Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Compte rendusNicolas Handfield, Julie Le Gac e...

Compte rendus

Nicolas Handfield, Julie Le Gac et Chloé Poitras-Raymond (dir.), Femmes en guerre de l’époque médiévale à nos jours

Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2022, 260 p.
Marion Trévisi
Référence(s) :

Nicolas Handfield, Julie Le Gac et Chloé Poitras-Raymond (dir.), Femmes en guerre de l’époque médiévale à nos jours, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2022, 260 p.

Texte intégral

1Ce recueil d’articles a pour ambition de montrer la diversité des expériences féminines de guerre et notamment toutes les facettes de l’intervention des femmes au sein des armées, en dépassant les représentations qui masquent souvent la fluidité des pratiques féminines. Dans le temps long (du Moyen Âge à nos jours), les contributrices et contributeurs interrogent la construction des féminités dans le milieu guerrier, rejetant les lieux communs sur l’exclusion des femmes du monde militaire, pour y voir des résonances, principalement en Europe ; seul un article s’intéresse à l’Afrique (Juliette Bour sur l’appropriation des codes de la guerre par les femmes exterminatrices des Tutsi au Rwanda) et un autre au Caucase (Lina Tsarimova sur les chants des femmes au XIXe siècle).

2L’introduction rappelle l’évolution de l’historiographie internationale sur la question des femmes à la guerre ou dans la guerre. Elle souligne l’importance des problématiques d’histoire du genre pour étudier les guerres, notamment la question de la construction dans la différence des identités masculines et féminines ou encore celle de la transgression des rôles sexués provoquée par le contexte guerrier. Se posent alors le problème de la rareté des sources directement féminines (journaux, correspondances, mémoires) surtout dans les périodes anciennes de l’histoire, mais aussi celui d’une forme d’invisibilisation par les auteurs masculins du rôle des femmes dans la guerre. L’ouvrage ambitionne donc de « retrouver les voix, les mots » des femmes mais aussi leurs stratégies pour se faire reconnaître (article de Maria Goupil-Travert sur les anciennes combattantes de la Révolution et de l’Empire). Il pose aussi la question de la transgression de genre au cours du temps long ici envisagé : transgression acceptable avec des reines engagées comme cheffes de guerre au Moyen Âge (Louise Gay s’intéressant à l’agentivité des reines capétiennes) ou des femmes nobles cheffes de clan pendant les guerres de Religion en France au XVIe siècle (Gautier Mingous décryptant le pouvoir politique de Claude de Tournon à travers sa correspondance). Alors qu’à partir de la fin de l’époque moderne puis tout au long du XIXe siècle, comme l’armée devint progressivement un lieu de construction de la virilité excluant les femmes, la transgression fut alors plus difficile, la désorganisation de certains conflits a permis toutefois aux femmes de s’insérer comme volontaires et même combattantes, remplaçant les hommes absents ou incompétents (articles de Vicky Laprade sur les insurgées irlandaises d’avril 1916, et de Juliette Bour sur les militantes Hutu participant au génocide des Tutsi en 1994). Leurs interventions dépendaient cependant de leurs statuts matrimoniaux et sociaux, et leur violence armée demeura, même à l’époque contemporaine, une déviance difficilement acceptable par la société (article de Fabien Lostec sur la radicalisation des femmes collaboratrices en France sous l’Occupation).

3Les articles sont classés en trois grandes parties. La première s’intéresse à la place des féminités en guerre dans les récits de guerre et dans l’imaginaire combattant : il s’agit de dévoiler les perceptions et les représentations des femmes combattantes, en soulignant les spécificités liées à leur genre comme à leur position sociale. Ainsi, Elodie Chaudet analyse la représentation de l’action militaire de Jeanne de Flandre dans la guerre de succession de Bretagne (1341-1364) par Pierre le Baud (cent ans après les faits). Dans un but politique, il utilise la rhétorique de la femme au « cœur d’homme » connue depuis le XIe siècle ; Jeanne y est alors décrite comme une vraie cheffe militaire, donnant des ordres et organisant la défense des villes, à cheval et en armure. Cette héroïsation exceptionnelle construit une légende qui sert le côté épique de la narration mais qui empêche la banalisation des femmes guerrières. Pour Guillaume Pinet, qui s’interroge sur le processus d’invisibilisation des femmes dans les récits des mémorialistes français du XVIe siècle, singulariser une femme exceptionnelle permet d’invisibiliser les autres et d’enrichir le modèle de masculinité guerrière. Les femmes en armes sont alors réduites à des anecdotes folkloriques et le féminin est vu de plus en plus comme un repoussoir de la masculinité virile du combattant.

4La seconde partie du recueil est centrée sur la question de la transgression par la dimension combattante. Elle souligne l’agentivité des femmes dans la guerre et les spécificités de leurs expériences du conflit, soit leur implication dans les affrontements et leur intégration dans les armées. Ainsi, à propos du rôle des reines capétiennes dans les guerres entre le Xe et le XIIIe siècle, Louise Gay montre qu’il a évolué vers un rôle de médiatrice, de pacificatrice avec des reines qui ne s’opposent plus aux rois mais au contraire le servent pour la paix. Vicky Laprade souligne que l’intervention des femmes dans l’insurrection irlandaise de 1916 s’est faite en remplacement des hommes, pour répondre à des lacunes d’organisation, mais qu’elles furent renvoyées dans leurs foyers très rapidement après les faits.

5Dans la troisième et dernière partie, ce sont les spécificités des sources produites par des femmes qui sont abordées et les manières dont elles pensent leur propre récit militaire et l’aspect politique qui en découle. Ainsi, la correspondance de guerre de Claude de Tournon (1567-1575), dans laquelle elle se met en scène comme une cheffe de guerre catholique défendant sa ville et sa région face aux insurgés protestants, constitue un acte de la « guerre de plumes », comme l’affirme Gautier Mingous dans contribution.

6Ce bel ouvrage collectif offre sur le temps long une vue d’ensemble sur la diversité des facettes de la présence des femmes à la guerre et aux armées. Il en ressort quelques caractéristiques communes : les femmes qui ont participé aux guerres de manière exceptionnelle, pour répondre à des défaillances des États ou des armées, n’ont pas remis en cause les normes de genre car leurs transgressions ne furent que temporaires. Leurs incursions dans la guerre n’ont pas transformé leur statut ni leur identité et ne leur ont apporté aucune émancipation. De plus, comme les sources sont principalement masculines, la mémoire de ces femmes combattantes est sous contrôle des hommes, ce qui ne nous permet pas de connaître en détail les effets profonds de l’usage de la violence armée dans la vie de ces combattantes. La collecte de sources féminines sur le sujet permettrait de renouveler l’historiographie et d’en savoir plus sur les expériences spécifiques de la violence par les femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Trévisi, « Nicolas Handfield, Julie Le Gac et Chloé Poitras-Raymond (dir.), Femmes en guerre de l’époque médiévale à nos jours »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 20 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8663 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8663

Haut de page

Auteur

Marion Trévisi

Université de Picardie Jules Vernes, Amiens, mariontrevisi@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search