Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Psychotropes et hystérie à la Sal...

Psychotropes et hystérie à la Salpêtrière, le cas de Célina Marcil (1870-1879)

Psychotropic drugs and hysteria at the Salpêtrière, the case of Célina Marcil (1870-1879)
Zoë Dubus

Résumés

Célina Marcil…, blanchisseuse de 27 ans, est internée depuis 1867 à la Salpêtrière. Diagnostiquée hystérique, souffrant de vaginisme, elle subit des attaques extrêmement violentes. Afin de la soulager et s’assurer ainsi du calme de leur service, les aliénistes de l’hôpital ont alors pour habitude de fournir généreusement des sédatifs tels que l’éther ou la morphine à leurs patientes. Ses médecins lui administrent donc de fortes doses de psychotropes qui exacerbent ses délires érotiques, minutieusement retranscrits dans l’étude de cas qui lui est consacrée. Au sein d’une institution coercitive et face au regard libidineux que le personnel médical pose sur elle, Célina Marcil fait néanmoins preuve d’une certaine capacité d’agir. Réclamant jusqu’à la violence que ses médecins lui fournissent les quantités d’éther ou de morphine désirées, se servant d’eux pour intensifier ses réactions voluptueuses, utilisant l’éther pour parvenir à la jouissance sexuelle impossible à atteindre avec son amant, la jeune femme parvient un temps à s’adapter à sa condition.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le nom complet de cette patiente est inconnu. Ses médecins l’appellent parfois « Célina Marcil… », (...)
  • 2 Désiré Bourneville et Paul Regnard, Iconographie photographique de la Salpêtrière : service de M. C (...)
  • 3 Désiré Bourneville et Paul Regnard, Iconographie photographique de la Salpêtrière : service de M. C (...)

1Au milieu des années 1870, dans le service de Charcot à la Salpêtrière, deux internes, Désiré Bourneville et Paul Regnard, travaillent à l’étude de l’hystérie. Ils font paraître plusieurs volumes de photographies de malades accompagnées de leurs études de cas. « Célina Marcil…1 » est une des cinq premières patientes à être ainsi présentées. Une relation très particulière semble s’être nouée entre elle et ses thérapeutes : son observation est en effet publiée en deux parties dans deux volumes de l’Iconographie photographique de la Salpêtrière (en 18772 et 18803) où elle est l’une des plus longues (55 pages contre 12, 19, 15 et 61 pour les autres patientes) ; elle est aussi la plus photographiée (15 planches contre 4, 5, 3 et 11) au sein du premier volume. Elle n’est pourtant pas la patiente la plus ancienne : Rosalie est dans le service depuis trente ans et Geneviève est arrivée en 1864. Les deux autres patientes sont entrées à peu près en même temps que Célina M.

Figure 1. « Hystéro-épilepsie »

Figure 1. « Hystéro-épilepsie »

Planche XXV de l’Iconographie photographique de la Salpêtrière, par Regnard et Bourneville, 1877, p. 115.

  • 4 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 114.

2En 1877, Célina M., blanchisseuse de 28 ans, est internée depuis dix ans à la Salpêtrière. Diagnostiquée hystérique, souffrant de vaginisme, elle subit des attaques quotidiennes extrêmement violentes et intègre à partir de 1870 le service de Charcot. Sa longue observation est rédigée d’après les notes prises au jour le jour par ses différents médecins depuis 1874. Les informations biographiques la concernant sont fournies par son père et par elle-même ; les médecins notent au sujet de ces indications qu’ils ne sauraient « affirmer l’exactitude absolue de tous ces renseignements » mais que les dires de Célina M. et de son père, « interrogés séparément, concordent sur les points principaux4 ». La jeune femme est issue d’un milieu modeste. Elle a eu 14 frères et sœurs dont deux seulement sont encore vivants. Élevée en nourrice, rentrée chez ses parents à 18 mois sans savoir marcher ni parler, elle souffre ensuite de rhumatismes articulaires qui entraînent sa longue hospitalisation aux Enfants malades. Ses parents l’envoient seulement quelques mois à l’école puis elle commence à travailler à 12 ans dans différentes places ; elle y est souvent brutalisée. Victime d’une tentative de viol à l’âge de 16 ans par l’homme chez qui elle était alors placée, des « phénomènes hystériques » se déclenchent (cauchemars, crampes, tremblements et perte de connaissance). Peu de temps après, elle subit sa première « attaque de nerfs », selon son expression rapportée dans son observation et est internée l’année suivante. Afin de les soulager et s’assurer ainsi du calme de leur service, les aliénistes de l’hôpital ont alors pour habitude de fournir généreusement des sédatifs tels que l’éther ou la morphine à leurs patientes. Ses médecins lui administrent donc de fortes doses de psychotropes. Or, l’éther provoque chez elle des délires érotiques, minutieusement retranscrits dans son étude de cas.

  • 5 Zoë Dubus, La Morphinée - Représentations de la femme morphinomane dans le discours médical, 1870-1 (...)
  • 6 Zoë Dubus, Médicament ou poison ? Médecins, médecine et psychotropes du XIXe siècle à nos jours en (...)
  • 7 Sara Elizabeth Black, “Psychotropic Society: The medical and cultural history of drugs in France, 1 (...)
  • 8 Aude Fauvel, « Cerveaux fous et sexes faibles (Grande-Bretagne, 1860-1900) », Clio. Femmes, Genre, (...)
  • 9 Phyllis Chesler, Women and madness, New York, Doubleday, 1972 ; Carroll Smith-Rosenberg, « The hyst (...)
  • 10 Tammy Anderson et Raymond J. Michalowski, Neither Villain Nor Victim: Empowerment and Agency Among (...)
  • 11 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, opcit., p. 114.

3Cette observation m’avait marquée au début de mes recherches sur la Morphinée5. En reprenant ces archives dans le cadre d’un doctorat qui visait à présenter notamment l’histoire de l’usage médical de la morphine en France6, je découvris dans la thèse de l’historienne Sara Black l’évocation rapide de cette étude de cas. Black y soulignait l’agentivité de la jeune femme7. Cet article entend poursuivre l’analyse et montrer la complexité de l’histoire de Célina M. Il s’inscrit dans la lignée des recherches historiques menées sur les femmes hystériques du XIXe siècle8, et notamment celles d’historiennes anglo-américaines démontrant une certaine forme de dissidence au sein de cette catégorie de malades enfermées dans des rôles sociaux rigides et ségrégatifs9, ainsi que des travaux menés sur l’agency des femmes usagères de psychotropes10. Bien que les sources pour étudier ce cas ne soient produites que par des médecins, il est frappant de constater combien ces écrits permettent d’y déceler la marge de manœuvre de la jeune femme au sein de l’institution. Célina M. parvient en effet pendant un temps à résister et à s’adapter à sa condition. Faisant preuve d’agressivité, exprimant régulièrement un désir de liberté (elle s’enfuit d’ailleurs quelquefois de l’hôpital pour y vaquer à ses occupations avant d’y retourner d’elle-même), « très libre dans son langage », elle « emploie, sans le moindre embarras, les mots les plus expressifs pour peindre ses sensations ou manifester ses désirs et ses appétits vénériens qu’elle ne dissimule nullement11 ». S’arrangeant ainsi avec les normes genrées de son époque, Célina M. adopte un comportement traditionnellement assigné aux hommes et n’hésite pas à employer la violence pour parvenir à ses fins.

  • 12 Toine Pieters et Stephen Snelders, « Mental Ills and the “Hidden History” of Drug Treatment Practic (...)

4Ce cas permet également d’étudier l’usage de psychotropes administrés aux femmes diagnostiquées hystériques au sein des asiles des années 1870, une période d’expérimentation de la part du corps médical qui ignorait encore les mécanismes de l’addiction et employait avec une grande confiance la variété de nouvelles substances disponibles grâce aux progrès de la chimie. Or la question des usages thérapeutiques des psychotropes demeure peu étudiée dans les recherches actuelles, bien que ces substances aient été centrales dans les pratiques de santé mentale depuis le milieu du XIXe siècle12. Cet article présentera donc dans une première partie les différentes manières d’employer les psychotropes à la Salpêtrière, entre tentative de soin, expérimentations et recherche de sédation. Le caractère ambigu de ces administrations du fait des propriétés aphrodisiaques de certains de ces produits sera mis en avant. La seconde partie sera consacrée à l’analyse des indices de la capacité d’agir de la malade, perceptibles au sein des notes prises par ses médecins, reproduites et analysées dans le premier volume de l’Iconographie.

L’usage des psychotropes par le corps médical

  • 13 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, opcit., p. 114.

5Célina M. a donc 17 ans lorsqu’elle arrive à la Salpêtrière, visiblement de son propre chef, incapable de demeurer dans une place à cause de sa volonté de liberté, de son peu de goût pour le travail, des mauvais traitements subis ou de ses crises hystériformes. Elle y est décrite comme étant petite (1,43 m), de physionomie « vulgaire », « d’un caractère assez malléable […] elle est paresseuse, ne travaille que par caprice13 ».

  • 14 Ibid., p. 120.

6À partir de 1874, afin d’empêcher ses accès de violence lors des attaques d’hystérie et pour maintenir le calme dans son service, Charcot lui administre de l’éther. Elle en reçoit alors des doses très importantes (jusqu’à 500 g par jour, voire « davantage »14). Lorsque l’effet recherché s’atténue, les médecins se tournent vers un autre psychotrope, d’abord le nitrite d’amyle, puis la morphine à partir de 1875, le chloral et le chloroforme. Ces médications ne se substituent pas l’une à l’autre, mais s’additionnent.

  • 15 A. Berlié, « Du traitement de l’aliénation mentale dans les asiles d’Angleterre, d’après la dernièr (...)
  • 16 Auguste Félix Voisin, « Du traitement curatif de la folie par le chlorhydrate de morphine », Bullet (...)
  • 17 Ibid., p. 308.
  • 18 Auguste Félix Voisin, Leçons cliniques sur les maladies mentales professées à la Salpêtrière, Paris (...)

7Au milieu du siècle, la plupart des médecins européens sont d’accord pour affirmer que la morphine est une substance de choix pour le traitement des aliéné·es15. En France, l’hôpital de la Salpêtrière, l’asile pour femmes de Paris, est un des épicentres de la recherche sur les bénéfices du narcotique sous l’impulsion du docteur Auguste Voisin, parti se former à cette méthode en Allemagne à la fin des années 1860. Les médecins administrent aux patient·es des doses croissantes de morphine jusqu’à parvenir à atténuer leur agitation et leur apporter ainsi du calme. Une fois la tranquillité obtenue, « il s’agit de guérir l’aliéné », ce qu’il est possible de réaliser « avec des doses très élevées16 ». L’attitude du ou de la malade se transforme alors et, en particulier, « il aborde peu à peu le médecin d’une façon aimable […] il se laisse, dès ce moment, traiter sans résistance […] ; d’insubordonnés, ils sont soumis, réguliers17 ». À une époque où la médecine mentale était encore une spécialité relativement nouvelle, la morphine injectée offrait ainsi à l’aliéniste une solution rapide, concrète, facile à administrer même en cas de résistance des patient·es. Elle permettait d’atténuer des problèmes psychiatriques qui n’étaient classés et analysés que depuis quelques décennies, mais pour lesquels les médecins n’avaient pas de solution thérapeutique, en apportant calme et docilité chez les aliéné·es. À la Salpêtrière, dans le service de Voisin, les doses employées étaient exceptionnellement élevées (jusqu’à 1,5 g par jour), et ce traitement pouvait durer de nombreux mois voire des années18 ; dans le service de Charcot, l’usage de la morphine semble avoir été si banal dans les années 1870-1880 qu’il n’est souvent même pas précisé. D’autres psychotropes, comme l’éther, le chloroforme ou le choral sont employés de la même manière pour obtenir à la fois l’apaisement des malades mais également leur soumission. Rendues moins furieuses, moins souffrantes, elles étaient aussi moins bruyantes et dérangeantes pour le personnel qui les entourait. L’agitation et l’insomnie étaient en effet des problèmes importants dans ces services où, dans les chambres communes, des dizaines de patientes devaient cohabiter. Les médecins mais également les infirmières utilisaient particulièrement ces substances pour obtenir la sédation des femmes diagnostiquées « hystériques ».

8Les psychotropes permettent également aux médecins de simuler la crise hystérique de manière à mieux l’observer, la décrire et la comprendre. Il s’agit, par la répétition des phénomènes, de classifier et caractériser la folie hystérique. L’éther est ainsi clairement utilisé pour réaliser des expériences sur les malades :

  • 19 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 154.

Les inhalations d’éther, prolongées, donnent lieu assez souvent, dans le cas actuel, à un état cataleptique : met-on, par exemple, les bras dans l’extension, ils gardent cette position durant plusieurs minutes. Fait-on reposer la malade sur un seul pied, elle s’y tient pendant trois, quatre minutes ou même davantage. L’éther occasionne aussi un délire qui offre beaucoup d’analogie avec celui qui succède aux attaques19.

9Les médecins annoncent souhaiter revenir dans un prochain ouvrage sur les phénomènes produits par l’éther une fois qu’ils auront amassé suffisamment de faits. Ils en administrent donc à Célina M. dans le but de provoquer le délire et de pouvoir l’analyser afin d’affiner la sémiologie de l’hystérie. Les psychotropes ne sont donc pas uniquement employés pour interrompre les crises violentes : ils servent parfois d’outils de la méthode expérimentale afin de reproduire les symptômes pour mieux les étudier.

  • 20 Les médecins notent en effet que « lorsque les malades sentent venir leurs attaques, elles se couch (...)

10Or il est remarquable de noter que l’observation de Célina M. se caractérise par la récurrence des transcriptions de scènes de masturbation : le 5 novembre 1873, alors qu’elle vient d’essayer d’embrasser les assistants avec un regard « provocateur, lascif », les médecins lui passent la camisole de force, réclamée par la patiente20. C’est alors que commence la crise :

  • 21 Ibid., p. 118.

Elle appelle : « Viens », dit-elle, et elle fait signe de la tête. La physionomie exprime un vif plaisir. M. semble toute heureuse. Elle soulève son corps, projette le bassin en avant, et quand elle a exécuté plusieurs fois et plus ou moins rapidement ces mouvements, elle s’écrie avec satisfaction : « Ça y est ! ». La bouche, à la fin, laisse échapper en abondance une salive mousseuse21.

  • 22 Célina M. confirme ainsi aux médecins l’issue positive de la crise (« ça y est » ou « c’est fini ») (...)
  • 23 Rachel P. Maines, The Technology of Orgasm – « Hysteria », the Vibrator and Women′s Sexual Satisfac (...)
  • 24 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 136.
  • 25 Ibid., p. 137.

11La relation de ces crises, qu’elles aboutissent ou non à la jouissance finale22, constitue une grande partie des écrits produits sur la patiente. Pour les praticiens de l’époque, la manifestation féminine du désir sexuel était en soi un signe de pathologie23. Quelques mois plus tard, le 7 juillet 1874, les médecins commencent à lui administrer de l’éther sans aucune précision de la raison de cet essai thérapeutique. Le produit lui est donné sur une compresse qu’elle « fourre sous son nez » pour l’inhaler. Souvent, elle « ramasse son jupon et son tablier » par-dessus sa tête afin qu’il « s’évapore moins vite ». Or l’éther lui fait vivre des expériences érotiques visiblement systématiques ; celles-ci sont scrupuleusement rapportées par les médecins. Un jour, après deux heures et demie d’attaques hystériques et 250 g d’éther inhalés, ils notent : « Envoie des baisers, se recouche, appuie sa main sur les organes sexuels, tapote, est heureuse24 ». À quelques jours de distance, lors d’une nouvelle attaque avec délire érotique et mouvements du bassin, les médecins relèvent même que « la sécrétion vaginale paraît peu abondante25 ». Voici reproduite la description d’une des crises caractéristiques de ces nombreux épisodes rapportés par les médecins, en date du 9 février 1877 :

  • 26 Ibid., p. 132‑134.

D’un mouvement rapide, elle porte le corps sur le côté droit du lit, la tête repose sur l’oreiller ; la face se congestionne, le corps roule en partie sur lui-même, la joue droite s’applique contre l’oreiller, la face se dirige vers la droite du lit, la malade présente les fesses, qui sont élevées, les membres inférieurs étant fléchis. Au bout de quelques instants, tout en conservant sa position lubrique (Pl. XXXVI), M. fait des mouvements de bassin. […] Tout à coup, elle replace le corps sur le milieu du lit, le soulève un peu et, avec la main droite, exécute les gestes du mea culpa, suivis de contorsions, de grimaces. Puis, elle pousse des cris aigus : « Oh ! là ! là ! », sourit, regarde avec un air lubrique, s’assied, semble voir Ernest et dit : « Mais viens donc ! viens donc ! » […] Les paupières sont demi-closes et M. a un air béat. Bientôt se produisent des mouvements rapides du bassin, des tortillements, et M. reprend l’attitude indiquée dans la Pl. XXXVII. Après avoir accompli quelques mouvements rapides, M. allonge les jambes et demeure tranquille pendant une minute environ. Ensuite, elle s’assoit, sourit, envoie des baisers, revient peu à peu à elle, s’aperçoit qu’elle est dans la cour, où nous l’avons fait transporter pour photographier ses attitudes, reconnaît les assistants, dit, d’un ton brusque : « C’est fini ! » […] Elle prétend que, après ces attaques, elle est fatiguée comme si elle avait eu des rapprochements réels26.

  • 27 Pour une étude exhaustive des techniques photographiques employées par Regnard, consulter Georges D (...)

12L’aspect érotique des crises de Célina M. est donc essentiel pour comprendre l’intérêt que lui portent ses médecins et leur usage de l’éther. Les photographies la montrent souvent très dénudée. Elles sont réalisées par un des deux internes du service, Paul Regnard, entré à la Salpêtrière en 187527. Comme l’atteste l’extrait précédent, les médecins sortent son lit dans la cour de l’hôpital pour la photographier avec plus de luminosité durant ses attaques. Ce fait n’est souligné que pour cette patiente. L’historienne Nicole Edelman souligne cette « manière violente et spectaculaire de faire voir l’hystérique » :

  • 28 Nicole Edelman, Les métamorphoses de l’hystérique, Paris, La Découverte, 2003, p. 166‑167.

On montre des corps en crise fragmentés, des têtes sans corps aux visages contracturés et déformés, des corps attachés et emmaillotés dans la camisole, des membres tétanisés, contracturés. […] Aucune photographie d’hommes n’est alors équivalente à ces dernières, comme si l’homme ne pouvait être représenté dans une quelconque soumission ou dépendance28.

Figures 2 et 3. « Hystéro-épilepsie »

Figures 2 et 3. « Hystéro-épilepsie »

Planches XXVIII et XXXVII de l’Iconographie photographique de la Salpêtrière, par Regnard et Bourneville, 1877, p. 123 et 133.

  • 29 Sara Elizabeth Black, Psychotropic Society, op. cit., p. 204.
  • 30 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1880, op. cit., p. 97.

13Comme le note l’historienne Sara Black, Regnard et Bourneville rapportent ces scènes érotiques et masturbatoires « comme une illustration de l’état pathologique de leur patiente », mais n’y reconnaissent pas leur propre voyeurisme « ni le fait qu’eux et leurs collègues puissent être les agents de son érotisme29 ». Il n’est non plus jamais question d’expliquer leur usage de psychotropes dans le but de provoquer les crises voluptueuses. Bien que Célina M. ne soit pas la seule à expérimenter des délires érotiques sous l’influence de l’éther procuré par les médecins de la Salpêtrière, cette patiente semble avoir été un cas particulièrement exhibé par l’équipe de l’hôpital, puisqu’on apprend dans la seconde partie de son observation « que tant de médecins [l’]ont vue dans le service de notre maître30 ».

  • 31 Benedict Augustin Morel, Études cliniques. Traité théorique et pratique des maladies mentales consi (...)
  • 32 Constance Pascal, Le dynamisme de la démence précoce. À quoi rêvent les déments précoces ? La psych (...)
  • 33 Jean Delay et Salem Shentoub, « La narco-analyse psychosomatique en psychiatrie », communication de (...)
  • 34 Henri Baruk, « L’alerte », Esprit, vol. 18, no 165, mars 1950, p. 343‑346.
  • 35 Juliette Boutonnier et Léon Michaux, « Le complexe de viol », Esprit, vol. 18, no 165, mars 1950, p (...)

14Enfin, les psychotropes ne servaient pas seulement à la sédater ou à étudier ses symptômes : ils permettaient aussi aux aliénistes d’accéder à ses contenus psychiques sans les barrières habituelles. Soixante ans avant l’élaboration des premières formes de psychothérapies assistées par les psychotropes, à l’image de la narco-analyse, les médecins de la Salpêtrière utilisent l’éther et la morphine pour faire parler Célina M., obtenir d’elle des informations qu’elle n’aurait pas livrées de son plein gré. Dès 1853, le docteur Auguste Morel avait employé « d’énormes quantités d’éther31 » afin de tenter d’explorer le psychisme de ses patient·es, mais renonça rapidement à sa méthode. À partir des années 1930, la psychiatre Constance Pascal inventera pour définir cette technique le terme de psychanalyse pharmacodynamique32. Les psychiatres anglo-américains reprendront pendant la Seconde Guerre mondiale cette méthode, désormais dénommée narco-analyse. Les sujets plongés dans un demi-sommeil livraient involontairement leurs souvenirs, leurs pensées. Ils ne participaient pas consciemment à la séance : le ou la thérapeute tentait, par ses questions, de découvrir des informations jusqu’alors dissimulées. Cette technique posait des problèmes éthiques importants, soulevés dès la communication du psychiatre Jean Delay à la Société médico-psychologique en 194633. Jusqu’où devait aller le thérapeute dans son exploration du psychisme des patient·es, à leur merci ? Le psychiatre Henri Baruk condamnait ainsi les méthodes de « violation de la personnalité34 » subies par les individus traités par la narco-analyse, visant à briser les résistances des sujets contre leur gré35. À l’époque de l’internement de Célina M., ce type de question éthique ne se posait pas et la méthode n’était pas nommée. La patiente était donc soumise au traitement psychotrope sans que l’idée même de consentement, notion tout à fait anachronique, soit esquissée par les médecins.

  • 36 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 152.

15Qu’en est-il de l’aspect thérapeutique de cette administration massive de psychotropes ? Les auteurs avouent eux-mêmes que « les nombreuses médications, instituées chez M., n’ont pas produit de changements notables que l’on puisse inscrire à leur actif36 ». Au total, Célina M. est soumise à une quantité impressionnante de médicaments, parfois donnés simultanément : élixir polybromuré (sédatif, jusqu’à 6 g), extrait thébaïque (opium, 15 pilules), nitrite d’amyle (plus d’une cuillérée à café par attaque), potion au chlorure d’or et de sodium, auxquels s’ajoutent le chloral, la morphine et l’éther. Si le nombre de crises varie selon les périodes, aucun de ces traitements ne parvient à la guérir, ni même à véritablement la soulager.

16La situation de cette malade semble donc particulièrement pénible. Droguée par ses médecins pour la maintenir calme, l’observer prendre du plaisir ou effectuer des expériences, incapable de s’intégrer à la vie hors de l’hôpital, son existence se caractérise par la souffrance tant physique que morale. L’analyse du cas de Célina M. pourrait s’arrêter là ; du reste, à la première lecture, cette dimension pathétique est bien celle qui s’impose au lecteur ou à la lectrice contemporain·e.

L’agentivité de Célina M.

  • 37 Butler discute la question de la capacité d’agir dans la plupart de ses travaux et notamment : Judi (...)
  • 38 Michel Foucault, « Deux essais sur le sujet et le pouvoir », in Hubert L. Dreyfus et Paul Rabinow ( (...)
  • 39 Anne Montenach, « Introduction », Rives méditerranéennes, no 41, 29 février 2012, p. 12.
  • 40 Anthony Giddens, The Constitution of Society: Outline of the Theory of Structuration, Cambridge, Po (...)

17La lecture attentive de la longue observation de Célina M. laisse affleurer une autre représentation de la malade, impensée pour l’équipe médicale qui l’entoure. Comment, à partir de cette source unique sur la patiente, dégager les signes de sa capacité d’agir ? Le terme d’agentivité, tel que le conçoit Judith Butler, implique la conscience d’agir du sujet (conscious agency)37, or cette information manque ici. Cependant, selon Foucault pour qui tous les individus disposent d’une forme de pouvoir, la domination n’intervient que lorsque « l’un peut conduire de manière assez constante et avec suffisamment de certitude la conduite des autres38 ». De manière tout à fait caractéristique, la présentation du cas de Célina M. contient de nombreux éléments indiquant que la jeune femme n’agit pas comme elle le devrait, signalant qu’elle résiste à la domination asilaire. En reprenant la formule de l’historienne Anne Montenach, ces actes sont des « moments “d’action latente”, micro-espaces de liberté qui mènent à une prise de conscience de la capacité d’agir au cœur même d’une situation subie39 ». En outre, pour le sociologue Anthony Giddens, l’agency « ne réfère pas aux intentions des gens en faisant quelque chose mais à leur capacité de faire ces choses en premier lieu40 ». Ces actes de résistance et d’adaptation peuvent donc être analysés à partir du compte rendu produit par Regnard et Bourneville.

  • 41 Désiré Bourneville et Paul Regnard, Iconographie photographique de la Salpêtrière, op. cit., p. 134
  • 42 Ibid., p. 135.
  • 43 Ibid., p. 138.
  • 44 Ibid., p. 139.
  • 45 Ibid., p. 114.

18La patiente semble parfois se jouer de ses médecins, prendre plaisir à se voir ainsi observée, scrutée, manipulée. Elle n’est en effet pas toujours inconsciente lors de ces crises : elle « fait signe de ne pas la déranger41 », « répond, d’un ton sec, qu’elle est incapable de bouger » lorsqu’on lui demande de se lever, se plaint que le médecin « en fiche trop peu », c’est-à-dire qu’il lui donne trop peu d’éther (ce qui est immédiatement corrigé42), elle leur raconte sous la contrainte (on lui promet une nouvelle compresse d’éther) les scènes sensuelles qu’elle imagine « avec une expression cynique, essayant, parfois, d’embrasser son interlocuteur43 ». De leur côté, les médecins semblent lui procurer l’éther presque à volonté, notamment lors des périodes érotiques, laissant percevoir une sorte de jeu sensuel entre Célina M. et eux. Ceux-ci notent d’ailleurs, lorsqu’elle leur déclare qu’une fois revenue à elle après une inhalation d’éther, « elle éprouvait de violents besoins génésiques », que « les sensations de cet ordre se perpétuent tant qu’il y a des hommes dans la salle44 ». Les auteurs soulignent en outre dès l’introduction de l’étude de cas que la patiente « a des tendances érotiques plus prononcées depuis son admission à la Salpêtrière qu’auparavant45 ».

  • 46 Ibid., p. 137. On ne sait rien de cet amant, que la patiente retrouve également lors de ses jours d (...)

19Pour Célina M., qui malgré une longue relation avec Ernest, son amant qu’elle retrouve parfois en s’enfuyant de l’hôpital46, ne parvient pas à cause de son vaginisme à expérimenter un rapport sexuel entier, l’éther est un moyen de jouissance. Lors d’une de ses crises avec inhalation d’éther, elle sanglote ainsi alors qu’elle reprend contact avec la réalité :

  • 47 Ceci est précisé dès l’introduction de la description du cas, Ibid., p. 114.
  • 48 Ibid., p. 135.

« C’est embêtant… (frappe sur sa poitrine)… ça se passe en pleurant [vraisemblablement allusion à son vaginisme qui l’empêche d’avoir des relations satisfaisantes avec Ernest47] […] ça me ferait du bien si j’avais de l’éther ». Embrasse sa compresse, la sent, la tripote, etc.48.

  • 49 Par exemple avec son amie Geneviève. Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., (...)

20Enfermée et contrainte par le système asilaire, scrutée et sédatée, Célina M. n’en conserve pas moins une forme d’action, de maîtrise et de liberté. La jeune femme, qui s’enfuit concrètement de l’asile49 et dispose de jours de sortie, parvient à s’échapper également psychiquement pour retrouver Ernest et pratiquer en rêveries l’acte sexuel impossible. Elle n’est pas passive face à une prescription de médicament imposée. Elle en tire parti. Elle réclame elle-même qu’on lui donne de l’éther, et est capable d’en prendre la juste dose pour être en mesure de se servir des hommes autour d’elle afin de nourrir son délire :

  • 50 Ibid., p. 139.

Elle est en proie à une demi-ivresse, assez prononcée pour l’exciter, assez légère pour lui permettre de reconnaître les hommes qui l’environnent, qu’elle tutoie sans distinction, cherchant à les attirer vers elle, embrassant leurs mains, leurs habits50.

21Cette indication signale une connaissance et une maîtrise de la substance, qui, si elle est clairement administrée de temps à autre pour réaliser des expériences sur la patiente, est également fournie à la demande. Ceci est notamment perceptible quand le 11 novembre 1876, alors qu’ils lui en ont déjà administré à deux reprises (sans raison apparente, du moins pas pour calmer une crise), elle en réclame à nouveau :

  • 51 Ibid.

Nouvelle dose d’éther. Bientôt, M. bavarde à voix basse, regarde de côté et d’autre, secoue la tête et le ventre, sourit : « Ernest ! . . . Viens donc ! » Peu après, elle se lève, vient nous retrouver pour avoir de l’éther. La physionomie exprime l’égarement ; M. s’avance en titubant, automatiquement, demande de l’éther sur un ton impérieux : « On n’a pas dit tout à l’heure que c’était la dernière fois… Il faut qu’on le dise. » On lui donne un peu d’éther. Les mêmes phénomènes se reproduisent51.

22Les médecins lui donnent donc à quatre reprises de l’éther dans le seul but apparent de lui permettre de poursuivre son délire érotique jusqu’à la fin. Lorsque celui-ci s’achève, la patiente, satisfaite, « chante une romance ».

  • 52 Désiré Bourneville, Recherches cliniques et thérapeutiques sur l’épilepsie & l’hystérie : compte-re (...)
  • 53 Ibid., p. 79.
  • 54 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 121.

23Les médecins lui administrent également une autre substance psychotrope : le nitrite d’amyle, communément appelé de nos jours « poppers ». Il s’agit d’une substance euphorisante dont l’un des effets les plus recherchés est d’intensifier l’excitation sexuelle (ce qui n’est pas relevé par Bourneville dans sa description des effets). Or, au contraire des autres patientes du service, « elle, accepte les inhalations de nitrite d’amyle sans difficulté52 ». Il est également intéressant de remarquer que Bourneville admet qu’il lui est « très fréquemment » arrivé de « respirer quelquefois assez longtemps les vapeurs du nitrite d’amyle53 » lorsqu’il en faisait faire des inhalations à ses malades. L’éther étant lui aussi volatile, on peut aisément émettre l’hypothèse que les médecins en inhalaient aussi. Bourneville note : « Depuis le 15 décembre 1874 jusqu’à ce jour, nous avons administré un nombre assez considérable de fois du nitrite d’amyle à Mar54 ». La dose monte à plus d’une cuillérée à café par attaque. Ces séances, où l’interne et sa malade étaient tous deux sous l’influence de psychotropes, faisaient naître sans doute une intimité particulière.

  • 55 Michel Foucault, Histoire de la sexualité. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, vol. I, p. (...)
  • 56 Rachel P. Maines, The Technology of Orgasm – « Hysteria », the Vibrator and Women′s Sexual Satisfac (...)

24Michel Foucault évoque, dans son Histoire de la sexualité, la « machinerie d’incitation » que constituait la Salpêtrière, avec « son théâtre des crises rituelles soigneusement préparées à l’éther ou au nitrate d’amyl [sic] ». Lors de ses Leçons, Charcot présentait ainsi ses patientes en crise, et faisait accélérer celle-ci en administrant la substance. Selon Foucault, les manifestations érotiques des malades étaient « appelé[es], sollicité[es] par les médecins eux-mêmes55 ». Dans The technology of orgasm, l’historienne Rachel Maines interprète elle aussi ces « paroxysmes hystériques » des malades de Charcot comme des orgasmes provoqués56. Or l’orgasme féminin, comme elle l’analyse dans cet ouvrage, est à l’époque considéré en lui-même comme pathologique. On constate à travers l’observation de Célina M. la fascination exercée par ses jouissances sur les internes, eux-mêmes acteurs à part entière des délires. Dans quelle mesure était-elle consciente et volontaire lors de ces accès amplifiés par les psychotropes ? Nous ne le saurons jamais. Son expérience n’est en effet lisible qu’au travers des observations consignées par ses médecins. On ne peut que noter qu’ils soulignent ses manifestations de bien-être et de contentement à l’issue des crises ; ces observations demeurent cependant des interprétations et ne traduisent rien des sensations réelles de la patiente.

  • 57 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 125.
  • 58 Ibid., p. 129.
  • 59 Ibid., p. 138.

25Il est en revanche possible de déceler une forme de capacité d’agir dans son rapport aux modificateurs de conscience. Célina M. est toujours à la recherche de substances psychotropes. Les médecins s’aperçoivent ainsi qu’elle revient souvent « dans un état de demi-ivresse » de son travail dans la buanderie : ils découvrent qu’elle s’y procure de l’eau de vie57. À plusieurs reprises le personnel soignant note qu’elle consomme de l’alcool, que ce soit comme ici en cachette ou bien celui qu’elle est autorisée à boire à l’asile : « Elle ne mange presque rien (salade, fromage) ; en revanche, elle boit toute sa portion de vin, une potion cordiale, du vin de quinquina, etc.58 ». Célina M. semble donc être constamment sous l’influence d’un ou plusieurs psychotropes. Or les facultés nécessaires à la recherche de ces substances, à la gestion des quantités ingérées pour parvenir aux effets attendus, et les stratégies mises en place pour en obtenir indiquent qu’il s’agit bien pour elle d’une pratique réfléchie. La consommation est relativement maîtrisée, elle a bien une visée adaptative. Par ailleurs la jeune femme a développé une technique personnelle pour que l’éther s’évapore plus lentement et qu’elle puisse bénéficier des effets de manière plus durable, en s’asseyant et en recouvrant sa tête de son tablier59.

  • 60 Sara Elizabeth Black, Psychotropic Society, op. cit., p. 203.
  • 61 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 120. Voir également page suivante
  • 62 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1880, op. cit., p. 92.
  • 63 Ibid., p. 93.

26La morphine, le chloral et l’éther, s’ils ont une bonne efficacité sur les symptômes hystériques au début de l’administration, perdent vite de leur influence à mesure que les corps s’habituent à leurs effets. Il s’agit alors d’augmenter les doses pour continuer à obtenir le même résultat. « Paradoxalement, la dépendance croissante de Célina vis-à-vis de ces produits la pousse à exercer un certain degré d’agentivité au sein de l’asile60 », note Sara Black. En adoptant un comportement violent (elle « crie, menace, brise parfois tous les objets qui lui tombent sous la main61 ») jusqu’à obtenir la dose qu’elle réclame, la malade fait pression sur le personnel médical qui n’a pas d’autre choix que de lui céder (les auteurs soulignent d’ailleurs : « Malheureusement, on cède trop souvent62 »). Elle parvient également à manipuler les médecins afin d’obtenir des quantités plus importantes de produit : Regnard et Bourneville notent qu’elle s’en fait administrer par plusieurs d’entre eux à différents moments de la journée « à l’insu les uns des autres63 ».

  • 64 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 137.
  • 65 Voir également la note du 25 septembre ou celle du 26 novembre de la même année, Ibid., p. 137 et 1 (...)

27L’addiction à ces substances est relative : lorsqu’elle s’enfuit de la Salpêtrière avec son amie Geneviève le 6 septembre 187664 pour retrouver Ernest, elle ne semble pas souffrir du manque. Les médecins ne notent en tout cas aucun symptôme de ce genre lorsqu’elles reviennent le lendemain. Leur retour est-il lié au besoin de consommer des substances dont elles sont désormais dépendantes et qu’elles ne peuvent se procurer à l’extérieur de l’institution ? Ou bien cette dernière est-elle devenue leur seul lieu de vie ? Toujours est-il que les deux comparses s’échappent plusieurs fois pour rentrer le jour suivant65. Dans l’observation du cas de Geneviève, on apprend que la patiente consulte le médecin dès qu’elle sent une attaque arriver, même lorsqu’elle n’est pas enfermée :

  • 66 Ibid., p. 71.

Pendant que G. était libre, nous avons eu plusieurs fois l’occasion de la voir parce que, lorsqu’elle se sentait malade (aura ovarienne), elle venait nous trouver ou nous faisait appeler, dans la crainte que d’autres médecins ne la fissent conduire à la préfecture de police66.

  • 67 Jane Avril, « Mes mémoires », Paris-Midi, 2685, 1933, 08/08/1933.

28Si Célina et Geneviève ne sont pas guéries de leur hystérie, elles sont conscientes que leurs crises les mettent en danger : elles peuvent être envoyées dans d’autres hôpitaux, notamment Sainte-Anne (que Geneviève dit redouter), où le traitement sera différent. Elles choisissent par conséquent de rentrer à la Salpêtrière avant de connaître une nouvelle crise. D’autre part, dans la société du temps, ces femmes sont particulièrement vulnérables : isolées, recevant peu de visites, elles n’ont nulle part où aller, elles ne disposent d’aucun bien. Célina M., au cours de sa brève existence, a bien plus connu l’enfermement que la vie de famille : hospitalisée enfant, elle est internée depuis ses 17 ans. Comment s’adapter à la vie hors des murs de l’hôpital ? L’institution est ainsi un refuge pour nombre de femmes, ce dont témoigne, par exemple, la danseuse Jane Avril, qui y séjourna deux ans à partir de 188267. Rien n’attend ces femmes en dehors de l’asile qu’une existence de misère : entrées très jeunes, issues de milieux modestes aux familles déstructurées par l’alcoolisme et les maladies, elles y seraient les victimes d’une société profondément patriarcale. Célina M. en fait d’ailleurs les frais lors d’une de ses sorties : en octobre 1875, les médecins remarquent qu’elle est plus triste que de coutume et qu’elle pleure souvent.

  • 68 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 125.

À force d’insistance, nous parvînmes à savoir que, peu auparavant, M. était sortie en ville et que, le soir, la personne qui la ramenait à l’hospice et qui lui touche de près par les liens du sang, l’avait fait monter en voiture et avait essayé d’abuser d’elle. Cette tentative, bien qu’elle ait échoué, l’avait vivement et douloureusement impressionnée68.

29À la Salpêtrière, Célina M. fait partie d’une communauté ; de plus elle a été repérée par les médecins, rare élue parmi les centaines de malades. Elle bénéficie ainsi d’une attention particulière : il s’agit de ne pas perdre cette place et de jouer le rôle que l’on attend d’elle, d’autant plus qu’elle y trouve un moyen d’accéder à la jouissance.

Conclusion

30L’examen attentif de l’observation de Célina M. publiée dans le premier volume de l’Iconographie photographique de la Salpêtrière a donc permis d’aborder ce cas au prisme de la capacité d’agir de la patiente. Un certain nombre d’informations rapportées par les médecins donnent à voir un comportement singulier, volontaire (fugues, agressivité, négociation, manipulation, etc.). Toutefois, cette analyse s’avère limitée par la source elle-même : produite par l’institution, destinée à la formation d’autres thérapeutes, marquée par un contexte profondément misogyne dans lequel l’hystérie sert en particulier à produire en miroir une idée de la femme « respectable », elle ne peut que présenter une image fragmentaire. En l’absence d’archives telles que des documents de travail de Regnard ou de Bourneville, mais également de lettres ou de contenus émanant directement de la patiente, il est impossible de croiser les informations et d’approfondir la connaissance de cette expérience de vie. Il semble toutefois important de chercher dans ce type de source les éléments permettant de reconstituer, même de manière partielle, un parcours de sujet agissant. Négliger ces informations conduirait à effacer toute la complexité de cette étude de cas. Durant les premières années de son internement, Célina M. exerce ainsi dans une certaine mesure sa volonté, opère des choix, met à profit sa condition.

  • 69 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1880, op. cit., p. 93.
  • 70 Asti Hustvedt, Medical Muses: Hysteria in Nineteenth-Century Paris, London, Bloomsburry, 2011, p. 3 (...)
  • 71 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1880, op. cit., p. 7. Cette patiente est représentée (...)

31Progressivement, les substances finissent néanmoins par avoir un impact sérieux sur sa santé. La deuxième partie de son observation, bien plus courte et publiée trois ans plus tard, révèle les conséquences délétères de ces administrations répétées et croissantes. De plus en plus dépendante, sa capacité d’agir se restreint. Les symptômes de l’abus de morphine se manifestent : le teint est « terreux », elle subit vomissements et diarrhées et ne tient plus sur ses jambes, ses mains tremblent si fort qu’elle parvient difficilement à écrire son nom. Les attaques sont nombreuses, jusqu’à quatorze par jour. « Maintenant tous ses rêves sont pénibles : elle n’a plus, comme autrefois, de rêves amoureux69. » Entre-temps, une nouvelle patiente de 18 ans, Marie Wittman, bientôt surnommée Blanche, était devenue la nouvelle « reine des hystériques70 », place qu’elle occupera pendant près de dix ans. Chez elle aussi, les administrations d’éther déterminaient des crises érotiques. Mais contrairement à la description physique de Célina M., qualifiée de « vulgaire », les médecins évoquent à son sujet sa blondeur, sa peau blanche et ses seins « très volumineux », son regard « brillant71 ».

  • 72 Ibid., p. 96.

32En 1879, l’équipe échoue à réduire de manière significative les doses de morphine absorbées par Célina M. : « Pour avoir la tranquillité, on a cédé à ses réclamations et on a recommencé les injections sous-cutanées de morphine, mais avec un peu plus de modération72 ». Pendant les derniers mois de sa vie, la patiente consommait ainsi journellement trois à six injections de morphine, 4 g de chloral, de l’éther et du chloroforme vraisemblablement à volonté, ainsi que de l’alcool (notamment du rhum), qu’elle obtenait auprès des autres patientes du service.

  • 73 Ibid., p. 97.
  • 74 Zoë Dubus, Médicament ou poison ?..., op. cit., chapitre « Qui sont les morphinomanes ».
  • 75 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1880, op. cit., p. 97.
  • 76 Zoë Dubus, « Morphinomanie », in Hervé Guillemain (dir.), DicoPolHiS, 2023 ; Jean-Jacques Yvorel, L (...)

33Elle meurt à 31 ans, le 13 décembre 1879, alors que les médecins tentaient de la déshabituer de la morphine. Ni ses voisines, ni la surveillante n’ont rien remarqué ; au matin, elle est retrouvée morte dans son lit. Après une autopsie aux résultats négatifs, les médecins déplorent : « Nous ignorons absolument la cause de la mort73 » bien qu’ils aient scrupuleusement noté, au jour le jour, les symptômes du manque (nausées, tremblements, diarrhées) que subissait leur patiente. En cette fin des années 1870, le corps médical commence à prendre conscience de sa responsabilité dans les cas croissants de morphinomanie. Plus de 88 % des femmes morphinomanes présentées dans les études de cas de la fin du XIXe siècle (thèses de médecine, essais médicaux, articles de la presse spécialisée) le sont en effet devenues suite à une prescription médicale trop importante et insuffisamment contrôlée ; les « hystériques » sont les malades les plus souvent concernées74. Pour se dédouaner de toute culpabilité, les médecins de la Salpêtrière cherchent à amoindrir leur responsabilité dans la morphinomanie de Célina M. : au sein de la conclusion de leurs observations, qui détaillent les derniers jours de sa vie, ils tentent ainsi d’expliquer cette morphinomanie par son insomnie « pour laquelle la malade réclamait un soulagement75 » plutôt que par la volonté de l’équipe soignante de la sédater. Ce réflexe de défense se retrouve dans l’ensemble des aliénistes de la fin du XIXe siècle : la morphinomanie, principalement féminine, sera désormais expliquée par la nature faible ou vicieuse des femmes, afin de minimiser le rôle du corps médical dans la diffusion de cette pathologie76.

Haut de page

Notes

1 Le nom complet de cette patiente est inconnu. Ses médecins l’appellent parfois « Célina Marcil… », dans sa version la plus étendue, parfois « Mar », d’autres fois seulement « M » ou « Célina ». Afin de lui redonner autant que possible son identité, j’ai choisi de la nommer de la manière la plus précise. Dans la suite de l’article, j’utiliserai « Célina M. ».

2 Désiré Bourneville et Paul Regnard, Iconographie photographique de la Salpêtrière : service de M. Charcot, Paris, Progrès médical, 1877, p. 109‑158.

3 Désiré Bourneville et Paul Regnard, Iconographie photographique de la Salpêtrière : service de M. Charcot, Paris, Progrès médical, 1880, p. 92‑97.

4 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 114.

5 Zoë Dubus, La Morphinée - Représentations de la femme morphinomane dans le discours médical, 1870-1916, mémoire de master en histoire contemporaine, Aix-Marseille Université, 2015.

6 Zoë Dubus, Médicament ou poison ? Médecins, médecine et psychotropes du XIXe siècle à nos jours en France, thèse d’histoire contemporaine sous la direction d’Anne Carol et Vincent Barras, Aix-Marseille Université, 2022.

7 Sara Elizabeth Black, “Psychotropic Society: The medical and cultural history of drugs in France, 1840-1920”, thèse d’histoire, Rutgers The State University of New Jersey, New Brunswick, 2016, p. 202‑204.

8 Aude Fauvel, « Cerveaux fous et sexes faibles (Grande-Bretagne, 1860-1900) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 37, 1er juillet 2013, p. 41‑64 ; Olivier Walusinski, « Les filles de la Salpêtrière », Frontiers of Neurology and Neuroscience, no 33, 2014, p. 1‑10 ; Yannick Ripa, La ronde des folles : Femme, folie et enfermement au XIXe siècle, 1838-1870, Paris, Aubier, 1992 ; Jean-Pierre Carrez, « La Salpêtrière de Paris sous l’Ancien Régime : lieu d’exclusion et de punition pour femmes », Criminocorpus. Revue d’histoire de la justice, des crimes et des peines, 1er janvier 2008, [En ligne], Varia, mis en ligne le 1er janvier 2008, consulté le 5 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/264. Carroll Smith-Rosenberg, « The hysterical woman: sex roles and role conflict in 19th-century america », Social Research, vol. 39, no 4, 1972, p. 652‑678.

9 Phyllis Chesler, Women and madness, New York, Doubleday, 1972 ; Carroll Smith-Rosenberg, « The hysterical woman », op. cit. ; Elaine Showalter, The female malady: women, madness, and English culture, 1830-1980, New York, Penguin Books, 1987 ; Lisa Appignanesi, Mad, Bad And Sad: A History of Women and the Mind Doctors from 1800 to the Present, London, Virago, 2009.

10 Tammy Anderson et Raymond J. Michalowski, Neither Villain Nor Victim: Empowerment and Agency Among Women Substance Abusers, New Brunswick, N.J, Rutgers University Press, 2008 ; Maïa Neff, « Usages de drogues au féminin et production du savoir académique », Déviance et société, vol. 42, no 3, 4 octobre 2018, p. 569‑595 ; Laurence Simmat-Durand, « Femmes et addictions dans la littérature internationale : sexe, genre et risques », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 10 mars 2009, p. 86‑89 ; Emmanuelle Hoareau, « Un usage féminin des substances ? », Le sociographe, vol. 39, no 3, 31 octobre 2012, p. 17‑26.

11 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, opcit., p. 114.

12 Toine Pieters et Stephen Snelders, « Mental Ills and the “Hidden History” of Drug Treatment Practices », in Psychiatric Cultures Compared: Psychiatry and Mental Health Care in the Twentieth Century: Comparisons and Approaches, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2005, p. 382.

13 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, opcit., p. 114.

14 Ibid., p. 120.

15 A. Berlié, « Du traitement de l’aliénation mentale dans les asiles d’Angleterre, d’après la dernière enquête faite par la commission des aliénés », Annales médico-psychologiques, I, 1849, p. 54‑71.

16 Auguste Félix Voisin, « Du traitement curatif de la folie par le chlorhydrate de morphine », Bulletin de thérapeutique médicale et chirurgicale, vol. 86, 1874, p. 210.

17 Ibid., p. 308.

18 Auguste Félix Voisin, Leçons cliniques sur les maladies mentales professées à la Salpêtrière, Paris, J.-B. Baillière, 1876, p. 5.

19 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 154.

20 Les médecins notent en effet que « lorsque les malades sentent venir leurs attaques, elles se couchent et demandent la camisole » pour ne pas se blesser. Ibid., p. 133.

21 Ibid., p. 118.

22 Célina M. confirme ainsi aux médecins l’issue positive de la crise (« ça y est » ou « c’est fini ») ; en cas contraire, elle réclame plus d’éther, se plaint de n’en avoir pas reçu assez, pleure, casse des objets, par exemple lors de la crise du 6 mai 1875, p. 121, ou celle du 20 mars 1877, p. 134-136.

23 Rachel P. Maines, The Technology of Orgasm – « Hysteria », the Vibrator and Women′s Sexual Satisfaction, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2001, p. 39.

24 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 136.

25 Ibid., p. 137.

26 Ibid., p. 132‑134.

27 Pour une étude exhaustive des techniques photographiques employées par Regnard, consulter Georges Didi-Huberman, Invention de l’hystérie : Charcot et l’Iconographie photographique de la Salpêtrière, Paris, Macula, 1982.

28 Nicole Edelman, Les métamorphoses de l’hystérique, Paris, La Découverte, 2003, p. 166‑167.

29 Sara Elizabeth Black, Psychotropic Society, op. cit., p. 204.

30 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1880, op. cit., p. 97.

31 Benedict Augustin Morel, Études cliniques. Traité théorique et pratique des maladies mentales considérées dans leur nature, leur traitement, et dans leur rapport avec la médecine légale des aliénés, Paris, J. B. Baillière, 1853, p. 235.

32 Constance Pascal, Le dynamisme de la démence précoce. À quoi rêvent les déments précoces ? La psychanalyse pharmacodynamique permet d’explorer leur psychisme, Paris, Masson, 1932.

33 Jean Delay et Salem Shentoub, « La narco-analyse psychosomatique en psychiatrie », communication de la Société médico-psychologique, Paris, 1946.

34 Henri Baruk, « L’alerte », Esprit, vol. 18, no 165, mars 1950, p. 343‑346.

35 Juliette Boutonnier et Léon Michaux, « Le complexe de viol », Esprit, vol. 18, no 165, mars 1950, p. 491‑495.

36 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 152.

37 Butler discute la question de la capacité d’agir dans la plupart de ses travaux et notamment : Judith Butler, Trouble dans le genre, Paris, La Découverte, 2006 ; Judith Butler, Bodies That Matter: On the Discursive Limits of Sex, New York, Routledge, 2011.

38 Michel Foucault, « Deux essais sur le sujet et le pouvoir », in Hubert L. Dreyfus et Paul Rabinow (dir.), Michel Foucault : un parcours philosophique, Paris, Gallimard, 1984, p. 319.

39 Anne Montenach, « Introduction », Rives méditerranéennes, no 41, 29 février 2012, p. 12.

40 Anthony Giddens, The Constitution of Society: Outline of the Theory of Structuration, Cambridge, Polity Press, 1986, p. 9.

41 Désiré Bourneville et Paul Regnard, Iconographie photographique de la Salpêtrière, op. cit., p. 134.

42 Ibid., p. 135.

43 Ibid., p. 138.

44 Ibid., p. 139.

45 Ibid., p. 114.

46 Ibid., p. 137. On ne sait rien de cet amant, que la patiente retrouve également lors de ses jours de sortie.

47 Ceci est précisé dès l’introduction de la description du cas, Ibid., p. 114.

48 Ibid., p. 135.

49 Par exemple avec son amie Geneviève. Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 88.

50 Ibid., p. 139.

51 Ibid.

52 Désiré Bourneville, Recherches cliniques et thérapeutiques sur l’épilepsie & l’hystérie : compte-rendu des observations recueillies à la Salpêtrière de 1872 à 1875, Paris, Ad. Delahaye et Cie, 1876, p. 106.

53 Ibid., p. 79.

54 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 121.

55 Michel Foucault, Histoire de la sexualité. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, vol. I, p. 75.

56 Rachel P. Maines, The Technology of Orgasm – « Hysteria », the Vibrator and Women′s Sexual Satisfaction, op. cit., p. 40.

57 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 125.

58 Ibid., p. 129.

59 Ibid., p. 138.

60 Sara Elizabeth Black, Psychotropic Society, op. cit., p. 203.

61 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 120. Voir également page suivante.

62 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1880, op. cit., p. 92.

63 Ibid., p. 93.

64 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 137.

65 Voir également la note du 25 septembre ou celle du 26 novembre de la même année, Ibid., p. 137 et 140. Le 26 novembre les médecins émettent l’hypothèse que les deux comparses ont « sauté par-dessus la clôture des jardins, si l’on en juge par l’état de leurs vêtements ». Parfois la jeune femme s’échappe seule, voir p. 150.

66 Ibid., p. 71.

67 Jane Avril, « Mes mémoires », Paris-Midi, 2685, 1933, 08/08/1933.

68 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1877, op. cit., p. 125.

69 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1880, op. cit., p. 93.

70 Asti Hustvedt, Medical Muses: Hysteria in Nineteenth-Century Paris, London, Bloomsburry, 2011, p. 33.

71 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1880, op. cit., p. 7. Cette patiente est représentée sur le célèbre tableau d’André Brouillet (1887) figurant la leçon de Charcot (« Une leçon clinique à La Salpêtrière »), conservé à l’université Paris-Descartes.

72 Ibid., p. 96.

73 Ibid., p. 97.

74 Zoë Dubus, Médicament ou poison ?..., op. cit., chapitre « Qui sont les morphinomanes ».

75 Iconographie photographique de la Salpêtrière, 1880, op. cit., p. 97.

76 Zoë Dubus, « Morphinomanie », in Hervé Guillemain (dir.), DicoPolHiS, 2023 ; Jean-Jacques Yvorel, Les poisons de l’esprit : drogues et drogués au XIXe siècle, Paris, Quai Voltaire, 1992.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. « Hystéro-épilepsie »
Légende Planche XXV de l’Iconographie photographique de la Salpêtrière, par Regnard et Bourneville, 1877, p. 115.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/8428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figures 2 et 3. « Hystéro-épilepsie »
Légende Planches XXVIII et XXXVII de l’Iconographie photographique de la Salpêtrière, par Regnard et Bourneville, 1877, p. 123 et 133.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/8428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zoë Dubus, « Psychotropes et hystérie à la Salpêtrière, le cas de Célina Marcil (1870-1879) »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8428

Haut de page

Auteur

Zoë Dubus

Université de Saskatchewan, College of Arts and Science, Department of History / PSYCOMadd de l’hôpital Paul-Brousse de Paris, zoe.d@outlook.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search