Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32S’organiser entre femmes dans l’A...

S’organiser entre femmes dans l’Association internationale des travailleurs : l’expérience pionnière de la section féminine de Genève (1864-1876)

Women organising in the International Working Men’s Association: the pioneering experience of the Geneva women’s section (1864-1876)
Lola Romieux

Résumés

Cet article revient sur les activités de la Section des dames de Genève, devenue ensuite Section des travailleuses, qui existe de 1868 à 1874 en tant que membre de l’Association internationale des travailleurs (AIT). Se créant dans un contexte où les femmes rencontrent des difficultés à intégrer l’Internationale et à y prendre une part active, la section permet à un groupement d’ouvrières de participer à la vie militante genevoise. Par le développement d’actions de solidarité (collectes pour les grévistes, organisation coopérative, fêtes pour enfants) et de prises de position favorables au travail féminin, les militantes réussissent à impacter l’AIT même au-delà des frontières suisses. La reconnaissance et la renommée obtenues permettent la propagation d’un nouveau modèle d’organisation ouvrière : la section féminine, œuvrant pour l’intégration des revendications des travailleuses à celles des travailleurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacques Freymond (dir.), La Première Internationale. Recueil de documents, Genève, Droz, 1962-1971, (...)
  • 2 Jan Dhondt, Catherine Oukhow, « La Première Internationale en Belgique », in Ernest Labrousse (dir. (...)
  • 3 Karen Offen, Les féminismes en Europe (1700-1950). Une histoire politique, Rennes, Presses universi (...)
  • 4 Michel Cordillot, Serge Wolikow (dir.), Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ? Les difficiles (...)
  • 5 Marianne Enckell, La Fédération jurassienne : les origines de l’anarchisme en Suisse, Lausanne, Édi (...)
  • 6 Marc Vuilleumier, Horlogers de l’anarchisme. Émergence d’un mouvement : la Fédération jurassienne, (...)
  • 7 Samuel Bernstein, The First International in America, New York, Augustus M. Kelley, 1962.
  • 8 Woodford McClellan, Revolutionary Exiles: The Russians in the First International and the Paris Com (...)
  • 9 Max Nettlau, La Première Internationale en Espagne, Dordrecht, D. Reidel, 1969.
  • 10 Arthur Lehning, Michel Bakounine et les conflits dans l’Internationale, Paris, Champ Libre, 1975.
  • 11 Édith Thomas, Les pétroleuses, Paris, Gallimard, 1963.
  • 12 Claire Auzias, Annik Houel, La grève des ovalistes : Lyon, juin-juillet 1869, Lyon, Atelier de créa (...)
  • 13 Nicolas Delalande, La lutte et l’entraide : l’âge des solidarités ouvrières, Paris, Seuil, 2019.
  • 14 Fabrice Bensimon, Quentin Deluermoz, Jeanne Moisand (dir.), “Arise Ye Wretched of the Earth”: The F (...)
  • 15 Antje Schrupp, Nicht Marxistin und auch nicht Anarchistin: Frauen in der Ersten Internationale, Kön (...)
  • 16 Temma Kaplan, « Women and Spanish Anarchism », in Renate Bridenthal, Claudia Koonz (dir.), Becoming (...)
  • 17 Fiorella Imprenti, « Le socialiste italiane all’incrocio tra classe et sesso (1873-1922) », in Carl (...)
  • 18 Carolyn J. Eichner, Franchir les barricades : les femmes dans la Commune de Paris, Paris, Éditions (...)
  • 19 Freddy Joris, Marie Mineur, Marie rebelle, Bruxelles, Avant-propos, 2013.
  • 20 Ibid., p. 33.

1L’Association internationale des travailleurs (AIT), dite Première Internationale, est fondée en 1864 à Londres afin de renforcer les liens de solidarité entre ouvriers de tous les pays. Alors qu’elle s’implante rapidement en Europe et en Amérique du Nord, regroupant différentes tendances socialistes, des femmes souhaitent la rejoindre et intégrer au mouvement les revendications des ouvrières. Toutefois, elles sont confrontées à plusieurs formes de rejet. Les premiers congrès de l’AIT n’adoptent aucune décision de principe sur la possibilité d’adhésion féminine, laissant les sections locales souveraines en la matière. Surtout, l’influence proudhonienne, majoritaire dans les sections française et belge, détermine le vote de résolutions farouchement opposées à la présence de femmes dans les organisations ouvrières. Les congrès de Genève (1866) et de Lausanne (1867) définissent d’ailleurs le travail féminin comme étant contre-nature et affirment que la place « naturelle » des femmes est au foyer pour s’occuper de leurs enfants et de leur mari1. Les positionnements hostiles à la prise en compte des intérêts des ouvrières à lutter côte-à-côte avec les ouvriers sont néanmoins contrebalancés par l’émergence de considérations pratiques concernant les avantages d’organiser l’ensemble de la classe laborieuse. Des femmes adhèrent ainsi à l’AIT dès 1866, bien que des déséquilibres territoriaux émergent de facto dans les dynamiques d’affiliation, étant donné qu’elles se rapprochent surtout des sections les moins défavorables à leur engagement. En outre, la participation féminine au fort mouvement de grèves de 1868-18692 rend inaudibles les positions les plus réactionnaires et détermine une marginalisation des thèses proudhoniennes au sein de l’AIT. Si à partir de ce tournant, l’adhésion féminine n’est plus remise en cause, les femmes demeurent néanmoins globalement exclues des instances de direction et des temps démocratiques aussi bien locaux qu’internationaux. Par exemple, aucune femme ne participe en tant que déléguée aux congrès de l’AIT jusqu’en 1873. Ce manque de représentation dans les débats politiques conduit à une omission des revendications des femmes. Celles-ci doivent alors faire preuve d’inventivité militante afin de s’intégrer à une organisation composée majoritairement d’hommes et où ceux-ci occupent l’ensemble des postes de pouvoir. Par exemple, elles initient des collectes, accueillent des réunions, écrivent dans la presse, chantent lors de meetings, s’impliquent dans des sociétés mutuelles et caisses de résistance, etc. Cette pluralité de l’engagement féminin a été largement négligée par l’historiographie. À l’exception des travaux de Karen Offen, Michelle Perrot et Geneviève Fraisse, les études sur l’histoire des féminismes saisissent difficilement la place sui generis qu’occupent les militantes internationalistes, à l’intersection entre revendications de genre et de classe3. D’autre part, les travaux pionniers réalisés au XXe siècle sur l’émergence du mouvement ouvrier international tendent à minimiser, voire à passer sous silence, la participation féminine. Ils offrent néanmoins une vision exhaustive du développement chronologique des activités de l’AIT et de ses sections, de leurs courants idéologiques hétéroclites ainsi que de leurs débats et positionnements. Ils expliquent particulièrement les origines de l’internationalisme socialiste ainsi que la centralité des querelles entre Marx et Bakounine parmi les raisons ayant provoqué la dislocation de l’AIT. Il s’agit particulièrement des recherches de Serge Wolikow et Michel Cordillot4 en France, Marianne Enckell5 et Marc Vuilleumier6 en Suisse, Samuel Bernstein7 aux États-Unis, Woodford McClellan8 en Grande-Bretagne, Max Nettlau9 et Arthur Lehning10 en Allemagne. Leurs lacunes à l’égard du militantisme féminin ont été comblées en partie par des travaux plus spécifiques, par exemple ceux d’Édith Thomas11 sur le mythe des pétroleuses et de Claire Auzias et Annik Houel12 sur la grève des ovalistes lyonnaises en 1869. Des recherches plus récentes sur l’AIT, abordée au prisme de l’histoire transnationale et globale, permettent de jeter un regard nouveau sur des modalités d’activisme féminin qui dépassent les frontières nationales : c’est le cas, par exemple, de l’étude de Nicolas Delalande sur les mécanismes pluriels de mise en œuvre de la solidarité internationale13. L’ouvrage collectif The First International in a Global Perspective rend compte de la diversité des travaux en cours, allant d’études de cas locaux et nationaux aux recherches sur l’entraide et les mobilisations transnationales14. Antje Schrupp revient notamment sur la trajectoire de quatre militantes internationalistes (André Léo, Virginie Barbet, Victoria Woodhull et Élisabeth Dmitrieff) et analyse leur positionnement dans la diatribe entre Marx et Bakounine15. La participation féminine à l’AIT a été étudiée aussi par Temma Kaplan16 et Fiorella Imprenti17 dans des articles portant plus largement sur l’implication des femmes dans le mouvement ouvrier espagnol et italien, ou encore dans les recherches de Carolyn J. Eichner18 sur les Communardes et dans celles de Freddy Joris sur la figure de Marie Mineur19. En revanche, aucune étude à part entière n’a été consacrée à la dynamique particulière de création de sections féminines à l’échelle locale de l’AIT, alors qu’elle a pourtant été l’un des moyens les plus probants expérimentés par les militantes pour s’intégrer aux débats politiques et voir l’importance de leur engagement reconnue. La première section connue se constitue à La Chaux-de-Fonds en 1866, ce qui amène le conseil général de l’AIT à débattre et à finalement accepter le principe d’une structure exclusivement féminine20. Cette décision enclenche une réaction en chaîne et aboutit au lancement de nouvelles sections féminines partout en Europe, dont la plus importante – en durée et en influence – est la section des dames de Genève, créée en 1868. Malgré une faible documentation archivistique sur ses adhérentes et ses réunions, les initiatives publiques de cette section sont relatées régulièrement par la presse internationaliste, surtout L’Égalité, organe des sections romandes de l’AIT créé en 1868, et Der Vorbote, organe de la section allemande de l’Internationale genevoise, créé en 1866. Ces comptes rendus d’activité permettent d’étudier comment la section parvient à rayonner progressivement au sein de l’AIT. Si elle place la solidarité au centre de son militantisme afin de s’ancrer dans les dynamiques politiques locales, elle met également en avant une conception émancipatrice pionnière du travail féminin afin d’intégrer les revendications des ouvrières au mouvement général du prolétariat. Cela lui permet finalement d’obtenir une influence transnationale prépondérante en s’imposant en tant que modèle de militantisme féminin par-delà les frontières.

La solidarité au cœur de la pratique militante

  • 21 Il s’agit probablement de la fille de François Dupleix, républicain français réfugié à Genève après (...)

2La section des dames trouve son origine dans un projet pragmatique, censé être temporaire et destiné simplement à exprimer le soutien féminin aux luttes passées et en cours menées par les internationalistes. En effet, à l’occasion des préparatifs des festivités pour l’anniversaire de l’Internationale genevoise, des épouses et filles de ses membres se rapprochent afin de confectionner un drapeau à leur offrir. Une certaine B. Dupleix21 annonce ainsi dans une circulaire du 31 juillet 1868 :

  • 22 Bibliothèque de Genève, Archives des typographes, Typo 32-34, Correspondances 1850-1872, Lettre de (...)

Un comité de dames vient de se former dans le but d’offrir un drapeau à l’association des travailleurs de Genève. En conséquence […] nous venons vous prier d’en informer les membres de votre section de bien vouloir en prévenir leurs dames auxquelles nous faisons un appel chaleureux de se joindre à nous pour nous seconder dans notre œuvre22.

  • 23 Le drapeau porte les mots « Offert par les dames de l’Internationale aux sections de Genève », tiss (...)
  • 24 La Voix de l’Avenir, 20 septembre 1868, p. 3.
  • 25 Marc Vuilleumier, « Les drapeaux de la Première Internationale en Suisse », Cahiers d’histoire du m (...)

3Le comité ainsi constitué se réunit deux fois par semaine et effectue une série de souscriptions et de collectes à domicile pour financer son projet. Il offre son drapeau le 5 septembre lors de la soirée d’anniversaire23. En sa qualité de secrétaire du comité, B. Dupleix prononce un discours devant l’ensemble des sections réunies24. L’initiative est couronnée de succès : non seulement le drapeau devient l’emblème des sections genevoises, mais les membres du comité décident de pérenniser et multiplier leurs activités en se constituant en « Section des dames »25. Dès le début de l’année 1869, celle-ci commence à se structurer et à informer régulièrement de ses initiatives dans L’Égalité. La solidarité demeure le maître-mot de sa pratique militante, qui s’approfondit autour de trois domaines principaux : la coopération ouvrière, les collectes de soutien aux grèves et les festivités en faveur des enfants des internationalistes.

  • 26 Michelle Perrot, « Sortir », in Perrot, Fraisse (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. IV, op. (...)
  • 27 Delalande, La lutte et l’entraide…, op. cit., p. 16-17.

4Cette pratique de l’entraide, proche du domaine du care, constitue pour les femmes l’une des portes d’entrée vers le mouvement ouvrier et socialiste26, leur contribution étant reconnue progressivement. Empruntant au modèle charitable une partie de ses gestes27, le glissement sémantique suggère néanmoins une volonté de différenciation politique : il n’est pas question d’aider les pauvres grâce à la magnanimité des riches, mais d’une entraide horizontale entre membres d’une même classe sociale. Par le développement d’activités de care dans une section exclusivement féminine et par le dévouement dont les militantes font preuve dans l’accomplissement de ce rôle, pourtant subalterne, elles obtiennent une gestion quasi autonome de leur groupe ainsi qu’une légitimation de leur engagement. Ainsi, les dispositifs d’entraide ne sont pas une fin en soi, mais sont transformés en outils de propagande politique pour l’amélioration des conditions d’existence des travailleurs et pour la reconnaissance de la contribution pragmatique des femmes aux luttes sociales.

  • 28 « Association internationale des travailleurs », L’Égalité, 6 février 1869, p. 4.
  • 29 « Avis », L’Égalité, 13 février 1869, p. 4.

5La première assemblée générale de la section des dames, qui se tient le 7 février 1869 au Cercle des Quatre-Saisons (siège de l’AIT genevoise), inclut une « causerie sur les ateliers28 ». C’est vraisemblablement de cette première discussion politique sur les conditions de travail des femmes que découle le projet de formation d’une coopérative de lingerie et de travaux ménagers destinée à soutenir celles sans emploi. Elle est mise en place une semaine plus tard et obtient un franc succès auprès des adhérents29. Le Vorbote remarque en novembre 1869 :

  • 30 Cité dans Antje Schrupp, « Die Genfer Frauensektion der Ersten Internationale », MEGA-Studien, 1999 (...)

La section des femmes ne fournit pas seulement aux filles sans travail des emplois convenables, mais en gérant certaines branches de l’industrie pour leur propre compte, elle cherche à les former à gagner plus de manière indépendante et à gagner de meilleurs revenus30.

  • 31 « Adresse de l’Assemblée générale de la section des dames aux internationaux de Bâle », L’Égalité, (...)

6Au-delà de la dimension coopérative, la première assemblée générale de la section des dames se révèle fructueuse du point de vue de la pratique de la solidarité financière à l’égard d’autres militantes. Elle vote en effet une adresse de sympathie aux « frères et sœurs » internationalistes de Bâle, réprimés et licenciés après une grève de rubaniers, et envoie 30 francs pour les soutenir. Elle tente par la même occasion d’entrer en contact avec les membres de la section féminine bâloise, récemment contrainte de se dissoudre, afin de s’informer de leurs conditions de vie aussi bien que de celles de leurs enfants. Par ailleurs, conscientes des entraves linguistiques qui auraient pu miner la communication entre les deux sections féminines, les Genevoises se proposent de mettre en place un service de traduction de l’allemand31.

  • 32 « Change banal », L’Égalité, 4 décembre 1869, p. 2.
  • 33 « À la Rédaction de L’Égalité », L’Égalité, 8 janvier 1870, p. 2.

7Quant aux activités en faveur des enfants, la section initie en décembre 1869 une tradition qui sera reproduite chaque année : l’organisation d’une fête de Noël dédiée aux fils et filles d’internationalistes. À l’issue de préparatifs minutieux, y compris la collecte de dons auprès des militants32, les dames offrent à plusieurs centaines d’enfants une collation au Temple Unique (nouveau siège de l’AIT genevoise), décoré de guirlandes et de drapeaux, puis organisent une loterie et une distribution de jouets33.

  • 34 Désirée Gay préside temporairement la section : Archives nationales, Fonds Fourier et Considérant ( (...)
  • 35 Auzias, Houel, La grève des ovalistes…, op. cit., p. 73-77 et 105-115.

8La pratique de la solidarité initiée par les dames dépasse rapidement les frontières suisses. Au-delà du sentiment internationaliste dicté par l’appartenance même à l’AIT, c’est surtout la composante étrangère de la section qui semble déterminer un élargissement d’horizons. Déjà avant la Commune de Paris, les Genevoises sont rejointes par des militantes russes (Olga Levachoff, Antonia Bakunina, Élisabeth Dmitrieff) et françaises (Désirée Gay34). Cette diversité de nationalités relève à la fois de la place prépondérante qu’occupe Genève dans les circulations socialistes du XIXe siècle et de l’exceptionnalité de la section féminine au sein de l’architecture institutionnelle de l’Internationale genevoise. En effet, cette dernière se compose de sections organisées par métier ou par nationalité (il existe par exemple une section allemande, une section italienne et une section russe). Or, la section des dames propose une forme d’organisation transversale, visant à devenir un centre d’échanges et d’activisme à la fois politique et économique pour tout profil féminin, peu importe son métier et sa nationalité. C’est de cette pratique même de l’unité féminine que découle l’objectif d’entraide entre femmes socialistes à l’échelle internationale, même si les yeux des Genevoises sont surtout rivés sur la France, pour des raisons de proximité géographique et linguistique. En juillet 1869, la section est le seul groupement féminin étranger qui participe à la vaste campagne de l’AIT en soutien d’une grève d’ouvrières ovalistes de Lyon, qui revendiquaient une réduction de la journée de travail et une hausse des salaires et avaient voté leur adhésion en bloc à l’AIT35. La présidente de la section des dames, P. Crosset, publie dans L’Égalité un appel à la solidarité financière :

  • 36 « Correspondance », L’Égalité, 17 juillet 1869, p. 4.

La section des dames, en face des choses qui se passent à Lyon, et qui mettent en souffrance 8 000 de ses sœurs, a décidé, vu ses faibles ressources, de nommer une commission, chargée de faire une collecte à domicile auprès de toutes les dames de l’Internationale36.

  • 37 « Adresse aux travailleurs de Paris », L’Égalité, 7 mai 1871, p. 2.
  • 38 Institut international d’histoire sociale (désormais IIHS), G. Brocher Papers, 185, f° 2-3, Convoca (...)

9En complément de l’entraide matérielle, les Genevoises adhèrent également à des formes de solidarité davantage déclaratoires. Par exemple, six militantes signent l’Adresse aux travailleurs de Paris, adoptée en faveur des Communards par l’assemblée de l’Internationale genevoise du 15 avril 1871, déclarant qu’« il est du devoir de tous les groupes ouvriers d’affirmer hautement la solidarité fraternelle qui nous lie tous et toutes à travers toutes les frontières37 ». Après la Semaine sanglante, plusieurs Communardes exilées s’installent à Genève et rejoignent la section féminine, notamment Paule Mink, Marguerite-Victoire Tinayre et Victorine Brocher38. Les Genevoises organisent tant bien que mal l’aide envers les proscrites, par exemple en les intégrant à un projet d’école solidaire :

  • 39 Lucien Descaves, Philémon, vieux de la vieille, Paris, G. Crès & Cie, 1922, p. 70.

Les enfants ne furent pas oubliés. Les ouvrières de Genève, giletières, blanchisseuses, lingères, cigarières, etc. qui avaient fondé, quatre ans auparavant, la première section des travailleuses de l’Internationale, profitèrent de [l’arrivée des proscrits] pour essayer de réaliser leur projet d’une école enfantine gratuite39.

  • 40 IIHS, International Working Men’s Association, Box 1-64-66-73, dossier 21-1-59, Lettre de Victoire (...)
  • 41 « Discours de la citoyenne Mink », L’Égalité, 7 décembre 1871, p. 2.

10Plus encore, les Genevoises offrent aux réfugiées un cadre privilégié pour continuer leurs activités militantes. Tinayre figure même en tant que secrétaire de la section en 187240, alors que Mink s’exprime au nom de celle-ci pendant un meeting à Carouge, en octobre 1871, appelant les femmes à adhérer à l’AIT pour œuvrer à leur émancipation41.

11L’apport théorique et organisationnel de ces nouvelles militantes permet à la section de peaufiner son effort de conceptualisation vis-à-vis du besoin d’intégration des femmes au mouvement ouvrier sur un pied d’égalité. Un tournant s’opère pour la section, puisque la pratique de l’entraide et l’insertion dans les sociabilités politiques locales se voient complétées par l’élaboration de revendications ayant pour but l’émancipation des ouvrières en même temps que celle des ouvriers.

Une conception émancipatrice du travail féminin

12Alors que les congrès internationaux de 1866-1867 avaient voté contre le principe d’emploi ouvrier des femmes, la section des dames prend l’initiative de le défendre en tant que condition sine qua non de l’émancipation féminine. Privées de la possibilité de travailler, les femmes ne pourraient pas être incluses entièrement au sein du mouvement ouvrier et revendiquer aux côtés des hommes une amélioration des conditions de travail et un affranchissement de l’emprise patronale.

13Un premier tournant s’opère en août 1870 lorsque la section se rebaptise « Section centrale des travailleuses ». Les dirigeantes expliquent ainsi les raisons de ce changement :

  • 42 « Le mouvement des femmes », L’Égalité, 27 août 1870, p. 2.

Nous avons une bonne nouvelle à communiquer à toutes nos sœurs travailleuses. La section des Dames de Genève vient de se transformer en section centrale des Travailleuses. Ce changement de nom dit tout : en effet, les ouvrières ne veulent pas dédaigner leur propre nom et ne veulent point emprunter aux Dames ni leurs principes, ni leur nom. En devenant la section centrale des Travailleuses, ladite section s’impose la tâche de faire la propagande la plus active dans tous les métiers qui occupent les ouvrières et de les appeler toutes à se grouper soit par sections de métiers, soit en entrant dans la section centrale, sous le drapeau de l’Internationale, pour combattre à côté de leurs maris et frères, pour l’émancipation générale de l’humanité ouvrière42.

  • 43 « Section centrale des Travailleuses », L’Égalité, 3 septembre 1870, p. 4.
  • 44 « La section centrale des Travailleuses à Genève », L’Égalité, 14 janvier 1871, p. 3-4.
  • 45 Ibid.

14Rejetant les modèles d’organisations féminines perçus comme bourgeois, les militantes se positionnent désormais nettement comme une section d’ouvrières au sein de l’AIT. Elles relèguent au second plan la solidarité féminine et les revendications relatives aux droits politiques, leur préférant une solidarité de classe et concentrant leur action sur l’obtention des droits sociaux. Si elles visent une lutte côte à côte des travailleurs, leur structuration leur permet néanmoins de garder une autonomie d’action. Cette évolution ne s’arrête pas à un changement de nom. En septembre 1870, des discussions sont entamées pour la constitution d’une coopérative de production de couturières et tailleuses43. Ce projet aboutit en janvier 1871, lorsque la section annonce le lancement d’une association productive destinée à confectionner des vêtements de toutes sortes, vendus à prix modérés. L’objectif premier étant de « procurer de l’ouvrage aux Travailleuses en grève ou en chômage, en rétribuant leur travail convenablement44 », l’ambition est double. D’une part, il s’agit d’une initiative de solidarité matérielle pour « faciliter à la classe ouvrière les moyens de se pourvoir à prix modérés de vêtements bien faits et de bonne qualité45 ». D’autre part, il est question d’encourager le travail féminin mais dans un cadre émancipé des logiques de domination patronale, apprenant aux femmes à contrôler elles-mêmes tout le processus de production. Le projet s’accentue à l’arrivée des Communardes, puisque la section s’appuie sur sa coopérative pour garantir aux réfugiées l’obtention d’un emploi convenablement rémunéré, afin de pallier leurs conditions de vie particulièrement pénibles en raison de la raréfaction du travail et de leur manque de qualification. Victorine Brocher relate en outre le point suivant :

  • 46 IIHS, G. Brocher Papers, 176, f° 4, Fragments relatifs à la situation des proscrits français en Sui (...)

Au Temple Unique on avait ouvert un bureau de renseignement pour les ouvriers et ouvrières sans travail. Mme Olga [Levachoff] et plusieurs autres citoyennes avaient créé une entreprise de lingerie, pour procurer du travail à celles de nos compagnes qui étaient dans l’obligation de subvenir à leurs besoins46.

15Néanmoins, ce n’est qu’en février 1872 que la section se positionne publiquement sur la question du travail féminin, à l’occasion de la fête pour son quatrième anniversaire. Une dirigeante de la section – dont la presse ne rapporte pas le nom – prononce un discours d’une teneur inédite pour détailler les analyses et objectifs politiques des Genevoises. Elle explique que la création de la section découlait du constat des conditions misérables des mères de famille, contraintes de mendier auprès des sociétés de bienfaisance. Dès lors, les femmes ont voulu ouvrir un espace de solidarité ouvrière au sein de l’AIT pour combattre l’humiliation d’être dépendantes de la charité bourgeoise. L’oratrice tente ensuite de convaincre les militants de corriger leurs erreurs à propos du travail féminin. Elle déclare en effet que l’Internationale s’est trompée sur les moyens d’améliorer le sort des ouvrières :

  • 47 « Fête de la section des travailleuses », L’Égalité, 2 mars 1872, p. 3-4.

Comme le travail féminin n’a jamais encore été représenté à ces congrès [internationaux], et que l’ouvrière n’a jamais encore élevé sa voix pour défendre elle-même ses intérêts, on a émis à ces congrès certaines idées erronées47.

  • 48 Ibid.

16Parmi celles-ci, « on a pensé tirer la femme de l’affreux état où elle se trouve en abolissant le travail féminin (congrès de Lausanne). Or, ceci n’est pas admissible48 ». Condamnant le vote de 1867, elle en retrouve les raisons dans l’absence de femmes dans les instances de décision et suggère ainsi que la représentation des ouvrières pourrait résoudre cette défaillance. Puisque le travail est un droit et un devoir qui assure indépendance et dignité, il faut permettre aux femmes d’accéder aux usines et de lutter aux côtés des ouvriers pour espérer l’obtention d’une émancipation véritable :

  • 49 Ibid.

Ce n’est pas en abolissant le travail des femmes qu’on parviendra à les affranchir, mais en les associant au mouvement général du prolétariat, et en groupant leurs forces pour revendiquer les mêmes conditions du travail que réclament les hommes49.

  • 50 Ibid.
  • 51 Ibid.

17L’oratrice souligne donc qu’il est primordial que les travailleuses rejoignent la section, ne pouvant changer que par elles-mêmes leur état d’esclavage : c’est « en prenant part à la lutte économique et en revendiquant leur droit à l’activité sociale et intellectuelle50 » qu’elles parviendront à rompre l’isolement dont sont victimes les ouvrières à domicile, à rendre moins accablant le travail en usine, à obtenir de meilleurs salaires et égaux à ceux des hommes, et ainsi à améliorer la position générale des femmes dans la société. L’oratrice termine par un appel passionné à l’unité des ouvrières : « Seules, nous ne pouvons rien ; réunies, nous ferons ce que nous voulons51 ».

  • 52 Frédéric Chavaud, François Dubasque, Pierre Rossignol, Louis Vibrac (dir.), Les vies d’André Léo : (...)
  • 53 Sylvie Braibant, Élisabeth Dmitrieff : aristocrate et pétroleuse, Paris, Belfond, 1992.
  • 54 Schrupp, Virginie Barbet, op. cit.

18Cet important discours manifeste l’aboutissement des diverses thèses sur la lutte pour l’émancipation des travailleuses qui ont émergé depuis la fondation de l’Internationale, portées par exemple par les femmes de lettres André Léo52 et Paule Mink (toutes deux oratrices et journalistes parisiennes), par la Communarde Élisabeth Dmitrieff53, l’internationaliste lyonnaise Virginie Barbet54 ou la rationaliste anglaise Harriet Law. Seulement, il n’est plus question de théories diffusées par des intellectuelles isolées ou d’initiatives réalisées en marge de l’AIT. L’exceptionnalité du discours réside dans le fait qu’il émane d’un groupement d’ouvrières organisées au sein même de l’Internationale, s’adressant exclusivement à ses militants et visant précisément à bouleverser leur approche vis-à-vis de la question du travail féminin. Surtout, la position masculine est explicitement remise en question. Les militantes sortent du rôle qu’on leur avait traditionnellement confié, à savoir le soutien inconditionnel et subalterne aux actions des hommes : elles se permettent maintenant de contredire les décisions masculines et, faisant preuve d’une volonté d’intervention directe dans les luttes à venir, revendiquent de pouvoir décider par elles-mêmes ce qui auparavant leur était dicté par un entre-soi masculin. Pour ce faire, le mode d’organisation en autonomie et la représentation féminine au sein des instances de l’AIT assument une place centrale : étant donné que les ouvrières ne peuvent compter que sur elles-mêmes pour se libérer de leurs chaînes, elles ont tout intérêt à s’unir, à être solidaires les unes des autres et à voir leurs positions défendues en tout lieu.

19Faisant preuve d’une avancée considérable dans les positions assumées par la section, le discours est emblématique de la rencontre entre les proscrites et les ouvrières genevoises. Les échanges et partages d’expériences variés entre Françaises, Suisses et Russes permettent en effet un saut qualitatif en termes d’analyse et de revendications ; ils ouvrent aussi la voie à des soutiens plus importants, donnant à la section assez de confiance pour affirmer publiquement son opinion. Par la suite, les Genevoises justifient cette prise de position tardive en évoquant leur situation antérieure d’isolement au sein de l’AIT. Ainsi, en novembre 1872, la présidente, Mme Demarchi, écrit dans L’Égalité :

  • 55 « Explication de la section des travailleuses », L’Égalité, 23 novembre 1872, p. 4.

La section a son opinion très arrêtée sur la question du travail féminin et sur le rôle qui incombe à l’ouvrière dans le domaine de l’activité économique, mais […] s’est considérée jusqu’à présent trop isolée et trop peu nombreuse pour se prononcer sur cette question, qui reste encore une question très délicate et qu’on ne peut aborder sans provoquer des sourires d’incrédulité ou des tempêtes d’indignation de ceux-là même dont l’intérêt y est étroitement lié. Convaincue que les actes sont de meilleurs arguments que les paroles les plus persuasives, la Section des Travailleuses attend pour se prononcer que les femmes ouvrières, groupées et organisées en corps de métier, viennent prendre part au mouvement ouvrier et formuler d’une manière irréfutable leurs justes revendications. Le temps n’en est pas éloigné, nous l’espérons55.

20En somme, la prise de position des militantes sur le travail féminin ne dépend pas exclusivement de leurs propres volontés et réflexions, mais de l’état même de l’Internationale. Si la section avait déjà et depuis longtemps adopté une ligne de conduite sur le sujet, la possibilité de l’exprimer publiquement dépendait surtout du type d’accueil qu’elle pouvait escompter de la part des autres militants. De ce fait, les Genevoises attendent stratégiquement d’être plus nombreuses et moins isolées pour adresser clairement leur point de vue aux autres sections. Si le discours de février 1872 constitue une première tentative, les propos de Demarchi suggèrent qu’elle est loin de suffire et que les militantes espèrent pouvoir approfondir leurs explications non seulement lors d’occasions festives mais bel et bien au sein des instances démocratiques de l’organisation. Le bon moment semble en tout cas approcher pour la section des travailleuses, encouragée par des félicitations multiples et, par conséquent, par la reconnaissance progressive obtenue au sein de l’Internationale en tant qu’actrice désormais incontournable.

Des influences de la section à la crise politique de l’unité féminine

  • 56 « Nous recevons du Comité fédéral... », L’Égalité, 7 août 1869, p. 4.
  • 57 « À la Rédaction de L’Égalité », art. cit., p. 2-3.

21Dépendante de l’accueil offert par les militants de l’Internationale, la section féminine tente de conférer le plus de visibilité possible à ses activités. En se rendant quasiment indispensable aux luttes, elle parvient à légitimer progressivement l’organisation en autonomie, ses actions étant de plus en plus encouragées. L’une de ses plus importantes victoires est d’obtenir une représentation dans les instances démocratiques et directives pour y défendre les intérêts des ouvrières. La section part de sa pratique même de la solidarité pour que le reste de l’Internationale genevoise admette l’utilité et l’efficacité du militantisme féminin. Les collectes de soutien aux grévistes de Bâle et de Lyon lui permettent de recevoir des premières félicitations publiques de la part du Comité fédéral romand : « Persuadés qu’elle peut être appelée à rendre de grands services à l’Association dans un avenir peu éloigné, aussi devons-nous l’encourager de toutes nos forces dans la tâche qu’elle a entreprise56 ». De même, à l’occasion de la première fête de Noël en 1869, le président de la section centrale de Genève porte un toast à l’émancipation des femmes et note que, bien que la section des dames soit petite, elle s’est déjà fait remarquer par ses actions57. Le vice-président explique quant à lui dans L’Égalité sa satisfaction pour le succès de la fête, en y voyant le signe d’une tendance positive au rapprochement des femmes aux luttes ouvrières :

  • 58 « Nouvelles de Suisse », L’Égalité, 13 janvier 1870, p. 2.

On est plein de confiance dans l’issue de la grande lutte de l’émancipation du travailleur, lorsqu’on est appuyé de cette manière. Jusqu’à présent c’est sur la femme que le capital a eu les yeux pour assujettir le travailleur, c’est encore de la femme que les différentes sectes religieuses se servent pour faire des prosélytes, et pour abrutir l’intelligence des masses, eh bien, citoyens, il est impossible de ne pas réussir lorsque la femme comprend son émancipation. Quel courage ne peut pas avoir le travailleur, lorsque sa compagne est là avec lui sur la brèche58.

22Reflétant le regard dominant masculin, selon lequel les femmes ne sont a priori pas capables de s’intéresser ni de comprendre par elles-mêmes les rouages de leur subalternité, le dirigeant présente les Genevoises comme une exception, en tant que femmes éclairées. Ce faisant, il justifie du même coup le désintérêt qu’avaient montré les militants vis-à-vis de l’implication des femmes en politique, puisque, selon lui, celles-ci sont le plus souvent victimes d’un endormissement religieux. Profitant de ce qu’il perçoit comme un éveil politique, il avance donc que l’engagement féminin permet aux ouvriers de disposer d’un véritable appui à leurs luttes sociales et facilite des avancées majeures.

  • 59 James Guillaume, L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878), Paris, Société nouvelle de l (...)

23Trois mois plus tard, en avril 1870, une représentante de la section féminine, Marie Louvel, est pour la première fois invitée à se rendre à un congrès de la Fédération romande59. Cette nouveauté ne passe pas inaperçue et la section des dames organise une fête en mai au Temple Unique. De nombreux militants y participent et Marie Louvel lit une profession de foi de la section afin d’encourager de nouvelles adhésions. Selon les rédacteurs de L’Égalité, cet événement prouve ceci :

  • 60 « Change banal de la section des dames », L’Égalité, 7 mai 1870, p. 4.

Les femmes travailleuses, à l’instar des travailleurs, comprennent toute l’importance du mouvement international, s’y associent et ont l’intention de prendre une part active dans la lutte et la résistance universelle du travail contre l’exploitation60.

  • 61 « Section des dames », L’Égalité, 14 mai 1870, p. 4.
  • 62 « Adresse du 3e Congrès de la Fédération romande de l’Association internationale des travailleurs. (...)
  • 63 « Le Congrès romand a appelé aux fonctions... », L’Égalité, 27 mai 1871, p. 1.

24L’admission au cadre démocratique du congrès de 1870 constitue un tournant pour les militantes, leur ouvrant par la même occasion la porte des instances exécutives. En effet, une semaine après la fête, une assemblée générale extraordinaire de la section féminine est convoquée afin d’élire deux déléguées au Comité cantonal61, c’est-à-dire à la direction collégiale des sections genevoises, auparavant composée uniquement d’hommes. En mai 1871, la section est à nouveau représentée au congrès fédéral, cette fois-ci par Marie Schindler62. Lorsque le congrès élit le nouveau Comité fédéral pour l’année 1871-1872, parmi les sept membres choisis figure Marie Petitpierre, elle aussi militante de la section féminine63. En somme, un an après avoir intégré l’instance dirigeante des sections genevoises, les femmes parviennent à accéder à l’organe exécutif de l’ensemble des sections de la Suisse romande.

25Les conditions sont alors réunies pour que la section aborde franchement ses objectifs politiques, c’est-à-dire le soutien au travail féminin, lors de sa fête-anniversaire de février 1872. Les encouragements masculins lui font écho, témoignant d’une prise de conscience de la revendication égalitaire. L’un des orateurs déclare en effet :

  • 64 « Fête de la section des travailleuses », art. cit., p. 4.

La femme a déjà montré ce dont elle est capable en prenant part à nos luttes politiques et sociales, à nos combats révolutionnaires ; elle s’est acquise par elle-même une place égale parmi nous, et cette union cimentée entre les ouvriers et les ouvrières est la garantie la plus sûre de nos prochains triomphes64.

26Par-là, il souligne que les femmes ont légitimé d’elles-mêmes leur présence dans l’AIT : ce n’est pas l’Internationale qui leur a offert une place égale, mais ce sont les femmes qui se sont battues pour l’obtenir et il est temps de la leur reconnaître pour tirer tous les bénéfices possibles de l’union dans la lutte.

  • 65 « Appel aux ouvrières de Lausanne », L’Égalité, 5 mars 1870, p. 3.

27Les victoires obtenues par les Genevoises ne restent pas cantonnées localement : la légitimité qu’elles parviennent à acquérir fait de leur mode d’organisation un modèle qui se propage ailleurs. En mars 1870, L’Égalité informe que « quelques ouvrières de Lausanne ont pris l’initiative de former une section dite des dames, comme il en existe une au sein de l’Association internationale à Genève65 ». Même en dehors de la Suisse, notamment grâce aux circulations internationales de la presse socialiste, les actions menées par les Genevoises impressionnent et déterminent l’apparition de sections féminines en Belgique, en Italie et en Espagne. Parfois, l’influence des Genevoises est même évoquée explicitement dans le processus de constitution de nouvelles sections féminines. Ainsi, en janvier 1870, Le Mirabeau, journal socialiste de Verviers, publie une lettre d’une drapière dénonçant son licenciement injuste et appelant les femmes à s’organiser :

  • 66 Cité dans Joris, Marie Mineur…, op. cit., p. 61.

Sortons donc toutes de cet état de timidité où nous a plongées notre faiblesse ; suivons l’exemple des femmes de Genève, formons une section de l’Association internationale des Travailleurs. Nous ne pouvons rien faire seules, isolées ; une fois que nous serons coalisées, nous pourrons tout, rien ne résiste à l’Association66.

  • 67 Eichner, Franchir les barricades, op. cit., p. 95.
  • 68 Service historique de la Défense, LY 22, Comité des femmes – Période insurrectionnelle, Lettre d’É. (...)

28Deux ans plus tard, Marie Mineur et Hubertine Ruwette fondent la section féminine de l’Internationale verviétoise. Indirectement, les Genevoises parviennent même à avoir une influence sur la Commune de Paris, à travers le rôle de passeuse joué par Élisabeth Dmitrieff. Membre de la section féminine, elle avait assisté à la fondation des deux coopératives67. Lorsqu’elle initie le 11 avril 1871 l’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés, elle conçoit un projet de réorganisation du travail féminin68 calqué sur le mode de fonctionnement et les buts émancipateurs des coopératives genevoises.

29L’écho des activités de la section des travailleuses de Genève détermine, au même titre que les exploits des Communardes, le vote d’une résolution fondamentale par l’AIT en septembre 1871, à la conférence internationale de Londres. Celle-ci ne se contente plus d’admettre passivement l’existence de sections féminines, mais affirme au contraire la nécessité d’en créer de nouvelles.

  • 69 « Conférences secrètes de l’Internationale », Le Radical, 20 octobre 1871, p. 2.

30Comme le note Le Radical de Paris, cette résolution implique que « les différentes succursales seront invitées à organiser des sections d’ouvrières à l’exemple de celles qui existent depuis longtemps à Lyon et à Genève69 ». Les Genevoises obtiennent ainsi un franc succès au plan formel, parvenant à faire admettre par l’AIT tout entière le besoin d’organisation féminine en autonomie. Toutefois, leurs objectifs ne sont qu’à moitié remplis, puisqu’au plan politique l’Internationale doit encore déclarer l’égalité des deux sexes dans les luttes ouvrières et les revendications économiques. Pour œuvrer en ce sens, les Genevoises déploient une tactique en deux temps. D’abord, au congrès fédéral de juin 1872 à Vevey, elles appuient une motion qui recommande ceci aux autres sections :

  • 70 « Résolutions du quatrième Congrès romand », L’Égalité, 13 juin 1872, p. 2.

Employer tous leurs efforts pour faire participer les ouvrières (occupées dans les mêmes branches d’industrie) à toutes les grèves ainsi qu’à toutes les demandes d’augmentations de salaire et de réduction des heures de travail70.

31Ensuite, la section féminine songe à faire en sorte que le congrès international prévu à La Haye pour septembre 1872 adopte une motion identique. Reste à savoir qui va aborder la question au congrès. Dans l’impossibilité financière d’envoyer une déléguée à La Haye, les Genevoises voient venir à leur secours Harriet Law, unique membre féminin du conseil général de l’Internationale, qui propose de se faire leur porte-parole. Le 30 août, Marguerite-Victoire Tinayre, en tant que secrétaire, et quinze autres militantes adressent à Law un mandat pour représenter à La Haye leur revendication égalitaire au plan de la lutte économique :

  • 71 IIHS, International Working Men’s Association, Box 1-64-66-73, dossier 21-1-59, Lettre de Victoire (...)

Considérant d’abord que les besoins de la travailleuse sont égaux à ceux du travailleur et que le salaire de son travail est bien moindre, la Section centrale des travailleuses demande au Congrès d’inclure dans ses résolutions que dorénavant les accords conclus entre les employeurs et les grévistes d’un métier dans lequel sont employées des femmes leur prévoiront les mêmes avantages que pour les hommes71.

  • 72 Ibid.
  • 73 IIHS, Michail Aleksandrovič Bakunin Papers, 1, f° 1-9, Lettre de Jules Gay à Bakounine, 27 janvier  (...)
  • 74 « Le Congrès romand », L’Égalité, 16 avril 1870, p. 2.
  • 75 Virginie Barbet, « Pourquoi je suis collectiviste », La Solidarité, 18 juin 1870, p. 4.

32Malgré cette initiative et pour des raisons inconnues, Law ne se rend finalement pas au congrès. Aucune femme n’y est alors déléguée et la question du travail féminin n’est guère abordée, s’effaçant devant le schisme qui se formalise au même moment au sein de l’AIT entre centralistes et fédéralistes (c’est-à-dire entre marxistes et libertaires). Les Genevoises avaient pourtant espéré apaiser les tensions : dans le mandat confié à Law, elles soutiennent que « plus il y a de groupes d’opinions différents sur les moyens d’atteindre le même but, l’émancipation du travail, plus il est facile de généraliser le mouvement ouvrier sans perdre aucune des forces », et qu’« il convient de laisser aux individus, dans les principes de l’Internationale, le droit de se grouper selon leurs goûts et leurs opinions72 ». Cette tentative de conciliation est due à la propre expérience de la section : par ses positions centralistes, elle avait engendré des conflits non seulement en son sein mais aussi à l’extérieur, menaçant l’idéal d’unité féminine. En effet, dès 1869, Antonia Kwiatkowska rencontre des difficultés à s’intégrer à la section en raison de la méfiance des autres militantes vis-à-vis des idées anarchistes de son mari, Mikhaïl Bakounine73. Les conflits entre marxistes et libertaires s’accentuant en 1870, la section féminine se prononce contre ces derniers au congrès fédéral de 1870. Marie Louvel y attaque les bakouninistes précisément au prisme de leur instrumentalisation de la lutte pour l’émancipation féminine74 et s’attire alors une invective par correspondance de la libertaire lyonnaise Virginie Barbet75. Au lendemain de la Commune, les dissensions idéologiques rendent la section des travailleuses incapable de rassembler toutes les libertaires exilées en Suisse romande, à l’image de Barbet, d’André Léo ou d’Anna Jaclard. Mais dans le contexte exceptionnel de la proscription communarde et au vu des résultats obtenus à la conférence de Londres de 1871, la section tente de se présenter sous un nouveau jour : par le biais d’Harriet Law, elle entend agir en faveur de l’unité de l’AIT et favoriser ainsi celle entre les différentes militantes.

  • 76 Cité dans Freymond (dir.), La Première Internationale…, op. cit., t. IV, p. 197.

33Cet appel à la modération n’est pas entendu, ni même prononcé à La Haye. Au contraire, le congrès vote l’exclusion de l’AIT de Mikhaïl Bakounine et James Guillaume, qui fondent une semaine plus tard une Internationale antiautoritaire. Les Genevoises choisissent de rester dans l’AIT centraliste. Elles réussissent d’ailleurs à envoyer deux déléguées (les couturières Marie Sattler et Mme Boulanger) au congrès international de septembre 1873, d’autant qu’il se tient à Genève. Bien qu’aucune prise de parole de leur part ne soit rapportée, leur présence suffit à susciter une certaine stupeur, comme en témoigne le Times de Londres pour qui il s’agit d’une « nouveauté qui mérite d’être signalée76 ». Si l’exploit est remarquable, s’agissant de la première fois que des femmes sont admises en tant que mandatées à un congrès international, la consolation est maigre. En effet, la dramatisation des différends idéologiques provoque le dépérissement progressif de chacune des deux Internationales en termes de capacités militantes. La section des travailleuses n’y échappe pas : elle enregistre de moins en moins d’initiatives entre 1873 et 1874 et semble déjà inactive depuis quelque temps lorsque, en juillet 1876, l’AIT centraliste s’auto-dissout à la conférence de Philadelphie.

34La crise de l’AIT marque la fin de toute tentative de pérennisation des acquis organisationnels et politiques de la section des travailleuses de Genève. Cette dernière exerce toutefois une influence majeure sur le mouvement socialiste féminin, prouvant la viabilité d’un mode de fonctionnement inédit : l’organisation en autonomie. La structure ad hoc qu’est la section féminine rapproche les militantes d’un statut égal à celui des hommes dans la lutte ouvrière. La pratique de la solidarité permet d’arborer une adhésion précoce aux valeurs internationalistes tout en favorisant une première prise en compte de l’efficacité et de l’utilité féminines. Leur contribution les rend progressivement des actrices incontournables de la vie militante locale. Une fois que cette position est assurée, elles peuvent s’attaquer aux questions plus proprement politiques de la reconnaissance du travail féminin et de l’intégration des ouvrières à la lutte économique. L’action des Genevoises s’articule progressivement aussi du point de vue géographique et institutionnel. La visibilité de l’action féminine obtenue auprès des militants locaux leur permet de se représenter elles-mêmes dans les espaces démocratiques et directifs : on leur ouvre la porte de la direction cantonale, puis du congrès et de l’exécutif fédéraux, et enfin des congrès internationaux. L’attention portée à la composante féminine de l’AIT ailleurs qu’à Genève va crescendo. De Bâle à Lausanne, en passant par Lyon et Paris, de l’accueil des Communardes à l’entente avec Harriet Law, la section des travailleuses fait parler d’elle, s’entoure de réseaux transnationaux de soutiens et essaime son modèle d’organisation jusqu’à sa consécration dans la résolution de Londres en 1871. Souvent admirée, parfois critiquée, il est indéniable qu’entre 1869 et 1872 elle constitue pour les femmes internationalistes soit un centre de ralliement, soit un modèle d’organisation à reproduire localement. L’influence transnationale de la section la propulse de manière imparable comme un fer de lance de la lutte pour l’égalité entre ouvrières et ouvriers.

Haut de page

Notes

1 Jacques Freymond (dir.), La Première Internationale. Recueil de documents, Genève, Droz, 1962-1971, t. I, p. 31 et p. 215-221.

2 Jan Dhondt, Catherine Oukhow, « La Première Internationale en Belgique », in Ernest Labrousse (dir.), La Première Internationale. L’institution. L’implantation. Le rayonnement, Paris, Éditions du CNRS, 1969, p. 151-163.

3 Karen Offen, Les féminismes en Europe (1700-1950). Une histoire politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012 ; Michelle Perrot, Geneviève Fraisse (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. IV : le XIXe siècle, Paris, Perrin, 2002.

4 Michel Cordillot, Serge Wolikow (dir.), Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ? Les difficiles chemins de l’internationalisme (1848-1956), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1993 ; Michel Cordillot, Aux origines du socialisme moderne. La Première Internationale, la Commune de Paris, l’exil, Paris, Éditions de l’Atelier, 2010.

5 Marianne Enckell, La Fédération jurassienne : les origines de l’anarchisme en Suisse, Lausanne, Éditions L’Âge d’Homme, 1971.

6 Marc Vuilleumier, Horlogers de l’anarchisme. Émergence d’un mouvement : la Fédération jurassienne, Lausanne, Payot, 1988.

7 Samuel Bernstein, The First International in America, New York, Augustus M. Kelley, 1962.

8 Woodford McClellan, Revolutionary Exiles: The Russians in the First International and the Paris Commune, Londres, Frank Cass, 1979.

9 Max Nettlau, La Première Internationale en Espagne, Dordrecht, D. Reidel, 1969.

10 Arthur Lehning, Michel Bakounine et les conflits dans l’Internationale, Paris, Champ Libre, 1975.

11 Édith Thomas, Les pétroleuses, Paris, Gallimard, 1963.

12 Claire Auzias, Annik Houel, La grève des ovalistes : Lyon, juin-juillet 1869, Lyon, Atelier de création libertaire, 2016.

13 Nicolas Delalande, La lutte et l’entraide : l’âge des solidarités ouvrières, Paris, Seuil, 2019.

14 Fabrice Bensimon, Quentin Deluermoz, Jeanne Moisand (dir.), “Arise Ye Wretched of the Earth”: The First International in a Global Perspective, Leyde/Boston, Brill, 2018.

15 Antje Schrupp, Nicht Marxistin und auch nicht Anarchistin: Frauen in der Ersten Internationale, Königstein, Ulrike Helmer Verlag, 1999.

16 Temma Kaplan, « Women and Spanish Anarchism », in Renate Bridenthal, Claudia Koonz (dir.), Becoming Visible: Women in European History, Boston (MA), Houghton Mifflin, 1977, p. 400-421.

17 Fiorella Imprenti, « Le socialiste italiane all’incrocio tra classe et sesso (1873-1922) », in Carlo De Maria (dir.), Sulla storia del socialismo, oggi, in Italia. Ricerche in corso et riflessioni storiografiche, Bologne, BraDypUS, 2015, p. 87-94.

18 Carolyn J. Eichner, Franchir les barricades : les femmes dans la Commune de Paris, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020.

19 Freddy Joris, Marie Mineur, Marie rebelle, Bruxelles, Avant-propos, 2013.

20 Ibid., p. 33.

21 Il s’agit probablement de la fille de François Dupleix, républicain français réfugié à Genève après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte de décembre 1851 et l’un des fondateurs de l’Internationale dans cette ville.

22 Bibliothèque de Genève, Archives des typographes, Typo 32-34, Correspondances 1850-1872, Lettre de B. Dupleix au président de la section des typographes, 31 juillet 1868.

23 Le drapeau porte les mots « Offert par les dames de l’Internationale aux sections de Genève », tissés en dessous du libellé de l’AIT en français et en allemand.

24 La Voix de l’Avenir, 20 septembre 1868, p. 3.

25 Marc Vuilleumier, « Les drapeaux de la Première Internationale en Suisse », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, 31, 2015, p. 26-29.

26 Michelle Perrot, « Sortir », in Perrot, Fraisse (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. IV, op. cit., p. 474-475.

27 Delalande, La lutte et l’entraide…, op. cit., p. 16-17.

28 « Association internationale des travailleurs », L’Égalité, 6 février 1869, p. 4.

29 « Avis », L’Égalité, 13 février 1869, p. 4.

30 Cité dans Antje Schrupp, « Die Genfer Frauensektion der Ersten Internationale », MEGA-Studien, 1999, p. 107- 125.

31 « Adresse de l’Assemblée générale de la section des dames aux internationaux de Bâle », L’Égalité, 13    février 1869, p. 3.

32 « Change banal », L’Égalité, 4 décembre 1869, p. 2.

33 « À la Rédaction de L’Égalité », L’Égalité, 8 janvier 1870, p. 2.

34 Désirée Gay préside temporairement la section : Archives nationales, Fonds Fourier et Considérant (1796-1899), 10/AS/42 T-Z, Dossier 8, Lettre de Désirée Gay à Victor Considérant, 17 septembre 1890.

35 Auzias, Houel, La grève des ovalistes…, op. cit., p. 73-77 et 105-115.

36 « Correspondance », L’Égalité, 17 juillet 1869, p. 4.

37 « Adresse aux travailleurs de Paris », L’Égalité, 7 mai 1871, p. 2.

38 Institut international d’histoire sociale (désormais IIHS), G. Brocher Papers, 185, f° 2-3, Convocation d’assemblée de la section des dames à Victorine Brocher, 9 février 1873.

39 Lucien Descaves, Philémon, vieux de la vieille, Paris, G. Crès & Cie, 1922, p. 70.

40 IIHS, International Working Men’s Association, Box 1-64-66-73, dossier 21-1-59, Lettre de Victoire Tinayre à Harriet Law, 30 août 1872.

41 « Discours de la citoyenne Mink », L’Égalité, 7 décembre 1871, p. 2.

42 « Le mouvement des femmes », L’Égalité, 27 août 1870, p. 2.

43 « Section centrale des Travailleuses », L’Égalité, 3 septembre 1870, p. 4.

44 « La section centrale des Travailleuses à Genève », L’Égalité, 14 janvier 1871, p. 3-4.

45 Ibid.

46 IIHS, G. Brocher Papers, 176, f° 4, Fragments relatifs à la situation des proscrits français en Suisse, s. d.

47 « Fête de la section des travailleuses », L’Égalité, 2 mars 1872, p. 3-4.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 Frédéric Chavaud, François Dubasque, Pierre Rossignol, Louis Vibrac (dir.), Les vies d’André Léo : romancière, féministe et communarde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

53 Sylvie Braibant, Élisabeth Dmitrieff : aristocrate et pétroleuse, Paris, Belfond, 1992.

54 Schrupp, Virginie Barbet, op. cit.

55 « Explication de la section des travailleuses », L’Égalité, 23 novembre 1872, p. 4.

56 « Nous recevons du Comité fédéral... », L’Égalité, 7 août 1869, p. 4.

57 « À la Rédaction de L’Égalité », art. cit., p. 2-3.

58 « Nouvelles de Suisse », L’Égalité, 13 janvier 1870, p. 2.

59 James Guillaume, L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878), Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, 1907, t. II, p. 1-2.

60 « Change banal de la section des dames », L’Égalité, 7 mai 1870, p. 4.

61 « Section des dames », L’Égalité, 14 mai 1870, p. 4.

62 « Adresse du 3e Congrès de la Fédération romande de l’Association internationale des travailleurs. À la Commune de Paris », L’Égalité, 27 mai 1871, p. 2.

63 « Le Congrès romand a appelé aux fonctions... », L’Égalité, 27 mai 1871, p. 1.

64 « Fête de la section des travailleuses », art. cit., p. 4.

65 « Appel aux ouvrières de Lausanne », L’Égalité, 5 mars 1870, p. 3.

66 Cité dans Joris, Marie Mineur…, op. cit., p. 61.

67 Eichner, Franchir les barricades, op. cit., p. 95.

68 Service historique de la Défense, LY 22, Comité des femmes – Période insurrectionnelle, Lettre d’É. Dmitrieff pour la commission exécutive du Comité central à la commission de travail et d’échange de la Commune, s. d.

69 « Conférences secrètes de l’Internationale », Le Radical, 20 octobre 1871, p. 2.

70 « Résolutions du quatrième Congrès romand », L’Égalité, 13 juin 1872, p. 2.

71 IIHS, International Working Men’s Association, Box 1-64-66-73, dossier 21-1-59, Lettre de Victoire Tinayre à Harriet Law, 30 août 1872.

72 Ibid.

73 IIHS, Michail Aleksandrovič Bakunin Papers, 1, f° 1-9, Lettre de Jules Gay à Bakounine, 27 janvier 1869.

74 « Le Congrès romand », L’Égalité, 16 avril 1870, p. 2.

75 Virginie Barbet, « Pourquoi je suis collectiviste », La Solidarité, 18 juin 1870, p. 4.

76 Cité dans Freymond (dir.), La Première Internationale…, op. cit., t. IV, p. 197.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lola Romieux, « S’organiser entre femmes dans l’Association internationale des travailleurs : l’expérience pionnière de la section féminine de Genève (1864-1876) »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8381 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8381

Haut de page

Auteur

Lola Romieux

Université de Strasbourg, UR 3400 ARCHE, ED 519, l.romieux@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search