Navigation – Plan du site

AccueilNumeros30Comptes rendusElissa Mailänder, Amour, mariage,...

Comptes rendus

Elissa Mailänder, Amour, mariage, sexualité : une histoire intime du nazisme,1930-1950

Paris, Éditions du Seuil, 2021, 512 p.
Amélie Nuq
Référence(s) :

Elissa Mailänder, Amour, mariage, sexualité : une histoire intime du nazisme,1930-1950, Paris, Éditions du Seuil, 2021, 512 p.

Texte intégral

  • 1 Voir à cet égard la publication très récente de Patrick Farges, Elissa Mailänder, Marcher au pas et (...)

1À l’automne 2013, ouvre au musée du quartier de Berlin-Mitte une exposition d’histoire locale dédiée à l’école de la maternité de Wedding. Ouverte en 1936, la première des Reichsmütterschulen avait pour mission de former les futures ambassadrices de la maternité national-socialiste. Les difficultés rencontrées par les commissaires de l’exposition pour rassembler des archives permettant une démarche d’histoire « par le bas » (pas d’autobiographies et de témoignages oraux, les appels à témoins étant restés vain) ont constitué, selon Elissa Mailänder, l’élément déclencheur de son travail sur la formation à la maternité sous le nazisme, qui constitue l’objet du chapitre 1 de son livre : Amour, mariage, sexualité : une histoire intime du nazisme,1930-1950. L’historienne s’attaquait là à l’un des sujets les plus controversés de la recherche féministe germanophone, à l’origine de la « querelle des historiennes » (Historikerinnenstreit). Dans les années 1980, l’Américaine Claudia Koonz avait en effet considéré que les mères de famille allemandes avaient été les complices voire les facilitatrices du régime nazi, la maternité étant alors une activité hautement idéologique qui aurait renforcé le nazisme et, plus tard, la guerre. L’historienne allemande Gisela Bock considérait pour sa part que les femmes allemandes étaient avant tout des victimes de la politique démographique eugéniste. Dans la lignée de l’historienne autrichienne Johanna Gehmacher, Elissa Mailänder considère finalement que ces deux perspectives se complètent et qu’elles pointent même les deux faces d’un racisme dialectique. Par un double mouvement d’exclusion et d’inclusion, les groupes et les individus considérés comme « inaptes » étaient stigmatisés, mis à l’écart et ensuite éliminés de façon systématique. Celles et ceux qui appartenaient à la communauté nationale dite du peuple-race (selon la traduction de Volksgemeinschaft proposée par l’historienne Claire Andrieu) étaient en revanche valorisé·es et, par exemple, incité·es à vivre une « hétérosexualité ludique et sensuelle » : autorisation des relations prémaritales, des relations extraconjugales pour les hommes, que l’on encourageait à procréer, acceptation d’enfants illégitimes… Comme l’avait montré l’historienne américaine Dagmar Herzog, l’Allemagne nazie était ainsi tant un lieu de répression que de liberté sexuelle, réinventée selon un agenda raciste, élitiste et homophobe1. Peu de régimes sont en effet allés aussi loin que le nazisme dans l’intromission au sein de l’intimité des individus et des couples, la sexualité constituant ici (encore plus qu’ailleurs ?) un enjeu éminemment politique. On est là au cœur de l’ouvrage passionnant d’Elissa Mailänder, qui a souhaité écrire une « histoire intime du nazisme » entendue comme une histoire incarnée de la société majoritaire, attentive à l’expérience vécue par les acteur·rices et aux gestes du quotidien. Dans la perspective de l’Alltagsgeschichte, il s’agit de « creuser le sens politique du quotidien » afin de saisir la « logique affective de la politique » (Ann Laura Stoler).

  • 2 Sur le versant économique, voir Götz Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands : le IIIe Reich, un (...)

2Le but d’Elissa Mailänder est d’observer, au ras du sol, la politisation à l’échelle locale et privée pour voir comment se construit une société raciste, politisée, ségrégationniste et violente. Elle souhaite ainsi répondre à une question fondamentale, qui taraude de longue date les historien·nes : comment expliquer l’adhésion au nazisme de dizaines de millions de femmes et d’hommes « ordinaires », allemand·es et autrichien·nes, qui lui ont apporté leur soutien des années durant ? L’une des thèses du livre est que la sexualité dite « inclusive » (cf. plus haut) a représenté un aspect majeur de la mobilisation politique : sans elle, la consolidation de la domination nazie aurait été beaucoup moins efficace. La quête d’épanouissement personnel encouragée par le régime (aventures à forte charge érotique, épanouissement professionnel dans les organisations nazies, intimité conjugale…) a contribué à la cohésion interne de la communauté nationale mobilisée2. Pour ce faire, l’auteure ne propose pas une histoire linéaire de la sexualité sous le nazisme mais plutôt une série de sept chapitres constituant autant de « tableaux » : ces « carottages profonds » doivent permettre d’aborder la subjectivité des acteur·rices et la manière dont ces dernièr·es « se sont approprié l’idéologie nazie au pouvoir en agissant avec imagination et astuce ». Organisés selon un plan chronologique (1930-1938, 1939-1945, puis 1945-1951), les différents chapitres abordent la maternité (chapitre 1) et le divorce (chapitre 2) sous le primat de l’hygiène raciale et eugénique ; la promotion sociale des femmes allemandes et autrichiennes membres de la société nazie sur des critères racistes (chapitre 3), mais aussi la violence sexuelle conquérante de l’armée allemande (chapitre 5), ainsi que l’image des jeunes femmes et des soldats allemand·es dans les grands succès du cinéma nazi (chapitre 4) ; puis, après la guerre, la lutte contre les maladies sexuelles transmissibles dans la zone d’occupation américaine en Allemagne (chapitre 6) ainsi que les masculinités nazies en difficulté (chapitre 7). L’auteure assume le caractère fragmentaire des sources et anticipe la critique que l’on pourrait lui faire d’un manque de représentativité de ces sept études thématiques, revendiquant une démarche d’« histoire sociale et culturelle fragmentée, qualitative et réflexive ». Si la question n’est pas épuisée et la critique du manque de représentativité, non fondée de jugement, il reste que le pari de l’auteure est gagné et si l’étude proposée est fragmentée, elle est aussi fouillée, toujours contextualisée et convaincante.

3On retiendra par exemple le portrait de quatre jeunes filles autrichiennes, brossé dans le chapitre 3, à qui le nazisme, et surtout le nazisme en guerre, a apporté des perspectives incomparables et enthousiasmantes quand leur avenir s’annonçait étriqué (scolarité courte, bien plus que celles des garçons) et peu reluisant (chômage, contraintes économiques familiales). Franziska saisit, tout comme Marianne, Erika et Helma, les opportunités professionnelles que lui offre le régime nazi en guerre, qui a besoin de main-d’œuvre féminine. Elle s’oriente dans une nouvelle voie professionnelle et s’enrôle dans le Service du travail du Reich (Reichsarbeitsdienst, RAD), contre l’avis de sa famille et de ses patrons, pour des raisons autant pragmatiques que politiques ; elle y connaîtra une promotion rapide. C’est parce qu’elle intègre un Lebensborn que Marianne peut devenir sage-femme, ce qui constitue pour elle une occasion extraordinaire, étant donnée son extraction familiale. Elle devient « infirmière politique », entièrement formée par le régime nazi, dont la correspondance enthousiaste avec sa famille ne permet pas de savoir si et dans quelle mesure elle a été impliquée dans le tri eugénique et dans le programme clandestin d’assassinat des enfants jugés malades ou non conformes aux critères nazis (20 000 sur le territoire du Reich, comme le rappelle Elissa Mailänder). Dans les organisations nazies qu’elles ont fréquentées, les quatre jeunes filles ont aussi bénéficié d’une offre d’activités de loisirs attractive (sport, sorties, cinémas, voyages) et de la possibilité de rencontrer fréquemment des soldats en permission. Journaux intimes et lettres donnent à voir toute l’insouciance et la joie de vivre de jeunes filles qui ne souhaitent pas se marier tout de suite. Ces quatre trajectoires de vie montrent, selon Elissa Mailänder, que ce n’est pas tant le leader charismatique qu’était Adolf Hitler qui a soudé le lien entre le régime nazi et les sujets, que les opportunités concrètes offertes aux Allemand·es et aux Autrichien·nes. La marge de manœuvre laissée à ces dernièr·es obère d’ailleurs, selon l’auteure, la validité du terme « totalitarisme » pour qualifier le régime nazi. En définitive, la dictature et la guerre n’ont pas du tout constitué des expériences univoquement traumatiques : « l’écrasante majorité des Allemand·es et des Autrichien·nes trouvèrent leur ‘place’ dans le ‘Troisième Reich’ ».

4Un dernier trait distinctif d’Amour, mariage, sexualité : une histoire intime du nazisme, 1930-1950 réside dans le choix de la chronologie, « grille élargie qui permet d’observer continuités et ruptures ». En inscrivant le nazisme dans la longue durée, Elissa Mailänder constate combien les traces de l’expérience de guerre et de l’expérience nazie sont nombreuses. Plus tard, Erika, Franziska, Helma et Marianne seront par exemple nostalgiques de leurs années de jeunesse en temps de guerre, synonymes d’accomplissement personnel et de plaisir pour ces membres de la « société inclusive ». Le chapitre 7 montre également combien la Seconde Guerre mondiale a eu des effets profonds et durables sur les relations entre les sexes et les habitudes sexuelles des hommes et des femmes d’Allemagne et d’Autriche et donc, les effets à long terme des normes de genre nazies.

Haut de page

Notes

1 Voir à cet égard la publication très récente de Patrick Farges, Elissa Mailänder, Marcher au pas et trébucher : masculinités allemandes à l’épreuve du nazisme et de la guerre, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (coll. War Studies), 2022.

2 Sur le versant économique, voir Götz Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands : le IIIe Reich, une dictature au service du peuple, trad. Marie Gravey, Paris, Flammarion, 2022 (1ère édition 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Nuq, « Elissa Mailänder, Amour, mariage, sexualité : une histoire intime du nazisme,1930-1950 »Genre & Histoire [En ligne], 30 | Automne 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/7834 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.7834

Haut de page

Auteur

Amélie Nuq

Université Grenoble Alpes, LAHRA-UMR 519, amelie.nuq@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Mnémosyne
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search