Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Travaux soutenusMasters candidats au prix Mnémosy...

Travaux soutenus

Masters candidats au prix Mnémosyne 2022

Plan

Haut de page

Histoire ancienne

Baron Baptiste, « L’évergétisme au féminin. Statut et rôle des femmes bienfaitrices dans les cités grecques à l’époque hellénistique », dir. Énora Le Quéré, Université de Rouen

Ce mémoire met en avant le rôle historique des femmes évergètes (bienfaitrices) de l’époque hellénistique et s’inscrit dans la continuité des recherches initiées par R. Van Bremen sur les femmes et leur place dans la vie publique dans l’Antiquité grecque. Bien que l’évergétisme tienne une place importante dans les sociétés antiques, peu de travaux existent sur l’implication des femmes dans ce domaine et il n’existe aucune synthèse sur le rôle public des femmes bienfaitrices à l’époque hellénistique. Pourtant, la scène publique, même si elle est traditionnellement réservée aux hommes, a été investie par de nombreuses bienfaitrices de premier plan, honorées au même titre que les plus grands évergètes masculins. Le but de cette recherche est donc d’analyser ce que fut la vie de ces femmes à une époque où ces dernières semblent acquérir une plus grande autonomie juridique et financière en essayant d’apporter des éléments de réponse quant aux différents statuts leur permettant, ou non, de se faire une place dans la sphère publique, ou encore aux différentes possibilités s’offrant à elles afin d’obtenir une autonomie financière et la gestion d’un patrimoine. Il s’agit d’une tentative d’histoire globale : plutôt que de se concentrer uniquement sur les bienfaits, l’étude s’intéresse également à l’histoire de la famille des bienfaitrices et à celle de leur cité, aux conditions politiques et économiques, ou encore aux différents statuts juridiques les concernant. Pour répondre à ces problématiques, ce mémoire parcourt le monde grec antique, avec des exemples issus aussi bien de la Grèce centrale, de l’Attique et du Péloponnèse, que de l’Asie Mineure et des îles de l’Égée. Il s’appuie, d’une part, sur une étude méthodique des sources épigraphiques, et en particulier des décrets honorifiques – inscriptions affichées aux yeux de tous et validées par les autorités qui attestent l’activité réelle des bienfaitrices –, et, d’autre part, il mobilise les sources archéologiques et littéraires à disposition. Malgré le peu d’exemples de femmes évergètes et d’informations dont nous disposons sur ces dernières, dans le temps comme dans l’espace, l’analyse croisée de toutes ces sources permet de dépasser ces limites et de retracer l’histoire qui se cache derrière ces bienfaitrices. Le premier chapitre aborde la question du statut juridique et social des bienfaitrices en se demandant s’il existe des statuts plus avantageux qui ont permis à ces femmes d’investir l’espace public. Il fait des allers-retours entre époques classique et hellénistique, afin de déceler de potentielles évolutions chronologiques, et met en évidence le fait que certains statuts – veuves, filles héritières et épiclères – ont plus particulièrement permis aux femmes de disposer d’argent en propre afin d’effectuer des bienfaits. Le deuxième chapitre se concentre quant à lui sur la typologie des bienfaits féminins : interventions dans les domaines religieux et militaires, constructions publiques, évergétisme édilitaire, banquets ou encore prêts d’argent et souscriptions, les bienfaits féminins sont tout aussi divers et variés que ceux des bienfaiteurs masculins. L’intérêt de ce chapitre réside dans le fait de s’intéresser aux motivations qui poussent les bienfaitrices à agir et de savoir si, potentiellement, il existe des types de bienfaits favorisés par les femmes plutôt que d’autres. Membres de familles éminentes, il va sans dire qu’elles agissent afin de perpétuer le prestige familial. Pour cette raison, ce chapitre aborde également les contextes économiques, politiques et démographiques des cités dans lesquelles elles évoluent. Enfin, le dernier volet de ce mémoire concerne la typologie des honneurs accordés aux bienfaitrices. En retour de leurs bienfaits, les femmes ont été honorées de façons très diverses, allant d’honneurs relativement simples et usuels, à des honneurs des plus éclatants pour certaines. Sur ce point, rien ne les distingue de leurs homologues masculins. Pour cette raison, il convient de porter notre regard sur ces différents honneurs, et sur la manière dont les bienfaitrices se mettent en scène dans l’espace public, parfois même physiquement, par l’intermédiaire de l’évergétisme.

Bourbotte Adeline, « Violences autour des femmes et des enfants : discours et pratiques en Grèce ancienne », dir. Claire Barat et Emmanuelle Santinelli, Université Polytechnique des Hauts-de-France

L’intérêt historique d’étudier les violences repose sur l’actualité politique et sociale, mais aussi scientifique de ces dernières années, puisque ce thème s’insère dans un champ historique nouveau où viennent se mêler les histoires du genre, des femmes ou encore de la petite enfance. Le présent mémoire s’intéresse aux violences dont sont victimes les femmes et les enfants, mais également aux violences qu’ils commettent entre eux. Questionner les violences dans l’Antiquité grecque n’est pas chose nouvelle, mais le devient lorsque l’on se penche sur les femmes et les enfants. Trois questions se sont posées : quelles formes de violences subissent, mais pratiquent également, les femmes et les enfants dans le monde grec ? Pourquoi ces violences ? Comment sont-elles perçues ? Notre étude porte sur l’histoire du monde grec, depuis l’époque archaïque jusqu’aux limites du premier siècle de notre ère, et prend en compte l’évolution des violences, mais aussi celles de leur perception et des mentalités. La confrontation avec les sources, principalement des récits historiques, et des sources juridiques et théâtrales, nous a permis de dégager trois axes : les violences institutionnalisées, les violences sexuelles et les violences au sein de l’oikos (famille) entre mythes et historicité. Le premier temps de l’étude, les violences institutionnalisées, montre que ces violences font partie intégrante de chaque cité. Il s’agit effectivement d’une pratique qui semble ordinaire, notamment si l’on parle d’adultère, de violence pédagogique et des violences de guerre. Les violences sexuelles étudiées, dans les cadres de la cité et de la guerre, concernent les femmes : il s’agit ainsi d’interroger l’ensemble de ces violences afin de comparer discours et pratiques, mais également d’étudier la façon dont cela était perçu et puni par la société. Nous avons choisi d’utiliser le prisme de la législation et du théâtre car bien souvent, dans la cité, les violences sexuelles étaient ignorées, euphémisées et même déconsidérées, contrairement à celles produites en temps de guerre. Analysé par le biais d’une comparaison de données et d’époques différentes, le viol opère une distorsion entre crime réel et crime judiciaire. Finalement, ces violences servent à contrôler, dominer mais aussi à détruire l’épouse, l’oikos et la cité. Enfin, sont envisagées les violences au sein de la cellule familiale, et ce notamment dans les rapports parents-enfant et entre les époux. Il faut toutefois noter que ce sont principalement les mythes qui, à travers le théâtre, foisonnent de tels récits. Trois grands types de violences se dégagent alors, où apparaît un portrait type de la femme violente consciente de ses actes, tandis que le mari et le père violents n’apparaissent que très peu, plutôt en proie à une folie insufflée par des déesses. Cela nous amène donc à poser la question du pouvoir au sein des familles et du droit de disposer des enfants. Finalement, par le biais du théâtre, la violence familiale nous révèle plutôt des formes d’interdits moraux qui s’avèrent être les plus condamnés, la finalité des figurations servant à rappeler aux hommes le danger que peuvent représenter femmes et enfants. En définitive, l’étude des violences autour des femmes et des enfants nous montre une importante différence entre les discours et les pratiques, alors même qu’ils en sont les principales victimes. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’ils n’étaient pas violents, mais cela revêtait un caractère exceptionnel. Malgré la pauvreté des sources écrites, cette recherche fait suite aux travaux de Pauline Schmitt Pantel et d’Aurélie Damet, permettant de renouveler, mais aussi d’approfondir le regard porté sur ces violences pourtant bien réelles, témoignant d’une certaine dualité entre idéal civilisé et barbarie.

Histoire médiévale

Gendronneau Jérémy, « D’Asuka à Kamakura. Évolution du costume féminin japonais de la période Asuka à la période des cours du sud et du nord », dir. Pascal Vuillemin, Université Savoie-Mont Blanc

Ce mémoire se veut une étude sur le temps long, en l’occurrence sur une durée de 854 ans, d’un sujet spécifique et original pour de nombreuses raisons. Le sujet de ce mémoire repose sur une étude du costume féminin dans le milieu aristocratique du Japon ancien (VIe-XIIe siècles) et médiéval (XIIe-XVIe siècles). En ce sens, notre enquête se situe à la coalescence de l’histoire des femmes, de l’histoire socio-culturelle japonaise ainsi que de l’histoire des textiles. Le costume, entendu comme l’addition des différents vêtements portés par un individu afin de créer un ensemble cohérent et distinctif, pouvant varier selon les besoins des personnes, a longtemps constitué un angle mort de l’historiographie japonaise. Aussi, notre étude vise-t-elle à l’appréhender dans toutes ses dimensions, non seulement symbolique et artistique mais également techniques et artisanales. La réalisation de cette étude repose sur une importante variété de sources, tant littéraires qu’archéologiques. Les informations extraites des sources littéraires, comme les journaux personnels des femmes de l’époque Heian mais également les poèmes, ont pu être complétées par l’apport des arts décoratifs, à commencer par les peintures, les rouleaux peints, les fresques et les paravents, auxquels sont venues s’ajouter les statues et statuettes, le tout en complément des fragments de tissus et différents vêtements, dont l’état de conservation s’avère très variable. Si ces multiples sources offrent une approche du costume qui tient compte de toute sa richesse et sa complexité, il s’agit cependant de ne pas se restreindre à une simple étude visuelle du costume. De fait, l’analyse minutieuse des matériaux servant à réaliser les différents vêtements, de leurs lieux et méthodes de production à leur utilisation finale, ainsi que des techniques, règles et pratiques constitue une autre dimension de l’enquête. Les évolutions des techniques de production et des usages du costume, étudiées sur le temps long, permettent en effet de témoigner des nombreux bouleversements qui affectèrent l’empire japonais durant les siècles médiévaux, au point de laisser apparaître une forme de périodisation. Dans un premier temps, la période Asuka (538-710) hérite largement de pratiques vestimentaires antérieures qui échappent aux influences de la culture chinoise, limitées et encore sous-jacentes. En revanche, la période Nara (710-794) fut marquée par l’adoption et l’emprunt presque systématique, des pratiques et modes vestimentaires venues du continent par la noblesse et la cour impériale nippones. L’on constate ainsi que des modes venues d’Asie centrale rapidement adoptées et adaptées par la cour impériale chinoise ne mettent que quelques mois à être transmises à la cour japonaise. Ces emprunts ne se limitent pas à la seule forme et à l’esthétique générale des vêtements mais concernent également les matériaux et techniques, que les artisans de l’archipel japonais empruntent à leurs homologues continentaux. Pour les chercheurs, ces pratiques, ajoutées à l’importation de vêtements chinois au Japon, impliquent une difficulté supplémentaire, en ce qu’elles rendent plus complexes encore la distinction entre une production chinoise et une production japonaise. Par la suite, l’époque Heian (794-1185) marque un tournant durable dans l’histoire du costume. L’influence continentale s’amoindrit de manière considérable et de nouvelles pratiques voient le jour. Les techniques empruntées au continent sont conservées mais se trouvent considérablement enrichies par les différents héritages et influences des artisans japonais qui savent adapter ces techniques à de nouveaux matériaux et besoins. De la même manière, les costumes des femmes japonaises évoluent en mélangeant à la fois des pratiques japonaises antérieures à la période Asuka, mais également des pratiques chinoises de la période antérieure tandis que de nouvelles pratiques propres à répondre aux besoins de l’époque Heian voient le jour, tout cela aboutissant à un costume propre à cette époque, éloigné des anciens costumes nippons et chinois, tout en leur empruntant divers éléments. La période Kamakura (1185-1333) et les périodes postérieures, sont quant à elles marquées par une évolution vestimentaire particulière. La scission politique du pays autour de deux cours a pour effet de provoquer l’émergence de pratiques vestimentaires propres à chacune d’elles. Si la cour impériale conserve et perpétue les pratiques héritées de l’époque Heian, la cour shogunale est pour sa part influencée par la culture militaire et populaire du pays, ce qui implique une simplification des costumes et des codes vestimentaires, au point de conduire à un syncrétisme entre les pratiques de l’élite curiale et les pratiques plus populaires des membres de l’élite militaire.

Grégoire Camille, « Les soins du corps chez la femme aux XIe et XIIe siècles : discours et pratiques », dir. Emmanuelle Santinelli, Université Polytechnique des Hauts-de-France

Ce mémoire porte sur les soins du corps, entendus à la fois sur le plan médical et le plan esthétique, chez la femme en Europe occidentale aux XIe et XIIe siècles. Il s’agit d’analyser le discours des femmes, mais également leurs pratiques, attestées par des témoignages masculins comme féminins. La présente étude se concentre sur le XIe et le XIIe siècle, dans la mesure où il s’agit d’une époque charnière concernant les soins du corps. L’approche des soins chez la femme est prise dans sa globalité et dans ses aspects les plus directs et courants. L’étude permet également de comprendre l’intérêt porté, en ces époques, à la santé, la beauté (selon les canons qui avaient cours alors) et l’hygiène quotidienne. Les deux sources principales sont des écrits des XIe et XIIe siècles rédigés par des femmes. Plusieurs versions de ces écrits existent, ce qui rend difficile l’analyse de ce qui était ou n’était pas dans les ouvrages originaux. Les écrits plus spécifiques appartiennent davantage aux époques postérieures aux XIe et XIIe siècles. La prise de conscience des soins du corps connaît en effet un développement à partir du XIIIe siècle. C’est pour cela que, dans le cadre de ce travail, je me suis beaucoup appuyée sur des ouvrages généraux et spécialisés rédigés à des époques ultérieures. Le questionnement s’articule en quatre parties autour de la nature des pratiques des soins corporels (esthétiques et médicales) des femmes dans l’Occident médiéval des XIe et XIIe siècles. La première présente les différents points de vue sur le corps féminin dans les perspectives scientifiques et médicales selon les théories générales de l’époque. La deuxième partie tente de présenter la place accordée aux femmes dans la médecine et prend pour exemples Trotula de Salerne et Hildegarde de Bingen. La troisième partie concerne les soins médicaux des femmes, notamment à travers la grossesse et les pathologies féminines qui semblent être les plus courantes lors de ces périodes. Enfin, la dernière partie aborde les soins du corps et tente de démontrer les liens entre beauté, hygiène et santé, à travers notamment les soins cosmétiques, l’hygiène corporelle et l’alimentation. Les femmes faisaient ainsi l’objet de recherches et d’études dans le but de leur apporter les soins adaptés. Hommes et femmes n’avaient pas forcément les mêmes points de vue et pouvaient prescrire des soins différents. Le Causae et Curae et le Trotula semblent puiser leurs bases dans les traités grecs et dans les traités arabes, leur contenu a été enrichi, notamment, par les connaissances et les observations d’Hildegarde de Bingen et de Trotula. Les textes étudiés permettent d’affirmer que les femmes qui pouvaient se le permettre disposaient des connaissances pour se soigner, que ce soit sur le plan médical ou esthétique à travers divers remèdes à bases de plantes et d’épices. Ainsi la nature des pratiques des soins corporels englobe la santé, la beauté, l’hygiène corporelle et l’alimentation.

Dechavanne Margaux, « Ama, nodriza, nutrix, wet-nurse et nourrice : les seins mercenaires dans l’Occident du Bas Moyen-Âge », dir. Laurence Moulignier-Brogi, Université Lumière Lyon 2

Les nourrices ont largement été laissées de côté par l’historiographie à une époque où les femmes se battaient pour le droit à disposer de leur corps. Aujourd’hui, ce terme, dans l’acception la plus commune, désigne les femmes qui gardent des enfants contre rémunération. L’aspect nourricier qui a fait toute la spécificité de la fonction dans les sociétés anciennes ne semble plus vraiment perçu. Pourtant ce corps maternel, aux prises avec la société, l’économie, la médecine ou encore la politique, est plus que jamais au cœur de l’actualité. La question nourricière est envisagée ici dans toute sa complexité et nous met face à plusieurs obstacles. Il s’agit à la fois d’une figure plurielle, personne bien réelle et personnage de l’imaginaire médiéval sous des formes parfois étonnantes, mais elle fait également partie des « silences de l’Histoire » selon l’expression de Michelle Perrot. L’étude réalisée ici est essentiellement centrée sur la période XIe-XVe siècle et se limite à une partie de l’Europe occidentale, aire géographique qui recouvre déjà en elle-même des réalités aussi différentes que complexes. L’Italie (Toscane essentiellement), l’Espagne (Castille, Aragon et Catalogne) et la France forment le cœur de l’étude menée ici, avec quelques incursions anglaises et allemandes. La nourrice est multiple à l’image des sources mobilisées. Personne physique, elle est objet de l’attention de chapitres de grands traités médicaux ou didactiques comme par exemple, le célèbre Trotula, le De proprietabus rerum (c. 1247) de Barthélémy l’Anglais, Le Régime du Corps (1256) du médecin toscan Aldebrandin de Sienne ou encore le Reggimento e costumi di donna (1318-1320) du poète Francesco di Barberino. Elle apparaît également au hasard des sources normatives, judiciaires et plus généralement de la pratique (sources notariées et comptables). Les moralistes, religieux ou séculiers, ont également leur mot à dire sur l’allaitement. À ce corpus déjà vaste, il est nécessaire d’ajouter les sources narratives et iconographiques. La nourrice est un personnage récurrent de l’hagiographie. À ce titre, la Légende dorée de Jacques de Voragine (XIIIs.) se révèle une source riche. La littérature profane n’est pas en reste : la poésie de Marie de France, des romans comme le Cligès, des chansons de gestes comme celle de Brun de la Montagne sont par exemple convoqués. La figure nourricière est en outre largement présente dans l’art médiéval, de la Vierge allaitante à la Charité. Ce large corpus a été étudié dans l’objectif de connaître plus précisément les conditions de vie des jeunes mères et des enfants du Moyen-Âge tout en interrogeant le statut de ces femmes et l’importance de la fonction nourricière dans la société médiévale, entre le XIe et le XVe siècle. La vaste littérature médicale et juridique consacrée au choix de la nourrice révèle que l’allaitement est un véritable enjeu de société sur lequel chacun semble avoir un avis. Bien des moralistes plaident pour un allaitement maternel, au nom de l’amour « naturel » entre une mère et son enfant. Devant la réalité, les scrupules doivent cependant céder et le choix de la nourrice est un moment clé dans la plupart des traités qui esquissent à cet effet le portrait idéal, tant physique que moral, de la nourrice. De cette dernière, il est attendu une large gamme de soins : la fonction nourricière ne se limite pas au lait mais doit être envisagée comme une activité de care. Le traité de Barberino fait de la nourrice une puéricultrice experte, capable de remodeler le corps de l’enfant et d’assurer les bases de l’éducation. C’est aussi une figure protectrice face aux multiples dangers menaçant les enfants médiévaux. La tendresse a toute sa place à travers l’étude de la postérité des liens entre enfant et nourrice. En outre, la question des berceuses met en lumière l’existence de tout un folklore en partie perdu. Les sources narratives et iconographiques sont complémentaires pour effleurer la réalité des nourrices médiévales. Largement présent dans la littérature sous la forme de la femme qui allaite un enfant, l’allaitement peut parfois détonner : le lait de la Vierge se décline par exemple dans des récits miraculeux d’allaitement d’adultes ou en Charité comme symbole du don de soi le plus absolu. Le Christ est aussi nourricier dans les visions de certaines mystiques et à son image certains hommes allaitent, comme saint Mamant. Les grand-mères sont parfois nourrices d’infortune. Ces allaitements brouillent les frontières du genre et de l’âge et révèlent bien des choses sur les peurs et fantasmes médiévaux. Les nourrices animales peuvent également surprendre même si elles sont plus réalistes que les créatures fantastiques – licornes, sirènes et fées – qui peuplent certains de ces récits et dont le sens n’est pas toujours clair.

Histoire moderne

Abdellaoui Loubna, « Katherine Hastings, comtesse de Huntington : être une femme aristocratique au temps d’Elizabeth Ière », dir. Jean-François Duynach, Sorbonne Université

Le 19 août 1588, devant ses hommes rassemblés à Tilbury, la reine Elizabeth Ière prononça les mots suivants : « Je sais que mon corps est celui d’une faible femme, mais j’ai le cœur et l’estomac d’un roi ». Elle réaffirmait ainsi la dichotomie qu’il existait entre son statut de souveraine et sa condition de femme. Sans être d’aussi haute noblesse, sa contemporaine, Katherine Hastings, fille du comte de Northumberland, sœur du comte de Leicester, et épouse du comte de Huntingdon, contrevenait, elle aussi, aux normes de genre de son temps. Ce mémoire lui est consacré. Ce travail de recherche a pour objectif de questionner l’identité de cette femme aristocratique, habituée à fréquenter la Chambre Privée de la reine. Plusieurs sources, en particulier des écrits du for privé, ont été analysées afin d’appréhender sa singularité. Les lettres échangées entre Katherine Hastings avec son époux ont été détruites à la mort de celui-ci, mais d’autres documents pallient cette lacune : la correspondance de Robert Sidney, son neveu, des poèmes écrits en l’honneur de la comtesse ainsi que quelques documents officiels tels que les New Year Gift Rolls, qui mentionnent sa présence à la cour. Ces documents sont complétés par une vaste littérature de conduite produite et diffusée au XVIe siècle dans toute l’Europe. Les sources convergent pour faire le portrait d’une femme jouant des normes de son milieu et de son temps. Si elle est restée sans enfant, elle sut s’entourer de jeunes femmes qu’elle accueillit chez elle et auprès desquelles elle joua un rôle de figure maternelle. La relation avec son époux fut aussi l’objet d’adaptation : la comtesse épaulait son époux et travaillait en coopération avec lui. Elle déployait ainsi son influence à la cour afin de favoriser son réseau de clients. L’étude de la participation de Katherine Hastings à la vie politique nous permet enfin de comprendre comment son appartenance à l’aristocratie fut un moyen pour elle de contrevenir, consciemment ou non, aux normes de son époque. Si en théorie, les femmes étaient exclues du pouvoir, elles étaient en réalité des rouages essentiels au bon fonctionnement des institutions curiales et politiques. C’est par leur rôle à la cour que les femmes pouvaient être intégrées et participer à la vie politique par le jeu des interactions interpersonnelles avec le souverain, ici la souveraine. Les femmes qui, comme Katherine Hastings, avaient une place à la Chambre Privée, devenaient des interlocutrices privilégiées de la reine et des courtisans, dans un système où la relation patron-client était primordiale pour l’avancement des carrières. La comtesse se positionnait à la fois comme une patronne et comme une cliente, mais aussi comme une intermédiaire puissante, faisant apparaitre un nouveau type d’interconnexion dans les échanges de faveurs. Mais il convient de souligner que les femmes telles que Katherine Hastings participèrent aussi à la perpétuation du modèle patriarcal dans lequel elles s’inscrivaient. Leur attitude et leur comportement ainsi que leur intériorisation des normes étaient en partie dus à leur éducation. Katherine transmit d’ailleurs ces normes aux jeunes femmes qu’elle patronna. Ainsi, en questionnant l’effectivité et la matérialité de l’archétype féminin du XVIe siècle à travers l’étude d’un cas particulier, ce travail vise à montrer les différentes situations dans lesquelles Katherine Hastings adapta les injonctions du modèle féminin à ses propres expériences.

Lehoux Joanne, « Étude de l’invisibilisation des femmes dans les farces et sotties normandes au XVIe siècle tirées du recueil de Rouen », dir. Christophe Maneuvrier, Université de Caen

Ce mémoire étudie l’invisibilisation des femmes dans le théâtre médiéval et son histoire savante. On peut comprendre l’invisibilisation comme un processus dynamique et actif qui occulte et met de côté systématiquement un groupe, sa présence, ses actions et ses idées dans l’espace public, et ce dans le cadre d’une discrimination systémique. À cet effacement, ici en termes de genre, s’ajoute une autre occultation historiographique : le théâtre médiéval est relativement peu étudié, au regard de l’intérêt accordé aux pratiques dramatiques des autres périodes historiques. De plus, le théâtre profane est souvent oublié au profit des grandes pièces religieuses du Moyen Âge. Pourtant des corpus nous sont parvenus, à l’instar du Recueil de Rouen, anciennement nommé La Vallière, collection de moralités, sotties et farces normandes, datée de 1570. Ces sources théâtrales médiévales étant peu étudiées, il est aisé d’imaginer la place infime qu’occupent les femmes dans les recherches existantes. En tant que comédiennes ou plus largement, participantes à une activité dramatique, les femmes sont invisibilisées. Reprenant fréquemment les écrits de Petit de Julleville, beaucoup d’universitaires sont partis du principe qu’elles n’étaient pas autorisées à monter sur scène et que les rôles féminins étaient joués par des hommes. Certaines nuances sont admises mais les sources qui attestent, au contraire, de la présence des femmes sur scène, sont traitées comme exceptionnelles. Sur le plan de l’analyse textuelle, les personnages féminins ne sont pas mieux considérés et leur analyse est souvent restreinte aux farces conjugales. Afin de redonner leur place aux femmes dans le théâtre médiéval, notamment profane, le mémoire examine particulièrement deux genres dramatiques : les sotties et les farces. Les premières traitent de sujets d’actualité de façon aussi bien comique que critique, notamment à travers la figure du sot, tandis que les secondes mettent souvent en scène des moments de la vie quotidienne, en les tournant en dérision. Dans les travaux universitaires portant sur les sotties, les femmes sont peu évoquées – leur absence est au contraire parfois soulignée –, tandis qu’elles sont presque omniprésentes dans les présentations relatives aux farces. Alors, elles sont décrites comme rusées, inversant les rapports de forces traditionnels. Tout se passe comme si les personnages féminins pouvaient être mis en avant uniquement dans le cadre du foyer et à visée purement comique. L’objectif était alors de réévaluer ces topoi, et ce, à l’aide du Recueil de Rouen. Dans un premier temps, j’ai abordé ce recueil de 75 pièces de façon statistique. À partir d’une base de données, j’ai mis en évidence la présence des personnages féminins et leur pluralité, ainsi que leur invisibilisation dans les titres des éditions postérieures des pièces. Bien souvent, les titres des pièces du recueil sont abrégés par les éditeurs et éditrices qui font le choix de mettre en avant seulement quelques personnages, majoritairement masculins. J’ai ensuite constitué un corpus restreint à huit pièces, afin d’étudier spécifiquement les figures féminines. Dans des pièces construites uniquement autour de rôles de femmes, j’ai mis en valeur des dynamiques conversationnelles propres aux personnages féminins. Si l’ambiguïté entre sororité et jalousie est constante, chaque personnage féminin a l’occasion de s’exprimer de façon relativement équilibrée et d’évoquer ses peines et frustrations. Ainsi, les désirs sexuels des personnages féminins sont mis en mots et en scène. Dans les pièces mêlant rôles d’hommes et rôles de femmes, les personnages féminins apparaissent puissants, parfois violents, mais leur individualité est niée, ce qui restreint fortement leur mise en visibilité. Enfin, des figures singulières sont aussi présentées dans le recueil, notamment des femmes juges et une comédienne, mais leur importance et leur aisance rhétorique sont saupoudrées de parodie. Alors, si les personnages féminins sont bien présents et parfois puissants dans les textes théâtraux, leur représentation constitue un terrain fertile pour leur invisibilisation postérieure.

Vial-Detambel Clémence, « Les villageoises à l’épreuve de la criminalité. Témoins, victimes et criminelles, étude du comté de Blâmont de 1599 à 1624 », dir. Antoine Follain, Université de Strasbourg

Comment retracer l’histoire des villageoises au tournant du XVIe et du XVIIe siècle ? Quels regards sont portés sur celles qui enfreignent l’ordre ? Quelles relations entretiennent-elles avec leur mari, leur famille et leur voisinage ? Voici les questions qui ont motivé ce mémoire de recherche autour d’une problématique centrale : comment le crime et sa répression mettent en scène les femmes et leur corps ? Or, approcher la criminalité par le biais du genre, c’est approcher les dynamiques sociales au sein des communautés ; s’interroger sur les femmes en justice, c’est étudier leur corps : miroir de l’honneur féminin – et masculin –, objet du crime et outil de la répression judiciaire. Ainsi le corps féminin est-il au cœur de la répression, comme le révèlent aussi les procédures judiciaires lancées contre les villageoises du comté de Blâmont à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. Durant cette période, le comté de Blâmont connaît une forte répression de la sorcellerie, du vagabondage et un contrôle accru des mœurs qui conduisent 36 femmes sur le banc des accusés entre 1599 et 1624. Cependant, ces « mauvaises femmes » sont d’abord des villageoises insérées dans leur communauté, tantôt entourées et appréciées, tantôt dénoncées et honnies, aussi bien criminelles, témoins que victimes, elles sont sujets, objets et mobiles du crime. Dans le duché de Lorraine, la procédure judiciaire s’enclenche d’après les réquisitions du procureur local et c’est souvent le « bruit commun » qui l’oblige à intervenir, à moins qu’il ne soit immédiatement tenu d’agir par un flagrant délit. La procédure est donc initiée quand les villageois sortent du silence face à un voisin ou voisine leur devenant odieux. Dans ce contexte, les femmes qui se veulent les gardiennes des normes, sociales et morales, autant dans leur foyer qu’au sein de la communauté villageoise, jouent un rôle important dans l’intervention de la justice. Les voisines choisissent de protéger ou non l’une des leurs, faisant ainsi preuve de la capacité des femmes à mobiliser leurs réseaux pour obtenir justice. Les archives criminelles permettent de porter le regard tant sur la définition du crime et sa répression, que sur le quotidien des femmes, leur sociabilité et leur rapport à l’autorité. Les stratégies collectives et individuelles face à la justice, questionnant les notions d’appartenance, d’exclusion et de marginalité, sont à replacer dans le contexte de la première modernité où elles prennent leur sens. Dans leur majorité, les procès étudiés se composent d’une enquête, des dépositions de cinq, dix ou vingt témoins qui racontent le crime, mais évoquent aussi leur quotidien, et de plusieurs interrogatoires du ou des prévenu∙es. Vers 1600, le contenu des dépositions atteste que ce ne sont pas les phrases des gens de justice et des greffiers qui ont reçu une certaine éducation, mais véritablement la parole des témoins et des prévenu∙es, qui est scrupuleusement recueillie. Les clercs jurés s’appliquant à consigner des fragments de vie, les archives judiciaires lorraines révèlent les effets concrets du « bruit » et de la justice sur les hommes et les femmes accusés, ce qui éclaire de manière singulière la vie villageoise, parfois dans ses aspects les plus personnels. En effet, les témoignages ne se limitent pas aux seules accusations : ce sont également des récits intimes du quotidien qui évoquent de manière parfois directe la sexualité, la maternité, les menstruations… Les procès lorrains de la première modernité ouvrent une fenêtre sur l’intimité des familles et le quotidien des villageois∙es, nous permettant alors de faire une histoire sensible de la criminalité. Outre le « bruit », c’est sur le corps féminin que se concentre une grande partie de cette recherche, car il est paradoxalement objet de contrôle et d’autonomisation des femmes. Fantasmé et déprécié dans les discours des démonologues, développant un contrôle toujours plus étroit sur les femmes, le corps de la criminelle constitue l’arme première de son forfait. Qu’elle se prostitue, « adhère au démon » ou tue son enfant, son corps est omniprésent. Tout est motif pour questionner la vie sexuelle des prévenues. De plus, la justice ducale fait usage du corps des femmes au moment de l’exécution de la sentence : rasées, en chemise, elles sont soumises à la maîtrise du bourreau. La condamnation s’accompagne d’une peine supplémentaire : l’humiliation éprouvée par l’exposition publique, bien loin des normes inhérentes à leur sexe. Néanmoins, la mise à mort s’accompagne toujours de la destruction de leur corps, à l’inverse des hommes condamnés. Cette destruction du corps ne serait-elle pas un moyen d’annihiler cette criminalité au féminin ? Dans ce mémoire, loin d’être silencieuses, les femmes sont tout à la fois vectrices du bruit commun, gardiennes de l’ordre public, fauteuses de troubles, « laronesses », guérisseuses, sorcières, meurtrières et victimes de violences.

Mougin Héloïse, « La Compagnie du Saint-Sacrement et l’enfermement des femmes considérées comme débauchées à Lyon, de la seconde moitié du XVIIe siècle à la Révolution », dir. Natacha Coquery, Université Lumière Lyon 2

Ce mémoire propose une analyse des politiques répressives menées à l’encontre des femmes perçues comme débauchées à Lyon, de la seconde moitié du XVIIe siècle jusqu’à la Révolution française. Ces politiques sont menées par la Compagnie du Saint-Sacrement, organisation secrète créée en 1630. Les compagnons, membres éminents des élites laïques et ecclésiastiques, se réunissent pour définir l’immoralité qu’ils veulent éradiquer. Ils mobilisent tous les outils juridiques et financiers dont ils disposent pour arriver à leurs fins et font fonctionner leurs réseaux pour recevoir l’appui indéfectible du roi, de la municipalité et des autorités ecclésiastiques. Leurs efforts aboutissent à la création de quatre maisons d’enfermement, parfaites incarnations de la politique opérée dans la seconde moitié du XVIIe siècle à l’égard des mendiants et des marginaux. Les femmes et filles enfermées ont en commun le fait d’être perçues comme un danger pour l’ordre social. L’accès aux sources est un enjeu de taille pour toute étude de l’histoire de la Compagnie. Selon les statuts de l’organisation, les démarches des compagnons devaient rester secrètes. Aussi, les documents conservés sont en grande partie des papiers administratifs produits à l’occasion d’accords avec d’autres institutions, comme les actes d’achat des maisons ou des lettres patentes délivrées par le roi. L’enfermement des débauchées étant reconnu d’utilité publique, des traités sont passés avec la municipalité pour assurer la subsistance des détenues. Le nombre de femmes enfermées, le coût de l’entretien des maisons et la santé financière de l’organisation y sont mentionnés. Les compagnons ont également laissé les règlements des institutions dans lesquels sont compilées les attentes des geôliers vis-à-vis de leurs détenues, esquissant en négatif le portrait de la femme guérie de sa débauche. La mère supérieure de la maison de la Retraite propose un aperçu de la vie quotidienne dans son établissement dans un épais ouvrage intitulé Règles et historique de la communauté de la Retraite. La rédactrice y relate les troubles qui surgissent et les mesures engagées pour y remédier. Après l’étude des établissements, la seconde partie est consacrée aux parcours d’une vingtaine de femmes, enfermées à l’hôpital de l’Antiquaille, à travers le récit de leurs actes de désobéissance. On peut les retrouver dans les registres d’admission sous l’appellation de « filles publiques ». Sont indiqués le nom, l’âge, la profession ou encore l’origine géographique, autant d’informations qui nous offrent une ébauche du profil sociologique des femmes enfermées. L’ensemble de la documentation permet de comprendre quelle conception de la débauche réunit les membres autour du projet d’enfermement des femmes dissolues, de mesurer les efforts fournis pour faire fonctionner, non sans difficultés, l’établissement, mais aussi de cerner l’expérience de la réclusion, entre les exigences des administrateurs et la vie collective dans une communauté clôturée. Il apparaît ainsi que l’enfermement n’est justifié par aucun critère précis, la pratique concerne de fait des femmes au profil très varié. À la maison de la Providence sont accueillies préventivement les fillettes à partir de 8 ans, considérées comme susceptibles de s’adonner par la suite à des commerces malhonnêtes ; dans la communauté des Pénitentes, en revanche, l’enfermement de femmes vise à mettre fin à des problèmes intra-familiaux, moyennant le paiement d’une pension, sans que là non plus, aucun débordement licencieux ne soit mentionné. Dans certains cas, transparaissent des formes de rébellion : la désobéissance se manifeste par un rejet de la hiérarchie, le développement de formes de communication entre les détenues mais aussi des comportements autodestructeurs. La répression de la « débauche » féminine reste un projet de premier plan tout au long de l’existence de la Compagnie, malgré le gouffre financier que représente l’entretien des institutions et les contraintes imposées à ses membres. Les établissements de la Compagnie ont été balayés par la Révolution, et l’ensemble de leur action fait l’objet de critiques virulentes : le pamphlet rédigé en 1789, Légende surdorée ou martyrologue de Lyon à l’usage de ceux qui ne récitent point le bréviaire met en évidence que le discours produit sur la débauche par la Compagnie n’est plus recevable dans les milieux intellectuels, notamment anticléricaux, du temps.

Reboux Emma, « Les femmes dans les lettres de cachet en Bretagne (1769-1774 et 1784-1789) », dir. Aurélie Chatenet-Calyste, Université Rennes 2

La société française d’Ancien Régime s’organise selon des normes de conduite précises. Leur transgression expose instantanément un individu au mépris, à la désapprobation voire à la condamnation par la communauté dans laquelle il évolue. Au cœur de l’ordre social, la famille constitue un lieu stratégique pour établir et faire respecter ces normes. Ainsi, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les lettres de cachet pour affaires de famille suscitent une forte demande, ce qui tend à institutionnaliser le recours au roi dans la gestion des conflits au sein de la sphère privée. À la différence des « lettres de grand cachet » qui condamnent des personnes ayant porté directement atteinte au pouvoir du souverain, elles permettent l’enfermement rapide et durable d’un homme ou d’une femme dont les actions troublent l’ordre social et menacent l’honneur familial. Censées incarner la vertu, les femmes, soumises à l’autorité de leurs parents masculins, doivent veiller à ne pas s’écarter du rôle social qui leur est assigné. Lorsqu’elles le font, elles sont qualifiées de « libertines », « débauchées », « ivrognes », « dépensières », « folles » par les familles qui semblent avoir du mal à s’accommoder de comportements qu’elles jugent inappropriés. La machine administrative et judiciaire se met alors en branle pour enquêter, avant de statuer sur la requête des différents parents. En Bretagne, 139 femmes font l’objet d’une procédure par lettre de cachet entre 1769 et 1774 puis entre 1784 et 1789. La plupart des affaires regroupent des documents variés, des placets envoyés au roi par les familles aux ordres d’enfermement, de transfert ou libération, en passant par la correspondance entre le ministre à Versailles, l’intendant de Bretagne et les subdélégués des localités concernées. L’étude des femmes bretonnes dans les lettres de cachet offre des éclairages sur les procédés de mise en accusation, sur les acteurs et actrices de la plainte et de la défense mais aussi sur les motivations et réalités de l’enfermement en couvent, hôpital ou dépôt de mendicité, une fois la lettre de cachet délivrée par l’administration royale. L’étude de ces dossiers a été menée dans une perspective genrée. Une approche sérielle a d’abord permis une comparaison entre les accusés féminins et masculins pour relever les divergences et similitudes dans le traitement que leur réserve l’institution judiciaire. Par ailleurs, la nature de ces documents amène à s’interroger sur les silences, révélateurs des rapports de pouvoir genrés : l’absence du point de vue des accusées, privées de leur voix pour se défendre, fait généralement face à l’argumentaire des plaignants, véhément et empreint de pathos. « Vicieuse », « voleuse », « mendiante » : ces femmes n’en appartiennent pas moins à des familles aisées, bourgeoises ou nobles pour la plupart. L’enjeu du mémoire est de comprendre pourquoi ces femmes ne répondent pas aux attentes sociales de la communauté où elles vivent et comment elles sont traitées, accusées et enfermées. Après une première partie qui s’attache à rappeler les principes et enjeux autour la procédure administrative royale, la deuxième partie cherche à esquisser le portrait collectif des femmes considérées comme déviantes et analyse l’argumentaire développé par les plaignants pour faire aboutir la plainte. Derrière les lamentations et supplications, se cachent parfois des intérêts financiers qui permettent de nuancer les multiples griefs portés à l’encontre d’une accusée. Dans un dernier temps, l’analyse se concentre sur les modalités d’emprisonnement de ces femmes et le processus les menant vers la libération. La recherche a mis en lumière les tensions tant dans les relations entre l’individu et le collectif que dans les rapports de pouvoir entre hommes et femmes. Si les conditions d’enfermement diffèrent selon le sexe, les logiques argumentatives qui sous-tendent l’accusation se rejoignent. C’est bien la déviance comme perturbatrice de l’ordre social et familial qui est pointée du doigt. L’étude comparative révèle par ailleurs l’évolution de l’appareil administratif, notamment après la circulaire du baron de Breteuil en 1784, qui modifie en profondeur la procédure, institutionnalisée pour imposer un cadre strictement contrôlé par les agents du roi afin d’empêcher les abus de la part de familles peu scrupuleuses. Les lettres de cachet représentent, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, une menace permanente que font planer les familles sur leurs membres, marquant ainsi le seuil entre comportement admis et défendu.

Gauthier Claire, « Furies, passeuses et séditieuses. Femmes et révoltes dans les campagnes de la généralité de Lyon au XVIIIe siècle », dir. Natacha Coquery, Université Lumière Lyon 2

Alors que les révoltes populaires sont un lieu commun de l’histoire moderne, peu d’ouvrages prennent en compte le genre, et encore moins lorsqu’il s’agit du monde rural. Pour questionner le rôle des femmes dans le déroulement des émeutes villageoises du XVIIIe siècle, le présent mémoire se place à la croisée de l’histoire du genre, celle des campagnes et celle des révoltes. Il s’inscrit dans une actualité historiographique en la matière marquée par la publication, en novembre 2020, de la base de données HiSCoD, qui recense les révoltes populaires qui eurent lieu entre le Moyen Âge et le XIXe siècle. Géographiquement, la recherche est centrée sur la généralité de Lyon, plus précisément sur les élections du Lyonnais, du Beaujolais et du Forez où se manifestent les prémices de l’industrialisation. Évoluant sous l’influence des villes de Lyon et de Saint-Étienne et reliées au couloir rhodanien, les campagnes lyonnaises apparaissent comme un espace de circulations connecté au royaume de France et à l’étranger. Le dépouillement a porté sur les archives judiciaires et administratives conservées aux Archives départementales du Rhône et de la Loire (justice criminelle, douanes) et a été complété par des écrits médicaux. Au cours du XVIIIe siècle, on observe un mouvement d’intensification des émeutes. Elles sont d’abord de nature frumentaire mais peuvent aussi s’engager autour des motifs d’ordre social, dont témoignent par exemple les charivaris contestant des choix maritaux. La période étudiée s’ouvre par le Grand Hiver de 1709, une importante crise sociale et frumentaire, et se clôt sur l’année 1789, pendant laquelle la fréquence des émotions s’accélère. Les moments de crise redéfinissent l’ordre des choses, c’est un temps qui permet aux femmes de faire valoir leur capacité d’agir. L’hypothèse de départ d’une forte présence féminine a pu être confirmée : les femmes prennent une part active dans les révoltes populaires lyonnaises où elles peuvent même être meneuses. Grâce à leur rôle de maîtresse du feu elles se font cheffes de révolte et s’emparent de l’espace public. Certains profils de femmes sont particulièrement visibles, à savoir les veuves, les marchandes, les vigneronnes et les artisanes. Par ailleurs, en tant que passeuses entre les campagnes et la ville, notamment Lyon, et bien que parfois chargées de produits illicites, elles parviennent à se soustraire au soupçon de vouloir contester l’ordre. La plupart du temps, les femmes agissent par nécessité, s’élèvent contre l’injustice voire réclament une certaine indépendance. Les mauvaises récoltes et la hausse des prix les poussent à agir. Les séditieuses contestent aussi la législation sur le glanage abusif et elles traversent les frontières pour aller chercher des marchandises moins chères. Lors des révoltes frumentaires, elles participent au rétablissement du prix juste. Elles cherchent aussi à obtenir plus d’indépendance, que ce soit en développant des réseaux de contrebande ou en ce qui concerne les veuves, par le refus du remariage. Trouver des femmes dans les archives des révoltes populaires a été un défi. Les responsables de la contestation ne sont pas toujours identifié∙es ni identifiables, ce qui fausse la visibilité des femmes dans la documentation. De plus, au moment de la saisie des témoignages, les greffiers peuvent accorder plus ou moins d’attention à la présence des femmes. Il importe ainsi d’interroger la mise par écrit de la procédure pour comprendre le rôle que les contemporains assignaient aux femmes au moment des troubles. Elles apparaissent surtout dans les procès-verbaux et les témoignages d’affaires judicaires réprimant les révoltes frumentaires, celles de mœurs, concernant par exemple la danse ou les tensions avec le clergé, mais aussi dans les registres de saisies aux douanes. L’enquête sur les femmes dans les archives des révoltes a fait émerger un mot, fort de sens : celui de « furie ». « Furieuse », « femme en furie » ou « la furie » sont des termes qui qualifient, dans le langage des autorités, la « nature » des femmes qui les porterait à laisser éclater leurs émotions, à commencer par la colère. Pour comprendre le regard des contemporains sur le comportement des femmes pendant les révoltes, des traités manuscrits savants portant sur le corps et des dictionnaires ont été intégrés dans le corpus. Pour les savants de l’époque, la colère de la femme est naturelle, les femmes ayant une prédisposition sensible qui l’emporterait sur la raison. Un tel discours enlève à leurs actes tout caractère de revendication : passives, en proie à leurs émotions, elles seraient poussées à la contestation par leur nature féminine.

Le Boulc’h-Jean-François Téodore, « Femmes esclaves, femmes libres de couleur et représentations. Caraïbes françaises, 1630-1849 », dir. Dominique Godineau, Université Rennes 2

Longtemps dominée par le regard masculin, l’historiographie s’est tardivement intéressée aux femmes. Or, l’attention prêtée aux femmes racialisées est particulièrement récente, en partie en raison d’une documentation moins fournie. Quelles sont donc les conditions d’existence de ces femmes ? Relevant d’une histoire des représentations, le présent mémoire s’intéresse à la perception des femmes racialisées, serviles et libres de couleur, dans les Caraïbes françaises durant la période coloniale (1630 à 1849). Le concept de racialisation, dont la définition est ici empruntée à Sarah Mazouz, permet de saisir la classification des personnes qui font l’objet, dans leur société, d’une assignation raciale. Celle-ci induit une hiérarchisation des individus qui croise celles qui relèvent de la classe sociale et du genre. L’étude porte sur l’ensemble de la population noire africaine présentes aux Petites et Grandes Antilles ainsi que sur celle née sur place, issue ou non du métissage. Mêlant deux disciplines, l’histoire et l’histoire de l’art, elle cherche à saisir l’évolution de la perception qu’avaient les hommes des femmes racialisées à travers les pratiques littéraires et artistiques. Par quels processus l’image fantasmée et exotique du corps et du paraître racial se construit-elle ? Le corpus est multiforme, composé de 14 sources littéraires et 51 sources iconographiques, qui sont étudiées conjointement. En ce qui concerne les premières, il s’agit d’imprimés tels que des récits de missionnaires, des descriptions topographiques, des traités de médecine ou encore des récits de voyage. Quant aux secondes, le corpus est constitué de peintures, notamment de scènes de genre et de portraits, de gravures et d’estampes, mais aussi de sculptures et de planches anatomiques. Centrée sur les thématiques du corps et de la famille, l’analyse fait apparaître plusieurs évolutions. Le changement est plus marqué dans l’iconographie et on voit émerger des portraits de femmes de couleur après 1794, soit après la première abolition de l’esclavage. Là où elles étaient représentées en multitude, elles deviennent le sujet principal des compositions à l’instar des femmes blanches. Les sources littéraires, en revanche, présentent une lente montée de ce que l’on pourrait appeler la négrophobie et la négrophilie. Les préjugés raciaux sont présents durant tout le XVIIe siècle. L’essor des thèses racistes aux XVIIIe et XIXe siècles est ensuite porté par le développement des sciences naturelles des Lumières. La plupart des descriptions sont marquées par l’exotisme. Les femmes noires sont associées à la bestialité, tandis que la représentation des femmes libres de couleur met l’accent sur la sensualité notamment à travers la figure de la courtisane. Appréhendées au prisme de leur race, de leur classe et de leur genre, les femmes de couleur se trouvent réduites à des objets. Ainsi, les représentations traduisent leur asservissement par le pouvoir colonial et la domination masculine.

Mercier Séverine, « La mode vestimentaire en Normandie sous l’Ancien Régime et au XIXe siècle : le cas des campagnes de Bernay (1680-1855) », dir. Jean-Marc Moriceau, Université de Caen

Le vêtement de Bernay et plus généralement de la Normandie orientale n’a jamais fait l’objet d’une étude historique spécifique. Ce mémoire souhaite combler cette lacune et se propose de présenter les garde-robes féminines, ce qu’elles enseignent de la société dans les campagnes normandes de la fin du XVIIe siècle à la veille de la Révolution, et de suivre les évolutions au cours du premier XIXe siècle. Parce que la mode est un langage dont les femmes du XVIIIsiècle se sont emparées plus significativement que les hommes, il semblait logique de mettre le focus sur elles d’autant qu’elles furent longtemps les grandes oubliées des études historiques. S’y intéresser est donc aussi une manière de donner la parole à une moitié longtemps invisibilisée de la société. Succinctement évoquées dans les textes d’époque, les femmes constituent pourtant une partie active de la population : elles assurent comme leurs homologues masculins une part importante des revenus de la famille, gèrent la bonne tenue de la maison et l’éducation des enfants. Enfin, parce que 80 % de la population française de l’époque vit à la campagne, l’étude des tenues rurales est un incontournable, pourtant trop souvent négligé. La fourchette temporelle proposée permet d’encadrer ce que Pierre Goubert nomme le « XVIIIe siècle économique », qui tourne définitivement la page louis-quatorzième et s’ouvre sur une « révolution » de la consommation décrite par Daniel Roche dans le cas parisien. Le nombre de consommateurs et de consommatrices s’élargit, et la gamme de biens achetés s’étend grâce à l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages populaires. Une plus grande diffusion des produits de luxe et de demi luxe, la circulation mondiale de certaines marchandises sont autant d’indices d’une transformation profonde. Le XIXe siècle si tumultueux politiquement, ne remet pas en cause cette évolution et l’essor économique permet l’avènement de la première société de consommation moderne. Cette recherche s’appuie sur des sources manuscrites conservées aux Archives départementales de l’Eure : des inventaires après-décès entre 1680 et 1850, un livre de raison, un livre de comptes, des relevés de taille, complétés par des registres paroissiaux et d’État civil. Viennent s’y ajouter quelques sources imprimées locales : dictionnaires, recueils de gravures, ouvrages sur l’histoire du textile et des collections textiles privées et publiques. Les archives notariales et plus particulièrement les inventaires après-décès qui donnent un relevé des biens d’un ou d’une défunte, se sont révélés particulièrement adaptés pour mener une étude d’histoire sociale. À leur lecture, émerge une série de questionnements. La révolution de la consommation décrite pour Paris, a-t-elle atteint les campagnes bernayennes et si c’est le cas, quelles femmes ont été touchées ? Que révèlent ces sources sur les modes de vie, les activités, le niveau de vie des populations concernées ? Les matériaux utilisés dans la confection vestimentaire ne sont-ils pas de précieux témoins des enjeux économiques, sociaux et politiques de leur temps ? N’en deviennent-ils pas d’excellents narrateurs de la vie passée, permettant d’articuler l’histoire « au ras du sol » à la « Grande Histoire » ? À travers le vêtement, comment les différents groupes sociaux se définissent-ils les uns par rapport aux autres et quelles sont leurs aspirations ? Les tenues observées sont-elles représentatives d’une spécificité particulière d’un territoire ? Peuvent-elles être qualifiées de régionales ? Les sources exploitées corroborent-elles les observations des folkloristes, qui ont considéré les coiffes comme constitutives des différentes aires géographiques tel le « Pierrot », emblématique de l’Eure ? Les archives notariales du XVIIIe siècle plongent l’historienne dans un foisonnement nouveau de textiles multicolores qui, à ce titre, constitue une parenthèse avant le retour d’une certaine sobriété au XIXe siècle. On y découvre que les modes nées à la cour sont adoptées par l’ensemble de la population féminine, depuis Paris jusque dans ces campagnes normandes reculées, en descendant progressivement la hiérarchie sociale. Toutes les pièces de vêtement sont concernées par ce schéma. Ainsi, le « Pierrot » est d’abord arboré par la noblesse des campagnes, avant d’être adopté par l’élite paysanne ; cette coiffe reste cependant minoritaire au regard de magnifiques bonnets ouvragés qui semblent bien plus représentatifs des tenues locales. Ces sources révèlent une société pluriactive, aux réalités multiples, une société mobile, flexible et interconnectée avec les espaces urbains proches et lointains. S’esquissent des inégalités mais aussi des évolutions sociétales (essor de l’hygiène, augmentation du niveau de vie, place de l’instruction…) et économiques à une époque où le « Roi coton » déferle dans les garde-robes et contribue à l’enrichissement de la Normandie.

Tilly Gillian, « Les femmes dans le travail artisanal à Nantes au XVIIIe siècle. Identités et affirmations professionnelles : la construction des savoir-faire par les artisanes », dir. David Plouviez et Samuel Guicheteau, Université de Nantes

Au XVIIIe siècle, Nantes abrite de nombreux artisans et commerçants. La place majeure que la ville occupe au sein du commerce maritime colonial et de l’activité industrielle du royaume, contribue à en faire une cité portuaire prospère. Une large partie des activités artisanales et commerciales est contrôlée par les jurandes de la ville, dont fait partie le secteur des apparences. Les femmes y sont généralement très nombreuses, parmi lesquelles les tailleuses et coiffeuses participent activement à l’économie urbaine. S’il existe des corporations féminines dans d’autres villes, il n’en est rien à Nantes et les travailleuses doivent composer avec les jurandes masculines de la ville. L’absence de structure corporative féminine amène à s’interroger sur les moyens mis en œuvre par les artisanes nantaises pour échapper au contrôle des corporations masculines et pour développer de nouveaux espaces de liberté et de travail. En effet, les tailleuses, les coiffeuses mais aussi les sages-femmes deviennent au cours du XVIIIe siècle, des professions « réglées » : cela signifie que des corporations masculines imposent à ces trois corps de métier un modèle corporatif. L’encadrement des activités professionnelles féminines s’exerce par la mise en place de statuts, d’une hiérarchie et d’une surveillance qui s’accroît jusqu’à la fin du siècle. Cependant, les artisanes apprennent à déjouer, à détourner voire à échapper à leur position sociale et familiale. Elles inventent des stratégies, non seulement pour subvenir à leurs besoins mais aussi pour développer de nouvelles techniques et pratiques de production propres à leur métier. Pour comprendre le travail des femmes au sein de ces trois métiers, il a fallu les considérer comme des actrices de leur quotidien dotées d’une capacité d’agir. Tenir compte de leur agency permet de réfléchir à la façon dont elles ont pu s’affirmer dans le cadre de leur métier et comment cette affirmation a favorisé la construction d’identités professionnelles. Les savoirs et les techniques que les femmes développent, permettent d’en apprendre davantage sur leur implication dans le monde du travail, et les spécificités qui caractérisent la ville de Nantes. En s’appuyant sur la riche historiographie des deux dernières décennies, il est possible de mettre en valeur l’engagement des femmes dans les milieux artisanaux au-delà des espaces qui leurs sont généralement attribués, c’est-à-dire la vente ou la boutique. Le mémoire s’interroge ainsi sur l’agency des artisanes, autrement dit sur les manières d’élaborer des savoirs et savoir-faire artisanaux, caractérisés par la maîtrise de gestes techniques, et de s’affirmer professionnellement. Or, les femmes sont absentes d’une grande partie de la documentation habituellement utilisée par les historiens : le fait qu’elles soient exclues des jurandes et rarement concernées par les édits, statuts ou règlements, pose la question des sources à utiliser pour étudier leur travail. Les archives de police et plus particulièrement celles produites par les corporations de métiers offrent une visibilité surprenante sur le quotidien des travailleuses. Les sources conservées aux Archives municipales de Nantes dans les séries HH et FF, composées principalement de registres de maîtrises et de procès-verbaux, constituent un moyen d’accès original aux ateliers féminins. Les résultats de cette recherche ont permis d’appréhender le travail des femmes comme une expérience individuelle et collective les montrant capables de contourner les contraintes de leur profession, mais aussi de créer des espaces d’action inédits.

Bittencourt de Assis Pereira Renata, « Anne Élisabeth Cécile Soria (ca. 1766-1843) et les claviers de piano ergonomiques », dir. Jeanne Roudet, Sorbonne Université

Dans une approche interdisciplinaire, ce mémoire met en relation les domaines de l’histoire des femmes musiciennes, de l’ergonomie du genre, de l’organologie et de la généalogie, à travers le parcours d’enseignante de piano et d’inventrice d’Anne Élisabeth Cécile Vernier, épouse Soria (ca. 1766-1843). S’employant à perfectionner l’ergonomie des claviers en les adaptant aux spécificités physiologiques des mains des enfants et des femmes, elle a été la première femme à déposer un brevet d’invention concernant la facture du piano en 1835. Son innovation invite ainsi à questionner sur la longue durée les aspects genrés des inventions organologiques et des pédagogies musicales. Afin de retracer la biographie d’A. E. C. Soria et de contextualiser ses expérimentations techniques, un corpus varié de sources a été mobilisé. Les sources manuscrites étudiées, provenant d’une dizaine de fonds d’archives, rassemblent des registres paroissiaux (AD Bouches-du-Rhône, Charente-Maritime, Haute-Garonne), des actes notariés (Minutier Central), les archives de la propriété industrielle (base INPI). À cela s’ajoutent les sources imprimées : articles de presse, catalogue de l’Exposition des produits de l’industrie française en 1839, écrits du for privé (récits, souvenirs, carnets de voyage) et des œuvres littéraires. Le mémoire est structuré en deux parties qui s’articulent autour de la figure de l’inventrice. La première porte sur ses petits claviers mobiles et sur les brevets d’invention de piano depuis la fin du XVIIIe siècle. L’histoire des femmes inventrices est étudiée, notamment lors de l’Exposition des produits de l’industrie de 1839 : Anne Élisabeth Cécile Soria y a été la seule femme exposante dans la section « musique ». La question du genre des inventions ergonomiques et de leurs usages, leur application à la pratique pianistique et à l’enseignement musical sont abordées. Une chronologie des claviers ergonomiques du XVIIIe siècle à nos jours est proposée, qui permet de mieux situer l’invention d’A. E. C. Soria par rapport à celles qui la précèdent et la suivent. À travers cette chronologie, il a été possible de constater que le principe de ses claviers mobiles, utilisant un « système en éventail », semble être à l’origine des modèles actuels. Presque 200 ans après le dépôt du brevet d’invention de Soria, les claviers de piano ergonomiques demeurent un enjeu important en termes d’égalité de sexes dans le monde pianistique, comme viennent l’éclairer des entretiens réalisés avec des facteurs de piano et des pianistes contemporaines. En comparaison avec d’autres instruments, le piano est un des seuls à avoir une taille de clavier standard depuis environ 150 ans. Pourtant, dès la fin du XVIIIe siècle, des pianistes, comme A. E. C. Soria, et des facteurs ont tenté d’implémenter des modèles alternatifs de clavier aux touches plus étroites, afin de permettre une meilleure performance et un plus grand confort de jeu pour les petites mains, notamment des jeunes filles et des femmes. La seconde partie est consacrée à la biographie d’Anne Élisabeth Cécile Soria et à la reconstitution de ses réseaux familiaux, musicaux et plus largement professionnels. Marraine et première professeure de piano de la compositrice Louise Farrenc, elle était une amie proche du père de cette dernière, le sculpteur Jacques Edme Dumont. Il l’a immortalisée par l’un de ses plus beaux médaillons. Cette recherche a aussi montré que son propre père, l’organiste Charles Henry Vernier, a été le premier inventeur de la famille d’un clavier pour enfants. Peut-être s’est-elle employée à prolonger cette œuvre innovatrice paternelle. Au cours de sa vie, A. E. C. Soria a vécu dans plusieurs villes (Rieux, Rochefort, Marseille, Rome) avant de s’établir durablement à Paris, où elle a essayé de promouvoir ses claviers mobiles. Femme d’un négociant marseillais, Adolphe Soria, mère d’un fils unique tôt disparu, elle a disposé d’une autonomie certaine, par rapport à d’autres femmes mariées de son époque. La séparation de corps et de biens d’avec son époux, qu’elle obtient à la fin de sa vie, vient compléter son profil atypique. Mais A. E. C. Soria étant décédée sans héritier, son travail innovant a été durablement oublié. Ce mémoire livre ainsi une première biographie d’Anne Élisabeth Cécile Vernier, épouse Soria, pianiste et professeur brevetée des petits claviers de piano pour enfants, et rappelle l’importance de jouer sur un instrument adapté à son corps afin de perfectionner au mieux et le plus « confortablement possible » ses qualités technico-artistiques et de s’exprimer musicalement en toute liberté.

Hans-Menetrier Catherine, « Les liaisons dangereuses : les naissances illégitimes à Rouen au XVIIIe siècle », dir. Anna Bellavitis et Deborah Cohen, Université de Rouen

Depuis 2017, le mouvement #Metoo a libéré la parole des femmes sexuellement agressées ; face à elles, la gent masculine placée sur la sellette se défend en mettant en avant la tradition culturelle de séduction entre les hommes et les femmes. Au XVIIIe siècle, le juriste Jean-François Fournel, dans son Traité de l’adultère considéré dans l’ordre judiciaire estimait déjà que « quelle que soit la supériorité des forces d’un homme sur celles d’une femme, la nature a fourni à celle-ci des ressources sans nombre pour éluder le triomphe de son adversaire ». La femme est donc tenue pour responsable de son déshonneur si après une relation hors mariage, elle se retrouve enceinte, souvent abandonnée et dans une situation désespérée. Les conséquences de ces liaisons dangereuses, souvent subies, se lisent dans les déclarations de grossesse exigées de toute femme célibataire depuis l’Ordonnance d’Henri II de 1556. Si l’ambition première de ce texte était d’endiguer la pratique de l’infanticide, lors de son renouvellement, en 1586, il est demandé que le texte de loi soit lu aux prônes des messes paroissiales, « […] afin que nulle femme, servante & chambrière ou autre ne puisse prétendre cause d’ignorance de l’ordonnance […] ». À Rouen, les déclarations ont été regroupées à partir de 1761 dans deux registres couvrant, sans lacune sur une trentaine d’années, un peu moins de 1500 déclarations, alors que pour la même période, 5623 naissances illégitimes ont été consignées dans les registres paroissiaux. Ces documents, outils précieux pour les historiens, permettent d’esquisser le portrait social des femmes « ayant conçu enfants par moyen deshonnetes » : âgées d’environ 25 ans, issues des milieux populaires, souvent orphelines ou ayant quitté leur famille, travailleuses précaires et mobiles. Parmi les 1500 déclarantes, 676 sont allées au-delà d’une simple déclaration de leur état, pour faire entendre leur voix, profitant de l’attention d’un greffier du Palais de justice de Rouen, pour confesser histoire personnelle et émotions. Or, pour accéder à celles-ci, il faut tenir compte du filtre d’une écriture masculine juridique, empreinte de stéréotypes qui normalise l’expression orale des déclarantes. Il faut également garder à l’esprit que les rédacteurs n’ont pas tout noté et que ces les femmes n’ont pas tout avoué. Les récits ainsi façonnés font entendre la parole des femmes sur les circonstances qui les ont conduites à perdre leur honneur, à se retrouver marginalisées et face à un avenir incertain. Ils témoignent de la manière dont les hommes et les femmes se fréquentaient, essayaient d’imposer leurs choix à leurs parents. On y lit aussi les espoirs de jeunes femmes confrontées à des relations souvent non consenties, en échange d’une promesse de mariage. Abandonnées dès l’annonce d’une grossesse, la violence de l’arrêt de leur projet sentimental met au jour, non pas tant une affaire de cœur que la désillusion de femmes que rien ne préparait à vivre ce genre de drame. Plus que défendre leur honorabilité perdue, leurs expressions permettent d’appréhender ce qui pour elles est de l’ordre de l’inacceptable : il n’est jamais question d’amour dans ces déclarations, ce qu’elles dénoncent, crédules et sincères, c’est le non-respect de la parole tenue. À travers leurs confidences, on appréhende aussi les stratégies déployées, pour parvenir à se faire épouser ou pour mettre leur séducteur face à ses obligations. Les ratures des greffiers, les ajouts en bas de déclaration ou à la marge, témoignent d’une expression confuse et laissent imaginer l’état d’esprit des déclarantes, leur émotion, voire leur colère, et leur détermination à se faire entendre et à défendre leur réputation. Il faut beaucoup de courage à certaines de ces femmes pour exprimer les violences subies, tant les agressions sexuelles et le viol, déjà en soi intimement déshonorants, s’avouent, difficilement devant une instance judiciaire. Le vocabulaire administratif employé alors masque à nos yeux ces violences car les mots « harcèlement », « agression », « viol », ne sont pas en usage, pourtant il en fréquemment question. Les rédacteurs notent « hanter », « abuser ». Mais s’agit-il de hanter les esprits ou de harceler les corps, d’abuser leur innocence ou sexuellement ? Les expressions « insistances », « mettre au comble de son déshonneur », « importunités », « attouchements déshonnêtes » ne définissent pas précisément ce qu’elles ont vécu et auraient même tendance à minimiser les faits. Sans doute, ces mots révèlent-ils aussi une certaine pudeur ou une honte de la part de ces femmes et une retenue de la part des greffiers : cette gêne réciproque laisse penser que les conduites rapportées n’étaient acceptables ni pour elles, ni pour eux. Quelques femmes osent dénoncer leurs agresseurs et font alors le récit détaillé des événements, utilisant alors un vocabulaire qui laisse moins de doute sans user forcément du mot viol et ce n’est que lors d’interrogatoires menés en vue de procès qu’un langage explicite et cru est utilisé. Les greffiers avaient en effet la possibilité, face aux aveux reçus, d’engager une procédure judiciaire et, sans doute, ces femmes n’attendaient-elles que cela en se confiant aux autorités. En effet, en dehors de quelques démarches de recherche en paternité, les déclarantes portent rarement plainte d’elles-mêmes ; sans doute parce qu’elles n’en avaient pas les moyens et qu’il leur était difficile de se faire entendre depuis qu’un arrêt du Parlement de Rouen de 1723 avait adroitement mis fin au trop grand nombre de dénonciations et demandes de reconnaissance en paternité en imposant que la déclaration d’une domestique séduite – cas le plus fréquent – soit appuyée d’autres présomptions, précisant également qu’en cas d’absence de preuves, la démarche pouvait entrainer des dommages et intérêts en faveur de l’accusé. Au XVIIIe siècle, le statut de victime est difficilement reconnu et seules les déclarations de grossesse gardent la trace de nombre de mauvais traitements subis par les femmes. Cependant, les agressions sexuelles n’étaient pas plus acceptées à l’époque qu’elles ne le sont aujourd’hui. Ce que nous nommons aujourd’hui « consentement sexuel » est au cœur des deux registres étudiés : certaines femmes célibataires, au-delà de l’obligatoire déclaration de grossesse qui en en faisait des coupables présumées, ont tenté de dénoncer des comportements inappropriés.

Housset Gabrielle, « Les métamorphoses de la famille face à la Révolution française. Le roman familial et intime des Kolly-Rabec (1750-1853) », dir. Guillaume Mazeau, Université Paris 1

Ce mémoire porte sur une famille appartenant aux élites sociales de l’Ancien Régime, les Kolly-Rabec, au moment de la Révolution française. Il met en lumière les interférences entre famille, politique et genre pendant période révolutionnaire, de 1789 à 1793, en étudiant les manières dont cette famille tente de s’adapter à un nouveau monde politique, sans parvenir toutefois à maîtriser tous les basculements de l’époque. Dans ces temps troublés, les Kolly-Rabec s’allient à des courants politiques antagonistes, prennent part à la fois à la dynamique révolutionnaire et contre-révolutionnaire, jusqu’à fomenter un complot contre la République, ce qui les conduit à l’échafaud. Les stratégies de survie sont pensées et activées en famille et en couple. Par couple, il faut entendre non seulement l’unité conjugale légitime qui lie Madeleine de Rabec, fille d’un ancien directeur de la Compagnie des Indes, et Paul-Pierre Kolly, ancien fermier général, mais également l’union extraconjugale établie entre Madeleine de Rabec et François Beauvoir, ancien lieutenant et intime de la famille. La « famille » s’investit dans le nouveau régime révolutionnaire, mais, pour garantir ses affaires, elle parie en même temps sur le retour de la monarchie en France. Vers 1792, conjoints et amants agissent ensemble pour redresser une banque privée, la Caisse de Commerce de la rue de Bussy à Paris, dont le véritable dessein est d’envoyer des fonds aux princes émigrés. Dénoncés, les protagonistes sont emprisonnés et jugés en mai 1793 et jouent sur la dissymétrie sexuelle pour tenter d’échapper au pire. Madeleine de Rabec, épouse et amante, tente de se sauver en se déclarant enceinte, mais n’obtient que des droits pour ses enfants : son identité de criminelle politique prend le pas sur celle du genre. Ce « roman familial » et politique éclaire comment une famille dotée de ressources variées s’adapte aux changements d’une époque et aux réponses de l’État. La série W des Archives nationales, avec le cahier numéro 23 du dossier W269, constitue le cœur du corpus étudié. Il contient le dossier d’instruction du Tribunal révolutionnaire pour le procès du couple Kolly-Rabec et de François Beauvoir, de mai 1793, et la correspondance privée des époux et des amants. Cette première source est complétée par des fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France, aux Archives de Paris, aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, aux Archives municipales de Saint-Brieuc et aux Archives nationales d’Outre-mer. Des sources imprimées ont également été analysées : les grandes collections de lois, recueils de débats, actes produits par les organes administratifs et journaux. L’étude montre comment la manière d’être soi se trouve modifiée dans le contexte d’importants changements politiques. La Révolution agit sur la vie des personnes, même s’il est plus difficile pour les structures familiales de parler d’une « révolution », d’un renversement de toutes les valeurs. Il s’agit d’une adaptation des valeurs de la famille, qui suit le rythme des bouleversements politiques. Ici, le plus singulier, la vie d’une famille, permet d’élucider le plus général, à savoir les jeux de force au sein d’une société donnée. Les transformations de l’une révèlent les transformations de l’autre. Ce travail met en lumière dans quelle mesure une histoire personnelle, y compris celle d’une famille, est la rencontre de l’exercice d’une liberté individuelle et d’une situation historique donnée. Cela se vérifie particulièrement dans une époque riche en transformations, qui contraint les différents acteurs et actrices à s’adapter rapidement, à trouver des solutions d’urgence, pour maintenir leurs conditions d’existence. Tout en donnant à voir la tension moderne entre un État « révolutionnaire » mais violent, et les aspirations individuelles, l’exemple de la famille Kolly-Rabec révèle une façon d’être au monde propre à une époque donnée. Elle souligne l’enchevêtrement de la vie intime et de la vie publique et même leur constitution réciproque.

Le Guern Candice, « La mode à crédit : portrait de Catherine Lemoyne, marchande des modes rennaises au XVIIIe siècle », dir. Aurélie Chatenet-Calyste, Université Rennes 2

Articulant histoire économique et histoire du genre, ce mémoire propose une réflexion sur la profession de marchande de modes dans un contexte provincial. Le métier consiste à vendre des accessoires tels les manchettes, rubans et fleurs, qui servent à ornementer la parure des femmes. L’étude de cas de Catherine Lemoyne, marchande de modes exerçant à Rennes de 1764 à 1790, montre que la profession, jusqu’ici connue seulement Paris, a gagné la province. Cette étude de cas est rendue possible par la qualité des sources conservées. Lorsqu’elle fait faillite en 1790, Catherine Lemoyne dépose avec son bilan un livre de comptes. Ce document, rare notamment en province, est particulièrement précieux pour aborder l’activité boutiquière. Catherine Lemoyne y consigne chacune de ses ventes et les paiements de ses clientes. Certes, il s’agit d’un dossier de faillite, il serait donc facile d’en conclure à la médiocrité de son activité ; or, elle exerce pendant 26 ans ce qui qui représente une longévité exceptionnelle. À partir de ces sources, l’objectif est de comprendre en quoi consiste l’activité d’une marchande de modes à Rennes au XVIIIe siècle et quelles sont les conditions d’exercice spécifiques à cette ville en termes économique, juridique et matériels. La profession de marchande de mode est loin d’être anecdotique à Rennes. Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, la ville abrite en effet une cinquantaine de femmes qui exercent ce métier. S’il s’agit d’une activité principalement féminine, il n’est guère possible de dresser un portrait-type de la marchande de modes rennaise, qui peut aussi bien être jeune et célibataire, mariée et mère de famille ou veuve. Le caractère multigénérationnel se retrouve au sein même de la boutique car la profession s’exerce de manière collective : une mère et ses filles, une tante et ses nièces, des sœurs travaillent ensemble au sein d’un même espace professionnel. Ces associations traduisent aussi les difficultés économiques que ces femmes rencontrent. Loin du luxe de la capitale, elles peinent souvent à payer leur loyer et la plupart sont contraintes de cumuler plusieurs activités ; on trouve ainsi des marchandes de modes qui sont aussi des bijoutières ou coiffeuses. Les comptes de Catherine Lemoyne révèlent d’ailleurs que la vente d’accessoires de modes n’est pas suffisante pour vivre : à la fin de sa carrière, elle associe à son principal commerce la vente de sirop et de lanternes. Ce mémoire a également pour objectif de définir la place d’une petite marchande de modes provinciale au sein du marché des apparences. En effet, l’analyse du livre de comptes permet d’aborder les compétences rédactionnelles d’une femme de la petite bourgeoisie rennaise au XVIIIe siècle. Catherine Lemoyne est une femme alphabétisée qui décrit avec soin les accessoires vendus, usant d’un vocabulaire très précis. Son livre de comptes permet ainsi d’entrevoir sa connaissance de la mode et de ses tendances. Elle propose à ses clientes une variété impressionnante de tissus, de couleurs et de motifs. Or, malgré sa diversité, l’offre témoigne toutefois d’un retard sur la capitale, de bien souvent dix, voire vingt ans. Si Catherine Lemoyne n’est pas au goût du jour, elle y pallie en faisant preuve d’une grande polyvalence, offrant des services tels que le troc et le raccommodage. Elle s’adapte aux besoins d’une clientèle variée et nombreuse. Durant sa carrière, Catherine Lemoyne interagit avec des femmes aux profils variés, allant de la marquise à la femme de chambre. En tant que boutiquière à la tête d’une affaire, elle se place au cœur d’un réseau commercial où interviennent créanciers, fournisseurs et clients, liés les uns aux autres par la pratique du crédit. Pour emprunter de l’argent, Catherine Lemoyne n’hésite pas à se tourner vers des hommes de milieux variés, nobles, religieux, négociants. Les échanges entre ces individus, matérialisés par le crédit, sont multiformes. Ils sont parfois conclus de manière orale, souvent écrite, l’engagement attestant de sa réputation au sein du milieu commercial rennais. La pratique du crédit est cependant risquée et une mauvaise gestion peut conduire à la faillite comme ce fut le cas pour Catherine Lemoyne. Après 26 ans d’exercice, la marchande de modes est submergée par les dettes et se trouve contrainte de déclarer faillite.

Histoire contemporaine

Abdellaoui Soraya Sabrina, « Parallèle franco-portugais de l’accompagnement sexuel à partir d’une perspective intersectionnelle », dir. Nahema Hanafi, Université d’Angers

Masterante en Études de Genre parcours Biopolitiques (EHESS Paris & Angers) et travailleuse du sexe (masseuse érotique, escorte et accompagnante sexuelle), que l’on abrège notamment par TDS (Comte, 2010), ces différentes positions ont permis d’enrichir une réflexion plurielle, académique et militante sur l’accompagnement sexuel entre (auto)représentations et stratégies d’empourvoiement du traitement des intimités et des corps. L’accompagnement sexuel a la particularité de s’adresser à un public spécifique, les personnes handicapées, et se propose comme un recours à une vie sexuelle (Nuss, 2008). Cette activité, pas toujours désignée comme une profession du sexe à part entière (par les personnes qui la pratiquent et/ou la promeuvent), fait l’objet de débats et de nombreuses divisions depuis son instauration en 2015. L’ambition intersectionnelle de cette recherche est de palier la culture moniste, dominante dans l’étude scientifique de cette activité. Développée par Sirma Bilge (2010, p. 70-88), l’approche moniste invisibilise des angles d’une recherche en les hiérarchisant (qu’il s’agisse de la classe, du genre, de la race et des handicaps). Il y a une distinction entre une « oppression centrale et des oppressions périphériques » qui pourraient donc affecter les dynamiques de la recherche tout en étant cultivées par les structures académiques. En effet, dans les deux thèses françaises portant sur l’accompagnement sexuel, l’analyse du genre est soulignée quand celle de la classe l’est brièvement et que celle de la race demeure inexistante. De ce fait, quelle lecture académique pouvons-nous faire des accompagnements sexuels et par extension des autres métiers du sexe ? La culture scientifique de la neutralité (Popper, Sardan ; 1991 ; 1995), juxtaposée à la marginalisation des savoirs des personnes systémiquement opprimé·e·s cultive ainsi des rapports d’exclusion. En effet, bien que nous ayons pu constater la multiplication des enquêtes menées sur les TDS et leurs métiers aucune thèse n’a été menée par un·e TDS, ou du moins pas officiellement, en France. Cette dynamique académique est aussi révélatrice des stigmates de la putain (Pheterson, 2001) qui articulent à la fois l’invisibilisation et l’objectivisation des travailleuses du sexe. Cet agencement excluant peut d’ailleurs les cantonner à ce stigmate qui les suppose comme des sources illégitimes de savoirs (Sprinkle, 2002). Dans le même temps, cette absence des TDS dans le paysage scientifique francophone peut également s’expliquer par des tactiques de protection des personnes dites minorisées. En effet, quand « l’autocensure semble être une protection, le silence fait sens » (Hill Collins, 2016, § 11). Ce mémoire s’inscrit donc dans une démarche de savoir situé, développée entre autres par Donna Haraway afin de mettre en perspective les paradigmes de cette activité en France en parallèle avec un autre métier du sexe : le massage érotique. La rédaction de ce mémoire est le fruit de six années de travail. Pour ce faire, je m’appuie sur les restitutions d’entretiens semi directifs (12 entretiens avec des professionnel/les de la santé, du sexe et personnes militantes) et sur mes observations participantes (formation d’accompagnante sexuelle et 4 salons de massages érotiques) entre Paris et Lisbonne de 2016 à 2020, dans le but de partager et d’échanger sur des réflexions plus larges et émancipatrices autour des sexualités à partir des métiers du sexe et par une travailleuse du sexe.

Alekanian Noémie, « Femmes et musée au cinéma (dans la fiction étasunienne) », dir. Charlotte Foucher-Zarmanian, École du Louvre

Espace supposé public, le musée apparaît pourtant comme un lieu encore exclusif. En effet, des recherches dénoncent l’institution muséale comme un espace de prolongation des discriminations envers les minorités – de classe, de race et de genre. À propos de la dernière catégorie, la place des femmes dans les musées, aussi bien au sein des collections et des publics que dans le corps professionnel, est un point de plus en plus débattu, accompagnant les revendications actuelles pour davantage d’égalité entre hommes et femmes dans la sphère publique. Dans une démarche d’analyse historique des représentations, il a paru nécessaire de considérer le musée comme le terrain de (re)production de schémas genrés et discriminatoires jusque dans ses représentations visuelles, notamment dans son traitement au cinéma et à la télévision aux États-Unis. Se pose alors la question de la représentation des femmes au musée dans les films et les séries et de son lien avec les rapports de genre qui structurent effectivement cette institution. À travers le nombre considérable de films et de séries de fiction contenant une scène au musée, qui implique au moins un personnage de femme, il a été possible d’analyser et de formuler une interprétation quant à la représentation des visiteuses et des professionnelles du musée au cinéma. L’étude de cette filmographie, depuis le film en noir et blanc Chantage (Hitchcock, 1929) jusqu’à la série télévisée This is Us (Daniel Fogelman, 2016-2022), nous a permis d’interroger la construction genrée du musée au cinéma et sa participation à la reproduction de certaines inégalités. Cadre propice aux intrigues, le musée fait état de nombreuses occurrences dans le cinéma étatsunien. D’abord investie par des maîtres du cinéma (A. Hitchcock, J. Cassavetes), l’institution apparaît comme un lieu exclusivement masculin. Les premières fictions au musée rendent compte, en effet, de l’absence de visiteuses. Quand elles accèdent enfin à l’espace muséal, les hommes cherchent constamment à les soumettre à leur contrôle. Au musée de cire, elles sont littéralement transformées en statues (Masques de cire, L’Homme au masque de cire) tandis que, dans les musées de beaux-arts, elles sont objectifiées par le regard des hommes (Sueurs froides, Drôle de frimousse, etc.). Dans les deux cas, elles sont associées aux collections, donc mises au rang d’objet, de façon à ne pouvoir expérimenter librement l’activité de visite. Le musée apparaît, de fait, comme un espace de domination masculine qui empêche le développement d’une pratique muséale par les femmes. Rares sont les héroïnes travaillant au musée, mais leur représentation prolonge généralement des stéréotypes genrés associés aux professionnelles (L’Impossible Monsieur Bébé). Les années 1970 marquent un tournant dans la représentation des femmes au musée qui, en particulier dans le cinéma de W. Allen, font partie d’une élite intellectuelle new-yorkaise pleinement investie dans son activité de visite (Tombe les filles et tais-toi, Manhattan). Le musée entretient, néanmoins, des interactions problématiques avec ses visiteuses qui sont tantôt réifiées tantôt décrédibilisées par leur apparence ou leur attitude. En réaction à leur occupation croissante du musée, les hommes cherchent à détourner celles-ci de l’institution (Pulsions, Tout le monde dit I Love You, Le Temps de l’Innocence). À l’inverse, les femmes parviennent progressivement à intégrer le personnel du musée à des positions de plus en plus élevées dans la hiérarchie interne de l’institution (restauration, conservation, recherche, direction) tout en subissant les discriminations de leurs collègues masculins (SOS Fantôme II, Friends, Relic, etc.). Au XXIe siècle, les femmes s’approprient l’institution à tous les niveaux. Cela se traduit par la représentation d’autres catégories de professionnelles (médiatrices, gardiennes) et de moyens de participer au fonctionnement du musée pour les femmes (mécénat, recherche, etc.), mais également par leur représentation plus accrue aux postes à responsabilités (conservatrices, directrices). Le musée apparaît pleinement comme une voie de professionnalisation pour les femmes, questionnant par la même occasion les conditions de travail de ces employées. Du côté des visiteuses, elles ne sont plus uniquement blanches, hétérosexuelles et bourgeoises. Si le musée reconduit des structures de domination de genre et de classe (Match Point), mais également de race (Precious), il peut également être réapproprié par les minorités, notamment par le biais d’une lecture queer des œuvres (Sense8). Tandis que l’institution devient plus inclusive, les visiteuses développent une expérience davantage personnelle du musée en se réappropriant un regard sur les collections. Il faut espérer que les films et séries prolongeront la déconstruction des structures patriarcales qui sous-tendent jusqu’ici l’image du musée pour évoluer vers des représentations de genre plus égalitaires.

Aquilina Lucie, « Entre mythe et muses : la fabrique de la groupie dans les scènes hip-hop et métal en France (années 1970-années 2000) », dir. Elissa Mailänder, IEP Paris

Il y a, à l’origine de ce mémoire, une question : pourquoi, en tant que femme, dois-je justifier ma présence au sein des publics musicaux ? Les femmes sont souvent réduites à l’idée qu’elles ne peuvent appréhender la musique que par une composante sexuelle. Elles sont présentes à des événements musicaux car elles voudraient avoir des relations sexuelles avec les musiciens ou bien parce que leurs petits amis, qui eux seraient des véritables amateurs de musique, les ont emmenées à cet événement. Dans tous les cas, les femmes ne sont pas des fans, ce sont des groupies. « Groupie » est un terme qui date de la fin des années 1960 et qui est souvent défini ainsi : une jeune fille, qui poursuit un musicien célèbre pour avoir des relations sexuelles avec lui. Cette définition a été popularisée par le magazine musical états-unien Rolling Stone et a été largement reprise par l’industrie musicale, les fans et les artistes dans tous les genres musicaux. Le mot groupie a une connotation péjorative et est utilisé pour réduire toutes les femmes présentes dans les scènes musicales à leur sexualité, qu’elles soient fans, artistes ou techniciennes. Cette vision des femmes les exclut des communautés de fans puisque leur intérêt ne serait pas la musique mais la célébrité des musiciens. Il faut opposer à cette vision les expériences des groupies revendiquées comme telles et des fans féminines forcées dans cette appellation. Des femmes se font appeler groupies, des années 1960 aux années 2000, que cela soit aux États-Unis, en Angleterre ou en France. Elles ont effectivement des relations sexuelles avec des musiciens. Elles vont voir les artistes qui les émeuvent, qui ont provoqué chez elles un sentiment, qui ont fait d’elles des fans. Car si toutes les femmes ne sont pas des groupies, toutes les groupies sont des fans. L’amour de la musique est la composante principale de la groupie. Ces femmes représentent une petite fraction des groupies et sont souvent devenues elles-mêmes célèbres pour leur présence dans les mondes du rock, du metal ou du hip hop. Il y a aussi toutes les autres. Celles qui ont été considérées comme des groupies alors qu’elles ne l’étaient pas, celles qui voulaient effectivement passer une nuit avec leur artiste préféré, mais ont été abusées par ce dernier et celles qui ont été jugées par le reste du monde pour leur sexualité. Il y a des multitudes d’expériences de groupie, invisibilisées par le cliché de « la » groupie. Il y a aussi des multitudes de groupies, des groupies homosexuels ou des groupies lesbiennes mais aussi des groupies racisées. Il est important de noter cela pour remettre en question l’image de « la » groupie uniforme sans effacer les spécificités des vécus des minorités sexuelles ou de race. Ce mémoire cherche donc à replacer les groupies dans l’histoire de la musique mais aussi à étudier l’impact que cette vision de « la » groupie a eu sur les publics féminins et comment celle-ci a été propagée. C’est un travail à la croisée de l’histoire, des études de genre et des études culturelles, qui s’attèle à explorer des sources variées et souvent laissées pour compte dans l’histoire contemporaine comme des chansons, des clips ou des films. J’ai également voulu mettre en avant la parole de groupies et de fans, ce pourquoi j’ai réalisé des entretiens et ai porté une grande attention aux témoignages publiés de groupies. Si ces témoignages ont souvent rencontré un écho aux États-Unis, cela est moins vrai en France. Il existe cependant des groupies françaises, certaines célèbres comme Zouzou, d’autres anonymes. Le phénomène, qui commence aux États-Unis et au Royaume-Uni, se propage dans d’autres pays en s’adaptant aux spécificités culturelles. De plus, la France comporte des scènes metal et hip hop tout particulièrement importantes, qui sont les deux styles de musique étudiés dans ce mémoire. Ces deux genres musicaux sont de bons sujets d’étude pour plusieurs raisons. Tout d’abord l’histoire de la musique populaire et de ses publics, reste largement à faire, notamment avec des prismes intersectionnels prenant en compte la race, la sexualité, le genre etc. Le metal et le hip hop sont aussi considérés comme des cultures particulièrement sexistes et il est important d’examiner à quel point cette affirmation est vraie et de quelles façons s’exprime la misogynie dans ces styles. Puisque les deux genres se sont en partie construits l’un contre l’autre, en se renvoyant notamment le titre de « musique la plus sexiste », une étude comparée est d’autant plus pertinente. La groupie est un phénomène omniprésent, qui transcende les genres musicaux et les supports et grâce auquel il est possible d’aborder la place des femmes dans l’art, les violences sexistes, le racisme et l’homophobie. Les groupies sont indispensables à l’histoire de la musique et leur histoire mérite d’être écrite.

Bayon Chrystèle, « Alain Soral, à l’intersectionnalité des haines (1991-2021) », dir. Christine Bard, Université d’Angers

Alain Soral, polémiste français d’extrême-droite est apparu dans les média français au début des années 1990. Sulfureux, le verbe haut, adepte d’une rhétorique acerbe et agressive, il est régulièrement accueilli sur les plateaux des talk-shows qui se multiplient dans cette décennie. Il se présente alors comme le défenseur de la masculinité, prétendument mise en danger par les féministes. Les années 2000 marquent un pas dans son discours : radicalité et antisémitisme deviennent sa marque de fabrique, conduisant les médias traditionnels à lui tourner le dos. Comment comprendre et caractériser ce changement de discours ? Est-il l’expression d’un déplacement de sa haine vers de nouvelles cibles ? Proposé en 2019 par Christine Bard, le concept d’« intersectionnalité des haines » invite à penser que, s’il y a intersectionnalité des luttes et des systèmes d’oppression comme l’ont démontré notamment les travaux de Kimberlé Crenshaw, il y a également intersectionnalité des discours prônant la discrimination, le mépris, la haine et l’exclusion. Antiféminisme, homophobie, racisme et antisémitisme ne s’excluent pas mais convergent au gré des circonstances, sans jamais qu’aucun ne disparaisse totalement. Prendre comme objet d’étude le discours d’Alain Soral est intéressant en raison de sa pérennité et de sa capacité de diffusion. S’il a connu une notoriété importante au milieu des années 2000, il ne bénéfice plus aujourd’hui d’aucun relai promotionnel. Pourtant, les plateformes de diffusion attestent que ses idées trouvent encore un écho. Les travaux menés par Natacha Chetcuti sur la croisée des discours homophobes et antisémites des années 2013-2014, dans le cadre du mouvement dit de « La Manif pour tous », intègrent le discours de Soral à l’analyse, tout comme la très récente thèse de Mickaël Studnicki Droites nationales, genre et homosexualité en France (1870-2010) (2020) ou encore de la communication de Christine Bard dans les Cahiers de l’Iref en 2016. Dans la continuité de ces recherches, notre travail propose d’analyser de quelle manière Alain Soral élabore des discours construisant une altérité qui peut, selon les circonstances, prendre des visages différents mais s’inscrit toujours dans une même rhétorique réactionnaire. Sur un polémiste prolifique, les sources sont légion. Accessibilité et représentativité ont guidé la sélection. Les publications écrites de Soral constituent la source principale de l’étude et permettent une approche diachronique sur trente ans (1991-2021). Une analyse quantitative, menée à partir des cinq livres les plus représentatifs (les plus vendus et/ou commentés) a permis de repérer la présence des différentes thématiques (féminisme, homosexualité, virilisme, antisémitisme/racisme, communautarisme et populisme) et leur évolution. En dégageant l’importance de chaque occurrence, cette analyse a mis en exergue des périodes clés d’intensification du discours de haine, invitant à proposer également une lecture synchronique. L’analyse qualitative du croisement des thématiques permet de montrer que le discours de Soral est profondément marqué par le déclinisme et le masculinisme. On observe des permanences : de la haine des femmes à l’intersectionnalité des haines, perdure l’angoisse de la perte des valeurs prétendument viriles d’une civilisation jugée en déclin. En contre-point, Soral propose un discours réactionnaire de retour à un ordre de genre, de race et de sexe organisateur du monde, s’inscrivant dans une longue tradition de réaction aux multiples influences. C’est un discours du dénigrement et de la haine qui reprend des poncifs anciens, use des stéréotypes et nourrit une angoisse de l’altérité. Son antisémitisme, devenu obsessionnel voire paranoïaque, est étayé par les autres discours de haine mais peut à l’inverse servir d’appui à l’antiféminisme ou à l’homophobie. On repère des moments clés au cours desquels ces discours « anti » s’expriment de manière plus soutenue : débats sur la parité, ouverture du mariage aux couples de même sexe ; toute avancée pour l’égalité des droits suscite en retour des discours « anti ». Les années 2012-2014 marquent à cet égard un point de convergence sans précédent. Si Soral module son discours en fonction des circonstances, la trame reste identique : la détestation de tout ce qui remet en cause les fondements d’une société patriarcale traditionnelle, construite par et pour l’hégémonie de l’homme blanc hétérosexuel. Cette permanence est un excellent indicateur du fait que les discours de haine préexistent à celles et ceux qui les utilisent et donc leur survivent également. Puisant dans un ensemble de représentations préalables des valeurs partagées, ces discours s’établissent sur des clivages souvent binaires, se fondant sur le topos du désordre social, qui suscite l’injustice et l’indignation et appelle à la révolte. Actes de langage, ils se saisissent des contextes pour affirmer des rapports de domination et invitent à une approche intersectionnelle.

Bellotto Julie, « Les pratiques prostitutionnelles féminines en Meurthe-et-Moselle de 1900 à la loi Marthe Richard », dir. Pascal Raggi, Université de Lorraine

« Femmes publiques », « filles galantes », « cocottes », « demi-mondaines », « soumises », « insoumises » ou « clandestines » : le point commun de toutes ces désignées est leur pratique de la prostitution. Mais la pluralité des termes laisse supposer l’existence de différentes réalités, que ce mémoire s’applique à étudier. En effet, évoquer les « pratiques prostitutionnelles » permet, à la fois, de mettre en lumière la diversité et les particularités du phénomène prostitutionnel, tout en privilégiant une approche plus précise de la prostitution, capable de dépasser l’observation du seul caractère sexuel. L’étude tente ainsi de cerner et appréhender les différents acteurs de ces pratiques : prostituées, clients, policiers, médecins et municipalités, qui, tous, influencent et sont influencés par les réalités prostitutionnelles. Le sujet s’intéresse également aux limites de ces pratiques : imposées, telles les réglementations, ou propres à ces pratiques, tels les lieux et espaces dans lesquels elles s’établissent. Ainsi bornées, il est possible d’observer les réalités sociales des pratiques prostitutionnelles féminines : tarifs, pratiques sexuelles, maladies vénériennes et conséquences judiciaires sont alors considérés. À cela s’ajoutent des questionnements sur la vision et les représentations que la société se fait de ces pratiques. En effet, les représentations, intimement liées aux expériences sensibles, renseignent sur les réalités prostitutionnelles, tout en mettant au jour l’imaginaire et/ou le jugement moral de leurs auteurs et de leur époque. L’approche locale de ce sujet permet de l’inscrire dans une histoire sociale, économique et culturelle propre à un espace donné, mais sans rompre totalement avec la « grande histoire » car la Meurthe-et-Moselle connaît, au cours du XXe siècle, un important développement industriel, dans les domaines minier et sidérurgique, entrecoupé par les deux guerres mondiales. Ces événements historiques, ébranlant la société, ne restent pas sans conséquences pour les pratiques prostitutionnelles féminines. Parallèlement, le département est un espace vaste et hétérogène lorsqu’observé sous le prisme de la prostitution : diverses pratiques y existent et coexistent, à une même période, justifiant à nouveau la nécessité de parler des pratiques prostitutionnelles de manière plurielle. En s’étendant de 1900, moment où une nouvelle ère prostitutionnelle voit le jour et où le département meurthe-et-mosellan connaît un important renouveau, jusqu’en 1946, année où est adoptée la loi dite Marthe Richard, ce mémoire use d’un plan chrono-thématique afin d’observer, comprendre et rendre compte des permanences et des évolutions que connaissent les pratiques prostitutionnelles féminines au sein des cadres sociaux, économiques, politiques et géographiques de la Meurthe-et-Moselle. Marginales mais seules admises par les autorités, les pratiques prostitutionnelles féminines ont laissé une multitude de traces. Le mémoire mobilise ainsi de nombreux documents d’archives relevant de l’administration policière, médicale, militaire ou judiciaire, mais il use également des rapports officiels, des arrêtés municipaux, des textes de loi, de la presse locale, et des représentations imagées, telles que les estampes ou les cartes postales. Toutefois, ces sources relèvent majoritairement du contrôle exercé sur les pratiques prostitutionnelles : elles délivrent un point de vue arbitraire, masculin et superficiel. Cette superficialité des sources résulte du fait que leur but premier n’est pas de dépeindre les pratiques prostitutionnelles, mais d’en identifier les responsables et de les punir. Outils de contrôle, ces documents – explicites, nominatifs, chiffrés – deviennent les témoins des pratiques qu’ils cherchent à restreindre, voire empêcher, et renseignent non seulement sur ces pratiques marginalisées, mais également sur la société qui les condamne. Dans cette perspective, ce mémoire démontre que les pratiques prostitutionnelles féminines dépendent, ou du moins, sont fortement influencées par le contexte, l’époque et la société dans laquelle elles s’insèrent, mais qu’elles savent s’y adapter. Tout au long de la période étudiée, ces pratiques s’adaptent aussi bien aux renouveaux culturels et sociaux, en pénétrant dans de nouveaux lieux et en adoptant de nouveaux comportements, qu’à la demande, répondant aussi bien à la demande massive des ouvriers du bassin industriel dans les années 1910 qu’à celle des soldats américains lors de la Libération. L’étude met alors en évidence que, dans la première moitié du XXe siècle, les pratiques prostitutionnelles féminines en Meurthe-et-Moselle sont un phénomène permanent qui ne cesse d’évoluer. Ainsi, ce mémoire constitue, à la fois, une étude locale d’un phénomène marginal, et un moyen d’accès original à la compréhension d’une époque et de sa société.

Berniau Anaïs, « Devenir jeune(s) fille(s) au tournant des “années 68” en France », dir. Noëlline Castagnez et Catherine Lanoë, Université d’Orléans

Si, comme l’écrit Simone de Beauvoir « on ne nait pas femme, on le devient », l’adolescence représente pour les jeunes filles le moment de ce changement de statut. C’est pourquoi nous avons souhaité étudier ce tournant qu’est la puberté féminine dans une temporalité perçue elle aussi comme un moment de bascule sociétale, notamment celui de la « libération des mœurs », souvent associée à l’idée d’une révolution sexuelle initiée dans ces « années 68 ». Étudier la puberté féminine dans les années 1960-1970 en France conduit à interroger les transformations physiologiques comme la survenue des menstruations et la découverte de la sexualité dans un contexte de revendication et de légalisation de la pilule contraceptive et de l’interruption volontaire de grossesse. C’est aussi l’occasion de mettre en exergue les processus de la construction de la féminité tant au niveau des normes de genre qu’à celui des pratiques corporelles qui sont transmises par la société, aux adolescentes de l’époque, en vue d’en faire des femmes conformes à certains critères et certaines attentes. Ce mémoire de recherche analyse comment, au moment des années 68, entre discours normatif et injonctions standardisées, on devient une Femme en devenir – l’essentialisation est ici employée à dessein – et quels sont les codes et les leviers d’une telle mutation. Pour ce faire, nous avons mobilisé diverses sources, à commencer par la presse féminine à destination des adolescentes, en particulier le magazine Mademoiselle Âge Tendre, avec ses diverses rubriques. Ainsi celle du courrier des lecteurs est-elle un véritable témoin des préoccupations des jeunes filles ou une démonstration déguisée de ce dont elles sont censées se soucier. Sa rubrique sexologie a également permis de distinguer l’apparente modernité revendiquée par l’équipe de rédaction des discours parfois rétrogrades face aux évolutions politiques et juridiques de la période des années 1960-1970 que l’on y trouve. Les nombreuses publicités de diverses natures nous ont permis de brosser un panorama des injonctions genrées transmises indirectement par ces réclames aux jeunes lectrices sur leurs études et leur carrière, mais aussi leur apparence physique et leurs comportements lors de leurs menstruations. Enfin, afin d’évaluer la représentativité de Mademoiselle Âge tendre, nous l’avons constamment mis en perspective avec le discours médical de l’époque, grâce au dépouillement de manuels de gynécologie destinés aux futurs médecins et aux témoignages d’anciennes gynécologues que nous avons pu interroger. Ce mémoire, qui s’inscrit dans l’Histoire du temps présent, a en effet permis la constitution d’un corpus d’archives orales et la réalisation de questionnaires écrits auprès d’une centaine de femmes ayant été « jeunes filles » dans la période d’étude qui est la nôtre. Ces témoignages ont aussi été l’occasion de comparer les discours normatifs et les pratiques réelles afin d’interroger la circulation et l’intégration ou les résistances face aux normes de genre à destination des femmes. En contradiction avec une certaine idée de libération qui peut accompagner l’imaginaire des événements de mai 1968, il semble que les femmes et, en l’occurrence, les jeunes filles soient encore soumises à un carcan de normes sociales et de comportements qui leur sont imposés ou dûment encouragés. C’est le cas pour de nombreux aspects de leur vie quotidienne. En premier lieu, une carrière, si elle existe, doit être tournée vers le soin et le service, sinon leur vie doit être entièrement dédiée au foyer et à la vie maritale. Dans le même temps, dès l’adolescence, les jeunes filles doivent se conformer à des critères physiques qui imposent une apparence standardisée avec un corps de sylphide. À cela s’ajoute une importance accordée au maquillage, à la mise en valeur de certains attraits dits naturels et à la dissimulation ou suppression de certaines attributs physiologiques comme les poils. Ces injonctions à la dissimulation s’appliquent aussi à la sexualité féminine, où le désir semble totalement tu. Cette nécessité de cacher concerne également les règles, événement marquant de l’adolescence féminine où les jeunes filles et les femmes sont encouragées, voire contraintes, à un repli dans un entre-soi féminin, entre-soi au sein même duquel on ne parle parfois qu’à mots couverts et où les injonctions genrées sont parfois fortement intériorisées. Cependant, il convient de souligner que si des changements profonds n’apparaissent pas immédiatement dans les années 68, c’est tout de même l’occasion pour certaines femmes de s’interroger sur ce qu’elles subissent et ce qu’elles veulent ne pas imposer à leurs propres filles.

Biache Nathalie, « En quête d’un “moi”. Une analyse du journal personnel d’Emma Pitoizet (1928-1936) », dir. Régis Schlagdenhauffen, EHESS

Les pratiques de micro-histoire ont inspiré ce mémoire qui se propose d’analyser le journal personnel d’Emma Pitoizet, professeure de lettres dans l’enseignement primaire supérieur, née en 1906 en Bourgogne et décédée en 1987 en Alsace. Les écrits d’Emma se composent de quatre cahiers tenus parfois simultanément entre 1928 et 1949. L’étude cible la phase de la vie d’Emma allant de 1928, amorce du manuscrit, à 1936, date du mariage de la jeune femme. Les entrées du journal s’inscrivant dans ce cadre se distinguent dans la mesure où elles montrent comment la diariste tente de construire une vie libre, notamment sur le plan sentimental et sexuel. En effet, dans une société régie par le modèle hétérosexuel, Emma tisse des relations amoureuses bisexuelles non exclusives. Elle se confie sur ce vécu intime dans ses écrits, en particulier sur son histoire au long cours avec Thérèse Pierre (1908-1943). Les deux femmes se séparent en 1936 lorsqu’Emma choisit de se marier avec un chef d’entreprise alsacien. La diariste s’installe dans la région de son époux, bientôt annexée par l’Allemagne nazie, et reste sans nouvelles de Thérèse jusqu’à la fin de la guerre. Cherchant alors à s’informer sur le sort de son amie, elle apprend que la jeune femme s’est engagée dans la Résistance communiste en Bretagne. Sous le commandement de Thérèse s’est formé un réseau d’une centaine de personnes. En octobre 1943, Thérèse est arrêtée par la Gestapo. Emprisonnée à Rennes, elle est torturée et retrouvée morte dans sa cellule. Durant l’entre-deux-guerres, le mariage et la vie de famille constituent, pour les femmes, la principale voie d’accès à une identité sociale. Toutefois, les années 1920-1930 forment, dans le monde occidental, une époque propice aux remises en cause. Dans ce contexte mouvementé se produisent des transformations que Christine Bard n’hésite pas à qualifier de « première révolution sexuelle ». Comme le précise l’historienne, cette « révolution » a été moins visible et moins commentée que celle des années 1960-1970. Le témoignage d’Emma contribue ainsi à mettre en lumière une période déterminante mais jusqu’à aujourd’hui éclipsée de l’histoire des femmes et des sexualités. Dans le contexte de libération sexuelle propre à l’entre-deux-guerres, comment la diariste met-elle en écriture son « devenir femme » ? Autrement dit, comment s’efforce-t-elle de s’affranchir du modèle traditionnel de l’identité féminine pour devenir un sujet mu par sa libre volonté ? Dans un premier temps, cet angle d’analyse nous a amené à montrer qu’Emma parvient à s’individualiser dans l’espace public en s’appropriant des privilèges masculins tels que l’exercice d’une profession qualifiée (le professorat) et l’accès à la mobilité géographique, quitte à s’orienter, grâce à la pratique de la randonnée en montagne, vers des espaces périphériques où le cadre dominant est moins pesant. La seconde partie du mémoire est axée autour de la notion d’engagement. Nous avons interrogé l’impossibilité pour Emma, malgré son aptitude à écrire et sa foi dans les idéaux communistes, d’agir sur le monde par le biais de la création littéraire et de l’action politique. Enfin, la dernière partie du développement trouve refuge dans le privé en explorant la vie amoureuse et sexuelle de la diariste. Sur ce plan, Emma revendique avec fermeté le droit d’user librement de son corps, s’autorisant à rechercher le plaisir physique hors mariage, et à aimer aussi bien des hommes que des femmes. Comme tout un chacun, Emma a intériorisé certaines normes de son temps. Ainsi, malgré son audace, elle est guidée dans sa vie sentimentale par la quête de l’amour, ce qui la conduit finalement à opter pour une vie conjugale conventionnelle. Mais jusqu’à son mariage, elle n’a pas hésité à subvertir les lois du genre et s’est affranchie par de multiples aspects. Cependant, à l’image d’Emma, les femmes des années 1920-1930, pour la plupart exclues du monde artistique et politique, n’ont pas la liberté d’exprimer leurs opinions et de militer dans la sphère publique. Comme la diariste, c’est donc dans l’intimité de leur vie privée que certaines femmes résistent au discours dominant. Cela explique en partie la discrétion du mouvement de libération qui s’est dessiné entre les deux guerres. La révolution sexuelle du premier XXe siècle a aussi été incomplète à l’égard des minorités sexuelles puisque, malgré une réelle affirmation des sexualités alternatives, surtout dans les capitales européennes, certaines trajectoires individuelles, à l’image de celles d’Emma et Thérèse, sont restées bloquées par des interdits sociaux persistants.

Brunet Ludivine, « Les femmes et Oradour-sur-Glane : destins et parcours de vie (1936- 1960 », dir. Clotilde Druelle-Korn, Université de Limoges

Événement symptomatique des exactions commises au cours de la Seconde Guerre mondiale en France, le massacre d’Oradour-sur-Glane a une place centrale dans la mémoire nationale. Cette étude en propose une analyse genrée afin de produire un travail global sur le massacre. L’année 1936 correspond au dernier recensement de la population du village avant le massacre qui permet d’avoir une vue d’ensemble de la population et de ses caractéristiques. La fin des années 1960 marque un renouvellement de génération, les petites filles nées pendant la guerre ou juste après le conflit arrivant à l’âge adulte. Cette nouvelle génération évolue dans une société française et locale en pleine mutation et son analyse permet de comprendre l’impact des événements du 10 juin 1944. D’un point de vue géographique, cette étude est essentiellement fondée sur le village et la région limousine même si les liens des femmes au bourg existent à différentes échelles, nationale mais aussi européenne. Il est donc admis un espacement géographique élargi pour certaines études de cas. « Les femmes et Oradour-sur-Glane » est une formulation simple en apparence mais qui comprend des enjeux sous-jacents. L’utilisation du terme « les femmes » fait ici référence à un groupe genré dans une France des années 1940 qui n’admet qu’une vision binaire de la société. Il s’agit d’un groupe hétérogène qui comprend trois catégories de personnes : les enfants, les adolescentes et les adultes. L’objectif est de mettre en avant les interrelations, si elles existent, entre ce groupe et le village lui-même. Le titre évoque Oradour-sur-Glane, commune étendue qui rassemble à la fois le bourg et les trente-sept hameaux qui lui sont rattachés. Entre 1945 et 1953, ce terme n’a plus la même définition et intègre aussi les baraquements, habitats provisoires de la population radounaude en attente de la reconstruction du bourg. Dès 1947, il désigne également le nouveau village reconstruit par l’État. Pour réaliser une étude la plus complète possible de cette question, l’analyse d’un corpus de sources riche et varié est nécessaire. Tout d’abord, un examen approfondi des documents concernant Oradour-sur-Glane aux Archives départementales de la Haute-Vienne a permis de mettre en avant un cadre concernant le contexte de la guerre et de l’après-guerre sur la commune. Cette étape a été complétée par une consultation de cartons conservés au Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane, relatifs aux victimes du massacre permettant de mettre en avant des parcours de vie individuels. Ensuite, un travail important a été réalisé sur une version numérisée du dossier relatif au procès de Bordeaux, communiqué par le Dépôt central des archives de la justice militaire du Blanc. Ces documents permettent une approche différente du procès et de la place accordée aux femmes dans le processus judiciaire. Par ailleurs, la majeure partie de cette étude s’appuie sur les nombreux témoignages oraux concernant la journée du 10 juin 1944, apport essentiel pour ancrer ce travail dans la réalité de la vie des Radounaud·es. Par ailleurs, une source moins conventionnelle a également été un pilier de ce travail : le site Geneanet. Le site et ses bénévoles ont effectué un travail remarquable de recensement d’informations concernant les victimes du massacre ainsi que la réalisation d’un plan détaillé de l’ancien bourg, replaçant cette étude dans une spatialité nécessaire. Ce travail ne répond pas à une problématique mais à un ensemble de questionnements. L’objectif ici est de s’intéresser à la place des femmes, à Oradour-sur-Glane, dans le contexte particulier de la guerre, du massacre et de l’après-guerre. Quelle place occupent et quel rôle jouent les femmes, victimes ou survivantes, au sein de la communauté locale ? Que signifie être et naître femme à Oradour-sur-Glane entre 1936 et la fin des années 1960 ? Quel est l’impact à la fois physique et mémoriel des événements sur cette population spécifique ? L’étude des femmes et d’Oradour-sur-Glane au cours de cette période permet de redonner une individualité aux victimes, de les faire sortir de la masse anonyme en mettant en avant des destins de femmes. Ce mémoire souligne aussi l’aspect genré du massacre avec une mise à mort particulière pour les femmes victimes, victimes qui deviennent alors des martyres et sont à la base d’une hiérarchisation de la mémoire au sein de laquelle les survivantes sont placées au second plan. Il révèle également l’invisibilisation des femmes puisque l’histoire et la mémoire les laissent en retrait, au profit d’une expérience masculine. Finalement, en apportant des précisions et des détails sur ces destins de femmes, pendant la guerre, après le massacre et pendant la reconstruction du village, cette étude démontre la place centrale et essentielle des femmes au cours de la période, largement occultée par une mémoire et une écriture de l’histoire masculines.

Candau Aurélie, « La prostitution dans les Basses-Pyrénées de 1830 jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale », dir. Christophe Lastécouères, Université Bordeaux-Montaigne

Le livre d’Alain Corbin Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution aux XIXe et XXe siècles, peut être considéré comme l’ouvrage fondateur d’un nouveau champ historiographique consacré aux études académiques sur la prostitution. Dans son livre, Alain Corbin met ainsi en avant le discours médical, sanitaire et policier qui était présent à l’époque. Inscrite dans la lignée des travaux d’Alain Corbin, l’étude apporte un nouveau regard sur la période 1830-1918 dans un département où aucune étude sur la prostitution n’a jusqu’alors été menée. Depuis la Révolution française, la prostitution est dépénalisée. Cette activité est donc légale, pourtant les prostituées continuent d’être réprimées. Le silence des lois relègue le pouvoir aux autorités municipales et à la police. Ce système désigné sous le nom de « système réglementariste » est en réalité un système de contrôle qui veille à l’encadrement de l’activité prostitutionnelle. Les prostituées peuvent donc être arrêtées et détenues sans délit et par simple définition administrative. C’est à travers le prisme de la surveillance que peut se faire l’étude de la prostitution. Les sources des acteurs de la répression offrent à l’historien un regard biaisé, souvent nourri par les préjugés de l’époque. La difficulté a donc été de saisir les contours d’un phénomène complexe à l’échelle d’un département. Ces sources sont également lacunaires. Souvent éparses, elles se limitent parfois à un cas de figure précis ou à une période définie. Mais elles permettent tout de même d’appréhender l’organisation et la répression de la prostitution. Les archives préfectorales et communales, et en particulier les archives des séries policières, constituent les sources principales du corpus. À partir de la Monarchie de Juillet, la prostitution est réglementée par les autorités préfectorales et municipales dans les Basses-Pyrénées. Dans ce système de contrôle, différents acteurs, avec un rôle bien défini, interagissent les uns avec les autres. Dans ce mémoire, nous avons tenté de comprendre quels furent la nature, le fonctionnement et les réalités du système réglementariste dans les Basses-Pyrénées au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Cette volonté permanente de contrôle et de répression de la prostitution et de ses principales actrices fut-elle totale ou simplement partielle ? Et sous quelles formes s’incarnèrent les pratiques prostitutionnelles dans le département ? Dans un premier temps, il s’agissait d’étudier les règlements qui organisent l’activité prostitutionnelle dans les Basses-Pyrénées. Le système réglementariste repose sur plusieurs piliers comme le contrôle sanitaire et la maison de tolérance. Les prostituées sont donc catégorisées, enfermées et surveillées par la police. À Bayonne et à Pau, l’ingrate mission est reléguée à des agents de la police des mœurs. La finalité du réglementarisme est de réduire les effectifs de la prostitution clandestine en la réprimant et de la prostitution isolée en lui rendant la vie impossible. Pourtant ce système est un véritable échec. À la fin du siècle, le nombre de maisons a considérablement diminué et les activités prostitutionnelles fleurissent dans l’espace urbain. Dans une seconde partie, il convenait d’étudier les prostituées, les activités prostitutionnelles et les lieux de prostitution afin de comprendre les réalités de la prostitution dans le département. Dans les Basses-Pyrénées la prostitution est présente aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural. La situation géographique, les activités économiques et militaires peuvent expliquer le nombre important de prostituées et la répartition des activités prostitutionnelles sur le territoire. Les débits de boissons, la rue, les théâtres et les chambres en garni sont des espaces investis par les acteurs de la prostitution. Dans la majorité des cas, les prostituées sont de très jeunes femmes, qui semblent avoir rejoint les rangs de la prostitution par nécessité, pour pallier des difficultés économiques. Enfin, dans une dernière partie nous avons tenté de saisir l’enjeu sanitaire, qui cristallise les peurs et les craintes envers la femme publique et qui se renforce à la fin du siècle. À cette époque, la visite sanitaire devient omniprésente dans les règlements de police et permet de contrôler les filles publiques et d’éviter la propagation des maladies. Les filles malades sont envoyées dans des établissements spéciaux. En réalité ces hôpitaux sont de véritables prisons. À la fin du siècle apparaît ainsi le thème du péril vénérien. Dans le département, cette angoisse n’est exacerbée qu’à partir de la Première Guerre mondiale et signe la renaissance des maisons de tolérance et d’un contrôle sanitaire encore plus répressif.

Carneiro Adèle, « Les veuves de la fin du XVIIIe s. au début du XIXs. à Bordeaux : facettes multiples, vécus divers », dir. Michel Figeac, Université Bordeaux-Montaigne

« Jeune », « épleurée », « vénale » : ces épithètes sont autant d’adjectifs qui renvoient aux images d’Épinal de la veuve à l’époque moderne. Les veuves, jouissant d’une image ambivalente et ambiguë, sont l’objet de préoccupations. Elles sont considérées soit comme fragiles et à protéger, soit comme suspectes car libérées de l’ombre tutélaire d’un mari et loin de celle du père, ou enfin comme des femmes pieuses et charitables. Cette brossée par les récits du temps se fissure lors de la confrontation aux sources notariées. Dans l’Ancien Régime être une femme signifie « être en puissance de mari », mais le veuvage réintroduit de nouveaux droits. Les veuves redeviennent en quelque sorte majeures juridiques. La mort du conjoint signe également l’arrivée de nouvelles personnes dans l’entourage. Le juge et le notaire s’immiscent dans la vie privée pour réunir le Conseil de famille s’il y a des enfants, pour procéder à l’inventaire des biens du mari et régler les affaires successorales. Toute une période de troubles et de changements s’ouvre, mais aussi, d’une certaine manière, un nouvel horizon. Dans cette société, entre traditions et modernité, contrôle et paraître, comment les veuves trouvent-elles leur place ? En quoi leurs intérieurs, les objets qu’elles possèdent sont-ils des indices d’une sociabilité, d’un mode de vie particulier ? Quels sont les visages qui se cachent sous l’uniformité du voile de crêpe noir ? Les premières sources convoquées pour notre étude sont des sources notariées, les inventaires après décès dont 153 ont été dépouillés, sur la période 1764-1788 et sur la période 1807-1821. Même si tout le monde ne fait pas dresser un inventaire, nous avons réussi à rassembler un corpus mixte socialement. Celui-ci, grâce à la description des papiers qu’il propose entraîne dans son sillage la découverte d’autres actes riches en renseignements : actes de mariage, testaments, procurations et autres documents du quotidien viennent compléter les inventaires. Nous avons également analysé une correspondance, apportant une trace précieuse du ressenti et du vécu du veuvage. Le choix des bornes chronologiques, de part et d’autre de la Révolution, permet de s’affranchir de la rupture classique des périodes, mais également d’observer les premiers effets du Code Civil. Ce travail de recherche nous a permis de soulever un peu plus les bords du voile noir de ces femmes discrètes que, peu à peu, les historiens commencent à connaître. Ce qui rapproche ces femmes est leur état, celui du veuvage ; ce qui les différencie, la multiplicité de leur situation, fortement induite par des contrastes socio-économiques. En ce sens, les veuves, par l’hétérogénéité de leur vécu, sont un reflet de la société d’Ancien Régime et du début du XIXe siècle. La mort est envisagée comme une possibilité dès la formation du couple comme nous le montrent les contrats de mariage. Si le veuvage marque la fin d’une étape dans la vie d’une femme, celle de son rôle d’épouse, il ne signifie pas un arrêt de certaines prérogatives. Les veuves continuent de s’occuper de leurs enfants et de leur famille, devenant même de véritables piliers. Elles se font parfois assister, de nouveaux réseaux de solidarité se tissant autour d’elles. Le veuvage est aussi l’affrontement de la solitude et de la perte d’un être cher, avec lequel on a partagé le quotidien. Ombre planant toujours auprès d’elle, le mari perdu reste une figure attachée à la veuve, jusque dans le « Vve » accolé à son patronyme. L’inventaire après décès permet de rentrer dans l’intimité du foyer et de son organisation. Vivant dans le port de Bordeaux, où les biens et les marchandises affluent, les veuves ne sont pas absentes des réseaux de circulation des objets de leur temps et ont toute leur place dans cette société de consommation naissante. Désireuses de suivre les tendances, elles prennent toute leur place dans la société. Leur maison révèle leur manière d’habiter, d’organiser les espaces, mais aussi leurs goûts décoratifs et culturels. Dans cette société des apparences, le corps de la veuve fait aussi l’objet d’un contrôle par le biais du vêtement. Ce port de l’habit de deuil est paradoxal : il doit montrer autant que cacher, rendant visible et invisible à la fois. Le veuvage est également un moment où l’autonomie de la femme se montre au grand jour, notamment dans le travail ou la gestion des propriétés foncières. Autonomie de circonstance due au veuvage ? Nous penchons plus pour l’hypothèse que le veuvage n’est pas l’acquisition d’une autonomie nouvelle, mais plutôt un dévoilement des capacités féminines, auparavant cachées derrière l’ombre tutélaire d’un mari.

Chauvel-Thébault Clara, « À l’épreuve de la ville. Le sentiment d’insécurité des femmes dans les espaces publics (Paris, VIIIe et IXe arrondissements, 1870-1914) », dir. Gabrielle Houbre, Université Paris-Cité

Au XIXe siècle, la littérature comme la presse véhiculent le mythe d’un Paris capitale du vice et du crime où toutes et tous auraient à craindre des expériences de violence auxquelles s’ajoutent spécifiquement, pour les femmes, celles que l’on qualifie généralement de « violences de genre ». À la croisée entre le mythe d’une ville violente et la réalité d’une vulnérabilité vécue, le sentiment d’insécurité des femmes se traduit alors dans un rapport à la ville fondé sur des représentations rassurantes ou alarmistes. Le Paris que traversent les femmes, ici les huit quartiers des VIIIe et IXe arrondissements, renvoie à des inquiétudes héritées d’un système de représentations qui vient nourrir l’insécurité présente des femmes et vient donner du sens aux expériences de violence qu’elles peuvent vivre. La presse et les discours politiques, particulièrement prolixes à ce sujet, construisent et politisent le discours public sur l’insécurité. Pour autant, ce sentiment ne se borne pas au seul champ des conflits discursifs. Ainsi, les foisonnants répertoires judiciaires, les comptes rendus de délibération de jugement ainsi que les paroles conservées de certaines femmes permettent de comprendre davantage le sentiment d’insécurité. Ils permettent également de dessiner les pratiques que les femmes ont pu avoir dans les espaces publics, les normes qu’elles ont été amenées à respecter, voire à subir et permettent, peut-être avant tout, d’observer la parole des femmes ainsi que leurs initiatives pour sécuriser les espaces publics. Ces sources incitent à interroger le vécu des femmes qui, traversé par le sentiment d’insécurité, ne se limiterait pas à une expérience de violence, mais les inviterait peut-être à y résister et donc à dépasser les normes de genre. Ainsi, les représentations individuelles comme collectives et les vécus passés viennent conjointement participer à la limitation de l’accès des femmes aux espaces publics, notamment parce qu’ils sont perçus comme violents ou parce que les femmes sont systématiquement soupçonnées d’y risquer des rencontres violentes, déshonorantes ou démoralisantes. La ville que l’on a voulue plus ordonnée, moderne, assainie et sécurisée ne peut empêcher qu’aient lieu des expériences de victimation, qui sont des résidus contingents de l’usure de la ville, de la vie quotidienne, des conflits, des inégalités socio-économiques et de l’oppression de certaines catégories de la population, dont les femmes. À ce titre, la ville est perçue comme un espace criminel, mais aussi criminogène. Seulement, elle constitue également un lieu de relative liberté. Les contemporaines s’approprient la ville, parfois à l’encontre des prescriptions d’utilisation des espaces publics, et répondent à une forme de contrôle découlant de l’action normalisatrice des pouvoirs publics. Elles ont également participé de manière plus ou moins détournée à la construction des espaces publics, en cherchant des moyens de se soustraire aux limitations qui leur étaient imposées, en tentant de les infléchir et parfois en les faisant leur pour se protéger. Plus encore, la découverte de témoignages de femmes sur leur insécurité et celle de leurs consœurs invite à rompre avec l’image des femmes qui n’auraient jamais critiqué le pouvoir des hommes et l’insécurité que le patriarcat peut représenter pour elles. Pour certaines, l’inégalité face aux violences et l’accès différencié aux espaces publics n’a rien de naturel. Des remarques griffonnées, des brouillons d’articles, des lettres et des extraits d’essais témoignent de cette prise de conscience et d’une volonté de transmission. De même, il arrive également que certaines femmes mobilisent leur vulnérabilité à l’insécurité comme argument permettant de justifier l’obtention de nouveaux droits. Elles opèrent en un sens un retournement du stigmate et utilisent dans leur propre intérêt leur vulnérabilité, démontrant du même coup leur agency. Dès lors, il est possible d’envisager que les femmes ont pu partager avec d’autres femmes des discours critiques vis-à-vis du patriarcat et des violences. Ces quelques témoignages de femmes sur leur insécurité qui apparaissent dans un discours public monopolisé par les hommes ne serait dès lors que l’éruption de considérations de plus grande ampleur ayant cours hors de l’espace public discursif.

Chevalier Anna, « L’art d’être grand-mère : représentation de la vieillesse féminine dans l’œuvre de Berthe Morisot, Mary Cassatt et Suzanne Valadon », dir. Marie Gispert, Université Paris 1

Les artistes Berthe Morisot, Mary Cassatt et Suzanne Valadon occupent une place singulière dans l’histoire de l’art. Les deux premières sont des figures majeures d’un groupe qui marque la seconde moitié du XIXe siècle, les impressionnistes. La troisième, un peu plus jeune, s’inspire de ses contemporains, artistes modernes comme classiques, tout en se démarquant par la singularité de son œuvre presque inclassable. Toutes trois sont reconnues pour leurs représentations d’une femme moderne d’un autre type que celui qui est représenté par leurs contemporains. Dès lors, leurs points de vue sur un sujet tel que celui de la vieillesse féminine est particulièrement révélateur. Les aging studies sont un champ d’études encore relativement récent en histoire de l’art et rares sont les ouvrages et articles traitant spécifiquement de la représentation de la vieillesse. Il semble intéressant de mettre en relation cet âge de la vie, souvent déconsidéré, avec des représentantes emblématiques d’un mouvement et d’une génération ayant eu à cœur la retranscription fidèle et réaliste de leur époque riche en bouleversements. Ce mémoire cherche à déterminer comment, dans une époque impactée par de profonds changements sociaux, ainsi que par de grandes révolutions techniques, intellectuelles et artistiques, Mary Cassatt, Berthe Morisot et Suzanne Valadon, à travers leurs portraits et autoportraits de vieillesse, se distinguent dans leur vision et dans leur représentation respective de la sénescence féminine. Il s’agira aussi d’identifier les différences et les similitudes entre les œuvres de Mary Cassatt et Berthe Morisot et celles de Suzanne Valadon, d’une génération postérieure et d’un autre milieu social. À travers les portraits, les autoportraits de vieillesse et ceux de la maturité, Berthe Morisot, Mary Cassatt et Suzanne Valadon, oscillant entre tradition et modernité, introspection et farouche affirmation, dressent un nouveau portrait de la vieillesse féminine contemporaine. Elles livrent un précieux témoignage sur la manière dont l’avancée en âge est perçue au tournant du XXe siècle. Au contraire de leurs contemporains qui limitent les représentations de la vieillesse féminine à quelques types et lieux communs, les portraits et les autoportraits de ces trois artistes en offrent une vision plurielle. Leurs créations octroient une place différente à ces femmes âgées, trop souvent cantonnées au foyer et figées dans une époque révolue. Chez Mary Cassatt, la grand-mère est une femme lettrée, qui transmet un véritable savoir aux jeunes générations. Chez Suzanne Valadon, l’aïeule populaire se substitue à la mère et prend en charge l’éducation de ses petits-enfants. Leurs autoportraits très introspectifs, ainsi que leurs dernières œuvres où s’entrecroisent passé et présent, donnent à voir un point de vue inédit, celui d’une artiste femme confrontée à son propre vieillissement. Sans tomber dans la morbidité, elles ne cachent pas les signe de vieillissement du corps et offrent une vision plus contrastée de leur âge. Ainsi, avec les années, Berthe Morisot trouve le courage nécessaire pour s’affirmer définitivement comme une artiste, sans toutefois renier son rôle de mère, comme on peut le voir dans ses autoportraits de la maturité. Suzanne Valadon, quant à elle, continue à se prendre pour modèle jusque dans les dernières années de sa vie, plus transgressive que jamais lorsqu’elle se montre seins nus, à l’âge de soixante-six ans. Les ouvrages et articles traitant spécifiquement de la représentation de la vieillesse féminine étant rares, ce travail s’appuie sur trois sources principales. L’article de Shira Gottlieb « Mary Cassatt’s La Lecture – The New Grandmother », paru en 2021, reprend le titre d’une des œuvres de l’artiste américaine. En replaçant le tableau dans son contexte, la chercheuse nous donne un aperçu de la vision commune de la vieillesse féminine à l’époque et propose une analyse inédite de la grand-maternité ici représentée. Cet article s’inscrit dans la continuité directe de celui qu’écrit Ruth E. Iskin, intitulé « Cassatt’s Singular Women, Reading Le Figaro and the Older New Woman », daté de 2018. L’historienne y théorise l’existence d’une « nouvelle femme âgée », à travers l’exemple du tableau de Mary Cassatt La Lecture du Figaro daté de 1878 dans lequel l’artiste transpose quelques traits de la « nouvelle femme » à sa mère âgée. Enfin, dans sa thèse sur Suzanne Valadon, la chercheuse allemande Valeska Doll consacre une partie aux autoportraits de vieillesse de l’artiste. L’historienne se concentre particulièrement sur celui de 1931. Elle analyse avec justesse l’accomplissement qu’est celui de Suzanne Valadon dans cette œuvre, dans laquelle elle parvient à concilier son affirmation de soi en tant qu’artiste et en tant que femme, âgée de surcroît.

Codet Claire, « Là où elle a fait un bébé toute seule. Une histoire du service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart, de son ouverture (1973) à l’adoption des premières lois de bioéthique (1994) », dir. Claire Fredj, Université Paris Nanterre

La loi n° 2021-1017 du 2 août 2021 relative à la bioéthique donne accès à l’assistance médicale à la procréation (AMP) pour tout couple ou toute femme non mariée. Dès les années 1980, cependant, Jean-Jacques Goldman évoquait la maternité solitaire, avec ironie, dans « Elle a fait un bébé toute seule ». Il chantait cela après que le premier enfant à voir le jour, en France, après une fécondation in vitro, dans le service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart, est né, le 24 février 1982. Mon mémoire est ainsi centré sur l’histoire du service hospitalier où a été expérimentée pour la première fois avec succès, dans les années 1980, l’innovation qui permettra, en 2021, ou plus tard, à des femmes de « faire un bébé toute seule » via l’assistance médicale à la procréation. Il commence à l’ouverture du service (1973) et s’achève en 1994, au moment de la promulgation des premières lois bioéthiques françaises, le 29 juillet 1994. Ma recherche s’appuie sur deux types de sources : des sources orales et des sources écrites. Les sources orales sont composées de six entretiens semi-directifs que j’ai enregistrés, pour cinq d’entre eux, et retranscrits, et de la retranscription d’une interview donnée à la radio par une ancienne gynécologue du service. Les sources écrites sont composées des archives administratives des autorités de tutelle de l’hôpital Antoine-Béclère, de témoignages écrits et d’articles de presse généraliste. L’AMP, entendue comme ce qui entraîne une manipulation des gamètes, masculins ou féminins, en dehors de l’organisme dans le but de procréer, a été mise en œuvre avec succès, pour la première fois en France, par le service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart. Le service hospitalier a donc été le « site principal de genèse des savoirs et des innovations à valeur médicale », en matière d’AMP, tel que défini par Jean-Paul Gaudillière. Il convient, par conséquent, de se demander pourquoi, une fois posé le caractère difficilement industrialisable de l’AMP, le service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart a, le premier, réussi la mise en œuvre de cette technique. Autrement dit, dans quelle mesure le développement des techniques d’assistance médicale à la procréation a-t-il constitué un projet mobilisateur pour la majorité des praticiens du service, entre 1973 et 1994 ? Ouvert, en premier lieu, pour répondre à une problématique sanitaire, le service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Antoine-Béclère voit son activité s’étendre à la recherche et au développement de nouvelles techniques. Ainsi, entre 1962 et 1974, le développement des techniques d’assistance médicale à la procréation ne constitue pas un projet mobilisateur pour la majorité des praticiens du service mais plutôt une sorte d’avant-projet pour le chef du service, le professeur Papiernik. Ensuite, au cours de la période 1975-1982, le service de gynécologie de l’hôpital Antoine-Béclère a une activité consacrée majoritairement au suivi des grossesses et des accouchements. Certes, le vote de la loi du 17 janvier 1975 permet d’accueillir à l’hôpital des femmes qui souhaitent interrompre leur grossesse, mais comparés aux accouchements, les avortements réalisés à Clamart constituent une part très limitée de l’activité du service. De même, l’activité d’assistance médicale à la procréation, qui débute à la même période, est minoritaire mais permet de mettre en lumière le service, par la réussite de la première fécondation in vitro française, c’est-à-dire la naissance d’un enfant à terme et en bonne santé, le 24 février 1982. Ainsi, entre 1975 et 1982, le développement des techniques d’assistance médicale à la procréation n’a pas constitué un projet mobilisateur pour la majorité des praticiens du service mais pour une minorité très volontariste d’entre eux. Enfin, entre 1988 et 1994, les techniques d’assistance médicale à la procréation ont conforté leur place dans le service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart, tant dans la mesure où leurs résultats se sont améliorés que par la nomination comme chef de service du professeur qui les a le plus promues. Toutefois leur développement se fait davantage sous l’influence des cliniciens que des biologistes, qui disposent de moyens insuffisants aux yeux des services centraux de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. L’assistance médicale à la procréation constitue ainsi le projet mobilisateur d’une part croissante mais minoritaire du service, qui est renouvelée à partir de 1990.

Dandin Loeiza, « Être une femme à l’usine durant les Trente Glorieuses. L’exemple des ouvrières de la chaussure à Fougères (1954-1980) », dir. Marc Bergère et Fanny Bugnon, Université Rennes 2

Ce mémoire de recherche est consacré à l’étude des femmes de la mono-industrie fougeraise du cuir au cours du second XXe siècle. Fougères est une ville bretonne de taille moyenne, proche du monde rural, qui se caractérise par sa production industrielle de chaussures depuis les années 1880. Site phare dans ce domaine qui fournit les enseignes et les personnalités les plus connues de l’époque, la capitale de la chaussure française se développe rapidement jusqu’à employer 10 000 ouvriers et ouvrières du cuir en 1911. Au sein de cette main d’œuvre figure une majorité de femmes. Leur sont attribuées des tâches précises, sélectionnées selon ce qu’on pense alors être en adéquation avec les caractéristiques de leur sexe : rapidité et agilité en sont les maîtres mots. Pareuses, remplieuses, piqueuses ou encore vernisseuses s’affairent dans les dizaines d’entreprises fougeraises spécialisées dans la fabrication de souliers. Cette étude a vocation à analyser le vécu de ces ouvrières durant une période de déclin de la mono-industrie qui, à partir des années 1950, ne parvient plus à tirer son épingle du jeu entre concurrence nationale, internationale et difficultés d’adaptation aux techniques de production modernes. En ce temps de fermetures d’usines à Fougères, qui prend à contre-pied le traditionnel mythe des Trente Glorieuses, ce mémoire se penche sur la façon dont ces femmes évoluent entre travail manufacturier, rôle domestique et implication dans la lutte pour l’emploi. Réussissent-elles à prendre leur place dans ce monde ouvrier souvent dirigé au masculin ? La figure classique de la « ménagère » est-elle toujours de mise dans cette ville industrielle à la main d’œuvre mixte, ou bien un partage des tâches existe-t-il dans la sphère privée ? Les Fougeraises parviennent-elles à intégrer l’espace syndical et militant ? S’y expriment-elles via des moyens d’action spécifiquement féminins ? Des sources multiples ont été mobilisées pour répondre à ces questions. Des archives d’entreprises, d’abord, mais également les fonds dédiés aux journaux locaux, tels que la Chronique Républicaine. Des documents audiovisuels issus de l’Inathèque et de travaux de photographes à Fougères ont également permis de mieux appréhender cet espace ouvrier et ses acteur·ices. Enfin, une enquête orale a été réalisée auprès de neuf ouvrières et un ouvrier ayant travaillé dans une ou plusieurs usines de la ville durant la période étudiée. C’est l’occasion de saisir la parole de ces femmes souvent invisibilisées dans les sources traditionnelles et de contribuer à la mémoire de l’histoire locale. Ce mémoire met ainsi en lumière la façon dont l’industrie du cuir fonctionne sur un modèle traditionnel de postes genrés, pensés à partir des stéréotypes attribués à la main d’œuvre féminine et à la main d’œuvre masculine. Comme celui de beaucoup d’autres villes industrielles, l’exemple de Fougères confirme le vécu particulier des femmes à l’usine durant la seconde moitié du XXe siècle : pression des cadences, sédentarité, répétitivité des actions, salaires inférieurs à leurs homologues masculins… et phénomène de « double-journée » du fait du travail domestique qu’elles assument (souvent seules) en parallèle. Néanmoins, l’usine demeure un lieu de sociabilité et d’émancipation pour ces ouvrières, qui y découvrent un espace où elles ne sont ni des mères, ni des épouses. Enfin, elles trouvent également dans la sphère syndicale et militante une scène où elles s’infiltrent progressivement au fil de la décennie 70, même si la domination masculine y reste palpable. Sur ce thème de la lutte, l’exemple de Fougères s’ancre enfin dans un renouveau historiographique qui ouvre le traditionnel mai 68 à une temporalité plus large, avec des évènements qui ne sont plus seulement limités à la région parisienne, mais ouverts à des actrices et acteurs divers.

Dubois Julie, « Lever le voile sur Lisa Duncan. Enquête dans les archives d’une adoption », dir. Isabelle Launay, Laurent Pichaud et Katharina Van Dyk, Université Paris VIII Vincennes-Saint Denis.

Lisa Duncan (1898-1978) : un prénom qui ne vous évoque rien mais un nom qui, peut-être, vous rappelle une figure majeure de la danse libre du début du XXe siècle. Isadora Duncan (1878-1927) est considérée dans notre Histoire de la danse occidentale comme l’une des mères de la danse moderne : elle a conduit sa danse en abandonnant les exigences académiques du ballet classique de son époque et en créant un vocabulaire gestuel s’inspirant de son appréhension de la nature. Ainsi, elle a quitté le corset et les pointes pour s’élancer pieds nus et en tunique à la grecque sur les plus grandes scènes européennes. Si Isadora Duncan est reconnue pour avoir été une révolutionnaire, nous la connaissons moins en sa qualité d’enseignante alors même que son premier geste fut celui de transmettre lorsque, âgée seulement de six ans, elle ouvrit avec sa sœur aînée Elizabeth Duncan une école de danse de quartier dans le studio que sa famille occupait à San Francisco. Ce goût pour la transmission anima les deux sœurs quand la famille Duncan quitta les États-Unis pour l’Europe en 1899 dans l’espoir d’y trouver un territoire favorable à leurs aspirations artistiques. C’est en Allemagne, à Dresde, que Lisa Duncan, née sous le nom d’Elizabeth Milker, et Isadora Duncan se rencontrèrent en 1904 lors d’une audition pour l’école de danse que les sœurs Duncan venaient d’ouvrir à Berlin. Elizabeth Milker devint l’une des six meilleurs élèves de l’école, qu’on surnomma, selon Fernand Divoire, « les Isadorables ». Ces mêmes Isadorables furent adoptées par Isadora en 1917, héritant de son art et de son nom de famille. Lisa Duncan fut la seule qui s’installa à Paris et fut très active sur les scènes parisiennes durant l’entre-deux-guerres : pourtant son prénom est aujourd’hui oublié de nos mémoires. Lisa Duncan est le point aveugle de l’héritage d’Isadora Duncan : sa filiation est mal connue dans le réseau des danseuses Duncan d’aujourd’hui, son histoire se résume à être la rebelle de la famille en ce qu’elle se serait écartée de son héritage et des valeurs artistiques d’Isadora Duncan. Lisa Duncan a laissé très peu de traces : quelques documents rangés dans des chemises cartonnées par les générations qui lui ont succédé – des archives que j’ai eu la chance de recevoir, puis de préserver durant les temps incertains de la crise sanitaire, bénéficiant d’un accès inédit pour les étudier. C’est au travers de ces archives que Lisa Duncan se dévoile à nos yeux sous divers portraits : une danseuse, une chorégraphe et une pédagogue qui s’invente artiste à la suite d’Isadora en étant en négociation et non en opposition avec son héritage. On se demande alors : Qu’est-ce que « danser après » Isadora Duncan ? Penser le « danser après » c’est aussi se poser la question du danser « avec », « auprès de », « pour », « contre », « selon », « sans » Isadora Duncan. Être à la suite d’Isadora Duncan, c’est être à la suite d’une danseuse, d’un génie, d’une chorégraphe, d’un professeur, d’une penseuse, d’une femme et surtout d’une mère. Comment Lisa Duncan participe pleinement à la création d’un héritage Duncan en amplifiant une dynamique adoptive initiée par Isadora Duncan ? Pour mener à bien cette enquête et redécouvrir la carrière et la vie de Lisa Duncan, il faut circuler à la fois dans la presse française de l’époque, dans les témoignages et les autobiographies des Isadorables et des élèves de Lisa Duncan, et dans les nombreux travaux de recherche déjà menés sur Isadora Duncan. C’est aussi en recueillant le témoignage de celles qui restent, à savoir les élèves des élèves de Lisa Duncan, en étudiant les photographies et les très rares vidéos de Lisa Duncan mais aussi en mobilisant mon expérience et ma pratique de la technique Duncan que j’ai tenté de saisir la dissidence esthétique de cette danseuse d’entre-deux-guerres qui, de disciple modèle à enfant rebelle, fut rejetée par la famille Duncan et critiquée par la presse pour ses prises de libertés. Au terme de cette enquête, nous apprécions comment Lisa met au travail ce qui lui a été transmis par Isadora et Elizabeth Duncan avec ses propres désirs esthétiques et les modernités de son temps, permettant la rencontre entre la danse moderne et l’univers du music-hall des années 1930. Elle relance à sa manière et prolonge le geste adoptif initié par Isadora Duncan notamment par la création de sa propre école. Nous découvrons ainsi la posture de Lisa : prendre position tout en se déprenant de son héritage puisque Lisa rend possible une filiation ouverte, en permettant l’oubli au sein de la mémoire, en apaisant les fantômes du passé pour donner une place à ses élèves qui sont libres de créer leur propre répertoire aux côtés de Lisa et d’Isadora. Mais aussi une posture au sens postural du terme en ce que le geste de Lisa est souple, léger et fugace en écho à sa relation avec sa famille et son héritage.

El Bassim Rizlaine, « Entre racisme et sexisme : une histoire culturelle des mouvements de femmes issues de l’immigration maghrébine en France (1975-1985) », dir. Marc André et Ludivine Bantigny, Université de Rouen

Fatima Ouassak, dans La puissance des mères (p. 79) écrit que « les luttes de l’immigration ne sont pas des notes de bas de page des luttes ouvrières, syndicales ou féministes ». Notre mémoire a cherché à pousser plus loin dans la réflexion, l’hypothèse de départ reposant sur l’idée que les luttes de l’immigration féminine ne doivent pas être sous estimées : elles existent et sont plurielles. Les années 1970 font émerger de nouvelles voix en France : celles des femmes françaises et des hommes maghrébins. En revanche, qu’en-est-il des femmes immigrées issues du Maghreb ? Ces dernières, en plus d’être régulièrement occultées/oubliées, sont les victimes de nombreuses dominations : elles sont femmes, immigrées et fréquemment issues des classes populaires. Comprendre la situation et la place des maghrébines dans les mouvements militants féministes et immigrés était l’objectif de départ. Par maghrébine, il faut entendre des femmes appartenant à deux générations de Marocaines, Algériennes et Tunisiennes. La première concerne des mères ayant immigré notamment suite au regroupement familial dans les années 1970, mais aussi des étudiantes et des militantes exilées qui ont rejoint la France à la même période. La deuxième génération est représentée par les jeunes filles nées ou venues en France très jeunes, qui ont grandi entre deux socialisations, celle de leurs parents et celle de l’extérieur. Les différentes générations n’évoluent pas, ne se comportent pas de la même façon et n’aspirent pas à la même chose. Il convient ainsi de montrer l’hétérogénéité des manières de s’engager ou juste de faire partie d’une association, sans y militer. Partout et nulle part à la fois, des fragments de leur vie étaient tout de même visibles dans les archives journalistiques et audiovisuelles. Elles ont écrit avant de marcher. La place des témoignages est très importante. Ce mémoire a essayé de donner la voix à des femmes considérées comme des sans-voix. La période étudiée débute en 1975, à la suite de la création de la troupe de théâtre « La Kahina » par Salika Amara. Considérée comme l’une des premières initiatives de femmes immigrées, cette troupe eut beaucoup de succès grâce à ses pièces de théâtres qui dénoncent la situation des femmes et des jeunes maghrébines. Nous terminons notre étude en 1985, soit deux ans après la marche pour l’égalité et contre le racisme qui a permis aux immigré·es de la seconde génération de se rendre visibles aux yeux des Français·es et de l’espace politique, social et culturel pour quelques temps. Parallèlement, les femmes maghrébines ont pu se faire une place dans les mouvements féministes, notamment dans le Collectif « Féministes Contre le Racisme », entre 1983 et 1987. Cette année est aussi celle de la fondation des « Nanas Beurs » par Souad Benani, l’une des associations de femmes immigrées qui se rapproche le plus du féminisme tel qu’il est vécu en France à cette époque, une association majeure pour comprendre l’évolution de ces femmes depuis les années 1970. D’un mouvement à un autre, d’une migration temporaire à une migration définitive, d’une génération d’émigrant·es aux rêves illusoires à celle d’une jeunesse beur née en France, la période 1975-1985 est un moment charnière dans l’histoire de l’immigration et dans celle du féminisme, ou plutôt des différentes manières de militer pour les droits des femmes. La première partie de ce mémoire est consacrée à l’analyse de la situation des femmes immigrées en France, selon leur génération, ainsi que les moyens qu’elles ont pour survivre et s’organiser en associations, en collectifs ou en groupes féminins. Pendant ce laps de temps, les femmes immigrées recherchent leur place dans le militantisme. C’est aussi le début de l’émancipation et de la volonté d’être indépendantes vis-à-vis des autres, de se construire par soi-même, que ce soit individuellement, c’est-à-dire en se formant pour un travail ou collectivement ou en se réunissant et en parlant. Plus que survivre et s’organiser, les femmes laissent éclater leur colère et leur rage, c’est ce que la seconde partie cherche à démontrer. L’indignation qu’elles ressentent s’est manifestée dans les mobilisations, des cris, qui se transforment en lutte pour leurs droits. Notre recherche s’engage à comprendre l’évolution des femmes issues de l’immigration dans les mouvements associatifs. Notre terminus ante quem, en 1985 est la fin d’une étude scientifique, mais, d’un point de vue différent, c’est aussi le début de quelque chose de nouveau. Ces femmes, après avoir essayé de s’intégrer dans les luttes féministes puis au sein des luttes contre le racisme, s’autonomisent et produisent leurs propres structures. Ce qui paraissait utopique au début de notre propos l’est un peu moins à la fin.

Falhun Erell, « La réappropriation de soi à la suite de violences chez les femmes en situation de handicap », dir. Aurélie Damamme et Patricia Paperman, Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis

En France, les violences envers les femmes sont devenues, dans les années 1970, un axe majeur des mouvements féministes et l’attention accordée aux phénomènes de violence ne cesse de s’accentuer au sein des sociétés contemporaines. Cependant, l’impensé des violences envers les femmes handicapées est fortement présent. Si nous avons plus de facilité à établir comme violents les actes visibles et sensationnels, de nombreuses violences dites invisibles et latentes existent. Et, si certaines violences n’entraînent pas systématiquement un traumatisme, un handicap ou la mort, elles ne représentent pas moins un poids important pour les victimes et pour la société. Ainsi, toute violence faite par autrui et entrainant des séquelles physiques, psychologiques et sociales ont pu être abordées concernant les femmes en situation de handicap. Ce mémoire se concentre sur la visibilisation de toutes les violences qui peuvent exister pour les femmes en situation de handicap en France. De manière qualitative et quantitative, l’ensemble des violences (physiques, sexuelles, psychiques, institutionnelles, etc.) sont abordées, mettant en lumière de nouvelles violences spécifiques et des violences plus élevées que celles qui sont habituellement vécues par les femmes dites valides. S’il est difficile de parler du handicap d’une manière générale, c’est d’abord parce qu’il existe une multitude de situation de handicap et parce que chaque personne handicapée dispose de sa propre expérience. Nous ne nous intéressons pas à un type de handicap mais à une large population de personnes handicapées et leurs différentes manières d’en faire l’expérience (les déficiences, les incapacités et les désavantages). Ainsi, la notion générique qui s’attache au terme « handicap » englobe une infinité d’incapacités, à la fois innées ou acquises, visibles ou invisibles et stables ou évolutives. C’est dans ces diverses conditions que ce travail aborde la situation de handicap, face à l’émergence d’événement violents. Nous nous sommes appuyée sur 350 répondant·es par questionnaire et sur 14 entretiens, menés courant 2021. Il est également question d’évoquer les spécificités que présentent ces expériences de violences. Face à l’invisibilisation, à la diversité, à la complexité et à la gravité des violences envers les femmes handicapées, nous avons conduit une analyse située des luttes et des pratiques propres à chacune d’entre elles pour y faire face. Car, malgré les atteintes et les facteurs de vulnérabilité, les répondantes sont réactives et conscientes des réalités qu’imposent le sexisme et le validisme (ou encore, la transphobie, l’homophobie, le classisme, la grossophobie, etc.) Ce triptyque genre, handicap et violence met en lumière une forme de résistance qui semble à l’œuvre, et se distingue en plusieurs axes. D’abord entre les femmes valides et les femmes handicapées, et aussi, en raison de la diversité des expériences et des ressentis des femmes de l’enquête.

Farcy Mathis, « Faire sans le lien conjugal en institution ? Les personnes célibataires, veuves et divorcées internées dans les hôpitaux psychiatriques rhodaniens du Vinatier et de Saint-Jean-de-Dieu (1946-1960) », dir. Mathilde Rossigneux-Meheust, Université Lumière Lyon 2

Internée à l’hôpital du Vinatier depuis 1946, Marie-Antoinette T. écrit en 1949 qu’étant célibataire, elle ne peut compter sur aucun mari. De fait, sur qui peut-elle compter et pourquoi éprouve-t-elle la nécessité de préciser cette absence de ressource conjugale ? Plusieurs travaux ont mis en évidence le rôle capital que jouent les conjoints pour les individus internés en hôpital psychiatrique : dans cette perspective, les personnes célibataires, veuves et divorcées posent question. Comment faire sans le lien conjugal face à une institution qui semble prôner qu’en dehors du mariage, il n’y aurait point de salut ? Les revues et les ouvrages médicaux publiés entre les XIX et XXe siècles exposent, en outre, un ensemble de discours sur les dangers que le non-mariage ferait encourir aux femmes – notamment des classes populaires – dans un bras de fer constant entre injonctions au mariage et à la maternité. Les fonds d’archives des établissements psychiatriques du Vinatier et de Saint-Jean-de-Dieu (Rhône) permettent néanmoins de discuter l’idée selon laquelle les interné·es non-marié·es – les femmes en particulier – seraient plus vulnérables face à l’institution. À la croisée entre une histoire sociale de la psychiatrie et de la famille, ce mémoire révèle la place ambiguë que la société française du second XXe siècle accorde aux individus qui sont à la fois atteints de troubles mentaux et pas mariés. Si cette question reflète des inégalités de genre, de classe ou encore d’âge, une étude processuelle de l’internement est nécessaire pour comprendre ce qui se joue simultanément dans les expériences de prise en charge de la santé mentale. L’étude d’une quarantaine de registres d’inscription et des dossiers individuels de plus de 200 personnes internées entre 1946 et 1960 permet de réaliser des jeux d’échelles entre des données statistiques générales et des données davantage biographiques. Les courriers conservés dans les dossiers sont riches de renseignements sur le tissu relationnel dans lequel sont enserré·es les malades sans attache conjugale. En ce sens, les années d’après-guerre incarnent une période clé correspondant à une époque de mutations du système psychiatrique français qui promeut de nouvelles stratégies thérapeutiques en faveur des liens sociaux des malades. Entre rupture ou maintien du lien social, ce mémoire éclaire les logiques de genre et de classe qui structurent la société française d’après-guerre. À ce titre, si les dossiers individuels mettent en relief la solitude et l’enracinement des personnes non-mariées – des femmes surtout – dans les hôpitaux psychiatriques, ils révèlent également la permanence de leurs liens sociaux : des parents à la belle-famille, en passant par des voisins ou amis, ce sont autant d’acteurs qui participent au travail de care. Ce mémoire réévalue par ailleurs l’importance des sociabilités entre malades et le rôle du personnel soignant dans un contexte de professionnalisation des métiers du care en hôpital psychiatrique. Les modèles de parenté s’élargissent au contact de l’institution voire, parfois, se redéfinissent totalement avec la création de familles de substitution. « Faire famille » prend alors un sens nouveau à l’épreuve de l’hôpital psychiatrique. Hommes et femmes ne sont cependant pas égaux dans le jeu à la fois familial et institutionnel. Les proches s’investissent davantage pour les hommes internés qui disposent de capacités professionnelles qui peuvent profiter au foyer. Les femmes restent quant à elles les principales pourvoyeuses de care, témoignant de la persistance des assignations de genre dans la famille du second XXe siècle. En outre, ce sont les difficultés économiques qui guident les solidarités familiales à l’heure des Trente Glorieuses pourtant qualifiées de prospères. Ce travail interroge donc aussi ce que l’absence de liens familiaux contraint à consentir ou à faire. Travailler devient dès lors une stratégie utilisée par les malades sans conjoint pour négocier leur sortie, profitant du besoin de main-d’œuvre d’après-guerre. La société du second XXe siècle accentue par conséquent la vulnérabilité de ceux et surtout de celles qui, faute de moyens financiers ou du soutien de proches, ne peuvent qu’espérer être pris en charge par le corps médical, un service extra-hospitalier ou une structure associative. Lorsqu’en prime le stigmate de la folie se superpose aux difficultés économiques et sociales, c’est parfois toute une carrière institutionnelle qui se dessine. Les archives hospitalières témoignent toutefois de l’agency de chaque acteur, et notamment des malades eux-mêmes, pour faire face à l’internement en l’absence de conjoint. Les malades sont ainsi replacés en tant qu’acteurs principaux de leur propre histoire.

Francezon Louise, « L’espionne de la Seconde Guerre mondiale : enjeux, débats et représentation d’un processus de masculinisation de la femme (1938-1970s) », dir. Elissa Mailänder, IEP de Paris

Avec l’introduction de personnel féminin dans les rangs de l’armée en 1939, la femme militaire devient l’objet de nombreux discours qui mêlent inquiétudes et fantasmes. En particulier, le conflit voit l’avènement des agentes de renseignements, engagées sur le terrain au plus près des affrontements. Loin du modèle de l’espionne séductrice marquée par la figure de Mata Hari, ces femmes sont rattachées à des bureaux de renseignement militaire, suivent un entraînement martial rigoureux et effectuent des missions de surveillance dans un environnement clandestin. Dans le cadre de leurs fonctions donc, ces femmes opèrent derrière les lignes ennemies et investissent les mondes militaires, questionnant inévitablement les frontières de genre de la société des années 1940. En bousculant ces structures, l’existence d’agentes militarisées suscite ainsi le débat chez les contemporain·nes qui mobilisent la figure de la virago pour comprendre ces nouvelles fonctions ouvertes aux femmes. Figure ancienne, la virago est d’abord un terme latin qui décrit une femme « aux allures masculines ». Au croisement des identités de genre, cette figure interroge donc la légitimité du binarisme masculin/féminin, tout en étant paradoxalement le résultat de ce même système de pensée polarisé. Si la virago est donc bien le produit de sa société, cette dernière apparaît néanmoins comme une figure anhistorique tant elle n’est pas questionnée par l’historiographie. Pourtant, le trope de la « femme masculine » reste central pour comprendre les identités de genre en cela qu’elle suit les évolutions du féminin-masculin et met en lumière les espaces d’interstices. Par exemple, dans un contexte de conflit mondial, la virago se réinvente pour être incarnée par la femme militaire qui reflète cette déstabilisation des identités de genre. Ainsi, ce travail s’attache à historiciser et à questionner cette figure de la « femme masculine » à travers l’histoire des agentes de renseignement engagées au Bureau Central de Renseignements et d’Action et au Service Operation Executive. Le premier axe interroge ainsi l’expérience, les sociabilités et les pratiques quotidiennes des agentes dans ce nouvel environnement genré que constitue l’armée. À l’aide d’égo documents, mais aussi de sources administratives, cette étude montre comment les mondes militaires sont des espaces structurés par des codes spécifiques qui favorisent les réassignations d’identités de genre, ainsi que l’émergence de la figure de la virago. Les trajectoires des femmes sont ainsi remobilisées, en portant un intérêt particulier aux pratiques quotidiennes et sociales des agentes, afin de dresser une ethnographie de l’expérience féminine en milieu militaire. Si discuter du parcours de ces femmes apparaît comme une nécessité, cela n’est pas suffisant pour comprendre les interactions complexes entre les agentes de renseignement et la figure de la virago. En effet, si les espionnes de la Seconde Guerre mondiale opèrent dans une période historique circonscrite, leur souvenir, lui, excède cette chronologie. Ainsi, un deuxième axe s’est structuré autour de la question de la mémoire, en cela qu’elle participe aussi à fixer l’identité de genre de ces femmes sur le temps long, à travers la mise en place de mythes nationaux. Cette partie s’articule autour d’un jeu d’échelles – entre mémoire individuelle et collective – afin de mettre en relief une diversité d’acteur·rices dans la formation des mémoires. L’analyse des différents médias et récits produits dans la période d’après-guerre ont d’abord révélé le rôle décisif d’anciennes agentes dans le processus de mémorialisation, ainsi que l’importante héroïsation de ces femmes à travers des codes associés à la masculinité. Si la mémoire constitue une première forme de discours sur ces femmes, d’autres images et textes circulent et prolongent la réflexion sur l’espionne de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, notre dernier axe s’intéresse aux plus larges représentations visuelles et textuelles qui parachèvent les imaginaires autour de l’agente de renseignement. Pour comprendre les représentations genrées complexes qui structurent le stéréotype de l’espionne, nous avons sélectionné des documents à la fois visuels et textuels (production cinématographiques, juridiques et médicales) qui discutent, négocient ou mettent en avant la part de masculinité chez l’agente de renseignement. L’analyse de ces documents donne d’abord à voir les circulations entre différents milieux qui participent à construire une sexualité « hors-norme » chez l’espionne. Enfin, ces représentations révèlent plus généralement l’angoisse que suscite l’agent de renseignement, qui peine à trouver sa place dans une société marquée par la binarité de genre, à l’image de la virago.

Gauttier Emma, « La fabrique des corps lisses. Une étude comparative des normes de genre en matière de pilosité dans la publicité de 1970 à nos jours », dir. Nahema Hanafi et Sylvain Villaret, Université d’Angers

Si le poil peut être perçu de prime abord comme une simple réalité biologique, le traitement de la pilosité est politique. Il recouvre même à certains égards une dimension biopolitique explicite. L’épilation, le rasage et, globalement, l’ensemble des moyens de dépilation sont d’abord perçus comme des pratiques participant à l’intégration en société. Ce travail esthétique constitue un rituel qui s’inscrit dans un processus plus général de civilisation. Ce constat en amène un autre : la dépilation est codifiée et toute dérogation à ces codes sociaux implique une sanction. Conçue comme une discipline corporelle, elle est différenciée et différenciante. En effet, les corps pileux sont normés à partir de la variable du genre. Il existe des marchés de la dépilation : un marché du rasage – plus exclusivement masculin – et, un marché de l’épilation – plus exclusivement féminin. Si les techniques d’enlèvement de la pilosité sont genrées, les zones corporelles qui doivent être traitées le sont tout autant. Il en va de même pour les arguments de vente qui participent à la production d’idéaux en termes de masculinités et de féminité. À partir des années 1970 en France, les discours produits par les industries du poil à travers les publicités audiovisuelles, visent ainsi à normaliser l’entretien du corps dévêtu et de sa couverture pileuse par les innovations technologiques. Au-delà de révéler l’implantation de nouvelles instances de gouvernement des corps, le succès de marques telles que Veet, Gillette, ou Braun, porte la marque d’une forme contemporaine du capitalisme, axée sur l’esthétique. Le travail dépilatoire est d’abord associé par le marketing à un corps hygiénisé, un corps propre et en bonne santé. Ces arguments consuméristes sont désormais dilués dans les discours sociaux sur le poil. Bien entendu, le « capitalisme esthétique » n’incite pas seulement à s’esthétiser soi : le corps devient l’incarnation animée d’un environnement de beauté plastique. Le lisse corporel est synonyme de perfection, et cela ne se cantonne pas à l’absence de pilosité. Courbes et pigmentation de peau sont des critères pris en compte pour exposer les corps genrés au regard d’une clientèle potentielle. Notre recherche sur le traitement capitaliste réservé à la pilosité corporelle s’appuie d’abord sur l’étude de cent spots audiovisuels émis entre 1969 et 2007, d’une durée comprise entre sept et quarante-cinq secondes. Elle est l’aboutissement d’une primo-étude portant sur l’analyse d’un corpus de cinquante spots publicitaires produits par des marques de dépilation, à destination d’une clientèle féminine. L’extension de notre corpus à des spots publicitaires plébiscitant la dépilation auprès d’un public masculin, a permis de développer une analyse genrée de ces sources. Les réseaux sociaux ont ensuite constitué un terrain d’enquête privilégié pour mesurer l’incorporation sociale des messages publicitaires. Nous avons donc dirigé notre attention vers Instagram, réseau social dont le fonctionnement repose sur le partage d’images. Nous avons analysé le contenu publié depuis 2015 par les comptes de huit marques – Gillette, Venus Gillette, Veet, Veet Men, Nair, Braun, Jolly, Philips –, ainsi que celui des influenceur·ses partenaires. En somme, comment les publicités, comprises comme des messages produits par les industries du poil vers des groupes sociaux définis, construisent-elles et renforcent-elles la différenciation genrée des « corps pileux » depuis les années 1970, en France ? Autrement dit, dans quelle mesure, le marketing a fait de la différence pileuse, un marqueur essentiel du·de la consommateur·ice occidental·e contemporain·e. Cette fabrication de l’altérité se décompose en trois temporalités distinctes. La période comprise entre 1970 et 1990 est celle de la fabrication de corporéités genrées par les publicitaires. Sont invisibilisées les corporéités et les modes de vie ou de relations interpersonnelles qui ne répondent pas aux normes capitalistes et hétérosexistes. Entre 1990 et 2011, l’absence de poils est rendue normale voire essentielle à la définition de l’humanité des corps, particulièrement des corps féminins. Si le poil est l’objet de toutes les attentions, sa monstration est exclue jusqu’en 2020 de l’ensemble des publicités à destination d’une clientèle féminine. Désormais, les utilisateur·ices d’Instagram peuvent exercer une forme d’agentivité collective, exigeant des marques, la visibilisation de corps « vrais ». Or, les ambassadrices du capitalisme esthétique ont récupéré ces arguments politiques en les inscrivant dans le champ de la consommation. Les quelques poils intrépides qui surgissent des aisselles féminines ne sont que l’exception qui confirme la règle : le poil dégoûte quand il apparaît sur des corporéités minorisées.

Knerr Roman, « Eaux troubles dans le genre. Environnement et rapports sexués dans Lac aux dames (Marc Allégret, 1933-1934) », dir. Laurence Bertrand- Dorléac (IEP, CHSP) et Dimitri Vezyroglou (EHAAS, HiCSA)

Ce mémoire porte sur la représentation genrée du rapport de l’humain à l’environnement non-humain dans le cinéma français de l’entre-deux-guerres à travers l’exemple du film Lac aux dames. Il s’agit de l’adaptation française d’un roman d’évasion estivale de l’autrice d’origine autrichienne Vicki Baum d’abord publié en Allemagne en 1927. Tourné en grande partie en plein air en 1933, entre les lacs et les montagnes des environs du Wolfgangsee en Autriche, ce film réalisé par Marc Allégret rencontre un considérable succès commercial et critique à sa sortie en 1934. Le récit se structure sur une opposition entre les deux rives d’un lac et entre deux femmes : Puck (interprétée par Simone Simon), une sauvageonne s’épanouissant en symbiose avec son environnement à la fois rural et sauvage, et Danny (Rosine Deréan), une riche héritière intégrée à la société moderne et superficielle dominée par les hommes. Toutes deux sont reliées par le mouvement pendulaire d’Éric (Jean-Pierre Aumont), séduisant ingénieur au chômage contraint de devenir maître-nageur. Victime de la crise économique, il connaît un temporaire retour à une nature fantasmée comme féminine et participe à la mise en scène de l’articulation des oppositions nature-culture et femme-homme. Notre terrain se compose de sources de production, de promotion et de réception : des documents de travail parfois parcellaires (cahier de repérages, photographies, brouillons, différentes étapes du scénario, programmes, agendas, notes de tournage et de montage, extraits de correspondance), des affiches, des coupures de presse françaises et autrichiennes, des entrevues télévisées ou radiophoniques témoins d’une redécouverte plus tardive du film, ainsi que des (auto)biographies cinéphiles traitées de façon critique. Un corpus d’œuvres contemporaines à Lac aux dames permet une étude de transferts culturels en particulier hollywoodiens et germanophones. Notre méthodologie prolonge une synergie des études de genres et des humanités environnementales initiée par l’écoféminisme académique, avec l’ambition de participer à une histoire sociale et culturelle du cinéma considérant ce dernier avant tout comme un objet d’étude historique, acteur à part entière de son contexte. Plusieurs questions sont ainsi soulevées : comment une œuvre culturelle est-elle traversée par un rapport genré de l’humain à l’environnement non-humain ? Comment une mise en récit humaine participe-t-elle à la construction genrée de la division nature-culture ? Dans quelle mesure oriente-t-elle la naturalisation ou la subversion des rapports de domination qui en découlent ? Les nuances de Lac aux dames invite à interroger le regard andro/anthropocentré d’une production culturelle. En insistant sur le caractère collectif de la création d’un film et en pointant les rapports de force au sein de l’équipe, nous rendons visible le rôle déterminant de plusieurs femmes, de l’autrice originelle Vicki Baum à Colette, ici dialoguiste très influente, en passant par la monteuse Denise Tual-Batcheff effacée des récits cinéphiles. Parmi plusieurs parcours individuels, nous retraçons plus longuement celui de Simone Simon, son interprétation de Puck marquant l’essentialisation animalisée de sa persona au cours de l’ensemble de sa carrière. Au sein du film, Éric est fortement objectivé et érotisé par sa relation à l’environnement, en contraste avec les velléités d’émancipation féminines. Ceci nous mène à définir un regard « pluriel », dépassant le seul « regard masculin » hétéronormé et rendant mieux compte de la diversité des auteur·e·s, des observatrices-spectatrices et observateurs-spectateurs. Nous déconstruisons l’opposition entre décor « naturel » extra-humain et studios « artificiels » en investiguant une série d’hybridations technico-environnementales tout au long du processus de production. Nous nous éloignons également de l’idée d’un paysage réduit à la passivité en décrivant la pluralité des agentivités non-humaines, les interrelations dynamiques et la matérialité du dispositif cinématographique. Les limites naturalistes sont remises en cause dans le récit même à travers la fluidité interespèce, la symétrisation des points de vue et le mode d’être au monde « organiciste » de Puck. Malgré un certain potentiel subversif, le film n’échappe pas à la reproduction des rapports de pouvoir sexués dominants dans le cinéma du début des années 1930, en particulier à travers l’exotisation, la sexualisation et l’infantilisation de Puck, justifiant un retour déterministe à l’ordre patriarcal célébrant le triomphe du couple légitime Éric-Danny. Le personnage de « sauvageonne » participe à naturaliser des liens stéréotypés menant à une marginalisation conjointe des femmes et de l’environnement, qui seraient dans leur état le plus « pur » une altérité radicalement extérieure à la réalité de la société humaine d’abord pensée d’un point de vue masculin.

Le Floch Soazïg, « Une histoire du refus de la maternité au prisme des mouvements féministes (1967-1981) », dir. Manuela Martini et Michelle Zancarini-Fournel, Université Lumière Lyon 2

Marquée par la lutte pour l’accès à l’avortement et à la contraception, la décennie qui suit les mouvements sociaux de mai-juin 68 voit apparaître différentes revendications féministes relatives au droit procréatif, à la lumière de slogans tels qu’« un enfant quand je veux, si je veux ». Certaines militantes expriment alors la volonté de pouvoir choisir leur(s) maternité (s) et, par conséquent, de simplement pouvoir la refuser. Or, tandis que l’histoire des féminismes des années 1970 présente une diversité d’analyses de la première partie du slogan cité : « un enfant quand je veux », l’histoire du refus pur et simple, soit le « si je veux », reste peu étudiée. Cette recherche tend ainsi à compléter cette historiographie en interrogeant la place donnée ou revendiquée au refus de la maternité par lesdites luttes. La bibliographie, constituée de différents travaux sur les féminismes de plusieurs disciplines, et des premières sources exploitées – archives imprimées et audiovisuelles – permettent de dessiner plusieurs questionnements, resserrant le sujet du refus de la maternité autour de quelques axes tels que : comment expliquer la volonté de pouvoir choisir, et donc possiblement refuser, la maternité dans le contexte politique et social particulier des luttes féministes des années 1970 ? Quelles sont les raisons individuelles ou collectives exprimées par ces féministes qui ont fait le choix de ne pas être mère ? Comment ces choix sont-ils reçus et perçus par le reste de la société civile, médiatique, intellectuelle et politique ? Pour y répondre, témoignages et récits individuels, intégrant les registres des émotions et de la mémoire, constituent la majeure partie des sources utilisées. En effet, outre les tracts, affiches ou manifestes qui permettent de saisir les objectifs et revendications des groupes militants qui, pour certains, concernent le refus de la maternité, plusieurs lettres et courriers de femmes ayant refusé une maternité ou la maternité ont été exploitées. Ces lettres, envoyées au Mouvement Français pour le Planning Familial (MFPF) ou au Mouvement de Libération de l’Avortement et de la Contraception (MLAC), exposent effectivement les raisons individuelles entraînant certaines femmes à refuser une grossesse ou la maternité. En parallèle de ces documents d’archives, les sources imprimées complètent la liste des 171 femmes trouvées ayant refusé une forme de maternité dans les années 1970. Enfin, les sources audiovisuelles de l’INA, dont notamment l’épisode « Celles qui ne voulaient pas d’enfants » de l’émission Aujourd’hui Madame (1976), viennent apporter de nouveaux matériaux importants. Pour retracer cette histoire, le mémoire de recherche recourt à plusieurs échelles d’analyses – du discours politique au parcours individuel – en passant par des questionnements transversaux et épistémologiques entre les discours et les pratiques, le politique et l’intime. Aussi, tabou et subversif, le refus de la maternité se trouve confronté à de nombreuses oppositions, soigneusement présentées, qui se déploient face aux stratégies mises en place par les femmes qui font ce choix pour contourner les normes et les injonctions. Depuis certains discours féministes qui critiquent fortement le conditionnement à la maternité, des femmes la refusent. Lorsqu’elles ne la refusent pas, certaines se posent au moins la question de savoir si elles en veulent et pour quelles raisons. Ainsi, situé entre la revendication politique et le registre du privé et de l’intime, le fait de vouloir ou non des enfants révèle les difficultés parfois rencontrées lorsque discours et pratiques diffèrent ; entraînant alors la mise en place de stratégies de mise en cohérence de ces contradictions. Pour celles qui font le choix de ne pas être mère, plusieurs profils récurrents apparaissent : elles ont un haut capital culturel et social, sont engagées à gauche et parfois dans des mouvements féministes et ont un âge proche de l’âge moyen de procréation lorsqu’elles expriment ce choix, quoique souvent réalisé dès l’adolescence. Ailleurs, à l’image des débats qui entourent l’accès à l’avortement à l’échelle médiatique, politique et sociale, ne pas vouloir d’enfant relève effectivement de l’incompréhensible, voire de l’inaudible. Nombreuses sont alors les oppositions et les opposants, dont l’objectif majeur réside dans la volonté de maintenir la norme maternelle établie.

Léonard Mathilde, « “Une révolution sans fusil ?” Réflexion féministe, lesbienne sur la violence et pratiques d’action directe chez les féministes de la seconde vague 1970-1980s », dir. Elissa Mailänder, IEP de Paris

L’histoire d’un mouvement aussi hétérogène et multiforme que le Mouvement de Libération des Femmes (MLF) recèle encore des zones d’ombres qu’il convient d’identifier et d’éclairer. Parmi celles-ci, une affirmation parcourt l’historiographie sans être jamais questionnée : le mouvement a fait le choix de la non-violence. Alors que les recherches sur la violence féminine se développent depuis peu, celles sur la violence féministe restent à construire. Pour explorer cette problématique, traversée de multiples enjeux de (dé)légitimation du mouvement féministe, un corpus varié de sources est exploité : revues ayant eu une diffusion plus ou moins large, littérature grise (comptes rendus de réunions, tracts…), archives des Renseignements Généraux (RG) de la Préfecture de Police et enfin entretiens réalisés auprès d’anciennes militantes. Ces croisements permettent d’explorer l’histoire et les récits de groupes minoritaires dont les actions ont laissé peu de traces. Tout d’abord, nous nous intéressons aux discours et aux positions qui s’expriment sur la problématique du recours à la violence pour les militantes féministes. En s’organisant pour la première fois en non-mixité, elles se heurtent aux regards extérieurs portés sur leur mouvement et à la difficulté à faire reconnaître le caractère politique de leur lutte. Leurs manifestations ne sont pas dangereuses, et celles qui seraient tentées par des modes d’action violents sont tout de suite remises au pas. Certaines sont soumises à des examens psychiatriques : l’agressivité des femmes ne peut être politique, elle est forcément pathologique, déviante. Ces critiques sont renforcées par le traitement médiatique du terrorisme d’extrême gauche et de l’engagement des femmes membres de ces organisations. Mais, au sein-même du mouvement, est privilégiée aussi l’image de la femme victime car on cherche avant tout à faire reconnaître que les violences sont le fait des hommes. Celles qui choisissent la violence sont dénoncées comme des « hystériques » ou « comme des mecs ». Enfin, parmi les représentations des femmes en armes et de celles qui sont admirées dans les récits et les images, l’exceptionnalité demeure la norme : idéalisée et fantasmée, la violence reste, dans les discours, extraordinaire. À partir de 1976, la lutte contre le viol opère un tournant. Dépassées par les paradoxes et les défauts du système judiciaire, de nombreuses féministes formulent le besoin de réfléchir à d’autres moyens d’action. L’autodéfense s’importe depuis le Canada et les États-Unis. Elle connaît un développement limité dans l’hexagone, mais permet aux féministes d’introduire un aspect physique à leur engagement et d’interroger les possibilités d’un corps féminin qui n’est plus passif et peut se rendre offensif. Des pratiques violentes se manifestent dès la fin des années 1970 et jusqu’au début des années 1980. Alors qu’elles ne sont mentionnées que de façon lacunaire par l’historiographie du mouvement, nous avons cherché à comprendre ce basculement dans la violence. En identifiant les groupes marginaux qui revendiquent ces modes d’action, il s’agit de saisir comment la distanciation vis-à-vis des normes de genre apparaît comme une condition à l’appropriation de la violence. Deux groupes en région parisienne se détachent : le collectif Quand les Femmes s’en mêlent, à Saint Denis, et le Collectif Femmes contre le Viol, à Paris, ont explicitement défendu le recours à la violence comme mode d’action, tant et si bien qu’ils sont particulièrement remarqués par les RG. Les deux collectifs se sont constitués comme des groupes d’intervention autour du viol. Leurs membres participent à des actions directes de dénonciation, voire d’agression physique contre des hommes violents : des moyens collectifs et féministes de prendre en charge, pour elles-mêmes et par elles-mêmes, ces violences. Or, ce moment de la fin des années 1970 correspond à la politisation du lesbianisme comme moyen d’échapper à l’hétérosexualité, qui est alors identifiée comme une relation de pouvoir et non comme une orientation sexuelle. Parmi les membres des collectifs qui revendiquent la violence, on trouve beaucoup de femmes qui sont, ou deviennent lesbiennes et interrogent les normes de genre qui cadrent leurs identités et leurs moyens d’agir. Elles sont nombreuses à participer aux actions contre le magazine Détective ou aux violences commises lors des manifestations. Les autonomes revendiquent également cette violence ; néanmoins celle-ci n’est pas dirigée contre des hommes, mais une façon de militer comme eux. La violence est alors toujours une façon de se positionner vis-à-vis de ce phénomène sexué. Si les autonomes veulent être des « individus » et pouvoir lutter comme leurs camarades masculins, les lesbiennes radicales, parce qu’elles théorisent leur sortie de l’hétérosexualité, et donc de ce rapport aux hommes censé les constituer comme femmes, la revendiquent plus aisément.

Louvegny Juliette, « Les étudiantes de l’Empire russe de la faculté de médecine de Paris (1868-1919). Femmes et étrangères à la conquête de la médecine », dir. Marie-Pierre Rey, Université Paris 1

Depuis le dernier tiers du XIXe siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale, les premières générations d’étudiantes en médecine en France comprenaient en grande majorité des étrangères. Parmi elles, le contingent d’étudiantes originaires de l’Empire russe fut le plus important. Entre 1868, année d’inscription des premières étudiantes à la faculté de médecine de Paris, et 1919, 372 femmes de l’Empire russe y sont reçues docteures en médecine. À la croisée de l’histoire des migrations étudiantes, des relations franco-russes, du genre et de la médecine, l’objectif de ce mémoire est d’étudier par la prosopographie les trajectoires collective et individuelle de ces étudiantes et de cerner les enjeux d’une telle circulation transnationale à une époque où débute la féminisation de la médecine. Pour ce faire, un corpus de sources a été constitué qui permet le croisement des échelles et comprend non seulement les archives de la Faculté de médecine mais aussi des sources imprimées françaises et russes ainsi que des ego-documents. Le portrait collectif des 372 ressortissantes de l’Empire russe reçues docteures en médecine à Paris jusqu’en 1919 peut alors être dessiné. À l’exception d’une minorité issue des élites marchandes, nobiliaires ou industrielles, la plupart proviennent de familles bourgeoises aux revenus moyens. Leur situation matérielle et les discriminations imposées aux Juifs ont poussé nombre d’entre elles, en grande majorité d’origine juive, vers des études supérieures donnant accès à un métier leur permettant de s’affranchir du territoire de résidence. Plus que les qualités de l’école de médecine parisienne, c’est avant tout l’insuffisance de l’offre d’études en Russie qui a constitué le facteur dominant dans leur décision d’émigrer. Les ego-documents du corpus ont également permis d’éclairer leurs motivations à l’échelle individuelle ainsi que le déroulement de leur départ et de leur arrivée à Paris. La deuxième partie du mémoire est centrée sur la période de leurs études et examine la place qu’occupait le contingent d’étudiantes russes à la faculté et les réactions qu’a suscitées l’arrivée de ce corps doublement étranger, par ses origines et sa féminité. L’étude de leurs parcours universitaires révèle à quel point cette double étiquette a influencé le déroulement de leur scolarité. Si leur présence est mieux acceptée avec le temps, les préjugés à leur encontre restent toutefois prégnants chez leurs professeurs, limitant leurs possibilités de formation et les soumettant à une pression considérable. Face à ces obstacles, il s’agit aussi de restaurer l’agency de ces étudiantes. L’étude révèle ainsi la présence parmi elles de quelques pionnières à la trajectoire pourtant exceptionnelle. L’analyse de leur thèse de doctorat montre également que les étudiantes de l’Empire russe ont été beaucoup plus enclines que leurs condisciples à sortir du champ circonscrit d’une « médecine féminine » limitée aux femmes et aux enfants que les normes sociales tendent à leur imposer. En s’engageant dans un large panel de spécialités depuis la chirurgie jusqu’à la médecine de laboratoire, elles ont ainsi contribué à déconstruire la division genrée des savoirs dans la formation médicale. Enfin, la compilation des annuaires médicaux français et russes permet de reconstituer et de comparer leur parcours professionnel entre France et Russie. La minorité restée en France se voit principalement cantonnée à une pratique privée de la « médecine féminine », rencontrant à leur entrée dans la profession bien plus de limitations que durant leurs études. Pour s’affirmer dans ce champ thérapeutique limité, elles déploient alors diverses stratégies professionnelles comme l’hyperspécialisation ou la rédaction d’ouvrages de vulgarisation pour le grand public féminin. Inversement, favorisées par le manque de soignants et une féminisation plus avancée du corps médical, les diplômées rentrées en Russie trouvent davantage de libertés professionnelles, tant en termes de postes que de spécialités. Les difficultés rencontrées dans leur pratique quotidienne du métier tiennent alors moins à des préjugés envers les femmes-médecins qu’aux réalités sociale et sanitaire russes auxquelles leur formation occidentale n’a pu les préparer. Croisant les échelles et mobilisant une grande diversité de sources, cette étude prosopographique a ainsi permis non seulement d’éclairer le destin de ces femmes, emmenées au-delà des frontières dans leur quête de médecine, mais surtout de comprendre pourquoi et comment celles-ci ont grandement contribué au mouvement de féminisation du corps médical en France qui est aujourd’hui en passe de faire de la médecine une profession aux effectifs majoritairement féminins.

Lutz Nina, « Transfiguration du réel et subversion des normes dans trois œuvres en prose de Renée Vivien : Du Vert au violet (1903), La Dame à la louve (1904), Une femme m’apparut… (1904) », dir. Stéphane Gougelmann, Université Jean Monnet Saint-Étienne

Les études ayant pour objet l’œuvre littéraire d’autrices méconnues se sont multipliées ces vingt dernières années, portées par un intérêt croissant pour les questions de genre et de féminisme. Les travaux de Nicole G. Albert, Christine Planté, Martine Reid ou Michelle Perrot ont, parmi d’autres, participé à révéler et à réparer la partialité d’une histoire générale et littéraire ayant délibérément évincé un grand nombre de femmes et d’autrices. La période du tournant des XIXe et XXe siècles en France est particulièrement représentative de cette invisibilisation généralisée dans la mesure où l’accroissement considérable du nombre de publications de femmes entre 1880 et 1914 n’a laissé que peu de traces dans les anthologies et dans les manuels d’histoire littéraire. Ce mémoire de recherche s’intéresse spécifiquement à l’œuvre de Renée Vivien (1877-1909), autrice polygraphe d’origine anglaise d’expression française ayant publié à Paris. Les travaux universitaires portant sur l’œuvre de cette autrice se sont concentrés sur sa poésie versifiée et ses traductions antiques. Or, les œuvres en prose, davantage oubliées par l’histoire littéraire et dépréciées à l’époque de leur parution, sont structurées par une dynamique de transfiguration du réel et de subversion des normes qui leur procure une puissance politique, théorique et symbolique que le présent travail de recherche entend souligner. Le corpus sélectionné comprend trois ouvrages publiés entre 1903 et 1904 – Du Vert au violet (1903), La Dame à la louve (1904), Une femme m’apparut… (1904) – une période qui représente un tournant dans la vie et l’œuvre de l’autrice puisqu’elle prend notamment la décision de féminiser son pseudonyme en ajoutant la lettre e au prénom « René », révélant ainsi la nature lesbienne des amours chantées dans ses poèmes. Parallèlement, les volumes de prose innovent sur le plan stylistique en développant des formes littéraires nouvelles et une poétique spécifique qui visent à dénoncer une normativité coercitive, en littérature comme dans la société. L’approche réflexive et poétique que nous adoptons tente de définir une « forme-sens » faisant de la fiction littéraire le lieu privilégié de la remise en question des rapports de domination (liés au genre et à la sexualité mais également au rapport de l’humain à l’animal et aux questions économiques) qui régissent la société occidentale. Afin d’opérer ce double mouvement de transfiguration du réel et de subversions des normes dominantes, Vivien recourt à l’ironie, à la satire, et renverse, par le biais de la fiction, l’ordre axiologique du monde. Ce faisant, elle démontre le caractère construit des stéréotypes de genre tout en dessinant une solidarité de la marge réunissant femmes en rébellion, lesbiennes, prostituées et animaux au sein d’une communauté fictionnelle d’êtres indigents. Parallèlement, l’autrice effectue un travail de réappropriation et de resignification subversive (Judith Butler) des intertextes qui vise à forger de nouvelles références et une nouvelle histoire à la communauté des lesbiennes et des femmes en rébellion, tout en leur procurant une agentivité dont elles ont été privées par les représentations archétypales du féminin. Cependant, cette quête identitaire collective n’a pas pour objectif de fixer une identité féminine ou lesbienne figée. Elle n’est au contraire qu’un préalable à une libération des êtres caractérisée par le rejet de toute uniformité. La poétique de l’indéterminé que met en place Vivien se présente ainsi comme une opposition littéraire aux déterminismes forgés notamment par la pensée positiviste et scientiste qui domine à la fin du XIXe siècle. L’autrice récrit des motifs décadents tels que l’éloge de la mort, de la stérilité ou de l’artificialité pour en faire des contre-valeurs subversives, détruisant dans le texte l’idée d’un naturel normatif et essentialiste. Les individus femmes représentés par Vivien peuvent ainsi exister dans toute leur complexité, jusqu’à faire éclater la catégorie dans laquelle on les a enfermés. Les personnages de Vivien démontrent en effet que « je » est toujours une multitude d’autres en puissance prêts à franchir les frontières illusoires qui séparent les genres (gender et genres littéraires). Ce mémoire de recherche a voulu mettre en valeur la portée pragmatique d’une écriture fictionnelle qui permet, grâce à son potentiel affectif et sensible, de dessiner de nouveaux modes de pensée et d’existence pour les lectrices in fabula, à l’époque de Vivien comme aujourd’hui. L’histoire littéraire rencontre ainsi celles des idées et des représentations afin d’envisager la production des imaginaires comme un continuum qui fait de l’œuvre de Vivien un jalon de l’émergence de nouveaux imaginaires féministes, loin des mythes sexistes qui nourrissent l’inconscient collectif et justifient un ordre inégalitaire du monde.

Prati Matthieu, « Mourir en être-aimé durant l’entre-deux guerres dans les départements de l’Eure et de la Seine-Inférieure (1920-1938) », dir. Marc André et Yves Bouvier, Université de Rouen

Par une approche historique du meurtre et de l’assassinat de l’épouse, de la concubine ou de l’ex-compagne, ce mémoire tend à redonner vie à des femmes oubliées, tout en donnant des clés de réflexion par la narration et l’explication des faits. Il s’agit ici d’évoquer ce que la société du XXe siècle nomme crime passionnel, là où un individu se dote d’un prétendu droit de mort sur une personne qui partage – ou a partagé – une partie de sa vie. Dans ce mémoire, la mort n’est pas seulement à envisager dans le sens premier du terme comme cet état irréversible d’un corps ayant cessé de vivre. Elle est aussi la mort intérieure, celle qui par la force des mots et des coups, par la peur des violences et de l’agonie, met un terme aux sentiments amicaux et amoureux. Dans une analyse qui se veut quantitative et qualitative, ce travail dresse un état des meurtres conjugaux de cette période dans les départements de l’Eure et de la Seine-Inférieure, tout en suivant le cas particulier d’un couple havrais, Jacqueline et William Beaucamp. Enfin, n’oublions pas que la notion de féminicide n’existe pas dans cette société dont les lois émanent du Code pénal promulgué en 1810. Cette recherche s’appuie sur deux types de sources. D’une part, les archives journalistiques et notamment le Journal de Rouen qui, après lecture d’environ 6 500 numéros, permet de recenser pas moins de 231 cas de crimes conjugaux dans seulement deux départements français entre 1920 et 1938. Parmi eux, 171 femmes représentent la victime du crime. Ce nombre est toutefois à manier avec précaution car il existe des homicides dont les sources sont inexistantes, des femmes qui sont parfois mortes dans un malheureux « accident » ou d’un prétendu suicide. Quoi qu’il en soit, les journaux permettent un recensement complet des crimes conjugaux mais aussi d’analyser la manière dont ces derniers sont racontés et la façon dont la justice s’exécute. D’autre part, les archives judiciaires permettent d’être au cœur de la vie privée des ménages. Ainsi, elles nous mènent au centre de la société de l’entre-deux-guerres pour tenter de comprendre et d’expliquer de multiples questionnements. Comment l’acte de tuer peut s’ancrer dans un cycle de violence déjà établi et dont l’aboutissement ne laisse que la démonstration d’une extrême brutalité ? Quelles sont les raisons poussant un individu à utiliser une force meurtrière pour mettre un terme à la vie de l’autre ? Est-il possible que le contexte d’après-guerre ait indirectement un rôle dans la réalisation des homicides conjugaux des années 1920 et 1930 ? Comment ces faits criminels sortent de leur cadre privé pour s’immiscer dans la sphère publique, laissant ainsi entrevoir tant ses forces que ses failles ? Quels sont les pouvoirs des juridictions de l’entre-deux-guerres pour juger et sévir les auteurs d’homicides conjugaux ? D’abord, ces femmes, bien qu’anonymes, sont avant tout des mères de familles, des filles, des sœurs ou des amies, victimes d’une exécution souvent préméditée par l’auteur des faits. De plus, cette mort peut s’ancrer dans un cycle de violence déjà existant, parfois quotidien, dans une société structurée par le patriarcat et où la domination masculine peut être au cœur de la vie privée. De son côté, le corps féminin se retrouve saccagé par la brutalité d’un homme, utilisant majoritairement une arme à feu ou une arme blanche, voire son corps ou quelconques objets permettant de recouvrir d’ecchymoses le corps d’une femme. De ce constat, la société de l’entre-deux-guerres considère le meurtre de l’épouse comme un homicide commun, voire banal. De surcroît, les mobiles du crime sont nombreux. Entre séparation, souvent décidée par la future victime, disputes, infidélité et alcoolisme, chaque cas reste plus ou moins différent et les véritables raisons expliquant l’acte de tuer peuvent se cumuler. En outre, le traitement médiatique donne au crime le visage d’un feuilleton passionnel où la gravité semble être minimisée. Dans la majorité des cas, la responsabilité est attribuée à la jalousie, l’alcoolisme ou la passion, mais jamais au véritable auteur des faits. Concernant les verdicts, les acquittements sont possibles, et pas seulement au regard de l’article 324 du Code pénal légitimant le meurtre de l’épouse prise en flagrant délit d’adultère. Les peines varient entre la prison et les travaux forcés. Un seul homme est condamné à mort, puis exécuté au cours de ces 18 années d’entre-deux-guerres.

Sihou Salila, « “Une cuisine à soi ”. Quand le discours architectural se confronte aux codes de représentation », dir. Gwenaël Delhumeau, École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles

Ce mémoire examine les codes de représentations en architecture depuis la genèse et l’évolution du stéréotype femme-cuisine. Par leur charge politique, ceux-ci témoignent d’un changement progressif du discours vers une démocratisation de notions liées aux études de genre, aux études post-coloniales, à l’écologie, etc. Si ce discours a l’air de faire consensus chez les architectes – tout le monde serait « pour l’égalité hommes-femmes » et « pour la préservation de la planète » – la banalisation de ce dernier est-elle réellement signe de changement dans la pratique ? À travers ce mémoire, il s’agit de comprendre l’évolution d’un discours architectural qui, se voulant consensuel, construirait plutôt une résistance face à toute remise en question des fondements de la pratique et masquerait les enjeux systémiques de la discipline. En ce sens, il semble judicieux de se demander comment évolue ce discours autour d’un espace aussi codifié qu’une cuisine. En 2012, une réédition du Neufert – véritable bible des architectes – a remplacé un des personnages féminins (qui sont visibles uniquement dans les pages consacrées aux cuisines et aux autres « Pièces de services ») par un personnage masculin en train de cuisiner. Étant presque considéré comme dépassé, le stéréotype femme-cuisine est en fait un excellent témoin du paradoxe qu’il y a entre invisibilisation du stéréotype de genre dans une représentation et visibilisation du rapport genré structurant une représentation ; une réflexion qui mène tout droit à une question délicate : peut-on (doit-on) encore représenter une femme dans une cuisine ? En sélectionnant un ensemble de représentations de cuisines issues du XXe siècle, l’approche historiographique, littéraire et cinématographique des trois parties constituant ce mémoire vise finalement à identifier, depuis différentes échelles et différentes perspectives, les processus d’imbrication et de co-construction des différents rapports de pouvoir qui traversent les codes de représentations quasiment immuables de l’architecture. De la cuisine de Francfort à la cuisine de Jeanne Dielman, de la cuisine de Jane et Tarzan à la kitchenless kitchen de Playboy, du lieu à soi de Virginia Woolf aux « Pièces de service » du Neufert… les cuisines du siècle précédent seraient, en fin de compte, celles qui nous permettent de déterrer les enjeux sous-jacents de nos discours consensuels contemporains et, en somme, de saisir les liens idéologiques qui tissent le grand système de la représentation architecturale.

Sourdais Henri, « “Maintenant, ils en sont à la gaudriole”. Minitel rose et antipornographie en France (années 1980-années 1990) », dir. Elissa Maïlander, IEP de Paris

« Je dois dire que j’ai été épouvantée par ce que j’ai vu et, d’après ce que l’on m’a dit, je n’en avais vu que fort peu ». Ce qui inspire en 1989 à Hélène Missoffe, sénatrice RPR, un tel sentiment d’horreur est un usage détourné de ce qui est alors une nouvelle technologie en pleine expansion : les messageries télématiques. En effet, plus que la consultation de bases de données ou de l’annuaire électronique pour laquelle il fut initialement conçu et distribué, le minitel est surtout resté, dans les mémoires, associé à l’adjectif rose. Bénéficiant désormais d’un statut de quasi-image d’Épinal, la télématique rose apparaît comme une sorte de point de jonction dans l’histoire du marché de la rencontre en France, entre les petites annonces du Chasseur français et les applications pour smartphone. Pourtant, à leur époque, les messageries sur minitel furent l’objet de polémiques et de contestations régulières, telle celle d’Hélène Missoffe. De l’imaginaire de la décadence à la mise en accusation d’un « État proxénète », ce mémoire étudie les discours et modes d’actions des mouvements antipornographiques qui se sont opposés au minitel rose. Le minitel est lancé en 1982 et disparaît des usages en 2012, à la fermeture de son réseau, Télétel. Son utilisation à des fins sexuelles, dite « minitel rose », se développe rapidement et prend un tour médiatique à partir de 1985-1986. Elle s’incarne principalement au-travers des messageries instantanées (on parlerait aujourd’hui de tchats) dans lesquelles les utilisateur·rices se proposent des rencontres ou bien expriment leurs fantasmes et désirs. Cette sexualisation a connu une forte hostilité de certains groupes qui se sont empressés de qualifier cet usage de la télématique comme une pornographie. S’inspirant du courant des porn studies, ce mémoire n’entend pas explorer la pertinence du qualificatif pornographique pour caractériser le minitel rose. Au contraire d’une catégorie objectivable, la pornographie est ici entendue comme une étiquette accolée à ce fait social par ses opposant·es. Mais elle présente un fort intérêt en ce qu’elle permet d’insérer le minitel rose dans une histoire plus longue qui remonte à la toute fin du XVIIIe siècle : celle de l’encadrement de l’obscène. Il s’agit donc de se demander au travers de l’étude des messageries télématiques comment, à partir du milieu des années 1980, soit une dizaine d’années après les polémiques sur le cinéma X, le discours de dénonciation de la pornographie se construit et comment l’État et ses institutions tentent d’encadrer cette pornographie. Pour ce faire, ce mémoire s’appuie sur un corpus d’archives diverses. L’étude des discours portés sur le minitel rose s’est notamment faite à partir des productions médiatiques de l’époque, qu’elles soient imprimées ou audiovisuelles. Ensuite, les Télécoms étant encore un monopole public dans les années 1980 et 1990, nous avons consulté les archives des différents ministères impliqués dans l’encadrement du minitel (notamment les Postes et Télécommunications) de même que celles d’Orange, entreprise héritière de la Direction générale des Télécommunications et de France Télécom. La position du monde politique a quant à elle été étudiée au-travers des archives de l’Assemblée nationale et du Sénat. Enfin, une association familiale d’importance s’étant opposée au minitel rose a également accepté de nous donner accès à ses archives. De là se dessinent plusieurs dynamiques. En premier lieu, il convient de noter que l’invention du phénomène du minitel rose ne traduit pas seulement le besoin de nommer un fait social nouveau mais constitue également une invention médiatique, indépendante des usager·ères. Cet acte de nommer la télématique rose est essentiel à l’invention d’un problème qui lui est associé et dont vont pouvoir se saisir les organisations antipornographiques. Sur ce point, le cas des messageries montre que l’antipornographie tend à se rétracter dans les années 1980 et 1990 : elle devient l’apanage des associations familiales, au détriment des mouvements féministes et son discours s’enracine à droite, marqué par des référentiels hygiénistes et ouvertement hostiles aux déviances sexuelles. Le référentiel féministe est également repris par les associations familiales mais en le détournant et en excluant de fait la parole des militantes. Enfin, se pose aussi la question de la prise en compte de ce discours antipornographique par la puissance publique qui va tout au long de la période s’interroger sur l’opportunité de réglementer le minitel rose. Mais dans un contexte de montée en puissance du libéralisme, où la position de censeur devient potentiellement plus problématique que celle de pornographe et où l’interventionnisme étatique se voit contesté, les institutions gouvernementales, législatives et judiciaires ne parviennent jamais véritablement à encadrer le minitel rose.

Susana Madeline, « Longue vie aux kings. Les formes du corps travesti en Occident du XIXe au XXIe siècle », dir. Aurélie Pitiot, Université Paris-Nanterre

« En tout être humain survient une vacillation d’un sexe à l’autre et, souvent, seuls les vêtements maintiennent l’apparence masculine ou féminine, tandis qu’en profondeur le sexe contredit totalement ce qui se laisse voir en surface ». L’autrice Virginia Woolf raconte dans Orlando le basculement que subit son héros. Après avoir passé les trente premières années de sa vie en tant qu’homme, il se réveille un jour femme. Orlando est un personnage ambivalent qui s’inscrit à la fois à travers le temps, puisqu’il va parcourir l’Angleterre de 1586 à 1928, et dans les marges. Se jouant du genre, qu’il soit social ou littéraire, le livre bouscule autant qu’il fascine. Et cela est d’autant plus vrai quand on comprend qu’il s’agit d’un hommage à Vita Sackville-West, l’une des amantes de Woolf, alors même qu’elles étaient toutes deux engagées dans des relations maritales hétérosexuelles. Figure du double, le personnage principal découvre progressivement que le monde n’est pas le même selon que l’on porte un pantalon ou une jupe. Ainsi, Woolf pose-t-elle un constat radical : le genre est une construction qui passe, entre autres, par l’apparence extérieure. Ce mémoire se propose d’étudier la force de provocation que revêt le travestissement au sein d’œuvres et de performances artistiques contemporaines. Il s’agit de mettre en lumière la reprise des normes traditionnellement considérées comme masculines au sein des productions artistiques récentes. L’ambiguïté de ce sujet réside également dans la minimisation de la dimension sexuelle et esthétique de cette pratique face à une sur-représentation de son aspect politique. Effectivement, c’est en brouillant les frontières du féminin et du masculin, en devenant des êtres hybrides et bicéphales au sein d’un système sclérosé, que les artistes mettent en lumière les biais réflexifs de la société. Marcel Duchamp en inaugure d’ailleurs les débuts en France dès 1921 avec son alter ego féminin Rrose Sélavy, et ses successeur·ses occidentaux reprendront rapidement le flambeau. Cette déconstruction va s’exprimer par différents médiums mais aussi grâce à l’utilisation de subterfuges tels que le maquillage, les perruques ou les vêtements. En ce sens, comment la pratique du travestissement permet-elle de jouer avec les identités au sein de mises en scène allant, parfois, au-delà du genre ? Ce travestissement est-il d’ailleurs toujours subversif ? Et surtout, quels sont les normes « masculines » que bouleversent les artistes femmes, ou non binaires, au sein d’un ensemble de productions que l’on peut qualifier de drag ? Ce travail tente ainsi de répondre à ces questions en dépouillant le costume, en décortiquant les éléments qui le compose, et que l’on identifie comme étant la barbe, la bite et le binding. Effectivement, la pilosité – qu’elle soit en léger duvet ou au sein d’une toison foisonnante – est un attribut que l’on retrouve chez pratiquement tous les êtres humains. C’est un sujet ayant une dimension éminemment esthétique et politique. Il semble donc raisonnable de considérer le poil comme un accessoire propre au travestissement et un élément s’inscrivant dans la constitution d’une iconographie résultant d’un monde cis-hétéronormé et patriarcal. De même, le pénis se présente comme le sceptre royal de l’homme ordinaire. Il apparaît que les artistes aiment à déconstruire et/ou sublimer cet organe dans des mises en scène interrogeant les limites de l’acceptable. Enfin, la maitrise de l’espace par le binding, c’est-à-dire par un changement de position dû à une compression de la poitrine, ramène à la dimension d’espace public et d’espace privé dans lesquels nous évoluons tous·tes. Il s’agit ici de remarquer la distinction qui s’effectue, en terme plastique, au sein d’un espace public extérieur appartenant à l’homme à contrario de l’espace intime et privé supposément dévolu à la féminité. Suivant une méthodologie pluridisciplinaire, et grâce à l’interprétation de diverses œuvres, cette réflexion vise à mener une analyse critique de la représentation du genre au sein d’œuvres qualifiées de drag. Plusieurs sources journalistiques, quelques conférences et des thèses (Zoé Adam, Marion Cazaux, Quentin Petit dit Duhal, …) ainsi que des documents visuels comme des vidéos documentaires ont été mis à contribution. Des études conceptuelles extraites de domaines variés comme les études de genre et l’histoire de l’art (Isabelle Alfonsi, Judith Butler, Magali Le Mens, Linda Nochlin, Laura Mulvey, Griselda Pollock…) ou encore issues de la sociologie (Sam Bourcier, Paul Preciado…) placent cette analyse entre histoire de l’art, études de genre et études visuelles. Plus généralement, ce mémoire formule une réflexion esthétique sur l’art engagé qu’est la pratique du drag.

Treguer Ariane, « Entre fiction et performance : la présence artistique des danseuses gitanes à Paris (années 1870 – années 1930) », dir. Elissa Mailänder, IEP de Paris

« Entre fiction et performance » s’attache à déterminer les marges de création artistique de danseuses au tournant du XIXe et du XXe siècle à Paris, période d’ébullition du monde du spectacle et d’engouement pour les performances dites exotiques. L’époque étudiée correspond à l’arrivée du flamenco en France, genre musical et chorégraphique apparu en Andalousie au XIXe siècle, qui relance la vogue hispaniste romantique et le motif littéraire de la bohémienne. Dès lors, les productions scéniques, avec personnages de danseuses gitanes ou artistes romani effectivement engagées se multiplient. Comment les artistes parviennent-elles à créer dans cet interstice entre le cadre culturel posé par la fiction et les performances réalisées ? Omniprésent dans la littérature romantique, à travers des personnages comme Carmen ou Esméralda, le stéréotype de la danseuse gitane devient un argument de promotion phare des spectacles. Les célébrités féminines comme Caroline Otero construisent leur récit sur un passé mystérieux, exotique et d’origine modeste, et ajoutent à leurs spectacles des numéros gitanisants. D’autres, danseuses classiques renommées comme Antonia Mercé, dite « La Argentina », intègrent des éléments chorégraphiques romani et sont acclamées par la critique pour avoir donné leurs lettres de noblesse au flamenco. Les artistes romani, comme Juana Vargas dite « La Macarrona », acquièrent également une notoriété, en (se) jouant de l’imaginaire les concernant. Émerge ainsi une esthétique qui brouille la frontière entre le fictionnel et le vécu scénique, et exalte à la fois l’authenticité et l’imitation. La figure de la danseuse gitane sert à la fois de repoussoir et de source d’inspiration. Dans les œuvres littéraires comme dans les critiques de spectacles, s’opposent l’image d’une femme fougueuse, naturellement douée pour la danse et farouchement libre, et celle d’une femme vulgaire dans ses mouvements, lascive et vénale. Ces discours contradictoires tentent de graver une hiérarchie des spectacles dansés, entre performance chorégraphiée artistique et simple divertissement. J’ai souhaité vérifier si cette hiérarchie apparaissant dans les critiques se retrouvait dans l’offre culturelle effective : il a donc fallu comparer plusieurs institutions, de l’Opéra-Comique aux Expositions universelles, en passant par les cabarets, mais aussi le cinéma, qui intègre des scènes dansées. La diversité de spectacles incluant des danses gitanes et gitanisantes révèle leur adaptabilité et la bonne connaissance par les artistes et réseaux organisateurs des tendances esthétiques. La performance dépasse également le cadre de la scène. Pour qu’un spectacle rencontre du succès, les artistes doivent participer à des interviews, se prêter aux séances photo, fournir du contenu aux journalistes et critiques, se mettre en scène en-dehors des théâtres. Les sources étudiées ici incluent donc des articles, des programmes de spectacle, des albums photographiques, et révèlent les acteur·rices du développement d’un motif esthétique. Les faits-divers sensationnalistes impliquant des danseuses gitanes ou romani se répètent à travers le temps et questionnent le regard porté par les journalistes et les stratégies de promotion des artistes. Les sources photographiques diffusent et fixent des codes visuels des danses gitanes, tout en donnant un visage et une notoriété à des femmes qui occupent seules la scène. Les danseuses côtoient impresarii et directeurs de théâtre, mais aussi anthropologues, folkloristes, cinéastes. « Entre fiction et performance » propose de croiser histoire du genre, histoire du spectacle et histoire des populations romani. En adoptant une lecture intersectionnelle des trajectoires des artistes, j’ai cherché à dégager des portraits de danseuses et à étudier l’évolution de leur carrière. Leur origine romani ou gadjé (non-romani), leur formation de danse classique ou non-académique ainsi que leur statut social influencent leur présence sur telle ou telle scène et déterminent leurs stratégies de promotion. Retracer les parcours de ces artistes éclaire les tensions ou connexions entre salles de spectacle, mais aussi les ressorts du succès d’un stéréotype, celui de la danseuse gitane, qui perdure dans le temps. Ce mémoire propose un début d’étude des carrières d’artistes romani, citées explicitement pour les plus célèbres, mais dont la présence doit souvent être extraite par recoupements et fragments dans les sources primaires.

Valay Marion, « La conférence onusienne pour l’“Année internationale de la Femme”, 1975, Mexico », dir. Laurence Badel et Fabrice Virgili, Université Paris I

Quatre conférences traitant spécifiquement de la question des droits des femmes ont été organisées par l’ONU entre 1975 et 1995. La première d’entre elles s’est tenue à Mexico entre le 19 juin et le 2 juillet 1975. Cette conférence marquait le point culminant de l’« Année internationale de la Femme », consacrée à l’élaboration d’un plan d’action mondial centré autour des thématiques de l’égalité entre les hommes et les femmes, de la paix et du développement. Inscrite dans un contexte de guerre froide et d’affirmation des revendications des pays non-alignés, cette conférence fut perçue comme un échec par ses contemporains. On accusa les États membres d’avoir instrumentalisé la cause des femmes à des fins géopolitiques. Cependant, la Conférence de Mexico marqua un premier moment de la réflexion sur la situation des femmes à l’échelle mondiale. Une rencontre des ONG, réunissant de nombreuses activistes féministes, fut organisée par les Nations Unies à Mexico, parallèlement à la Conférence, questionnant et approfondissant le plan d’action onusien. L’étude de cette conférence onusienne, à la fois évènement institutionnel et militant, mobilise des sources variées. Les archives diplomatiques de La Courneuve et de Nantes furent précieuses pour comprendre le déroulement de la conférence, du point de vue des diplomates et des membres des délégations officielles. Les archives de l’ONU, conservées à la Bibliothèque Cujas, donnèrent accès à tous les travaux préparatoires. Mes recherches ont été complétées par les archives de mouvements féministes conservées notamment à la Bibliothèque Marguerite Durand, permettant de croiser les discours sur cet évènement. Pourquoi cette conférence reste-t-elle si peu connue ? Pourquoi les quelques discours sur cette conférence sont-ils si dépréciateurs ? Une analyse des différentes représentations de la conférence par ses contemporains semblait, à première vue, suggérer qu’elle constituait un échec, par une incapacité des États membres, pris dans des débats géopolitiques, à s’accorder sur des mesures à prendre. Cependant, ce discours, porté par la presse occidentale et par certains participants, occulte ce que fut réellement la conférence pour l’Année internationale de la femme : le vote d’un plan d’action détaillant des mesures à prendre en faveur des femmes. Regroupant le travail d’instances onusiennes, d’ONG et d’experts du monde entier, ce plan, dans la diversité des sujets qu’il aborde, offre une photographie de ce qu’était la réflexion sur la situation des femmes dans le monde en 1975. En outre, mon travail s’attache à l’observation des affrontements étatiques dans un contexte de guerre froide et de revendications des pays non-alignés, pour analyser la manière dont les enjeux liés à la condition des femmes s’inscrivaient dans ces débats. Des accusations d’instrumentalisation furent portées par les différents blocs envers leurs adversaires, tout en introduisant la question des droits des femmes dans leur propre idéologie. En effet, si la question des mesures à prendre en faveur des femmes semblait subordonnée à la défense d’une certaine conception du monde, tant par les pays occidentaux que par les pays du bloc de l’Est et les pays non-alignés, c’est qu’une réflexion sur ce type de mesures ne pouvait s’extraire d’un questionnement plus vaste de l’ordre social. L’élaboration de dispositions pour améliorer la condition des femmes dépend forcément d’un diagnostic préalable, qui s’inscrit dans un cadre idéologique, ainsi que d’une réflexion sur les structures sociales. Le mémoire s’achève par une étude de cas de la participation de la France à la conférence Mexico, qui permet de retracer les évènements précédemment étudiés sous un angle différent. De la composition de la délégation française à son retour en France, le parcours des neufs délégués français donne à voir la manière dont la France entendait s’inscrire dans les débats idéologiques et géopolitiques. En choisissant notamment des femmes politiques expertes sur les questions du travail des femmes et d’éducation, la France promouvait une certaine vision de l’achèvement de l’égalité des femmes et des hommes, passant par une intégration aux institutions. La figure de Françoise Giroud, tant dans son rôle de représentante officielle de l’État français que dans celui de femme engagée pour la « condition féminine » constituait l’incarnation de la position qu’entendait promouvoir la France en matière de droit des femmes.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search