Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Edmée Chandon : femme pionnière, ...

Edmée Chandon : femme pionnière, scientifique invisible. Les ressorts de l’injustice épistémique dans le champ astronomique du premier XXe siècle

Edmée Chandon: Pioneering woman, invisible scientist, epistemic injustice in the astronomical field of the early twentieth century
Charly Pellarin-Régis

Résumés

Edmée Chandon (1885-1944) entre à l’Observatoire de Paris en 1908 puis devient aide astronome en 1912, ce qui fait d’elle la première femme astronome professionnelle en poste en France. Le 26 mars 1930, elle devient la première Française à soutenir une thèse d’État en sciences mathématiques. Cet article cherche à comprendre comment deux dynamiques, injustice épistémique et mythe de la pionnière, se cristallisent autour de la figure d’Edmée Chandon, et en quoi elles contribuent, in fine, à l’invisibilisation de son apport scientifique. Le fonds Edmée Chandon, conservé à la bibliothèque de l’Observatoire de Paris, permet d’évaluer plus justement son rôle dans la production des savoirs, de se départir du mythe de la pionnière largement véhiculé par la presse et de déjouer les stéréotypes de genre légitimant l’injustice épistémique. Les deux premières parties de l’article analysent les ressorts de cette dynamique d’invisibilisation, tandis qu’une troisième partie propose, en étudiant ses archives de travail, de déconstruire les effets de l’injustice épistémique pour mettre en lumière la place d’Edmée Chandon dans la production scientifique du premier XXsiècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Colette Le Lay, « Les carrières féminines à l’Observatoire de Paris (1908-1940) : de l’intégration (...)
  • 2 Le sujet porte sur l’astronomie et la géodésie.

1Edmée Chandon (1885-1944) entre à l’Observatoire de Paris en tant que stagiaire en novembre 1908 après avoir obtenu une licence de mathématiques et de physique à la Sorbonne. La même année elle est reçue première à l’agrégation de mathématiques de jeunes filles. À ce titre, elle est la première à bénéficier des dispositions du décret du 15 février 1907 qui clarifie les modalités de recrutement des astronomes, qui jusque-là « étaient pour le moins opaques, favorisant la reproduction sociale et les clans familiaux1 ». Désormais, un stage de deux ans minimum est nécessaire, et des femmes qui disposent d’un bagage scolaire suffisant grâce à la loi Camille Sée de 1880 peuvent candidater. Edmée Chandon devient ainsi aide-astronome le 1er mars 1912, ce qui fait d’elle la première femme astronome professionnelle de France. Admise à la Société mathématique de France en 1919, elle est nommée astronome adjointe en 1924 et obtient le 26 mars 1930 le grade de docteur ès sciences mathématiques après avoir soutenu une thèse intitulée Recherches sur les marées de la mer Rouge et du golfe de Suez. Elle est ainsi la première Française à soutenir une thèse d’État en sciences mathématiques2.

  • 3 Miranda Fricker, Epistemic Injustice. Power and the Ethics of Knowing, Oxford, Oxford University Pr (...)
  • 4 Burgos-Blondelle, Lancel, Lémonon-Waxin, « Déranger ou dégenrer l’espace savant masculin ? ... », A (...)
  • 5 Michèle Le Dœuff, Le sexe du savoir, Paris, ENS Éditions, 2023 ; Françoise Collin (dir.), Le sexe d (...)
  • 6 Dans le sillage de Dominique Pestre et de l’histoire sociale et culturelle des savoirs, la science (...)

2A priori, la postérité d’Edmée Chandon peut sembler ambivalente. Si elle n’a pas échappé à l’« injustice épistémique3 », nous le verrons, elle incarne aussi le « mythe de la pionnière », à travers de multiples récits la réduisant, in fine, à la première femme astronome de France. Or, on sait combien ce mythe n’est finalement « qu’une version féminine de l’histoire des grands hommes [qui] participe à l’effacement des catégories dominées du récit historique4 ». Le traitement médiatique de la nomination d’Edmée Chandon est ainsi l’occasion de réaffirmer des stéréotypes de genre à travers une rhétorique naturalisante et d’accentuer l’exceptionnalité d’une telle trajectoire. En d’autres termes, la presse contribue à renforcer le processus de « sexualisation de l’intellect5 ». Si l’esprit n’a pas de sexe, ses productions, qui s’inscrivent dans un environnement social, en ont un6. Étudier les archives de travail et le discours médiatique permet donc de mettre en perspective l’injustice épistémique et le mythe de la pionnière qui concourent à la marginalisation d’Edmée Chandon et des autres astronomes du champ scientifique. Ces deux mécanismes complémentaires ne s’annulent pas et il s’agit de montrer en quoi la survisibilisation et l’invisibilisation contribuent, in fine, à saper la légitimité des femmes scientifiques et de leurs productions. À rebours d’une démarche biographique qui célébrerait le parcours d’Edmée Chandon, nous préférons, à partir de son cas, analyser les dynamiques d’intégration et d’exclusion des femmes du monde savant.

  • 7 Valérie Burgos-Blondelle, Juliette Lancel et Isabelle Lémonon-Waxin, « Investir le genre en histoir (...)
  • 8 Burgos-Blondelle, Lancel, Lémonon-Waxin, « Déranger ou dégenrer l’espace savant masculin ? ... », A (...)
  • 9 Archives de l’Observatoire de Paris, Ms 1202/1-7, « Manuscrits d’Edmée Chandon ». Le plan de classe (...)
  • 10 Le Dœuff, Le sexe du savoir, op. cit., p. 20-22.
  • 11 Archives de l’Observatoire de Paris, F14/33, « Chandon Edmée ».

3Nous disposons de peu de moyens pour pallier la fabrique de l’oubli. Les historien·nes invitant à relire l’histoire des sciences au prisme du genre l’ont bien rappelé : « Pour sortir de l’ombre les femmes productrices de savoirs, le recours aux archives est indispensable7 ». Or, les « pratiques archivistiques [demeurent] largement genrées jusqu’au milieu du 20e siècle8 » et pratiquement aucun fonds scientifique n’est associé à une femme. En cela, le fonds Edmée Chandon conservé à la bibliothèque de l’Observatoire de Paris9, qui a pu être inventorié, signalé et enfin analysé au cours de l’année 2022, représente une véritable aubaine, dans la mesure où il permet d’enrichir les études sur la place des femmes dans le champ astronomique du premier XXe siècle. Regroupant ses notes de travail et papiers scientifiques, mais aussi une partie de sa correspondance, il renseigne sur les manières de faire science et montre comment Edmée Chandon déjoue les stéréotypes de genre de son temps. La philosophe Michèle Le Dœuff a retracé l’histoire d’une différenciation des modes de savoirs indexés à la dualité des sexes : on associe aux hommes la connaissance objective, discursive et rationnelle, tandis que l’intuition – dévalorisée – et le « rapport doux » à l’objet sont identifiés comme des traits typiquement féminins10. Or, le fonds Edmée Chandon fait état d’une connaissance approfondie d’instruments complexes comme l’astrolabe à prisme, de calculs laborieux, d’une mobilisation constante de travaux antérieurs et contemporains, d’observations régulières, d’une collecte patiente d’informations ainsi que de nombreux brouillons qui témoignent d’un savoir construit méthodiquement et rigoureusement. Pensons également aux 57 carnets d’observation qui attestent de ses services réguliers entre 1909 et 193311, ou à ses 2 000 mesures d’étoiles doubles réalisées à partir d’octobre 1919 lorsque lui est confiée la lunette équatoriale de la tour de l’Ouest. Aussi, ces archives permettent de se départir du mythe de la pionnière véhiculé par la presse. Quant au traitement médiatique, il occulte largement la participation concrète d’Edmée Chandon et de ses consœurs à la production des savoirs, tout en faisant de cette nomination une exception qui confirme la règle.

4C’est donc à l’étude des ressorts de cette invisibilisation que sont consacrées les deux premières parties de cet article : l’une se focalise sur l’injustice épistémique et les représentations genrées, l’autre sur la fabrique de la pionnière. Enfin, il s’agira de montrer comment le travail de l’historien·ne sur de telles archives permet de déconstruire les effets des mécanismes d’invisibilisation et, surtout, de mesurer la place d’Edmée Chandon dans la production scientifique du premier XXe siècle.

Représentations genrées et injustice épistémique

  • 12 Arnaud Saint-Martin, « Un spectre hante l’Observatoire : le statut paradoxal des auxiliaires », Car (...)
  • 13 Le Lay, « Les carrières féminines à l’Observatoire de Paris (1908-1940) ... », Art. cit.
  • 14 Ibid.

5Si le milieu scientifique du premier XXsiècle tend à être un entre-soi masculin, il n’en demeure pas moins que l’astronomie se féminise progressivement, et ce notamment après la Première Guerre mondiale. De nombreuses femmes travaillent à l’Observatoire, principalement au Bureau international de l’heure et au Service de la carte du ciel, où elles sont principalement cantonnées à des tâches de service et de calcul. Ainsi, « l’asymétrie dans la répartition des postes en fonction du genre est nette. Leur accès aux observatoires naît d’un compromis. Les calculs requis par l’astronomie de position constituent le “sale boulot” de l’astronomie12 ». Edmée Chandon fait donc figure d’exception, au même titre que Dorothea Klumpke, astronome américaine venue poursuivre ses études en France, et directrice du Bureau des mesures du Service de la carte du ciel de 1892 à 1901. Certes, la période 1908-1940 marque l’entrée progressive des femmes dans le corps des astronomes et plusieurs d’entre elles prennent activement part à la production des savoirs. Cela a été largement démontré par Colette Le Lay, qui met en avant notamment le décret de 1907 et la bienveillance de certains directeurs. En prenant appui sur des carrières comme celles d’Edmée Chandon, Rose Bonnet, Renée Canavaggia, Raymonde Chevalier ou Jeanne Clavier, elle propose d’éviter de réduire les femmes de l’Observatoire à « une armée de l’ombre, sans noms, sans visages, accomplissant les tâches subalternes délaissées par les hommes13 ». Certes, le corps des astronomes compte trois femmes en 1930 puis quatre en 1940, contre respectivement vingt hommes puis seize14. Rappelons aussi que les femmes qui ont accédé au rang d’aide-astronome après le stage prévu par le règlement de 1907, ne franchissent jamais l’échelon supérieur et demeurent sous l’autorité d’un homme. Il convient donc de relativiser cette dynamique d’intégration.

  • 15 Delphine Gardey et Ilana Löwy (dir.), L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du fém (...)
  • 16 « Edmée Chandon », in Philippe Véron, Dictionnaire des astronomes français 1850-1950, en ligne : ht (...)
  • 17 J. Mantenay, « La neuvième muse », L’Univers, 9 mars 1912, p. 1. Pour une étude approfondie des réa (...)
  • 18 Michèle Le Dœuff a déjà relevé la prégnance, dès l’époque moderne, d’un discours qui conditionne l’ (...)
  • 19 H. B., « La première astronome française », L’Excelsior, 9 mars 1912, p. 3.

6En outre, cette relative ouverture du champ astronomique ne s’accompagne pas d’un recul des discriminations de genre concourant à l’injustice épistémique. À titre d’exemple, l’arrêté de 1912 sanctionnant la nomination d’Edmée Chandon reste empreint de la rhétorique discriminatoire héritée des Lumières sur la « nature féminine15 » : « Mlle Edmée Chandon – une aimable et simple jeune fille, en qui le savoir n’exclut point la grâce naturelle – a été nommée aide-astronome à Paris16 ». La reconnaissance des aptitudes scientifiques de l’astronome, et par homothétie sa nomination, ne peuvent se faire qu’au prix d’un rappel des normes de genre en vigueur. Puisqu’elle réussit dans un domaine considéré comme masculin et transgresse les stéréotypes de la féminité, la presse use d’une rhétorique naturalisante. L’injonction à la grâce, renvoyant à une prétendue nature féminine, fait d’ailleurs écho à la réaction des milieux conservateurs suite à sa nomination. Qualifiée de « neuvième muse » dans les colonnes de L’Univers, Edmée Chandon devient la cible d’une réaffirmation acerbe des assignations de genre : « La nouvelle ne surprendra pas beaucoup le public ; depuis qu’il y a des doctoresses et des avocates, on prévoyait bien que les femmes envahiraient peu à peu toutes les professions réservées aux hommes17 ». De plus, la comparaison avec Uranie, et donc l’assimilation à la muse, achève de reléguer Edmée Chandon à un rôle passif : elle n’est pas une scientifique mais une assistante, comme la muse inspire le poète18. Notons également que le renvoi à sa tenue vestimentaire et à son physique – constant dans le discours médiatique de la nomination – la ramène cette fois à son corps. Ce processus global de domestication du corps des femmes expliquerait pourquoi plusieurs articles annonçant la nomination comprennent une photographie de l’astronome – ce qui est exceptionnel pour de telles annonces – et se focalisent sur son apparence physique : « Mlle Edmée Chandon est de taille moyenne, souple et mince, avec des yeux doux et fins éclairant un visage un peu grave, comme il sied à une agrégée de mathématiques19 ».

Figure 1 : « Mlle Edmée Chandon : la première femme astronome française »

Figure 1 : « Mlle Edmée Chandon : la première femme astronome française »

L’Excelsior, 9 mars 1912, p. 3.

  • 20 Cf. Guillaume Carnino, L’invention de la science : la nouvelle religion de l’âge industriel, Paris, (...)
  • 21 Contrairement à ce qu’affirmait Poulain de la Barre, De l’égalité des sexes – De l’éducation des da (...)

7En plus de réduire les compétences des femmes à la coquetterie, le journaliste Mantenay dresse un parallèle avec l’astrologie, alors méprisée comme pseudoscience et croyance superstitieuse au sein d’un régime épistémique scientiste20. En creux, on discerne la volonté de nier toute compétence rationnelle aux femmes. Pour la rédaction de L’Univers, l’esprit a donc bien un sexe21 :

  • 22 J. Mantenay, « La neuvième muse », L’Univers, 9 mars 1912, p. 1.

Les fonctions qui viennent d’être confiées à Mlle Edmée Chandon comportent-elles un costume ? Cette jeune fille devra en tout cas renoncer au chapeau monumental que la mode impose actuellement aux femmes, car avec une coiffure de cette dimension, il lui serait malaisé d’examiner le firmament. La robe constellée de croissants de lune, que portaient les astrologues d’autrefois, ne serait pas très pratique. Il y a bien encore le costume sous lequel on nous représente Uranie, la neuvième muse, qui présidait à l’astronomie […]. Voilà encore une tenue qui serait un peu singulière, mais Mlle Edmée Chandon saura sans doute la moderniser22.

  • 23 Jürgen Habermas résume ainsi les présupposés de ce système : « Interprétation du progrès comme proc (...)

8Le contexte de rationalisation du monde sensible et d’imposition du « système progressiste23 » recoupe et structure les rapports de genre au sein des espaces savants. Comme on l’a vu, une hiérarchie des savoirs indexée à la dualité des sexes se superpose à cette dynamique globale. Si l’on est attentif aux rapports entre sexe et ordre des savoirs, on constate effectivement que la vocation d’Edmée Chandon est perçue comme anormale. En effet, cette dernière excelle en astronomie et en mathématiques – savoirs rationnels et méthodiques situés en haut de la hiérarchie des sciences – qui sont deux disciplines considérées comme étant l’apanage des hommes. À travers un dialogue fictif, la presse satirique tente de mettre en évidence le caractère prétendument transgressif et ridicule d’une femme de sciences :

  • 24 [Mlle Edmée Chandon vient d’être nommée astronome à l’Observatoire], Le Rire, 16 mars 1912, p. 3.

Mlle Chandon vient d’être nommée astronome à l’Observatoire de Paris.
[…]
– Ma chérie, nous sommes pareils à ces deux petites étoiles, qui flirtent là-bas, toutes seules, dans un coin du ciel…
– Mon ami, ces deux petites étoiles pèsent chacune 3 trillions huit cent mille millions de tonnes ; elles sont séparées par neuf cent dix-huit millions 752 000 lieues…
– Avouez qu’une conversation de ce genre n’a rien de sentimental…24

  • 25 Claude Pierrey, « Edmée Chandon : astronome à l’Observatoire de Paris », L’Œuvre, 10 mars 1932, p.  (...)

9L’auteur décrédibilise l’association femme-intellect tout en rappelant deux injonctions : être sentimentale et répondre aux éventuels besoins et désirs des hommes. Phénomène récurrent lorsqu’une femme montre du talent pour les idées : on soupçonne qu’elle est inapte à satisfaire les demandes que des hommes pourraient lui adresser. En somme, une femme qui se consacre professionnellement aux sciences est, et doit rester, une exception, une anomalie. D’autant plus qu’Edmée Chandon, mariée en 1910 et divorcée en 1911, revendique, du moins pour elle, cette transgression du rôle traditionnel de la femme mariée. Dans un entretien paru en 1932 dans L’Œuvre, elle répond ainsi à la question « Que pensez-vous du mariage et du rôle traditionnel de la femme au foyer ? » : « Ma fonction est inconciliable avec le mariage. D’ailleurs le célibat c’est bien mon genre. Je suis parfaitement heureuse25 ».

10Concernant son activité à l’Observatoire, le début de carrière d’Edmée Chandon reste étroitement lié à une conception du travail scientifique féminin (principalement du calcul en journée) qui n’est ébranlée que par le contexte de guerre. En effet, Benjamin Baillaud, directeur de l’Observatoire depuis 1908, avoue dans un brouillon de lettre daté de 1922 avoir eu de nombreuses réticences à employer des femmes pour les observations nocturnes :

  • 26 Archives de l’Observatoire de Paris, Ms 1060/V-A-3.

J’ai hésité depuis 1908 jusqu’en 1914, à admettre des dames à travailler à l’Observatoire dans les services de nuit. Mes seules raisons étaient d’ordre moral et de sécurité. Pendant la guerre il m’a été impossible de ne pas y consentir, et j’ai employé [barré « d’abord »] à la détermination régulière de l’Heure Mme C [barré « Chandon »] qui y a rendu de très grands services26.

11C’est donc au prix d’un dévouement sans faille et de loyaux services rendus pendant la guerre qu’Edmée Chandon peut se voir confier d’autres missions au sein de l’Observatoire. Comme le rappelle Colette Le Lay :

  • 27 Le Lay, « Du côté des lettres : Benjamin Baillaud et les femmes astronomes (1922) », Art. cit.

[A]utant Benjamin Baillaud pouvait cantonner Edmée Chandon à des tâches diurnes avant la mobilisation, autant se trouve-t-il contraint à mettre sous le boisseau ses réticences morales pour assurer la continuité du service lorsque la guerre le prive de ses observateurs27.

  • 28 Rapport annuel sur l’état de l’Observatoire de Paris, année 1917, p. 9.

12Outre l’effet falaise de verre, on constate que l’accès des femmes à des positions plus élevées n’est rendu possible qu’au prix d’une entière dévotion et d’une quantité de travail supérieure à celle qu’un homme doit fournir pour accéder à une égale reconnaissance. À de nombreuses reprises, Edmée Chandon est remerciée pour son activité qui a permis d’assurer la « continuité des services » pendant la guerre : le « chef de service tient à signaler comme il l’a fait les années précédentes, le zèle dont Mme Chandon continue à faire preuve, utilisant les quelques heures de loisirs dont elle peut disposer à des calculs demandés par le Bureau des Inventions pour la défense nationale28 ». Ou encore lorsqu’une partie du Service de l’heure s’installe provisoirement dans le parc de la Tête d’Or :

  • 29 Rapport annuel sur l’état de l’Observatoire de Paris, année 1918, p. 7.

[J]e tiens à témoigner, dès le début de ce rapport, du zèle et de l’abnégation des trois astronomes […] Mme Chandon, aide astronome, qui depuis le mois de juillet ont assuré le service à Lyon dans les conditions les plus difficiles et les moins confortables ; au moment (24 décembre) auquel j’écris ce rapport, Mme Chandon continue seule le travail à Lyon29.

  • 30 Juliette Rennes, Le mérite et la nature…, op. cit.

13Quoi qu’il en soit, la trajectoire d’Edmée Chandon traduit davantage la création d’un nouveau paradigme, celui de la « féminité professionnelle30 », qu’un progrès dans l’égalité de traitement au sein du champ scientifique. La différenciation est réaffirmée, en témoigne cet article de la série « Les pionnières », paru dans L’Œuvre, qui promeut un « faire science » féminin indexé à l’ensemble des stéréotypes de genre décrits plus haut – dévotion, rapport affectueux et sensible à l’objet, références à la maternité :

  • 31 Pierrey, « Edmée Chandon : astronome à l’Observatoire de Paris », Art. cit., p. 1-2.

Plus tard, il [Baillaud] devait faire ces remarques :
– Seule, une femme consent à s’oublier assez pour demeurer à son poste devant ses équations et ses logarithmes jusqu’à ce qu’elle ait donné tout ce qu’on attend d’elle.
– La femme se consacre aux examens avec plus de cœur que l’homme, comme si le besoin de créer, d’engendrer qui est en elle, se transformait avec l’objet qu’on offre à son expansion.
L’instinct d’amour, l’instinct de maternité, au service exclusif de la science !31

  • 32 Jennifer Bué et Dominique Roux-Roussi, Travail de nuit des femmes, Paris, La Documentation français (...)
  • 33 [Mlle Edmée Chandon vient d’être nommée astronome à l’Observatoire], Le Rire, 16 mars 1912, p. 3.

14Enfin, les réserves d’ordre moral et de sécurité qu’évoque Baillaud témoignent d’une méfiance vis-à-vis de la mixité et de la prégnance de préjugés sur la faiblesse physique des femmes. Le travail nocturne féminin, associé aux prostituées et aux ouvrières, fait alors l’objet de nombreuses réticences morales et se voit interdit par la loi du 2 novembre 1892. Cette interdiction, loin de s’inscrire dans une volonté de progrès social, relève davantage « d’un souci d’efficacité du dispositif relatif à la protection des corps [notamment] de la procréation associée à une vision morale du rôle des femmes dans la famille32 ». Sans surprise, la presse satirique reprend à son compte l’ensemble de ces préjugés : « À l’âge où les femmes ne s’intéressent guère qu’aux choses du septième ciel, une jeune personne passe ses nuits au bout d’un télescope. Je ne voudrais pas être le mari d’une astronome […]. Vous imaginez l’agrément d’une femme qui passe toutes ses nuits dehors sous prétexte d’aller contempler les anneaux de Saturne33 ». Outre le biais androcentrique, on constate que la normalisation genrée de l’espace public influence l’accès des femmes scientifiques à leurs espaces de travail.

  • 34 Coupable d’une tentative de meurtre sur sa maîtresse en décembre 1912, il est contraint de démissio (...)

15Plus encore, le genre structure l’espace vécu par les femmes astronomes. On sait par exemple qu’Edmée Chandon a été victime d’une tentative d’assassinat le 9 juillet 1919. Cet événement concerne directement l’Observatoire, puisque l’agresseur, Edmond Simon, y travaille comme calculateur depuis 1894. C’est au sein du Bureau des mesures et du Service méridien qu’il fit la connaissance d’Edmée Chandon et commença à la harceler continuellement, et ce d’autant plus après avoir été licencié de l’institution en 191334 :

  • 35 « Mlle Chandon astronome à l’Observatoire de Paris blessée par un fou », Le Petit Journal, 10 juill (...)

Edmond Simon était engagé à l’Observatoire de Paris comme calculateur ; là il fit la connaissance de Mlle Chandon, et la demanda en mariage. Il fut éconduit, puis mis à la porte de l’Observatoire pour incapacité. Il continua néanmoins à harceler Mlle Chandon de lettres pressantes qui restèrent sans réponse. Il se présenta alors au domicile de l’astronome, 38, avenue de l’Observatoire, et fut mis à la porte ; depuis il attendait fréquemment Mlle Chandon devant sa porte pour lui parler. Hier matin, il se rendit à l’Observatoire et attendit Mlle Chandon à la porte. Mlle Chandon n’ayant point voulu l’écouter, il se jeta sur elle et lui porta deux coups de rasoir, l’un dirigé au cou, mais la jeune fille ayant baissé la tête instinctivement fut atteinte à la figure par le rasoir, qui lui ouvrit une large plaie ; l’autre coup a entamé l’épaule, faisant une blessure peu grave35.

16On voit combien l’espace professionnel présente des risques supplémentaires pour les femmes qui sont davantage exposées aux violences physiques et morales d’ordre sexiste. Par ailleurs, l’astronome conserve la marque de cette agression : une cicatrice sur la joue gauche, visible notamment sur son portrait officiel.

La fabrique d’une pionnière

17En matière d’accès aux professions supérieures, Benjamin Baillaud semble dénoter quelque peu au sein du paysage savant, puisqu’il encourage les carrières scientifiques d’Edmée Chandon et Rose Bonnet – « j’envisage pour elles le doctorat ès science » – et il ne s’oppose pas à une féminisation du personnel de l’Observatoire : « J’estime que la moitié au moins du personnel pourrait, sans inconvénient, être féminin ». Edmée Chandon elle-même lui est très reconnaissante, en témoigne l’enthousiasme qu’elle exprime à son égard dans un entretien pour L’Œuvre, recueilli par la journaliste féministe et antifasciste Hélène Gosset :

  • 36 Hélène Gosset, « Les femmes au travail – À l’Observatoire de Paris », L’Œuvre, 27 juin 1934, p. 7. (...)

C’est en 1912 que je fus acceptée par le directeur du moment, M. Baillaud. Oh ! je vous en prie, mentionnez le nom de cet homme qui fut « féministe » dans la plus belle acception du mot et à qui je voue toute ma reconnaissance, car il m’encouragea et consentit à soutenir ma candidature…
– Vous le méritiez sans doute… 
– Croyez bien qu’il y avait beaucoup de courage et d’audace, alors, à admettre une femme dans le milieu scientifique, et mon entrée dans un Observatoire de l’État fut un grand événement36.

  • 37 « Une femme astronome », Le Petit Parisien, 7 mars 1912, p. 2 ; « Une femme astronome », Le Journal(...)
  • 38 « Nouvelle victoire féministe », L’Aurore, 9 mars 1912, p. 1 ; ou encore : « C’est une nouvelle et (...)

18Dès lors, il convient de s’arrêter plus longuement sur le traitement médiatique de la nomination. En effet, la nouvelle fait grand bruit dans la presse : les principaux quotidiens généralistes contribuent ainsi à faire de cette nomination un événement37. Inutile de rappeler que les nominations d’astronomes – d’autant plus des astronomes adjoints – ne figurent habituellement pas dans la presse généraliste. Autre singularité : certains quotidiens adjoignent au texte, comme déjà signalé, une photographie d’Edmée Chandon et exacerbent ainsi l’événementialisation de la nomination. La titraille montre que ces articles sont construits autour d’un seul axe : Edmée Chandon est la première astronome française. En somme, cette dernière est réduite à une pionnière et sa nomination à une « victoire du féminisme38 ». Aucune mention de ses travaux ou projets de recherche : la désanonymisation se paie au prix d’une invisibilisation scientifique. En d’autres termes, la politisation de sa nomination place sa carrière et sa réussite hors de toute scientificité : la survisibilité médiatique engendre une invisibilité scientifique. En cela, il nous incombe d’analyser plus en détail le contenu du traitement médiatique de la carrière de l’astronome.

19D’emblée, les journaux en font une femme d’exception. Selon le discours médiatique, Edmée Chandon n’est pas comme les autres femmes et sert de contre-exemple à la prétendue nature féminine. En cela, la promotion de sa nomination dans les journaux sert aussi à colporter un discours naturaliste, à réaffirmer l’ordre du genre pour rassurer le lecteur. Edmée Chandon est une exception et toutes les femmes ne font, et ne feront, pas de la science. L’article de Clément Vautel dans Le Matin est particulièrement représentatif de cette tendance. L’auteur énumère les différents attributs et préoccupations supposés de cette féminité fantasmée pour les relier au parcours de l’astronome :

  • 39 Clément Vautel, [« D’ordinaire les femmes s’intéressent fort peu à l’astronomie »], Le Matin, 7 mar (...)

D’ordinaire les femmes s’intéressent fort peu à l’astronomie. Parlez-leur de la mécanique céleste et elles trouveront que vous avez l’air de tomber de la lune si vous leur nommez un astre, il est probable qu’en guise de réponse, elles fredonneront la romance de Delmet Il était une étoile. Beaucoup connaissent mieux l’heure que l’étoile du berger. Cependant une jeune et charmante femme, Mlle Edmée Chandon, vient d’être nommée astronome à l’Observatoire. L’astronomie la passionna dès l’enfance. À l’âge où les fillettes jouent à la poupée, Mlle Chandon observait le firmament. […] Il faut même regretter que les disciples de Copernic ne portent plus le chapeau pointu et la robe constellée de croissants de lune et de comètes, ce costume irait sans doute fort bien à Mlle Chandon. Tant de femmes cherchent des tâches à la réputation de leurs amies, au moins la nouvelle astronome n’en cherchera qu’au soleil. Et alors que tant de frivoles personnes se vouent à « Vénus », Mlle Chandon ne se consacrera qu’à l’étoile qui porte ce nom, ce qui est infiniment moins compromettant. Évidemment, si cette fonctionnaire de l’Observatoire était mariée, son époux pourrait se plaindre, à la fin, de ce qu’elle passe toutes ses nuits dehors. […] Félicitons donc Mlle Edmée Chandon : elle ouvre à son sexe une immense carrière, le ciel semé d’une poussière de mondes, ce ciel que tant de femmes ne regardent jamais, à cause de leur chapeau39.

  • 40 Phénomène finement décrit par Yannick Ripa, Femmes d’exception : les raisons de l’oubli, Paris, Le (...)

20En somme, il réaffirme tout ce qui permet d’exclure les femmes de la pratique scientifique. En creux, on perçoit combien le mythe de la pionnière est intimement lié à la fabrique de l’injustice épistémique. Ce qui sous-tend cette promotion médiatique, c’est bien la volonté de faire d’Edmée Chandon « une exception qui confirme la règle du genre40 ».

  • 41 Hélène Deutsch, The psychology of Women, New York, Grune et Stratton, 1945, p. 175.
  • 42 « La dame voilée », L’Express du Midi, « Billet féminin », 7 avril 1912, p. 3.
  • 43 « Mais il arrive que la nature se venge de ces audaces. Et je pense soudain à la frêle jeune fille (...)
  • 44 Sur les panneaux des places et squares Edmée Chandon inaugurés récemment (à Nantes et dans le 11e a (...)

21Rajoutons que ce processus fait office de double peine pour les pionnières puisqu’elles sont condamnées à n’être que des grands hommes pour ne pas être invisibilisées. À la délégitimation de l’association femme-science s’arrime une virilisation de la pionnière qui aurait trahi son genre, sa nature. Michèle Le Dœuff fournit une illustration de cette rhétorique en retranscrivant un passage écrit par la psychanalyste Hélène Deutsch en 1945 : « L’intellectualité de la femme est conditionnée dans une large mesure par la perte de belles qualités féminines : elle suce la sève affective […]. Tout ce qu’on observe confirme ce fait que la femme intellectuelle est virilisée41 ». Il est donc peu étonnant de retrouver des assertions similaires dans la presse de 1912. Reprenant l’ensemble des stéréotypes évoqués plus haut, le billet féminin de L’Express du Midi fustige l’astronome qui « violente la vocation de notre sexe, méconnaît l’ordre naturel des choses », et affiche des « prétentions déréglées ». Après avoir dressé le portrait de la femme idéale – « la femme chrétienne, se consacrant exclusivement à ses devoirs d’épouse et de mère » –, la journaliste conclut : « L’installation de la femme dans les professions les plus hétéroclites et les moins appropriées à sa nature n’est qu’un misérable masculinisme42 ». Enfin, l’article va jusqu’à évoquer le décès de l’aviatrice Suzanne Bernard, survenu un mois plus tôt, pour en faire une preuve supplémentaire des supposés dangers du « masculinisme féminin43 ». Tous ces éléments nous invitent à abandonner cette rhétorique de « la première femme astronome » versant dans l’exceptionnalité, et à ne plus réduire Edmée Chandon à une pionnière, à une exception historique. Et ce d’autant plus que ce récit s’est imposé jusqu’à aujourd’hui44.

  • 45 Pratique qui consiste à inclure en apparence des groupes dominés de la société, afin de paraître éq (...)
  • 46 Le Lay, « Les carrières féminines à l’Observatoire de Paris (1908-1940) … », Art. cit.
  • 47 Ibid.

22Dans cette perspective, on pourrait également parler d’un cas de tokénisme45, ou plutôt d’une version féminine de l’histoire des grands hommes, qui contribue in fine à occulter les autres femmes de l’Observatoire. En étudiant les Rapports annuels sur l’état de l’Observatoire sur la période 1908-194046, l’historienne Colette Le Lay montre combien les femmes y sont de plus en plus présentes et participent activement à la production des savoirs, « contribuent à la mise au point et au perfectionnement de nouveaux outils (astrolabe à prisme) et de techniques émergentes (photographie, spectroscopie) », ou encore « participent activement aux commissions et rencontrent leurs consœurs et confrères des autres nations47 ». En cela, le récit essentialisant de la pionnière a pour effet de faire oublier les astronomes qui ont précédé Edmée Chandon, en même temps qu’il occulte ses consœurs et sert d’alibi à une ouverture toute relative de la profession. En somme, le discours médiatique de la pionnière renforce le processus de sexualisation des sciences.

23En dépit de la bienveillance de certains directeurs comme Baillaud, les carrières des femmes astronomes restent dépendantes de l’assentiment des cadres masculins de l’institution. Edmée Chandon fait certes figure d’exception mais son intégration n’est jamais vraiment achevée. Elle fait d’ailleurs preuve d’une grande lucidité vis-à-vis du contexte de restriction budgétaire des années 1930 et ses conséquences sur l’accession des femmes au corps des astronomes :

  • 48 Gosset, « Les femmes au travail… », Art. cit., p. 7.

Le régime des économies récemment instauré va lourdement peser sur les astronomes ! Une des plus tristes conséquences sera de fermer cette carrière aux femmes qui s’y destinaient, à moins qu’elles ne disposent de ressources personnelles, car bon nombre de postes seront supprimés et les candidats masculins étant toujours avantagés dans les attributions futures48.

  • 49 Madeleine Misard, « Feminine star gazers and astronomers », L’Atlantique, 10 juillet 1937, p. 15.
  • 50 Londa Schiebinger, The mind has no sex? Women in the origins of Modern Science, Harvard University (...)

24Dans un entretien accordé à la poétesse et journaliste Madeleine Misard pour L’Atlantique, Edmée Chandon dénonce cette fermeture de l’astronomie officielle aux femmes : « I desired ardently to be an astronomer and, in all times, women have been interested in the stars, but we were forbidden to aspire to official functions49 ». En outre, elle reconnaît ne pas être la première femme à pratiquer la science astronomique, a contrario d’une confusion entretenue dans la presse et qui fait d’elle « la première femme astronome ». Depuis la fin de l’époque moderne, les travaux des femmes astronomes, non rémunérés, sont frappés du sceau dévalorisant de l’amateurisme ou sont placés sous l’autorité d’un savant reconnu. En d’autres termes, la fermeture des professions scientifiques aux femmes, légitimée par la diffusion d’un discours naturaliste, fait obstacle à la reconnaissance de leurs contributions50. Inutile de rappeler qu’Edmée Chandon est certes la première femme astronome professionnelle mais non la première femme ayant participé à l’avancement des connaissances au sein de la discipline. En 1899, Dorothea Klumpke revendiquait déjà la nécessité de reconnaître cette participation aux progrès de l’astronomie :

  • 51 Dorothea Klumpke, « La femme dans l’astronomie », extrait du Bulletin de la SAF, avril 1899, p. 1-2 (...)

Depuis longtemps je désirais entretenir les dames de la SAF de la part prise par leurs sœurs des temps jadis, par leurs sœurs d’aujourd’hui, dans le développement de la science d’Uranie. […] Dans les grandes phases par lesquelles a passé l’astronomie dans sa marche ascendante à travers les âges, nous rencontrons partout la femme. [Or] l’histoire est muette quant au rôle joué par la femme51.

  • 52 Cette loi oblige les services de l’État à licencier les femmes mariées et à mettre à la retraite to (...)
  • 53 « Edmée Chandon », in Philippe Véron, Dictionnaire des astronomes français 1850-1950, en ligne : ht (...)
  • 54 C. D., « L’Observatoire de Paris va-t-il posséder la première femme astronome ? », Paris-Midi, 18 m (...)
  • 55 Archives de l’Observatoire de Paris, Ms 060/V-A-3.
  • 56 Ibid. ; L’Excelsior du 9 mars 1912 la qualifie d’« habile et consciencieuse astronome ».

25La propre carrière d’Edmée Chandon reflète cette fermeture de l’accès au corps des astronomes pour les femmes. En effet, elle n’atteint jamais le grade d’astronome titulaire et demeure astronome adjoint, et ce en dépit des deux prix que lui décerne l’Académie au cours de sa carrière. En 1930, lors d’une élection pour deux postes d’astronome titulaire, elle n’obtient que treize voix face à deux concurrents masculins qui en récoltent chacun une trentaine, et sont donc les seuls à être présentés au ministre. Sous Vichy, en conséquence de la loi du 11 octobre 1940 sur le travail féminin52, elle est forcée de prendre sa retraite. Elle est réintégrée en 1943 avec le soutien d’Ernest Esclangon qui soutient sa candidature au rang d’astronome titulaire auprès de l’Académie des sciences. Dans la liste présentée au ministre, Bernard Lyot est retenu pour la première place tandis qu’Edmée Chandon et André Couder sont en concurrence pour la seconde. Finalement, c’est André Couder qui est choisi, le même qui dans le brouillon d’une lettre datée du 25 mai 1942 adressée à André Danjon, s’insurgeait contre la candidature d’Edmée Chandon : « Je crois qu’Ernest, outre Bernard, tâchera de faire nommer [astronome titulaire] Edmée réintégrée, candidate selon son cœur. Ce serait un désastre53 ». L’astronome nie indirectement les compétences scientifiques d’Edmée Chandon, puisque selon lui le directeur de l’Observatoire soutient sa candidature pour des raisons relevant de l’intime. En somme, ce plafonnement des carrières féminines montre combien reste vivace le souhait de maintenir le champ scientifique dans un entre-soi masculin. Peu ou prou, le discours médiatique relatant le vote alimente cette dynamique d’invisibilisation scientifique : si Bernard Lyot est présenté comme « le grand metteur en scène de l’univers » et André Couder comme celui « dont les travaux sont universellement estimés », Edmée Chandon, qui a plus d’ancienneté que Couder, l’est comme « une femme […] qui depuis plus de vingt ans est astronome auxiliaire à l’Observatoire de Paris54 ». Ces extraits traduisent une conception genrée de la production scientifique et une incapacité à penser le génie au féminin. Si ses concurrents sont brillants, elle est travailleuse, voire corvéable, ce qui rejoint l’appréciation de Baillaud : « Elle est un des astronomes qui rendent ici les plus grands services55 ». Sa légitimité d’astronome ne repose pas sur la pertinence ou l’aspect novateur de ses travaux, mais bien sur sa capacité à rendre service dans la durée – « depuis plus de vingt ans » –, sa rigueur, « son dévouement », ou encore « sa souplesse d’esprit56 ».

  • 57 C. D, « L’Observatoire de Paris va-t-il posséder la première femme astronome ? », Paris-Midi, 18 ma (...)
  • 58 « Pour la première fois une femme sera-t-elle astronome titulaire à l’Observatoire ? », Le Matin, 1 (...)

26Enfin, à l’occasion de ce vote, on observe un rejeu constant du mythe de la pionnière, puisque les journaux remobilisent le qualificatif de première astronome, ce qui, en plus de sous-entendre qu’elle ne l’était pas avant, passe sous silence les nombreuses autres astronomes qui travaillent à l’Observatoire. Le quotidien Paris-Midi titre ainsi : « L’Observatoire de Paris va-t-il posséder la première femme astronome ?57 » – ce qu’elle est depuis 1912. Pour Le Matin, l’élection ne récompense pas les qualités professionnelles et les compétences des parties, mais représente plutôt un affrontement entre les deux sexes : « On se demande qui des deux l’emportera demain […] l’homme, la femme, on ne sait58 ».

27Pour autant, en dépit de ce processus d’invisibilisation et de l’essentialisation du symbole de la pionnière, les archives d’Edmée Chandon constituent une base solide pour analyser sa participation réelle aux progrès de l’astronomie.

Prendre la mesure de la production scientifique d’Edmée Chandon

  • 59 Burgos-Blondelle, Lancel et Lémonon-Waxin, « Introduction - Investir le genre… », Art. cit.

28Les historien·nes des sciences et du genre proposent d’« établir une dialectique entre l’activité scientifique concrète et quotidienne des femmes, et leur capacité, consciente ou non, intentionnelle ou non, d’agir sur le monde qui les entoure », en somme : mettre en lumière leur empowerment, défini par Cynthia Kraus comme la « “marge de manœuvre” d’un individu, sa capacité à résister, à contourner, à subvertir une forme de pouvoir59 ». Cependant, rares sont les sources permettant de prendre la mesure de cette marge de manœuvre. Or, le fonds Edmée Chandon, qui regroupe ses notes de recherches, une partie de sa production scientifique et de sa correspondance, témoigne d’une activité scientifique prolifique trop longtemps occultée. Le plan de classement adopté reflète d’ailleurs l’étendue de ses recherches : travaux sur la parallaxe solaire, les étoiles doubles, les librations lunaires, la latitude de l’Observatoire, les hauteurs égales, la théorie des nombres et, ce sur quoi nous nous attarderons principalement, des travaux sur la théorie des marées.

  • 60 « Dear Sir […] Monsieur E. Chandon, Observatoire de Paris », in Archives de l’Observatoire de Paris (...)
  • 61 Entre autres les sondes les plus récentes sur les cartes de l’amirauté britannique ou les données i (...)
  • 62 Adolphe Blondel, « Sur la théorie des marées dans un canal, application à la mer Rouge », Annales d (...)

29Ses recherches préparatoires pour sa thèse sur les marées de la mer Rouge impliquent de connaître les constantes harmoniques de différents ports (données essentielles pour prévoir la marée dans un lieu précis). Dès 1925, l’astronome entame une vaste entreprise de collecte de ces données, engageant ainsi de nombreux échanges avec des services d’État ou des instituts spécialisés. Entre 1925 et 1930 elle communique régulièrement avec le United States Coast and Geodetic survey, le service hydrographique du ministère de la Marine en France, ou encore le directeur du Tidal Institute de l’Université de Liverpool et mathématicien de renom Joseph Proudman. Notons tout de même que ce dernier, dans une réponse du 7 janvier 1926, croit s’adresser à un homme60. En somme, sa correspondance témoigne d’une intégration réussie dans la communauté scientifique internationale, ainsi que d’une maîtrise des pratiques de sociabilité savante. Surtout, la prise en compte soucieuse des constantes harmoniques, et plus généralement de données récentes issues de la recherche sur le terrain61, lui permet de renouveler les études sur les marées. Précisons qu’Edmée Chandon prend pour point de départ la thèse d’Adolphe Blondel soutenue en 1912 et intitulée Sur la théorie des marées dans un canal, application à la mer Rouge62. Sans nier l’utilité de ce travail, Edmée Chandon en relève néanmoins les erreurs et réfute certaines de ces conclusions :

  • 63 Archives de l’Observatoire de Paris, Ms 1202/2.

A. Blondel, dans son mémoire […] était arrivé à la conclusion que le frottement doit avoir une importance considérable dans le phénomène des marées, et il annonçait son projet de reprendre toute l’étude en tenant compte du frottement. J’ai repris l’étude des marées de la mer Rouge ; mais avant de faire entrer le frottement en ligne de compte j’ai relevé sur les cartes du Catalogue de l’amirauté britannique les sondes les plus récentes. Tous les nombres que j’ai relevés sont supérieurs à ceux que Blondel avait admis. Au lieu de 420 m que Blondel trouve pour la profondeur moyenne de la mer Rouge, j’obtiens 535 m. Comme la profondeur joue un rôle fondamental dans le phénomène des marées, j’ai repris tous les calculs que nécessite la méthode de Ritz en partant des nouvelles profondeurs63.

  • 64 « Poincaré dans son tome III des Livres de mécanique céleste p. 386 suppose pour la mer Rouge une p (...)
  • 65 Ibid.

30Les corrections apportées par Edmée Chandon aux résultats de Poincaré64 et de Blondel sont en effet d’une grande importance. Ainsi, elle peut avancer que « l’application faite par A. Blondel des méthodes de Poincaré et de Ritz à l’étude des marées de la mer Rouge l’a conduit à un résultat en complet désaccord avec les observations65 ». Les manuscrits des brouillons de sa thèse nous montrent, bien davantage que la version finale, combien Edmée Chandon s’inscrit fermement dans l’histoire des mathématiques et situe son travail au cœur du renouvellement des études sur les marées. La justesse de ses résultats sur la profondeur de la mer Rouge lui procure une certaine reconnaissance et lui vaut d’ailleurs une comparaison plutôt élogieuse avec Le Verrier. Le caractère épidictique de cette lettre mérite toutefois d’être relativisé puisque la jeune femme est une fois de plus ramenée à son corps, par l’évocation de la cuvette d’hygiène et de ses pieds, et son apparence physique :

  • 66 Lettre du 3 juin 1931 de l’astronome Kyrille Popoff, professeur à l’Institut mathématique de l’Univ (...)

Autrefois Le Verrier faisait des calculs et découvrait des planètes qu’il ne pouvait pas voir et que d’autres mieux équipés que lui, confirmaient. L’histoire se répète. Une belle dame de mes connaissances, sans avoir trempé ses pieds dans les eaux profondes de la mer Rouge et qui n’a jamais vu plus d’eau que l’eau de sa cuvette, sonde de son cabinet à Paris les profondeurs de cette mer funeste qui a englouti les armées des Pharaons et donne des nombres que les mesures effectuées sur place confirment66.

  • 67 G. C. F., « Doctorat ès sciences mathématiques », L’Astronomie, 1930, p. 339.

31Partant du constat des erreurs numériques de Blondel, « elle a pu achever l’étude des marées dans la mer Rouge par la méthode de Ritz et les résultats obtenus cadrent assez bien avec les observations67 ». Mais sa thèse ne se limite pas à une simple correction, puisque Blondel, constatant un écart entre les calculs et les observations – concernant l’amplitude de la marée – attribuait cette différence à un effet de frottement. Edmée Chandon, après avoir repris les calculs avec la méthode de Ritz, constate toujours une différence entre ses résultats et les observations. Pour résoudre ce problème, l’astronome propose d’appliquer une nouvelle méthode à l’étude des marées :

  • 68 Ibid., p. 2.

La méthode que nous avons employée, plus rapide que celle de Ritz, est simplement esquissée dans les traités classiques. Elle consiste à assimiler un canal quelconque fermé à l’une de ses extrémités à une suite de canaux partiels, tels que dans chacun d’eux la profondeur est constante et la largeur est, ou constante, ou fonction exponentielle de la distance x à l’extrémité fermée68.

32L’astronome choisit d’appliquer cette méthode à deux canaux aux dimensions très différentes : le golfe de Suez et la mer Rouge. Ainsi peut-elle conclure :

  • 69 Ibid., p. 3.

Entre Suez et Assab, c’est-à-dire sur une longueur de 2 200 km environ, alors que les amplitudes des diverses marées atteignent dans certaines régions 30 cm, les différences « observation-calcul » que nous trouvons, sont en moyenne de 2 cm ; et, comme elles ne présentent pas un caractère systématique, on peut conclure, d’une part, que la méthode employée est très satisfaisante ; et, d’autre part, que le frottement ne joue pas un rôle appréciable dans les marées de la mer Rouge ; il n’en a pas davantage dans celles du golfe de Suez, qui est cependant peu profond69.

  • 70 Archives de l’Observatoire de Paris, « Papiers relatifs à la théorie des marées – Correspondance », (...)
  • 71 Elle obtiendra aussi le prix d’Aumale en 1940 pour ses travaux en mécanique céleste.
  • 72 Archives de l’Observatoire de Paris, « Papiers relatifs à la théorie des marées – Correspondance », (...)

33En plus de montrer que les marées de la mer Rouge représentent un cas typique d’onde stationnaire, elle ouvre des perspectives d’études en proposant d’appliquer cette méthode à l’étude des marées dans d’autres mers fermées et plus larges que la mer Rouge. La félicitant pour sa thèse, Benjamin Baillaud, dans une lettre du 6 avril 1930, lui écrit à ce propos : « Vous ouvrez ainsi d’importantes recherches pour l’avenir. Je suis heureux de vous en féliciter70 ». Edmée Chandon, à la suite de sa thèse, se voit d’ailleurs décerner le prestigieux prix La Caille par l’Académie des sciences71. Pourtant, lorsqu’elle préparait sa thèse, Eugène Fichot, directeur du Service hydrographique de la Marine française, qualifiait sa démarche d’« un peu trop évidente » avant de rajouter : « Je vous signale qu’on y a pensé72 ». Injustice épistémique ou réflexe corporatiste ?

  • 73 Bibliothèque de l’Observatoire de Paris, Ms 1202/6. Elle entreprend la rédaction d’un mémoire porta (...)
  • 74 Elle co-publia un mémoire sur le sujet : Edmée Chandon et André Gougenheim, « Les instruments pour (...)
  • 75 Cf. [Académie des sciences], L’Astronomie, 1940, p. 260.

34Si notre article circonscrit principalement l’analyse aux recherches d’Edmée Chandon sur la théorie des marées – et donc à sa thèse –, il faut prendre conscience de la diversité de ses travaux. Ses papiers témoignent d’une polyvalence et d’un investissement dans plusieurs champs de la recherche alors très dynamiques, notamment lorsqu’elle entreprend la rédaction d’un mémoire portant sur les différentes méthodes de détermination de la parallaxe solaire de 1880 à 193073. Elle réalisa également de nombreuses observations et mesures d’étoiles doubles, développa une grande maîtrise de l’astrolabe à prisme74, entreprit des travaux novateurs sur la libration physique de la Lune à partir des célèbres clichés pris au grand équatorial coudé par Loewy et Puiseux75, et entama des recherches en théorie des nombres.

  • 76 « Conférences astronomiques », L’Astronomie, 1921, p. VI.
  • 77 « Conférences astronomiques », L’Astronomie, 1930, p. IV.
  • 78 Bibliothèque de l’Observatoire de Paris, Ms 1202/3.
  • 79 Ibid.

35Par ailleurs, ces multiples travaux sont à mettre en lien avec la part active que prend Edmée Chandon dans la vulgarisation scientifique. Membre depuis 1909 de la Société astronomique de France, elle y donne de nombreuses conférences portant sur ses thématiques de recherche, comme par exemple en 1921 (« Conférences astronomiques avec projections […] Lundi 20 février : La mesure des étoiles doubles par Edmée Chandon, astronome à l’Observatoire de Paris76 ») ou en 1930 (« Lundi 30 mars : La planète Eros et la parallaxe solaire [avec clichés de l’Observatoire de Paris] par Mme Chandon, docteur ès science, astronome à l’Observatoire de Paris77 »). L’astronome prend donc largement part à la vie de la recherche et aux principaux efforts de vulgarisation, notamment en gravitant autour du célèbre couple d’astronomes, les Flammarion. Dans une liasse intitulée « Correspondance relative à ma thèse de doctorat », on trouve une carte postale de Gabrielle Flammarion qui félicite Edmée Chandon pour sa thèse : « Je vous remercie infiniment de l’envoi de votre savante thèse et de votre charmante lettre. Permettez-moi de vous embrasser de tout mon cœur en vous félicitant de ce nouveau succès. On est fière d’être une femme dans l’ombre d’une Edmée Chandon78 ». Ces félicitations, co-signées par Camille Flammarion, prouvent qu’Edmée Chandon est parfaitement intégrée dans le champ astronomique de l’entre-deux-guerres et entretient des liens étroits – savants et amicaux – avec quelques-uns de ses principaux acteurs. Elle représente même l’Observatoire à la fête du Soleil du 22 juin 1914. Cette proximité se voit confirmer par l’évocation, à la fin de la lettre, de « notre famille scientifique ». Ces lettres de félicitations que reçoit Edmée Chandon après sa thèse mettent en exergue son agentivité au sein du champ scientifique. Une autre lettre, d’un·e expéditeur·rice inconnu·e, montre combien la contribution d’Edmée Chandon à la production des savoirs bat en brèche les stéréotypes de la prétendue nature féminine : « Je vous remercie bien vivement de ce beau travail et vous en félicite de tout cœur, car il prouve que l’intelligence de la femme peut égaler celle de l’homme, même dans les problèmes les plus complexes de la science79 ». L’écho de l’obtention de son doctorat, mention très honorable, ne se cantonne pas uniquement à la sphère savante, en témoigne l’enthousiasme de la romancière Marthe Fiel :

  • 80 Ibid.

Chère Madame,
Je ne puis résister à vous envoyer toutes mes plus vives et sincères félicitations pour le beau succès que vous venez d’obtenir. Quel as vous êtes ! Docteur ès sciences ! Vous devez planer sur les nues… Mais vous êtes tellement modeste que je suis sûre que vous n’y pensez même pas.
Je vous laisse à vos étoiles. Étoiles d’entre les étoiles, et je retourne à ma prose, chantier monotone et terne.
Veuillez présenter mes souvenirs à Madame votre mère, et croire à ma plus affectueuse admiration80.

  • 81 « Les femmes figurent dans le discours comme objet d’une appropriation possible », écrit Michèle Le (...)

36Cette correspondance démontre une fois de plus le caractère précieux de telles archives car elle atteste de l’impact de la production scientifique d’Edmée Chandon et par là même de sa marge de manœuvre au sein du champ astronomique. Ce fonds constitue une base intéressante pour mettre en lumière la façon dont des stéréotypes pluriséculaires, qui ont instauré une prétendue incompatibilité entre les savoirs rationnels et les femmes, ont été des obstacles à la reconnaissance des femmes scientifiques. On l’a vu, plusieurs mécanismes, parfois en apparence paradoxaux, concourent à l’invisibilisation des femmes astronomes et de leurs travaux. En cela, le cas d’Edmée Chandon met à mal l’idée d’une science neutre et universelle et rend saillantes les logiques qui conduisent à l’exclusion, ou du moins à la marginalisation, des femmes de science. La rhétorique naturalisante, largement mobilisée en réaction à sa nomination, fait écho au processus global de sexualisation du savoir. Le discours médiatique achève de déposséder Edmée Chandon de son parcours scientifique et de son image81, et ce en forgeant, sur le temps long, cette figure polarisante de la pionnière. Il est alors pertinent de croiser cette doxa avec ses archives, qui renseignent sur sa participation concrète à la production des savoirs et sur la place qu’elle occupe réellement au sein du champ astronomique.

  • 82 Margaret W. Rossiter, « Plus vous regardez, plus vous trouvez : les archives des femmes scientifiqu (...)

37En outre, le signalement, la valorisation et l’analyse de tels fonds doivent être encouragés, car il est fort probable que de telles archives restent non inventoriées au sein d’institutions savantes – ou noyées dans des fonds plus généraux, ou tout simplement dispersées. C’est d’ailleurs ce que Margaret W. Rossiter sous-entend lorsqu’elle évoque les archives de scientifiques américaines – certes pour une période plus contemporaine : « Plus vous regardez plus vous trouvez82 ».

Haut de page

Notes

1 Colette Le Lay, « Les carrières féminines à l’Observatoire de Paris (1908-1940) : de l’intégration au seuil infranchissable de la dernière marche », Images des mathématiques, CNRS, 2021, en ligne : https://images.math.cnrs.fr/Les-carrieres-feminines-a-l-Observatoire-de-Paris-1908-1940-de-l-integration-au.html (consulté le 25 janvier 2024).

2 Le sujet porte sur l’astronomie et la géodésie.

3 Miranda Fricker, Epistemic Injustice. Power and the Ethics of Knowing, Oxford, Oxford University Press, 2007. Roberto Frega propose de définir l’injustice épistémique comme « une forme de “diminution” qui affecte un sujet-agent dans son statut de sujet connaissant. Elle consiste dans le fait de nier la crédibilité d’un sujet en raison de certains attributs sociaux qui, en principe, ne devraient pas affecter son autorité cognitive, comme le genre ou l’identité ethnique », cf. Roberto Frega, « L’épistémologie des dominés », Critique, 799, 2013, p. 978-991, cité d’après Valérie Burgos-Blondelle, Juliette Lancel, Isabelle Lémonon-Waxin, « Déranger ou dégenrer l’espace savant masculin ? Retour d’expérience sur le séminaire Femmes et savoirs », Zilsel, 9-2, 2021, p. 337-365.

4 Burgos-Blondelle, Lancel, Lémonon-Waxin, « Déranger ou dégenrer l’espace savant masculin ? ... », Art. cit.

5 Michèle Le Dœuff, Le sexe du savoir, Paris, ENS Éditions, 2023 ; Françoise Collin (dir.), Le sexe des sciences, les femmes en plus, Paris, Autrement, 1992.

6 Dans le sillage de Dominique Pestre et de l’histoire sociale et culturelle des savoirs, la science est appréhendée comme un objet socioculturel. Cf. Dominique Pestre, Introduction aux Science Studies, Paris, La Découverte, 2006.

7 Valérie Burgos-Blondelle, Juliette Lancel et Isabelle Lémonon-Waxin, « Investir le genre en histoire des sciences et des savoirs. Pour une histoire plus juste », Cahiers François Viète, III-11, 2021, p. 5-19, DOI : https://doi.org/10.4000/cahierscfv.292.

8 Burgos-Blondelle, Lancel, Lémonon-Waxin, « Déranger ou dégenrer l’espace savant masculin ? ... », Art. cit.

9 Archives de l’Observatoire de Paris, Ms 1202/1-7, « Manuscrits d’Edmée Chandon ». Le plan de classement et la description sommaire du fonds sont accessibles sur le portail Calames de la bibliothèque de l’Observatoire de Paris https://www.calames.abes.fr/pub/#details ?id =Calames-202203241430575391634 (consulté le 25 janvier 2024).

10 Le Dœuff, Le sexe du savoir, op. cit., p. 20-22.

11 Archives de l’Observatoire de Paris, F14/33, « Chandon Edmée ».

12 Arnaud Saint-Martin, « Un spectre hante l’Observatoire : le statut paradoxal des auxiliaires », Carnets de bord, 11, 2006 ; Françoise Waquet, Dans les coulisses de la science : techniciens, petites mains et autres travailleurs invisibles, Paris, CNRS Éditions, 2022 ; Colette Le Lay, « Du côté des lettres : Benjamin Baillaud et les femmes astronomes (1922) », Images des mathématiques, dossier « Du côté des lettres », CNRS, 2019, https://images.math.cnrs.fr/Du-cote-des-lettres-Benjamin-Baillaud-et-les-femmes-astronomes-1922.html (consulté le 25 janvier 2024).

13 Le Lay, « Les carrières féminines à l’Observatoire de Paris (1908-1940) ... », Art. cit.

14 Ibid.

15 Delphine Gardey et Ilana Löwy (dir.), L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2000 ; Yannick Ripa, « De l’ordre naturel des sexes à la nature des femmes », Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe, 2020, en ligne : https://ehne.fr/fr/encyclopedie/thématiques/genre-et-europe/le-corps-genré-en-europe-entre-contrainte-et-émancipation/de-l’ordre-naturel-des-sexes-à-la-nature-des-femmes (consulté le 25 janvier 2024).

16 « Edmée Chandon », in Philippe Véron, Dictionnaire des astronomes français 1850-1950, en ligne : http://www.obs-hp.fr/dictionnaire (consulté le 25 janvier 2024).

17 J. Mantenay, « La neuvième muse », L’Univers, 9 mars 1912, p. 1. Pour une étude approfondie des réactions et débats autour de l’accession des femmes à des professions alors considérées comme masculines, voir Juliette Rennes, Le mérite et la nature : une controverse républicaine. L’accès des femmes aux professions de prestige, 1880-1940, Paris, Fayard, 2007.

18 Michèle Le Dœuff a déjà relevé la prégnance, dès l’époque moderne, d’un discours qui conditionne l’intégration des femmes au monde intellectuel à l’acceptation d’un statut de disciple ou d’auxiliaire. Cf. Le Dœuff, Le sexe du savoir, op. cit., p. 48.

19 H. B., « La première astronome française », L’Excelsior, 9 mars 1912, p. 3.

20 Cf. Guillaume Carnino, L’invention de la science : la nouvelle religion de l’âge industriel, Paris, Le Seuil, 2015. L’auteur montre qu’au XIXe siècle la science, en s’arrimant à l’idée de progrès, s’impose comme la principale clef de lecture du monde sensible, notamment en disqualifiant d’anciens types de savoir comme l’astrologie au profit d’une lecture rationnelle et scientifique des phénomènes naturels. Au début du XXe siècle, le milieu scientifique dans lequel évolue Edmée Chandon rejette donc strictement les principes de l’astrologie.

21 Contrairement à ce qu’affirmait Poulain de la Barre, De l’égalité des sexes – De l’éducation des dames – De l’excellence des hommes, édition critique par Marie-Frédérique Pellegrin, Paris, Vrin, 2011.

22 J. Mantenay, « La neuvième muse », L’Univers, 9 mars 1912, p. 1.

23 Jürgen Habermas résume ainsi les présupposés de ce système : « Interprétation du progrès comme processus cumulatif et mécanique ; possibilité de dissiper comme des illusions les formes de pensée non constituées en sciences ; l’affirmation non récusable que les sciences déterminent le perfectionnement moral de l’homme ; l’efficacité sociale du savoir », in Jürgen Habermas, Théorie du savoir communicationnel, Paris, Fayard, 1987, t. 1, p. 161-171, cité par Anne Rasmussen, « Critique du progrès, “crise de la science” : débats et représentations au tournant du siècle », Mil neuf cent, 14, 1996, p. 94.

24 [Mlle Edmée Chandon vient d’être nommée astronome à l’Observatoire], Le Rire, 16 mars 1912, p. 3.

25 Claude Pierrey, « Edmée Chandon : astronome à l’Observatoire de Paris », L’Œuvre, 10 mars 1932, p. 1-2.

26 Archives de l’Observatoire de Paris, Ms 1060/V-A-3.

27 Le Lay, « Du côté des lettres : Benjamin Baillaud et les femmes astronomes (1922) », Art. cit.

28 Rapport annuel sur l’état de l’Observatoire de Paris, année 1917, p. 9.

29 Rapport annuel sur l’état de l’Observatoire de Paris, année 1918, p. 7.

30 Juliette Rennes, Le mérite et la nature…, op. cit.

31 Pierrey, « Edmée Chandon : astronome à l’Observatoire de Paris », Art. cit., p. 1-2.

32 Jennifer Bué et Dominique Roux-Roussi, Travail de nuit des femmes, Paris, La Documentation française, 1993, p. 22 ; Jacqueline Laufer, Margaret Maruani, Rachel Silvera et al., « Le travail de nuit des femmes », Travail, genre et sociétés, 1-5, 2001, p. 135-160.

33 [Mlle Edmée Chandon vient d’être nommée astronome à l’Observatoire], Le Rire, 16 mars 1912, p. 3.

34 Coupable d’une tentative de meurtre sur sa maîtresse en décembre 1912, il est contraint de démissionner de l’Observatoire et écope de 6 mois de prison et 25 francs d’amende. En novembre 1918 il tente de réintégrer l’Observatoire, en vain. Cf. « Edmond Louis Eugène Simon », in Philippe Véron, Dictionnaire des astronomes français 1850-1950, en ligne : http://www.obs-hp.fr/dictionnaire/ (consulté le 25 janvier 2024).

35 « Mlle Chandon astronome à l’Observatoire de Paris blessée par un fou », Le Petit Journal, 10 juillet 1919, p. 3.

36 Hélène Gosset, « Les femmes au travail – À l’Observatoire de Paris », L’Œuvre, 27 juin 1934, p. 7. Notons que l’article paraît au sein de la rubrique « L’œuvre féministe » tenue et alimentée par Hélène Gosset depuis 1933.

37 « Une femme astronome », Le Petit Parisien, 7 mars 1912, p. 2 ; « Une femme astronome », Le Journal, 7 mars 1912, p. 1 ; « La première femme astronome à l’Observatoire de Paris », Le Petit Journal, 9 mars 1912, p. 1.

38 « Nouvelle victoire féministe », L’Aurore, 9 mars 1912, p. 1 ; ou encore : « C’est une nouvelle et pacifique conquête du féminisme », cf. « La première femme astronome à l’Observatoire de Paris », Le Petit Journal, 9 mars 1912, p. 1.

39 Clément Vautel, [« D’ordinaire les femmes s’intéressent fort peu à l’astronomie »], Le Matin, 7 mars 1912, p. 1.

40 Phénomène finement décrit par Yannick Ripa, Femmes d’exception : les raisons de l’oubli, Paris, Le Cavalier bleu, 2018, p. 157.

41 Hélène Deutsch, The psychology of Women, New York, Grune et Stratton, 1945, p. 175.

42 « La dame voilée », L’Express du Midi, « Billet féminin », 7 avril 1912, p. 3.

43 « Mais il arrive que la nature se venge de ces audaces. Et je pense soudain à la frêle jeune fille qui, masculiniste aussi à sa manière, voulait, de ses muscles débiles, commander à l’avion rebelle que les hommes avaient tant de peine à dompter ! […] Elle est morte pour s’être trompée de vocation et d’idéal ! Cet idéal, il ne nous appartient de le chercher, nous, les femmes, ni au fond d’un télescope, ni sur la machine trépidante qui boit l’azur », ibid.

44 Sur les panneaux des places et squares Edmée Chandon inaugurés récemment (à Nantes et dans le 11e arrondissement de Paris), figure seulement la mention « première astronome française ». Une simple recherche Google permet de voir combien le qualificatif de « première femme astronome » est devenu indissociable d’Edmée Chandon, au détriment de sa contribution à la production des savoirs.

45 Pratique qui consiste à inclure en apparence des groupes dominés de la société, afin de paraître équitable et échapper à des accusations de discriminations.

46 Le Lay, « Les carrières féminines à l’Observatoire de Paris (1908-1940) … », Art. cit.

47 Ibid.

48 Gosset, « Les femmes au travail… », Art. cit., p. 7.

49 Madeleine Misard, « Feminine star gazers and astronomers », L’Atlantique, 10 juillet 1937, p. 15.

50 Londa Schiebinger, The mind has no sex? Women in the origins of Modern Science, Harvard University Press, 1991.

51 Dorothea Klumpke, « La femme dans l’astronomie », extrait du Bulletin de la SAF, avril 1899, p. 1-2.

52 Cette loi oblige les services de l’État à licencier les femmes mariées et à mettre à la retraite toutes les femmes de plus de 50 ans. 

53 « Edmée Chandon », in Philippe Véron, Dictionnaire des astronomes français 1850-1950, en ligne : http://www.obs-hp.fr/dictionnaire/ (consulté le 25 janvier 2024).

54 C. D., « L’Observatoire de Paris va-t-il posséder la première femme astronome ? », Paris-Midi, 18 mai 1943, p. 2.

55 Archives de l’Observatoire de Paris, Ms 060/V-A-3.

56 Ibid. ; L’Excelsior du 9 mars 1912 la qualifie d’« habile et consciencieuse astronome ».

57 C. D, « L’Observatoire de Paris va-t-il posséder la première femme astronome ? », Paris-Midi, 18 mai 1943, p. 2.

58 « Pour la première fois une femme sera-t-elle astronome titulaire à l’Observatoire ? », Le Matin, 18 mai 1943, p. 1.

59 Burgos-Blondelle, Lancel et Lémonon-Waxin, « Introduction - Investir le genre… », Art. cit.

60 « Dear Sir […] Monsieur E. Chandon, Observatoire de Paris », in Archives de l’Observatoire de Paris, Ms 1202/1, « Communication des constantes harmoniques de la mer Rouge et du golfe Persique ». Ce réflexe révélateur de l’entre-soi masculin du milieu est néanmoins corrigé dès la lettre suivante.

61 Entre autres les sondes les plus récentes sur les cartes de l’amirauté britannique ou les données issues des campagnes hydrographiques menées par la Marine italienne en 1923-1924.

62 Adolphe Blondel, « Sur la théorie des marées dans un canal, application à la mer Rouge », Annales de la faculté des sciences de Toulouse, 3-3, 1911, p. 151-207.

63 Archives de l’Observatoire de Paris, Ms 1202/2.

64 « Poincaré dans son tome III des Livres de mécanique céleste p. 386 suppose pour la mer Rouge une profondeur moyenne de 640 m », ibid.

65 Ibid.

66 Lettre du 3 juin 1931 de l’astronome Kyrille Popoff, professeur à l’Institut mathématique de l’Université de Sofia, in Archives de l’Observatoire de Paris, Ms 1202/3.

67 G. C. F., « Doctorat ès sciences mathématiques », L’Astronomie, 1930, p. 339.

68 Ibid., p. 2.

69 Ibid., p. 3.

70 Archives de l’Observatoire de Paris, « Papiers relatifs à la théorie des marées – Correspondance », Ms 1202/3.

71 Elle obtiendra aussi le prix d’Aumale en 1940 pour ses travaux en mécanique céleste.

72 Archives de l’Observatoire de Paris, « Papiers relatifs à la théorie des marées – Correspondance », Ms 1202/3.

73 Bibliothèque de l’Observatoire de Paris, Ms 1202/6. Elle entreprend la rédaction d’un mémoire portant sur les différentes méthodes de détermination de la parallaxe solaire de 1880 à 1930.

74 Elle co-publia un mémoire sur le sujet : Edmée Chandon et André Gougenheim, « Les instruments pour l’observation des hauteurs égales en astronomie », Revue hydrographique, 77, 12-1, 1935, p. 40. L’historienne des sciences Suzanne Débarbat avance que ce mémoire « fera autorité pendant un quart de siècle », cf. Suzanne Débarbat, « Méthode de Gauss et astrolabe à prisme », Revue d’histoire des sciences, 36, 3-4, 1983, p. 249-263. Sa maîtrise de l’instrument lui permet, en 1916, d’améliorer la détermination de la latitude de l’Observatoire.

75 Cf. [Académie des sciences], L’Astronomie, 1940, p. 260.

76 « Conférences astronomiques », L’Astronomie, 1921, p. VI.

77 « Conférences astronomiques », L’Astronomie, 1930, p. IV.

78 Bibliothèque de l’Observatoire de Paris, Ms 1202/3.

79 Ibid.

80 Ibid.

81 « Les femmes figurent dans le discours comme objet d’une appropriation possible », écrit Michèle Le Dœuff, Le sexe du savoir…, op. cit., p. 47.

82 Margaret W. Rossiter, « Plus vous regardez, plus vous trouvez : les archives des femmes scientifiques américaines contemporaines », Zilsel, 8, 2021, p. 397-401.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : « Mlle Edmée Chandon : la première femme astronome française »
Crédits L’Excelsior, 9 mars 1912, p. 3.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/8466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charly Pellarin-Régis, « Edmée Chandon : femme pionnière, scientifique invisible. Les ressorts de l’injustice épistémique dans le champ astronomique du premier XXe siècle »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8466 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8466

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search