Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Compte rendusNatacha Chetcuti-Osorovitz et San...

Compte rendus

Natacha Chetcuti-Osorovitz et Sandrine Sanos (dir.), Le Genre carcéral. Pouvoir disciplinaire, agentivité et expériences de la prison du XIXe au XXIe siècle

Gif-sur-Yvette, Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2022, 297 p., e-book : https://books.openedition.org/emsha/1444?lang=fr.
Anatole Le Bras
Référence(s) :

Natacha Chetcuti-Osorovitz et Sandrine Sanos (dir.), Le Genre carcéral. Pouvoir disciplinaire, agentivité et expériences de la prison du XIXe au XXIe siècle, Gif-sur-Yvette, Éditions des maisons des sciences de l’homme associées, 2022, 297 p., e-book : https://books.openedition.org/emsha/1444?lang=fr (consulté le 28 janvier 2023).

Texte intégral

1Les femmes sont, on le sait, très nettement minoritaires dans les prisons (3,3 % de la population carcérale française en 2021). À rebours de l’idée selon laquelle leur présence dans l’univers carcéral serait anecdotique, ce livre collectif et interdisciplinaire, qui est en grande partie le résultat de réflexions menées pendant plusieurs années dans le cadre du séminaire « Genre et monde carcéral » à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay, s’attache à montrer l’importance d’une réflexion féministe sur le monde carcéral. Plus largement, il entend démontrer à quel point la prison est traversée et structurée par des normes de genre.

  • 1 Sur les luttes féministes pour l’abolition du système pénal et de la prison, voir Gwenola Ricordeau (...)

2Le long « avant-propos » de Natacha Chetcuti-Osorovitz et Sandrine Sanos revient sur divers cadres d’analyse et approches théoriques permettant de penser les liens entre le monde carcéral et la société. Prenant leurs distances avec un premier féminisme pénal « universaliste », les autrices se réclament d’une approche féministe abolitionniste1 (p. 27) et s’inscrivent résolument dans une optique intersectionnelle, attentive aux effets croisés ou cumulés du genre, de la classe et de la race. Ambitionnant de contrer l’invisibilisation des minorités de genre, elles placent au cœur de la réflexion la capacité d’agir des prisonnières face aux dispositifs disciplinaires et punitifs.

3Le livre s’organise en trois parties. La première se donne pour objet les processus de politisation et d’action collective face aux expériences carcérales. Isabelle Lacroix étudie tout d’abord l’invisibilisation des femmes engagées dans l’organisation armée basque ETA, dont les parcours sont généralement marqués par une incarcération. Irène Gimenez se penche quant à elle sur les mobilisations en faveur des prisonnières politiques à la fin de la dictature franquiste (années 1970 et 1980), mettant en lumière les tensions qui traversent cette lutte. Le mot d’ordre de l’amnistie des prisonniers politiques est remis en cause puis étendu par les féministes aux femmes prisonnières dans leur ensemble ; mais si les mobilisations militantes s’efforcent de combiner les luttes contre le fascisme et contre le sexisme, elles achoppent dans les années 1980 sur la question de la violence politique. La contribution d’Anna Le Pennec nous plonge plus franchement à l’intérieur des prisons et met en lumière la diversité des formes de résistance des prisonnières femmes du XIXe siècle.

4La seconde séquence met en lumière les sociabilités carcérales, en lien avec les catégories pénales et judiciaires. Lauréna Haurat-Perez étudie la manière dont la catégorisation des détenus (« droit commun » ou « terroriste ») transforme le sens et le vécu de la peine de prison. Léa Kalaora se penche sur la figure de la « terro », incarcérée à son retour de Syrie, prise entre des injonctions contradictoires à se plier aux normes de féminité attendues par les codétenues ou par l’administration. Le moment de la sortie de prison est analysé par Ema Harlouchet-Gratien, qui met en évidence le rôle décisif des sociabilités militantes et carcérales dans ce processus.

5Enfin, le troisième temps de l’ouvrage est consacré à la question des rapports sociaux liés au corps, à la sexualité et à la famille, dans lesquels sont pris·es les prisonnièr·es. Valérie Icard expose les mécanismes censés œuvrer à la « fabrique d’hommes respectables » dans les « modules de respect » nés dans les prisons espagnoles dans les années 2000, dont l’objectif est de saper les fondements des modèles de masculinité prévalant habituellement en prison. La contribution de Luisa Bertrami D’Angelo, Lucas Gonzaga do Nascimento, Vanessa Pereira de Lima et Anna Paula Uziel se penche sur la famille et la parentalité en contexte carcéral au Brésil, mettant en particulier en lumière la réinvention – genrée – des manières de « faire famille », le lexique familial s’étendant à certaines formes de liens entre détenu·es ou entre proches de détenu·es. Pour finir, Ana Gabriela Mendes Braga étudie la maternité en prison en comparant les dispositifs portugais et brésilien, et met en évidence l’imbrication entre les logiques de racialisation et de contrôle des corps reproductifs féminins.

  • 2 Sur cette question, on se référera notamment à Elsa Génard, À la peine. Une histoire sociale des in (...)

6Même si son ambition théorique se traduit par une écriture parfois jargonnante, ce livre représente une contribution substantielle et stimulante à la connaissance des dynamiques genrées du monde carcéral. Comme souvent, la diversité des terrains étudiés, qui fait l’intérêt de cette œuvre collective, constitue par moments sa limite : la comparaison entre les contextes nationaux étudiés n’est qu’esquissée ; les évolutions chronologiques sont assez peu questionnées. Certaines études s’éloignent aussi du cœur problématique de l’ouvrage, comme la contribution de Lauréna Haurat-Perez, dans laquelle le genre n’est pas une catégorie centrale de la réflexion. Quelques sujets restent dans l’angle mort : le rôle du personnel, féminin ou masculin, dans la production de l’ordre genré carcéral est peu abordé, la contribution d’Anna Le Pennec faisant ici exception ; de même, la question du travail en prison n’est quasiment pas traitée, alors qu’au regard du propos introductif sur le « capitalisme carcéral », elle aurait pu constituer une voie d’analyse intéressante2.

7En dépit de ces réserves, le livre convainc assurément le lecteur que le genre est une catégorie incontournable de l’expérience et de la compréhension du monde carcéral. Au fil des contributions se dessinent les spécificités de l’expérience féminine de la prison. Sujettes à des formes d’invisibilisation car la prison est pensée comme un monde d’hommes, ou, au contraire, à des dispositifs spécifiques de prise en charge qui accroissent souvent le contrôle sur leurs vies et leurs corps, les femmes subissent souvent des formes de « double peine » ou de « surplus punitif ».

  • 3 Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset et Falk Bretschneider (dir.), Enfermement (...)
  • 4 Elsa Génard, Anatole Le Bras, Paul Marquis, Mathilde Rossigneux-Méheust et Lola Zappi (dir.), Les l (...)

8D’un point de vue méthodologique, l’ensemble des contributions présente l’intérêt majeur de réinscrire la prison dans des processus plus amples de criminalisation, de politisation et de socialisation, et les expériences carcérales dans le temps long des trajectoires biographiques. Les autrices montrent ainsi que l’étude des dynamiques carcérales est inséparable de celle des rapports sociaux hors de prison. Dans le même temps, la prison est donnée à voir comme une instance de production de normes et de transformation du social – et non comme une simple marge qui serait agie par le centre. En cela, le livre fait écho à d’autres travaux historiques collectifs qui ont mis en évidence le rôle des institutions d’enfermement dans l’élaboration de pratiques et de savoirs autour du masculin et du féminin3 ainsi que leur rôle dans la transformation des liens familiaux4. On peut penser qu’il constituera une source d’inspiration pour les historiennes et historiens du genre et de la prison, et une invitation à continuer à étudier de manière pluridisciplinaire la place des institutions d’enfermement dans la production et la reproduction des normes de genre.

Haut de page

Notes

1 Sur les luttes féministes pour l’abolition du système pénal et de la prison, voir Gwenola Ricordeau, Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Montréal, Lux Éditeur, 2019.

2 Sur cette question, on se référera notamment à Elsa Génard, À la peine. Une histoire sociale des interactions carcérales (France, années 1910 – années 1930), thèse d’histoire contemporaine, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 2021.

3 Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset et Falk Bretschneider (dir.), Enfermements, III, Le genre enfermé : hommes et femmes en milieux clos, XIIIe-XXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2017.

4 Elsa Génard, Anatole Le Bras, Paul Marquis, Mathilde Rossigneux-Méheust et Lola Zappi (dir.), Les liens familiaux à l’épreuve des institutions disciplinaires, dossier thématique, Le Mouvement Social, 279, 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anatole Le Bras, « Natacha Chetcuti-Osorovitz et Sandrine Sanos (dir.), Le Genre carcéral. Pouvoir disciplinaire, agentivité et expériences de la prison du XIXe au XXIe siècle »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8598

Haut de page

Auteur

Anatole Le Bras

Centre d’histoire, Sciences Po Paris, anatole.lebras@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search