d’une forme de transgression de genre. En investissant le terrain de la masculinité, ces artistes rendent visible une hégémonie masculine. Elles dévoilent la violence de genre, les structures de pouvoir et celles du regard ou encore les projections du désir. Le résultat est une dénaturalisation des catégories de genre, ainsi qu’un phénomène de dé-neutralisation du masculin, de mise en évidence de son caractère construit et de ces biais interprétatifs. Avant tout, ces artistes mettent en valeur la dimension oppressive de la masculinité.

Bruna Holderbaum, « Le smoking au féminin (1925-1938) », dir. Pascale Goetschel, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

51L’habillement joue un rôle central dans la construction sociale de la différence entre les sexes. Le vêtement affiche sur les corps les codes de binarité qui divisent le monde occidental. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la mode occupe une place importante dans le débat public. S’y expriment les anxiétés sociales à propos des effets de la guerre sur les relations de genre. Dans le sillage des transformations de l’apparence féminine acquises par le mouvement pour la réforme du costume à la fin du xixe siècle, la mode s’inspire des lignes masculines. Le smoking, pièce d’origine anglaise, jusque-là exclusivement réservée aux hommes, est alors adapté et adopté par les femmes. Sophistiqué, tout en demeurant sobre, dans son association entre le noir et le blanc, ce costume atteint son apogée après la Grande Guerre parmi la population masculine qui l’adopte comme la tenue ad hoc exigée pour de nombreuses activités de la vie mondaine. Il fait alors partie de la garde-robe de l’homme moderne et participe à l’uniformisation de l’image masculine. La création d’un smoking au féminin reflète le moment de déstabilisation dans l’ordre du genre qui s’opère pendant l’entre-deux-guerres où le port des vêtements à l’allure androgyne est perçu comme un langage visuel de la libération féminine. À partir de l’analyse de différentes sources issues principalement de la presse écrite, cette étude se propose d’éclairer les différentes logiques qui ont conduit les femmes à adopter le smoking dans les années 1920 et 1930. Au-delà de la presse de mode qui renseigne sur la réception des vogues de ce costume, l’étude des quotidiens généralistes témoigne de la polémique que provoque dans la société cette création de haute couture. L’attention portée à l’évolution des mœurs et à la masculinisation de l’apparence féminine dans les caricatures de l’époque justifie l’ajout au corpus des revues satiriques. Enfin, les journaux produits par le mouvement féministe permettent de croiser les enjeux liés à l’apparence avec les revendications des militantes de la première vague. À travers l’observation des usages et de la réception du smoking féminin, celui-ci va se révéler tour à tour objet de mode et symbole de transgression. Le smoking proposé par la haute couture – lieu d’excellence de la création féminine à la française – se conforme aux nouveaux canons de féminité de l’époque. Adapté par des couturiers et tailleurs parisiens, l’ensemble habillé devient un costume aux déclinaisons multiples. Le beau sexe dispose désormais d’un smoking corrigé rien que pour lui. Sa version dédiée aux femmes connaîtra une vogue entre les années 1925 et 1927, période au cours de laquelle elle sort des magazines et rubriques de mode pour envahir les pages des quotidiens et hebdomadaires, et s’imposer dans le débat public. À une époque où l’idéal de féminité réside dans une allure androgyne aux cheveux courts et silhouette tubulaire, cette tenue, qui cristallise l’air du temps, fait l’objet de critiques, de caricatures et de commentaires grivois issus d’une rhétorique antiféministe. Malgré les tentatives de féminisation du costume, l’appropriation d’un vêtement codé comme masculin fait controverse. La peur de la virilisation de l’apparence féminine, engendrée par le port du smoking, suscite le fantasme de l’indifférenciation des sexes et la crainte d’un dépeuplement de la France provoqué par le refus de la maternité de la femme moderne. Une décennie plus tard, une nouvelle vogue de smokings féminins fait son retour dans les magazines de mode. Le costume s’adapte à la silhouette de la décennie : la taille revient à sa place et les galbes du corps féminin sont à nouveau mis en valeur. En 1936, ce sont les stars qui dictent ce qui est ou non à la mode, et ce malgré les efforts de la couture parisienne pour continuer à donner le ton. L’image ambiguë de Marlène Dietrich en costume masculin, sur scène et dans sa vie privée, érotise le port de vêtements masculins par les femmes et fascine le public. Synchroniquement les lesbiennes, de plus en plus visibles, reprennent le smoking féminin, cette fois-ci plus « classique », noir, associé à une chemise à plastron et à une cravate nœud-papillon. Dès la fin du xixe siècle, le style qui prédomine chez les lesbiennes dérive du modèle du dandy ; les tailleurs bien coupés étaient expérimentés comme une libération et mettaient en valeur la revendication d’une existence hors des canons de la féminité. Cette tenue devient « l’uniforme saphique » dans les représentations des lesbiennes des milieux intellectuel et artistique, dans les soirées de Montmartre comme dans celles de Montparnasse. Alors qu’en suivant la tendance de 1926-1927, les lesbiennes profitaient de l’ambivalence suscitée par l’apparence à la garçonne, dans la décennie suivante, l’allure masculine est fortement associée aux identités sexuelles déviant de la norme hétérosexuelle. Le costume participe alors à la construction identitaire des femmes viriles et à une esthétique queer.

Marina Hurtado Moran, « Les femmes espagnoles dans la Résistance française : Engagements et homologations des femmes nées en Espagne des archives du bureau Résistance », dir. Charlotte Vorms et Mercedes Yusta Rodrigo, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

52La participation des Espagnols dans les maquis du Sud de la France ou encore la libération de Paris par les combattants de la Nueve sont des faits connus des historien·ne·s et de plus en plus intégrés à la mémoire collective française. Pourtant, leurs homologues féminines, les femmes espagnoles qui se sont également engagées contre le régime de Vichy et l’occupation allemande, ont été longtemps négligées. C’est leur engagement dans la Résistance et leurs spécificités en tant qu’Espagnoles, mais surtout en tant que femmes que veut analyser cette recherche dans une perspective de genre. D’où viennent-elles ? Qui sont-elles ? Dans quelles organisations militent-elles ? Quelles fonctions peuvent-elles prendre en charge, en tant que femmes, dans la Résistance ? À partir des archives du bureau Résistance du Service Historique de la Défense, nous étudions les femmes nées en Espagne qui demandent à être homologuées au nom des Forces Françaises Combattantes, des Forces Françaises Intérieures et de la Résistante Intérieure Française ou qui demandent le titre de Déportée et Internée de la Résistance. Cela permettra de comprendre également les particularités de leurs démarches auprès de l’administration militaire.

Clélia Lacam, « Le Bleu et le Noir. Subalternité et transgression dans une mission au féminin (Gabon, 1911-1955) », dir. Anne Hugon, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

53En novembre 1911, deux jeunes Gabonaises endossent pour la première fois le costume religieux, composé d’une robe bleue et d’un voile noir spécifiquement dessinés pour elles. Cette prise d’habit – pionnière dans l’histoire de la colonie du Gabon – se place d’emblée sous le signe de la subalternité, comme en témoigne la symbolique des couleurs choisies. Le costume des religieuses gabonaises présente une filiation indéniable avec celui des Sœurs bleues, missionnaires françaises ayant participé à leur fondation. Cependant, une discrimination par la couleur se dessine implicitement : le voile noir, prétendument constitutif de leur africanité, révèle au contraire le refus de l’assimilation des Gabonaises à leurs consœurs françaises, par la séparation en deux congrégations distinctes. Ce mémoire explore l’expérience féminine de la mission, envisagée sous l’angle des rapports de force. Si les missionnaires prétendent former une grande famille aux relations harmonieuses, tous s’inscrivent pourtant dans une structure hiérarchisée de domination et de subordination. Les religieuses africaines sont soumises à la tutelle des Sœurs bleues qui établissent sur elles un véritable contrôle des comportements et des esprits. Toutes ces femmes doivent par ailleurs se plier au joug de l’autorité masculine des Pères spiritains. Toujours considérées comme d’éternelles auxiliaires, les religieuses doivent composer avec une hégémonie masculine inscrite aux fondements mêmes de l’Église catholique. Pour autant, peut-on affirmer qu’être religieuse au Gabon entre 1911 et 1955 constitue une expérience de subalternité insurmontable ? Afin de mieux embrasser l’enchâssement des processus et la multiplicité des acteurs, il faut puiser à des sources plurielles – pour lesquelles il convient de garder à l’esprit l’existence d’une double domination par l’écrit, à la fois genrée et coloniale. Les documents manuscrits apportent des indications précieuses pour étudier cette expérience religieuse, qu’il s’agisse de sources masculines (conservées aux Œuvres Pontificales Missionnaires à Lyon ou dans les archives des Spiritains à Chevilly-Larue) ou féminines (détenues essentiellement par les couvents des Sœurs bleues à Castres et à Rome). Correspondance administrative avec les Supérieur·es, lettres à la tonalité plus personnelle, circulaires ou nécrologies constituent une grammaire des relations de pouvoir missionnaires. En parallèle, revues, brochures, mais également photographies et film de propagande construisent des représentations qui valorisent l’apostolat féminin, entre œuvres civilisatrices et aventures exotiques. Ce corpus documentaire permet d’étudier les multiples facettes de l’expérience missionnaire féminine au Gabon, micro-histoire longtemps restée impensée. En effet, si les recherches sur les femmes et le genre en Afrique ont acquis récemment leurs lettres de noblesse (sous l’égide de Rachel Jean-Baptiste dans le cas du Gabon), les études sur les femmes missionnaires s’inscrivent à l’inverse dans un angle-mort historiographique (exploré par de rares universitaires, tels Sarah Curtis ou Jean-Marie Bouron). Étudier l’histoire des religieuses du Gabon au début du xxe siècle, c’est donc interroger les processus de subalternité, mais aussi de transgression à l’œuvre dans l’apostolat. En premier lieu, un véritable millefeuille hiérarchique structure cette « servitude volontaire » missionnaire, qu’il s’agisse d’une cascade d’autorités masculines ou d’un « matriarcat étagé » (Phyllis Martin), les sœurs gabonaises occupant toujours le bas de l’échelle des pouvoirs. Néanmoins, dès avant la Seconde Guerre mondiale, les religieuses ont multiplié stratégies et initiatives pour revendiquer une modeste agency. Les Sœurs bleues se créent des interstices de liberté dans leur vie active d’apostolat, jusqu’à être tentées parfois par l’insoumission, voire la résistance à l’égard des Spiritains. Les sœurs gabonaises, quant à elles, dépassent leur statut d’éternelles victimes de l’oppression masculine et coloniale en investissant de modestes marges d’autonomie. Enfin, la césure de la Seconde Guerre mondiale s’avère cruciale dans la genèse de cette émancipation féminine. Un véritable conflit genré s’engage entre Spiritains et Sœurs bleues, ces dernières accédant progressivement à l’indépendance par la lutte. Les religieuses gabonaises, pour leur part, n’atteignent pas le haut degré d’autonomie conquis par leurs consœurs : si elles s’érigent contre la tutelle autoritaire de leurs « mères françaises » (obtenant la nomination d’une Supérieure générale gabonaise en 1955), elles ne repoussent pas l’hégémonie spiritaine, jugée moins invasive. Entre « décolonisation chrétienne » et émancipation féminine, toutes ces religieuses affichent une égalité supposée, quittant symboliquement la robe bleue ou le voile noir pour partager ensemble le costume blanc de la missionnaire.

Hermine Laffaire, « Ruth Harriet Louise (1903-1940). L’envers du décor hollywoodien », dir. Arnaud Maillet, Sorbonne Université

54Un portrait de cinéma est un mystère, une énigme que celui qui la voit tous les jours parce qu’elle est accrochée sur son mur, ne pourra jamais percer. Connaître par cœur un regard, un geste, un sourire, garder cette image ancrée dans sa mémoire et malgré cela, rester incapable de dire ce qu’elle recèle tout en ayant tissé avec elle une intimité, peut-être inconsciente mais profonde, ne serait-ce pas là ce qui en fait un objet de fascination aussi anodin que merveilleux ? De quelles circonstances, de quelle intensité, de quels souvenirs une photographie de cinéma est-elle chargée ? Quels mots ont-ils été dits, quelles indications ont-elles été données pour saisir cette expression particulière, à cette fraction de seconde précise ? Toutes les photographies de cinéma ne poussent pas à s’interroger de cette manière. Certains portraits restent muets, le regard désincarné, le visage lisse. D’autres en revanche sont si justes, si vifs et si parfaitement maîtrisés qu’ils paraissent respirer. Présences de papier, discrètes, impénétrables et si peu figées qu’on les croirait prêtes à cligner des yeux. L’œuvre de Ruth Harriet Louise (1903-1940) est de celles-là. Elle fut la directrice du département des portraits du studio de la Metro Goldwyn Mayer entre 1925 et 1932. Sa carrière, bien que brève, est pléthorique et son rôle prépondérant est visible à travers la richesse de sa production, constituée de plus de 100 000 photographies qui permettent d’approfondir son rapport aux modèles dans le cadre de la promotion d’un film ou du lancement d’une vedette. Greta Garbo ou Joan Crawford font partie des nombreuses personnalités prestigieuses que Louise révèle dans toute leur multiplicité, comme pour en extraire la myriade de rôles qu’elles n’auraient pas le temps d’interpréter à l’écran. Cette galerie de portraits est un kaléidoscope de regards, de scintillements et de tissus qui semblent tous être le début d’une conversation potentielle tant l’expressivité des visages et des corps nous prend à parti. La perfection de leur équilibre nous arrête, leur attitude nous saisit et c’est en notre fascination réitérée et perpétuée que semble résider le véritable miracle. Son statut de pionnière pourrait, par ailleurs, permettre d’interroger le silence bibliographique qui va jusqu’à légender certaines des photographies de Louise comme étant anonymes. Fort heureusement, d’autres sources s’avèrent incontournables. En tout premier lieu, le livre de Robert Dance et de Bruce Robertson paru en 2002 : Ruth Harriet Louise and Hollywood glamour photography, catalogue de l’exposition qui avait été consacrée à Louise entre 2002 et 2003 aux États-Unis, constitue un point de départ essentiel : sa structure est claire, les reproductions photographiques nombreuses et bien sélectionnées donnent une idée très juste de la diversité de son travail. Il faut ajouter à cela les ouvrages édités par John Kobal, grand historien de photographies de cinéma, qui s’est toujours attaché à valoriser particulièrement le travail de Louise. De plus, une exposition mise en ligne jusqu’en novembre 2021, intitulée : « Women and photography – ways of seeing and being seen » est organisée dans le cadre du festival de photographie d’Oxford. Philip Grover (conservateur au Pitt Rivers Museum de l’Université d’Oxford) y présente Louise en une trentaine de clichés, des plus connus aux plus confidentiels, ainsi qu’un texte chronologique extrêmement didactique. C’est surtout dans la presse que l’on trouve beaucoup de documents permettant de faire sortir l’œuvre de Ruth Harriet Louise de l’ombre. Qu’il s’agisse d’articles écrits de son vivant tel que celui de son amie journaliste Katherine Albert en 1928 ou d’articles posthumes tel que celui de Christian Viviani pour Positif en 2017, ils ont tous contribué à lui offrir une visibilité non négligeable dans la presse spécialisée internationale. C’est donc ce socle bibliographique qui a permis à la présente recherche de s’interroger spécifiquement sur la puissance du regard de Ruth Harriet Louise : avait-elle conscience de porter, en tant que femme, un regard d’exception sur le milieu hollywoodien essentiellement masculin au sein duquel elle évoluait ? Ses responsabilités, son influence et son pouvoir lui permirent-ils de se charger d’un sens critique et d’une audace encore inédite ? Deux conclusions majeures se dessinent : d’une part la posture de conteuse prise par Ruth Harriet Louise permet à chaque modèle de se différencier et d’être aussi identifiable et unique que possible plutôt que de se fondre dans un moule esthétique hollywoodien global. Par ailleurs, sa sensibilité à la création contemporaine qui l’entoure lui permet de faire preuve d’une audace et d’une ironie volontiers transgressives et radicalement modernes. L’ensemble de son œuvre témoigne, au-delà de sa qualité technique et plastique, de son excellence et de la sûreté de son regard.

Lou Le Joly, « Droit de vote et travail des femmes : l’engagement artistique et politique du Suffrage Atelier (Royaume-Uni, 1909-1914) », dir. Anne Lafont, EHESS

55Ce mémoire retrace l’histoire du Suffrage Atelier, une société d’artistes formée à Londres en 1909 afin de soutenir la campagne pour le droit de vote des femmes au Royaume-Uni. Il s’appuie sur une bibliographie d’histoire et d’histoire de l’art et sur des archives anglophones – presse, pamphlets, correspondances et rapports annuels d’organisations suffragistes, conservés à la British Library, au Museum of London et à la Women’s Library. La première partie de ce travail replace le Suffrage Atelier dans l’histoire du suffragisme britannique. L’art joue un rôle central dans cette campagne qui, au début du xxe siècle, tente d’imposer ses revendications dans l’espace public par la circulation des images et la mise en scène des corps, et mobilise donc de nombreuses créatrices. La figure de l’artiste est aussi mise en avant : elle symbolise la contribution des femmes à la vie culturelle – qui justifierait un accès au vote fondé sur le mérite – et rappelle les discriminations à l’œuvre dans le monde du travail. S’inscrivant dans cette quête de visibilité, le Suffrage Atelier produit de nombreux dessins de presse, affiches et cartes postales qui constituent le corpus principal de ce mémoire. La majorité des membres du Suffrage Atelier sont des créatrices professionnelles ou semi-professionnelles, ayant reçu une éducation artistique formelle et/ou vivant de leur travail artistique. Leur adhésion résulte souvent de réseaux amicaux, professionnels ou militants : certaines artistes y voient le prolongement d’un engagement politique préexistant, tandis que d’autres rejoignent des voisines ou camarades de formation. Beaucoup appartiennent à plusieurs organisations suffragistes, ce qui ouvre au Suffrage Atelier de multiples possibilités de collaboration. Il inaugure ainsi en 1912 un partenariat avec la Women’s Freedom League et son journal The Vote, auquel il fournit des illustrations. La deuxième partie de ce mémoire revient sur le fonctionnement interne du Suffrage Atelier, envisagé comme une société d’artistes femmes dont les membres développent une pratique créative indépendante de leur mobilisation politique. Le Suffrage Atelier soutient leur reconnaissance professionnelle en organisant des expositions et en rémunérant ses illustratrices. Il est aussi un espace de sociabilité et d’affirmation identitaire : l’installation dans un local dédié à la pratique artistique dénote le sérieux de cette activité, tandis que l’organisation de réunions dans le cadre domestique instaure un espace de discussion mi-privé mi-public, permettant d’échanger idées et expériences et de développer un réseau professionnel – dans une logique similaire à celle d’autres sociétés d’artistes femmes, dont le Suffrage Atelier se distingue toutefois en combinant explicitement revendications professionnelles et quête d’émancipation politique. Le Suffrage Atelier est par ailleurs proche du mouvement Arts and Crafts dans les réseaux amicaux et professionnels de ses membres, mais aussi dans le mode de production et le contenu de ses affiches et cartes postales qui témoignent d’une sensibilité commune aux idéaux socialistes. Toutefois, le Suffrage Atelier ne rejette pas entièrement les techniques modernes : son soutien à la professionnalisation des artistes femmes passe aussi par l’organisation de séances de formation permettant d’acquérir un savoir-faire davantage adapté aux demandes du marché et de l’imprimerie industrielle. La troisième partie de ce mémoire est consacrée à l’analyse des affiches, cartes postales et dessins de presse du Suffrage Atelier, replacés ici dans la rhétorique suffragiste, dans la culture visuelle de l’époque et dans une histoire du travail féminin. Certaines images présentent les femmes comme des actrices économiques définies par leur profession – journalistes, secrétaires, infirmières, etc. Ces visuels soulignent ainsi la diversité du mouvement suffragiste et le rôle des femmes dans la vie de la nation – le mérite justifiant, là encore, l’accès au droit de vote. D’autres visuels mettent en scène des ouvrières, des « travailleuses de la sueur » et des prostituées, en écho aux inquiétudes contemporaines sur la traite des Blanches ou sur l’insalubrité des usines – formes d’exploitation économique et sexuelle auxquelles seul le suffrage féminin pourrait remédier. À l’inverse, les employées de maison sont presque absentes de la production visuelle du Suffrage Atelier qui ne peut évoquer la difficulté de leur travail sans suggérer un conflit de classes interne au suffragisme. Ces images ne visent donc pas tant à refléter la réalité qu’à servir les besoins argumentatifs de cette campagne qui réclame avant tout l’abolition du critère de sexe dans les conditions d’accès au corps électoral, indépendamment des conditions de propriété et de résidence alors en vigueur.

Enora Le Marhollec, « Les cinéastes françaises et le 7ème Art au service de la libération des femmes des années 1970 » dir. Christine Bouneau, Université Bordeaux Montaigne

56Ce mémoire s’inscrit dans plusieurs champs de recherche historique (femmes, politique, cinématographie, temps présent, culture, sociologie, arts visuels, presse) et, s’intégrant dans le cadre d’un Master de recherche, ce sujet participe à l’axe Pouvoirs et Espaces Politiques du xvie au xxie siècle proposé par l’Université Bordeaux Montaigne. Ces recherches interrogent les liens étroits qui existent entre la condition des femmes, le cinéma et la politique de la fin des années 1960 aux années 1970 en France. La problématique s’inspire de la citation de Simone de Beauvoir de 1949, « N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant », qui nous amène à nous poser la question suivante : de l’écho de mai 1968, au premier Festival International de Films de Femmes de Créteil de 1979, par quels moyens les cinéastes françaises ont-elles participé à l’émancipation de la femme à travers une plus grande représentation du genre féminin au cinéma ? Grâce à l’affirmation progressive des femmes dans les mondes politique et cinématographique dans les années 1970, il s’agit de déterminer les vecteurs politiques, sociaux et culturels qui provoquent la déconstruction des stéréotypes culturels et traditionnels qui vont permettre aux revendications féministes de s’inscrire dans le paysage historique du xxe siècle. Ainsi, les travaux des spécialistes du féminisme telles que Michelle Zancarini-Fournel et Françoise Thélamon, sur l’histoire politique des femmes au xxe et xxie siècle posent les bases de ce sujet de recherche. De plus, élément incontournable de ce sujet, le cinéma joue un rôle essentiel dans l’interprétation des facteurs évolutifs ou régressifs de la condition des femmes. C’est un outil de communication massif qui sert et dessert les luttes féministes et antiféministes des xxe et xxie siècles. Cette politisation du cinéma est un thème encore d’actualité étudié par les spécialistes du septième art (Geneviève Sellier, Hélène Fleckinger) qui analysent la cinématographie comme étant un levier essentiel dans la lutte pour les droits des femmes. Pour répondre à la problématique et comprendre comment le cinéma et les réalisatrices influencent les événements politiques de la période, plusieurs types de sources sont utilisés dans ce travail de recherche. Dans un premier temps, ce sont des supports audiovisuels qui sont analysés. Tels que les films, les documentaires et les courts-métrages qui sont au cœur de la réflexion de ce mémoire pour l’image qu’ils renvoient de la société. Ces sources sont complétées par l’étude biographique des réalisatrices, actrices et collectifs de réalisation ayant directement contribué à l’émancipation des femmes. Pour cibler et trouver les documents nécessaires à l’écriture de ce mémoire, le Guide des sources de l’histoire du féminisme – De la Révolution française à nos jours de Christine Bard a permis la consultation de nombreux sites d’archives, dont le Centre des Archives Féministes de l’Université d’Angers. D’autres archives plus « classiques » telles que les archives parlementaires, d’associations ou de partis sont utilisées pour étayer la réflexion de ce mémoire. L’ensemble de ces sources s’appuie sur des ouvrages spécifiques à nos champs de recherche afin de donner sens au sujet. Ainsi, ce mémoire tend à analyser les variations culturels, sociales et politiques relatives à l’émancipation des femmes et à l’implication des réalisatrices dans les années 1970. Il en résulte que cette décennie est une période clef dans l’histoire des femmes, animée d’une rare intensité et marquée par des révolutions politiques et sociales ayant abouti à la loi Veil de 1975 et la déconstruction des stéréotypes dans la société. Toutefois, l’effet de déflagration s’essouffle peu à peu à l’aube des années 1980, l’ensemble des revendications féministes ne parvient pas à s’ancrer durablement et la société retombe peu à peu dans un confort traditionnel qui est par essence patriarcal. Dans ce sens, ce sujet de mémoire est une introduction au sujet de thèse en préparation qui, à la suite de l’affirmation des femmes dans les mondes politique et cinématographique des années 1970, cherche à déterminer les vecteurs politiques, sociaux et culturels qui provoquent des vagues d’antiféminisme dès les années 1980.

Chloé Luneau, « “Shoulder to shoulder”. L’émergence de mouvements LGBT dans la République d’Irlande et en Irlande du Nord, face aux enjeux de la partition irlandaise (1971-1986) », dir. Isabelle Lespinet-Moret, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

57Ce mémoire propose d’étudier la formation de mouvements LGBT en Irlande, en prenant le parti de ne pas restreindre le terrain de recherche à une seule des deux entités politiques formées par la partition de 1921. Les premières organisations LGBT sur l’île émergent dans les années 1970, à un moment où la frontière, la question nationale et celle des identités irlandaises et nord-irlandaises sont sources de conflits renouvelés. Il s’agit ainsi d’interroger ces mobilisations à l’aune des enjeux nationaux propres à la République d’Irlande et à l’Irlande du Nord. D’emblée, un premier paradoxe apparaît. Malgré la division de l’île et une réforme de la loi en Angleterre même, de part et d’autre de la frontière, la loi victorienne de 1861 est toujours en vigueur et rend les relations homosexuelles masculines passibles de dix années de prison. Cette loi traduit, selon Chrystel Hug, l’existence d’un ordre moral répressif sur la question des politiques sexuelles dans la République, qui semble être en réalité partagé sur l’ensemble de l’île. Au-delà de l’aspect législatif, le faisceau de discriminations, de tabous et de risques physiques et surtout sociaux qui touchent l’ensemble des personnes LGBT de part et d’autre de la frontière témoigne d’une homogénéité des attitudes face aux homosexualités et aux transgressions de genre sur l’île, dépassant ainsi sa division politique et juridique. C’est sur ce premier constat que se fonde l’interrogation quant aux effets de la partition sur la forme et les revendications des mobilisations LGBT en Irlande du Nord et dans la République. Cette question recouvre ainsi plusieurs aspects. Il s’agit tout d’abord de déterminer si la similarité des revendications LGBT sur l’ensemble de l’île donne lieu à une coopération transfrontalière, voire à un mouvement LGBT pan-irlandais, ou si la division politique de l’île se retrouve dans la forme prise par les mobilisations. D’autre part, la contemporanéité de ces revendications et du renouveau, de plus en plus violent, du conflit nord-irlandais pose la question des potentielles interactions entre ces différentes problématiques et plus généralement du degré de politisation des mobilisations LGBT. Ce travail s’appuie en premier lieu sur les fonds d’archives déposés par les organisations LGBT à Dublin, Cork et Belfast, ainsi que quelques archives personnelles collectant lettres, tracts, affiches, photographies, comptes rendus et journaux. Une vingtaine d’entretiens réalisés en Irlande du Nord et dans la République d’Irlande auprès de militants et militantes actif·ive·s dans les années 1970-1980 viennent compléter ces premières sources et éclairer davantage l’étude des différentes formes de militantisme LGBT en Irlande avant que la lutte contre le sida ne centralise véritablement les efforts. Le début des années 1970 marque un premier temps de formation des mouvements LGBT en Irlande. La précocité nord-irlandaise semble traduire l’effervescence des revendications sociales des années 1968 en Irlande du Nord. Les premiers groupes formés sont des sociétés étudiantes qui reprennent le terme de « libération gaie » aux Gay Liberation Front anglais et américain, et dont le vocabulaire indique une remise en cause de la société, de ses normes de genre et de son hétéronormativité. C’est dans la seconde partie des années 1970, après une tentative avortée d’organisation irlandaise unifiée, que s’entérine la formation de deux mouvement LGBT distincts à travers des organisations dites nationales et dont le militantisme se concentre sur la réforme législative. Le tournant des années 1970-1980 voit une nouvelle génération de militant·e·s développer de nombreux groupes et collectifs en dehors des organisations institutionnalisées, et mettre en avant d’autres formes de revendications et de militantisme. À la fois plus politisés et plus radicaux, ces groupes témoignent de l’influence du féminisme (à travers leur plus grande attention à la mixité) et de l’impact du contexte politique, notamment en Irlande du Nord avec la mobilisation contre l’internement des militant·e·s républicain·e·s. Ces collectifs, moins nombreux, sont porteurs de nouvelles interactions transfrontalières qui interrogent le non-sectarisme revendiqué de l’organisation nord-irlandaise officielle. Cette position semble alors passer par la mise sous silence des enjeux politiques en Irlande du Nord plutôt que par un réel dépassement des divergences potentielles. Enfin, la question du militantisme lesbien se pose tout au long du mémoire, interrogeant notamment les modèles de mobilisations de militantes invisibilisées dans la société, dans la loi et dans une partie des organisations. Moins intéressées par la réforme d’une loi qui ne les concerne pas, au contraire des interdictions d’IVG ou de divorce par exemple, leurs revendications reposent d’emblée sur une remise en cause profonde des normes sociétales et s’organisent autour de plusieurs centres formant des réseaux de communications sur l’ensemble de l’île.

Lucas Marchand, « “Nous sommes maintenant une force et nous avons le devoir d’élever la voix”. Les mouvements sociaux des femmes démobilisées et l’exclusion des travailleurs coloniaux à la fin de la Première Guerre mondiale », dir. Isabelle Lespinet-Moret, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

58Pendant la Première Guerre mondiale, l’État français ordonne la mobilisation industrielle des femmes et des travailleurs coloniaux afin de soutenir l’effort de guerre, prenant la relève des hommes partis au front. Les secteurs industriels concernés, en premier lieu la métallurgie, connaissent une irruption de « catégories spécifiques de main-d’œuvre » (Anne-Sophie Bruno) perturbant la division du travail et conduisant à sa reconfiguration autour de nouvelles structures inégalitaires au sein des usines (Laura Lee Downs). Ces inégalités se perpétuent au sein-même de la classe ouvrière, dans laquelle les femmes tiennent une place particulière, ségréguée, sur le côté. Pourtant, les grands mouvements sociaux pendant la guerre sont féminins, en particulier au printemps 1917. Cette place prépondérante et visible des femmes dans l’espace public du monde du travail est remise en question dès le lendemain de l’armistice, où le gouvernement les appelle à quitter ces usines et reprendre leurs occupations d’avant-guerre, les poussant ainsi hors du projecteur braqué sur elles pendant le conflit, les reléguant à l’arrière-scène, à leur invisibilité « naturelle » (Michelle Perrot). Ce mémoire cherche à montrer que cet appel au retour des femmes à leur foyer, malgré son relatif succès, ne se fait ni naturellement ni facilement : des refus, des résistances nombreuses et protéiformes existent. Au-delà des mouvements sociaux des ouvrières licenciées des usines de guerre, ce travail étudie le moment de l’après-guerre comme un évènement, où se conjuguent une volonté masculine de retour à l’ordre ancien, de réaffirmation des valeurs viriles, en même temps que l’espoir de plus de liberté et d’égalité entre les sexes, avec la perspective du droit de vote par exemple. Les munitionnettes licenciées se battent pour pouvoir se maintenir dans le monde de l’usine et ne pas revenir aux travaux féminins moins payés et davantage encore dévalorisés (Catherine Omnès). Dans un second temps, une fois ces licenciements inéluctables, elles se battent pour obtenir des indemnités, et même pour toucher un chômage, les faisant reconnaître comme des travailleuses à part entière. En revanche, la situation des travailleurs appelés des colonies est différente : qualifiés d’indésirables, il n’est pas vraiment question de leur futur qui doit se faire loin de la métropole. Les possibilités d’agir sont bien plus faibles pour ces acteurs, et nous ne pouvons que constater leur absence criante des sources que nous étudions. Militarisés, ils ne peuvent pratiquer de réelle grève. En revanche, les grèves de 1919 dans l’Habillement, secteur fortement féminisé, et dans la Métallurgie ont été examinées dans ce mémoire, de manière quantitative et qualitative afin de décrire l’expérience militante vécue par les ouvrières en cet après-guerre, où le retour des hommes se fait aussi dans les syndicats. Les cadres militants souhaitent en effet récupérer leurs prérogatives vues comme masculines après les grèves féminines de 1917. Les grèves de 1919 sont analysées comme un moment dans la fonctionnalisation de la grève par la CGT qui cherche à retirer le pouvoir décisionnel des femmes dans ces mouvements en en empêchant la spontanéité. Un dissensus genré semble se creuser entre une base ouvrière féminisée qui s’éloigne de l’état-major syndical masculin, viril, qui veut contrôler les agissements de ces ouvrières dans l’espace public. Cependant, l’étude des revendications, des discours ou des prises de paroles plus discrètes des femmes, syndicalistes et militantes, nous indique que malgré les « forces conservatrices » (Françoise Thébaud) à l’œuvre en cet après-guerre, elles avaient acquis une conscience très poussée de leur situation, mais possédaient aussi de véritables leviers d’actions, d’idées pour lutter contre ce qu’elles diagnostiquaient comme une domination masculine. Une volonté de s’organiser et d’agir de manière commune existait et montre un souhait d’émancipation fort.

Florine Morant, « Maternité et pouvoir(s) : les représentations de la figure maternelle dans le cinéma français de 1945 à 1955 », dir. Christine Bouneau, Université Bordeaux Montaigne

59La décennie 1945-1955 est marquée par des mesures qui modifient le quotidien des mères françaises, avec notamment une implication grandissante de l’État dans la sphère familiale. La maternité est alors un événement aussi bien politique, culturel et scientifique, qu’intime. La multiplication des discours en fait un sujet de société. Ce mémoire étudie la maternité comme une expérience de femmes construite dans un rapport aux autres, à l’enfant d’abord, mais également à ceux qui la considèrent comme une mère, accomplie ou potentielle. La maternité est ainsi comprise comme un système relationnel soumis à des rapports de forces et à différents pouvoirs. Ce travail s’inscrit dans la lignée des études culturelles, à travers l’analyse d’un corpus de trente films français, pour tendre vers une histoire globale des représentations collectives de la maternité, et ainsi comprendre comment les Français se représentent la maternité entre 1945 et 1955 et comment ces représentations influencent l’expérience des mères. Pour confronter ces films à leurs contextes de production et de réception, un corpus secondaire a été composé à partir d’affiches publicitaires, d’articles de presse et de sources imprimées. Le sujet propose une réflexion autour de la confrontation entre l’image de la maternité construite dans les films et la réalité, au prisme de la notion de pouvoir, la mère étant à la fois un objet et un sujet du pouvoir. Cette réflexion est en partie menée à travers la notion d’impératifs, c’est-à-dire les prescriptions morales faites aux mères, mais également aux pères et à la société, au sujet de la maternité. Une approche thématique en trois temps a été choisie. Une première partie interroge les enjeux des pouvoirs qui interviennent dans les moments particuliers que sont la grossesse et la naissance, dans la notion d’amour maternel et dans la relation entre la mère et son enfant. La deuxième partie est consacrée aux liens entre la figure maternelle idéalisée et les réalités de la maternité que les cinéastes choisissent de montrer ou de cacher. Une dernière partie s’intéresse aux partenaires masculins des mères et à la place qu’ils occupent dans la maternité à travers les pouvoirs qu’ils s’exercent sur elle ou qu’ils subissent. Les scénarios des films étudiés révèlent l’existence d’un savoir commun sur la maternité construit autour d’une norme et de ses transgressions, à travers la présence de nombreux impératifs qui soumettent l’expérience des mères à la comparaison avec un idéal. Les façons d’être mère sont ainsi très limitées à l’écran. Les expériences des personnages de mères sont presque toujours réduites à des stéréotypes ; ceux de la bonne mère, de la mauvaise mère, de la veuve, de la putain et de la fille-mère. Les impératifs, en définissant une maternité normale par rapport à laquelle l’expérience de chaque mère est jugée, tendent à restreindre les pouvoirs que peuvent avoir les femmes lorsqu’elles deviennent mères. Se dessine une maternité idéale, assez puissante pour assurer la survie des enfants, des familles, de la société et de l’espèce, mais suffisamment encadrée pour ne pas perturber l’ordre patriarcal. Le corpus traduit cependant l’acceptation par les Français de la pluralité de la maternité et souligne souvent l’hypocrisie des discours normatifs, montrant que rares sont ceux qui imaginent la figure de la bonne mère comme une réalité atteignable par toutes les Françaises. Ce travail a également mis en évidence l’existence d’impératifs paternels et sociétaux qui normalisent l’expérience maternelle dans son rapport à l’ensemble de la société. Les représentations cinématographiques sont elles-mêmes vecteurs de cette normalisation en perpétuant à l’écran le savoir commun sur la maternité à travers la mise en scène des impératifs. Certains cinéastes participent cependant à l’évolution de ce savoir commun en modifiant les rapports de forces dans leurs films. La « fille-mère » est un exemple de l’évolution des mentalités, entre 1945 et 1955, puisque s’opère à son sujet un véritable glissement sémantique, faisant d’elle à l’écran comme dans la vie, peu à peu, une mère célibataire. Enfin, ce mémoire a révélé la porosité de la frontière qui sépare les générations de mères. Le refus d’une maternité telle qu’elle est définie et normée par les impératifs maternels existe déjà dans les premières années du baby-boom. Si le basculement vers le ressentiment théorisé par Yvonne Knibiehler ne devient un phénomène générationnel qu’à la fin de la décennie étudiée, il existe déjà à titre individuel et est assez important pour influencer les représentations de la maternité. Les discours normatifs, construits sur des impératifs hérités des décennies précédentes, rencontrent ainsi dans les salles de cinéma des discours novateurs qui annoncent l’émergence d’une nouvelle génération osant redéfinir les enjeux de la maternité.

Chloé Moukourika, « Les mobilisations afroféministes, étude de cas du collectif Mwasi », dir. Fabrice d’Almeida, Université Paris Panthéon-Assas

60Ce mémoire est un acte de témoignage. Le témoignage d’une époque au cours de laquelle les questions de genre, de race et de classe se heurtent dans les débats et les discours. « Nous sommes des sujets politiques » affirment désormais les militantes afroféministes du collectif parisien Mwasi, protagonistes principales et énonciatrices des discours étudiés dans ce mémoire. Elles ont été au cœur d’une polémique à partir de laquelle nous avons élaboré notre sujet de recherche : en mai 2017, la mairie de Paris leur interdisait la tenue du festival Nyansapo, un festival afroféministe organisé en espaces non-mixtes. Une non-mixité décidée, assumée et même revendiquée lors des temps de parole en public, par le collectif né en 2014. Car les militantes du collectif Mwasi, jeunes femmes et personnes assignées femmes noires et métisses, ne sont pas des objets d’études ni des êtres « parlés ». Elles s’affirment bien en tant que sujets politiques qui entendent reprendre une parole trop souvent confisquée (Silyane Larcher). Héritières des mobilisations de femmes noires aux États-Unis et en France (de la militante abolitionniste Sojourner Truth à Angela Davis, de Suzanne Césaire au Mouvement pour la défense des droits de la femme noire dans les années 1980), les militantes afroféministes de Mwasi luttent contre un système qu’elles définissent comme raciste, hétéro-patriarcal et capitaliste. Ainsi, le collectif offre un nouvel espace pour se rassembler et organiser la riposte. Révoltées contre un système qui invisibilise les vécus et les expériences des femmes noires, elles se dressent contre une certaine lecture de l’Histoire qui oublie les dominé.es. Elles ont aussi à cœur de rappeler aux mémoires actuelles un passé durant lequel les systèmes esclavagistes et coloniaux ont façonné l’image des corps noirs et ont laissé des stigmates. Un passé qui vit l’émergence de concepts toujours opératoires tels que ceux du Nord et du Sud, des dominants et des dominés, des colons et des colonisés, des Blancs et des Noirs. Alors que pour l’historien Pap Ndiaye (La condition noire. Essai sur une minorité française), les Noirs de France « sont individuellement visibles mais sont invisibles en tant que groupe social », qu’en est-il des femmes noires ? Invisibles dans les luttes féministes des premières vagues aux xixe et xxe siècles, invisibles dans les luttes antiracistes et décoloniales au siècle précédent qui parlent de leurs vécus à l’intersection du sexisme, du racisme et du classisme ? Que dit cette interdiction d’espace en non-mixité, ce refus d’accorder un espace à soi aux femmes racisées ? De ces questions liminaires est née la problématique globale de notre étude : comment le collectif Mwasi, qui prône une non-mixité politique comme mode d’organisation à des fins d’émancipation, bouscule-t-il le paysage des luttes antiracistes françaises ? Pour répondre à cette question, nous nous sommes appuyée sur un corpus de sources diverses composé de vidéos, de podcasts et du contenu du site du collectif. Le tout enrichi d’entretiens avec les membres fondatrices de Mwasi. Notre travail de recherche nous a permis d’établir que ce collectif militant produit une critique postcoloniale de modes de fonctionnement de la blanchité qui débouche sur une société hiérarchisée dominée par les Blancs. Cette problématique n’est pas nouvelle. En effet, les militantes afroféministes contemporaines s’appuient sur les premières mobilisations et théorisations des militantes noires françaises du xxe siècle et enrichissent constamment ce matériau théorique en l’étoffant des réflexions actuelles menées autour des questions de genre, de race et de classe. En effet, l’afroféminisme porté par Mwasi n’est pas né ex-nihilo, et si le mouvement états-unien du Black Feminism a également fourni des outils et des réflexions pour aider à penser la lutte afroféministe, il ne constitue pas le seul fondement du combat pour l’émancipation des femmes noires en contexte français. Par ailleurs, notre étude a révélé que l’articulation des dominations de sexe, de classe et de « race » forge les spécificités de la lutte afroféministe. En effet, le concept d’intersectionnalité (Kimberlé Crenshaw), emprunté par les militantes de Mwasi, leur fournit un outil d’analyse pour penser les imbrications de différentes oppressions. La stratégie intersectionnelle de Mwasi semble participer d’un empowerment afroféministe lié à de forts liens de sororité notamment rendus possibles par Internet et les réseaux sociaux numériques qui ont favorisé l’expression publique de la nouvelle génération de féministes décoloniales. Il nous semble également qu’il opère une reconfiguration des discours et du mouvement antiraciste français au sein duquel diverses voix souvent opposées se font entendre. Nous avons également pu observer que la dynamique impulsée par Mwasi a suscité des questions et des polémiques dans la mesure où ce collectif opère une reconfiguration des discours et du mouvement antiraciste français au sein duquel diverses voix souvent opposées se font entendre. Le collectif a fait une entrée remarquée dans l’espace public en proposant une organisation militante en non-mixité de genre et de « race ». Cela a provoqué une revivification des débats autour des questions raciales (Éric Fassin) alors que le concept de « race » est totalement absent des discours portés par l’antiracisme institutionnel contre lequel se dresse Mwasi pour renverser le système établi.

Lucile Nicosia, « La maternité à l’origine de la domination masculine ? Naturalisme et programmes d’émancipation au sein des théories féministes (1949-2002) », dir. Cornelia Möser, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

61Dans la quasi-totalité des sociétés humaines, il existe un rapport social de domination fondé sur le genre qui s’exerce au bénéfice des hommes et au détriment des femmes. Cette apparente universalité de la domination masculine – bien que débattue – a conduit un certain nombre de chercheuses féministes, au cours de la deuxième moitié du xxe siècle, à tenter de mettre au jour les causes de l’oppression des femmes. En effet, si les récits sur l’origine de l’humanité ont toujours passionné tant les scientifiques que le grand public, la science traditionnelle a longtemps manqué de s’interroger sur l’origine des inégalités de genre, soit en raison d’un androcentrisme qui s’ignore – en considérant l’évolution de l’humanité au « masculin neutre » –, soit en raison d’une misogynie plus frontalement assumée – en justifiant simplement la domination par une infériorité naturelle des femmes. Les luttes féministes, en particulier celles menées depuis les années 1970, ont contribué à rendre le sujet des inégalités de genre légitime et à poser la question de leur origine : comment en est-on arrivé là ? La conceptualisation du patriarcat comme une constante à travers les cultures et les époques a conduit nombre de théoriciennes à chercher des réponses du côté de la nature. Plus précisément, l’asymétrie constitutive de la reproduction sexuée – les femmes portent les enfants, les hommes non – a été pensée comme étant au fondement de leur infériorisation. Les théories des origines qui mobilisent la reproduction occupent néanmoins une place particulière dans le paysage épistémologique féministe. Alors que, depuis Simone de Beauvoir, le champ théorique du féminisme s’est construit dans le rejet de l’idée d’une essence féminine et des justifications naturalistes de l’infériorisation des femmes, voici que ressurgit la nature pour expliquer la genèse de leur oppression. Comment comprendre cette apparente contradiction ? À travers une analyse attentive des textes qui permet d’entrer dans le détail des raisonnements pour en débusquer les points aveugles et les présupposés, ce travail propose d’explorer la tension entre une forme de déterminisme biologique et une volonté politique d’émancipation au sein de ces théories féministes. L’objectif est triple : il s’agit de fournir une synthèse et une classification des principales théories prenant la reproduction comme point d’origine de la domination masculine, en mettant en évidence leurs similitudes et leurs divergences ; de proposer une analyse actualisée de leurs apories et de leurs ambigüités ; de réfléchir à leur contexte scientifique et culturel de production et à la façon dont ce contexte a pu influencer leur formulation. La reproduction est un processus asymétrique à plusieurs égards. En tant que processus corporel, le travail reproducteur est inégalement réparti, des menstruations à l’allaitement en passant par la grossesse. Cette inégale répartition de la charge corporelle forme, pour certaines théoriciennes, le socle de l’infériorisation des femmes. L’analyse comparée de plusieurs discours féministes met cependant au jour des conceptualisations concurrentes de ce que la biologie reproductive fait aux femmes, entre handicap originel et privilège exorbitant. Dans les deux cas, la maternité semble relever d’une forme d’injustice naturelle. Cette construction argumentative, qui fait endosser à la nature des caractéristiques sociales, révèle les limites du naturalisme et montre que la maternité est en réalité toujours déjà interprétée socialement. La reproduction est également un processus asymétrique au regard de la certitude – ou non – de la parenté. La paternité, n’étant pas médiatisée par l’accouchement, ne revêt pas le caractère évident et immédiat de la maternité. La découverte de la paternité et du rôle mâle dans la reproduction aurait ainsi constitué un bouleversement historique donnant lieu à l’instauration du patriarcat. Néanmoins, cette interprétation linéaire et univoque de l’histoire humaine est contestée, d’autant plus qu’elle élude des scénarios alternatifs non moins plausibles. Comme l’ont montré certaines féministes matérialistes et poststructuralistes, les théories naturalistes et mono causales s’avèrent insuffisantes pour penser l’origine de rapports de genre hiérarchiques. Nécessairement présentistes et limités, ces récits étiologiques en disent davantage sur leur contexte d’énonciation que sur le passé de l’humanité. Ainsi, resituer ces textes dans le contexte historique de libéralisation de la contraception et de l’avortement en Occident à la fin du xxe siècle permet de comprendre comment ces penseuses déjouent le fatalisme du déterminisme biologique : s’il est pour elles possible de penser l’émancipation des femmes tout en localisant l’origine de l’oppression des femmes dans leur corps, c’est bien parce que les nouvelles technologies reproductives promettent désormais de les en libérer – autrement dit, d’échapper à la nature.

Jade Norindr, « Les “perles de l’Empire”. Peindre les femmes sud-est asiatiques en contexte colonial (1906-1945) », dir. Anne-Sophie Aguilar et Aurélie Petiot, Université Paris Nanterre

62Ce mémoire de recherche traite de la représentation des femmes colonisées en Indochine à travers le prisme de la peinture, un médium peu étudié pour la période puisqu’en ce début de xxe siècle, la propagande par les images repose avant tout sur la photographie et l’affiche. La peinture, cependant, et particulièrement ce genre hérité de l’Orientalisme du xixe siècle, offre un regard bien particulier sur la colonie et sur les femmes qui l’habitent, notamment parce qu’elle permet de laisser libre court aux fantasmes oniriques qui entourent l’Asie du Sud-Est. Perçus comme des pays de rêve et de mystère, le Viêt Nam, le Cambodge et le Laos accueillent les artistes en quête d’exotisme, insatisfaits par la redondance de la peinture orientaliste ou à la recherche de l’expérience civilisatrice. Les modèles, qu’elles soient domestiques, congaï, paysannes ou élégantes, deviennent le support et l’incarnation de cet imaginaire métropolitain de la colonie indochinoise, de la perle de l’Empire. Quels fantasmes coloniaux sont-ils cultivés par le biais spécifique de la peinture ? L’Indochine bucolique et ses groupes de femmes dans la nature, l’Indochine primitive et ses femmes nues et oisives, l’Indochine « bordel colossal » – pour citer Duras – et ses femmes domestiquées : l’héritage artistique occidental – romantique, symboliste, orientaliste – se mêle à la réalité de la vie dans la colonie, donnant naissance à des œuvres bien particulières à mi-chemin entre mythe et propagande. Un certain nombre de problématiquessont soulevées dans ce rapport de l’artiste colon au modèle colonisé : comment les artistes français transposent-ils des références artistiques occidentales à des représentations de l’Indochine et notamment des femmes ? Comment se superposent désir d’exotisme et propagande coloniale ? Que disent ces peintures de la relation entre colonisateurs et colonisées ? Ces problématiques me poussent ainsi à m’intéresser à des artistes ayant passé un certain temps en Indochine, notamment Alix Aymé, Marie-Antoinette Boullard-Devé, Léa Lafugie, et Joseph Inguimberty, quelles que soient les raisons de leur déplacement dans la colonie. Le fond du Gouvernement général de l’Indochine, conservé aux Archives Nationales d’Outre-Mer, permet d’attester de l’implication de ces artistes dans les circuits artistiques et gouvernementaux et de reconstituer la vie des artistes français envoyés aux colonies. Le fond Victor Tardieu, de la bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art, permet de rendre compte de la position des artistes qui se rendent en Indochine ; mais c’est surtout la presse d’époque qui me permet d’affirmer l’influence de ces artistes sur un public métropolitain et de retrouver certains de leurs écrits et notamment des carnets de voyage publiés en feuilleton dans des journaux et revues tels que L’Illustration ou le National Geographic. Les conditions de la décolonisation, qui a mené la plupart de ces artistes à fuir l’Asie du Sud-Est, rendent rares les archives sur certains d’entre eux. Le rapport de l’artiste blanc à l’Indochine et aux femmes qui la peuplent semble évoluer au cours du xxe siècle à l’aune du rapport de la métropole à sa colonie, et des métropolitains à ce territoire colonisé. Certains artistes ne voyagent jamais en Indochine : pour eux, l’Exposition coloniale de 1906 marque la découverte de ce territoire lointain, avec la venue en France des danseuses cambodgiennes, premières modèles sud-est asiatiques des peintres français qui ouvrent ainsi la voie à bien des représentations de la mythique « Indochinoise », tout en exaltant l’intérêt des artistes pour la colonie, même ceux comme Auguste Rodin qui n’y mettront jamais les pieds. Cette fascination ouvre la voie pour la génération suivante d’artistes qui, finalement, voyagent et vivent l’idylle asiatique fantasmée par leurs prédécesseurs qui n’ont pu que l’apercevoir. Du colonisateur au colon, le lien avec les femmes sud-est asiatique évolue, de l’objet de désir à saisir lors de la conquête, aux modèles dont l’intimité reste à découvrir par des artistes établis en Indochine depuis plusieurs années. La femme indochinoise telle qu’elle est représentée semble toujours exister selon un principe : celui de la vision en négatif, outil de construction pour le métropolitain, le colonisateur et le colon – au masculin ou au féminin – qui voit en ces femmes l’opposé des mœurs, des valeurs et de l’identité occidentale. Ce mémoire retrace ainsi une construction de l’altérité par les œuvres de peintres français, dans un contexte où la vision de l’Autre est au cœur des enjeux historique et politique : l’imaginaire colonial de ces femmes asiatiques justifie un rapport impérialiste au territoire comme au corps des colonisées.

Camille Penn, « Cliniques privées, médecins-accoucheurs et méthodes psychoprophylactiques : l’évolution de la maternité entre 1945 et 1980. Étude de la clinique du Parc de Clagny à Versailles (1948-1977) », dir. Frank Georgi, Université d’Évry

63Ce mémoire analyse l’évolution de la maternité entre 1945 et 1980 en France, à travers l’étude des origines des méthodes de préparation à l’accouchement, la mise en place de méthodes destinées à réduire les douleurs en couches, telles que les MPP (méthodes psychoprophylactiques) connues également sous le nom d’accouchement sans douleur (ASD). Ce travail montre aussi la modernisation des cliniques, des hôpitaux et des techniques gynécologiques. Globalement, l’objectif du corps médical à cette période est d’humaniser l’accouchement et de réduire la mortalité périnatale. Les cours de préparation permettent aux femmes de maîtriser leurs douleurs pendant l’accouchement et d’en être actrices. De plus, l’objectif de nombreux médecins est d’enseigner aux femmes le fonctionnement de leur corps, de leurs cycles menstruels, du mécanisme de la conception, et donc permettent à certaines de contrôler leurs grossesses. Cette étude repose en grande partie sur les archives de la clinique du Parc de Clagny à Versailles (1945-1977) et sur les mémoires du docteur Levesque, médecin accoucheur puis directeur de la clinique. À cela s’ajoutent quelques témoignages oraux de femmes ayant accouché dans la clinique du Parc de Clagny, mais aussi à la polyclinique des Bluets à Paris, maternité pionnière de l’ASD. Nous cherchons donc à comprendre comment les méthodes d’accouchement et la maternité ont évolué entre 1945 et les années 1980 et dans quelle mesure les méthodes psychoprophylactiques se s’y sont intégrées. Plusieurs problématiques viennent nourrir la première : comment les MPP se sont-elles intégrées en France pour devenir presque la norme dans les années 1970 ? Comment ces méthodes se sont-elles construites et quelles en ont été les prémices ? Quels médecins ont porté ces pratiques et comment les ont-ils diffusées ? Comment les cours de préparation, les suivis des femmes, la présence des pères ont-ils permis d’améliorer la maternité ? Mais aussi des questions plus ciblées sur la clinique du Parc de Clagny et le docteur Levesque. Comment le docteur Levesque a-t-il construit sa propre méthode psychoprophylactique ? Sur quels études et travaux s’est-il appuyé ? Quels résultats a-t-il obtenus ? Enfin, pourquoi dans les années 1970 une grande partie des cliniques privées ont fermé leurs portes ? Comment la péridurale a encore contribué à l’évolution de l’obstétrique et de la vision des douleurs de l’enfantement ? Ce travail s’articule autour de quatre parties qui permettent de mettre en lumière cette évolution. La première partie restitue la création des MPP et de l’ASD, provenant d’URSS ou d’Angleterre et avec des objectifs variés. La deuxième partie étudie les cliniques privées, les hôpitaux et les métiers de médecins accoucheurs entre 1945 et 1980. Pour cela, les archives de la clinique du Parc de Clagny et les mémoires du docteur Levesque ont été précieuses. On constate une amélioration des conditions d’accueil, de soins, en particulier à partir des années 1960. La troisième partie s’interroge sur la MPP pratiquée à la clinique du Parc de Clagny, sur la mise en place de la « pratique psychophysique » et sur les résultats obtenus au cours de ces trente-cinq années de fonctionnement, notamment sur la mortalité maternelle. La quatrième partie étudie les fermetures des cliniques privées à partir des années 1970 et se prolonge au-delà des années 1980 afin d’aboutir un constat plus large de ces nombreuses fermetures de cliniques. Tout au long de notre recherche nous avons pu constater que la maternité a grandement évolué dans la France d’après-guerre. La mortalité infantile et maternelle diminue fortement permettant aux médecins de s’intéresser aux douleurs des parturientes. Les principaux résultats reposent sur les données collectées dans les archives de la clinique et mettent en évidence que la clinique du Parc de Clagny a pratiqué une méthode qui semble inédite et qui entre dans ce qu’on appelle les « méthodes psychoprophylactiques ». Il semblerait que cette méthode fonctionne et permette aux femmes d’apprendre à gérer la douleur des contractions. Les chiffres donnés tout au long de ce mémoire mettent en évidence une volonté de réduire le nombre de césariennes, de recours aux forceps et de pratiques gynécologiques traumatisantes. Enfin, le docteur Levesque met en avant une absence totale de mortalité maternelle dans sa clinique qui ouvre de nouvelles perspectives de réflexion.

Marie Picard, « Sociohistoire de l’engagement militant féminin. Les femmes résistantes pendant la Seconde Guerre mondiale en France ou “l’ossature invisible de la Résistance” », dir. Anne Bidois, Université de Rouen

64Ce mémoire de recherche s’articule autour de la question des femmes en tant qu’actrices essentielles à la Résistance faisant l’objet d’une double invisibilité. L’enjeu de l’étude a été de lever le voile sur la réalité de l’engagement militant féminin dans la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale en France et de démontrer la construction de cette invisibilisation encore perceptible aujourd’hui. En se fondant sur sept biographies de femmes résistantes normandes, ainsi que sur des documents et sources d’archives, ce mémoire propose une analyse selon deux angles. D’une part, un regard sociologique et historique est porté sur la réalité de la Résistance des femmes, de ce qu’elle a été, de ce qu’elle a pu engendrer au sein des parcours de vie... D’autre part, un renouvellement de la compréhension des effets à long terme dans l’historiographie et de ce qui a été et est produit sur ce sujet dans le domaine de la recherche. Ce mémoire est aussi l’occasion d’une réflexion méthodologique autour de l’usage de la biographie en sociologie, de sa genèse et de son interdisciplinarité. Ancrée dans un contexte social particulier et alimentée par une domination masculine (Thébaud, 2014), la Résistance a été l’objet de définitions avant tout influencées par son caractère de prime abord armé et militarisé. Ce mémoire fait un état des lieux du contexte historique observé dans cette période de l’Histoire en rappelant les politiques traditionnalistes en vigueur et le maintien des femmes dans la sphère privée. L’engagement des femmes dans la Résistance revêt alors une difficulté d’identification dans ses multiples dimensions, parfois moins spectaculaires. Sept profils de résistantes normandes sont ainsi étudiés, tirés de la base de données du Maitron pour comprendre la réalité de l’engagement dans la Résistance. L’analyse des parcours de vie de ces résistantes laisse entrevoir des engagements antérieurs et postérieurs à cette période précise qui font écho à des carrières intenses de militantes. La Résistance constitue alors pour certaines d’entre elles une suite logique à leurs convictions déjà amorcées auparavant. Un des résultats saillants de l’étude réside dans le constat d’une entrée précoce des femmes dans les sphères politique et militante contrairement aux idées reçues sur le sujet. La Résistance comme faisant part d’un « processus d’émancipation » (Capdevila, 2001) tel que soutenu par certain·e·s chercher·euse·s se trouve alors remis en question. L’engagement dans la Résistance ne résulte ainsi pas que d’un « suivisme de l’épouse » (Andrieu, 1997) mais de raisons diverses et multiples : convictions politiques, personnelles, engagements syndicaux, réseaux dans le milieu professionnel… Là où les années d’après-guerre sont définies comme faisant apparaître l’entrée des femmes dans la sphère politique, leurs engagements préexistants à cette période démontrent une indépendance non officielle mais réelle. Le traditionalisme promu dans l’entre-deux guerres se révèle ne pas être la norme et se trouve contredit par la sortie des femmes, des épouses et des mères de familles de l’espace privé vers l’espace public pour la défense contre un ennemi commun. Par ailleurs, la Résistance est montrée sous un jour plus détaillé et nuancé, où sont mis en lumière différents types de Résistance, tels que la Résistance au foyer ou la Résistance incarcérée. La catégorisation des diverses formes d’actions dans la Résistance est un des résultats obtenus dans ce mémoire de recherche qui a permis de lever le voile sur la réalité de la présence des femmes en son sein. Ces observations viennent contredire la minoration du rôle joué par les femmes dans la Résistance. C’est ainsi qu’émerge la Résistance au quotidien mettant en lumière des actions quotidiennes et parfois anodines qui ont façonné l’existence et l’organisation de la Résistance en France. L’analyse des différents rôles des femmes dans la Résistance a mis en avant l’instrumentalisation de leur féminité dans deux perspectives : comme outil d’abord, en particulier concernant leur corps – il a été question d’user du charme et de l’allure physique de jeunes femmes pour des missions à risques –, comme obstacle ensuite, puisque malgré leur place importante, l’accès aux responsabilités est loin d’être évidente pour les femmes. Si certaines ont pu y parvenir, ce fut au prix de se voir qualifiées d’homme. Tout comme la simplification historiographique de ce mouvement réduit aux actions armées propres à des mouvements et des organisations, l’invisibilisation des femmes est perpétuée via les recherches, les bases de données biographiques et les outils scientifiques. Enfin, ce mémoire met l’accent sur l’état actuel de l’historiographie et les conséquences de la construction du processus d’invisibilisation des femmes au fil des années. Dans de nombreux domaines, y compris celui de la recherche, ce manque de réalisme, inhérent à la dimension sexuée attachée à la Résistance, a conduit à des difficultés de compréhension et d’analyse. Les sources et documents bibliographiques utilisés dans cette recherche sont eux-mêmes observés et analysés dans le but de faire ressortir la manière dont les sociologues, les historien·ne·s et chercheur·e·s inscrivent dans l’Histoire la présence des femmes. Un travail sur la temporalité qui s’ancre dans le passé, mais aussi dans le présent, croisé avec le rôle des femmes, ouvre de nouvelles pistes de connaissances.

Aurélia Piletitch, « La mémoire de la dictature militaire brésilienne dans les films réalisés par des femmes dans les années 2000 : entre esthétique, poétique et politique », dir. Teresa Castro, Université Sorbonne Nouvelle

65Le Brésil est agité par une dictature militaire violente et répressive entre 1964 et 1985, sombres années pendant lesquelles se sont multipliés crimes d’État et disparitions ayant laissé des séquelles, des cicatrices et des traumatismes dans la société brésilienne post-dictatoriale. Sous la dictature, beaucoup de personnes se sont levées et engagées et une grande partie d’entre elles est passée par les caves de la dictature. Le cinéma brésilien des années 2000 est marqué par la forte présence de réalisatrices qui ont fait des films au sujet de la dictature militaire brésilienne qui tentent de lutter contre l’oubli et pour la persistance de ces mémoires souterraines et souvent empêchées. En donnant la voix aux spectres du passé et en dialoguant constamment avec les documents, les archives, les lieux et les vestiges du passé, le cinéma (re)construit la mémoire et la post-mémoire de la dictature et des traumatismes historiques. Comment faire voir l’invisible (ou l’invisibilisé) et faire entendre l’inaudible pour combler les lacunes et réparer les silences d’une histoire tumultueuse, dont les pages ont été laissées blanches ou même réécrites autrement ? Tels se révèlent les projets des films étudiés dans ce mémoire qui tentent d’établir et de construire un pont entre mémoire individuelle et mémoire collective, entre micro-histoire et macro-histoire. La parole est donnée aux témoins qui racontent leurs expériences passées, souvent à la recherche de leurs identités perdues, victimes des violences de la dictature ou proches et parents de celles et ceux qui l’ont vécue. Cette parole traverse les générations et la mémoire peut alors émerger dans différentes formes par et à travers les divers dispositifs de l’image cinématographique, entre esthétique, éthique, politique et poétique. Mes réflexions se concentrent sur des réalisations exclusivement féminines et sur des films qui mettent en avant le parcours de femmes qui ont lutté contre la dictature, souvent doublement invisibilisées. Et ces films, réalisés par des femmes à l’aube des années 2000 ayant pour thème la mémoire de la dictature, ne sont-ils pas des véritables créations de résistance dans un contexte où le Brésil sombre sous la présidence de Jair Bolsonaro qui fait planer le spectre d’une « démocrature » ou d’une « démocradure » ?

Frédérine Pradier, « Femmes et photographie dans la culture visuelle en France au passage du xxe siècle (1890-1914) », dir. Damien Delille, Université Lumière Lyon 2

66Ce mémoire de recherche propose de réévaluer la place des femmes dans la culture visuelle photographique au passage du xxe siècle, en lien avec le développement de l’amateurisme marquant la période du fait des progrès techniques et industriels du médium. Cette étude interroge les espaces ouverts aux femmes en termes d’exposition, dans le champ de la photographie d’amateur, tant au regard de leur accès à la discipline que de la diffusion de leurs travaux. Nous avons constitué un corpus de photographes, d’épreuves réalisées par elles présentées dans des expositions ou reproduites dans les périodiques spécialisés, de textes au sujet des femmes en photographie, ainsi que de représentations les mettant en scène, en particulier au sein des publicités. Utilisant la presse photographique comme principale source, ce travail permet de comprendre comment la culture médiatique devient un espace d’exposition fondamental pour les femmes photographes en même temps qu’elle participe de leur marginalisation. En effet, l’activité photographique des femmes témoigne des tensions propres à l’antagonisme sexuel structurant l’ordre bourgeois, séparant strictement les sphères publique et privée. Face à l’augmentation considérable du nombre d’amateurs, séduits par une pratique photographique libérée de ses contraintes techniques, les fabricants voient l’occasion d’élargir leur public de consommateurs et proposent des produits de plus en plus simplifiés et mobiles. S’appuyant à la fois sur la prétendue ignorance des femmes en matière technique et sur l’inflation des images féminines dans la culture visuelle, les producteurs de réclames pour du matériel photographique ou de publications de vulgarisation se saisissent alors de la femme comme synthèse visuelle et symbolique d’une pratique de la photographie désormais ouverte à tous. Ces stratégies commerciales misant sur la figure de la photographe se développent à partir du milieu des années 1890, se généralisent à partir de 1898 et deviennent omniprésentes après 1900. Ces représentations s’appuient sur un ensemble de codes visuels de la féminité telle qu’elle se conçoit dans la société bourgeoise, les discours et les arts contemporains. Ces images promettent la simplicité d’utilisation, mais aussi la mobilité, le plaisir et le divertissement dans l’espace du foyer comme dans le monde du loisir et du tourisme. Elles font notamment écho aux revendications féministes, qui s’affirment dans ces mêmes années, et reprennent ainsi à leur compte l’iconographie déjà connue de la Femme Nouvelle. Ces discours visuels, étayés par des discours littéraires se diffusant par le biais d’une même culture médiatique, présentent la photographie comme rendue désormais compatible avec la supposée essence féminine, la proposant comme nouveau partenaire technologique des femmes. Il s’agit d’imposer la photographie comme compromis acceptable face à l’affirmation grandissante des femmes comme créatrices et professionnelles. Nous pouvons affirmer que les femmes sont loin de s’être cantonnées à la sphère privée comme l’on pourrait le croire à̀ à partir de l’historiographie photographique. Elles sont nombreuses à̀ s’emparer de la photographie lorsque se diffusent les procédés modernes. Il faut nuancer le constat d’une démocratisation de la photographie à toutes les couches de la société, puisque cette pratique reste liée à̀ une dynamique de classe et un loisir réservé aux personnes les plus fortunées. Certaines femmes ayant investi la photographie comme loisir tentent, par distinction, d’intégrer les sociétés de photographie qui fleurissent partout en France au cours de la décennie 1890. Néanmoins, leur accès à ces réseaux de sociabilité, espaces de formation et d’exposition, demeure fortement limité du fait de l’idéologie de stricte séparation des sphères. Certains cercles, au premier rang desquels le Photo-Club de Paris, ayant fait le choix de la photographie d’art avec une attitude sécessionniste, commencent à ouvrir leurs rangs à quelques élues. L’augmentation des femmes parmi les membres de cette société et leur exposition dans les salons et revues pictorialistes se superposent chronologiquement avec la diffusion de l’image de la femme photographe dans la culture visuelle. Si leur présence est sporadique dans les années 1890, elle fait un bond significatif entre 1897 et 1898, connaissant ensuite un développement continu au cours des années 1900. À travers les revues de photographie, on comprend que les femmes ont été nombreuses à se saisir de la photographie pictorialiste comme stratégie d’exposition, en opposition à une pratique privée vulgarisée et dévaluée, assurant ainsi à̀ leurs épreuves une diffusion nationale voire internationale. La diversité de leurs œuvres montre que ces femmes ont pleinement investi l’amateurisme photographique comme espace de création et d’exposition.

Carla Robison, « “Enceinte et ça n’aurait pas de sens”. Écrire l’avortement au tournant de sa légalisation dans le roman de formation européen (1963-1975), Margaret Drabble, Annie Ernaux, Dacia Maraini », dir. Anne Tomiche et Christine Détrez, ENS Lyon

67Notre étude s’intéresse à l’écriture de l’avortement au paroxysme des débats nationaux sur sa légalisation en Europe de l’Ouest – Italie, France, Royaume-Uni. Rétrospectivement appelée la deuxième vague féministe, la période des années 1960-1970 voit la légalisation de l’avortement devenir l’un de ses principaux enjeux. En 1968, suite à l’éclatant succès de la proposition de loi du député David Steel, le Royaume-Uni est l’un des premiers pays d’Europe de l’Ouest à adopter une loi favorisant l’accès à un avortement sûr et légal avec l’Abortion Act. Environ cinq ans plus tard, la France lui emboite le pas avec la loi Veil qui est votée en 1974 et devient effective en 1975. En Italie, après plusieurs années de débat et de propositions de loi, la legge cento-novantaquattro sull’aborto est adoptée in extremis en 1978. Au cœur des débats, des productions artistiques accompagnent ces bouleversements législatifs. Bravant la censure, films et romans brisent le silence sur l’avortement clandestin pour soutenir l’urgence de sa régulation médico-légale. En quelques années se constitue alors un corpus artistique foisonnant quoique marginal au sein duquel une forme littéraire se distingue, celle du roman de formation. Traditionnellement masculin, le Bildungsroman est en effet repris au féminin par de nombreuses autrices. Pendant la deuxième vague féministe, il connaît ainsi un renouveau qui ouvre la voie à un véritable contre-canon. En inscrivant l’évènement dans une trajectoire de vie, en rendant compte aussi bien des circonstances économiques et sociales que des difficultés et obstacles rencontrés – familiaux, médicaux ou légaux – par ses protagonistes, cette forme narrative permet de complexifier un sujet trop souvent traité de manière manichéenne par la presse et les institutions médicales, politiques et légales. Centré sur la confrontation entre une héroïne et la société dans laquelle elle grandit, le Bildungsroman permet aux autrices de s’engager pour la cause des femmes, de lever un tabou par des moyens littéraires. Margaret Drabble, Annie Ernaux et Dacia Maraini sont trois autrices qui s’exercent à cette forme littéraire pour traiter le sujet de l’avortement à la veille de sa dépénalisation. Drabble publie The Millstone en 1965 au Royaume-Uni, soit deux ans avant la proposition de loi sur l’avortement de David Steel. En France, Les Armoires vides d’Ernaux sort quelques mois avant le vote en France de la loi Veil en 1974. Quant à L’età del malessere de Maraini, il paraît bien avant la dépénalisation de 1978, dès 1963, après l’enquête de l’hebdomadaire Noi donne qui fit scandale en estimant cinquante avortements pour cent grossesses. Inspirée par l’expérience intime d’une grossesse difficile, qu’elle soit non-désirée dans le cas de Drabble, ou interrompue chez Ernaux (volontairement) et Maraini (involontairement), l’écriture de l’avortement signe alors les débuts littéraires de chacune des trois autrices. Et tandis que Drabble s’engage essentiellement sur la page, Ernaux et Maraini sont quant à elles actives en parallèle sur le plan politique : la première rejoint d’abord le groupe Choisir de Gisèle Halimi, puis le Mouvement de Libération pour l’Avortement et la Contraception (MLAC) ; la seconde intègre le groupe féministe Rivolta femminile. Ce faisant, au point culminant des débats nationaux sur l’avortement en Europe de l’Ouest, elles produisent des œuvres qui transforment leur vécu intime en une expérience collective, dans laquelle des milliers de femmes peuvent se reconnaître. Pour traiter ce sujet à l’intersection notamment du droit, de la littérature, de l’histoire et de la sociologie, un cadrage interdisciplinaire nous a semblé essentiel. De ce fait, nous avons opté pour une approche informée par la sociopoétique. Plus précisément, une analyse micro-textuelle des œuvres a été produite, parallèlement à l’étude comparée de chaque contexte national, avec non seulement une attention à l’écho littéraire des faits divers et procès qui ont pu accaparer l’attention publique, mais aussi une prise en compte des discours non-littéraires de l’époque : essais, productions journalistiques, discours parlementaires. Cette confrontation de sources nous a permis d’explorer les représentations changeantes de la maternité, de la féminité et de la famille à la veille de la libération sexuelle. Nous avons ainsi montré comment Drabble, Ernaux et Maraini se saisissent du Bildungsroman pour réinscrire le fait social qu’est l’avortement dans un récit de vie à partir duquel se déploie un portrait critique de la société. Selon nous, le choix d’une forme biographique – quoique fictionnelle – permet à nos trois autrices d’aborder l’événement sur un temps long, de l’adolescence à l’âge adulte qui n’est jamais isolé dans la vie d’une femme, mais s’inscrit au contraire dans une trajectoire féminine caractérisée par une ignorance sexuelle institutionnalisée.

Maritza Sandoval Ramos, « La Cachada teatro et les vendeuses de rue au Salvador : une gifle de réalité. Étude d’un projet social de théâtre contemporain », dir. Lise Segas, Université Bordeaux Montaigne

68L’objet de ce mémoire est l’analyse du processus théâtral traversé par cinq femmes salvadoriennes, provenant d’un milieu précaire et travaillant dans le secteur informel. Elles décident de former leur propre compagnie de théâtre nommée La Cachada, à l’issue d’un atelier de théâtre d’estime de soi organisé par l’association espagnole CINDE. Ces actrices vont faire irruption dans les salles de théâtre traditionnellement bourgeoises et vont s’approprier la scène avec des thématiques abordant la violence de genre, les inégalités sociales et la maternité ; sujets sensibles qui soulèvent le débat. Ces femmes sont en fin de compte, à la recherche d’une reconnaissance sociale et d’une visibilité grâce à̀ leurs créations artistiques. Le théâtre est donc à l’origine d’un travail introspectif fondamental et de libération qui a révolutionné leur vision de la place de la femme dans la société. Cachada est un mot salvadorien polysémique qui signifie entre autres « faire une bonne affaire » car il s’agit de vendeuses ambulantes qui vendent à bas prix des produits dont la date de péremption est proche. Mon approche du sujet se situe à la fois dans une démarche sociologique et théâtrale depuis une perspective d’études féministes. Elle est d’abord une approche sociologique par le fait d’étudier l’origine sociale, économique et de genre des membres qui composent la compagnie. Elle est ensuite théâtrale par le fait de s’intéresser aux grandes théories contemporaines du théâtre au service du peuple, de Brecht à Boal, en s’arrêtant sur les procédés théâtraux les plus saillants des pièces de la compagnie. Cependant, il est important de préciser, qu’il ne s’agit en aucun cas d’une analyse formelle de l’objet théâtral en tant que tel mais d’une approche théâtrale par la théorie. Elle est enfin féministe par le fait d’intégrer systématiquement des exemples de sociologie féministe depuis une perspective intersectionnelle de classe, de genre et de niveau d’éducation. Le féminisme noir, anglo-saxon et latino-américain illustrent mes propos. J’ai également fait le choix d’employer un langage inclusif dans la mesure du possible, à exception des citations des auteur·e·s pour lesquelles j’ai décidé de n’apporter aucune modification. Le théâtre de La Cachada se sert de la théâtralisation du social pour reproduire sur scène des interactions de la vie quotidienne à travers le thème de la violence de genre et la maternité. Ce qui soulève la question suivante : dans quelle mesure la théâtralisation du social est un outil d’émancipation qui a favorisé la visibilisation de ces femmes salvadoriennes ? Pour répondre à la question j’ai constitué́ un corpus composé de deux de leurs trois pièces : Un jour, peut-être (2012) qui raconte leur quotidien dans les rues du grand San Salvador et Si tu n’étais pas né·e (2016) qui aborde la maternité et la violence de genre. Je n’ai pas inclus leur troisième pièce adaptée de La maison de Bernarda Alba (1936) de F. García Lorca parce que je n’ai pas pu y assister. De la même manière, mon corpus comprend une enquête de terrain composé de deux entretiens faits aux actrices de La Cachada et à Egly Larreynaga respectivement. Le premier a eu lieu dans le centre culturel de La Casa Tomada à San Salvador en août 2019 avec la participation de Magaly, Mariam, Evelyn, Magda et Ruth ; Wendy et Egly étaient absentes ce jour-là̀. Le deuxième a été mené en septembre 2019 via WhatsApp par le biais de messages vocaux pour des raisons de distance et de décalage horaire qui ont rendu impossible notre rencontre. Parallèlement, il m’est arrivé d’inclure certains passages du documentaire Cachada. The Opportunity de Marlén Viñayo (2019) quand je l’ai cru pertinent, notamment concernant le travail de coulisses qu’expose ce court métrage lors des répétitions de la compagnie. Ainsi, nous avons analysé dans un premier temps l’irruption de la rue au théâtre traditionnellement bourgeois et ses conséquences dans la vie des actrices de La Cachada. Ensuite, nous avons étudié la façon dont le théâtre a permis à ces femmes de se réapproprier leur rôle social tout en leur permettant de se construire une nouvelle identité. Enfin, nous nous sommes arrêté·e·s sur les nouveaux horizons politiques que le théâtre leur a ouverts en vue d’une émancipation politique. Ainsi, nous avons conclu que la force du théâtre de La Cachada vient de sa particularité : une compagnie composée exclusivement de femmes issues de milieux populaires se servant du théâtre comme un outil de guérison totale et leur permettant de créer des réseaux de sororité très forts. Le théâtre apparaît par conséquent, comme un espace de réflexion féministe émancipateur.

Mariette Thom, « Elsa Barraine, une compositrice engagée (1910-1999) », dir. Eric Mension-Rigau, Sorbonne Université

69Mon mémoire est une biographie d’Elsa Barraine, compositrice française née en 1910. Grand Prix de Rome en 1929, communiste d’origine juive, pivot de la Résistance musicienne, figure de la scène classique avant et après la guerre, cette compositrice est tombée dans l’oubli après sa mort en 1999. Elle commence à peine à être reprogrammée en France, sous l’impulsion des mouvements de revalorisation de la place des femmes dans la musique classique. J’ai abordé sa vie et sa carrière sous l’angle de l’engagement, qui m’en semblait être la clé de voûte. Son œuvre musicale est en partie inspirée, dans sa forme et dans ses sujets, par ses préoccupations politiques et sociales. De 1937 à 1949, alors qu’elle est sur le devant de la scène, elle est bien insérée dans les réseaux musicaux de gauche. Elle s’implique dans des revues spécialisées, une maison d’édition musicale, divers groupes de musiciens, ainsi que dans la vie du Parti communiste. Elle rédige même un rapport au Parti sur la politique culturelle à suivre en Pologne à la suite d’une visite sur place en 1946. Fin 1949, elle quitte le Parti. Elle perd alors l’appui de ce réseau, ce qui a un impact visible sur sa production musicale et les commandes qu’elle reçoit. J’ai donc interrogé l’effet de cet engagement politique d’Elsa Barraine sur sa carrière, tant comme moteur que comme frein. J’ai voulu savoir si l’étiquette communiste l’avait aidée, ou handicapée, et si le fait de quitter le Parti avait brisé sa carrière, ou lui avait ouvert d’autres opportunités. J’ai enfin tâché d’étudier son positionnement vis-à-vis de son statut de femme engagée dans un milieu masculin fermé. Les principaux travaux historiques concernant Elsa Barraine s’intéressent à son activité de résistante, laissant de côté le reste de sa vie. Mon travail a pour vocation de combler une partie d’un vide historiographique, en créant une biographie de référence, utile à des recherches futures. Car à travers la vie d’Elsa Barraine, c’est tout un milieu de musiciens proches de la mouvance communiste que l’on découvre, dont l’étude mériterait d’être approfondie. Je me suis surtout appuyée sur des sources primaires, dont le fonds Barraine de la BNF. J’ai dépouillé tous les fonds publics et privés où elle était référencée, audiovisuels compris. J’ai fouillé dans les archives et correspondances relatives des amis et collègues de Barraine, ainsi que dans leurs mémoires. Je suis aussi passée par les archives des organisations et événements dans lesquels elle s’est impliquée. Ainsi, j’ai réalisé un catalogue détaillé des œuvres d’Elsa Barraine, étudié leur réception dans la presse et recensé tous les articles qu’elle a publiés. J’ai construit ma biographie chronologiquement. Dans une première partie, j’ai retracé ses débuts musicaux, du conservatoire jusqu’à la sortie de la Villa Médicis en 1933. Elle y fait ses premiers pas sur la scène parisienne avec des compositions apolitiques, et se construit un réseau professionnel. Dans une deuxième partie, j’ai cherché à comprendre comment, en sept ans, Elsa Barraine devient une fervente communiste à la tête d’un groupe de résistants. Elle se rapproche progressivement de plusieurs organisations du Front populaire et communistes, et commence à fréquenter des compositeurs de ce champ. Elle bénéficie du soutien de ce milieu de gauche : commandes, publications de partitions, critiques dans la presse. En 1938, elle adhère au PCF en réaction aux accords de Munich. Elle écrit sa première œuvre engagée, la Deuxième symphonie. Dans une troisième partie, j’ai retracé le parcours d’Elsa Barraine dans la France occupée. Elle perd son travail à cause de ses origines juives et doit tâcher de survivre après son entrée en clandestinité. Elle anime un groupe résistant communiste, le Front national des musiciens, et s’occupe activement de la réorganisation et de l’épuration du milieu musical français après la Libération. J’ai montré comment son rapport à la création artistique est bouleversé par l’expérience de l’Occupation et par son engagement dans la Résistance. Cette période renforce sa foi communiste. Dans une dernière partie, j’ai voulu comprendre comment cette musicienne était tombée dans l’oubli. Après la guerre, elle connaît enfin un succès franc, même à l’étranger. Les commandes affluent, du Parti et d’ailleurs. Elle a de plus en plus de responsabilités au sein du cercle communiste et s’engage dans le progressisme musical. Puis, en décembre 1949, elle quitte le Parti et perd le soutien de ce réseau. En quelques années, le nombre de commandes décroît beaucoup. Sa production musicale s’amenuise et devient occasionnelle à la fin des années 1960. Elle se consacre à sa carrière de professeure jusqu’à sa retraite. La vie d’Elsa Barraine est celle d’une femme exceptionnelle qui mérite en soi tout notre intérêt. Mais son parcours permet aussi d’appréhender tout un milieu musical engagé, à la croisée de l’histoire culturelle, sociale et politique.

Valentin Valette, « La migration domestique des femmes philippines en Égypte : ou comment contourner la situation irrégulière ? Analyse des conditions domestiques et de la création communautaire philippine en Égypte », dir. Cédric Parizot, Agnès Deboulet, et Aude Signoles, IUP d’Aix

70De nos jours, la migration de domesticité des femmes philippines au Moyen-Orient, s’incarne par de nouvelles formes bien distinctes, mais traversée par des enjeux convergents. Dans un contexte de décadence des conditions domestiques, la volonté d’améliorer leur situation professionnelle conduit les travailleuses philippines à éventer l’hégémonie du marché domestique acquise par les pays du golfe, le Liban et la Jordanie. Si l’Égypte résonne comme une nouvelle terre migratoire attrayante, elle revêt pourtant un caractère paradoxal si l’on considère, au contraire des pays de la région, l’inexistence de la coutume de Kafala qui régit pourtant la profession dans la région. Malgré la dichotomie existante entre l’irrégularisation de leur statut et la volonté de conditions décentes, les Philippines, par leur capacité à se rassembler en communauté, semblent tirer avantage de cette situation. L’analyse du basculement migratoire et des configurations dans cette nouvelle destination par le prisme de la communauté philippine genrée d’Égypte prend ainsi sens si l’on souhaite comprendre l’émergence de ce nouveau pôle de domesticité. À l’aide de données empiriques récoltées lors d’entretiens au Caire et à Alexandrie, et en s’appuyant sur des thèses préalables effectuées sur le sujet, il advient possible d’appréhender plus amplement ce phénomène récent et peu étudié dans notre discipline sociologique. Dès lors, nous verrons que cette enquête exploratoire, ancrée dans les champs de la sociologie des migrations et des organisations, pointera l’idée que l’absence d’un cadre législatif ne restreint pas, dans l’absolue, le déploiement des migrantes et la construction de leur projet professionnel dans un espace pourtant non-légiféré. Semblablement, les résultats soulevés, conduiront à présumer que l’arrivée croissante du nombre de Philippines en Égypte, à l’image des phénomènes plus anciens dans les destinations voisines, ne puisse cesser d’augmenter et moduler par la suite les dynamiques sociales, spatiales, et juridiques qui sont aujourd’hui en place.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Masters candidats au prix Mnémosyne 2021 »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7796 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7796

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search