Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30Comptes rendusLauren Jae Gutterman, Her Neighbo...

Comptes rendus

Lauren Jae Gutterman, Her Neighbor’s Wife : A History of Lesbian Desire Within Marriage

Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2020, 328 p.
Romain Jaouen
Référence(s) :

Lauren Jae Gutterman, Her Neighbor’s Wife : A History of Lesbian Desire Within Marriage, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2020, 328 p.

Texte intégral

1L’ouvrage publié par Lauren Jae Gutterman, Associate Professor à l’Université du Texas à Austin, constitue une belle illustration du dynamisme de l’histoire des homosexualités aux États-Unis. S’inscrivant dans le domaine de l’histoire lesbienne, il porte sur les relations amoureuses et/ou sexuelles entretenues par des femmes avec d’autres femmes pendant leur mariage, depuis l’après Seconde Guerre mondiale jusqu’aux années 1980 – sujet dont la précision témoigne de la maturité du champ. Ce choix de focalisation s’avère pertinent, à la fois pour l’histoire contemporaine des homosexualités, confirmant ou remettant en cause certains récits convenus en la matière, et pour l’histoire des relations conjugales et du mariage hétérosexuel dans les sociétés occidentales.

2L’enquête est construite autour de 300 parcours de vie de femmes retracés à partir d’entretiens d’histoire orale, de lettres, de journaux intimes et d’archives judiciaires liées à des procédures de divorce et de garde d’enfant. L’échelle est nationale, avec des cas puisés dans de nombreux États différents. La focalisation sur la vie de femmes ayant des relations homosexuelles pendant leur mariage (plutôt que sur les femmes célibataires à l’état-civil) constitue un choix très stimulant pour l’histoire lesbienne : l’incitation au mariage étant particulièrement forte pour les femmes dans les années d’après-guerre, nombreuses furent celles qui se trouvèrent mariées avant d’avoir eu des relations avec d’autres femmes. L. J. Gutterman s’interroge sur la manière dont ces femmes prirent connaissance de leur désir homosexuel, comment elles rencontrèrent leurs partenaires, et comment leurs relations s’insérèrent dans les temps et les espaces de la vie quotidienne en marge de leur mariage. Le récit s’articule autour d’une rupture historique située peu ou prou dans les années 1970, marquées par les mouvements de libération gays et lesbiens et par l’introduction progressive du divorce sans faute conjugale aux États-Unis à partir de 1969. Cependant, L. J. Gutterman n’entretient pas le mythe d’une libération des mœurs heureuse consécutive à ces évolutions ; au contraire, elle montre comment la nouvelle configuration sociojuridique rompit les équilibres pérennes établis par ces femmes entre vie sexuelle, vie sentimentale et vie familiale, et précarisa leur situation matérielle et familiale en raison du recours croissant au divorce.

3La première partie de l’ouvrage porte sur les années 1945-1969. Le premier chapitre présente le poids des normes sociales pesant sur les jeunes filles dans la société états-unienne et le caractère évident du mariage dans leur trajectoire. L. J. Gutterman insiste ici sur le caractère davantage fonctionnel que romantique de cette institution. Le deuxième chapitre présente les stratégies déployées par les femmes pour rencontrer d’autres femmes : voisinage, groupements de parents d’élèves, paroisses et cercles associatifs s’avèrent autant de lieux exploitables pour se mettre en lien avec des partenaires potentielles. Les contacts noués à ces occasions donnaient parfois lieu à des relations suivies, souvent au domicile de l’une ou l’autre des amantes. Certains maris refusèrent ces relations, d’autres les ignorèrent, d’autres enfin les acceptèrent, allant pour certains jusqu’à aménager des espaces et des temps de liberté pour leurs épouses. Paradoxalement, les caractéristiques du mariage à l’époque (stigmate pesant sur le divorce, absence de communication ouverte entre mari et femme, absence du mari du domicile pendant la journée) furent favorables à ces rencontres, qu’elles soient discrètes ou reconnues par le conjoint. Le troisième chapitre explore les débats sur ces « épouses lesbiennes » au sein de l’association lesbienne californienne Daughters of Bilitis et sa publication mensuelle The Ladder. L’autrice montre la diversité des points de vue entretenus par les lesbiennes non-mariées à l’égard de ces femmes, allant du soutien moral à la réprobation au titre de leur complicité supposée avec les institutions hétérosexuelles. Le quatrième chapitre aborde l’intérêt des médias pour ces femmes, largement perçues comme des dangers pour le foyer américain, là où l’homosexuel masculin était davantage présenté comme un danger pour la sphère publique.

4La deuxième partie de l’ouvrage aborde les changements consécutifs aux transformations sociales et juridiques des années 1970. Le chapitre 5 montre ainsi les effets de l’incitation au coming out portée par le mouvement lesbien sur les femmes mariées. Critiquées comme complices du système patriarcal et encouragées à se revendiquer lesbiennes, un nombre croissant d’entre elles prirent la décision de quitter leurs maris. Le chapitre 6 aborde les nouvelles expériences qui s’ouvrirent aux femmes à cette période et qui favorisèrent ces décisions de rupture : croissance des réseaux de sociabilité lesbiens aux échelles locale et nationale, ouverture croissante des couples à la discussion intime conduisant à la confession de l’attirance lesbienne au mari, ascension de la psychologie humaniste incitant chacun·e à exprimer et vivre ses désirs, ou encore mode du libertinage échangiste dans la bourgeoisie libérale huppée des grandes villes. Les liens du mariage paraissant de moins en moins indissolubles, ces expérimentations conduisirent le plus souvent au divorce, dont les conséquences – relatées dans le chapitre 7 – furent souvent difficiles pour les femmes. L’autrice montre en effet que les arbitrages financiers et les décisions relatives à la garde des enfants leur furent moins favorables à partir de cette époque, et l’identité lesbienne de la mère fut utilisée comme argument à son encontre, même dans des procédures n’impliquant pas de faute conjugale. L’ouvrage s’achève au chapitre 8 par une réflexion sur l’intérêt médiatique pour le lesbianisme et la bisexualité dans les années 1980.

5L’ouvrage apporte ainsi une contribution majeure à l’histoire des homosexualités au xxe siècle en explorant avec une grande précision la vie de femmes lesbiennes ou bisexuelles n’ayant pas ou peu fréquenté le militantisme lesbien. L’histoire orale constitue pour cela un véritable atout, bien qu’il faille se prémunir (comme l’indique l’autrice p. 4) de l’effet rétroactif de l’expérience du coming out sur les récits de vie. Une autre géographie des rencontres et des pratiques amoureuses se dessine ainsi, à rebours des schémas de concentration communautaire ou de sexualité anonyme dans l’espace public que l’on retrouve pour d’autres populations homosexuelles. L’autrice critique également les concepts de double vie et de placard, trop rigides pour ce terrain : les femmes n’avaient pas « deux vies » puisqu’elles fréquentaient leurs maris et leurs partenaires aux mêmes endroits. L’ouvrage permet aussi de poser un regard nuancé sur l’ère pré-1970, rejetée en bloc par les premiers mouvements LGBT : loin d’un carcan intolérable, elle fut caractérisée par des espaces de négociation permettant à certains individus de mener des vies sentimentales homosexuelles complètes, même sans être officialisées à l’état civil. Le mariage hétérosexuel lui-même apparaît ainsi, paradoxalement, comme une institution « queer » (p. 13) jusqu’aux années 1970, si l’on admet que son caractère formel et dépassionné laissait aux femmes (comme aux hommes) d’importantes marges de manœuvre dans la vie quotidienne. Cette expérience de « liberté contrainte » (p. 7) dans le mariage s’effrita lorsque celui-ci devint un engagement sentimental plus fort impliquant la conjonction de la conjugalité et du désir sexuel réciproque. Dernier apport marquant : le livre constitue un véritable plaidoyer pour une histoire conjointe de l’homosexualité et de la bisexualité, certes attentive aux mouvements discursifs faisant de ces identités des étiquettes distinctes à partir des années 1970, mais sans pour autant présumer que les acteur·rices appartiennent exclusivement à une catégorie ou l’autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Jaouen, « Lauren Jae Gutterman, Her Neighbor’s Wife : A History of Lesbian Desire Within Marriage »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7824 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7824

Haut de page

Auteur

Romain Jaouen

Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP), romain.jaouen@sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search