Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Compte rendusYasmina Foehr-Janssens, Daniela S...

Compte rendus

Yasmina Foehr-Janssens, Daniela Solfaroli Camillocci (dir.), Allaiter de l’Antiquité à nos jours. Histoire et pratiques d’une culture en Europe

Turnhout, Brepols, 2022, 989 p.
Caroline Husquin
Référence(s) :

Yasmina Foehr-Janssens, Daniela Solfaroli Camillocci (dir.), Allaiter de l’Antiquité à nos jours. Histoire et pratiques d’une culture en Europe, Turnhout, Brepols, 2022, 989 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Yasmina Foehr-Janssens et Daniela Solfaroli Camillocci compte 74 études rassemblées par ces deux autrices avec Francesca Arena, Véronique Dasen et Irène Maffi. Celles-ci sont précédées d’un avant-propos du comité de direction de cette publication et suivies d’une postface de Micheline Louis-Courvoisier. L’ouvrage est richement illustré. Un index des noms vient compléter les bibliographies qui ponctuent les chapitres ajoutant au plaisir de la lecture documentée la commodité de l’outil qui offre un maniement aisé et des pistes de poursuite à qui le souhaiterait. L’entreprise est un prolongement du travail mené au sein du groupe de recherche Lactation in History soutenu par le Fonds National Suisse (FNS) entre 2013 et 2017. Elle a pour objectif l’étude d’un geste en apparence anodin et dépourvu de conflictualité, n’invitant pas nécessairement à l’échange et à la confrontation des idées tant il peut sembler naturel à la plupart : l’allaitement. En réalité, il est tout l’inverse. Cette pratique est chargée de symboliques et de significations qui ne sont pas sans susciter des réactions, des considérations et des perceptions fortement différenciées d’une époque et d’un espace à l’autre qui en font un objet d’étude de choix pour les sciences humaines. S’il est impossible dans une courte recension d’exposer en détail le contenu de ce livre très riche, nous essaierons ici d’en faire ressortir les principaux résultats.

2L’étude se décline selon quatre thématiques (débats, transferts, corps et produits et actrices et acteurs), chacune déployée en deux volets : une première partie présentant des articles abordant des recherches originales ou inédites, voire des synthèses interprétatives sur des problématiques clairement circonscrites tandis qu’un deuxième temps est consacré à des focus, c’est-à-dire à de brèves études de cas permettant de préciser les analyses d’ensemble (p. 16). Chaque catégorie fait l’objet d’un traitement chronologique de l’Antiquité à l’époque contemporaine, ouvert au décloisonnement par l’intention de favoriser les approches comparatistes. Le livre a une volonté affirmée et réussie de pluridisciplinarité réunissant des historiens des quatre périodes mais aussi des spécialistes de littérature, des religions, d’histoire de l’Art, de médecine, d’archéologie et d’anthropologie. Le propos est un pas de côté pour aborder le phénomène de la lactation et évite l’écueil d’une approche essentiellement naturaliste ou naturalisante. Toutes les dimensions de l’acte qui s’y rapporte sont considérées qu’elles soient biologiques, sociales, physiologiques, politiques, symboliques ou matérielles. La question, à la fois très actuelle et tout à fait intemporelle, joue un rôle polarisateur fort, les discussions se focalisant habituellement exclusivement sur des dichotomies réduisant les corps féminins à une supposée naturalité de l’identité maternelle : femme/mère ; travail/famille ; instinct/raison ; nature/culture, etc. L’ouvrage propose de dépasser ces approches binaires, cependant toujours d’actualité notamment dans les dispositifs nationaux et internationaux de santé publique, en cherchant à restituer sa complexité à l’histoire de la maternité, de la naissance et des représentations de filiation. Pour ce faire, ce sont les rapports de sexe, de classe, de race ou de génération au sein des dispositifs normatifs régulant la première nutrition et les pratiques mercantiles relatives au lait maternel et à ses substituts qui sont pris en compte. L’ambition est d’interroger les différentes formes prises par les échanges, les transactions et les rapports de pouvoir suscités par l’allaitement et de montrer que l’attention portée aux pratiques de nourrissage ainsi que les modes et formes de soins donnés aux nourrissons participent à la construction de hiérarchies morales, sociales et politiques (p. 15).

3La première section, intitulée « Débats » fait office d’introduction historiographique et méthodologique. Elle invite à aborder l’allaitement dans la perspective des sciences humaines et sociales, en se nourrissant notamment des dernières avancées des études de genre et selon une approche intersectionnelle afin de défricher un champ d’étude longtemps resté sous l’emprise d’un clivage entre culture et nature et pour définir le statut d’un fluide qui, dès l’Antiquité, n’était pas perçu comme neutre mais doué d’une puissance qui lui est propre (p. 23). La partie « Transferts » est composée d’une série d’études se proposant de montrer la mise en rapport, sur le temps long, entre pratiques lactées de nourrissage et survalorisation de la libéralité maternelle comme devoir mais aussi de mettre en lumière les représentations sociales et les transferts religieux se rattachant à ces transactions. Il s’agit de produire une analyse critique des différents discours mettant en œuvre les échanges tant économiques que symboliques autour du lait de femme et d’éclairer les ressorts de la construction de discours favorisant l’appréhension idéologique des corps allaitants (p. 225). « Corps et produits » permet de saisir le cheminement intellectuel ayant présidé à la conception organiciste de l’allaitement et son association à la notion de nature en se concentrant sur les représentations discursives, savantes et esthétiques projetées sur les corps et les propriétés associées au lait (p. 467). Enfin, l’ouvrage se clôt sur une quatrième et dernière thématique, « Actrices et acteurs », qui propose d’approfondir la question des subjectivations déterminées par les pratiques et les discours autour de l’allaitement en se concentrant notamment sur les capacités agentives des mères, pères, nourrices, médecins et sages-femmes. Il s’agit ici de replacer le geste dans une problématique de relation entre les classes sociales.

4Le mot de la fin est laissé à M. Louis-Courvoisier dont on ne peut que partager l’avis sur la puissance des sciences humaines, en général, et de cet ouvrage, en particulier. Par la pluralité des thématiques et des échelles envisagées, il donne à comprendre les enjeux de ce geste intemporel tout en réussissant le pari de le désacraliser, dénaturaliser, désaffectiver, démédicaliser, dépsychologiser (p. 972-973). Ce livre par sa diversité et ses dimensions (989 pages !) est une véritable somme, désormais précieuse et incontournable pour qui s’intéresse à l’histoire de la maternité et de ses pratiques, et apparaît comme un essai réussi de ce qui s’apparente, en quelque sorte, à une histoire totale de l’allaitement en Europe sur le temps long.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Husquin, « Yasmina Foehr-Janssens, Daniela Solfaroli Camillocci (dir.), Allaiter de l’Antiquité à nos jours. Histoire et pratiques d’une culture en Europe »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8632 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8632

Haut de page

Auteur

Caroline Husquin

Université de Lille, HALMA – Histoire Archéologie Littérature des Mondes Anciens - UMR 8164, caroline.husquin@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search