Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Compte rendusAmélie Auzouz, Camille Kosas, Éli...

Compte rendus

Amélie Auzouz, Camille Kosas, Élisabeth Russo (dir.), Des revues et des femmes. La place des femmes dans les revues littéraires de la Belle Époque jusqu’à la fin des années 1950

Paris, Honoré Champion, (coll. Littérature et genre, n° 9), 2022, 306 p.
Annette Keilhauer
Référence(s) :

Amélie Auzouz, Camille Kosas, Élisabeth Russo (dir.), Des revues et des femmes. La place des femmes dans les revues littéraires de la Belle Époque jusqu’à la fin des années 1950, Paris, Honoré Champion, (coll. Littérature et genre, n° 9), 2022, 306 p.

Texte intégral

1Depuis une dizaine d’années, les approches genrées de la littérature française se multiplient. Cela est perceptible au travers du nombre important d’éditions critiques et de volumes collectifs portant sur des périodes, des genres littéraires et des écrivaines, mais aussi par des collections éditoriales dont celles publiées par Garnier ou Honoré Champion. C’est dans la collection « Littérature et genre » hébergée par H. Champion que vient de paraître un volume qui s’éloigne quelque peu des approches précédentes pour s’intéresser à un médium particulier : la revue littéraire. Car loin de se situer en marge du champ littéraire, la revue littéraire exerce en effet depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, et jusqu’à la fin du XXe siècle, une influence majeure sur la publication de premières œuvres, sur la publicité d’autrices et d’auteurs, sur la discussion de courants littéraires émergents ou sur la distribution de prix. Comme les directrices du volume le résument dans leur introduction : « la revue matérialise la question de la visibilité ou de l’invisibilité des acteurs de la littérature » (p. 9). Il était donc plus que temps de s’intéresser de plus près à ce moyen de tri et de sélection. La tâche d’Amélie Auzouz, Camille Kosas et Élisabeth Russo est certes particulièrement méritoire, mais elle comporte aussi quelque difficulté.

2Pour leur volume, elles ont choisi une périodisation allant de la Belle Époque jusqu’aux années 1950, période durant laquelle les écrivaines revendiquent de plus en plus leur place au sein du champ littéraire. Les revues littéraires fleurissent et se diversifient. La période est cependant dominée par certaines d’entre elles, comme la Nouvelle Revue Française, les Temps modernes ou Tel Quel. Vingt contributions de chercheur∙es français∙es et internationaux∙les offrent un panorama impressionnant de la diversité et des modes de fonctionnement de ces revues comme des milieux dans lesquels elles s’épanouissent. La composition des rédactions dépend de cercles de sociabilité, d’amitiés et affinités personnelles, parfois aussi du hasard des rencontres, ce qui contraste avec l’influence réelle de ces revues sur la carrière d’écrivaines et écrivains. Sans surprise, surtout au début de la période, il s’agit majoritairement des cercles masculins homosociaux, où les femmes restent en marge. Toutefois, les articles dénichent aussi un certain nombre de femmes très actives dans ce milieu au premier abord plutôt fermé. Évidemment, la mise en valeur d’écrivaines dans les revues, autre aspect traité dans le volume, dépend souvent, mais pas toujours, du degré de mixité de la rédaction.

3Le volume est structuré en quatre parties retraçant le développement chronologique, et l’ensemble s’ouvre par un aperçu sur la place des femmes dans la vie littéraire de la période, rédigé par Jean-Yves Mollier. Quatre contributions s’intéressent d’abord à la Belle Époque et questionnent le stéréotype de l’épanouissement des écrivaines. Dans sa contribution introductive, Diana Holmes évoque un rendez-vous manqué : entre 1890 et 1914, plus de 250 revues littéraires sont fondées, dont la majorité conservatrice exclut dorénavant les femmes ; et même l’avant-garde les marginalise souvent. La fondation de revues à ambition littéraire proprement destinées à un public féminin, comme La Vie heureuse ou Femina, constitue une réaction durant la période. On va même jusqu’à lancer un prix littéraire attribué par un jury exclusivement féminin, le prix Femina, qui marque son temps dès ses débuts en 1905, et qui existe encore aujourd’hui. Les articles de cette partie montrent comment, dans une société qui reste influencée par le préjugé de la femme-autrice « bas-bleu », la visibilité paradoxale des femmes dépend de la mise en scène d’un féminin simultanément traditionnel et progressiste.

4Dans un second temps, le volume donne une place importante à la Nouvelle Revue Française, place qui lui est due grâce à son rôle crucial pour la critique littéraire de l’époque. Les contributions dessinent un tableau plutôt mélangé de phases de fermeture homosociale et d’ouverture à l’écriture féminine. Pendant longtemps, les femmes restent très minoritaires comme autrices d’articles et les sujets concernant les femmes sont publiés dans des rubriques secondaires. Hélène Baty-Delalande évoque une « relégation à la fois symbolique et concrète » (p. 106) des textes de femmes au sein du journal, ce qui explique l’importance de l’anonymat ou du pseudonyme. Les contributions ont des approches diverses et mettent au centre non seulement la revue, mais aussi des personnalités individuelles. Ainsi Anna de Noailles, pourtant liée à la revue, qui reste en marge et choisit d’autres revues pour publier ses textes. Plus tard, Dominique Aury, à partir de 1950 et durant plus de 25 ans, est la seule femme au comité de lecture des éditions Gallimard. Elle s’investit solidement dans la rédaction de la NRF avec sa chronique romanesque et réussit à promouvoir nombre d’écrivaines, tout en restant attachée à une vision traditionnelle des différences entre les sexes en termes de style d’écriture.

5Une troisième partie de l’ouvrage s’intéresse à la dimension politique et internationale des revues. La littérature et surtout l’écriture de romans d’amour étant souvent encore le seul métier attribué aux femmes pendant cette période, c’est à travers des sujets littéraires qu’elles introduisent les sujets politiques, comme le fait Dick May, autrice engagée et journaliste de la Belle Époque. Dans un moment où la tendance nationaliste se fait sentir dans le champ littéraire en France, l’ouverture vers des littératures autres – allemande et anglo-américaine mais aussi plus lointaines –, est souvent initiée par des femmes, par exemple dans la Revue européenne. Des études de cas sur des femmes, comme Aline Mayrisch, luxembourgeoise cosmopolite, écrivaine et mécène, ou Georgette Camille, journaliste, critique, traductrice et autrice des années 1920, viennent là aussi nuancer le tableau. Plus surprenante est la contribution d’Andy Stafford qui porte sur un projet éditorial à l’actualité intacte, pour lequel l’apport des femmes n’avait pas encore été vu jusqu’ici, à savoir La Revue du monde noir. Publiée à Paris entre 1931 et 1932, elle précède de deux ans la fameuse revue L’Enfant noir et offre une plateforme pour le débat sur l’identité noire qui n’exclut pas la discussion autour de la situation particulière des femmes noires ; Andy Stafford y identifie non sans raison l’émergence d’une conscience intersectionnelle précoce vis-à-vis du racisme.

6La dernière partie, intitulée « Vers une nouvelle visibilité des femmes », s’étend bien au-delà des années 1950 et traite notamment de deux revues centrales de la période d’après-guerre : Les Temps modernes et Tel Quel. Ici encore, le rôle de personnages-clés est perceptible et rend une montée en généralité difficile. Ainsi, l’influence de Simone de Beauvoir sur Les Temps modernes est substantielle : elle s’est bien davantage occupée de la rédaction que Jean-Paul Sartre. Concernant le choix des textes, c’est moins le sexe des auteur∙rices qui semble avoir joué, que leur inscription dans des thématiques existentialistes, qui a ouvert l’espace littéraire à des textes écrits par des femmes. Dans sa contribution, Michel Murat s’interroge à propos de Tel Quel : la revue dominée par Philippe Sollers est-elle une « revue phallique » ? En l’analysant plus en détail, il constate tout de même une influence importante de Julia Kristeva, ce qui n’exclut pas une tendance de la revue à la misogynie. Le volume se clôt avec l’étude d’un champ encore trop souvent totalement écarté, celui de la science-fiction : on découvre un couple prodigieux, les époux Henneberg, qui, pendant des dizaines d’années, publient nombre de romans et nouvelles dans des revues spécialisées.

7Le volume propose ainsi un éventail impressionnant de perspectives sur un microcosme souvent oublié mais très influent. Même si l’on perçoit une évolution générale vers une plus grande ouverture du champ littéraire et du milieu des revues littéraires envers les femmes durant la période, les études de cas très variées sur des femmes actrices du champ dessinent néanmoins un tableau beaucoup plus nuancé. Il est regrettable que le volume si riche en documentation n’ait pas été clôturé par une conclusion générale qui tente une mise en perspective plus générale des études détaillées, toutes très riches. L’index des noms de 11 pages nous console quelque peu ; il permet de continuer la recherche dans un champ aussi important que divers où l’activité des femmes reste, encore et toujours, sous-estimée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annette Keilhauer, « Amélie Auzouz, Camille Kosas, Élisabeth Russo (dir.), Des revues et des femmes. La place des femmes dans les revues littéraires de la Belle Époque jusqu’à la fin des années 1950 »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8563

Haut de page

Auteur

Annette Keilhauer

Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, annette.keilhauer@fau.de

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search