Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Compte rendusMaria Goupil-Travert, Braves comb...

Compte rendus

Maria Goupil-Travert, Braves combattantes, humbles héroïnes : trajectoires et mémoires des engagées volontaires de la Révolution et de l’Empire

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021, 212 p.
Anne de Mathan
Référence(s) :

Maria Goupil-Travert, Braves combattantes, humbles héroïnes : trajectoires et mémoires des engagées volontaires de la Révolution et de l’Empire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021, 212 p.

Texte intégral

1Ce livre de Maria Goupil-Travert a reçu en 2019 le prix Mnémosyne ouvert aux mémoires de master II. Sous la houlette de Sylvie Steinberg (EHESS), cette jeune historienne, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, révèle assurément des qualités prometteuses. Son travail part du constat que, durant la Révolution française et l’Empire, plusieurs dizaines de femmes défendent par le fer et le feu leur idéal politique et leurs représentations de ce que devrait être la souveraineté dans les armées, que celles-ci soient révolutionnaires, royalistes ou impériales. Il contribue aux renouvellements historiographiques actuels en matière de construction des normes de genre en contexte militaire et d’engagement féminin en temps de guerre. Il s’ouvre avec l’évocation saisissante de Rose Barreau qui, à l’âge de vingt ans, se distingua dans la bataille du fort de Biriatou au Pays basque le 13 juillet 1793 en sauvant son mari, épousé la veille et suivi à la guerre. Son capitaine, La Tour d’Auvergne, signala ce haut fait qui figure dans le Recueil des actes héroïques et civiques des républicains français. Malgré les assignations genrées des rôles sociaux, habituellement éloignés du combat militaire, même si les femmes accompagnaient traditionnellement les armées en leurs activités d’alimentation et de blanchisserie, et malgré l’interdiction légale formalisée par le décret d’avril 1793, Rose Barreau bénéficia d’une notoriété hors normes qui conduisit son corps aux Invalides en 1832. Ce cas n’est pas unique : parmi la petite centaine de femmes repérées par Jean-Clément Martin dans les armées françaises, régulières ou non, à la fin du XVIIIe siècle, Maria Goupil-Travert exploite 28 dossiers de demande de secours au Service Historique de la Défense, ainsi que dix mémoires d’autrices vendéennes publiés au XIXe siècle. Des articles de presse ainsi que l’iconographie du temps complètent cette documentation qui permet de suivre les parcours de 54 combattantes. Le plan de l’ouvrage analyse les motivations guidant la prise d’armes de ces femmes, les caractéristiques de leur activité militaire puis la transition parfois délicate lors de la réintégration à la vie civile, avant de se clore par une réflexion sur la reconnaissance dont bénéficièrent, ou non, ces femmes, et sur les traces mémorielles laissées derrière elles.

2Le chapitre 1 considère qu’une modification essentielle des représentations de la défense du territoire s’opère avec la Révolution, la guerre n’étant plus un apanage nobiliaire mais une démarche citoyenne, même si c’est le sens de la guerre qui change plus que son recrutement : sous l’Ancien Régime, le commandement seul recrutait dans le second ordre tandis que les simples soldats, c’est-à-dire la majorité des militaires, provenaient du Tiers. Les débats sur les contours de la citoyenneté en termes de sexes, ouverts par l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789 – « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » – provoquent logiquement une réclamation relative à l’inclusion du féminin dans le masculin : Pauline Léon dépose le 6 mars 1792 une pétition sur le bureau de l’Assemblée législative demandant pour les femmes la citoyenneté et le droit de porter les armes, un objectif partagé par le Club des citoyennes républicaines révolutionnaires de Claire Lacombe. Le décret du 30 avril 1793 exclut les femmes des armées, sauf les vivandières et blanchisseuses, puis celui du 30 octobre sur rapport d’Amar les prive de la citoyenneté en interdisant les clubs féminins ou mixtes. L’urgence politique constituant un puissant facteur de politisation pour les sensibilités tant révolutionnaires que contre-révolutionnaires, le plus grand nombre d’enrôlements féminins se produit en 1793. L’échantillon statistique, bien que restreint, prouve que la plupart de ces volontaires sont des femmes jeunes, souvent mariées, qui proviennent de zones frontalières ou en proie à la guerre civile. Issues de classes sociales modestes, sauf parmi les Vendéennes, elles deviennent simples soldates mais peuvent accéder au commandement comme Madame de Xaintrailles, aide de camp de son mari, général dans les armées impériales. Elles vont au front dans les armées révolutionnaires, mais rarement parmi les Blancs où elles se chargent de la transmission des informations, des missions diplomatiques ou des soins aux blessés, combattant exceptionnellement comme Renée Bordereau. Mais le lien entre la nature de ces engagements militaires et le rapport aux normes genrées, n’est pas examiné dans ses variations selon les sensibilités politiques. De même l’analyse des motivations de ces femmes répète les topoi de l’intérêt précoce pour les armes et la recherche de la gloire, sans traiter la mise en scène de soi et la recomposition du passé dans ces récits d’autojustification, sur lesquels existe une abondante bibliographie.

3C’est encore le cas dans la description au chapitre II des rudes conditions de vie aux armées, des compétences techniques que ces femmes disent avoir acquises, ou des hauts faits narrés en des récits dont la véracité n’est pas interrogée. L’intégration par ces femmes de normes masculines ainsi que la conscience de la transgression qui forment le cœur du sujet, sont en revanche fort bien traitées, même si le succès effectif de la dissimulation du sexe n’est pas questionné. La rareté du signalement des violences sexuelles est bien expliquée comme élément d’une réassignation non désirée au genre féminin, sans que leur attribution systématiquement imputée à l’état-major soit envisagée comme critique à l’égard des origines éventuellement nobiliaires du commandement et manière de flétrir les mœurs dévoyées des ci-devant pour mieux valoriser les vertus civiques des simples citoyens. Maria Goupil-Travert effectue de bonnes remarques sur l’utilisation opportune du genre, revendiqué quand il peut être utile, dans le cas par exemple d’une grossesse qui permet d’échapper à la peine de mort.

4L’examen des causes et des modalités de la réintégration civile montre bien au chapitre III la difficulté d’un départ des armées souvent non consenti, parfois à la suite de la révélation du sexe des combattantes consécutive à des blessures et soins médicaux, et se soldant par un certain isolement. Ces soldates parviennent à obtenir des pensions, mais les montants obtenus restent modestes et ne sont pas comparés avec ceux des hommes. Le sexe apparaît un critère efficient, mais non suffisant pour expliquer l’octroi ou non des honneurs militaires aux femmes : le refus d’attribuer à ces dernières la Légion d’honneur sous l’Empire ou la Croix de Saint-Louis sous la Restauration est parfaitement montré, mais Rose Barreau décède aux Invalides d’Avignon en 1843, tandis que la Parisienne Thérèse Figueur meurt à l’hospice en 1861, alors qu’elles sont toutes deux républicaines. En revanche, le lien est bien établi entre l’exploitation sensationnaliste des mémoires issus de la Vendée, exaltant un héroïsme au féminin centré sur des vertus naturalisées comme propres à ce genre, et l’exaltation du mari, sous la monarchie restaurée, de même que l’attention généralement portée aux patriotes combattantes sous la IIRépublique, ainsi qu’aux figures féminines des armées napoléoniennes sous le Second Empire.

5Cette première recherche apporte donc beaucoup à la mesure de l’évolution des normes genrées aux armées et de l’engagement militaire féminin en temps de guerre, à l’exploration des variations de ces modèles et de ces pratiques selon les sensibilités politiques de leurs temps, et constitue plus largement une solide pierre au chantier de l’histoire des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne de Mathan, « Maria Goupil-Travert, Braves combattantes, humbles héroïnes : trajectoires et mémoires des engagées volontaires de la Révolution et de l’Empire »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8652 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8652

Haut de page

Auteur

Anne de Mathan

Université de Caen-Normandie, HisTeMé, Unité de Recherche 7455, anne.demathan@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search