Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33L’Olympisme des femmes face à l’a...

L’Olympisme des femmes face à l’antiféminisme sportif (1921-1936)

Women’s Olympism and antifeminism in sport (1921-1936)
Florys Castan-Vicente

Résumés

En 1928, les Jeux olympiques d’Amsterdam accueillent pour la première fois des épreuves d’athlétisme pour les femmes. Cette ouverture est immédiatement suivie d’un recul, puisque dès la fin des Jeux, le CIO se déclare opposé aux courses de plus de 100 m en arguant de la trop grande faiblesse physique des femmes. Devant le refus du CIO d’ouvrir les épreuves d’athlétisme aux sportives, ces dernières militent pour intégrer les JO tout en créant leur propre institution séparatiste. En s’organisant en fédération internationale indépendante (la FSFI ou Fédération sportive féminine internationale), elles créent une institution concurrente du CIO et défient l’antiféminisme sportif sur son propre terrain. Le sport international de compétition devient ainsi un espace de lutte investi par des femmes, des travailleuses, des classes moyennes et populaires. En effet, l’ambition de la FSFI ne se limite pas à défier l’ordre du genre, mais comporte également une dimension sociale. La FSFI et ses « Jeux mondiaux », calqués sur le modèle des JO, ont pour objectif de démontrer les capacités physiques des femmes lors d’épreuves internationales, ainsi que leurs capacités à s’organiser et se diriger de manière indépendante, sans tutelle masculine. Les attaques du mouvement sportif sont ainsi permanentes durant toute la vie de la FSFI (1921-1936) afin de tenter de rétablir l’ordre du genre dans l’espace international des sports. Après une première période relativement favorable et de développement du mouvement (1920-1928), les attaques redoublent, et avant la fin des années 1930, la plupart des organisations de sportives reliées à la FSFI, et la FSFI elle-même, disparaissent, souvent suite à une reprise en main par des organisations masculines et leurs dirigeants. Nous montrerons ainsi que les attaques contre la FSFI, réseau de sportives indépendantes, s’apparentent à des attaques antiféministes, menées par un réseau d’opposants venus de diverses fédérations masculines nationales et internationales. En retour, l’accent sera mis sur les réponses à ces attaques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple : Williams Wythe, « Americans beaten in 4 olympic tests », The New York Times, 3 août 1 (...)
  • 2 Anaïs Bohuon, Entre santé et pathologie : discours médicaux et pratique physique et sportive fémini (...)

1En 1928, les Jeux olympiques d’Amsterdam accueillent pour la première fois des épreuves d’athlétisme ouvertes aux femmes. Cette ouverture est immédiatement suivie d’un recul, puisque dès la fin des Jeux, le CIO se déclare opposé aux courses de plus de 100 m, suite au scandale que déclenche l’épreuve de course du 800 m. En effet, la fatigue de certaines participantes fait l’objet d’une exagération portée par des journalistes sportifs internationaux1, permettant ensuite à ceux qui s’opposent à l’ouverture de l’athlétisme aux femmes de réaffirmer que leur trop grande fragilité (conçue comme naturelle et immuable) les rend incapables de prendre part à des courses de fond et de demi-fond2.

  • 3 Emmanuel Bayle et Patrick Clastres (dir.), Global Sport Leaders - A Biographical Analysis of Intern (...)
  • 4 Joan W. Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du Grif, 37-38, 19 (...)

2Les femmes sont admises aux Jeux olympiques dès 1900, à Paris, mais dans des épreuves considérées par le CIO comme de simples démonstrations ; puis à partir de 1908, à Londres, dans de véritables épreuves au nombre très limité, et sans athlétisme. Comme les organisations françaises, les institutions internationales du sport sont dirigées par un club fermé d’hommes âgés, issus des élites sociales européennes et dotés de valeurs conservatrices, notamment concernant les droits des femmes3. Les rapports conflictuels entre les organisations de sportives et de sportifs seront donc analysés sous l’angle du genre, défini ici en suivant Joan W. Scott comme une « catégorie utile d’analyse historique » et « un élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes, et […] une façon première de signifier des rapports de pouvoir4 ».

  • 5 Dispute historiographique soulignée dans un article sur Alice Milliat par Florence Carpentier, « Al (...)
  • 6 Pierre Arnaud, « Sport et anti-féminisme : mythe ou réalité ? La construction historique d’une prob (...)
  • 7 Florence Rochefort, « L’antiféminisme : un nouveau champ de recherche », Vingtième Siècle. Revue d’ (...)
  • 8 Florys Castan-Vicente, « Un corps à soi ? Activités physiques et féminismes durant la « première va (...)
  • 9 Florence Carpentier, art. cit., 2019. Florys Castan-Vicente, op. cit., 2020. Florys Castan-Vicente, (...)

3L’existence d’un antiféminisme sportif fait débat dans l’historiographie5. En 1997, l’historien du sport Pierre Arnaud est invité à un colloque sur « l’antiféminisme en France de la Belle Époque aux années 1930 » : selon lui, il n’y aurait aucun lien entre sport et féminisme ou antiféminisme6. Son intervention témoigne d’une incompréhension entre histoire du féminisme et histoire du sport. La question du lien entre les deux domaines est interprétée comme le fruit d’une ignorance réciproque : « Il y a d’abord une réelle difficulté à mettre en relation l’histoire du sport et l’histoire du féminisme. Si le féminisme n’est guère familier aux historiens du sport, le sport est, sauf exception remarquable, ignoré par les historiennes du féminisme7 ». L’historienne des féminismes Florence Rochefort souligne son désaccord avec l’historien du sport, qui marque l’historiographie française jusqu’à nos jours8. Depuis, les liens entre sport et féminismes en France ont été démontrés9.

  • 10 Helen Chenut Harden, « Antiféminisme », in Christine Bard, Dictionnaire des féministes. France xvii (...)

4En effet les résistances à la mise en place d’épreuves internationales pour les femmes participent pleinement des hiérarchies historiquement construites, en reléguant les femmes aux activités esthétiques, hygiéniques, d’intérieur et de préférence sans compétition. Les acteurs du monde fédéral mobilisent les mêmes types d’arguments que les opposants à l’égalité civile ou professionnelle10.

  • 11 Ibid.
  • 12 Annelise Maugue, L’identité masculine en crise au tournant du siècle, 1871-1914, Paris, Payot & Riv (...)
  • 13 Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940, Paris, Fayard, 1995.

5À partir des années 1900, la montée de la revendication des droits suscite une hostilité : « Féministes et antiféministes incarnent deux logiques antagonistes qui interagissent de façon dialectique11 », chacun⋅e tentant de convaincre l’opinion et de faire évoluer la société dans son sens. L’antiféminisme est la doctrine qui s’oppose au féminisme ; en France, contrairement aux États-Unis et à la Grande-Bretagne, les antiféministes ne forment pas de mouvement organisé, mais utilisent des références, arguments et procédés communs. Leurs discours varient peu à travers les siècles, et s’inspirent de théories anciennes sur l’infériorité naturelle, biologique, intellectuelle et physique des femmes. Les féministes y sont accusées d’être responsables du déclin des valeurs familiales et de la dénatalité. L’antiféminisme cherche à susciter la peur des femmes émancipées, ou « femmes nouvelles », en brandissant la menace d’une dévirilisation des hommes, et d’une inversion des rôles sociaux12. Il s’en prend aux émancipées, caricaturées comme monstrueuses, frigides et androgynes ; il est souvent également xénophobe13. Les antiféministes de la IIIe République mettent particulièrement l’accent sur la négation de l’égalité des droits au nom de la prétendue nature faible et malade des femmes. La pensée antiféministe se renforce après la Première Guerre mondiale, dans un contexte de pertes démographiques importantes, et encore davantage dans les années 1930 parallèlement à la montée de l’antiparlementarisme et de l’antisémitisme.

6De même, les opposants aux sportives avancent des arguments de moralité (les épreuves sportives sont vues comme des exhibitions publiques impudiques) ou de faiblesse physique, qui éloigneraient les sportives des épreuves jugées plus dures et donc plus masculines et virilisantes. De ce fait, l’interdiction d’accès à ces disciplines empêche les sportives de faire publiquement leurs preuves et donne l’occasion de réaffirmer une suprématie physique masculine. Les oppositions et tentatives de déstabilisation face aux organisations de sportives seront ainsi analysées comme participant de la pensée et des pratiques antiféministes.

  • 14 Jean-Marc Delaunay et Yves Denégère (dir.), Femmes et relations internationales au xxe siècle, Pari (...)

7Devant le refus du CIO d’ouvrir les épreuves d’athlétisme aux femmes, les organisatrices et sportives militent pour intégrer les JO, tout en organisant de manière séparatiste leur propre institution. En effet, dans l’entre-deux-guerres, les organisations internationales de femmes ont déjà une histoire qui dure depuis le xixe siècle, et connaissent une nouvelle dynamique. Des mouvements, principalement occidentaux, centrés autour de l’Europe et des États-Unis, s’allient autour de différentes causes, comme la lutte contre l’esclavage dans les années 1850, puis à la fin du siècle contre la prostitution et pour le droit de suffrage et le droit au travail des femmes. Puis dans l’entre-deux-guerres, l’apparition d’institutions internationales telle la Société des Nations encourage les échanges transnationaux entre mouvements de femmes14. La fondation de la FSFI (Fédération sportive féminine internationale) s’ancre donc dans une dynamique plus large qui a pu faciliter son émergence, mais n’a pas permis son maintien à long terme.

  • 15 Laure Bereni, Anne Revillard, « Les femmes contestent. Genre, féminismes et mobilisations collectiv (...)

8En France, les sportives se réunissent au sein de la Fédération des sociétés féminines sportives de France (la FSFSF) depuis 1917. Cette fédération permet de premières rencontres internationales ponctuelles, jusqu’à la fondation de la FSFI en 1921. Cette dernière naît à l’initiative de la présidente des fédérations nationale et internationale, Alice Milliat, avec l’objectif de former un « mouvement de femmes15 » international, de se constituer en espace de liberté pour les sportives, de concurrencer les Jeux olympiques et de défier l’ordre du genre représenté par le CIO et l’IAAF (International Amateur Athletics Federation). De 1921 à 1936, la FSFI se développe et multiplie les initiatives, les compétitions internationales, permettant aux sportives de voyager, de se rencontrer, d’échanger et de faire progresser les records mondiaux. Dès leurs créations, la FSFI et ses branches nationales connaissent des attaques de détracteurs, mais résistent et se maintiennent au cours des années 1920. Dans les années 1930, ces attaques redoublent, et avant la fin de la décennie, la plupart des organisations de sportives reliées à la FSFI, et la FSFI elle-même, disparaissent. Cette disparition fait souvent suite à une reprise en main par des organisations masculines qui souhaitent explicitement remettre les sportives sous tutelle. Ces diverses initiatives peuvent ainsi apparaître comme résultant d’une volonté de restreindre l’autonomie et les tentatives d’émancipation des sportives.

  • 16 Florence Carpentier et Jean-Pierre Lefèvre, « The Modern Olympic Movement, Women’s Sport and the So (...)
  • 17 Kevin Wamsley et Guy Schultz, « Rogues and Bedfellows: The IOC and the Incorporation of the FSFI », (...)

9En France et dans le monde, la FSFI a déjà fait l’objet de plusieurs travaux, établissant les faits et leur chronologie16. L’organisation est par ailleurs souvent décrite comme le lieu d’une lutte pour l’égalité des droits17. Il s’agira donc ici de se concentrer sur les attaques, conçues comme antiféministes, subies par l’organisation internationale des sportives, en montrant les mécanismes de solidarité de ses opposants au sein des institutions nationales et internationales. L’accent sera également mis sur les réponses à ces attaques.

  • 18 Florys Castan-Vicente, « Un corps à soi ? », thèse citée.

10À l’appui de mon travail de thèse, il s’agira ainsi de confronter les sources produites par les fédérations indépendantes des sportives et celles produites par leurs opposants, autant dans les archives officielles des organisations que dans les interventions de leurs dirigeant·es dans les médias18. Les fonds consultés sont les archives de la FSFI (Musée national du sport ou MNS, Nice), et celles du CIO (Lausanne), complétées par des extraits du quotidien sportif français L’Auto, qui suit de près la carrière d’Alice Milliat et les conflits entre institutions sportives.

Ouvrir les frontières du sport aux femmes

L’Olympisme par les hommes, pour les hommes

  • 19 Expression de Pierre de Coubertin, « Les femmes aux Jeux Olympiques », Revue olympique, 79, juillet (...)
  • 20 Florence Carpentier et Jean-Pierre Lefèvre, « The Modern Olympic Movement », art. cit.

11Depuis la création des Jeux olympiques modernes en 1896, jusqu’à la période couverte par cet article, la participation des femmes aux compétitions internationales est marginale et invisibilisée. Leur intégration est lente, très progressive et montre une réticence particulière à accepter les épreuves d’athlétisme. Sous la pression exercée par la FSFI et ses branches nationales, les femmes y sont finalement acceptées à partir de 1928, non sans débats intenses et retours en arrière ponctuels. La participation des femmes aux Jeux olympiques à l’égal des hommes est l’une des revendications majeures de la carrière de dirigeante d’Alice Milliat. Dès son arrivée à la tête de la FSFSF, elle demande officiellement au président du CIO, Pierre de Coubertin, d’ouvrir les Jeux olympiques plus largement aux femmes, et notamment les épreuves d’athlétisme. Celui-ci est fermement opposé à ce qu’il qualifie d’« olympiade femelle19 ». Face à ce refus, la dirigeante décide d’organiser le sport international des femmes de manière séparatiste20. La FSFI naît ainsi d’une volonté de développement séparé, pour contrer la fermeture des fédérations internationales et du CIO aux femmes, démontrer les capacités physiques des femmes à prendre part à des compétitions internationales, ainsi que leurs capacités à s’organiser et se diriger de manière indépendante. En effet, empêcher l’accès des femmes au plus haut niveau de compétition, en interdisant les activités jugées les plus difficiles et intensives – jugées donc nécessairement masculines – permet de continuer à affirmer leur incapacité naturelle à y prendre part.

Une structure séparatiste de sportives

  • 21 MNS, CR du 1er congrès de la FSFI, 31 octobre 1921.
  • 22 MNS, CR du 1er congrès de la FSFI, 31 octobre 1921.
  • 23 David Powell, « Getting women back on track proves uphill task », The Times, 21 août 2000.
  • 24 Ann Hall, « Alexandrine Gibb: In “No Man’s Land Of Sport” », The International Journal of the Histo (...)

12La FSFI est créée à l’initiative d’Alice Milliat le 31 octobre 1921 à Paris. En introduction du congrès fondateur, elle présente la création de la FSFI comme une « nécessité » liée au « développement très rapide » de la FSFSF, qui suggère le potentiel d’une même initiative à l’international21. Les pays fondateurs sont les États-Unis, la Tchécoslovaquie, la Grande-Bretagne, la France, l’Italie et l’Espagne. Alice Milliat tente d’appliquer les principes de la FSFSF à la FSFI, et de diffuser son modèle séparatiste à l’international : le règlement de la FSFI mentionne ainsi que chaque pays souhaitant y participer doit adhérer via une fédération de sportives non-mixte. Ce règlement suscite ainsi la création de fédérations séparatistes dans différents pays22 : dès 1922, la Grande-Bretagne crée la WAAA (Women’s Amateur Athletics Association), qui persiste jusqu’en 199123 puis, en 1926, se créent des fédérations en Italie, Suède, Suisse, Canada24. La FSFI se veut ainsi une réunion d’organisations séparatistes et encourage différents pays à créer des fédérations de sportives, plutôt que de dépendre des traditionnelles fédérations masculines.

  • 25 Florys Castan-Vicente, Anaïs Bohuon et al. « Les pionnières françaises du sport international des f (...)

13Néanmoins, une grande partie des délégués nationaux à la FSFI sont des hommes, médecins, militaires, entraîneurs : la Tchécoslovaquie n’est représentée que par des hommes, tandis que pour la plupart des pays, femmes et hommes se partagent la charge de représenter leur fédération (États-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie…). La non-mixité de la direction, effective en France, apparaît ainsi impossible à l’échelle internationale. Les sports organisés sont l’athlétisme, et quelques sports collectifs : basket-ball, hockey, football, hazena (forme de handball d’Europe de l’Est). Certaines activités, en particulier le football, sont modifiées selon des principes de modération et d’atténuation (dimension des terrains, temps de jeu, évitement de certains contacts) afin d’obtenir l’aval des médecins qui jouent un rôle important dans la légitimation des pratiques pour les femmes25. Ces concessions entrent dans la logique de consolidation de l’institution, qui suppose de multiplier les soutiens, dans et en dehors des milieux féministes, dans le but d’arriver à moyen terme à la non-mixité.

  • 26 Alice Milliat, « Excelsior », Sportives, éducation physique et sports féminins, 9 septembre 1922.
  • 27 « Le deuxième congrès de la Fédération sportive féminine internationale », Sportives, éducation phy (...)
  • 28 MNS, statuts la FSFI, 1921-1922.

14Les fédérations masculines voient la création de la FSFI avec indifférence, moquerie ou hostilité. En France, Milliat évoque des « sourires ironiques26 » qui accompagnent la naissance de la fédération internationale. En Grande-Bretagne, le désintérêt prévaut. Quant à la Belgique, elle ne rejoint jamais l’organisation ; la cause en serait selon Milliat « une campagne de malveillance et l’asservissement total des sportives belges à un groupe masculin27 ». Face à l’indifférence et l’hostilité du mouvement olympique, la FSFI fait le choix stratégique de se placer en concurrence directe avec le CIO : elle met en place son « Comité international » et ses « Jeux olympiques féminins », qui auront lieu tous les quatre ans28.

Concurrencer les Jeux olympiques

  • 29 Alice Milliat, « Une ère nouvelle pour la femme », Programme officiel des premiers Jeux Olympiques (...)
  • 30 Florys Castan-Vicente, Anaïs Bohuon et Lucie Pallesi, « “Ni de seins, ni de règlement”. L’athlète V (...)
  • 31 « Stade Pershing, défilé de l’équipe de France [meeting international d’athlétisme féminin] », Agen (...)
  • 32 Maurice Pillet, « La grande réunion internationale féminine », La Française, 19 août 1922.

15La France reçoit en 1922 à Paris les premiers Jeux organisés par la FSFI. Ils réunissent la Tchécoslovaquie, les États-Unis, la Suisse et la France. Alice Milliat se saisit de l’occasion pour dénoncer ses opposants et salue en exergue du programme les « hardies novatrices » qui ont sorti l’éducation physique des « formules étroites et improductives » où elle était « emmurée29 ». La cérémonie d’ouverture s’aligne sur le déroulement des Jeux du CIO : les équipes défilent derrière leurs drapeaux nationaux. La championne multisports Violette Morris30 ferme le cortège français qui défile devant un public venu nombreux31. La cérémonie montre ainsi une volonté d’imiter les rituels des Jeux olympiques du CIO, afin de démontrer que la FSFI est son égale. Ces jeux sont présentés comme un succès dans la presse française et le journal féministe La Française encourage ses lectrices à y assister entre amies. Il rappelle : « Cette œuvre magnifique a été réalisée au milieu de difficultés incessantes créées par certains hommes32 ». Après les Jeux, il signale :

  • 33 Maurice Pillet, « Aurons-nous une fédération unique ? », La Française, 2 septembre 1922.

Les négateurs ont été obligés de s’incliner devant les résultats. […] Personne ne peut plus nier que le sport féminin, après quelques années seulement d’existence, a su s’organiser et s’imposer nationalement et internationalement d’une façon si solide que son avenir est assuré33.

16Milliat, comme la presse féministe qui la soutient, perçoit ces jeux comme une réussite en réponse à des volontés hostiles souhaitant contrôler les sportives et limiter leurs activités afin de maintenir l’ordre du genre dans l’espace des compétitions sportives.

  • 34 Alice Milliat, « Le pouvoir international du sport athlétique féminin. La mainmise masculine a été (...)
  • 35 Par exemple : CR du 6e congrès de la FSFI, 9 septembre 1926, MNS ; L’Écho des Sports, 7 septembre 1 (...)
  • 36 MNS, CR des 4e et 5e congrès de la FSFI, 27-29 août 1926 et 1er-3 août 1928. On compte 17 pays memb (...)

17Le succès des Jeux de 1922 invite à leur pérennisation, tandis que le CIO ne semble pas vouloir modifier son programme. Alice Milliat déclare dans L’Auto : « Je suis d’avis que les épreuves athlétiques féminines ne doivent pas figurer au programme des Jeux olympiques masculins34 ». Elle poursuit ainsi la voie de l’organisation séparée. Les jeux suivants ont lieu à Göteborg (1926), Prague (1930), Londres (1934) et sont également considérés par la FSFI et par la presse comme des réussites, tant du point de vue du public que des records battus par les participantes35. En 1934, la FSFI est en pleine croissance. Jusqu’à la disparition de la fédération en 1936, le nombre de pays membres ne cesse d’augmenter36.

  • 37 Archives du CIO, lettre d’Alice Milliat à Henri de Baillet-Latour, 25 janvier 1931.
  • 38 MNS, réunion du comité international, 3 juillet 1931.
  • 39 Florys Castan-Vicente et Anaïs Bohuon, « Emancipation through sport? Feminism and medical control o (...)

18En 1931, considérant les progrès de la FSFI, et devant l’impossibilité de dialoguer avec le CIO et l’IAAF qui proposent la réduction du nombre d’épreuves ouvertes aux femmes, Alice Milliat écrit au CIO pour réclamer l’indépendance des femmes athlètes37. Elle demande que l’on supprime toutes les épreuves ouvertes aux femmes des Jeux olympiques et que le CIO reconnaisse la FSFI comme souveraine : « Nous sommes convaincues d’être dans la vérité en désirant que les femmes aient leurs Jeux indépendants – suivant la tradition antique ». Le docteur Bergmann, délégué allemand à la FSFI, propose d’ouvrir les Jeux mondiaux féminins à de nouveaux sports pratiqués par les femmes, en particulier la natation38. Ainsi, la FSFI s’engage davantage dans la consolidation de sa stratégie séparatiste et la pérennisation de ses Jeux. L’organisation se développe, de nombreux pays la rejoignent et les différents Jeux sont des succès, montrant par les records affichés la progression des sportives à l’échelle mondiale. Si le discours de la FSFI prend parfois des tonalités différentialistes – attendues au regard de la pensée féministe de l’époque39 –, l’institution n’en défie pas moins l’ordre du genre au sein de l’espace international du sport. En effet, en tant qu’organisation séparatiste, qui rejette la tutelle des fédérations masculines et prétend faire la démonstration des capacités des sportives à s’organiser elles-mêmes, la FSFI perturbe l’ordre du genre et apparaît comme telle aux yeux des organisations masculines concurrentes. Mais elle doit finir par céder en 1936, malgré la constitution d’un solide réseau international, victime des nombreuses attaques du CIO.

L’antiféminisme sportif en action

Le CIO, une internationale antiféministe en lutte pour l’hégémonie dans le champ sportif

19Antiféminisme et féminisme sportif se répondent de manière dialectique : la stratégie séparatiste répond à des formes d’exclusion institutionnelle, et provoque alors des réactions d’hostilité et des tentatives de réappropriation du sport des femmes.

  • 40 Émile Anthoine, « La France centre mondial du sport féminin », Les Sportives, 6 janvier 1923.
  • 41 Ibid.
  • 42 Alice Milliat, « Le pouvoir international du sport athlétique féminin. La mainmise masculine a été (...)
  • 43 Dixite, « Une bonne nouvelle. Les fédérations internationales d’athlétisme masculine et féminine vo (...)
  • 44 Ibid.

20Pour Émile Anthoine, allié d’Alice Milliat, les fédérations masculines s’inquiètent face au « développement inespéré et prodigieux40 » de la FSFI. Alors que l’IAAF lance une consultation sur le sort à réserver à la FSFI, il affirme que « ces gens ne connaissent absolument rien du tout » aux sportives. Il évoque un « égoïsme masculin » qui tend à la « mégalomanie41 ». Milliat renchérit et qualifie dans la presse l’enquête de l’IAAF de « mesquines jalousies42 ». Faisant référence au contexte français, elle rappelle que la dernière tentative de « mainmise masculine a été un échec retentissant », dans ce cadre « une lutte est peu souhaitable43 ». Pleinement consciente des enjeux de pouvoir, elle affirme : « Les sportives voulurent leur pouvoir international. Il fut créé et prospéra44 ».

  • 45 Kevin Wamsley et Guy Schultz, « Rogues and Bedfellows », art. cit.
  • 46 Mary Leigh et Thérèse Bonin, « The Pioneering Role of Madame Alice Milliat and the FSFI in Establis (...)
  • 47 Pierre de Coubertin, Leçons de pédagogie sportive, 1921, cité par Nathalie Rosol, « Pour une partic (...)
  • 48 Archives IAAF Menton, lettre de F. Reichel à S. Edström, 14 décembre 1921, et lettre de J. Genet à (...)
  • 49 Kevin Wamsley et Guy Schultz, « Rogues and Bedfellows », art. cit.

21Une longue série d’hostilités s’ouvre alors. Les attaques menées par le CIO et l’IAAF s’expliquent en effet par le fait qu’ils considèrent l’existence de la FSFI comme un « affront », une menace pour leur contrôle du sport international45. Les deux institutions sont hostiles à la FSFI et tentent d’obtenir sa dissolution. En effet, au-delà de leurs préjugés sur l’inadaptation physique et l’impudeur des sportives, les dirigeants des deux organisations sont également fortement opposés au mouvement féministe. En 1923, le CIO débat sur le mouvement féministe et les « excès et abus » auxquels il donne lieu46. Pierre de Coubertin tourne en dérision les revendications d’égalité et considère absurde la « campagne féministe [pleine de] passion et d’expression exagérées47 ». Cet esprit perdure après le départ de Coubertin, ses collègues partageant ses idées. Siegfried Edström, dirigeant suédois, fonde et préside l’IAAF de 1912 à 1946 et participe à la commission exécutive du CIO à partir de 1921. Selon lui, le CIO doit contrôler les sportives : il ne saurait exister d’organisme indépendant. En 1921, depuis la France, Franz Reichel (secrétaire général du Comité olympique français) et Joseph Genet (président de la FFA, Fédération française d’athlétisme) demandent à l’IAAF de reprendre en main « vigoureusement » les sportives48. C’est dans ce contexte général d’hostilité que le CIO constate le succès des Jeux mondiaux de Paris en 1922 : il accuse alors la FSFI d’utiliser abusivement le terme « olympique », et de « dépasser les limites des droits des femmes49 ».

  • 50 Créée en 1922 et dirigée essentiellement par des hommes, elle prône une activité physique des femme (...)
  • 51 Louis Vénard, « La voie suivie par les sports féminins jusqu’à dimanche était-elle la bonne ? », L’ (...)
  • 52 Philippe Tétart, « Champion androgyne, combattante et danseuse. Portrait flou de Suzanne Lenglen (1 (...)

22L’opposition à Milliat et à la FSFI se joue également à l’échelle nationale. Louis Vénard, secrétaire général de la Fédération féminine française de gymnastique et d’éducation physique50 (FFFGEP, concurrente de la FSFSF), est radicalement opposé au sport pour les femmes. Il souhaite qu’elles pratiquent uniquement une gymnastique d’entretien, sans compétitions et sous stricte surveillance masculine et médicale. Après une tentative de putsch qui échoue contre la fédération française, il s’en prend à la FSFI dans L’Auto51 : le titre « record du monde » est trop imposant, celui d’« olympique » trop pompeux pour une femme ; comme aux premiers temps du mot « championne52 », c’est l’aspect honorifique du titre qui dérange.

Une nouvelle offensive internationale et coordonnée

  • 53 MNS, CR de la réunion du comité international de la FSFI, 28 avril 1926.
  • 54 Ibid.
  • 55 G.V., « Une seule Fédération internationale peut régir légalement l’athlétisme masculin ou féminin  (...)
  • 56 Ibid.
  • 57 Ibid.

23En 1926, alors que la FSFI s’étend et prépare ses deuxièmes Jeux, l’IAAF lance une nouvelle offensive. Edström propose la disparition de la FSFI, remplacée par une commission de direction des sportives dépendante de l’IAAF53. Parallèlement, différentes fédérations nationales masculines mènent des manœuvres contre des fédérations féminines indépendantes. Des menaces planent sur la toute jeune fédération suédoise des sportives qui organise les Jeux : son représentant, Einar Lillie, assure que malgré les déclarations de l’IAAF, les jeux de Göteborg auront lieu comme prévu, ayant obtenu le « puissant patronage du Prince héritier54 ». La fédération française reçoit également des menaces de Joseph Genet, président de la FFA : selon lui, si la FSFI rejoint l’IAAF, les femmes auront « toute liberté d’action », pour le « contrôle réel de la super-fédération masculine55 ». Mais si la FSFI refuse de disparaître, « ce serait une guerre, dans laquelle l’athlétisme féminin n’aurait rien à gagner56 ». L’Auto se moque : « Où l’on apprend que les femmes ne se dirigent elles-mêmes que parce que les hommes le veulent bien57 ». L’offensive est donc menée conjointement sur deux fronts, national et international.

  • 58 « M. Eldstrom [sic] nous parle du sport féminin... et de l’amateurisme en général », L’Auto, 7 mars (...)

24Au-delà des fédérations nationales, l’IAAF souhaite prendre le contrôle de la FSFI dans son ensemble. Son président s’exprime dans L’Auto58. Le quotidien prend de nouveau le parti de Milliat et affirme : « Il faut laisser les femmes se diriger elles-mêmes » :

  • 59 Il existe en réalité une fédération internationale autonome en hockey, l’International Federation o (...)
  • 60 « M. Eldstrom [sic] nous parle du sport féminin... et de l’amateurisme en général », L’Auto, 7 mars (...)

L’Auto : Pouvez-vous me dire pourquoi vous êtes partisan de la mainmise des hommes sur le sport féminin ?
Sigfrid Edström (SE) : L’athlétisme est la seule branche où il y ait deux fédérations59. Si cet état des choses était vraiment désirable, croyez-vous que le lawn-tennis, l’aviron, la natation, etc. fonctionneraient mieux en étant régis par des femmes que par des hommes ?
L’Auto : Je vous demande pardon, mais… c’est moi qui pose la question… à l’envers !
SE : Je vous réponds tout de suite que l’ingérence des éléments masculins dans la direction du sport féminin est nécessaire. Question d’économie (on emploie les mêmes stades […]), question de facilité de groupement (nombre de clubs mixtes), question de juridiction plus facile à appliquer (obéissance unique aux mêmes règlements), etc.60

  • 61 La Lituanie ne répond alors à aucune sollicitation, les États-Unis font valoir une situation locale (...)
  • 62 MNS, CR de la réunion du comité international de la FSFI, 28 avril 1926.
  • 63 MNS, CR de la réunion du comité international de la FSFI, 28 avril 1926.
  • 64 R.P., « L’accord est établi entre les fédérations féminines et les fédérations masculines », L’Auto(...)

25L’article souligne que l’IAAF n’est pas désintéressée dans cette affaire, le journaliste prenant fait et cause pour la FSFI. La FSFI réagit en consultant ses fédérations membres et réunit son comité international. À l’exception de quelques fédérations qui ne peuvent prendre position pour des raisons diverses61, « toutes les autres fédérations sont unanimes à vouloir maintenir l’autonomie de la FSFI », en particulier la Grande-Bretagne, la Tchécoslovaquie, la Suisse et l’Italie62. Le Conseil de la fédération déclare ainsi la proposition d’Edström « inacceptable » et estime que la fédération « ne saurait disparaître étant donné le niveau de prospérité qu’elle a atteint63 ». Après plusieurs mois de négociations, Milliat accepte finalement un texte proposé par l’IAAF, dont elle se dit d’abord contente, avant de se rétracter64. En effet, le texte signé par la FSFI et l’IAAF est suffisamment ambigu pour que Milliat pense avoir conservé sa souveraineté, alors que l’IAAF proclame avoir pris le contrôle de sa fédération :

  • 65 MNS, CR de la réunion du 4e congrès de la FSFI, 27-29 août 1926.

La FSFI dirigera les sports athlétiques féminins en vertu d’une délégation du Conseil de l’IAAF. Elle devra se conformer aux règles techniques édictées par l’IAAF qui nommera à cet effet une commission spéciale, ainsi qu’à toute décision d’ordre général concernant ce sport65.

  • 66 MNS, CR de la réunion du comité international de la FSFI, 28 décembre 1926.

26Ainsi, Milliat pensait signer un texte portant exclusivement sur l’organisation des Jeux olympiques, tandis qu’il s’agissait de l’administration de la FSFI dans son ensemble qui était concernée par la délégation de pouvoir. Ce point met Milliat dans un embarras tel qu’elle propose sa démission, refusée par le comité international de la FSFI ; tous les pays présents sont d’accord pour maintenir l’indépendance66.

  • 67 Minutes de la commission IAAF-FSFI, Paris, 29 avril 1926. Cité par Florence Carpentier et Jean-Pier (...)

27Au cours de ces conflits, qui s’étendent sur plusieurs années, durant lesquelles Milliat est malade, elle se retrouve à plusieurs reprises face à l’IAAF et au CIO, avec la responsabilité de négocier directement avec eux. Il faut imaginer Milliat, seule femme, issue de la classe moyenne, au milieu d’hommes âgés issus de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie, à essayer de négocier avec eux sur un pied d’égalité alors qu’ils lui demandent de tenir lieu de secrétaire de séance67. En effet, le rapport de force entre la FSFI et les organisations masculines n’est pas seulement une question de genre, mais aussi de classe sociale, la plupart des sportives étant davantage issues des classes moyennes et populaires, et les membres du CIO principalement des aristocrates ou de riches bourgeois.

  • 68 MNS, CR du 5e congrès de la FSFI, 1er et 3 août 1928.

28La FSFI se maintient donc après l’offensive de 1926, mais certaines des attaques nationales portent leurs fruits : la fédération suisse disparaît cette même année, tandis qu’en Suède la fédération masculine réitère ses attaques et absorbe la fédération féminine qui disparaît en 192868. Ainsi, le CIO, l’IAAF et les fédérations d’athlétisme nationales s’organisent en un réseau international d’antiféminisme sportif tentant de mettre fin à une brève – mais fructueuse – indépendance des sportives.

La chute de la FSFI face à l’Allemagne nazie

  • 69 Mercedes Yusta Rodrigo, « Féminismes européens face aux fascismes », Encyclopédie pour une histoire (...)
  • 70 MNS, CR du 9e congrès de la FSFI, 6 août 1936.
  • 71 Gertrud Pfister, in Borhane Errais (dir.), La Femme d’aujourd’hui et le sport, Paris, Amphora, 1981 (...)
  • 72 Archives IAAF, CR du 12e congrès de l’IAAF, 1934.
  • 73 MNS, CR du 9e congrès de la FSFI, 6 août 1936.
  • 74 Archives IAAF, CR du 12e congrès de l’IAAF, 1934.

29À l’échelle internationale, la géopolitique européenne a un impact majeur sur la FSFI : « La progression du fascisme, que ce soit en Italie, au Portugal ou en Espagne, et son expression majeure dans le régime national-socialiste en Allemagne, s’accompagne d’un antiféminisme viscéral, avec des nuances selon les pays69 ». Concernant l’Allemagne, cet antiféminisme se manifeste également à travers un rejet des organisations indépendantes de sportives. Tout le sport est mis sous contrôle du parti nazi. Dès 1933, les délégué·es de l’Allemagne à la FSFI, proches de Milliat, sont remplacé·es par Mme Ostini et M. Voss, membres du parti nazi70. Également délégué à l’IAAF, ce dernier est à l’origine d’une ultime offensive contre la FSFI. En effet, il demande en 1934 que l’IAAF prenne le contrôle de toutes les épreuves et cesse toute coopération avec la FSFI. Voss est considéré comme l’« un des adversaires les plus acharnés du sport féminin71 » ; il s’agit officiellement, pour Karl Ritter von Halt, président de la fédération allemande, de rendre les Jeux mondiaux féminins inutiles en prenant en charge l’athlétisme féminin72. « Mais la lutte a continué73 » : Milliat comprend qu’il n’y a rien à attendre de ses adversaires, que « l’IAAF par la personne de son président et de ses amis directs, ne reculer[a] devant aucun moyen pour tuer la FSFI74 ». Face à cette nouvelle offensive, Milliat rappelle que c’est « suite au refus de l’IAAF de s’occuper de l’athlétisme féminin » qu’elle a pris l’initiative de créer la FSFI :

  • 75 MNS, CR du 8e congrès de la FSFI, 12 août 1934.

Après le succès des premiers Jeux à Paris en 1922 et le développement de notre fédération, l’IAAF voulut nous en déposséder […]. Aujourd’hui la FSFI s’est considérablement accrue et l’IAAF revient à la charge pour s’approprier le résultat d’un travail qui n’est pas le sien. À noter qu’elle n’a réussi à faire admettre que six épreuves féminines aux Jeux olympiques75.

30Voss répond que le but de la fédération allemande n’est pas de nuire à la FSFI mais simplement d’obtenir un programme complet aux Jeux olympiques, mais Milliat voit pointer le risque d’une disparition de la fédération sans conséquence assurée sur le choix des épreuves aux JO. La fédération riposte en s’attaquant à son tour aux épreuves jusque-là organisées par le CIO :

  • 76 Ibid.

La FSFI consentira à abandonner ses Jeux féminins mondiaux lorsque les Jeux olympiques comporteront en athlétisme un programme complet tel qu’existant à nos Jeux, et que la FSFI aura une représentation directe au CIO. La FSFI constate que le CIO a tendance à restreindre de plus en plus la participation féminine aux Jeux olympiques dans tous les domaines. Dans ces conditions elle estime qu’il lui appartient de reprendre l’idée d’organisation de Jeux olympiques féminins comprenant tous les genres d’activité sportive féminine76.

  • 77 MNS, CR du 9e congrès de la FSFI, 6 août 1936.
  • 78 R. M., « Des Jeux Olympiques pour les sportives ? », L’Auto, 21 août 1935.

31La motion est votée à l’unanimité. Dans une ultime provocation, la FSFI se réapproprie l’usage de terme « olympique » et envoie au CIO une brochure sur les « Jeux olympiques féminins77 ». Puis Milliat demande au CIO d’exclure intégralement les femmes des Jeux olympiques afin que celles-ci puissent être libres d’organiser leurs propres jeux. Devant la presse, le président Baillet-Latour fait mine d’accepter la proposition de Milliat, mais n’en fait rien78. Il déclare depuis Vienne :

  • 79 R. M., « Des Jeux Olympiques pour les sportives ? », L’Auto, 21 août 1935.

C’est d’un œil favorable que je verrais les femmes participer à des Jeux olympiques qui leur seraient spécialement réservés. Par suite de la participation des athlètes féminines aux Jeux, ceux-ci sont actuellement très surchargés. […] J’espère que l’olympiade de 1936 sera la dernière où la participation des femmes et des hommes sera admise. Je puis également vous déclarer que Vienne a déjà demandé l’organisation de la première olympiade féminine qui aurait lieu en 193879.

  • 80 Bulletin officiel du CIO, avril 1935.

32La FSFI se déclare immédiatement prête à organiser ces jeux, mais le CIO ne donne pas suite, puis rejette la proposition d’ajouter de nouvelles épreuves d’athlétisme aux Jeux de 193680.

  • 81 Marcel Oger, « La FFA prendra au printemps prochain la direction de l’athlétisme féminin », L’Auto, (...)

33En France, la FSFSF connaît des difficultés financières, et ne reçoit plus d’aide de l’État. En 1935, Milliat, malade, présente sa démission. Dans ce moment de vulnérabilité, la FFA s’octroie le droit de retirer l’athlétisme des activités de la FSFSF, accélérant sa chute81. La fédération française devient alors une branche de la FFA et la fédération allemande passe sous contrôle nazi. Autrement dit, en quelques années, la fédération qui a fondé la FSFI et celle qui remporte les meilleurs résultats disparaissent, avec la complicité des fédérations masculines et du régime nazi.

  • 82 Archives de l’IAAF, minutes du 13e congrès de l’IAAF, 1936.
  • 83 Nathalie Rosol, L’athlétisme féminin en France, op. cit.
  • 84 Annabelle Caprais, La place et le rôle des femmes dans la gouvernance des fédérations sportives nat (...)

34Tout comme la FFA, l’IAAF n’attend pas l’accord de la FSFI pour rejeter l’organisation des prochains Jeux mondiaux féminins, s’attribuer le monopole de l’organisation des épreuves internationales d’athlétisme pour les femmes et proclamer la dissolution de la fédération indépendante, sans aucune contrepartie82. L’IAAF reconnaît les records homologués par la FSFI mais annule les Jeux mondiaux de 1938 et ne retient du programme complet demandé que trois épreuves supplémentaires (200 m, saut en longueur et lancer de poids). Les sources manquent pour évoquer les conséquences concrètes pour les sportives de leur assimilation au mouvement sportif masculin dans chaque pays. Néanmoins, à partir des exemples de l’IAAF et de la France83, on voit un schéma général se dessiner : les fédérations masculines d’athlétisme absorbent les organisations féminines qu’elles transforment en sous-sections de leurs propres structures, sans laisser de place aux anciennes dirigeantes ayant fait leurs preuves. Les sportives se trouvent ainsi intégrées de force à des organisations où elles sont considérées comme secondaires, voire indésirables, ce qui a des conséquences concrètes en termes quantitatifs mais également qualitatifs (moins de compétitions, impossibilité de poursuivre des épreuves désormais considérées comme au-delà de leurs capacités, etc.). Quant aux sports collectifs également pris en charge par la FSFI, ils restent parfois exclus des fédérations masculines, ce qui contribue par exemple à la régression – et quasi-disparition – du football pour les femmes jusqu’aux années 1970. À l’inverse, la France donne aussi l’exemple de la situation relativement plus enviable des basketteuses, qui conservent une partie de leurs dirigeantes au sein de la Fédération française de basket-ball, ce sport étant considéré mieux « adapté » aux femmes et bénéficiant de l’action volontaire d’Anne d’Almeida84.

  • 85 Marie-Thérèse Eyquem, La femme et le sport, Paris, J. Susse, 1944, p. 60.
  • 86 Olivier Filleule (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, p. 30.

35La fin de la FSFI suit de peu la démission de Milliat. Depuis 1919, cette dernière se heurte en permanence au mur du CIO et de l’IAAF, qui délaient leurs réponses en se renvoyant la responsabilité des décisions. Ayant des soucis de santé depuis 1926, confrontée aux difficultés de la FSFSF, Milliat échoue sans cesse à son objectif premier : l’acceptation des épreuves d’athlétisme aux Jeux olympiques. Pour Marie-Thérèse Eyquem, Milliat « disparaît définitivement de la scène sportive, écœurée par l’ingratitude dont a été payé son dévouement85 ». Son retrait des deux fédérations peut être interprété comme un épuisement ou « burn out » militant, reconnu comme une cause fréquente de désengagement : il « exprime à la fois la fatigue physique et morale, la baisse de satisfaction et la frustration par rapport aux attentes de départ86 ». Il suit pour Milliat un double échec : celui de la fédération nationale, aux prises avec la crise économique et le désintérêt voire l’hostilité des pouvoirs publics, et celui de la fédération internationale, soumise depuis toujours à l’hostilité du CIO et de l’IAAF, et depuis 1933 prise dans la crise politique qui débouche bientôt sur la Seconde Guerre mondiale.

Conclusion

36Durant ces quinze ans d’histoire, la FSFI connaît, en plus des difficultés communes à toute organisation internationale, des manifestations hostiles spécifiques liées au genre. L’opposition des dirigeants sportifs internationaux se base sur une volonté de maintenir l’ordre du genre – et la hiérarchie de classe – par une tutelle sur les organisations de sportives et un rejet de l’égalité des sexes et du mouvement qui la prône ; autrement dit, ces attaques apparaissent proprement antiféministes. Cette volonté de maintenir une hiérarchie se dissimule derrière des discours affirmant la faiblesse physique des femmes, l’impudeur des sportives et leur incapacité à se diriger elles-mêmes.

37Malgré une dynamique de renforcement des organisations internationales de femmes dans l’entre-deux-guerres, qui bénéficie d’une solidarité féministe internationale, la FSFI échoue à créer des liens et à faire réseau. Isolée, elle ne peut résister longtemps aux attaques conjointes du CIO, de l’IAAF et des fédérations sportives nationales. L’idée d’une fédération dirigée par des femmes semble difficile à réaliser à l’international. Les femmes réellement présentes aux réunions de la FSFI restent minoritaires, malgré les efforts d’Alice Milliat. Contrairement à beaucoup d’organisations internationales de femmes, les sportives sont de plus en majorité des travailleuses issues des classes moyennes ou populaires. Responsables de la sphère domestique, attendues au travail et auprès de leurs potentiels époux et enfants, ces femmes voyagent encore peu seules dans le premier xxe siècle. Dans la plupart des pays concernés, elles n’ont d’ailleurs pas de droits politiques. Ainsi, dans un contexte d’inégalités fortes des droits politiques, civiques, familiaux… des femmes, des championnes, des dirigeantes, et leurs alliés, ont pu pendant quinze ans faire prospérer une entreprise inédite d’organisation internationale séparatiste de sportives. Cette initiative exceptionnelle (au sens où elle est une exception historique) explique le degré d’hostilité qu’elle soulève. Milliat et ses collègues transgressent les normes, ouvrent un espace d’émancipation et de prise de décision pour des femmes, et imposent (un temps) un modèle de femmes actives et indépendantes, avant de disparaître sous les coups d’une alliance internationale antiféministe, non sans avoir lancé la dynamique d’inscription des femmes dans des épreuves olympiques toujours plus nombreuses.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Williams Wythe, « Americans beaten in 4 olympic tests », The New York Times, 3 août 1928.

2 Anaïs Bohuon, Entre santé et pathologie : discours médicaux et pratique physique et sportive féminine (1880-1922), thèse de doctorat, Université Paris-Sud, 2008. Voir aussi Anaïs Bohuon, Le Test de féminité dans les compétitions sportives : une histoire classée X ?, Paris, Éditions iXe, 2012.

3 Emmanuel Bayle et Patrick Clastres (dir.), Global Sport Leaders - A Biographical Analysis of International Sport Management, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2018.

4 Joan W. Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du Grif, 37-38, 1988, p. 141.

5 Dispute historiographique soulignée dans un article sur Alice Milliat par Florence Carpentier, « Alice Milliat et le premier “sport féminin” dans l’entre-deux-guerres », 20 & 21. Revue d’histoire, 142, 2019, p. 93-107.

6 Pierre Arnaud, « Sport et anti-féminisme : mythe ou réalité ? La construction historique d’une problématique identité féminine par le sport (1900-1939) », in Serge Fauché et al., Sport et identités, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 17.

7 Florence Rochefort, « L’antiféminisme : un nouveau champ de recherche », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 57, 1998, p. 146-147.

8 Florys Castan-Vicente, « Un corps à soi ? Activités physiques et féminismes durant la « première vague » (France, fin du xixe siècle - fin des années 1930) », thèse sous la direction de Pascal Ory, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, 2020.

9 Florence Carpentier, art. cit., 2019. Florys Castan-Vicente, op. cit., 2020. Florys Castan-Vicente, Anaïs Bohuon et al., « Les pionnières françaises du sport international des femmes : Alice Milliat et Marie-Thérèse Eyquem, entre tutelle médicale et non-mixité militante ? », Staps, 125, 2019, p. 31-47.

10 Helen Chenut Harden, « Antiféminisme », in Christine Bard, Dictionnaire des féministes. France xviii-xxie siècle, Paris, PUF, 2017, p. 53.

11 Ibid.

12 Annelise Maugue, L’identité masculine en crise au tournant du siècle, 1871-1914, Paris, Payot & Rivages, 2001.

13 Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940, Paris, Fayard, 1995.

14 Jean-Marc Delaunay et Yves Denégère (dir.), Femmes et relations internationales au xxe siècle, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2006.

15 Laure Bereni, Anne Revillard, « Les femmes contestent. Genre, féminismes et mobilisations collectives », Sociétés contemporaines, 85, 2012, p. 5.

16 Florence Carpentier et Jean-Pierre Lefèvre, « The Modern Olympic Movement, Women’s Sport and the Social Order during the Inter-War Period », The International Journal of the History of Sports, 23, 2006, p. 1112-1127 ; André Drevon, Alice Milliat. La pasionaria du sport féminin, Paris, Vuibert, 2005 ; Ana Maria Miragay, « The Female Olympian: Tradition versus Innovation in the Quest for Inclusion », in Lamartine Da Costa, Olympic Studies-Current Intellectual Crossroads, Rio de Janeiro, Gama Filho, 2002, p. 307-338 ; Nathalie Rosol, L’athlétisme féminin en France (1912-fin des années 1970) : des athlètes en quête d’identité, thèse de doctorat de Staps, sous la direction de Thierry Terret et Jean Saint-Martin, Université Claude Bernard Lyon 1, 2005 ; Jean Williams, « Breaking into Olympic Circles: Women and Parallel Versions of the Olympic Games 1900-1936 », in Daphné Bolz, Florence Carpentier (dir.), « Special Issue: Olympism and International Sport Relations », Stadion, 38-39, 2013, p. 7-27.

17 Kevin Wamsley et Guy Schultz, « Rogues and Bedfellows: The IOC and the Incorporation of the FSFI », in Kevin Wamsley et al. (dir.), Bridging Three Centuries: Intellectual Crossroads and the Modern Olympic Movement, London, Ontario, International Centre for Olympic Studies, The University of Western Ontario, 2000, p. 113 : « Les dirigeantes du sport pour les femmes, et Alice Milliat étant la plus influente, se sont fortement battues et ont gagné le droit de participer plus largement aux Jeux Olympiques ».

18 Florys Castan-Vicente, « Un corps à soi ? », thèse citée.

19 Expression de Pierre de Coubertin, « Les femmes aux Jeux Olympiques », Revue olympique, 79, juillet 1912. En 1922, Milliat renouvelle sa demande d’inclusion d’un programme complet à Pierre de Coubertin, et se « heurt[e] à un refus formel » (CR de la réunion du comité international de la FSFI, 28 décembre 1926, MNS).

20 Florence Carpentier et Jean-Pierre Lefèvre, « The Modern Olympic Movement », art. cit.

21 MNS, CR du 1er congrès de la FSFI, 31 octobre 1921.

22 MNS, CR du 1er congrès de la FSFI, 31 octobre 1921.

23 David Powell, « Getting women back on track proves uphill task », The Times, 21 août 2000.

24 Ann Hall, « Alexandrine Gibb: In “No Man’s Land Of Sport” », The International Journal of the History of Sport, 18, 2001, p. 149-172.

25 Florys Castan-Vicente, Anaïs Bohuon et al. « Les pionnières françaises du sport international des femmes : Alice Milliat et Marie-Thérèse Eyquem, entre tutelle médicale et non-mixité militante ? », Staps, 125, 2019, p. 31-47.

26 Alice Milliat, « Excelsior », Sportives, éducation physique et sports féminins, 9 septembre 1922.

27 « Le deuxième congrès de la Fédération sportive féminine internationale », Sportives, éducation physique et sports féminins, 9 septembre 1922.

28 MNS, statuts la FSFI, 1921-1922.

29 Alice Milliat, « Une ère nouvelle pour la femme », Programme officiel des premiers Jeux Olympiques féminins, 1922, iconothèque de l’Insep.

30 Florys Castan-Vicente, Anaïs Bohuon et Lucie Pallesi, « “Ni de seins, ni de règlement”. L’athlète Violette Morris ou le procès de l’identité sexuée de l’entre-deux-guerres », 20 & 21. Revue d’histoire, 152, 2021, p. 87-105. Christine Bard, Une histoire politique du pantalon, Paris, Le Seuil, 2010.

31 « Stade Pershing, défilé de l’équipe de France [meeting international d’athlétisme féminin] », Agence Rol, 20 août 1922, BnF, Gallica. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53089108r.r=20-8-22,+stade+Pershing,+défilé+de+l'équipe+de+France.langEN (consulté le 5 juin 2024).

32 Maurice Pillet, « La grande réunion internationale féminine », La Française, 19 août 1922.

33 Maurice Pillet, « Aurons-nous une fédération unique ? », La Française, 2 septembre 1922.

34 Alice Milliat, « Le pouvoir international du sport athlétique féminin. La mainmise masculine a été un échec retentissant », L’Auto, 15 février 1923.

35 Par exemple : CR du 6e congrès de la FSFI, 9 septembre 1926, MNS ; L’Écho des Sports, 7 septembre 1930 ; « Women’s World Games », The Times, 13 août 1934.

36 MNS, CR des 4e et 5e congrès de la FSFI, 27-29 août 1926 et 1er-3 août 1928. On compte 17 pays membres en 1926. En 1928, la FSFI s’ouvre à l’Uruguay et à l’Égypte où s’est créée une Union sportive féminine. On compte jusqu’à 31 pays membres en 1936.

37 Archives du CIO, lettre d’Alice Milliat à Henri de Baillet-Latour, 25 janvier 1931.

38 MNS, réunion du comité international, 3 juillet 1931.

39 Florys Castan-Vicente et Anaïs Bohuon, « Emancipation through sport? Feminism and medical control of the body in interwar France », Sport in History, 40, 2020.

40 Émile Anthoine, « La France centre mondial du sport féminin », Les Sportives, 6 janvier 1923.

41 Ibid.

42 Alice Milliat, « Le pouvoir international du sport athlétique féminin. La mainmise masculine a été un échec retentissant », L’Auto, 15 février 1923.

43 Dixite, « Une bonne nouvelle. Les fédérations internationales d’athlétisme masculine et féminine vont s’entendre », Les Sportives, 29 juillet 1923.

44 Ibid.

45 Kevin Wamsley et Guy Schultz, « Rogues and Bedfellows », art. cit.

46 Mary Leigh et Thérèse Bonin, « The Pioneering Role of Madame Alice Milliat and the FSFI in Establishing International Track and Field Competition for Women », Journal of Sport History, 4, 1977, p. 72-83. Elles citent Otto Mayer, À travers les anneaux olympiques, Genève, Pierre Cailler, 1960, p. 103.

47 Pierre de Coubertin, Leçons de pédagogie sportive, 1921, cité par Nathalie Rosol, « Pour une participation des Françaises aux Jeux Olympiques », art. cit., p. 19.

48 Archives IAAF Menton, lettre de F. Reichel à S. Edström, 14 décembre 1921, et lettre de J. Genet à S. Edström, 22 décembre 1921. Lettres citées par Nathalie Rosol, L’athlétisme féminin en France, op. cit., p. 149.

49 Kevin Wamsley et Guy Schultz, « Rogues and Bedfellows », art. cit.

50 Créée en 1922 et dirigée essentiellement par des hommes, elle prône une activité physique des femmes limitée à la gymnastique et quelques sports atténués, sans compétition.

51 Louis Vénard, « La voie suivie par les sports féminins jusqu’à dimanche était-elle la bonne ? », L’Auto, 24 août 1922 ; « Contre l’exagération », L’Auto, 3 mai 1923.

52 Philippe Tétart, « Champion androgyne, combattante et danseuse. Portrait flou de Suzanne Lenglen (1913-1923) », International Review on Sport and Violence, 8, 2014, p. 63-82.

53 MNS, CR de la réunion du comité international de la FSFI, 28 avril 1926.

54 Ibid.

55 G.V., « Une seule Fédération internationale peut régir légalement l’athlétisme masculin ou féminin », L’Auto, 5 mai 1926.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 « M. Eldstrom [sic] nous parle du sport féminin... et de l’amateurisme en général », L’Auto, 7 mars 1926.

59 Il existe en réalité une fédération internationale autonome en hockey, l’International Federation of Women’s Hockey Associations (IFWHA), tandis que la FSFI est en fait multisports.

60 « M. Eldstrom [sic] nous parle du sport féminin... et de l’amateurisme en général », L’Auto, 7 mars 1926.

61 La Lituanie ne répond alors à aucune sollicitation, les États-Unis font valoir une situation locale complexe, la fédération canadienne vient de se créer.

62 MNS, CR de la réunion du comité international de la FSFI, 28 avril 1926.

63 MNS, CR de la réunion du comité international de la FSFI, 28 avril 1926.

64 R.P., « L’accord est établi entre les fédérations féminines et les fédérations masculines », L’Auto, 14 août 1926.

65 MNS, CR de la réunion du 4e congrès de la FSFI, 27-29 août 1926.

66 MNS, CR de la réunion du comité international de la FSFI, 28 décembre 1926.

67 Minutes de la commission IAAF-FSFI, Paris, 29 avril 1926. Cité par Florence Carpentier et Jean-Pierre Lefèvre, « The Modern Olympic Movement », art. cit.

68 MNS, CR du 5e congrès de la FSFI, 1er et 3 août 1928.

69 Mercedes Yusta Rodrigo, « Féminismes européens face aux fascismes », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe. https://ehne.fr/fr/node/12315 (consulté le 5 juin 2024).

70 MNS, CR du 9e congrès de la FSFI, 6 août 1936.

71 Gertrud Pfister, in Borhane Errais (dir.), La Femme d’aujourd’hui et le sport, Paris, Amphora, 1981, p. 42.

72 Archives IAAF, CR du 12e congrès de l’IAAF, 1934.

73 MNS, CR du 9e congrès de la FSFI, 6 août 1936.

74 Archives IAAF, CR du 12e congrès de l’IAAF, 1934.

75 MNS, CR du 8e congrès de la FSFI, 12 août 1934.

76 Ibid.

77 MNS, CR du 9e congrès de la FSFI, 6 août 1936.

78 R. M., « Des Jeux Olympiques pour les sportives ? », L’Auto, 21 août 1935.

79 R. M., « Des Jeux Olympiques pour les sportives ? », L’Auto, 21 août 1935.

80 Bulletin officiel du CIO, avril 1935.

81 Marcel Oger, « La FFA prendra au printemps prochain la direction de l’athlétisme féminin », L’Auto, 26 décembre 1935.

82 Archives de l’IAAF, minutes du 13e congrès de l’IAAF, 1936.

83 Nathalie Rosol, L’athlétisme féminin en France, op. cit.

84 Annabelle Caprais, La place et le rôle des femmes dans la gouvernance des fédérations sportives nationales, thèse de l’Université de Bordeaux, 2020 ; Annabelle Caprais et Florys Castan-Vicente, « La “Comtesse” du basket français : la trajectoire d’Anne d’Almeida au prisme des rapports sociaux (1892-1983) », European Studies in Sport History, à paraître.

85 Marie-Thérèse Eyquem, La femme et le sport, Paris, J. Susse, 1944, p. 60.

86 Olivier Filleule (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, p. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florys Castan-Vicente, « L’Olympisme des femmes face à l’antiféminisme sportif (1921-1936) »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8x

Haut de page

Auteur

Florys Castan-Vicente

Université Paris-Saclay, CIAMS/SCOS/CS2, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, florys.castan-vicente@université-paris-saclay.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search