Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Compte rendusAurélie Damet, Les Grecques

Compte rendus

Aurélie Damet, Les Grecques

Paris, Taillandier, 2023, 288 p.
Pauline Schmitt Pantel
Référence(s) :

Aurélie Damet, Les Grecques, Paris, Taillandier, 2023, 288 p.

Texte intégral

1En octobre 1983 Claude Mossé publie chez Albin Michel La femme dans la Grèce antique. Dans son avant-propos elle rappelle l’importance du Mouvement de libération des Femmes dans la naissance puis le développement des recherches sur la place et le rôle des femmes dans la société. Elle poursuit :

  • 1 Claude Mossé, La Femme dans la Grèce antique, Paris, Albin Michel, 1983, p. 10.

On voit bien combien l’on pourrait, et l’on a pu, en parlant de la femme grecque tomber dans le traditionnel contresens du « modernisme » : après tout, Hélène est « la femme adultère », Pénélope « la femme fidèle », Antigone « la jeune fille rebelle », Sapho « l’intellectuelle », qui préfère l’amour des femmes à celui des hommes, Aspasie « la courtisane de haut vol », et Nicarété « la patronne de bordel ». Rien de nouveau sous le soleil, l’éternel féminin existait déjà dans la Grèce antique et le M.L.F. n’y changera rien1 !

2Ce tableau intemporel est sans intérêt pour l’historienne très engagée dans les luttes de son temps, elle veut

  • 2 Ibid., p. 12.

d’abord et avant tout ne pas séparer l’étude de la condition des femmes dans la Grèce antique du contexte économique, social, politique culturel… et éviter de faire intervenir tout jugement de valeur préconçu quant au caractère « positif » ou « négatif » du statut de la femme. Il ne s’agit pas de savoir si la femme était plus libre, plus heureuse, plus puissante dans la Grèce ancienne que de nos jours, mais de mesurer la place qui était faite aux femmes dans un certain type de société2.

3Après avoir lu Les Grecques d’Aurélie Damet, je trouve que quarante ans après, elle a su à son tour écrire un livre d’histoire sur les femmes grecques qui échappe à tous les poncifs dénoncés par Claude Mossé.

4Dès l’introduction Aurélie Damet précise son propos. Elle veut étudier les destins de dix-huit femmes grecques qui s’inscrivent dans un vaste panorama géographique, de la Grèce à la vallée du Nil en passant par l’Asie Mineure, et chronologique, du VIIIe au Ier siècle avant J.-C. Chaque itinéraire de vie permet de découvrir la place et la fonction des femmes dans différents domaines économique, juridique, religieux, politique. Et chaque portrait s’appuie sur un vaste ensemble de recherches menées depuis peu sur l’histoire des femmes et du genre. L’auteure ne sous-estime pas le poids des structures patriarcales et donc de l’oppression des femmes dans le monde grec, elle veut faire le point sur ce que l’on peut dire en 2023 de leur rôle dans les cités. Elle propose de faire de la nuance un principe de méthode. « Il y a toujours un mais » comme le rappelle la conclusion de chaque chapitre.

5Aurélie Damet brode donc un parcours à la fois didactique et très construit. Le livre s’ouvre sur les étapes de la vie des femmes, enfance, mariage, maternité et sur les droits peu nombreux qui leur sont reconnus ; il s’intéresse ensuite aux différents métiers qu’elles exercent, du médecin à la courtisane, à leur place dans le monde intellectuel, poétesse et philosophe, et à leur rôle dans la vie publique, prêtresse ou évergète. Du quotidien au politique, le tour est complet.

6Chaque chapitre porte le nom d’une ou deux femmes, la plupart d’entre elles sont inconnues ce qui ajoute à la curiosité et à l’envie d’en savoir davantage sur Hydna la saboteuse de navires et Nanno la femme à barbe. Un document les met en scène, souvent très bref, quelques vers d’un poème, une citation au détour d’un récit d’historien, une statue. Et selon les cas, le portrait est le fil directeur de tout le chapitre ou seulement le prétexte à un développement qui le dépasse. Nanno par exemple nous permet de connaître le corpus hippocratique et les nombreux discours tenus par les médecins grecs sur les femmes, Hydna la technique de pêche en plongée.

7C’est aussi un livre érudit, l’appareil de notes témoigne d’une bibliographie très à jour, en prise sur les recherches et les problématiques contemporaines dans tous les domaines abordés, et il réussit à s’appuyer sur ce savoir sans alourdir la démonstration. Parfois sur les thèmes dont l’auteure est une des spécialistes, la parenté ou le monde judiciaire par exemple, on sent l’envie d’un traitement plus en profondeur. Il faut tout le savoir et l’érudition d’Aurélie Damet pour démêler les fils de l’imbroglio qui caractérise la parenté d’Ischomaque, un Athénien vivant au IVe siècle avant J.-C., et pour jongler avec la notion, chère à l’anthropologue Françoise Héritier, d’inceste de deuxième type. Mais ces pages restent toujours didactiques.

8Certains thèmes importants pour comprendre la vie des Grecques ont parfois du mal à s’insérer dans l’économie du livre. Ainsi le travail de la laine, filage, tissage, confection de vêtement, des gestes qui depuis Pénélope caractérisent le monde de l’oikos (maisonnée). Par une pirouette amusante, c’est avec Hipparchia la philosophe Cynique « celle qui sur le métier a laissé sa navette » que l’auteure introduit le rappel attendu de la principale activité économique et souvent artistique des femmes. D’autres développements surgissent aussi à l’improviste. Ainsi la différence dans l’explication du processus de génération qui existe entre l’école hippocratique et l’école aristotélicienne (l’embryon est-il formé par deux semences mâle et femelle ou une seule semence mâle) est précédée par l’étude des cas cliniques de Phaétousa et Nannô, caractérisés par « trop de poils, pas assez de sexe et plus de règles ».

  • 3 Nicole Loraux (dir.), La Grèce au féminin, Paris, Les Belles Lettres, 2003, p. XII. La première par (...)

9Sur les femmes grecques en temps de guerre, un dossier bien connu qui a été étudié par des historiens et des historiennes dans la perspective de l’histoire des victimes de guerre – comme le fait Pascal Payen – et de l’histoire du genre, Aurélie Damet propose une synthèse, derrière le personnage de Timocléia de Thèbes. On mesure là toute la difficulté, que Nicole Loraux formulait ainsi en 1993 : « comment demander à des femmes d’exception d’être représentatives de “la Grèce au féminin” elles qui précisément d’une manière ou d’une autre… ont échappé aux mailles serrées de la nasse de l’orthodoxie3 ? » L’auteure ne pose pas cette question, les destins de femmes qu’elle choisit de mettre en exergue sont génériques.

10La confrontation entre des sources de nature variée est à la base de la construction du discours historique. Toutefois le montage effectué entre des documents d’époques très différentes, des Parthénées d’Alcman aux épigrammes de l’Anthologie palatine, d’Hérodote à Plutarque, laisse de côté la question du contexte historique de leur production. On aimerait savoir, au détour de ces histoires de femmes, qui les a rapportées, racontées, dans quel contexte, où se trouve la frontière entre l’histoire et la fiction, et si les figures imaginées sont, elles-aussi, bonnes à penser l’histoire. Aurélie Damet est consciente de ce qui pourrait paraître une manière biaisée d’écrire l’histoire, quand elle remarque qu’il ne faut pas croire que l’on va rencontrer ces dames sur l’agora et dans leur maisonnée. Peut-être aurait-il fallu alors dire un mot de la construction à l’œuvre dans son récit d’historienne.

11Ce livre vise un large lectorat, peu familier avec l’histoire grecque, intéressé par l’histoire des femmes, et attentif aux constantes comme aux discontinuités. Par touches légères Aurélie Damet s’autorise parfois une allusion au monde contemporain. Ainsi à propos de l’infanticide préférentiel des filles dû à de multiples facteurs qui vont de la cherté de la dot à la dépréciation des femmes, elle rappelle les avortements différenciés pratiqués aujourd’hui en Inde. Et les plongeons d’Hydna lui permettent d’évoquer la pratique en vogue des bébés nageurs.

12Par une rédaction fluide, des transitions bien menées d’un thème à l’autre et une écriture précise et légère à la fois, Aurélie Damet a trouvé un ton, pas geignard et souvent entraînant. D’où le plaisir de la lecture. Son livre permet de nous évader et c’est important en un temps où notre quotidien est fait de meurtres, de viols et de harcèlements. Dans les manifestations dénonçant les féminicides nous portons des pancartes avec le nom des femmes assassinées. Elles ne s’appellent pas Kléoboulè ou Timocléia, mais Cécile et Hadjira. Elles ne sont pas seulement les proies de la violence masculine, elles sont aussi victimes de la violence structurelle des institutions de notre société.

Haut de page

Notes

1 Claude Mossé, La Femme dans la Grèce antique, Paris, Albin Michel, 1983, p. 10.

2 Ibid., p. 12.

3 Nicole Loraux (dir.), La Grèce au féminin, Paris, Les Belles Lettres, 2003, p. XII. La première parution du livre : Grecia al femminile, Roma-Bari, Laterza, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Schmitt Pantel, « Aurélie Damet, Les Grecques »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8618 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8618

Haut de page

Auteur

Pauline Schmitt Pantel

ANHIMA, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, schmitt-pantel@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search