Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Compte rendusVéronique Lochert, Les femmes aus...

Compte rendus

Véronique Lochert, Les femmes aussi vont au théâtre. Les spectatrices dans l’Europe de la première modernité

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2023, 376 p.
Ludivine Panzani
Référence(s) :

Véronique Lochert, Les femmes aussi vont au théâtre. Les spectatrices dans l’Europe de la première modernité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2023, 376 p.

Texte intégral

  • 1 Véronique Lochert, Marie Bouhaïk-Gironès, Céline Candiard, Fabien Cavaillé, Jeanne-Marie Hostiou, M (...)

1Les femmes aussi vont au théâtre. Les spectatrices dans l’Europe de la première modernité est un travail de recherche qui s’appuie sur un riche corpus de sources, centrées sur la France, l’Angleterre, l’Espagne et la péninsule italienne. Véronique Lochert y dresse une analyse comparative qui met en valeur les points de convergence et les différences culturelles traversant le public féminin de ces quatre pays, faisant écho au travaux menés sur le temps long de l’ouvrage Spectatrices ! De l’Antiquité à nos jours paru en 20221. L’étude s’inscrit dans une longue première modernité, s’étendant du tournant du XVIsiècle jusqu’à la fin du XVIIe siècle afin de « saisir des phénomènes qui obéissent à des temporalités différentes et décalées » (p. 21) dans les pays étudiés et d’appréhender leurs rapports. Si l’ouvrage adopte une perspective essentiellement littéraire, des travaux sociologiques ou historiques sont également mobilisés pour décentrer « le regard habituellement porté sur le théâtre de la première modernité » (p. 20).

2Le premier chapitre permet de saisir les conditions matérielles et les pratiques sociales liées à la fréquentation féminine des salles de spectacle en soulignant les enjeux de la spatialité au théâtre. L’association des femmes aux espaces privés se trouve ainsi reconsidérée par l’analyse de leur pratique de spectatrice. V. Lochert évoque notamment les rapports socio-spatiaux qui se jouent dans les salles de spectacle à travers une géographie genrée de l’espace théâtral, différente selon les pays et les théâtres. Ce chapitre évoque également la visibilité des spectatrices qui, par leur présence dans les lieux de divertissement, participent à la « comédie sociale dont le théâtre apparaît comme un des lieux privilégiés » (p. 91) ou qui, au contraire, n’hésitent pas à se dissimuler derrière un masque pour éviter d’être reconnues. On saisit ainsi pleinement les enjeux de représentation liés au fait de « voir et d’être vues » (p. 79) au théâtre qui s’inscrivent dans une perspective genrée et questionnent le rôle du regard masculin sur ces spectatrices accusées de participer à une « économie du désir » (p. 92).

3V. Lochert s’intéresse ensuite aux adresses réalisées à destination des spectatrices présentes dans les textes et les paratextes théâtraux. Son approche permet de mettre en valeur l’importance de la réception féminine dans les stratégies artistiques et commerciales menées tant par les acteurs que par les auteurs ou les éditeurs. Ce second chapitre donne accès à la « dimension métalittéraire dont se trouve chargée la spectatrice » (p. 109) en postulant que les pratiques dédicataires « dessinent ainsi des spectatrices bien réelles » (p. 123) et participent à la reconnaissance d’une nouvelle catégorie dans le public théâtral. Tantôt appelées à se taire, tantôt édifiées en juges de la qualité de l’œuvre, les femmes jouent un « rôle moteur » (p. 133) dans la réception des pièces de théâtre aux XVIe et XVIIe siècles. En croisant les diverses formes d’adresses, ces recherches permettent de reconsidérer leur place de médiatrice de l’art théâtral, participant ainsi à la légitimation d’une « autorité culturelle féminine » (p. 155). L’étude des formes de métaphores destinées aux spectatrices crée un « jeu de miroir » (p. 184) en leur offrant des modèles et des contre-modèles qui les impliquent directement dans la réflexion théorique.

4Mobilisées dans un discours sur la régulation des théâtres, les spectatrices se trouvent également au cœur des polémiques théâtrales dans la première modernité. V. Lochert propose d’analyser dans un troisième temps la place des femmes dans des pamphlets et des textes théâtrophobes qui connaissent un regain avec le développement des salles de spectacle commerciales. Elle livre des éléments sur la sociologie du public et la façon dont les spectatrices sont invoquées pour dénoncer certaines pratiques théâtrales, comme le travestissement ou la mise en scène de personnages féminins jugés immoraux. C’est en présentant les femmes comme des victimes des divertissements théâtraux, à travers l’évocation de la « violence faite aux spectatrices » (p. 207), que le théâtre est condamné : « qu’il s’agisse de démontrer l’utilité ou la nocivité des spectacles, c’est toujours aux dépens de la femme, démasquée ou séduite, violentée et châtiée, que s’exerce l’efficacité du théâtre » (p. 233), souligne l’auteure. Ces textes reflètent néanmoins la part d’activité des femmes dans les représentations qui témoigne d’une relative liberté dans leur réaction face aux représentations.

5L’émergence et la normalisation des personnages de spectatrices dans les représentations théâtrales durant la période fait également l’objet d’une étude spécifique. V. Lochert montre ce que ces spectatrices fictives disent de la fréquentation des femmes au théâtre et des différences de genre qui se jouent sur scène. Révélateur d’une attention croissante portée aux enjeux de réception, les commentaires de ces personnages de théâtre suggèrent « une spécificité de la réception féminine » (p. 276) qui tend à reconnaître les femmes comme une catégorie du public à part entière. En introduisant des figures de spectatrices et en leur donnant la parole, les dramaturges de l’époque contribuent « à la controverse sur l’utilité morale et sociale du théâtre » (p. 283) mais aussi à la visibilité de l’auditoire féminin. Les textes théâtraux permettent également d’appréhender l’implication de personnages féminins dans la critique dramatique, offrant la possibilité aux spectatrices fictives de formuler leur goût à l’égal des hommes.

6La dernière partie de l’ouvrage est enfin consacrée à quatre études de cas de véritables spectatrices que sont Isabelle d’Este, Margaret Cavendish, Elizabeth Pepys et Madame de Sévigné. Ces regards croisés de femmes issues de milieux sociaux différents donnent accès à des expériences théâtrales singulières. L’analyse de ces témoignages apporte des éléments socio-historiques qui ancrent dans le réel les pratiques de spectatrices chez qui le théâtre occupe une place importante de leur vie personnelle. Pour certaines d’entre-elles, le goût du théâtre s’inscrit dans une pratique familiale à l’instar d’Elizabeth Pepys qui partage sa passion avec son mari ou de Madame de Sévigné qui échange avec sa fille sur les pièces auxquelles elle a assisté. Le lien entre l’activité de spectatrice et la pratique d’écriture fait également l’objet d’un éclairage, en particulier dans l’étude sur Margaret Cavendish, soulignant l’agentivité des femmes qui fréquentent les salles de spectacle. Ce travail permet ainsi de saisir l’« autonomie de ces femmes qui jugent et apprécient en toute indépendance » (p. 324) en redonnant la voix aux spectatrices de la première modernité.

Haut de page

Notes

1 Véronique Lochert, Marie Bouhaïk-Gironès, Céline Candiard, Fabien Cavaillé, Jeanne-Marie Hostiou, Mélanie Traversier (dir.), Spectatrices ! De l’Antiquité à nos jours, Paris, CNRS éditions, 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludivine Panzani, « Véronique Lochert, Les femmes aussi vont au théâtre. Les spectatrices dans l’Europe de la première modernité »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8688

Haut de page

Auteur

Ludivine Panzani

Université de Lille – Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS – UMR 8529), ludivine.panzani@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search