Navigation – Plan du site

AccueilNumeros31Comptes rendusFlavie Leroux, L’autre famille ro...

Comptes rendus

Flavie Leroux, L’autre famille royale. Bâtards et maîtresses d’Henri IV à Louis XIV

Paris, Passés Composés/Humensis, 2022, 272 p.
Claudia Opitz-Belakhal
Référence(s) :

Flavie Leroux, L’autre famille royale. Bâtards et maîtresses d’Henri IV à Louis XIV, Paris, Passés Composés/Humensis, 2022, 272 p.

Texte intégral

1L’autrice de ce livre, Flavie Leroux connait très bien son sujet, les maîtresses et enfants légitimés des deux rois évoqués dans le titre. En effet, elle a écrit sa thèse de doctorat sur les maîtresses royales à l’époque moderne et est spécialiste d’histoire de la cour et des femmes à cette époque-là. Néanmoins, le titre du livre révèle qu’il s’agit ici non seulement de mieux connaître les maîtresses, mais les « autres » familles royales, c’est-à-dire ces constellations (semi-) familiales que formaient les maîtresses royales et leurs enfants avec un statut juridique plutôt fragile à côté de – et parfois même en concurrence avec – la famille légitime du roi fondée sur un acte de mariage officiel et public.

2En effet, depuis la fin du Moyen Âge, presque tous les rois de France eurent des maîtresses mais seuls Henri IV et Louis XIV en ont eu des enfants, formant ainsi d’autres familles à côté des officielles, comme l’explique Flavie Leroux dans l’introduction du livre. Ce sont donc ces deux rois avec leurs maîtresses officielles ou officieuses, qui constituent le sujet du livre – organisé en six chapitres qui nous mènent d’un roi sans reine (Henri IV, séparé de sa femme Marguerite de Navarre pratiquement depuis le jour de son mariage, chap. 1) jusqu’aux « enfants de l’ombre » de Louis XIV (chap. 6), en passant par les deux familles parallèles d’Henri IV (chap. 2), les « frères et sœurs naturels de Louis XIII » (chap. 3), la « naissance d’une nouvelle famille parallèle » de Louis XIV (chap. 4) et, enfin, Louis XIV comme « père et amant absolu » (chap. 5).

3Le sujet des maîtresses royales peut faire penser à des histoires d’amour, de passion, de jalousie, ou aux intrigues de Cour – il y en a du reste dans ce livre, mais relativement peu. Ce qui frappe dès le début, c’est le regard distancié de Flavie Leroux sur ces amours, ces intrigues, ces histoires de famille. En général, elle présente au lectorat des stratégies et stratagèmes familiaux menés pour des motifs en grande majorité financiers, souvent juridiques, voire politiques, et cela en raison des sources exploitées pour ses recherches : les comptes royaux, les documents juridiques voire notariaux, dont, entre autres, les lettres de légitimation des enfants naturels des deux rois, les faveurs accordées aux familles de leurs maîtresses ou les contrats d’achats de terres fait au profit de leurs maîtresses respectives. Ce faisant, le livre évoque l’histoire politique de la France du xviie siècle d’un point de vue spécifique : les maîtresses font partie de la cour royale, partagent la vie personnelle du roi, mais sont, en général, dans une position fragile et dépendante en particulier au moment de la mort du roi ou lorsque son amour s’éteint.

4Il s’agit en même temps d’une histoire de tension avec les lois fondamentales du royaume fondées sur le principe dynastique voire familial. Au moment où s’implante, avec Henri IV, une nouvelle dynastie, la légitimité des enfants royaux est remise en question par la reconnaissance des enfants naturels du roi. Si ceci n’a pas de conséquences néfastes au début du xviie siècle, ce n’est plus le cas au début du xviiie, quand des malheurs démographiques enlèvent à un Louis XIV vieillissant presque tous ses successeurs au trône. C’est à ce moment-là, que la crédibilité du pouvoir des Bourbon est ébranlée par le nouveau système des « maîtresses en titre » et par leur influence sur la vie de cour et la politique du souverain.

5Si parfois émergent des pointes d’émotion, de passion, voire d’agressivité ou des intrigues, c’est parce que Flavie Leroux évoque des observations ou des commentaires des contemporain·e·s rarement neutres envers les maîtresses, le roi ou la reine. En effet, des hommes et des femmes de cour, des diplomates, des observateurs et des observatrices qui font ou non partie de la famille des personnages évoqués livrent des impressions diverses et souvent contradictoires des évènements et surtout des motivations des acteurs et actrices, royaux ou autres. Flavie Leroux guide souverainement son lectorat à travers ces différentes présentations et interprétations – y compris celles des historiens des trois siècles passés –, sur ces personnages importants de l’histoire de France et de la monarchie française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Opitz-Belakhal, « Flavie Leroux, L’autre famille royale. Bâtards et maîtresses d’Henri IV à Louis XIV »Genre & Histoire [En ligne], 31 | Printemps 2023, mis en ligne le 08 septembre 2023, consulté le 01 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8229 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8229

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search