Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Compte rendusSylvie Chaperon et Odile Fillod, ...

Compte rendus

Sylvie Chaperon et Odile Fillod, Idées reçues sur le clitoris. Histoire et anatomie politique d’un organe méconnu

Paris, Le cavalier Bleu, 2022, 144 p.
Claire-Lise Gaillard
Référence(s) :

Sylvie Chaperon et Odile Fillod, Idées reçues sur le clitoris. Histoire et anatomie politique d’un organe méconnu, Paris, Le cavalier Bleu, 2022, 144 p.

Texte intégral

1Le clitoris est aujourd’hui un objet culturel majeur. Pour la première fois en 2017, il est représenté dans un manuel de sciences et vie de la terre sous sa forme anatomique rigoureuse. Depuis les années 2000, il fait l’objet d’une profusion d’images et de discours et son histoire a désormais une vulgate. Celle-ci retrace la redécouverte de l’organe à la Renaissance puis son oubli récurent, la pathologisation dont la médecine occidentale l’a rendu responsable au XIXe siècle, jusqu’au regard récent des imageries médicales dans les études sur le plaisir sexuel.
C’est ce récit, largement diffusé sur différents supports, qui est l’objet du livre de Sylvie Chaperon et Odile Fillod. Car, disent-elles, ce récit est régulièrement brouillé voire erroné. Constatant que les mythes ont la peau dure et nourrissent des inexactitudes véhiculées aussi bien par des sexologues, des psychologues et même des livres d’histoire, les deux autrices proposent de revenir sur onze idées reçues sur le clitoris. Chaque chapitre s’ouvre ainsi sur une fausse affirmation telle que « la clitorectomie n’existe que depuis peu en Occident », « Freud a inventé l’orgasme vaginal » ou encore « le clitoris est la verge de la femme », etc. En exergue, des citations viennent incarner la diffusion de ces erreurs, du discours vulgarisateur (Wikipedia, revue Sciences Humaines ou les Inrockuptibles, etc.) jusqu’au discours scientifique. De ce point de vue-là, l’ouvrage s’intègre dans la continuité du travail entrepris depuis des années par Odile Fillod sur son Blog Allodoxia, qui se veut un « observatoire critique de la vulgarisation », démarche qu’elle met aussi en œuvre sur son site Clito’info dans une section « Detox ».

2Aussi ce livre a-t-il des airs de petite encyclopédie, dont chaque entrée peut être lue indépendamment des autres. Dans une écriture à quatre mains, l’historienne des sexualités et la sociologue cherchent dans chaque chapitre à recontextualiser, nuancer, corriger les idées qui circulent sur le clitoris, retracer l’évolution et parfois la pluralité des discours médicaux sur le temps long, pour finir sur l’exposition des points sur lesquels le consensus scientifique s’opère aujourd’hui ainsi que les zones d’ombre qu’il reste à éclaircir.

3L’ouvrage est donc assez érudit, en témoigne le premier chapitre qui ouvre sur l’étymologie du mot et retrace « la transmission du vocabulaire grec via le latin, l’arabe ou les langues vernaculaires » (p. 18) et les confusions qui résultent de ce cheminement dans la littérature médicale à mesure de la connaissance de l’anatomie de l’organe. L’ouvrage est donc une démonstration de rigueur méthodologique alors même que le terrain est particulièrement difficile d’accès pour l’historienne. Faire de la synthèse sur le temps long – de l’Antiquité à nos jours – est un exercice risqué auquel beaucoup se sont essayés avec plus ou moins de brio. Les autrices rappellent que « l’accès aux textes anciens est difficile : nombre d’entre eux n’ont pas été traduits où l’ont mal été, notamment par méconnaissance de l’anatomie ou de son lexique » (p. 115).

  • 1 Voir entre autres, Delphine Gardey, Ilana Löwy (dir.), L’Invention du naturel. Les sciences et la f (...)

4Malgré la segmentation intrinsèque à la nature de l’ouvrage, au fil de la critique des différentes idées reçues, la lecture amène à reconstituer une histoire des regards médicaux sur l’organe. Plusieurs fils rouges se retrouvent au fil des pages. Le premier tient à l’androcentrisme historique des sciences et a ses effets. Sur ce point l’historiographie est déjà bien établie1 : le fait que les femmes soient restées largement exclues de la production du savoir scientifique jusqu’à la fin du XXe siècle a construit la science du clitoris comme un savoir masculin. L’idée d’une supériorité masculine, partagée par les médecins a pu favoriser une lecture du corps des femmes en termes de défaillance face au corps masculin. Ainsi de la régulière comparaison entre le clitoris et le pénis. Si les deux organes ont des caractéristiques anatomiques communes, leur comparaison s’est souvent mise au service d’un discours biologisant l’infériorité des femmes. Ce phallomorphisme partagé par la médecine galénique, fait du sexe féminin un miroir du pénis, à l’intérieur du corps. Le chapitre du livre interrogeant l’assertion « le pénis est la verge de la femme », cite à ce propos Ambroise Paré pour qui « ce que l’homme a au dehors, la femme l’a au dedans » p. 40. Lorsque Fallope dissèque le clitoris et le compare au pénis, ce n’est plus le vagin qui est pensé à l’image du membre viril mais bien le clitoris lui-même. L’interprétation de cette comparaison est la même, qu’il s’agisse d’un sexe intérieur, ou atrophié, le sexe féminin est un sexe imparfait, « arrêté dans son développement », qui s’il avait pu être poussé à son terme, constituerait un pénis, le corps des femmes en somme a été perçu comme un être inachevé, entre l’homme et l’enfant. Le second fil rouge, intrinsèquement lié au premier, concerne donc les rapports de domination que ces discours médicaux reflètent et construisent.

  • 2 Aurore Koechlin, « Delphine Gardey, Politique du clitoris », Clio [En ligne], 52 | 2020, DOI : http (...)

5Ce livre ne peut que faire écho à celui publié, deux ans plus tôt, par Delphine Gardey, Politique du clitoris. Les deux ouvrages se répondent avec une complémentarité féconde et proposent des points d’entrée différents sur ce même objet. Si le premier, axé sur l’étude des savoirs et des techniques constitue « une étude du social qui fait advenir l’organe2 », le second tire sa grande force de l’attention portée à la construction des représentations, la croisée des discours scientifiques et de leur diffusion. En témoigne par exemple le travail de quantification mené par les deux autrices pour estimer l’intérêt porté au clitoris dans les publications médicales entre 1947 et 2017. Il leur permet de constater que « la part relative des publications citant le clitoris […] n’est pas plus grande aujourd’hui qu’à la fin des années 1960 » (p. 97). La période est en revanche ponctuée par des pics d’intérêt pour l’organe, comme à l’époque des rapports Kinsey (1948 et 1953) par exemple.

6C’est donc aussi une histoire des degrés d’attention portée à l’organe qui est décrite à travers ce livre et cet aspect ouvre des pistes fécondes. Puisque le livre prend comme point de départ les erreurs, les oublis et les idées reçues, cela amène à s’interroger sur la fabrique de ce brouillage. Quelles autres représentations viennent faire écran à la transmission du savoir ? Peut-être l’histoire des sexualités est elle-même particulièrement victime de la force des mythes qui persistent dans ce domaine. Ce livre offre précisément un bel outil pour les déjouer.

Haut de page

Notes

1 Voir entre autres, Delphine Gardey, Ilana Löwy (dir.), L’Invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2000 ; Anne-Marie Devreux (dir.), Les sciences et le genre. Déjouer l’androcentrisme, Rennes, PUR, Essais, 2016.

2 Aurore Koechlin, « Delphine Gardey, Politique du clitoris », Clio [En ligne], 52 | 2020, DOI : https://doi.org/10.4000/clio.19393.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire-Lise Gaillard, « Sylvie Chaperon et Odile Fillod, Idées reçues sur le clitoris. Histoire et anatomie politique d’un organe méconnu »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 20 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8588 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8588

Haut de page

Auteur

Claire-Lise Gaillard

INED, UR 4 – Genre sexualités, inégalités ; Centre d’histoire du XIXe siècle, claire.lise.gaillard@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search