Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30Comptes rendusJeanne Gacon-Dufour, La Femme gre...

Comptes rendus

Jeanne Gacon-Dufour, La Femme grenadier, suivi de Faut-il interdire aux femmes d’apprendre à lire ?

Édition Olivier Ritz, Montreuil, Le Temps des Cerises, Coll. « Le temps littéraire »,2022, 204 p.
Véronique Garrigues
Référence(s) :

Jeanne Gacon-Dufour, La Femme grenadier, suivi de Faut-il interdire aux femmes d’apprendre à lire ?, édition Olivier Ritz, Montreuil, Le Temps des Cerises, Coll. « Le temps littéraire », 2022, 204 p.

Texte intégral

1La réédition de La Femme grenadier met en lumière l’engagement d’une autrice, nourrie des débats des Lumières, en plongeant son lectorat dans une histoire quasi-immédiate des événements révolutionnaires. Le texte, publié pour la première fois en 1801 et oublié depuis, a été mis en ligne en 2018 par des étudiant·es d’Olivier Ritz, avant que ce dernier ne propose cette version imprimée et annotée chez un éditeur militant, le Temps des Cerises. La préface d’une dizaine de pages permet de comprendre le contexte d’écriture assez complexe de La Femme grenadier et retrace le parcours de son autrice Jeanne Gacon-Dufour (1753-1835), femme de lettres, souvent présentée comme une « pionnière du féminisme » pour ses textes défendant l’égalité. Elle publie ses premiers ouvrages à partir de 1787, abordant des sujets variés, de l’économie rurale et domestique à la cause des femmes. Dans La Femme grenadier, l’héroïne, Hortense, raconte ses péripéties à la première personne. Ce roman-histoire a pour toile de fond historique les épisodes révolutionnaires entre 1793 et 1794 : la jeune aristocrate, fille d’émigré et novice, doit se débrouiller seule quand les couvents sont supprimés. D’abord cachée chez une patriote exaltée, elle se réfugie à la campagne, avant de s’engager dans les armées de la République pour rejoindre son frère et son amant, travestie en grenadier.

2Tout au long de ses aventures, la jeune femme doit faire face aux débats qui agitent la société française à partir de ses « préjugés » aristocratiques, autour de l’égalité entre les sexes et de l’éducation. Les différentes aventures de la jeune femme sont autant d’occasions pour l’autrice de montrer les désordres causés par la Terreur, provoquant une remise en cause des hiérarchies sociales et interrogeant le genre. Si le roman a pu être perçu comme une œuvre engagée, revendiquant une émancipation féminine, notamment par le biais de l’éducation, il permet aussi de s’interroger sur les stéréotypes sexués dans un domaine très différent, la guerre.

3L’instruction féminine est au cœur du roman et il est complété par une brochure qui suit son édition, Contre le projet de loi de S. M. portant défense d’apprendre à lire aux femmes. Les travaux d’Erica Mannucci, rapportés par O. Ritz, montrent que derrière ces initiales se cache un avocat au Parlement, philosophe, Sylvain Maréchal (1750-1803), lié par une grande complicité intellectuelle avec Jeanne Gacon-Dufour. Il apparaît donc que leurs textes se répondent et doivent être compris comme une stratégie éditoriale pour participer à un débat public sur l’instruction des filles. À ce titre, la publication du roman, accolée au texte de Maréchal, peut être considérée comme une forme d’écriture politique. Pour autant, les personnages féminins du roman ne remettent pas en cause l’ordre établi. Leur éducation les amène à conserver la place assignée à leur sexe : épouse et mère. Le tourbillon révolutionnaire a pu bouleverser les hiérarchies sociales (Hortense, fille d’un marquis épouse un roturier), mais les valeurs familiales sont respectées, les aventures féminines se clôturant par le mariage et la maternité.

4Le titre La Femme grenadier fait référence au dernier développement de l’intrigue, à partir du chapitre XIII (sur les vingt-deux que compte le roman), quand Hortense se travestit en soldat et s’engage dans les armées de la République, plus pour suivre son amant que pour combattre les Chouans. Si le travestissement est une pratique courante dans les fêtes villageoises et galantes, ou dans les œuvres littéraires, il correspond aussi à une réalité historique. Cette transgression de la hiérarchie des sexes est rendue possible par cette parenthèse militaire pendant laquelle les frontières de genre sont les plus bousculées dans le roman. Les actions d’Hortense ne sont pas une simple fiction. L’autrice a dû avoir connaissance de cas similaires car, de l’engagement jusqu’à la vie de camp, les détails qui émaillent le récit sont corroborés depuis par des études historiques. Les recherches de Maria Goupil-Travert ou de Solenn Mabo sur la mobilisation de femmes dans le contexte révolutionnaire et de la guerre civile de la chouannerie montrent des épouses, des sœurs ou des filles, qui recomposent les normes de genre par leurs actions (en s’armant, blessant ou tuant des hommes) ou qui, au contraire, les figent (loger, nourrir et soigner des soldats). Dans tous les cas, il reste difficile de comprendre le sens de leur engagement, contrairement à celui d’Hortense, guidé par l’amour et quelques convictions patriotiques (celles de l’autrice ?).

5Cet épisode de la vie d’Hortense permet de poser la question de l’identité féminine à l’aube du xixe siècle, où l’engagement des citoyennes et leur éducation ont pu être perçus comme des moyens d’émancipations individuelles et collectives. On peut ainsi comprendre les dernières phrases du roman : « moi j’ai une fille que je nourris. Madame Daingreville prétend qu’elle annonce déjà des dispositions à devenir grenadier comme sa mère » (p. 162). La promulgation du Code civil trois ans après la publication du roman sonne le glas des aspirations émancipatrices de l’héroïne et de Jeanne Gacon-Dufour ; elles ne sont plus que fiction.

6L’édition de La Femme grenadier a le bon goût de mettre à la portée de tou·tes un roman agréable à lire sur la période de la Terreur, de faire (re)découvrir une plume féminine engagée de l’époque des Lumières, tout en présentant la complexité des débats et les recompositions sociales qui animent la société française lors de la période révolutionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Garrigues, « Jeanne Gacon-Dufour, La Femme grenadier, suivi de Faut-il interdire aux femmes d’apprendre à lire ? »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7817 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7817

Haut de page

Auteur

Véronique Garrigues

Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, FRAMESPA UMR 5136, vero-garrigues@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search