Navigation – Plan du site

AccueilNumeros32Compte rendusÉliane Viennot, L’âge d’or de l’o...

Compte rendus

Éliane Viennot, L’âge d’or de l’ordre masculin. La France, les femmes et le pouvoir 1804-1860

Paris, CNRS Éditions, 2020, 384 p.
Scarlett Beauvalet
Référence(s) :

Éliane Viennot, L’âge d’or de l’ordre masculin. La France, les femmes et le pouvoir 1804-1860, Paris, CNRS Éditions, 2020, 384 p.

Texte intégral

1L’âge d’or de l’ordre masculin est le quatrième tome d’une vaste étude consacrée par Éliane Viennot aux femmes et au pouvoir en France depuis le Ve siècle, le présent volume étant centré sur les années 1804-1860. Dans six des sept chapitres que comporte ce travail, l’auteure présente le socle réglementaire et l’ensemble des discours et des théories sur lesquels repose l’exclusion des femmes de la sphère politique, le dernier chapitre portant sur le point de vue et les actions des féministes. C’est donc très largement une revue des dispositifs et des discours qui ont contribué à consolider la domination masculine qui est ici retracée, tous les moyens, ou presque, étant bons pour empêcher l’instauration de l’égalité des sexes.

2Le premier chapitre permet à l’auteure de faire la transition avec l’ouvrage précédent et notamment de proposer un tour d’horizon, en 1804, des systèmes politiques adoptés en France et en Europe. Il en ressort que partout, la politique est considérée comme une affaire d’hommes. En France, avec le Code civil promulgué en mars 1804, la toute-puissance masculine est instaurée dans le domaine privé. S’y ajoute tout un arsenal législatif et réglementaire qui aboutit à une masculinisation du sommet de l’État mais aussi de l’ensemble de ses strates. En dehors de très rares exceptions, les femmes sont exclues de la vie politique et militante et, quand elles enfreignent la règle, comme en 1848 par exemple, elles tombent sous le coup de la répression. Jeanne Deroin, l’une des premières à oser se présenter à la députation pour les élections législatives, et Pauline Roland, autre figure de proue, sont arrêtées de même qu’environ trois cents femmes compromises dans les émeutes de juin. L’étude des différents dispositifs législatifs montre que la mise en dehors du jeu politique des femmes est inscrite dans toutes les constitutions, jamais contestée, voire même renforcée au cours du temps.

3La sujétion des femmes est aussi une réalité sociale et intellectuelle. Les dispositions du Code civil sont inchangées, parfois aggravées et les filles restent en dehors des grandes lois éducatives, à l’exception des maisons d’éducation de la Légion d’honneur créées par Napoléon et destinées aux filles pauvres. Contrairement aux garçons qui bénéficient de l’intérêt de l’État, l’éducation des filles est laissée à des initiatives privées, le plus souvent religieuses. De la même manière, dans le domaine du travail, les femmes occupent des emplois peu qualifiés et elles ne bénéficient ni du statut ni des salaires de leurs homologues masculins. L’accentuation de la différence entre hommes et femmes s’étend dans tous les domaines, jusqu’à celui du corps avec le retour du corset en 1804.

4La défense de l’ordre masculin ne passe pas que par l’arsenal législatif et réglementaire, elle est aussi légitimée par les discours des juristes, des médecins, des philosophes et écrivains, des historiens… La parole publique apparaît comme « une chasse gardée masculine » dont les membres sont prompts à se moquer et à dénigrer celles qui se piquent d’écrire. La guerre est déclarée aux bas-bleus et plus généralement à toutes les écrivaines. Toute une production de traités, de réflexions sur « la femme » et son rôle fleurit. La puissance des pères et des maris est sans cesse rappelée par les juristes ou les philosophes, une supériorité que les médecins justifient par le recours à la « nature ». Si le thème n’est pas nouveau, il connaît un important développement durant toute la période. Éliane Viennot propose à ses lecteurs et lectrices des exemples variés de cette entreprise de légitimation de l’ordre masculin, de nombreuses citations venant étayer les développements. Elle souligne à cette occasion le manque de travaux sur le discours des protestants.

5Le chapitre consacré à la question du pouvoir des femmes dans la production historique du premier XIXe siècle est particulièrement neuf et original. Plus de cinquante ouvrages traitant de l’Histoire de France ainsi que des Abrégés, Tableaux chronologiques et Précis sont analysés. On suit sur le temps long les appréciations sur la loi salique, les reines de France, les gouvernantes et les régentes, les femmes combattantes telles Jeanne d’Arc, les femmes de la Révolution, en particulier la légende noire de Théroigne de Méricourt. Sans surprise, au vu de ce qui précède, les revendications des femmes pour les droits politiques sont oubliées ou presque. Cette exploration historiographique montre que non seulement les femmes sont exclues de la scène politique mais aussi qu’elles sont réduites à « l’état de traces ».

6Après avoir longuement montré les raisons et les différentes modalités de l’exclusion des femmes et du maintien de l’inégalité des sexes, Éliane Viennot clôt son livre par un chapitre consacré aux féministes. Des femmes – on peut discuter de leur nombre – ont en effet toujours manifesté et résisté contre la subordination de leur sexe. S’il est bien certain qu’on ne saurait dans un seul chapitre présenter toutes les actions entreprises, ce qui n’est d’ailleurs pas l’objet de ce livre, on voit néanmoins à partir de quelques grandes figures, Claire Démar, Jeanne Deroin, Flora Tristan, Eugénie Niboyet, Désirée Gay, Suzanne Voilquin, Fanny Richomme entre autres, comment les femmes s’organisent et par quels moyens elles se font entendre, tantôt avec des hommes (les saint-simoniennes), tantôt seules (les clubs féminins, les associations professionnelles, la presse…). Sous la forme de réquisitoires, par voie de presse mais aussi dans des romans, des femmes dénoncent la condition qui est la leur, en particulier l’absence de droits civils et l’exclusion des droits civiques. Presque toutes revendiquent l’accès à l’instruction.

7Si, en 1860, date à laquelle se termine cette histoire de l’âge d’or de l’ordre masculin, ce dernier est encore largement prévalent, les ferments introduits dans la société française en matière d’égalité des sexes sont déjà bien présents, une histoire sans doute dévoilée dans une prochaine étape.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Scarlett Beauvalet, « Éliane Viennot, L’âge d’or de l’ordre masculin. La France, les femmes et le pouvoir 1804-1860 »Genre & Histoire [En ligne], 32 | Automne 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 20 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/genrehistoire.8723

Haut de page

Auteur

Scarlett Beauvalet

Université de Picardie Jules Verne, scarlett.beauvalet@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search