Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Compte rendusSara Petrosillo, Hawking Women. F...

Compte rendus

Sara Petrosillo, Hawking Women. Falconry, Gender, and Control in Medieval Literary Culture

Columbus, The Ohio State University Press, 2023, 200 p.
Clémentine Girault
Référence(s) :

Sara Petrosillo, Hawking Women. Falconry, Gender, and Control in Medieval Literary Culture, Columbus, The Ohio State University Press, 2023, 200 p.

Texte intégral

1Assistant professor en littérature médiévale et moderne à l’université d’Evansville (Indiana), Sara Petrosillo publie avec Hawking Women l’ouvrage tiré de la thèse qu’elle a soutenue en 2016. Dans les pas de Peggy McCracken (In the Skin of a Beast, 2017) et de Karl Steel (How to / How not to Make a Human, 2011 et 2019), S. Petrosillo offre la lecture séduisante d’un corpus littéraire où se rencontrent des personnages féminins et des oiseaux de proie, et propose d’identifier la fauconnerie à une pratique de lecture entre la fin du XIIe et le XIVe siècle. Son analyse, mise en perspective par le commentaire de textes didactiques et d’une dizaine d’images, est accompagnée d’un lexique succinct (p. 179-182).

  • 1 Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 3793.

2L’ouvrage est construit autour de l’exploration du paradoxe du contrôle et du lâcher prise (« control and release ») intrinsèque à l’entraînement des oiseaux pour la chasse au vol (« hawking ») et établi comme similaire à la pratique poétique avec laquelle il est intimement lié. Pariant sur un imaginaire partagé, le livre nous transporte dans un premier temps à la cour de l’empereur Frédéric II avec le De arte venandi cum avibus (chapitre 1, « Control ») et la tenzone « Tapina in me » / « Vis’ amoros’, angelico e clero » contenue dans le Canzoniere Vaticano (chapitre 2, « Release »)1. La lecture nous emmène ensuite au sud de l’Angleterre, d’abord entre Oxford et Reading où fut vraisemblablement copié le manuscrit Harley 978 qui contient les lais de Marie de France précédés d’un court traité de fauconnerie (chapitre 3, « Enclosure »). Puis, elle nous conduit dans le Londres des années 1330 d’où nous est parvenu le manuscrit Auchinleck, dans lequel se trouve l’une des versions de Sir Orfeo (chapitre 4, « Seeling »). Le cinquième et dernier chapitre, « Mewing », offre quant à lui, comme un clin d’œil aux miscellanées du Harley 978 (p. 81), un commentaire croisé du roman du Cligès de Chrétien de Troyes (1176), du fabliau Guillaume au faucon (première moitié du XIIIe siècle) et du Dit de l’alerion de Guillaume de Machaut.

  • 2 Voir la thèse notable d’Olga Karaskova, Marie de Bourgogne et le Grand Héritage : l’iconographie pr (...)

3Sous la plume de S. Petrosillo, la fauconnerie (« falconry »), autant l’entraînement de l’oiseau que l’instruction du fauconnier, devient un poste d’observation privilégiée des rapports de domination de genre et d’espèce : « this book outlines a medieval poetics of control arising from a culture of training hawks and women into apparent submission » (p. 2). Soumission apparente, car la fauconnerie témoigne aussi de la précarité de ces rapports. Le travail long et coûteux de sélection et de préparation des oiseaux est toujours susceptible d’être défait. Chaque manipulation, qu’il s’agisse de ciller les yeux de l’oiseau, de le faire sortir de sa mue ou, plus évidemment encore, de le relâcher pour le vol, constitue pour lui une occasion de se soustraire à l’autorité de l’autoursier. L’intérêt de l’étude de S. Petrosillo est de démontrer que la littérature courtoise s’empare de ces instants suspendus, de ces gestes consistant à ceindre ou à déclore, dans un contexte qui n’est pas nécessairement celui de la cynégétique. Elle montre également que la fragilité inhérente au lien entre l’oiseau et l’humain ouvre logiquement une faille dans les dominations de genre qui lui sont assignées, ainsi que des possibilités d’agentivité pour les femmes dans ces relations interspécifiques, qu’elles-mêmes chassent au vol ou qu’elles se fassent représenter avec leurs oiseaux. Si le dossier n’est pas entièrement neuf et si l’excursion de S. Petrosillo dans le champ de la sigillographie aurait gagnée à être prolongée, son analyse littéraire dialogue néanmoins agréablement avec les conclusions des nombreux travaux menés sur Marie de Bourgogne et sur sa revendication du « faucon bourguignon »2.

4Par ailleurs, l’attention bienvenue que porte l’autrice aux supports des textes qu’elle étudie lui permet non seulement de les faire dialoguer entre eux, mais encore de saisir la façon dont ils ont pu être reçus. À ce titre les troisième et quatrième chapitres font les propositions d’intertextualité les plus stimulantes, offrant en creux des modèles et contre-modèles de masculinités aristocratiques. Les instructions de l’oncle sur la manière de capturer puis de faire s’épanouir l’oisillon en ferme dans le Harley 978 éclaire la lecture de Yonec, lai de Marie de France reprenant le topos de la mal-mariée. On comprend vite que si la jeune épouse dépérit dans sa tour, c’est qu’elle y est mal enfermée : « the hawking treatise affirms the inefficacy of the lord’s mode of enclosing the lady, using readers’ knowledge about hawking to delegitimize the lord’s claim to his wife’s body » (p. 94) Ce même enfermement se fait pourtant désirable quand la tour devient le lieu des rencontres avec l’amant, qui pénètre dans la chambre sous la forme d’un autour et qui rend sa beauté à son amie. De la même manière, la fauconnerie est une clef de lecture permettant de suggérer une nouvelle interprétation de la scène d’automutilation d’Heurodis dans Sir Orfeo après son enlèvement en songe par le roi-fée. Éblouie par la ville d’argent et ne pouvant échapper au destin que le roi-fée lui annonce, elle se lacère le visage tel le faucon que le piètre autoursier a mal acclimaté.

5Enfin, S. Petrosillo discute et contextualise certains thèmes attendus comme l’amant-faucon des poèmes et des ivoires, ou encore le jeu de mot faucon/faux-con pour désigner en demi-mots le sexe féminin. Toutefois, elle ne se contente pas de mettre au jour les différentes analogies genrées exprimées au prisme de la fauconnerie. Au-delà des métaphores, l’autrice s’attache à voir dans la diversité des relations entre femmes et oiseaux de proie des possibilités de résistance aux « poétiques du contrôle » initialement établies. Cette démonstration repose sur le constat, peu discuté dans le champ de l’histoire des animaux, que l’on chasse avant tout avec les oiseaux femelles, plus grands que les mâles (p. 13), mais néanmoins désignées au masculin dans les textes. S. Petrosillo propose donc de penser « the female as the default » (p. 60), ouvrant une série de rencontres entre des femmes et des oiselles grâce auxquelles « the symbolic hierarchy between human and hawk weakens » (p. 169).

6Nous pourrions nous joindre au débat du choix des pronoms. Toutefois, un autre argument nous semble plus intéressant : au Moyen Âge, distinguer les mâles et les femelles au sein d’une même espèce est relativement rare. Le plus souvent, c’est dans le cadre des discours sur la génération que cette distinction de genre s’opère. Les oiseaux de proie, dont la reproduction en captivité n’a été maîtrisée que dans la seconde moitié du XXe siècle, ont sûrement ainsi, plus que toutes les autres espèces, échappé à ces catégorisations. Cette proposition, loin d’affaiblir la thèse de l’autrice, à savoir que cette littérature témoigne d’une inquiétude quant au fait que la fauconnerie a accordé aux femmes une trop grande liberté d’expression et de mouvement (p. 19), permettrait au contraire d’historiciser la façon dont ont pu se construire les rapports de genre et d’espèce à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Notes

1 Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 3793.

2 Voir la thèse notable d’Olga Karaskova, Marie de Bourgogne et le Grand Héritage : l’iconographie princière face aux défis d’un pouvoir en transition (1477-1530), thèse de doctorat en Histoire de l’art, Lille, Université Charles-de-Gaulle Lille 3, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Girault, « Sara Petrosillo, Hawking Women. Falconry, Gender, and Control in Medieval Literary Culture »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8702

Haut de page

Auteur

Clémentine Girault

Université Paris Cité – EHESS, clem.girault@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search