Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Compte rendusGeneviève Pezeu, Des filles chez ...

Compte rendus

Geneviève Pezeu, Des filles chez les garçons. L’apprentissage de la mixité

Paris, Vendémiaire, 2020, 256 p.
Marianne Thivend
Référence(s) :

Geneviève Pezeu, Des filles chez les garçons. L’apprentissage de la mixité, Paris, Vendémiaire, 2020, 256 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la version largement remaniée de la thèse de doctorat en sciences de l’éducation que Geneviève Pezeu a soutenue en 2018 (cf. le résumé dans Genre & Histoire : https://journals.openedition.org/​genrehistoire/​3957). Les contraintes éditoriales ont certainement poussé à la réduction considérable de l’appareil critique – on se reportera à l’inventaire détaillé des sources directement dans la thèse disponible en ligne – mais elles ont aussi peut-être encouragé ce travail de vulgarisation de très grande qualité. L’autrice retrace, d’une écriture fluide et alerte, la mise en place séculaire de la mixité dans l’enseignement secondaire, qui n’était alors connue que de manière parcellaire via quelques études de cas. On dispose désormais d’une vue d’ensemble, non seulement utile aux historien·nes de l’éducation et de la jeunesse, mais également aux enseignant·es et pédagogues car, comme l’indique l’autrice elle-même, « il s’agit, en somme, de rendre son histoire à la mixité pour la rendre performante » (p. 24). Les enquêtes sociologiques des années 2000 ont en effet bien montré que la mixité n’entraînait pas automatiquement l’égalité entre les sexes. Selon Geneviève Pezeu, cela tient aussi au fait que le concept de mixité n’a pas été réellement pensé, dans les milieux pédagogiques comme politiques, et ce malgré les nombreuses expériences « d’enseignement mixte » – c’est-à-dire d’acceptation de la présence de filles dans les collèges et lycées de garçons – menées sur le terrain depuis le début du XXe siècle.

2L’apprentissage de la mixité est ici observé par le haut (positions et encadrement des pratiques par le ministère) et par le bas (positions des chef·fes d’établissements, des professeur·es, pédagogues, parfois des élèves). L’observation porte exclusivement sur le collège et le lycée, et écarte les filières techniques et professionnelles, pourtant autres voies de prolongation des scolarités. On peut le regretter, car elles ont également connu des organisations mixtes de publics adolescents qui auraient pu servir de points de comparaison pour l’étude des discours ou des pratiques : ainsi en va-t-il des cours professionnels du soir mis en place dès la fin du XIXe siècle pour préparer aux brevets de l’enseignement ou former à la comptabilité, au sein des sections commerciales d’écoles primaires supérieures ou d’écoles pratiques de commerce durant l’entre-deux-guerres.

3L’histoire de la mixité scolaire est donc retracée en quatre chapitres qui font la part belle à la période de l’entre-deux-guerres, moment où le co-enseignement progresse fortement dans les collèges et lycées de garçons. Durant cette période en effet, plus d’un établissement public secondaire de garçons est ouvert aux filles. La pratique, encadrée par le ministère, de Léon Bérard à Édouard Herriot, répond à une très forte demande des familles pour que leurs filles reçoivent une meilleure formation secondaire. Le sous-équipement du territoire en établissements féminins est en effet flagrant et la formation de leurs professeures encore insuffisante. À l’appui d’approches locales, cette demande sociale est bien analysée, qui émane des classes moyennes sans patrimoine, enseignant·es en tête. Ces pionnières chez les garçons sont aussi de très bonnes élèves, souvent enfants uniques. Pour l’administration, on le sait, les logiques économiques priment, l’organisation de la mixité évitant toujours soit l’ouverture d’un lycée de filles, soit la fermeture d’un collège de garçons. L’analyse fait également une large place aux positions des actrices et acteurs de terrain, comme Jeanne Petitcol, professeure de lettres et sous-directrice pour les filles du collège de garçons de Sarrebruck, qui s’inquiète au milieu des années 1920 de la généralisation des classes mixtes conduisant à oublier les besoins éducatifs spécifiques aux filles. Si on entend peu les élèves sur leurs expériences de mixité – les témoignages directs sont trop rares –, les rapports des chefs d’établissements abondent quant à eux, qui soulignent à l’envi la « saine émulation » et meilleure discipline obtenues en contexte mixte – car c’est aux filles d’être irréprochables. Les directrices sont beaucoup plus nuancées, qui voient dans la mixité l’outil pour maintenir et renforcer l’enseignement des garçons au détriment de la promotion des études féminines. Toutefois, l’idée de mixité progresse, portée notamment par le mouvement pour l’éducation nouvelle et de l’éducation populaire (CEMEA et Auberges de jeunesse).

4Au sortir de la guerre, la mixité scolaire n’est toujours pas assumée au ministère, alors que collèges et lycées connaissent les premiers signes d’engorgement. Ainsi le plan Langevin Wallon, matrice des grandes réformes de démocratisation scolaire à venir, ne discute-t-il même pas de l’éducation mixte, pas plus que de l’éducation des filles ! C’est plutôt sous l’impulsion de Gabriel Monod, directeur de l’enseignement du second degré au ministère de l’Éducation, que certaines des « classes nouvelles » mises en expérimentation pratiquent la mixité. De même, des annexes de lycée et quelques lycées climatiques pratiquent la mixité, sans doute considérée comme une évidence puisqu’elle est rarement commentée. Il faut surtout attendre les réformes de 1959 et 1963 pour que la mixité se banalise rapidement, dans les collèges puis dans les lycées. Au milieu des années 1960, presque la moitié des établissements secondaires sont devenus mixtes, sans que cette pratique ne remette en cause le fonctionnement scolaire : quand le corps est en jeu, dans la cour de récréation, au réfectoire ou même devant l’entrée du lycée, la ségrégation spatiale est toujours de mise. Finalement, c’est aux filles de s’adapter au fonctionnement des écoles de garçons et tout se passe comme si les filles étaient minoritaires, comme durant l’entre-deux-guerres. Dans les années 1950, la mixité et les filles à l’école n’intéressent qu’à la marge pédagogues ou socio-psychologues, et quand l’attention est là, les mêmes arguments qu’au début du siècle sont avancés : complémentarité, collaboration, émulation, mais aussi outil pour combattre l’homosexualité masculine. Si à la fin des années 1960, les lycéen·nes se mobilisent localement pour réclamer des aménagements afin de mieux vivre la mixité, l’Éducation nationale demeure quant à elle en retrait. Ainsi, la réforme Haby de 1975, qui impose la mixité à tous les niveaux sans la nommer (« élèves des deux sexes »), met l’égalité socio-économique au cœur du projet d’égalité des chances, pas l’égalité entre les sexes. La conversion de la mixité en projet pédagogique n’a pas eu lieu.

5En guise d’épilogue, l’autrice retrace l’histoire très contemporaine de la mixité, érigée en 1982 comme principe égalitaire entre les sexes (circulaire du 22/07/1982) puis travaillée par les sciences sociales et médiatisée autour de ses prétendus « pièges » tendus aux garçons menacés dans leur identité par la réussite des filles. C’est sur la base de l’ensemble de ces travaux que Geneviève Pezeu propose une réflexion pour une pédagogie de l’équité, qui suppose la prise en compte, en contexte mixte, des différentes catégories qui composent les groupes d’élèves, qu’elles soient de sexe, de classe ou de race. En finir donc avec « l’élève », ce masculin neutre demeuré la mesure de toute chose de l’école massifiée… et mixte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Thivend, « Geneviève Pezeu, Des filles chez les garçons. L’apprentissage de la mixité »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8713 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8713

Haut de page

Auteur

Marianne Thivend

Université Lumière Lyon 2, LARHRA, marianne.thivend@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search