Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Les femmes et les olympismes alte...

Les femmes et les olympismes alternatifs durant l’entre-deux-guerres

Women and alternative Olympics during the interwar period
Clément Dumas

Résumés

Cet article propose d’analyser de manière comparée la place des femmes dans les olympismes alternatifs durant l’entre-deux-guerres. Les mouvements sportifs juif, ouvrier et féminin partagent en commun une opposition au CIO et organisent des compétitions sportives inspirées des Jeux olympiques afin de porter des revendications politiques et sociales. Si le Maccabi et les organisations ouvrières sont porteurs de projets émancipateurs pour les Juifs et pour les ouvriers, ces deux mouvements sont empreints de conservatisme au sujet de la pratique sportive féminine. Leurs compétitions laissent pourtant une place non négligeable aux épreuves féminines, avec des programmes assez proches des Jeux féminins, tout en veillant à respecter les codes de la féminité. En envisageant les femmes comme actrices des jeux alternatifs, l’approche comparée montre que l’organisation et l’encadrement des jeux sont beaucoup plus féminisés dans les olympiades féminines, tandis que la figure de la championne est mise en avant pour illustrer la vitalité des olympismes alternatifs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 The Palestine Post, 9 août 1934.
  • 2 Patrick Clastres, Jeux olympiques, un siècle de passions, Paris, Les Quatre chemins, 2008, p. 54.
  • 3 Marianne Amar, « La sportive rouge (1923-1939). Pour une histoire des femmes au sein du sport ouvri (...)
  • 4 Florence Carpentier, « Alice Milliat et le premier “sport féminin” dans l’entre-deux-guerres », 20 (...)
  • 5 Cf. l’article de Florys Castan-Vicente dans ce même dossier.
  • 6 Jean Williams, « Breaking into Olympic Circles. Women and Parallel Versions of the Olympic Games 19 (...)
  • 7 Florys Castan-Vicente, Un corps à soi ? Activités physiques et féminismes durant la « première vagu (...)

1En août 1934, le journal sioniste The Palestine Post rapporte avec satisfaction que le drapeau bleu et blanc est présent dans le stade de White City à Londres, porté par l’une des dix athlètes juives représentant la Palestine aux Jeux mondiaux féminins de Londres1. Ces sportives se situent à l’intersection de plusieurs engagements, sportifs et politiques. Elles concourent tout d’abord à la légitimation de la pratique sportive féminine. En effet, au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’olympisme, quoiqu’apolitique et universaliste, reste un « masculinisme élitaire2 ». La réaffirmation de valeurs conservatrices de l’entre-deux-guerres, « période de transition entre modernité esquissée et traditions réaffirmées3 », se traduit par une volonté des dirigeants sportifs de limiter la pratique sportive féminine. Les principales craintes concernent la santé des femmes, qui serait mise en danger par des efforts excessifs et la violence physique, mais aussi la perversion morale que peut constituer le spectacle proposé4. Dans ce contexte, la Fédération sportive féminine internationale (FSFI) est créée en 1921 à Paris sous l’impulsion d’Alice Milliat5. Elle organise des Jeux olympiques féminins (à Paris en 1922), rebaptisés Jeux mondiaux féminins, afin de développer les pratiques sportives féminines et de répondre au refus du Comité international olympique (CIO) de mettre en place un programme sportif ouvert aux femmes. En rupture avec le CIO, la FSFI se pense comme une organisation séparatiste et indépendante, constituant pour Jean Williams un « internationalisme alternatif6 », même s’il faut souligner l’absence de véritables liens avec les organisations internationales féministes7.

  • 8 Tatjana Lichtenstein, « “An athlete like a soldier must not retreat”: Zionists, Sport, and Belongin (...)
  • 9 B’nai B’rith Messenger, 17 juin 1927.
  • 10 Musée national du sport (MNS), PV de la FSFI, 7e congrès, 11 et 12 septembre 1932.
  • 11 The Palestine Post, 9 août 1934.

2Par ailleurs, parmi les dix athlètes juives présentes aux Jeux féminins de Londres, deux d’entre elles – Zelda Schuliak et Shoshala Burstein – ont aussi participé la même année à la version européenne des Maccabiades à Prague. Représentantes de la section palestinienne de la Maccabi World Union (MWU), elles appartiennent à une organisation sportive sioniste créée en 1921 et constituée de 26 fédérations pour 120 000 athlètes en 19268. Le Maccabi entend obtenir la reconnaissance de l’existence de la nation juive en envoyant une délégation palestinienne aux Jeux olympiques. Se heurtant à plusieurs refus du CIO au motif que le Maccabi ne représente pas un pays souverain, le mouvement sportif sioniste constitue un véritable olympisme alternatif. Le projet d’une grande compétition internationale réunissant « des athlètes juifs de tous les coins du globe9 » prend forme en 1932, avec l’organisation de la première Maccabiade à Tel-Aviv, suivie d’une deuxième édition en 1935. Parallèlement, le Maccabi étend sa présence dans d’autres fédérations internationales : la Fédération internationale de football association (FIFA) en 1927, puis la FSFI lors du 7e congrès en septembre 193210. C’est à ce titre que le Maccabi envoie dix représentantes à Londres, en 1934, dans la dernière grande compétition organisée par la FSFI11.

  • 12 Florence Giust-Desprairies et Gilles Arnaud, « Introduction. Faire société autrement ? », Nouvelle (...)
  • 13 André Gounot, Les mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939), Strasbourg, Presses universit (...)

3Connaissant une situation de double marginalité, de genre et de race, ces sportives sont engagées dans deux mouvements qui partagent une volonté de proposer un modèle olympique alternatif, de « faire autrement », « où cet autrement se veut un “mieux”, un “plus pertinent”12 ». Or, durant l’entre-deux-guerres, l’olympisme fait également l’objet d’une appropriation par les internationalismes sportifs ouvriers. Subissant la scission du mouvement socialiste international au lendemain de la révolution bolchevique, le mouvement sportif ouvrier se divise entre une composante social-démocrate et une branche communiste. D’une part, l’Internationale sportive de Lucerne (ISL), fondée en 1920, est rebaptisée Internationale sportive ouvrière socialiste (ISOS) en 1928 lors de son rattachement officiel au mouvement international socialiste. D’autre part, l’Internationale rouge sportive (IRS), fondée à Moscou en 1921, rassemble les fédérations sportives communistes. Partageant une dénonciation des excès du sport bourgeois et de l’olympisme, qui incarneraient les valeurs du militarisme et du chauvinisme et détourneraient les travailleurs des luttes sociales, les deux internationalismes sportifs ouvriers entendent promouvoir une nouvelle culture sportive prolétarienne, par l’organisation d’olympiades ouvrières par l’ISOS et des Spartakiades par l’IRS13.

  • 14 Cette définition est inspirée de celle proposée par Pierre Arnaud pour qualifier le mouvement sport (...)

4La FSFI, l’IRS, l’ISOS et la MWU sont ainsi des organisations sportives à caractère politique, estimant représenter les intérêts et les aspirations d’un groupe défini par le genre, la classe ou la race, situé en marge du mouvement sportif. Elles incarnent des idéologies nées à la fin du xixe siècle, atteignant une maturité et un nouveau degré d’organisation durant l’entre-deux-guerres. Aussi, elles organisent des compétitions multisports internationales calquées sur le modèle des Jeux olympiques à des fins de propagande, « en tant qu’instrument de pression et de revendication sociale et politique14 », qui peuvent en ce sens être considérées comme des olympismes alternatifs.

  • 15 Brigitte Studer, « Communisme et féminisme », Clio, 41, 2015, p. 139-152. Au cours des années 1930 (...)
  • 16 Helmut Gruber et Pamela Graves (dir.), Women and Socialism–Socialism and Women: Europe Between the (...)

5Les travaux menés en dehors du champ du sport ont mis en évidence le rapport ambigu des mouvements ouvrier et sioniste à l’égard de la question féminine et du féminisme. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’Internationale communiste emboîte le pas à la Deuxième Internationale, qui était déjà porteuse d’un programme d’égalité politique entre les hommes et les femmes et avait tôt ouvert ses postes à responsabilités aux femmes. La révolution bolchevique, nourrissant l’espoir de construire un nouveau mode de vie, a initialement porté une vision émancipatrice des femmes, sans pour autant se revendiquer comme féministe. Aussi, le Komintern ainsi que les organisations communistes en Europe se fixent pour objectif d’éduquer les femmes à la politique et comptent des femmes parmi leurs membres dirigeants. Ce processus d’inclusion et d’émancipation, qui demeure inégal et mesuré selon les pays, est freiné dans les années 1930, alors qu’en URRS le modèle féminin traditionnel est mis en avant par le régime stalinien, qui valorise désormais le rôle d’épouse et de ménagère15. Le mouvement social-démocrate a quant à lui offert un espace d’expression par le biais d’organisations qui ont permis d’attirer l’attention sur un ensemble de sujets – le contrôle des naissances, le droit de suffrage, la réforme du code civil – sans que les responsables, masculins, infléchissent véritablement leur positionnement politique16.

  • 17  Lilach Rosenberg-Friedman a étudié le cas des femmes du mouvement sioniste religieux, qui exercent (...)
  • 18 Sur l’engagement des femmes dans le mouvement sioniste, voir les travaux suivants : Vincent Vilmain (...)
  • 19 Organisation internationale des femmes sionistes.

6La même ambiguïté caractérise le sionisme, qui a longtemps été associé à l’idée d’une égalité des sexes et d’une reconfiguration des normes de genre17. Dans le contexte de la colonisation juive de la Palestine débutée dès la fin du xixe siècle, les femmes pionnières travaillent à la mise en valeur du Yishouv, au même titre que les hommes. Le sionisme offre également un espace d’expression politique dans lequel s’engagent précocement les femmes juives, en particulier en Allemagne et en Pologne18. La création de plusieurs organisations féminines sionistes, en Palestine mais aussi dans la diaspora, à l’image de la Women International Zionist Organization19 (WIZO), contribue à la structuration d’un lobby actif. En 1927, le suffrage féminin et l’éligibilité des femmes sont ainsi reconnus dans le Yishouv. Si le mythe de la femme pionnière est tenace, les femmes juives installées en Palestine occupent en réalité des emplois traditionnellement féminins. Aussi, leur implication politique tend à décroître au cours des années 1930. Le mouvement sioniste, porteur d’une idéologie nationaliste, entretient une relation empreinte de méfiance à l’égard de l’émancipation des femmes, qui peut potentiellement constituer une menace. En dépit de leur rapport ambivalent à la question féminine, les mouvements communiste, socialiste et sioniste participent, de manière mesurée et localisée, à une reconfiguration des rapports de genre et à l’expression de différentes formes de féminité.

  • 20 Sur la notion de masculinité hégémonique, voir les travaux de Raewyn Connell, Gender and Power, Cam (...)
  • 21 Gertrud Pfister et Toni Niewerth, « Jewish women in gymnastics and sport in Germany. 1918-1938 », J (...)
  • 22 Arnd Krüger et James Riordan, The Story of Worker Sport, Champaign, Human Kinetics, 1996.
  • 23 Fabien Sabatier, « Mobilité affinitaire et mouvement sportif ouvrier : l’itinéraire de Rosette Guér (...)
  • 24 Pfister et Niewerth, « Jewish women… », art. cit.
  • 25 George Eisen, « Sport, Recreation and Gender: Jewish Immigrant Women in Turn-of-the-Century America (...)

7Étudier le lien entre femmes et olympismes alternatifs présente un double intérêt. Parce qu’il constitue un véritable lieu d’expression d’une masculinité hégémonique20, le sport offre un angle particulièrement intéressant pour questionner les ambiguïtés des mouvements ouvrier et sioniste dans leur prise en compte de la question féminine. Par ailleurs, si la FSFI et les Jeux mondiaux féminins ont fait l’objet de différents travaux21, la place des femmes dans les mouvements sportifs juif et ouvrier reste un aspect peu étudié. Dans The Story of Worker Sport, aucune contribution n’est spécifiquement orientée sur la pratique sportive des femmes22. À l’échelle française, Marianne Amar a interrogé la place des femmes dans le mouvement sportif communiste français, auquel appartenait Rosette Guérard, dont le parcours au sein du sport ouvrier a été mis en lumière par Fabien Sabatier23. L’approche à l’échelle des fédérations nationales a aussi contribué à percevoir le développement des pratiques sportives féminines dans les communautés juives allemandes24 et américaines25.

  • 26 Le Populaire, de tendance socialiste internationaliste, est l’organe officiel de la SFIO à partir d (...)
  • 27 Des recherches ont été réalisées sur le site belgicapress.be.
  • 28 Le Droit du peuple est l’organe officiel du Parti socialiste suisse.
  • 29 Des recherches par mot-clé sur les différents jeux étudiés ont été faites sur les sites newspapers. (...)
  • 30 Sont notamment cités dans cet article des extraits de The Sentinel, journal hebdomadaire adressé à (...)
  • 31 Musée national du sport (MNS), PV de la FSFI.
  • 32 Les archives sont conservées par la MWU, Ramat Gan (Israël).
  • 33 Dans ce présent article, nous avons utilisé, pour le mouvement social-démocrate, des documents cons (...)
  • 34 Franz Vandersmissen, Le sport ouvrier, Bruxelles, L’Églantine, 1929, et Gymnastique et sport ouvrie (...)

8La présente étude se fonde d’une part sur l’exploitation de la presse. Outre la presse généraliste et ouvrière française (L’Humanité, Le Populaire, Sport)26, belge27, suisse28 ainsi que des recherches dans la presse anglophone29, nous avons également consulté les journaux de la diaspora juive et de Palestine, numérisés et mis en ligne par la National Library of Israel30. Cette publication s’appuie aussi sur les archives de la FSFI31, de la MWU32 ainsi que sur celles de l’ISOS33. À l’étude des publications et des programmes officiels, ainsi que des livres-souvenirs, s’ajoutent enfin des ouvrages à caractère de source, publiés durant l’entre-deux-guerres34.

9En mobilisant ce corpus de documents, l’approche comparée permet ainsi d’interroger le caractère émancipateur et transformateur du projet politique et idéologique porté par les olympismes alternatifs. Si l’on pense généralement l’émancipation du Juif et de l’ouvrier au masculin, la présence attestée de dizaines voire de centaines de sportives dans les jeux alternatifs invite à s’interroger sur la manière dont leurs pratiques sont pensées, organisées et perçues. L’originalité ou la normalité de ces pratiques ne pourront tout d’abord être soulignées qu’en comparaison avec la norme – l’olympisme officiel – et l’olympisme féminin de la FSFI. L’analyse des programmes sportifs permettra ensuite de souligner le caractère ambitieux des choix opérés par les organisateurs des jeux alternatifs, tout en soulignant les limités imposées par la nécessité de préserver la grâce de la sportive. Enfin, il s’agira d’envisager la diversité des présences féminines dans les jeux, sur le terrain sportif et dans l’organisation, participant à une médiatisation, et à la coexistence de différentes féminités sportives.

Former la femme nouvelle ? Juives et ouvrières dans le Maccabi et les mouvements sportifs ouvriers

Les Maccabiades, « sous le signe de la virilité »

  • 35 L’Aurore. Journal d’informations juives, 11 avril 1935.
  • 36 Moshe Zimmermann, « Muscle Jews versus Nervous Jews ». Dans Michael Brenner, Gideon Reuveni, Emanci (...)
  • 37 Au sujet de la marginalisation des femmes dans le mouvement sioniste et dans l’histoire d’Israël, v (...)

10Au lendemain de la 2e Maccabiade, le journal sioniste égyptien L’Aurore titre « Sous le signe de la virilité – Les leçons de la deuxième Maccabiade35 ». Créé en avril 1921 alors que les Britanniques établissent leur mandat sur la Palestine, le Maccabi, d’orientation sioniste, entend promouvoir le nationalisme juif et contribuer au renforcement du foyer national juif. Il s’inscrit dans le sillage du projet esquissé dès 1898 par Max Nordau, posant les bases du « judaïsme du muscle » (Muskeljudentum), qui envisageait la formation d’un nouvel homme juif, qui serait à rebours du stéréotype antisémite du Juif « faible, frêle, méprisé36 ». Ce projet de régénération corporelle des Juifs est, au même titre que l’olympisme du premier xxe siècle, un masculinisme. Son concepteur, Max Nordau, associait idéal sioniste, virilité et masculinité, tout en reléguant la femme à un rôle traditionnel. Pour les idéologues du sionisme, la création du nouvel homme juif visait avant tout à lutter contre le stéréotype de l’homme juif faible, reléguant au second plan les réflexions sur le corps féminin37. C’est pourquoi le mouvement Maccabi est largement empreint d’une culture sportive masculine.

  • 38 Pfister et Niewerth, « Jewish women… », art. cit., p. 296.
  • 39 Ibid., p. 299.
  • 40 Ibid., p. 300.
  • 41 Étienne Pénard, Michaël Attali et Doriane Gomet, « The Sporting Club Maccabi de Paris in the Interw (...)
  • 42 Étienne Pénard, Le « peuple du livre » à l’épreuve du « judaïsme du muscle » : les communautés juiv (...)

11Pourtant, au tournant du siècle, la pratique du sport et de la gymnastique attire un nombre croissant de jeunes filles et de femmes issues de la bourgeoisie juive, en particulier en Allemagne. Dès 1900, le Bar Kochba de Berlin, l’un des premiers clubs juifs européens, ouvre une section féminine. En 1912, l’organisation sportive juive allemande, la Jüdische Turnerschaft, compte près de 38 % d’adhérentes38, résultant d’une campagne de recrutement lancée dès 1903. Il s’agissait, pour les responsables du mouvement, de donner aux femmes juives une bonne condition physique pour exercer leur fonction de mère, de développer chez elles une conscience nationale juive et de former des femmes fortes au service de l’établissement du foyer national en Eretz-Israël. Le mouvement se poursuit après le premier conflit mondial. En 1924, la part des athlètes féminines est identique au sein du Makkabikreis, la branche allemande du Maccabi, tandis que les pratiques gymniques et sportives s’élargissent : natation, handball, hockey, tennis. Cette ouverture a rencontré des résistances au sein du Maccabi, où les effets de l’effort physique sur la santé de la femme étaient la principale préoccupation. Pour autant, « le désir de prouver la capacité athlétique des Juifs était plus fort que les inquiétudes sur les effets de la compétition39 ». De plus, l’ordre du genre dans la culture juive ne reposait pas sur l’antagonisme de l’homme fort et de la femme faible, facilitant son inclusion40. En revanche, en France, au sein du Sporting Club Maccabi, club sioniste fondé en 1924 par des Juifs originaires d’Europe de l’Est et de Russie, la place des femmes est marginale. Le club met en effet l’accent sur des pratiques développant des « attributs masculins » en phase avec un « nationalisme viril41 ». Les premiers entraînements féminins ne sont proposés qu’en 1932 et il faut attendre deux années supplémentaires pour que les sports compétitifs soient ouverts aux femmes, dans un nombre limité de disciplines (culture physique, basket, natation)42. Une section de basket-ball a été notamment mise sur pied afin de participer à la deuxième Maccabiade, mais le nombre limité de visas octroyés à l’équipe française a poussé les dirigeants du club à envoyer uniquement des athlètes masculins.

  • 43 Pfister et Niewerth, « Jewish women… », art. cit., p. 317.
  • 44 Eva Violet Mond Isaacs (1895-1973) née d’une mère chrétienne et d’un père juif, étudie l’hébreu et (...)

12Finalement, différents facteurs peuvent expliquer l’inégal développement de la pratique sportive féminine au sein du mouvement Maccabi : le rapport des Juives au judaïsme, leur degré d’assimilation ou d’adhésion à l’idéal sioniste, la vigueur de l’antisémitisme, l’ordre du genre dans la société nationale et dans la communauté juive43. Le mouvement Maccabi porte une vision conventionnelle du rôle de la femme, qui ne reconfigure pas l’ordre du genre, et qui s’adapte au projet d’édification du foyer national juif en Palestine, comme en atteste le message adressé par Lady Reading44 aux participants de la 1re Maccabiade :

  • 45 « A Message to Maccabi », reproduit dans Weim, The Maccabiah…, op. cit, p. 51.

Chaque membre féminin de la Maccabi devait acquérir les compétences en matière de premiers secours, de traitement des malades et de théorie de l’hygiène domestique. […] Il est du devoir particulier de la femme de créer dans son foyer l’environnement le plus propice à la santé qui soit, afin d’éviter toute maladie. […] Et que la société ne ridiculise pas l’apparente insignifiance de la modeste maîtresse de maison, car c’est là le fondement de l’édification de la société et de la nation45.

  • 46 Helmut Gruber et Pamela Graves (dir.), Women and Socialism…, op. cit., p. 9.

13En situant le développement d’une pratique sportive féminine dans le registre de l’hygiénisme et de la santé, Lady Reading adopte une stratégie similaire aux organisations féminines du mouvement ouvrier, qui intervenaient avant tout sur des sujets rattachés traditionnellement à la sphère féminine : la maternité et la santé46.

  • 47 MNS, PV de la FSFI, réunion du comité international à Rome, 13 avril 1933.

14Pour le Maccabi, le développement d’une branche féminine est aussi un moyen d’être reconnu par les fédérations internationales, en acquérant la légitimité à concourir sous la bannière de la Palestine. En 1933, la FSFI admet que les « Israélites résidents permanents de Palestine soient considérés comme nationaux47 », une reconnaissance que le Maccabi ne parvient à obtenir du CIO qu’en 1934.

Un désintérêt des mouvements sportifs ouvriers pour la pratique sportive des femmes ?

  • 48 Sport, 15 août 1934.

15Du point de vue du mouvement ouvrier, en particulier sur son versant communiste, la FSFI et les Jeux mondiaux féminins ne sont qu’un nouvel avatar du sport bourgeois. Aux yeux de Rosette Guérard, les Jeux mondiaux féminins de Londres en 1934 « n’ont rien apporté à la cause du sport féminin48 », reproduisant les mêmes excès et dérives que l’olympisme officiel – chauvinisme et élitisme sportif :

  • 49 Ibid.

Le stade de White City, à Londres, a retenti des hymnes nationaux qui consacraient les victoires des délégations féminines, parmi lesquelles celle de l’Allemagne se tailla la part du lion. C’est au son des mêmes hymnes qu’on entraînait les peuples à la guerre de 1914-1918. Que les femmes se souviennent ! Que leurs filles sachent qu’en cas de conflit mondial elles seraient, comme les hommes, mobilisées, massacrées, qu’il y aurait peu ou pas de survivantes dans les grandes agglomérations sur lesquelles s’abattraient les bombardements et les gaz. Que les sportives prennent garde. De tels jeux, qui sont réservés à une élite sportive entraînée, subventionnée par les gouvernements, loin de rapprocher les masses féminines du monde entier, exacerbent le chauvinisme, préparent l’atmosphère pré-guerrière49.

  • 50 Sport, 1er août 1934.
  • 51 Sport, 28 février 1934.
  • 52 Sport, 17 avril 1934.
  • 53 Le Populaire, 5 août 1931.
  • 54 Le Populaire, 5 août 1931.
  • 55 MNS, PV de la FSFI, comité international, 3 juillet 1931.
  • 56 Helmut Gruber et Pamela Graves (dir.), Women and Socialism…, op. cit., p. 14.

16Outre la dénonciation de la présence d’athlètes allemandes, c’est le programme même de l’olympiade qui est en cause, jugé trop dense, et qui aurait « un caractère outrancier de spécialisation et de sélection50 ». Le commentaire de cette sportive rouge n’a rien d’étonnant, au regard des jugements réguliers émis à l’échelle nationale par la Fédération sportive du travail (FST) à l’égard de la Fédération des sociétés féminines sportives de France (FSFSF). Assimilée à une fédération bourgeoise ayant « commis les pires excès51 », la fédération fondée par Alice Milliat est jalousée pour les subventions municipales et gouvernementales dont elle et les clubs qui lui sont affiliés bénéficient52. Le mouvement d’Alice Milliat est en effet perçu comme une copie de l’olympisme bourgeois au féminin, reproduisant ses dérives. Cette vision est partagée dans le mouvement sportif socialiste. En août 1931, à la mort de l’athlète japonaise Hitomi des suites d’une pleurésie, le chroniqueur sportif socialiste Pierre Marie dénonce les conséquences du « sport à outrance, pour gagner, pour moissonner des lauriers […] par la faute de dirigeants – ou de dirigeantes – qui sont encore en liberté53 ». Il en conclut que « le sport féminin, pratiqué ainsi, à des doses pareilles – courses cyclistes, 100, 200 et 800 mètres, pédestres – doit être supprimé sans recours54 ». Quelques semaines auparavant, plusieurs athlètes anglaises se voyaient refuser par la FSFI toute participation à l’Olympiade ouvrière de Vienne55, signe de l’absence de relation entre les olympismes féminin et ouvrier. Cette attitude hostile vis-à-vis des organisations présidées par Alice Milliat fait écho à celle généralement adoptée par les partis ouvriers durant l’entre-deux-guerres, dissuadant les organisations féminines ouvrières de collaborer avec les organisations bourgeoises féministes, au nom de la « loyauté de classe56 ».

  • 57 Marianne Amar, « La sportive rouge… », art. cit., p. 171.
  • 58 Ibid., p. 177.

17Par ailleurs, Rosette Guérard reproduit un discours formulé dès les origines du sport rouge, selon lequel l’émancipation des femmes passe avant tout par le renversement de l’ordre bourgeois, impliquant donc la disparition de la famille bourgeoise. Malgré cet idéal égalitaire et émancipateur qui fait de la femme « un prolétaire parmi ses pairs57 », le sport ouvrier reste largement empreint d’indifférence et de conservatisme, influencé par les discours médicaux et moralisateurs invitant à restreindre la pratique sportive féminine au nom de la fragilité et de la faiblesse présumées des femmes58. Il n’est ainsi pas rare de retrouver, dans les récits des olympiades ouvrières, un regard amusé sur les limites assignées au corps féminin, à l’image de ce témoignage relatant la 2e Olympiade ouvrière tchécoslovaque :

  • 59 Gymnastique et sport ouvriers, Bruxelles, Centrale des jeunesses socialistes, 1928, p. 15.

Le 6 juillet, le soleil ardent a fait de nombreuses victimes parmi les gymnastes, surtout dans les rangs féminins ; une longue manifestation avait précédé les exécutions d’ensemble, mettant les forces des participants à une rude épreuve. Un exemple curieux de volonté développée par la gymnastique fut donné ce jour-là par les femmes : nombre d’entre elles purent résister à la chaleur jusqu’à la fin des exercices, mais leur volonté les trahit à l’issue de ceux-ci, où elles tombèrent comme des mouches59.

  • 60 Amar, « La sportive… », op. cit., p. 178.
  • 61 Sport, 6 décembre 1932.
  • 62 En Allemagne, l’ATSB comprend 17,3 % de femmes en 1928. Gounot, Les mouvements sportifs…, op. cit., (...)
  • 63 Ibid., p. 153.
  • 64 Ibid., p. 150.
  • 65 Franz Vandersmissen, Le sport ouvrier, Bruxelles, L’Églantine, 1929, p. 51.
  • 66 Ibid., p. 54.
  • 67 Ibid., p. 53.
  • 68 Cette fédération, créée en 1934, unifie les organisations sportives communiste et socialiste en Fra (...)
  • 69 Institut d’histoire sociale de Gand (IHSG), ZTSK 0648 193612, « La femme et l’éducation physique », (...)

18Ainsi, le sport ouvrier au féminin tarde à se développer. En 1922, les sportives rouges ne représentent que 6 % du total des adhérents à la FST60. Dix ans plus tard, le manque de visibilité du sport ouvrier féminin désole même au sein de cette fédération61. Si certains pays présentent une situation plus favorable en particulier dans sa tendance socialiste62, les mouvements sportifs ouvriers européens peinent à proposer une vision nouvelle et ambitieuse de la pratique sportive des femmes. Consciente de la faiblesse de ses sections féminines, l’IRS envisage de développer de nouvelles méthodes sans que ce processus aboutisse. Ainsi, aucune commission ou réunion consacrée exclusivement au sport féminin n’a été organisée par l’Internationale sportive communiste63. Par ailleurs, il faut attendre 1929, lors du congrès de Prague, pour que l’ISOS forme une commission internationale du sport féminin, composée de six femmes des six sections les plus importantes64. Plusieurs grands axes sont proposés au congrès par le comité autrichien pour le sport féminin. Le premier est de former une « culture corporelle prolétarienne » féminine permettant l’épanouissement de la mère de famille, car « la santé des enfants dépend de la santé de la mère65 ». Il s’agit, de plus, de « vaincre chez la femme son sentiment d’infériorité en face de l’homme66 ». Enfin, plus politique, le projet vise à « débarrasser l’âme de tous les éléments réactionnaires » et à donner à la femme une égalité politique et corporelle67. La devise du « sport pour tous » est alors formulée. Teintée d’hygiénisme, elle est notamment réutilisée par la FSGT (Fédération sportive et gymnique du travail)68 pour améliorer drastiquement les conditions d’accès à la pratique sportive. Lors de l’Olympiade ouvrière d’Anvers (1937), les arguments formulés dès 1929 sont à nouveau mis en avant, « “l’éducation physique pour tous” favorisant la prospérité de toute la nation69 ».

19Empreintes de conservatisme, les cultures sportives des mouvements ouvrier et juif peinent donc à produire une pensée originale et un discours fondamentalement nouveau. Dans le domaine sportif, le nationalisme juif valorise avant tout des attributs associés au modèle de la masculinité hégémonique, à l’image de la virilité. Au demeurant, certaines fédérations nationales font état d’un taux de féminisation avancé. Aussi, le sport rouge reproduit l’attitude ambiguë du mouvement ouvrier à l’égard des femmes, dont l’intérêt est subsumé au combat de classe. En dépit de ce faible volontarisme, l’étude comparée des programmes sportifs des olympiades alternatives illustre une intégration croissante des épreuves féminines au cours de l’entre-deux-guerres.

Les programmes sportifs féminins des olympiades alternatives, une approche comparée

La primauté de l’athlétisme

  • 70 Spiegel, Embodying…, op. cit., p. 78-80.
  • 71 Przemysław Strożek, « Worker sport and art for proletarian masses: Constructivist avant-gardes, Spa (...)
  • 72 L’Humanité, 10 juillet 1924.

20L’iconographie des Jeux alternatifs est symptomatique de la domination d’un modèle sportif masculin. Les affiches des Maccabiades ne laissent pas la place aux corps féminins et mettent en avant un athlète conforme aux standards corporels masculins70. Les affiches des Olympiades ouvrières de Francfort et de Vienne reproduisent elles aussi l’idéal masculin, représentant un homme aux muscles saillants et à l’allure athlétique. Il faut souligner l’exception offerte par l’abondante iconographie produite par la propagande soviétique à l’occasion de la Spartakiade de 1928, qui donne une place non négligeable aux femmes. Représentées en soldats ciblant une croix gammée, elles s’entraînent au tir aux côtés de leurs camarades masculins, avec qui elles luttent pour la défense de la révolution et du socialisme71. L’égalité des hommes et des femmes dans le domaine militaire se situe dans le prolongement d’une égalité sportive, qui suppose une égalité des pratiques. Si le programme féminin de la Spartakiade se révèle assez important, ces représentations divergentes traduisent une lente évolution particulièrement visible au sein du mouvement ouvrier. Les programmes athlétiques féminins de la décennie 1920 sont peu ambitieux. Lors de la fête fédérale de la FST en 1924 – qui se veut une contre-manifestation communiste face aux Jeux olympiques de Paris –, les organisateurs justifient la suppression du saut en longueur et du lancer du javelot par un « programme excessivement chargé72 ». Les Jeux de Francfort (1925) et même de Vienne (1931) comportent un programme restreint, dont l’épreuve principale est le 100 m.

  • 73 Le calcul ne porte que sur les sportives dont la discipline disputée a pu être identifiée.
  • 74 32 athlètes sur un total de 52 en 1932 ; 67 sur un total de 148 en 1935. Ces chiffres ont été établ (...)
  • 75 37 athlètes sur un total de 84. Ce chiffre a été établi à partir des résultats parus dans la presse (...)

21Toutefois, de manière plus générale, la comparaison des programmes fait apparaître la présence, dans les différents olympismes, d’un socle commun d’épreuves athlétiques féminines : 100 m, épreuves de saut (en longueur et en hauteur) et de lancer (javelot, disque et poids). À cet égard, les mouvements ouvrier et juif adoptent des programmes certes plus légers que les programmes masculins, mais plus ambitieux que le CIO et quasi analogues à la FSFI. La part importante des participantes inscrites en athlétisme vient confirmer la priorité accordée à cette discipline73. 62 % des inscrites concourent en athlétisme lors de la Maccabiade de 1932, 45 % en 193574 – une évolution à la baisse due notamment à un programme de natation plus important. Ce taux atteint 44 % des athlètes recensées lors de l’Olympiade ouvrière d’Anvers en 193775.

  • 76 Nathalie Rosol, « Une participation contrôlée des Françaises aux épreuves d’athlétisme (1917-fin de (...)
  • 77 Castan-Vicente, Un corps…, op. cit., p. 410.
  • 78 Rosol, « Une participation… », art. cit., p. 42.
  • 79 Castan-Vicente, Un corps…, op. cit., p. 452.

22La présence systématique d’une épreuve de sprint n’est pas une surprise et relève d’ailleurs d’un certain consensus, incluant les théoriciens hygiénistes et les médecins qui jugent que « l’épreuve de vitesse n’est pas contre-indiquée76 ». Aussi, les règlements institués par la FSFI se situent dans le prolongement des principes d’atténuation et de modération, déjà adoptés par la FSFSF77. Dans le souci d’éviter le prolongement des efforts, les distances de course ont été raccourcies. Ainsi, le 60 m, distance privilégiée aux Jeux féminins, n’est présent qu’à la Maccabiade 1932, tandis que le 100 m est privilégié dans les jeux ouvriers. Pour les courses de haies, la distance est même réduite à 60 m à l’Olympiade ouvrière d’Anvers, au lieu des 80 m habituels. Tandis que le 200 m est progressivement adopté, le mouvement ouvrier se distingue par l’intégration du sprint long : le 400 m est disputé à Moscou en 1928 et le 500 m en 1934 à Paris. Les courses de demi-fond, considérées comme celles nécessitant le plus d’énergie78, sont quant à elle rejetées par les médecins et le CIO. À cet égard, le 800 m, présent aux Jeux féminins de 1922 et 1926, fait l’objet d’une polémique lors des Jeux olympiques d’Amsterdam, en raison de l’état de fatigue présumé des sportives à l’issue de l’épreuve. Si ces allégations, sans fondement79, ont justifié aux yeux du CIO le retrait d’une grande partie du programme athlétique féminin, le 800 m est couru par les sportives à la Spartakiade (1928) et à la 2e Maccabiade (1935), mais il est absent de l’Olympiade ouvrière d’Anvers. Enfin, alors que le saut en hauteur fait l’objet d’un consensus, le saut en longueur, dont les médecins craignaient les conséquences sur les organes féminins, est absent des Jeux olympiques de 1928. Il est en revanche systématiquement présent dans les olympiades alternatives.

Des pratiques respectueuses des codes de la féminité

  • 80 Il faut toutefois souligner que des danses suédoises sont programmées en ouverture des Jeux de Göte (...)
  • 81 L’Olympiade de Seraing ne figure pas officiellement au calendrier des olympiades ouvrières. Elle co (...)
  • 82 Programme de la 1re Olympiade socialiste dans Camille Fabry, Semailles et moissons. 1re Olympiade s (...)
  • 83 Le Journal du dimanche. Numéro spécial sur la Palestine – IIe Maccabiade, 1935, p. 71.
  • 84 IFE, Exercices généraux des femmes : IIIes Jeux olympiques ouvriers, Anvers 1937, ISOS.

23Si Alice Milliat avait toléré lors de l’Olympiade de Monaco (1921) la présence de la gymnastique et des démonstrations de danse exercées par les sportives de Femina Sport dans l’objectif de faire accepter plus facilement le programme sportif, les Jeux féminins de Paris (1922) rompent avec cette pratique, au profit de démonstrations sportives80. En revanche, les pratiques gymniques et les mouvements de masse conservent une place importante dans les jeux ouvriers comme les Maccabiades. L’Olympiade ouvrière organisée à Seraing en Belgique81, en 1921, s’ouvre par des spectacles offerts notamment par une section de gymnastique de fillettes82. Elle inaugure une longue tradition qui ponctue les jeux ouvriers, associant gymnastes masculins et féminins. De même, des mouvements d’ensemble sont exécutés durant la 2e Maccabiade par « des jeunes gens et des jeunes filles Maccabi de toute la Palestine83 ». Résultant d’un effort modéré et maîtrisé, qui ne dénature pas le corps de la femme, les spectacles de masse permettent aussi une scénographie démontrant l’unité et la vigueur du mouvement sportif. Ainsi lors de l’Olympiade ouvrière d’Anvers de 1937, une foule de sportives et de gymnastes entrent en rang de trois et exécutent des mouvements tout en chantant LInternationale : elles saluent le public bras tendu et main fermée, tout en entonnant le début du premier couplé, « Debout les damnés de la terre84 ».

  • 85 MNS, PV de la FSFI, comité international, 31 juillet 1932.
  • 86 MNS, PV de la FSFI, comité international, 31 juillet 1932.
  • 87 MNS, PV de la FSFI, réunion du comité international à Rome, 13 avril 1933.
  • 88 Anne Velez, Les filles de l’eau. Une histoire des femmes et de la natation en France (1905-1939), t (...)
  • 89 Les distances sont de 100 m, 200 m et 300 m pour la 1re Maccabiade, et vont jusqu’à 400 m pour la 2(...)
  • 90 Les Jeux de Paris en 1924 incluent deux épreuves de nage libre (100 m et 400 m), de dos (100 m), de (...)

24Maccabiades et jeux prolétariens incluent un programme de natation, contrairement aux compétitions de la FSFI. Cette discipline est à l’échelle internationale sous la tutelle des fédérations masculines et elle est disputée dans le cadre des Jeux olympiques. En 1932, la FSFI envisage « de donner plus d’ampleur [aux] Jeux en y adjoignant les autres sports pratiqués par les femmes et en particulier la natation85 ». Alice Milliat « se déclare prête à commencer les démarches, mais ne cache pas qu’elles seront longues et laborieuses86 ». L’intégration de la natation est prévue pour 193887, à l’occasion des 4es Jeux féminins qui n’ont finalement pas eu lieu. Cette discipline apparaît durant l’entre-deux-guerres comme un « sport convenable, respectable et recommandable » car elle est compatible avec les « normes traditionnelles de féminité88 ». La Spartakiade de 1928 alterne épreuves de nage libre (400 m, 1 000 m) et de brasse (100 m) avec un relais (4 x 100 m). Neuf ans plus tard, à Anvers, les épreuves se déroulent sur de plus courtes distances (100 m et 200 m), tandis que le dos fait son apparition. Cette nage n’est pas présente aux Maccabiades, où se disputent des épreuves de nage libre et de brasse89. Les olympiades alternatives ne se distinguent pas du programme olympique90 et présentent même un caractère moins complet, par l’absence ponctuelle de certaines nages. Dépendante de la présence d’installations et de la possibilité d’y accéder, la natation reste une pratique spécialisée, disputée par un nombre restreint de nations (sept à Anvers ; six à la 2e Maccabiade). Sur les 27 nageuses présentes à la Maccabiade de 1935, neuf sont originaires d’Autriche, pays où évolue l’Hakoah de Vienne dont la section de natation est très réputée.

  • 91 C’est le cas de l’escrime, sport ouvert aux participantes lors de la 1re Maccabiade, et du tennis l (...)
  • 92 Deux ans avant, en 1933, le mouvement Maccabi demande d’ailleurs à la FSFI de rejoindre le champion (...)

25Certains sports individuels91 ou collectifs, jugés conformes à la pratique féminine, sont régulièrement présents. Lors des Jeux mondiaux féminins, le basket-ball est attesté dès 1922, avec l’organisation de la finale du Championnat de France de la FSFSF, qui avait rapidement intégré cette discipline dans ses pratiques. Les règlements de la fédération française féminine, qui vont dans le sens d’une adaptation à la pratique féminine, prévalent au sein de la FSFI dès 1924. Les jeux féminins sont accompagnés d’un championnat du monde, qui voit s’opposer l’équipe championne d’Europe, une équipe américaine et une équipe canadienne. De même, des représentantes de la Palestine et de la Pologne s’affrontent lors de la 2e Maccabiade92. Le basket-ball est en revanche présent de manière plus inégale aux jeux ouvriers. Au sein de l’organe communiste, des craintes s’étaient d’ailleurs élevées quant aux conséquences sur le corps féminin du laxisme arbitral vis-à-vis d’un engagement physique trop brutal :

  • 93 Sport ouvrier, 17 novembre 1923.

Si nous n’y prenons garde, le basket-ball, qui devrait être un jeu de science et de tactique, deviendra un jeu trop brutal pour nos équipes féminines. Les arbitres, et j’en suis, ont le grand tort d’être trop coulants et de ne pas appliquer strictement le règlement pour certaines fautes. […] Nos joueuses excellent de plus en plus dans les bousculades et les accrochages. Il faut à tout prix y remédier. Seuls les arbitres peuvent y arriver93.

26Malgré ces réserves, le basket-ball est présent dans les deux principales manifestations organisées en France, lors de la Spartakiade de Lyon en 1932 et du Rassemblement international en 1934.

  • 94 Les règles du hazena se rapprochent de celles du handball qui se disputait alors à 11 joueurs et no (...)
  • 95 Florence Carpentier, « Les premiers Jeux olympiques féminins (Paris, 1922). Internationalisme et dr (...)
  • 96 Lise Cardin, Introduction et diffusion du handball en France : des origines étrangères à l’affirmat (...)
  • 97 Castan-Vicente, Un corps…, op. cit., p. 406 ; Anaïs Bohuon et Grégory Quin, « Éthique et mouvements (...)
  • 98 Cardin, Introduction…, op. cit., p. 94.

27En revanche, le handball, sous la forme du hazena94, est disputé lors de l’Olympiade ouvrière d’Anvers en 1937. Version féminine du handball conçue en 1906 par un professeur tchèque, ce sport « était censé convenir aux capacités physiques supposées des femmes95 ». Perçu positivement dans la presse pour l’absence de brutalité et son caractère gracieux96, le hazena s’inscrit bien dans la stratégie de légitimation d’un sport pratiqué par les femmes, adoptée par Alice Milliat, qui consiste à ne pas bouleverser les normes culturelles et à rassurer sur « la grâce conservée des athlètes97 ». Cette pratique est présente au programme des Jeux olympiques féminins de Paris en 1922, avant l’organisation d’un championnat du monde lors des Jeux féminins de Göteborg en 1926. Elle est aussi particulièrement répandue au milieu des années 1920 dans les fédérations travaillistes, notamment en France98. Si ce contexte favorable explique donc la présence du hazena à Anvers en 1937, le cas du water-polo, présent sous la forme de démonstration, est en revanche singulier, puisqu’il est écarté du programme olympique féminin dès 1920 car jugé trop violent.

28Une initiative encore plus audacieuse est l’introduction à la Spartakiade de 1928 d’une épreuve cycliste féminine, pratique très peu féminisée, à la fois sur piste (1 km) et sur route, disputée sur une distance modeste de 15 km. Le cas n’est pas isolé. Lors du Rassemblement parisien de 1934 organisé par la FST, une épreuve de poursuite féminine sur 2,5 km est programmée. Elle est remportée par la Tchécoslovaque Léopoldac Zaluska, qui s’engage également dans la course sur route masculine, qu’elle termine à la dernière place. Si le journaliste de L’Humanité, Alex Ballu, ne se défait pas d’un réflexe conservateur en jugeant que « son classement de bonne dernière signifie bien d’ailleurs que les féminines n’ont rien à faire dans la compétition cycliste, sport trop difficile pour leur organisme dit “faible” », son récit de la course est plus nuancé :

  • 99 L’Humanité, 16 août 1934.

Ces réserves faites, notons avec plaisir que Zaluska est capable de montrer sa roue arrière à bien des jeunes présomptueux de la carrière cycliste. Et applaudissons de grand cœur le courage et la forme qu’elle démontra en achevant le parcours très difficile de cette épreuve, alors que les représentants du sexe « fort » ont laissé ça là !99.

29Ce dernier exemple est finalement révélateur du rapport ambivalent du mouvement sportif ouvrier à l’égard de l’extension d’un programme athlétique féminin. À l’inverse du CIO, qui accepte avec de fortes réticences l’intégration progressive et timide d’épreuves féminines, les organisateurs des olympiades ouvrières et Spartakiades élargissent le programme sportif féminin à une diversité d’épreuves en athlétisme et en natation, mais aussi en s’ouvrant à des sports collectifs. Les choix opérés se conforment généralement aux normes de genre qui préconisent une pratique sportive féminine modérée et qui n’altère pas le caractère gracieux de la sportive. Des choix analogues sont faits par le Maccabi. En même temps, certains sports violents, théâtre d’expression de la virilité, restent l’apanage des hommes, à l’image de la lutte et de la boxe. En ce sens, les programmes des Maccabiades et des jeux ouvriers ne participent pas à une reconfiguration des rapports de genre dans le domaine sportif, mais ils concourent à rendre tangible la compétition sportive féminine. Les jeux alternatifs constituent en effet des rassemblements de masse de sportives, leur offrant un champ d’action et d’expression.

Les femmes, actrices des jeux alternatifs

Une présence féminine contrastée

  • 100 La comptabilisation des athlètes est parfois rendue plus ardue par la difficulté d’accès à la liste (...)
  • 101 À titre de comparaison, les Jeux d’Amsterdam (1928) regroupaient 46 pays et ceux de Los Angeles (19 (...)
  • 102 Ces chiffres ont été établis à partir de la liste des athlètes qui se trouve aux Archives de la Mac (...)
  • 103 Ce calcul a été établi à partir des chiffres apportés par André Gounot, « Les Spartakiades internat (...)
  • 104 Cette manifestation à dimension internationale, organisée par la FST, se veut ouverte à l’ensemble (...)
  • 105 Ce comptage est incomplet, puisqu’il a été effectué à partir de listes nominatives des résultats pa (...)
  • 106 Aux Jeux olympiques, on peut dénombrer 277 participantes à Amsterdam (1928), 126 à Los Angeles (193 (...)
  • 107 Aux Jeux olympiques, ce taux atteint 2,53 % à Anvers (1920) ; 4,5 % à Paris (1924) ; 9,6 % à Amster (...)

30Les jeux alternatifs constituent des réunions sportives féminines de grande ampleur, qu’illustre l’étude comparée de la présence numérique des sportives dans les compétitions internationales organisées par la FSFI, l’IRS, l’ISOS et le Maccabi100. Alors que les 1ers Jeux féminins ne réunissaient que 77 sportives à Paris en 1922, elles sont 104 à Göteborg (1926) pour 10 nations, et 223 à Londres (1934) réparties entre 19 nations101. La première Maccabiade rassemble 64 sportives sur un total de 335 athlètes (19,10 % du total), la deuxième édition 161 (16,91 % du total)102. Lors de la Spartakiade de 1928, sur 612 athlètes étrangers présents, 70 sont des femmes (11,43 %), auxquelles il faut ajouter 879 sportives soviétiques (soit 22,60 % du total des athlètes représentant l’URSS)103. Dans les éditions françaises, l’ordre de grandeur est semblable, avec 23 femmes pour 142 au total (16,20 %) à Lyon (1932) et 51 pour 306 athlètes (16,67 %) lors du Rassemblement international des sportifs contre le fascisme et la guerre de Paris en 1934104. Enfin, lors de l’Olympiade ouvrière d’Anvers, 85 femmes ont été relevées sur un total de 418 entrées (20,33 %)105. Même si, en chiffres bruts, les Jeux olympiques accueillent au moins autant voire plus de sportives en raison de l’ampleur de l’événement106, le taux de présence féminine lors des olympiades prolétariennes et des Maccabiades est supérieur107. Cet état de fait s’explique par le caractère plus ambitieux des programmes sportifs féminins des jeux alternatifs, néanmoins décidés et définis par des cadres masculins.

  • 108 IHSG, ZTSK 0648 193612, « La femme et l’éducation physique », IIIe Olympiade ouvrière d’Anvers, déc (...)
  • 109 L’AIF (Arbeiderness Idrottsforbund) est dominée par les communistes jusqu’en 1931, avant d’être sou (...)
  • 110 Gisèle Balay, Lucienne Kling, Valentine Signeux et Rosette Guérard. Denise Briday est la cinquième  (...)
  • 111 Yannick Deschamps, « Unsung Women Federal Leaders within the Labour Sport Federation in France, fro (...)
  • 112 Le Droit du peuple, 21 février 1927.
  • 113 IHSG, ZTSK 0648 193612, « Les organismes dirigeant la IIIe Olympiade ouvrière », IIIe Olympiade ouv (...)
  • 114 Archives de la Maccabi World Union, Maccabiade 1932, dossier no 009, liste des membres du comité or (...)

31En décembre 1936, la publication officielle faisant la promotion de l’Olympiade ouvrière d’Anvers admet en effet que, même si « le mouvement socialiste a apporté théoriquement à la femme l’égalité avec l’homme […] comme partout ailleurs, jusqu’ici les hommes ont dirigé les affaires féminines, aussi dans le mouvement d’éducation physique108 ». Les cadres dirigeants du mouvement sportif ouvrier sont en effet très largement masculins. Quelques rares contre-exemples se distinguent à l’échelle nationale. La fédération norvégienne social-démocrate109 a tenté de favoriser l’arrivée aux responsabilités de dirigeantes, en créant un comité central féminin relié à des comités régionaux et locaux. En France, la création en décembre 1934 de l’organisation unitaire – la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) – s’est accompagnée de l’intégration de quatre femmes au sein du bureau fédéral110, parmi les 42 membres qui le composent. Ayant exercé des responsabilités locales dans les anciennes organisations sportives communistes ou socialistes, elles sont, pour trois d’entre elles, célibataires et sans enfants, et font montre d’une véritable conscience politique et idéologique111. En Tchécoslovaquie, Sophie Hummelshans, membre du mouvement sportif ouvrier pendant trente ans, a représenté les sections féminines dans le comité technique de la IIe Olympiade ouvrière de Prague112. Pour autant, aucune femme n’est présente dans les principaux comités qui organisent l’Olympiade d’Anvers en 1937113. La situation est semblable pour les deux Maccabiades114.

  • 115 Carpentier, « Les premiers jeux… », art. cit.
  • 116 Iconothèque de l’Insep, Programme officiel des Jeux olympiques féminins (1922).
  • 117 Germaine Delapierre est une championne française, exerçant aussi la fonction de secrétaire générale (...)
  • 118 Cadbury Research Library, Records of the Women’s Amateur Athletic Association and associated bodies (...)
  • 119 Dame Beatrix Hudson Lyall (1873-1948) a en particulier agi pour la protection de l’enfance. Durant (...)
  • 120 Lady Ellenborough et Lady Wavertree.

32Alors que lors du « premier meeting international d’éducation physique féminine et de sports féminins » de 1921 à Monaco – organisé avec l’appui de la Fédération française d’athlétisme afin de reprendre la main sur le sport féminin115 –, le jury est composé uniquement d’hommes, la féminisation du comité d’organisation est en revanche beaucoup plus nette dans les jeux organisés par la FSFI. Parmi les 38 postes qui composent le jury des Jeux féminins de Paris, 30 sont occupés par des hommes – notamment les fonctions de juges, de commissaires et de chronométreurs – tandis que 8 sont occupés par des femmes, en tant que déléguées entre le jury et les participantes étrangères ou secrétaires à la disposition du jury technique116. Cette tâche est assurée par des sportives qui sont des cadres du mouvement sportif féminin et qui participent aussi en tant que concurrentes, à l’image de Germaine Delapierre117. En 1934, lors des Jeux féminins de Londres, 30 des 90 postes de la commission technique sont assurés par des femmes, dans une diversité de fonctions : jury d’appel, juges, arbitres, commissaires118. Les principaux comités chargés de l’organisation des jeux sont aussi largement féminisés : 3 femmes sur un total de 5 membres pour le World Games Committee, 7 sur 12 membres au sein du Track Committee, et 7 sur 9 membres pour l’Entertainement Committee. Enfin, parmi les 21 personnalités qui patronnent l’événement, 5 sont des femmes : l’aviatrice Mary Bailey, la romancière Emma Orczy, mais aussi Dame Beatrix Hudson Lyall119, connue pour son engagement dans l’organisation caritative The Mother’s Union, auxquelles il faut ajouter 2 représentantes de la haute société120. La féminisation quoique partielle des comités organisateurs traduit la volonté d’Alice Milliat de tendre vers une prise en main du sport féminin par les femmes. L’idéal de la non-mixité se heurte toutefois à la diversité des situations nationales et se révèle plus difficile à l’échelle internationale.

Championnes et féminités : représentations de l’excellence féminine

  • 121 Nick Trujillo, « Hegemonic Masculinity on the Mound. Media Representations of Nolan Ryan and Americ (...)
  • 122 Castan-Vicente, Un corps…, op. cit., p. 420-421.
  • 123 Regards, 17 août 1934.
  • 124 L’Humanité, 7 novembre 1934.
  • 125 Avec un temps de 12 s 60, elle se situe à 7 dixièmes du temps réalisé la même année par Käthe Kraus (...)
  • 126 Karen Bretin-Maffiuletti et Benoît Caritey, « L’Humanité et les manifestations sportives internatio (...)
  • 127 Sylvain Dufraisse, « Le champion, incarnation de l’homme nouveau soviétique : une genèse (1934-1953 (...)
  • 128 Le livre souvenir de la IIIe Olympiade ouvrière est notamment conservé aux Archives nationales du m (...)
  • 129 Helmut Gruber et Pamela Graves (dir.), Women and Socialism…, op. cit., p. 13.

33La figure du champion et la réalisation des performances sportives constituent des attributs rattachés au modèle de la masculinité hégémonique121. Pourtant, dès le milieu des années 1920, les succès médiatiques des jeux féminins permettent « une diffusion d’images de sportives ayant incorporé la gestuelle de la compétition de haut niveau » remettant en cause les normes traditionnelles de genre122. Maccabiades et jeux ouvriers participent également à accroître la visibilité des sportives sur le champ médiatique, en particulier dans la presse partisane et affinitaire. Lors du Rassemblement international de 1934, la presse communiste octroie une place presque égale aux sportifs et sportives soviétiques. Les photographies parues dans la revue Regards, de sensibilité communiste, capturent les sportives dans l’effort, sans nécessairement rechercher la mise en avant de leur grâce123. Quelques mois après l’événement, sont proposées à la vente des cartes postales commémoratives représentant « trois féminines soviétiques ayant participé : Chamanova [Shamanova], Borissova et Tourova, et constitue(nt) un magnifique souvenir124 ». La première, victorieuse du 100 m125, 3e du saut en longueur, avait déjà fait l’objet d’un portrait dans L’Humanité lors de la Spartakiade de 1928 : elle incarnait, sous la plume de Paul Guitard, la beauté non altérée par l’effort, à l’inverse du sport bourgeois126. À nouveau, en 1934 – année où émerge véritablement en Union soviétique la question du champion –, la description de Marija Shamanova par Rosette Guérard traduit toute la fascination pour le « corps collectif soviétique » : « Sous sa plume, la championne devient icône vivante, incarnation exemplaire de l’homme nouveau créé par le régime127 ». Aussi, en couverture du livre-souvenir de la IIIe Olympiade ouvrière, une lanceuse de poids soviétique représentée en action, visage grimaçant128, est juxtaposée à la photographie d’un défilé de sportives, poings levés, entourées de leurs homologues masculins en arrière-plan. Au cours des années 1930, s’impose ainsi dans l’iconographie des jeux ouvriers la figure de la femme nouvelle définie par les mouvements socialiste et communiste, prenant les traits d’une représentante jeune et sportive (figure 1)129.

Figure 1. Couverture du livre-souvenir de l’Olympiade ouvrière d’Anvers (1937)

Figure 1. Couverture du livre-souvenir de l’Olympiade ouvrière d’Anvers (1937)

Archives nationales du monde du travail (Roubaix), Fonds Lucien Leulier, 2012 29 34.

  • 130 Lors de la 1re Maccabiade, Sybil Koff remporte le 100 m, le saut en longueur et le saut en hauteur. (...)
  • 131 The Brooklyn Daily Eagle, 22 août 1934.
  • 132 The Sentinel, 28 mars 1935.
  • 133 Ibid.

34Deux principales figures féminines juives émergent dans le traitement médiatique des Maccabiades. Toutes deux Américaines, elles sont mises à l’honneur, aussi bien dans la presse américaine, palestinienne, que celle de la diaspora. Sybil Koff130 correspond à la figure de la femme nouvelle que véhicule la société de consommation des années 1930 : elle est décrite comme une femme « extrêmement bien bâtie, agréable à regarder et très séduisante », et n’ayant « pas les traits durs si souvent associés aux athlètes féminines131 ». D’autre part, Lillian Copeland, « bien que d’apparence masculine […] est extrêmement féminine dans ses idées et sa façon de voir les choses132 ». Cette dernière, qui a étudié à l’University of South California, remporte à domicile l’épreuve du lancer du disque lors des Jeux olympiques de Los Angeles (1932) avant de décrocher trois titres à la Maccabiade de 1935. The Sentinel en fait le portrait d’une athlète « terriblement gênée par ses exploits athlétiques, car elle craint que certaines personnes ne la considèrent comme un automate sportif plutôt que comme une femme ordinaire133 ». Envisagée comme un élément neutralisant le genre de la sportive, la performance sportive reste dès lors largement perçue comme un attribut de la masculinité. Il convient toutefois de souligner l’évolution des représentations et l’association plus fréquente qui est faite au cours des années 1930 entre performances, effort sportif violent et féminité.

  • 134 Ce constat rejoint celui déjà effectué par Philippe Tétart, « Quel genre pour la championne ? Sur l (...)

35Les portraits de championnes traduisent la cohabitation de plusieurs conceptions de la sportive, entre valorisation d’une féminité élégante empreinte de légèreté et masculinisation134. Si l’enquête mériterait d’être élargie, ces quelques exemples montrent que la norme de féminité est un angle journalistique largement présent dans la presse affinitaire, dans laquelle les jugements sur la beauté de la sportive, signe de la vitalité et de la réussite du mouvement sportif, côtoient les remarques sur une masculinité qui n’est qu’apparente.

Conclusion

36L’étude fait apparaître plusieurs paradoxes. Le premier réside dans la désynchronisation entre le caractère émancipateur et idéologique des mouvements sportifs ouvrier et juif – construire un modèle corporel prolétarien et le « nouveau Juif » – et la réflexion, qui reste très timide au moins jusqu’aux années 1920, sur la pratique sportive féminine, liée au poids des conservatismes. Les mouvements sportifs ouvrier et juif ne sont pas imperméables au modèle de la masculinité hégémonique réaffirmé durant l’entre-deux-guerres. Cette difficulté à penser l’émancipation des femmes n’empêche pas, pourtant, l’existence de sections féminines ainsi que la présence de sportives assez nombreuses dans les jeux prolétariens et les Maccabiades. Les programmes sportifs ne présentent pas de grande originalité, mais tendent, au cours des années 1930, à être de plus en plus complets et beaucoup plus variés que ceux des Jeux olympiques. On peut mettre en perspective cette progression avec la relative normalisation et banalisation de la pratique sportive féminine, favorisée par les Jeux mondiaux féminins.

  • 135 J. Williams, « Breaking… », art. cit.
  • 136 International Association of Athletics Federations.

37Le second paradoxe réside dans la centralité de la FSFI, alors même qu’elle est une organisation alternative en marge du mouvement olympique. En effet, dans la continuité des propos de Jean Williams qui a souligné l’importance de la FSFI dans la prise de conscience internationale des inégalités sportives entre hommes et femmes135, l’organisation d’Alice Milliat apparaît comme un point de référence pour les autres mouvements alternatifs. Pour le Maccabi, elle est perçue comme une organisation internationale légitime, au même titre que la FIFA, le CIO et l’IAAF136, qu’il est nécessaire d’intégrer pour ouvrir la voie à une reconnaissance de la nation juive. Pour le mouvement ouvrier, la FSFI constitue un anti-modèle, reproduisant les excès de l’olympisme officiel, tout en constituant un modèle, en établissant un cadre normatif et réglementaire pour la pratique sportive féminine.

38Les jeux alternatifs constituent des événements de masse dans lesquels la participation féminine est loin d’être anecdotique. Au cours des années 1930, ces manifestations participent à l’ancrage et à la diffusion d’images de la sportive, véhicules à différentes conceptions de la féminité. Malgré tout, la question féminine est peu présente dans le cérémonial des Maccabiades et des jeux ouvriers. Les discours et la propagande entourant les jeux s’orientent sur des objectifs idéologiques plus larges, sans que les femmes en soient néanmoins exclues. Le cérémonial des jeux ouvriers – notamment à Paris en 1934 et Anvers en 1937 – et des Maccabiades se trouve largement consacré à la célébration de l’unité contre les régimes d’extrême-droite et à la lutte contre l’antisémitisme.

Haut de page

Notes

1 The Palestine Post, 9 août 1934.

2 Patrick Clastres, Jeux olympiques, un siècle de passions, Paris, Les Quatre chemins, 2008, p. 54.

3 Marianne Amar, « La sportive rouge (1923-1939). Pour une histoire des femmes au sein du sport ouvrier français », in Pierre Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 167.

4 Florence Carpentier, « Alice Milliat et le premier “sport féminin” dans l’entre-deux-guerres », 20 & 21. Revue d’histoire, 142, 2019, p. 93-107.

5 Cf. l’article de Florys Castan-Vicente dans ce même dossier.

6 Jean Williams, « Breaking into Olympic Circles. Women and Parallel Versions of the Olympic Games 1900-1936 », in Daphné Bolz, Florence Carpentier (dir.), « Special Issue: Olympism and International Sport Relations », Stadion, 38-39, 2013, p. 7-27.

7 Florys Castan-Vicente, Un corps à soi ? Activités physiques et féminismes durant la « première vague » (France, fin du XIXe siècle-fin des années 1930), thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Pascal Ory, 2020, p. 456.

8 Tatjana Lichtenstein, « “An athlete like a soldier must not retreat”: Zionists, Sport, and Belonging in Interwar Czechoslovakia », Shofar, 34, 2015, p 77.

9 B’nai B’rith Messenger, 17 juin 1927.

10 Musée national du sport (MNS), PV de la FSFI, 7e congrès, 11 et 12 septembre 1932.

11 The Palestine Post, 9 août 1934.

12 Florence Giust-Desprairies et Gilles Arnaud, « Introduction. Faire société autrement ? », Nouvelle revue de psychosociologie, 28, 2019, p. 7-14.

13 André Gounot, Les mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2016.

14 Cette définition est inspirée de celle proposée par Pierre Arnaud pour qualifier le mouvement sportif ouvrier. Pierre Arnaud, Les origines du sport ouvrier en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 24.

15 Brigitte Studer, « Communisme et féminisme », Clio, 41, 2015, p. 139-152. Au cours des années 1930 en URSS, la loi sur le divorce est durcie tandis que l’avortement et les moyens de contraception ne sont plus accessibles.

16 Helmut Gruber et Pamela Graves (dir.), Women and Socialism–Socialism and Women: Europe Between the Two World Wars, New York, Oxford, Berghahn Books, 1998, p. 14.

17  Lilach Rosenberg-Friedman a étudié le cas des femmes du mouvement sioniste religieux, qui exercent des activités habituellement situées dans la sphère masculine, en s’impliquant notamment dans les forces d’autodéfense. Lilach Rosenberg-Friedman, « Religious-Zionism and Gender: 70 Years of Redefining the Identity of Women in the Military, Religious, and Public Spheres », Israel Studies, 23, 2018, p. 152-163.

18 Sur l’engagement des femmes dans le mouvement sioniste, voir les travaux suivants : Vincent Vilmain, Les femmes juives dans le sionisme politique (1897-1921). Féministes et nationalistes ?, Paris, Honoré Champion, 2018 ; Isabelle Lacoue-Labarthe, Femmes, féminisme, sionisme dans la communauté juive de Palestine avant 1948, Paris, L’Harmattan, 2012.

19 Organisation internationale des femmes sionistes.

20 Sur la notion de masculinité hégémonique, voir les travaux de Raewyn Connell, Gender and Power, Cambridge Polity, 1987. Nous renvoyons au bilan historiographique établi par Thierry Terret, « Sport et masculinité : une revue de questions », Staps, 66, 2004, p. 209-225.

21 Gertrud Pfister et Toni Niewerth, « Jewish women in gymnastics and sport in Germany. 1918-1938 », Journal of sport history, 26, 1999, p. 287-325.

22 Arnd Krüger et James Riordan, The Story of Worker Sport, Champaign, Human Kinetics, 1996.

23 Fabien Sabatier, « Mobilité affinitaire et mouvement sportif ouvrier : l’itinéraire de Rosette Guérard (1924-1950) », Le Mouvement social, 215, 2006, p. 67-80. Rosette Guérard (1908-1991), membre de la FST, fait partie de la délégation française envoyée à la Spartakiade de 1928. Par la suite, elle joue un rôle important dans la création de la FSGT en 1934 et reste impliquée dans le sport ouvrier jusqu’à la fin des années 1960.

24 Pfister et Niewerth, « Jewish women… », art. cit.

25 George Eisen, « Sport, Recreation and Gender: Jewish Immigrant Women in Turn-of-the-Century America (1880-1920) », Journal of Sport History, 18, 1991, p. 103-120.

26 Le Populaire, de tendance socialiste internationaliste, est l’organe officiel de la SFIO à partir de 1927. L’Humanité suit, après le Congrès de Tours en 1920, la ligne politique du Parti communiste.

27 Des recherches ont été réalisées sur le site belgicapress.be.

28 Le Droit du peuple est l’organe officiel du Parti socialiste suisse.

29 Des recherches par mot-clé sur les différents jeux étudiés ont été faites sur les sites newspapers.com et britishnewspaperarchive.co.uk.

30 Sont notamment cités dans cet article des extraits de The Sentinel, journal hebdomadaire adressé à la communauté juive de Chicago, ainsi que de L’Aurore. Journal d’informations juives. Ce dernier est un journal sioniste francophone fondé à Istanbul puis publié en Égypte à partir de 1924.

31 Musée national du sport (MNS), PV de la FSFI.

32 Les archives sont conservées par la MWU, Ramat Gan (Israël).

33 Dans ce présent article, nous avons utilisé, pour le mouvement social-démocrate, des documents conservés à l’Institut d’histoire sociale de Gand et à l’Institut Friedrich Ebert (Bonn).

34 Franz Vandersmissen, Le sport ouvrier, Bruxelles, L’Églantine, 1929, et Gymnastique et sport ouvriers, Bruxelles, Centrale des jeunesses socialistes, 1928.

35 L’Aurore. Journal d’informations juives, 11 avril 1935.

36 Moshe Zimmermann, « Muscle Jews versus Nervous Jews ». Dans Michael Brenner, Gideon Reuveni, Emancipation through muscles. Jews and sports in Europe, Lincoln, University of Nebraska Press, 2006, p. 13.

37 Au sujet de la marginalisation des femmes dans le mouvement sioniste et dans l’histoire d’Israël, voir Journal of Israeli History, 21, 2002.

38 Pfister et Niewerth, « Jewish women… », art. cit., p. 296.

39 Ibid., p. 299.

40 Ibid., p. 300.

41 Étienne Pénard, Michaël Attali et Doriane Gomet, « The Sporting Club Maccabi de Paris in the Interwar Period (1924-1939): The Path of a Zionist Club », The International Journal of the History of Sport, 39, 2022, p. 9.

42 Étienne Pénard, Le « peuple du livre » à l’épreuve du « judaïsme du muscle » : les communautés juives de France et le sport (fin XIXe-1948), thèse de doctorat sous la direction de Michaël Attali et Doriane Gomet, Université Rennes 2, 2020, p. 358-360.

43 Pfister et Niewerth, « Jewish women… », art. cit., p. 317.

44 Eva Violet Mond Isaacs (1895-1973) née d’une mère chrétienne et d’un père juif, étudie l’hébreu et milite pour la cause sioniste. Elle est impliquée dans les organisations de garde d’enfants en Palestine. Plus tard, elle devient présidente de la section britannique du Congrès juif mondial. Cf. « Eva Violet Mond Isaacs, deuxième marquise de Reading », The Shalvi/Hyman Enclyclopedia of Jewish Women. https://jwa.org/encyclopedia/article/mond-isaacs-eva-violet-second-marchioness-of-reading# (consulté le 5 juin 2024).

45 « A Message to Maccabi », reproduit dans Weim, The Maccabiah…, op. cit, p. 51.

46 Helmut Gruber et Pamela Graves (dir.), Women and Socialism…, op. cit., p. 9.

47 MNS, PV de la FSFI, réunion du comité international à Rome, 13 avril 1933.

48 Sport, 15 août 1934.

49 Ibid.

50 Sport, 1er août 1934.

51 Sport, 28 février 1934.

52 Sport, 17 avril 1934.

53 Le Populaire, 5 août 1931.

54 Le Populaire, 5 août 1931.

55 MNS, PV de la FSFI, comité international, 3 juillet 1931.

56 Helmut Gruber et Pamela Graves (dir.), Women and Socialism…, op. cit., p. 14.

57 Marianne Amar, « La sportive rouge… », art. cit., p. 171.

58 Ibid., p. 177.

59 Gymnastique et sport ouvriers, Bruxelles, Centrale des jeunesses socialistes, 1928, p. 15.

60 Amar, « La sportive… », op. cit., p. 178.

61 Sport, 6 décembre 1932.

62 En Allemagne, l’ATSB comprend 17,3 % de femmes en 1928. Gounot, Les mouvements sportifs…, op. cit., p. 92.

63 Ibid., p. 153.

64 Ibid., p. 150.

65 Franz Vandersmissen, Le sport ouvrier, Bruxelles, L’Églantine, 1929, p. 51.

66 Ibid., p. 54.

67 Ibid., p. 53.

68 Cette fédération, créée en 1934, unifie les organisations sportives communiste et socialiste en France.

69 Institut d’histoire sociale de Gand (IHSG), ZTSK 0648 193612, « La femme et l’éducation physique », IIIOlympiade ouvrière d’Anvers, décembre 1936.

70 Spiegel, Embodying…, op. cit., p. 78-80.

71 Przemysław Strożek, « Worker sport and art for proletarian masses: Constructivist avant-gardes, Spartakiads, and Red Sport International, 1921-1928 », The International Journal of the History of Sport, 35, p. 1733.

72 L’Humanité, 10 juillet 1924.

73 Le calcul ne porte que sur les sportives dont la discipline disputée a pu être identifiée.

74 32 athlètes sur un total de 52 en 1932 ; 67 sur un total de 148 en 1935. Ces chiffres ont été établis à partir de la liste officielle des athlètes, qui se trouve aux Archives de la Maccabi World Union, Maccabiade 1932, dossier no 009, et Maccabiade 1935, dossier no 15. Elle a également été reproduite par Chaim Wein, The Maccabiah Games in Eretz-Israel, Netanya, Maccabi World Union et Wingate Institute for Physical Education and Sport, 1981.

75 37 athlètes sur un total de 84. Ce chiffre a été établi à partir des résultats parus dans la presse. Le programme détaillé de l’Olympiade ouvrière d’Anvers et la liste des athlètes sont notamment consultables à l’Institut Friedrich Ebert (Bonn), programme horaire de la IIIe Olympiade ouvrière : 25 juillet-1er août 1937.

76 Nathalie Rosol, « Une participation contrôlée des Françaises aux épreuves d’athlétisme (1917-fin des années 1950) », in Thierry Terret et al. (dir.), Sport et Genre, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 41.

77 Castan-Vicente, Un corps…, op. cit., p. 410.

78 Rosol, « Une participation… », art. cit., p. 42.

79 Castan-Vicente, Un corps…, op. cit., p. 452.

80 Il faut toutefois souligner que des danses suédoises sont programmées en ouverture des Jeux de Göteborg.

81 L’Olympiade de Seraing ne figure pas officiellement au calendrier des olympiades ouvrières. Elle constitue toutefois une véritable « olympiade socialiste », appuyée par l’ISL.

82 Programme de la 1re Olympiade socialiste dans Camille Fabry, Semailles et moissons. 1re Olympiade socialiste, XXXe anniversaire du groupe “Le Progrès et les Enfants du Peuple” de Seraing-sur-Meuse, août 1921, 10e mille, 1921, conservé à l’Institut Friedrich Ebert (IFE).

83 Le Journal du dimanche. Numéro spécial sur la Palestine – IIe Maccabiade, 1935, p. 71.

84 IFE, Exercices généraux des femmes : IIIes Jeux olympiques ouvriers, Anvers 1937, ISOS.

85 MNS, PV de la FSFI, comité international, 31 juillet 1932.

86 MNS, PV de la FSFI, comité international, 31 juillet 1932.

87 MNS, PV de la FSFI, réunion du comité international à Rome, 13 avril 1933.

88 Anne Velez, Les filles de l’eau. Une histoire des femmes et de la natation en France (1905-1939), thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Christine Bard, Université d’Angers, 2010, p. 351.

89 Les distances sont de 100 m, 200 m et 300 m pour la 1re Maccabiade, et vont jusqu’à 400 m pour la 2e Maccabiade.

90 Les Jeux de Paris en 1924 incluent deux épreuves de nage libre (100 m et 400 m), de dos (100 m), de brasse (200 m) et un relais (4 x 100 m).

91 C’est le cas de l’escrime, sport ouvert aux participantes lors de la 1re Maccabiade, et du tennis lors de la deuxième édition.

92 Deux ans avant, en 1933, le mouvement Maccabi demande d’ailleurs à la FSFI de rejoindre le championnat européen de basket-ball et de handball.

93 Sport ouvrier, 17 novembre 1923.

94 Les règles du hazena se rapprochent de celles du handball qui se disputait alors à 11 joueurs et non 7 comme aujourd’hui. Deux équipes s’affrontent et doivent envoyer le ballon dans le but adverse.

95 Florence Carpentier, « Les premiers Jeux olympiques féminins (Paris, 1922). Internationalisme et droit de courir », Revue d’histoire culturelle. http://revues.mshparisnord.fr/rhc/index.php?id=1934 (consulté le 5 juin 2024).

96 Lise Cardin, Introduction et diffusion du handball en France : des origines étrangères à l’affirmation nationale française (1922-2004), thèse de doctorat en histoire du sport sous la direction de Daphné Bolz, Université de Strasbourg, 2019, p. 79.

97 Castan-Vicente, Un corps…, op. cit., p. 406 ; Anaïs Bohuon et Grégory Quin, « Éthique et mouvements entre deux configurations historiques : les “exercices corporels” féminins sous emprise médicale (fin xixe siècle-xxe siècle) ». Dans Bernard Andrieu, Éthique du sport, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2013, p. 462-474.

98 Cardin, Introduction…, op. cit., p. 94.

99 L’Humanité, 16 août 1934.

100 La comptabilisation des athlètes est parfois rendue plus ardue par la difficulté d’accès à la liste officielle et complète des athlètes engagés. Lorsque nous n’avons pas eu accès à la liste officielle, nous avons réalisé les calculs à partir des résultats collectés dans la presse, qui sont nécessairement parcellaires et ne révèlent pas la totalité des sportifs et sportives présents dans ces compétitions.

101 À titre de comparaison, les Jeux d’Amsterdam (1928) regroupaient 46 pays et ceux de Los Angeles (1932) réunissaient 37 pays.

102 Ces chiffres ont été établis à partir de la liste des athlètes qui se trouve aux Archives de la Maccabi World Union, Maccabiade 1932, dossier no 009, et Maccabiade 1935, dossier no 15. Elle a également été reproduite par Chaim Wein, The Maccabiah Games in Eretz-Israel, Netanya, Maccabi World Union et Wingate Institute for Physical Education and Sport, 1981. Les résultats sont proches de ceux mentionnés dans Michael Bar-Eli, Adara Spiegel, « Israeli Women in the Olympic and Maccabiah Games, 1932-1992: Patterns of Stability and Change », International Review for the Sociology of Sport, 31, 1996, p. 385-403.

103 Ce calcul a été établi à partir des chiffres apportés par André Gounot, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 88, 2002, p. 59-75.

104 Cette manifestation à dimension internationale, organisée par la FST, se veut ouverte à l’ensemble du mouvement ouvrier. Nous la désignerons désormais ainsi : « Rassemblement international de 1934 ».

105 Ce comptage est incomplet, puisqu’il a été effectué à partir de listes nominatives des résultats parues dans la presse.

106 Aux Jeux olympiques, on peut dénombrer 277 participantes à Amsterdam (1928), 126 à Los Angeles (1932) et 328 à Berlin (1936).

107 Aux Jeux olympiques, ce taux atteint 2,53 % à Anvers (1920) ; 4,5 % à Paris (1924) ; 9,6 % à Amsterdam (1928) ; 9,46 % à Los Angeles (1932) ; 8,07 % à Berlin (1936).

108 IHSG, ZTSK 0648 193612, « La femme et l’éducation physique », IIIe Olympiade ouvrière d’Anvers, décembre 1936.

109 L’AIF (Arbeiderness Idrottsforbund) est dominée par les communistes jusqu’en 1931, avant d’être sous le contrôle des sociaux-démocrates. Gerd von der Lippe, « Landmarks in the History of Norwegian Worker Sport », in Krüger et Riordan, The Story…, op. cit., p. 131-142.

110 Gisèle Balay, Lucienne Kling, Valentine Signeux et Rosette Guérard. Denise Briday est la cinquième femme à intégrer le bureau lors du congrès fédéral de décembre 1935.

111 Yannick Deschamps, « Unsung Women Federal Leaders within the Labour Sport Federation in France, from its Establishment to the Second Post-War Period », Histories of Women’s Work in Global Sport: A Man’s World?, Londres, Palgrave Macmillan, p. 127-159.

112 Le Droit du peuple, 21 février 1927.

113 IHSG, ZTSK 0648 193612, « Les organismes dirigeant la IIIe Olympiade ouvrière », IIIe Olympiade ouvrière d’Anvers, no 1, décembre 1936.

114 Archives de la Maccabi World Union, Maccabiade 1932, dossier no 009, liste des membres du comité organisateur de la 1re Maccabiade ; liste des juges de la 1re Maccabiade, Le Journal du dimanche. Numéro spécial sur la Palestine – IIe Maccabiade, 1935, p. 70.

115 Carpentier, « Les premiers jeux… », art. cit.

116 Iconothèque de l’Insep, Programme officiel des Jeux olympiques féminins (1922).

117 Germaine Delapierre est une championne française, exerçant aussi la fonction de secrétaire générale-trésorière. Castan-Vicente, Un corps…, op. cit., p. 416.

118 Cadbury Research Library, Records of the Women’s Amateur Athletic Association and associated bodies (Cadbury Research Library), Fourth Women’s World Games, Official Programme, 1934.

119 Dame Beatrix Hudson Lyall (1873-1948) a en particulier agi pour la protection de l’enfance. Durant l’entre-deux-guerres, elle occupe des fonctions politiques, en étant notamment élue conseillère de Fulham Est en 1919.

120 Lady Ellenborough et Lady Wavertree.

121 Nick Trujillo, « Hegemonic Masculinity on the Mound. Media Representations of Nolan Ryan and American Sports Culture », in S. Birrel et M. G. McDonald (dir.), Reading sport. Critical Essays on Power and Representation, Boston, Northeastern University Press, 2000, p. 14-39.

122 Castan-Vicente, Un corps…, op. cit., p. 420-421.

123 Regards, 17 août 1934.

124 L’Humanité, 7 novembre 1934.

125 Avec un temps de 12 s 60, elle se situe à 7 dixièmes du temps réalisé la même année par Käthe Krauss victorieuse en 11 s 90 lors des Jeux féminins.

126 Karen Bretin-Maffiuletti et Benoît Caritey, « L’Humanité et les manifestations sportives internationales dans les années 1920 », Le sport dans la presse communiste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 53-72.

127 Sylvain Dufraisse, « Le champion, incarnation de l’homme nouveau soviétique : une genèse (1934-1953) », in Georges Bensoussan et al., Sports, corps et sociétés de masse, Paris, Armand Colin, 2012, p. 229-230.

128 Le livre souvenir de la IIIe Olympiade ouvrière est notamment conservé aux Archives nationales du monde du travail, Fonds Lucien Leulier, 2012 29 34.

129 Helmut Gruber et Pamela Graves (dir.), Women and Socialism…, op. cit., p. 13.

130 Lors de la 1re Maccabiade, Sybil Koff remporte le 100 m, le saut en longueur et le saut en hauteur. MWU, Maccabiade 1932, dossier no 009, résultats de la 1re Maccabiade.

131 The Brooklyn Daily Eagle, 22 août 1934.

132 The Sentinel, 28 mars 1935.

133 Ibid.

134 Ce constat rejoint celui déjà effectué par Philippe Tétart, « Quel genre pour la championne ? Sur la représentation de Suzanne Lenglen (1914-1921) ». Dans Philippe Liotard et Thierry Terret, Sport et genre (vol. 2). Excellence féminine et masculinité hégémonique, Paris, L’Harmattan, 2005 p. 73-90.

135 J. Williams, « Breaking… », art. cit.

136 International Association of Athletics Federations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Couverture du livre-souvenir de l’Olympiade ouvrière d’Anvers (1937)
Crédits Archives nationales du monde du travail (Roubaix), Fonds Lucien Leulier, 2012 29 34.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/8890/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Dumas, « Les femmes et les olympismes alternatifs durant l’entre-deux-guerres »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 10 juillet 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8890 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8y

Haut de page

Auteur

Clément Dumas

Université Clermont Auvergne, Laboratoire du CHEC (Centre d’Histoire « Espaces et cultures »), dumas.clement63@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search