Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30Comptes rendusAnne Augereau, Femmes néolithique...

Comptes rendus

Anne Augereau, Femmes néolithiques. Le genre dans les premières sociétés agricoles

Paris, CNRS Éditions, 2021, 304 p.
Sandra Péré-Noguès
Référence(s) :

Anne Augereau, Femmes néolithiques. Le genre dans les premières sociétés agricoles, Paris, CNRS Éditions, 2021, 304 p.

Texte intégral

1Loin du tapage médiatique qui avait entouré le documentaire Lady Sapiens. À la recherche des femmes de la Préhistoire (Thomas Cirotteau, 2021), l’ouvrage d’Anne Augereau propose un état des lieux précis des connaissances sur la question du genre à l’époque du Rubané (5 500-4 900 av. n. è.). Sur plus de 300 pages, dont une cinquantaine de bibliographie, l’autrice décline tous les débats issus du croisement des données fournies par l’archéologie et d’autres disciplines, notamment la paléogénétique.

  • 1 Elle a coordonné avec l’anthropologue Christophe Darmangeat l’ouvrage Aux origines du genre, publié (...)

2Dès l’introduction, A. Augereau ne se contente pas de convoquer les travaux des préhistorien·ne·s, mais elle fait aussi référence aux études des historiennes et aux travaux des anthropologues1. La réflexion générale se déploie ensuite autour de trois chapitres dont la longueur assez inégale s’explique par la démarche très didactique de l’autrice. On peut regretter la mauvaise qualité éditoriale, car la plupart des illustrations (cartes, tableaux, planches) sont beaucoup trop petites pour être lisibles, voire compréhensibles.

3Le premier chapitre est une remarquable synthèse des travaux sur le genre et l’archéologie du genre, dont le développement est récent en France. L’autrice pointe les biais de l’approche archéologique aussi bien du point de vue méthodologique qu’analytique. D’emblée se pose une double question : celle de la visibilité du genre dans les données archéologiques, l’archéologie du genre revenant à mener « l’étude des manifestations matérielles de la différence » (p. 35) et celle de leurs interprétations. Un tableau synthétise les correspondances existant entre matérialité du genre et données archéologiques (p. 56-57). L’autrice rappelle aussi comment pendant plusieurs décennies, deux pôles se sont dessinés dans la communauté des néolithiciens, les uns croyant que les femmes disposaient d’un statut élevé en raison de leur rôle dans l’alimentation, les autres préférant considérer que les femmes s’étaient retrouvées dans une situation beaucoup plus dégradée du fait des activités d’élevage et de leur relégation dans la sphère domestique. Quant aux travaux de Marija Gimbutas sur l’abondance des figures féminines et leur relation avec un culte de la déesse-mère, leur réexamen par Alain Testart a abouti à des conclusions radicalement différentes : ces figures seraient justement des indicateurs du « contrôle » de l’image des femmes et de leur domination. Finalement, à l’exception des travaux récents de Claudine Cohen, l’analyse de la place des femmes, a fortiori du genre, au Néolithique s’avère insuffisante, alors qu’à l’inverse, les études sur la masculinité sont plus nombreuses.

4Le second chapitre fait un point sur le Rubané dont l’extension géographique couvre un million de km2, de la Roumanie jusqu’au Bassin parisien. L’arrivée de populations venues des Carpates a donné lieu selon les contextes à des relations différentes entre populations mésolithiques présentes dans ces régions et migrants. Les données des principaux sites connus ne recensent pas moins de 3 000 individus (figure 7). Néanmoins, A. Augereau choisit de réduire considérablement son corpus à 378 hommes, femmes et enfants pour lesquels les données anthropologiques sont sûres, suffisamment étoffées et la qualité des fouilles indiscutable.

5L’analyse de la distribution des biens funéraires met en évidence que l’identité masculine est beaucoup plus marquée que l’identité féminine et ce dans toutes les régions à l’exception du Bassin parisien. Cette identité masculine ressort de la présence constante d’une ou plusieurs herminettes, de celle moins régulière de haches polies, de flèches, d’andouillers en bois de cerf – tous réservés aux adultes – et de briquets à percussion. Tous ces marqueurs sont des symboles de masculinité, de virilité, alors qu’il n’existe pas vraiment d’outillage spécifiquement associé aux femmes. Seule la parure reste un marqueur mais encore est-il plutôt un marqueur social. Du point de vue des rôles de genre, les données de la bio-archéologie apportent des éléments qui confortent l’idée d’une division sexuée du travail : les stries dentaires observées chez certaines femmes des régions orientales montrent par exemple leur rôle dans le filage ; la robustesse des os des bras révèle aussi qu’une de leurs activités résidait dans le travail de mouture. La chasse, le combat ou le travail du bois, relèvent tous de la sphère masculine, ce qui est corroboré par les traces repérées sur les bras droits de certains individus mâles. D’autres activités telles que le travail des peaux semble avoir requis la participation des deux sexes. Ces assignations de genre semblent aussi intervenir très tôt dans la vie des individus : dès le sevrage (soit vers l’âge de deux ans), les attributs sont déjà déterminés selon les sexes et l’alimentation différenciée au milieu de l’enfance.

6Plusieurs éléments montrent des différences et des inégalités sensibles entre les deux sexes. Les études sur les taux de strontium relevés sur quelques sites révèlent ainsi une certaine mobilité des femmes, alors que les hommes dotés de l’herminette semblent rester sur le même territoire depuis leur enfance. Cette circulation des femmes est probablement liée à un système matrimonial qui privilégiait les lignées patrilocales. À la fin du Rubané, toutefois, on peut observer des actes de violence, peut-être des rapts de femmes, comme l’indique la fosse de Talheim (Bade-Wurtemberg) datée de la fin du VIe millénaire qui rassemblait les dépouilles de 34 individus massacrés mais sans qu’il y ait une seule jeune femme adulte parmi eux (p. 212). Une différenciation apparaît aussi à partir des données bucco-dentaires : les diètes pour les femmes sont composées de plus de féculents et de moins de protéines. Quant au traitement funéraire, il est aussi variable : si des groupes se structurent autour de tombes masculines dotées d’herminettes dans des nécropoles, des groupes de sépultures de femmes parées et d’enfants peuvent être trouvés à proximité de l’habitat comme dans le Bassin parisien.

7La société rubanée présente en définitive des caractères patrilocaux et même patriarcaux évidents : c’est le statut des hommes à herminette qui aurait créé une inégalité entre sexes et une hiérarchie sociale acceptée par le groupe. Quant aux femmes porteuses de grand apparat du Bassin parisien et de Haute-Alsace, elles devaient probablement jouir d’une place privilégiée dans le groupe, mais liée à leur acceptation d’une subordination aux hommes. Celle-ci semble se deviner dès le Mésolithique, voire le Paléolithique, comme en témoigne l’activité de taille des matières premières de bonne qualité, apanage des hommes durant ces périodes.

8Ce livre devrait durablement marquer l’historiographie de l’archéologie du genre et, même si des données nouvelles obligeront à réviser certaines de ses hypothèses, l’autrice a tiré les fils d’une solide toile que chaque archéologue devra remettre sur le métier.

Haut de page

Notes

1 Elle a coordonné avec l’anthropologue Christophe Darmangeat l’ouvrage Aux origines du genre, publié en octobre 2022 et rassemblant des textes d’archéologues et de paléoanthropologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Péré-Noguès, « Anne Augereau, Femmes néolithiques. Le genre dans les premières sociétés agricoles »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7806 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7806

Haut de page

Auteur

Sandra Péré-Noguès

Université Toulouse 2 Jean Jaurès, TRACES UMR 5608, sandra.pere-nogues@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search