Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Curieux objet de genre, le livre ...

Curieux objet de genre, le livre et sa place dans des inventaires après décès à Lille au XVIIIe siècle

The book, a gendered object: books in 18th-century post-mortem inventories from Lille
Aurore Pinceel

Résumés

L’inventaire après décès a-t-il encore quelque chose à nous apprendre ? La source, bien connue des historien·nes de la culture matérielle et du livre à l’époque moderne, constitue certainement l’un des meilleurs exemples de l’importance pour l’historien·ne du genre de repenser les outils méthodologiques à sa disposition pour traiter des documents paraissant de prime abord avoir livré tous leurs secrets. À partir du cas de l’objet-livre, l’article propose de revisiter le paradoxe auquel aboutissent presque systématiquement les tentatives de cerner à l’aide de l’inventaire la présence dans l’espace domestique d’objets culturellement genrés mais rendus statiquement neutres par le traitement de la source. Une analyse plus fine du document montre que, loin de constituer des groupes de lecteurs homogènes, les détenteurs et détentrices de livres divergent au moins sur trois points – le nombre, la matière et l’inscription spatiale de leurs ouvrages –, qui témoignent des relations contrastées qu’entretenaient les hommes et les femmes vis-à-vis de la culture écrite à l’époque moderne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lorna Weatherill, « A Possession of One’s Own: Women and Consumer Behavior in England, 1660-1740 », (...)
  • 2 Pour une mise au point historiographique sur le rapport des femmes à la lecture en France, voir : D (...)

1En 1986, dans un article resté fondateur des premières rencontres entre l’histoire de la culture matérielle et l’histoire du genre alors naissante, l’historienne anglaise Lorna Weatherill établit une statistique étonnante. À l’issue de l’examen croisé de plusieurs centaines d’inventaires après décès d’hommes et de femmes rédigés en Angleterre entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, elle constate que la fréquence des possesseurs de livres parmi les femmes de son corpus est comparable à celle observée dans l’échantillon masculin, soit 19 %. Et l’historienne de commenter : « Cela ne correspond pas […] à l’idée communément admise selon laquelle les femmes étaient beaucoup moins instruites que les hommes […]. Il n’aurait pas été surprenant de trouver une proportion beaucoup plus faible de femmes détentrices de livres1 ». Manipulé sans précaution, ce résultat tendrait en effet à laisser croire, en dépit des conclusions tirées par les historien·nes de l’éducation à la période moderne, que les relations contrastées entretenues par les hommes et les femmes vis-à-vis de la culture écrite pourraient s’estomper une fois traduites dans l’environnement matériel des individus2. Ce serait cependant mésestimer le talent d’illusionniste de l’inventaire après décès, cet acte notarié par lequel le notaire dresse la liste de tous les biens laissés par un individu à sa mort pour en formaliser la succession.

  • 3 Parmi les enquêtes emblématiques de l’utilisation de l’inventaire après décès au service de l’histo (...)
  • 4 Labarre, op. cit., p. 126-127.

2Particulièrement apprécié des historien·nes de la culture matérielle, à qui il offre la possibilité d’identifier par le traitement sériel d’un grand nombre de documents d’éventuelles ruptures ou évolutions des pratiques matérielles, l’inventaire après décès constitue en réalité une source plus rétive à l’analyse quantitative qu’elle n’y paraît de prime abord, notamment en raison des multiples biais susceptibles de fausser l’interprétation des résultats. Cet inconfort méthodologique est historiographiquement perceptible dans le cas de l’objet-livre, en particulier lorsqu’il est issu de l’inventaire d’une femme. En effet, le traitement des données opéré dans l’écrasante majorité des enquêtes consacrées à la reconstitution du contenu des bibliothèques privées à la période moderne accorde toujours une place très mince à la question des femmes détentrices de livres3. Leur présence semble même embarrasser l’historien Albert Labarre, auteur d’une étude sur les bibliothèques privées d’Amiens au XVIe siècle, qui confesse dans une sous-partie intitulée « Les inventaires divers » avoir écarté 140 inventaires de défuntes de son corpus, probablement en raison de la difficulté à intégrer ces femmes dans une grille d’analyse socio-professionnelle classiquement construite pour un groupe d’individus de sexe masculin4. Il semblerait donc que l’historien·ne du livre et de la lecture désireux·se d’examiner ces documents sous l’angle de la différence de genre ne puisse faire l’économie d’une réflexion renouvelée sur le principe d’utilisation et d’interprétation de la source, au-delà des traditionnelles lectures socio-économiques.

  • 5 Annexe : tableau récapitulatif des sources.
  • 6 Bernard Lepetit, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, p. 450 ; (...)
  • 7 Le démarrage chronologique de cette « révolution » ou « évolution » de la consommation, de même que (...)

3C’est à la lueur de l’exigence méthodologique que requiert ce document que nous avons souhaité reproduire l’expérience de Lorna Weatherill pour tenter de résoudre, au moins en partie, la contradiction à laquelle son examen de l’environnement livresque des hommes et des femmes rencontré·es dans les archives anglaises a abouti. L’ambition est en effet moins de discuter la validité des hypothèses avancées pour expliquer ce paradoxe initial que de réexaminer le postulat statistique duquel ce dernier est issu. Pour mener cette enquête, nous avons fait le choix d’inviter nos lecteur·trices à Lille au moyen de deux séries de 125 documents respectivement rédigés entre les années 1730-1735 et 1785-17865. Oscillant entre le cinquième et le septième rang des villes françaises avec un peu plus de 63 000 habitants en 1740, Lille est alors une grande ville de l’Europe septentrionale caractérisée par la vitalité de son activité commerciale, notamment dans le domaine textile, et son rayonnement politique à l’échelle de la province, en particulier depuis son accession au titre de chef-lieu de la Flandre wallonne sous le règne de Louis XIV6. La détermination des bornes chronologiques de cette recherche est essentiellement conditionnée par le contexte historique et économique : l’étude débute avant la croissance sensible des possibilités de production et d’achat qui marque la seconde moitié du siècle – un phénomène qualifié de « révolution de la consommation » par certain·es historien·nes7 – et se clôt avant une autre révolution, politique cette fois. Le nombre de 125 inventaires correspond quant à lui à la totalité des documents de cette nature conservés par les Archives départementales du Nord pour les années 1730-1735, et reconduit pour les années 1785-1786 à partir d’un principe strictement chronologique, de façon à limiter le risque de distorsion potentiellement induit par une sélection exogène des sources.

4À l’aune de cette masse documentaire réunissant 141 femmes et 109 hommes, le cas de l’objet-livre apparaît comme un observatoire privilégié pour mettre au jour les apports et les limites de la source, en particulier saisie sous le prisme du genre, mais aussi pour rendre compte de la complexité de l’environnement matériel, en l’occurrence livresque, des individus selon leur sexe.

L’inventaire après décès, une source riche mais problématique

L’historien·ne du livre face à l’inventaire

  • 8 Archives départementales du Nord (désormais AD Nord), 2E3, 3216-24, 10 mars 1734.
  • 9 Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Éditions du Seuil, 1987 (...)
  • 10 AD Nord, 2E3, 2159-31, 9 mars 1785 ; AD Nord, 2E3, 2159-217, 4 décembre 1785.
  • 11 Le rapport des individus au livre et plus généralement à l’écrit au XVIIIe siècle déborde très larg (...)

5Par nature, chercher à cerner les contours de l’environnement livresque des hommes et des femmes du XVIIIe siècle à partir d’une série d’inventaires notariés est à bien des égards une entreprise hasardeuse. D’abord, parce que le relevé du notaire ne brille pas toujours par sa précision. Il arrive ainsi régulièrement que le notaire rapporte l’existence de livres sans en donner le détail. En pénétrant dans le cabinet du prêtre lillois Mathias Anselle, par exemple, le notaire y trouve « une quantité de livres dont l’inventaire particulier sera fait par un libraire », sans qu’aucun autre document du fonds ne puisse en attester8. De plus, le notaire n’ambitionne pas de dresser une liste exhaustive des biens d’un foyer, mais porte avant tout son attention sur les objets de prix. Dans le cas des imprimés, cette attitude implique l’exclusion potentielle d’un certain nombre de petits ouvrages de faible valeur, comme les almanachs ou les périodiques. Et même lorsque les livres sont mentionnés, ils sont régulièrement estimés de manière vague9. C’est notamment le cas du contenu du « panier rempli de vieux livres déchirés qui ne méritent pas la peine d’être inventoriés » trouvé chez Angélique Degauquier ou du « paquet de catalogues et de pièces fugitives » signalé chez Jacques Becque10. En ce sens, il convient d’insister sur le fait que l’absence de livres dans un inventaire ne signifie pas que les hommes et les femmes concerné·es ne lisent pas chez eux, et moins encore qu’ils ou elles ne liraient pas du tout11.

  • 12 Pardailhé-Galabrun, op. cit., p. 404.
  • 13 Jean Quéniart, « L’utilisation des inventaires en histoire socio-culturelle », in Bernard Vogler (d (...)
  • 14 Chartier, Lectures et lecteurs..., op. cit., p. 167.

6L’inventaire notarié ne donne en outre aucune information sur la façon dont les livres ont intégré l’environnement matériel des défunt·es. Les ont-ils achetés personnellement, en ont-ils hérité ou leur a-t-on offert ? L’enjeu est de taille car, dans le premier cas, les livres ont été choisis par leur utilisateur·trice en fonction de ses goûts tandis que dans le second, les bénéficiaires se voient imposer des livres dont ils n’ouvriront peut-être jamais la première page12. Et même dans l’hypothèse où l’intégralité du fond aurait été acquise par son ou sa propriétaire, la constitution de la collection a probablement été échelonnée sur plusieurs années, voire plusieurs décennies13. Comment alors rendre compte de l’évolution des centres d’intérêt de l’intéressé·e au fil du temps ? La date de publication des ouvrages, ponctuellement relevée par les notaires, peut tracer une piste, sans toutefois que l’historien·ne puisse en tirer de conclusion définitive. Plus encore, et dans le champ des pratiques de lecture cette fois : les défunt·es en possession de livres en ont-ils eu une utilisation intensive, dans le cadre de leur dévotion quotidienne ou de leur activité professionnelle, ou bien en ont-ils fait un usage strictement ostentatoire en les gardant chaudement rangés dans leurs bibliothèques14 ? En l’absence du témoignage des défunt·es ou des ouvrages eux-mêmes, dont l’état d’usure ou les éventuelles marques de possession auraient pu être riches d’enseignements, il semble difficile de s’avancer sur ce point.

  • 15 Idem.
  • 16 Guignet, Vivre à Lille..., op. cit., p. 380.
  • 17 Guignet, « Lille aux Temps modernes », op. cit., p. 84-85 ; Roger Chartier, « Sociétés de lecture e (...)
  • 18 Chartier, Lectures et lecteurs..., op. cit., p. 167.
  • 19 AD Nord, 2E3, 481-105, 18 septembre 1734.

7Par ailleurs, il convient de se souvenir que l’étendue des lectures des défunt·es ne se limite pas nécessairement aux ouvrages mentionnés par les notaires15. Pour le moins, nous savons en effet que les Lillois·es peuvent au XVIIIe siècle se rendre deux jours par semaine dans la première bibliothèque publique de la ville, ouverte par les chanoines de la collégiale de Saint-Pierre en 1726. À partir de 1761, ils ou elles peuvent même emprunter les ouvrages de leur choix, parmi une vaste collection de titres parfois très récents16. De plus, il n’est pas déraisonnable de penser que les libraires de Lille, au sixième rang des villes françaises pour le nombre de ses imprimeurs en 1764, aient pu ouvrir des cabinets littéraires, tels qu’ils fleurissent partout ailleurs dans le royaume à partir des années 176017. Les ouvrages peuvent également faire l’objet d’une circulation privée entre leurs propriétaires sous la forme de prêts18. Si les mentions relatives à ces pratiques sont rares dans les inventaires, elles sont attestées dans le cas du prêtre Charles Debaisieux, dans la chambre duquel le notaire retrouve « une liste des livres prestez à son neveu Croisier19 ».

L’inventaire au prisme du genre

  • 20 AD Nord, 2E3, 2255-18, 17 juin 1730.

8À ces premières difficultés d’ordre méthodologique s’en ajoutent de nouvelles lorsque l’inventaire est cette fois envisagé au travers d’une grille d’analyse fondée sur la différence de genre. En effet, et c’est là tout l’enjeu, dans la mesure où la grande majorité des logements explorés sont habités ou ont été habités par au moins deux personnes de sexe différent, il est d’autant plus difficile à l’historien·ne d’identifier le biais par lequel les imprimés y ont été intégrés, mais aussi de savoir par qui et comment ils ont été utilisés. Plusieurs exemples issus de ce corpus témoignent ainsi de la difficulté à combler la distance entre le livre possédé et le livre lu. C’est le cas de l’inventaire de la riche rentière Jeanne Wastin, décédée célibataire en 1730, chez qui les notaires relèvent une importante quantité de livres, 70 au total, retrouvés dans le comptoir de sa maison de la rue Esquermoise20. Parmi eux, figurent un grand nombre d’ouvrages de droit, d’histoire et de géographie, en langue française et en latin : les Œuvres du jurisconsulte Charles Loyseau, les Coutumes de Paris, les Estats, empires, royaumes et principautez du monde du géographe Pierre d’Avity et la Chronique de Flandres de l’historiographe du roi Denis Sauvage, notamment. La défunte aurait-elle été passionnée de droit et d’histoire ? Rien n’est moins sûr. En effet, en examinant la liste de ses papiers, on constate que son père Guillaume Wastin était avocat et procureur à Lille. Par ailleurs, les documents listés par le notaire semblent indiquer que la maison qu’occupe Jeanne Wastin appartenait à l’origine à son père et qu’elle s’y soit installée à la mort de ce dernier. Selon toute vraisemblance donc, les livres rangés dans le comptoir seraient en réalité issus d’un legs de son père sans que l’on sache si sa fille en a jamais fait usage.

9En somme, si l’on pensait être en présence d’une importante collection féminine de livres, aucun ne paraît lui avoir appartenu, sauf un. En effet, quelques pages plus loin, le notaire fait mention d’un seul et unique « livre à boucles d’argent », extrait de l’armoire de la chambre de la défunte. L’emplacement et la nature de l’ouvrage, probablement de dévotion, suggèrent que l’ouvrage ait pu appartenir et être régulièrement consulté par Jeanne Wastin. Cet exemple invite donc à une certaine prudence quant à l’interprétation des collections livresques mentionnées dans les inventaires pour tenter d’identifier, presque au cas par cas, l’utilisateur·rice réel·le de chaque ouvrage. Tous les livres sont-ils de même nature ? Sont-ils retrouvés dans les mêmes espaces ? Sont-ils associés à des objets personnels qui permettraient d’identifier leur propriétaire ? Toutes ces questions se posent pour un certain nombre d’inventaires, notamment ceux de défuntes, sans qu’il soit toujours possible d’y apporter des réponses.

10Dans le cas des logements occupés par des couples, se pose également la question de l’éventuelle porosité des espaces et des usages de l’objet-livre. En témoigne le cas de la collection de livres mentionnée dans l’inventaire de Marie Françoise à la Trüye, dame de la Grande Haÿe et veuve du magistrat François Joseph Salembier : 302 volumes, en majeure partie de droit, d’histoire et de dévotion sont retrouvés dans un cabinet. S’il est ici probable que les livres de droit aient été acquis et utilisés par François Salembier dans le cadre de sa profession, que dire des ouvrages de dévotion ? Marie Françoise à la Trüye aurait-elle pu pénétrer dans le cabinet de son mari pour feuilleter la Cour sainte de Nicolas Caussin, De l’usage des passions de Jean-François Senault ou le Traité de l’amour de Dieu de François de Sales ? Sans pouvoir déterminer précisément les livres qui auraient pu être consultés par la maîtresse de maison, il semble que les inventaires concernés par une telle ambiguïté doivent interroger l’historien·ne sur la réalité des pratiques de lecture au sein du couple, mais aussi et plus généralement sur sa manière d’appréhender la source.

Pesée des livres dans les inventaires

  • 21 Guignet, Vivre à Lille..., op. cit., p. 403 ; Pardailhé-Galabrun, op. cit., p. 403.
  • 22 Jean Quéniart, Les Français et l’écrit, XIIIe-XIXe siècle, Paris, Hachette, 1998, p. 142-143.

11Ces remarques à l’esprit, que peut-on dire de la présence de l’objet-livre dans les inventaires lillois ? En observant le nombre d’individus en possession de livres à l’échelle de l’ensemble du corpus, il semble que le livre soit pour nos Lillois·es un bien relativement courant puisque 133 d’entre eux en possèdent au moins un, soit 53 % des individus. La comparaison des résultats obtenus entre 1730-1735 et 1785-1786 reflète une relative stagnation d’un bout à l’autre du siècle : dans les années 1730-1735 en effet, 54 % des inventaires étudiés font mention de livres contre 52 % une cinquantaine d’années plus tard. En ce sens, Lille ne semble pas se situer en marge du profil général du lectorat des grandes villes européennes sur la période, du moins en matière de lectures privées. À titre de comparaison, les inventaires bruxellois du second XVIIIe siècle enregistrent la présence de livres dans 49 % des cas, tandis qu’à Paris ce nombre est de 51 % à des dates semblables21. De même, cette situation relativement stable n’est pas spécifique à la ville de Lille : Jean Quéniart observe le même phénomène dans les villes de l’Ouest à des dates relativement proches22. Preuve de l’imprécision des notaires, seuls 86, soit 65 %, de ces documents mentionnant des livres, permettent d’établir le nombre précis de volumes – et non de titres – contenus dans chaque inventaire. Ces données partielles permettent toutefois d’affirmer sans risque excessif que la majorité des détenteur·rices de livres (52 %) n’en possèdent pas plus de dix.

12La distribution par catégorie sociale de ces propriétaires de livres ne contraste pas non plus avec les constats tirés par d’autres enquêtes (figure 1). En dépit du nombre relativement important d’individus dont il n’a pas été possible de retrouver la profession, on constate sans véritable surprise que les groupes sociaux dans lesquels les possesseurs de livres sont les plus nombreux sont les nobles, les hommes exerçant une charge publique – notaires, conseillers du roi ou militaires hauts gradés par exemple – et les membres du clergé. Les résultats obtenus chez les professionnels de santé et les domestiques, où les fréquences de possesseurs de livres sont exceptionnellement hautes, sont toutefois plus douteux en raison de leur faible nombre dans l’échantillon. Dans les secteurs de l’artisanat ou du commerce, maîtres de métier et marchands creusent significativement l’écart avec les gens de métier, dont seul un quart détient au moins un livre. En tout état de cause, il semble que les données recueillies dans ce corpus lillois confirment les deux règles exposées par Roger Chartier à partir du cas parisien :

  • 23 Chartier, Lectures et lecteurs..., op. cit., p. 169.

Plus la fortune moyenne d’une catégorie sociale est élevée, plus grand est le pourcentage de ses membres possesseurs de livres ; à l’intérieur d’une même catégorie, la proportion des propriétaires de livres croît avec l’élévation des niveaux de fortune23.

Figure 1. Fréquence des détenteur·rices d’au moins un livre par catégorie sociale* (en % et pour 133 détenteur·rices de livres en 1730-1735 et 1785-1786)

Figure 1. Fréquence des détenteur·rices d’au moins un livre par catégorie sociale* (en % et pour 133 détenteur·rices de livres en 1730-1735 et 1785-1786)

* à défaut celle de l’époux

À chacun·e sa bibliothèque ?

  • 24 Marion, op. cit., p. 114.

13Ce qui nous intéresse plus particulièrement ici est la façon dont les données recueillies réagissent si l’on envisage cette fois la place tenue par les livres dans les inventaires des hommes et des femmes. Il apparaît ainsi que, toutes années confondues, 50 % des inventaires dressés suite au décès d’une femme contiennent au moins un ouvrage, contre 56 % de ceux rédigés pour un homme aux mêmes dates. Les données issues de l’enquête de Michel Marion sur les bibliothèques privées à Paris au milieu du XVIIIe siècle aboutissent au même constat. Si la part des individus possédant des livres dans les inventaires parisiens examinés par l’historien est nettement inférieure à celle obtenue à Lille (25 %), on observe que la possession de livres chez les hommes est certes supérieure à celle des femmes mais de peu : respectivement 28 % et 21 %24. Il semble donc que les résultats obtenus par Lorna Weatherill à partir des sources anglaises ne puissent être imputés à quelque exceptionnalité locale : en France comme outre-Manche, les faibles écarts entre les proportions de détenteur·rices de livres dans les groupes masculin et féminin ne permettent pas de considérer le livre comme un objet genré. Mais peut-être faut-il interroger différemment les données recueillies pour mettre au jour, sous la surface de ces premiers résultats, des différences quant aux rapports entretenus par les hommes et les femmes à l’objet-livre qui pourraient corroborer, elles, sans ambiguïté, les conclusions tirées par les historien·nes de l’éducation à la période moderne.

Nombre des ouvrages

  • 25 Béroujon, op. cit., p. 330.

14Sans surprise, parmi ces points de divergence se trouve d’abord le nombre d’ouvrages possédés, comme le constate déjà très nettement Anne Béroujon à Lyon au XVIIsiècle25. À partir d’un échantillon de 86 inventaires pour lesquels il est possible de dénombrer précisément les volumes mentionnés, la médiane du nombre de livres dans le groupe féminin se situe à 7, tandis que celle des hommes se place à 15, soit deux fois plus. Le calcul de la moyenne témoigne également de cette disparité, bien que l’écart extrême des valeurs de l’échantillon – de 1 à 807 livres – amenuise la pertinence du résultat. En examinant en détail la répartition du nombre de livres, on observe que les femmes dominent au sein des possesseurs de 1 à 10 livres (figure 2). Au-delà, les hommes se démarquent nettement, exception faite des individus possédant entre 31 et 80 livres, peu nombreux dans l’échantillon. En somme donc, et au regard des éléments précédemment évoqués, il est possible de conclure raisonnablement que le genre puisse, outre la catégorie sociale, avoir partie liée avec le nombre potentiel de livres détenus par une personne.

Figure 2. Répartition des détenteur·rices de livres par sexe et nombre d’ouvrages possédés (en % et pour 86 détenteur·rices dont le nombre de livres est connu dont 52 femmes et 34 hommes)

Figure 2. Répartition des détenteur·rices de livres par sexe et nombre d’ouvrages possédés (en % et pour 86 détenteur·rices dont le nombre de livres est connu dont 52 femmes et 34 hommes)

Thématiques des ouvrages

  • 26 Frédéric Barbier, « Quelques aspects de l’édition religieuse en Allemagne et en France au XIXe sièc (...)

15La seconde différence perceptible se loge dans les types d’ouvrages qui composent les ensembles de livres détenus par les hommes et les femmes. L’examen des 110 inventaires dans lesquels le type de contenus disponibles dans les bibliothèques est explicite – ou déductible – autorise en effet quelques remarques. D’abord, sur l’ensemble des 110 collections masculines et féminines, 61 % sont exclusivement composées de textes religieux, contre 39 % plus diversifiées contenant des ouvrages traitant de foi mais aussi d’histoire, de géographie, de littérature, de sciences et autres disciplines. Ces résultats n’ont rien d’étonnant au regard de l’importance du livre religieux chez les hommes et les femmes à la période moderne : tous les comptages réalisés par les historien·nes du livre établissent en effet sa nette prédominance à la fois en termes de production et de consommation, au point qu’il n’est pas rare que le livre de piété soit le seul livre relié dont disposent nombre d’individus de condition modeste26.

  • 27 Martin, Une religion..., op. cit., p. 373-374.
  • 28 Dupuy La Chapelle, Instruction d’un père à sa fille : tirée de l’Écriture sainte, sur les plus impo (...)

16En confrontant cette fois les groupes féminin et masculin, il apparaît que sur 63 collections de livres appartenant à des femmes, 78 % contiennent uniquement des ouvrages religieux. Parmi les 47 bibliothèques détenues par des hommes, ce chiffre tombe à 38 %. Il est clair que les livres détenus par les femmes sont nettement moins diversifiés que ceux des hommes. Les vœux des auteurs de traités religieux semblent avoir été exaucés ; l’importance et la quasi-exclusivité du livre religieux chez les femmes peuvent être interprétées comme la traduction matérielle de la mission confiée à ces dernières par l’Église : élever leur âme pour élever celle de leurs proches27. Plus encore, le livre de piété est considéré par de nombreux auteurs comme le garde-fou de la conduite féminine. L’essayiste Dupuy La Chapelle, connu d’au moins deux personnes de ce corpus, affirme ainsi dans son traité Instruction d’un père à sa fille : « Lisez souvent des livres de piété & de morale […]. Vous y trouverez un contrepoison qui vous garantira de la contagion des pernicieuses maximes du siècle28 ».

  • 29 AD Nord, 2E3, 2631-23, 11 mars 1786.
  • 30 AD Nord, 2E3, 1635-80, 20 octobre 1732.

17Certes, on pourra objecter que la diversité d’une collection est largement dépendante du nombre de livres dont dispose un individu, et que l’étroitesse du contenu des lectures féminines n’est probablement pas sans rapport avec le moindre nombre de livres dont elles sont détentrices. Toutefois, on observe que le constat est toujours valable pour un certain nombre de femmes qui possèdent pourtant une petite collection de livres. C’est notamment le cas de la riche rentière Marguerite Rubrecq, chez qui le notaire relève la présence de 37 livres, tous de piété, rangés dans la « bibliothèque à trois rangs » de sa chambre29. Et même lorsque les femmes disposent d’un ensemble de livres plus diversifié que les seuls ouvrages de religion, ces derniers dominent largement. La veuve Jeanne Rohart, par exemple, possède dans une armoire de sa chambre huit livres, dont six sont d’inspiration religieuse. Se détachent seulement une Histoire des Pays-Bas et l’Histoire du ministère du cardinal de Richelieu30.

  • 31 AD Nord, 2E3, 480-47, 24 avril 1733.

18Pour nous convaincre tout à fait, explorons la bibliothèque de Maximilienne Blondel. Cette riche rentière célibataire, logée dans une confortable maison de la rue Royale, est la seule femme du corpus à posséder plus de 80 ouvrages, très exactement 242, listés à la fin de l’inventaire. Parmi eux, 86 % traitent de religion, dont de nombreux volumes de dévotion, des traités spirituels, des commentaires sur les textes sacrés, des vies de chrétiens ou des ouvrages de polémique religieuse, notamment janséniste. Certes, posséder un grand nombre de livres religieux ne signifie pas les avoir tous lus. Il est donc possible de penser que Maximilienne Blondel a davantage porté son attention sur les ouvrages profanes et délaissé la matière religieuse dans ses lectures quotidiennes. On peut toutefois douter qu’elle l’ait totalement négligée au regard du nombre d’objets religieux mentionnés dans son inventaire. Le notaire relève en effet dans sa chambre la présence d’un « bénitier à filagramme d’argent », d’un autre « bénitier présentant la Samaritaine servant au lit de la défunte avec son asperge » et un « dieu en croix à cadre doré », en plus d’un Christ d’écailles de tortue dans la salle, et d’une « Vierge avec son cabinet » dotée de tous ses ornements dans la chambre de la servante31.

19À titre de comparaison avec la collection de Maximilienne Blondel, relevons la part du livre religieux dans les bibliothèques de six des plus gros propriétaires de livres de l’échantillon. Dans la bibliothèque du négociant Philippe Bourla, dotée de 150 volumes, on compte 27 % de livres d’inspiration religieuse. Chez le magistrat François Salembier et le chevalier Pierre Auguste Petitpas, qui possèdent respectivement 113 et 303 ouvrages, cette proportion n’est que de 25 %, et de 24 % chez le marchand Nicolas Dufourny. Elle tombe à 6 % chez Édouard Vanhoenecker, propriétaire de 417 livres, et même à 4 % chez l’officier de chancellerie Jacques Becque, qui domine le corpus avec ses 807 volumes. Sans faire des collections de ces hommes des exemples-types d’un éventuel recul de la foi chrétienne au XVIIIe siècle, il faut toutefois reconnaître que le contraste par rapport à la présence du livre religieux chez Maximilienne Blondel est saisissant.

  • 32 Pierre-Daniel Huet, Traité de l’origine des romans suivi d’observations et de jugemens sur les roma (...)
  • 33 Jean Goulemot, Ces livres qu’on ne lit que d’une main : lecture et lecteurs de livres pornographiqu (...)
  • 34 Henri Coulet, « Le topos du roman corrupteur dans les romans français du XVIIIe siècle », in Jan He (...)

20Pour conclure tout à fait sur ce point, il convient de s’arrêter sur la place prise par un genre emblématique du paysage littéraire du XVIIIe siècle : le roman. Ces « fictions d’aventures amoureuses32 », selon la définition qu’en donne Pierre-Daniel Huet en 1670 dans son célèbre Traité de l’origine des romans, font en effet – toujours – l’objet au XVIIIe siècle d’un vif débat, voire d’une franche condamnation de la part de nombreux auteurs33. Le roman est alors dénoncé pour l’invraisemblance de ses ressorts narratifs, la faiblesse de son style mais aussi et surtout pour son potentiel subversif : puisque le roman invite à l’épanchement des passions voire à l’exaltation de la sexualité, il amollirait la volonté en confortant les lecteur·trices dans un monde d’illusions34. Or, bien que les femmes n’aient jamais eu le monopole de la lecture de romans, un certain nombre de critiques visent directement les lectrices, soupçonnées d’être plus corruptibles par ce type de récréation sentimentale. Il en est ainsi de l’essayiste Barthélemy-Claude Graillard de Graville, qui affirme en 1762 dans son Ami des filles qu’à la différence des garçons, qui choisissent librement leurs lectures en fonction de leurs goûts particuliers, les filles

  • 35 Barthélemy-Claude Graillard de Graville, L’Ami des filles, Paris, Dufour, 1762, p. 99 et 101.

ont ordinairement un goût décidé pour le Roman. Elles dévorent avec avidité ces sortes d’ouvrages. Plus les Héros en sont tendres et malheureux, les faits extraordinaires, plus elles y trouvent d’agrément, entraînées comme par un charme séduisant […]. Laisser une fille se livrer à son penchant, au lieu de réprimer ce qu’il peut y avoir de vicieux en elle, c’est l’exposer à une ruine certaine35.

21Les mises en garde contre une telle menace se justifient-elles chez les lecteur·trices lillois·es ? Et surtout, la vogue du roman au XVIIIe siècle crée-t-elle un espace d’ouverture suffisant pour concurrencer l’emprise du livre religieux dans les bibliothèques des femmes de ce corpus ? Force est de constater que la passion du roman tant décriée au XVIIIe siècle ne semble pas avoir gagné massivement les hommes et les femmes rencontré·es dans ces sources lilloises, sauf à considérer que les amateur·rices de lectures romanesques aient eu préférentiellement recours au prêt entre ami·es ou en librairie. Sur l’ensemble des 110 individus dont le contenu de la bibliothèque est connu, seuls neuf possèdent ce type d’ouvrages. En outre, en rapportant le nombre de romans à la somme totale des ouvrages détenus par chaque individu, on constate que ce type de publication tient dans ces bibliothèques une place si ténue qu’il paraît difficile de parler d’un véritable engouement pour le genre. Les romans représentent en effet moins de 5 % de la masse livresque de sept d’entre elles. En tout état de cause, non seulement les détenteur·rices de romans sont peu nombreux mais le roman tient dans leurs collections une place visiblement marginale.

  • 36 Louise-Geneviève Gomez de Vasconcelle, Le Galant nouvelliste. Histoires du temps, Paris, Jean Guign (...)

22Deux inventaires témoignent toutefois d’une timide percée du roman parmi les ouvrages possédés par des femmes. Le premier est celui de Catherine Delagrange, vivant célibataire dans sa maison de la rue du Nouveau Siècle. Parmi ses dix-huit volumes, figurent bien sûr une majorité de livres d’inspiration religieuse mais aussi deux romans : Le Galant nouvelliste de Louise-Geneviève Gomez de Vasconcelle et L’héroïne mousquetaire de Jean de Préchac36. Le second est celui, exceptionnel, de la veuve Marie Deswazières, dame de Rabodingue, dans la bibliothèque de laquelle le roman représente 52 % des volumes. À sa mort en 1785, le notaire retrouve dans le buffet de la salle une cinquantaine d’ouvrages dont six volumes du Doyen de Killerine, de l’abbé Prévost (1735-1740), quatre volumes du Paysan parvenu, de Marivaux (1734), cinq volumes des Aventures de Robinson Crusoé, de Defoe (1719 pour la version originale en langue anglaise, 1720-1721 pour la traduction française), deux volumes des Contes moraux, de Madame de Beaumont (1774), ainsi que deux romans galants : deux volumes de Nicole de Beauvais, ou L’amour vaincu par la reconnoissance, de Marie-Anne Robert (1767), et deux autres de l’Histoire de Julie Harley, d’Elizabeth Griffith (1776 pour la version originale en langue anglaise, 1778 pour la traduction française). Sans écarter tout à fait la possibilité que ces ouvrages aient pu être offerts à la défunte, il est probable, au regard des dates de leur première publication, qu’elle ait pu se les procurer par ses propres moyens. Si tel était le cas, l’importance prise par le roman dans cette collection, certes unique, nuance le constat précédemment tiré de la faible diversité des contenus littéraires accessibles aux femmes, du moins dans les catégories supérieures de la société.

Espaces dédiés aux ouvrages

23Un troisième motif de divergence est perceptible à travers l’observation du dispositif de conservation des ouvrages dans les intérieurs. En fonction de la précision apportée par le notaire, il est possible de déterminer la manière dont 91 ensembles livresques sont précisément rangés dans une pièce donnée. D’une manière générale, deux modes de conservation dominent largement à l’échelle du corpus. D’un côté, le rangement des ouvrages dans un meuble ou une pièce dédiée qui permettent d’en préserver l’unité. Il peut s’agir d’une bibliothèque, d’un coffre, d’une scribanne, d’un pupitre ou plus largement d’un cabinet ou d’un comptoir explicitement dédié au travail. De l’autre, leur rangement dans un meuble destiné à d’autres types d’objets, le plus souvent aux vêtements mais aussi au linge de maison ou à la vaisselle. On trouve de façon plus ponctuelle une dernière possibilité, celle de déposer des livres à proximité d’objets religieux comme un cabinet à la Vierge, un prie-Dieu, ou un crucifix, c’est-à-dire dans un espace aménagé pour la pratique religieuse.

  • 37 AD Nord, 2E3, 877-79, 25 octobre 1731.
  • 38 Krzysztof Pomian, Des saintes reliques à l’art moderne : Venise-Chicago, XIIIe-XX siècle, Paris, Ga (...)
  • 39 Yann Potin, « Collections et trésors », Hypothèses, 7-1, 2004, p. 17.

24Or, en la matière, la comparaison entre les bibliothèques masculines et féminines est saisissante (figure 3). En effet, la grande majorité des livres possédés par les femmes sont retrouvés dans des meubles à vêtements, tandis que près de la moitié des livres des hommes sont conservés au moyen de dispositifs spécifiquement dédiés à leur rangement ou à leur exposition. Certes, l’intentionnalité de telles mises en scène échappe dans la quasi-totalité des cas à l’historien·ne du fait de l’absence de tout autre indice laissé par le notaire. Elle transparaît pourtant subtilement dans le cas d’Alexandre Zouche, seigneur de la Lande et à la tête de 80 volumes, chez qui l’officier mentionne, à proximité de la bibliothèque installée dans la chambre du maître des lieux, « un petit catalogue in quarto escrit de la main de Monsieur Delalande37 » qui témoigne explicitement de l’intérêt de l’homme pour son « trésor ». Ainsi, il semble bien que la possession du livre soit, pour une partie notable des hommes de ce corpus, un enjeu. Discret dans les intérieurs féminins, il revêt chez eux les caractères de la notion de « collection » proposée par l’historien Krzysztof Pomian : un « ensemble d’objets naturels ou artificiels, […] soumis à une protection spéciale et exposés au regard dans un lieu clos aménagé à cet effet38 ». Le livre se lit bien sûr, mais il se contemple, se montre, se met en scène comme l’objet d’une « formation d’une économie de biens symboliques ou de l’expression du pouvoir39 » que nous serions tentés de qualifier de spécifiquement masculine.

Figure 3. Fréquence des dispositifs de conservation des livres dans les groupes masculin et féminin (en % et pour 91 dispositifs identifiés dont 54 présumément choisis par des femmes et 37 choisis par des hommes)

Figure 3. Fréquence des dispositifs de conservation des livres dans les groupes masculin et féminin (en % et pour 91 dispositifs identifiés dont 54 présumément choisis par des femmes et 37 choisis par des hommes)

Conclusion

25Ainsi donc, interrogé selon une démarche méthodologique adaptée à l’objet-livre mais aussi à l’application d’une grille d’analyse fondée sur la différence de genre, l’inventaire après décès donne à voir une réalité plus complexe que ne le suggéraient les premiers résultats globaux. En effet, alors que la seule mesure de la fréquence d’apparition du livre dans les inventaires ne paraissait pas faire des livres des objets genrés en tant que tels, force est de constater que leur nombre, leur nature et leur inscription dans l’espace domestique revêtent des modalités tout à fait différentes en fonction du sexe de leur propriétaire présumé·e. De manière schématique, les livres possédés par les femmes sont moins abondants, moins diversifiés et davantage associés à l’intimité quotidienne. À l’inverse, les hommes disposent d’un plus grand nombre d’ouvrages, aux contenus débordant largement de la seule matière religieuse, et semblent accorder une attention plus prononcée à la conservation et à l’exposition de leurs collections. Or, bien que les pratiques de lecture effectives de ces défunt·es demeurent inconnues, il est possible que ces différences matérielles puissent occasionner ou être le reflet de rapports différenciés à l’objet-livre, et très probablement à la lecture elle‑même, en fonction du sexe de ses détenteur·rices. Sans atténuer la portée des dynamiques sociales, qui constituent des facteurs incontournables dans les modalités de possession du livre, les données recueillies dans ces inventaires lillois semblent non seulement confirmer la pertinence du genre comme catégorie d’analyse supplémentaire du phénomène, mais aussi inviter à une hypothèse.

  • 40 Rolf Engelsing, Der Bürger als Leser. Lesergeschichte in Deutschland 1500-1800, Stuttgart, Metzlers (...)
  • 41 Reinhard Wittman, « Une révolution de la lecture à la fin du XVIIIsiècle ? », in Guglielmo Cavall (...)
  • 42 Roger Chartier, « Du livre au lire », in Id. (dir.), Pratiques de la lecture, Paris, Payot, 2003 [1 (...)

26Au début des années 1970, l’historien Rolf Engelsing suggère à partir de l’étude de sources allemandes l’existence d’une « révolution de la lecture » qui aurait, au cours du XVIIIsiècle, progressivement entamé le monopole du mode de lecture traditionnel, dit « intensif », au profit d’un nouveau mode de lecture dit « extensif40 ». La lecture « intensive » serait fondée sur un ensemble restreint de textes familiers et doctrinaires, le plus souvent religieux, lus de manière répétitive, seul ou en groupe. La lecture « extensive » quant à elle renverrait à une pratique individuelle, autonome et séculière, appuyée sur des textes diversifiés et lus de manière plus détachée41. Maintes fois débattue, la thèse de Rolf Engelsing fait toutefois école et de nombreux·ses historien·nes partent en quête des lignes de fracture culturelles séparant les groupes de lecteurs dits « intensifs » et « extensifs », en terre protestante ou catholique, dans les milieux populaires ou aisés42.

  • 43 Ibid., p. 95.

27Alors que Roger Chartier propose de « réinterpréter l’opposition entre les deux modes de lecture autant comme l’indice d’une différenciation culturelle à l’intérieur d’une même société que comme la succession de deux pratiques dont l’une se substitue à l’autre43 », il pourrait être intéressant de prolonger ce raisonnement à partir des dynamiques genrées de la possession du livre observées dans le cadre domestique : se pourrait-il que la superposition de ces deux modèles de lecture au XVIIIe siècle et la progressive transition de l’un à l’autre ne reposent pas uniquement sur un clivage social ou confessionnel mais aussi sur un clivage de genre ? Ne pourrait-on pas penser que cette « différenciation culturelle » ne traverse pas uniquement le cadre de la société mais aussi du couple et de son espace ? Bien que l’inventaire seul soit bien incapable d’y répondre, la question mérite d’être posée.

Haut de page

Annexe

Inventaires dressés pour une femme faisant mention de livres (1730-1735 et 1785-1786, AD Nord)*

Cote

Notaire

Année

2907-204

Legrand

1730

3468-28 et 3468-27

Nicole

1730

3477-83

Nicole

1730

269-58

Blanquart

1731

478-65

Caullet

1731

478-32

Caullet

1731

673-44

Coustenoble

1731

479-133

Caullet

1732

479-58

Caullet

1732

878-58

Defaucompret

1732

1635-4

Discart

1732

1635-80

Discart

1732

2257-51

Gossiau

1732

2909-216

Legrand

1732

3679-165

Ployart

1732

3682-182

Ployart

1732

480-47

Caullet

1733

480-83

Caullet

1733

675-14

Coustenoble

1733

879-51

Defaucompret

1733

1230-18

Delobel

1733

1701-48

Dorchies

1733

2910-1

Legrand

1733

2910-143

Legrand

1733

2910-261

Legrand

1733

2910-48

Legrand

1733

3112-128

Lesage

1733

3480-91

Nicole

1733

481-98

Caullet

1734

2259-63

Gossiau

1734

2353-9

Hasbroucq

1734

3113-63 et 3113-64

Lesage

1734

3156-102

Libert

1734

4031-35

Vanoye

1734

273-24

Blanquart

1735

482-19

Caullet

1735

85-87

Ballenghien

1785

824-106

Dautel

1785

944-46

Deffrennes

1785

944-79

Deffrennes

1785

944-131

Deffrennes

1785

1085-68

Delannoy

1785

1085-59

Delannoy

1785

1051-68

Delannoy

1785

2309-26

Gossiau

1785

3176-38

Lys

1785

4216-26

Wildelsen

1785

4216-33

Wildelsen

1785

86-16

Ballenghien

1786

111-65

Becquart

1786

825-46

Dautel

1786

945-47

Deffrennes

1786

945-53

Deffrennes

1786

945-76

Deffrennes

1786

945-115

Deffrennes

1786

1086-49

Delannoy

1786

1086-91

Delannoy

1786

1708-26

Doyen

1786

2631-23

Lambert

1786

2764-162

Lefebvre

1786

2764-93

Lefebvre

1786

2764-153

Lefebvre

1786

2764-103

Lefebvre

1786

3098-95

Leroy

1786

4186-16

Thery

1786

4186-67

Thery

1786

4186-75

Thery

1786

4217-1

Widelsen

1786

4217-74

Widelsen

1786

* à partir d’un dépouillement exhaustif des inventaires après décès disponibles entre 1730-1735 et 1785-1786 aux Archives départementales du Nord (série 2E3).

Inventaires dressés pour un homme faisant mention de livres (1730-1735 et 1785-1786, AD Nord)*

Cote

Notaire

Année

1633-109

Discart

1730

1633-20

Discart

1730

2255-18**

Gossiau

1730

3109-64

Lesage

1730

3477-58

Nicole D.

1730

673-4

Coustenoble

1731

877-79

Defaucompret

1731

2372-150 et 2372-149

Hasbroucq

1731

2908-80

Legrand

1731

479-106

Caullet

1732

878-18

Defaucompret

1732

2257-88

Gossiau

1732

1636-50

Discart

1733

2258-15

Gossiau

1733

2910-98

Legrand

1733

3112-119

Lesage

1733

481-55

Caullet

1734

481-105

Caullet

1734

481-74

Caullet

1734

1637-62

Discart

1734

1637-69

Discart

1734

2259-67**

Gossiau

1734

2353-36

Hasbroucq

1734

2375-29

Hasbroucq

1734

2911-254

Legrand

1734

3216-24

Marissal

1734

482-54

Caullet

1735

677-13

Coustenoble

1735

1638-40

Discart

1735

1638-43 et 1638-44

Discart

1735

3114-101

Lesage

1735

3217-158

Marissal

1735

110-149

Becquart

1785

110-241

Becquart

1785

110-200

Becquart

1785

110-73

Becquart

1785

944-182

Deffrennes

1785

944-175

Deffrennes

1785

944-75

Deffrennes

1785

1051-50

Delannoy

1785

1051-61

Delannoy

1785

1051-73

Delannoy

1785

1564-117

Desrousseaux

1785

1564-10

Desrousseaux

1785

1564-157

Desrousseaux

1785

2044-27

Dupont

1785

2044-79

Dupont

1785

2159-217

Duriez

1785

2630-21

Lambert

1785

2159-214**

Duriez

1785

2159-31**

Duriez

1785

2630-45

Lambert

1785

2763bis-169

Lefebvre

1785

2763bis-20

Lefebvre

1785

3176-32

Lys

1785

4185-52

Wattrelos

1785

4216-34

Wildelsen

1785

111-30

Becquart

1786

111-130

Becquart

1786

825-42

Dautel

1786

945-7

Deffrennes

1786

2764-116

Lefebvre

1786

4217-29

Widelsen

1786

4217-16

Widelsen

1786

* à partir d’un dépouillement exhaustif des inventaires après décès disponibles entre 1730-1735 et 1785-1786 aux Archives départementales du Nord (série 2E3).

** inventaire dressé pour une femme dont les ouvrages appartiennent vraisemblablement à un homme.

Haut de page

Notes

1 Lorna Weatherill, « A Possession of One’s Own: Women and Consumer Behavior in England, 1660-1740 », Journal of British Studies, 25-2, 1986, p. 131‑156.

2 Pour une mise au point historiographique sur le rapport des femmes à la lecture en France, voir : Daniel Fabre, « Lire au féminin », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 11, 2000, p. 1‑25. Sur l’histoire de l’éducation, notamment des femmes, à la période moderne en France : Roger Chartier, Dominique Julia et Marie-Madeleine Compère, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1976 ; François Furet et Jacques Ozouf (dir.), Lire et écrire : l’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, Éditions de Minuit, 1977 ; François Lebrun, Marc Venard et Jean Quéniart, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. 2, De Gutenberg aux Lumières, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981 ; Martine Sonnet, L’éducation des filles au temps des Lumières, Éditions du Cerf, Paris, 1987 ; Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture sous l’Ancien Régime, Paris, Honoré Champion, 2005 ; Isabelle Brouard-Arends et Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval (dir.), Femmes éducatrices au siècle des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

3 Parmi les enquêtes emblématiques de l’utilisation de l’inventaire après décès au service de l’histoire du livre et de la lecture à la période moderne : Roger Doucet, Les bibliothèques parisiennes au XVIe siècle, Paris, Picard, 1956 ; Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIsiècle : 1598-1701, Genève, Droz, 1969 ; Albert Labarre, Le livre dans la vie amiénoise du seizième siècle : l’enseignement des inventaires après décès, 1503-1576, Paris, Louvain, Nauwelaerts, 1971 ; Michel Marion, Recherches sur les bibliothèques privées à Paris au milieu du XVIIIe siècle : 1750-1759, Paris, Bibliothèque nationale, 1978 ; Jean Quéniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au XVIIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1978 ; Anne Béroujon, Les écrits à Lyon au XVIIe siècle : espaces, échanges, identités, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009. Notons que le livre n’est pas ignoré des grandes synthèses consacrées à l’histoire de la culture matérielle : Daniel Roche, Le Peuple de Paris : essai sur la culture populaire au XVIIIsiècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1981, p. 271-320 ; Annik Pardailhé-Galabrun, La naissance de l’intime : 3 000 foyers parisiens, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 403-437.

4 Labarre, op. cit., p. 126-127.

5 Annexe : tableau récapitulatif des sources.

6 Bernard Lepetit, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, p. 450 ; Philippe Guignet, « Lille aux Temps modernes », in Philippe Marchand (dir.), Lille, d’un millénaire à l’autre, Paris, Fayard, 1999, p. 76 ; Philippe Guignet, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1999, p. 91-94.

7 Le démarrage chronologique de cette « révolution » ou « évolution » de la consommation, de même que son origine géographique, sont au cœur d’un débat passionné depuis les années 1980, chaque historien·ne accordant une place variablement décisive à chaque registre du problème : accès à la consommation, commercialisation, existence du consommateur. Accordons-nous pour les besoins de notre sujet à la synthèse de Marie-Emmanuelle Chessel, qui convient que les années 1750 constituent une rupture majeure dans les formes de la consommation en France. Sur ce sujet et sur la controverse qui l’entoure, voir par exemple : Marie-Emmanuelle Chessel, Histoire de la consommation, Paris, La Découverte, 2012, p. 4 ; Natacha Coquery, « La diffusion des biens à l’époque moderne », Histoire urbaine, 30-1, 2011, p. 8‑14.

8 Archives départementales du Nord (désormais AD Nord), 2E3, 3216-24, 10 mars 1734.

9 Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Éditions du Seuil, 1987, p. 167.

10 AD Nord, 2E3, 2159-31, 9 mars 1785 ; AD Nord, 2E3, 2159-217, 4 décembre 1785.

11 Le rapport des individus au livre et plus généralement à l’écrit au XVIIIe siècle déborde très largement hors du cadre strictement domestique. Voir Roger Chartier, « Lectures et sociétés urbaines en France au XVIIIe siècle », in Anne-Marie Christin (dir.), Espaces de la lecture, actes du colloque de la Bibliothèque publique d’information et du Centre d’étude de l’écriture, Université Paris VII, Paris, Centre Georges Pompidou, 1988, p. 128‑133.

12 Pardailhé-Galabrun, op. cit., p. 404.

13 Jean Quéniart, « L’utilisation des inventaires en histoire socio-culturelle », in Bernard Vogler (dir.), Les Actes notariés : source de l’Histoire sociale, XVIe-XIXe siècles, Strasbourg, Librairie ISTRA, 1979, p. 247.

14 Chartier, Lectures et lecteurs..., op. cit., p. 167.

15 Idem.

16 Guignet, Vivre à Lille..., op. cit., p. 380.

17 Guignet, « Lille aux Temps modernes », op. cit., p. 84-85 ; Roger Chartier, « Sociétés de lecture et cabinets de lecture en Europe au XVIIIe siècle. Essai de typologie », in Christiane Genequand (dir.), Société et cabinets de lecture. Actes du colloque organisé par la Société de lecture à Genève le 20 novembre 1993, Genève, Société de lecture, 1995, p. 43‑56.

18 Chartier, Lectures et lecteurs..., op. cit., p. 167.

19 AD Nord, 2E3, 481-105, 18 septembre 1734.

20 AD Nord, 2E3, 2255-18, 17 juin 1730.

21 Guignet, Vivre à Lille..., op. cit., p. 403 ; Pardailhé-Galabrun, op. cit., p. 403.

22 Jean Quéniart, Les Français et l’écrit, XIIIe-XIXe siècle, Paris, Hachette, 1998, p. 142-143.

23 Chartier, Lectures et lecteurs..., op. cit., p. 169.

24 Marion, op. cit., p. 114.

25 Béroujon, op. cit., p. 330.

26 Frédéric Barbier, « Quelques aspects de l’édition religieuse en Allemagne et en France au XIXe siècle : une mutation des modèles culturels ? », in Hans Erich Bödeker, Gérald Chaix et Patrice Veit (dir.), Le livre religieux et ses pratiques : études sur l’histoire du livre religieux en Allemagne et en France à l’époque moderne, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1991, p. 32 ; Philippe Martin, Une religion des livres : 1640-1850, Paris, Éditions du Cerf, 2003, p. 537.

27 Martin, Une religion..., op. cit., p. 373-374.

28 Dupuy La Chapelle, Instruction d’un père à sa fille : tirée de l’Écriture sainte, sur les plus importans sujets concernant la religion, les mœurs et la manière de se conduire dans le monde, Bruxelles, Frères t’Serstevens, 1712 [3e édition], p. 258.

29 AD Nord, 2E3, 2631-23, 11 mars 1786.

30 AD Nord, 2E3, 1635-80, 20 octobre 1732.

31 AD Nord, 2E3, 480-47, 24 avril 1733.

32 Pierre-Daniel Huet, Traité de l’origine des romans suivi d’observations et de jugemens sur les romans français, avec l’indication des meilleurs romans qui ont paru surtout pendant le XVIIIsiècle jusqu’à ce jour, Paris, Desessarts, 1799 [1670], p. 3.

33 Jean Goulemot, Ces livres qu’on ne lit que d’une main : lecture et lecteurs de livres pornographiques au XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, Alinéa, 1991, p. 148. La condamnation du genre romanesque au XVIIIe siècle a fait l’objet de recherches devenues des références : Georges May, Le dilemme du roman au XVIIIe siècle : étude sur les rapports du roman et de la critique (1715-1761), New Haven, Paris, Presses universitaires de France, 1963 ; Françoise Weil, L’interdiction du roman et la librairie, 1728-1750, Paris, Aux Amateurs de livres, 1986.

34 Henri Coulet, « Le topos du roman corrupteur dans les romans français du XVIIIe siècle », in Jan Herman (dir.), L’épreuve du lecteur : livres et lectures dans le roman d’Ancien régime. Actes du VIIIe colloque de la Société d’analyse de la topique romanesque, Louvain, Anvers, 19-21 mai 1994, Louvain, Paris, Éditions Peeters, 1995, p. 175‑190.

35 Barthélemy-Claude Graillard de Graville, L’Ami des filles, Paris, Dufour, 1762, p. 99 et 101.

36 Louise-Geneviève Gomez de Vasconcelle, Le Galant nouvelliste. Histoires du temps, Paris, Jean Guignard, 1693 [1re édition], il s’agit d’un roman galant ; Jean de Préchac, L’héroïne mousquetaire, histoire véritable, Paris, Théodore Girard, 1677-1678 [1re édition], autre roman galant et d’aventures autour du personnage de Christine de Meyrac qui se travestit en homme et s’engage dans l’armée du roi de France.

37 AD Nord, 2E3, 877-79, 25 octobre 1731.

38 Krzysztof Pomian, Des saintes reliques à l’art moderne : Venise-Chicago, XIIIe-XX siècle, Paris, Gallimard, 2003, p. 333.

39 Yann Potin, « Collections et trésors », Hypothèses, 7-1, 2004, p. 17.

40 Rolf Engelsing, Der Bürger als Leser. Lesergeschichte in Deutschland 1500-1800, Stuttgart, Metzlersche Verlagsbuchhandlung, 1974.

41 Reinhard Wittman, « Une révolution de la lecture à la fin du XVIIIsiècle ? », in Guglielmo Cavallo et Roger Chartier (dir.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 332.

42 Roger Chartier, « Du livre au lire », in Id. (dir.), Pratiques de la lecture, Paris, Payot, 2003 [1985], p. 92-96.

43 Ibid., p. 95.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Fréquence des détenteur·rices d’au moins un livre par catégorie sociale* (en % et pour 133 détenteur·rices de livres en 1730-1735 et 1785-1786)
Crédits * à défaut celle de l’époux
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/8326/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 2. Répartition des détenteur·rices de livres par sexe et nombre d’ouvrages possédés (en % et pour 86 détenteur·rices dont le nombre de livres est connu dont 52 femmes et 34 hommes)
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/8326/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Figure 3. Fréquence des dispositifs de conservation des livres dans les groupes masculin et féminin (en % et pour 91 dispositifs identifiés dont 54 présumément choisis par des femmes et 37 choisis par des hommes)
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/8326/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Pinceel, « Curieux objet de genre, le livre et sa place dans des inventaires après décès à Lille au XVIIIe siècle »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8326 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8326

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search