Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Ondina Valla, une « championne du...

Ondina Valla, une « championne du fascisme » aux Jeux olympiques de Berlin (1936)

Ondina Valla, a “champion of fascism” at the Berlin Olympic Games (1936)
Suzy Toson

Résumés

Lors des Jeux olympiques de Berlin en 1936, Trebisonda Valla, dite Ondina, devient, à l’âge de 20 ans, la première femme italienne à remporter une médaille d’or olympique. Cette victoire aux jeux du nazisme est rapidement utilisée par la dictature fasciste pour en faire une victoire du fascisme, soulignant les enjeux politiques de cet événement. Pour la propagande du régime, Ondina Valla devient dès lors une « championne du fascisme ». Cet article se propose de revenir sur la carrière sportive prolifique de cette athlète italienne, majoritairement effectuée sous le ventennio fasciste, permettant ainsi une exploration des politiques genrées fascistes qui façonnent la pratique sportive des Italiennes durant ces deux décennies. Surtout, en repensant l’événement de 1936 à l’aune de l’expérience vécue par Ondina Valla, notamment à travers l’analyse de photographies et des témoignages de l’athlète recueillis a posteriori, ce portrait permet d’interroger des problématiques centrales à l’étude des rapports entre société et régime totalitaire, l’impact de l’idéologie fasciste sur la formation et l’identité d’Ondina Valla et surtout la manière dont cette dernière a pu s’approprier, pour reprendre les termes de l’historien Alf Lüdtke, le monde façonné par la dictature fasciste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archivio Storico Istituto Luce (désormais ASIL), A00066572 : « Mussolini riceve a Palazzo Venezia g (...)

1Le 5 septembre 1936, la délégation olympique italienne est reçue en grande pompe au Palazzo Venezia, siège du gouvernement fasciste à Rome. Les photographies de cette rencontre présentent un large groupe d’athlètes et de personnalités politiques dont Achille Starace, alors secrétaire du Parti national fasciste, et Giorgio Vaccaro, président du Comité olympique national italien. Au centre, en costume blanc contrastant avec les tenues sombres des athlètes, Benito Mussolini. À ses côtés, la seule femme du groupe : Ondina Valla1. Trebisonda Valla, surnommée Ondina, est la première femme italienne à remporter une médaille d’or olympique, décrochée lors du 80 mètres haies aux Jeux olympiques de Berlin en 1936. L’athlète participe à cette compétition, souvent considérée comme les « jeux du nazisme », en tant que représentante de l’Italie fasciste et cette victoire revêt dès lors des enjeux politiques importants pour la dictature. Dès les lendemains des jeux, elle est décrite par la propagande mussolinienne comme une « championne du fascisme » et est présentée aux Italien·nes comme un modèle à suivre.

  • 2 Piero Meldini, Sposa e madre esemplare. Ideologia e politica della donna e della famiglia durante i (...)

2Pourtant, la carrière sportive de Valla, et sa victoire olympique, semblent en décalage complet avec les modèles féminins édictés par le régime et s’éloignent de l’image de la donna nuova fasciste définie comme mère et gardienne du foyer2. Paradoxalement, la figure d’Ondina Valla sert cependant le discours genré du fascisme et sa victoire olympique est instrumentalisée par le régime avec deux objectifs : encourager les jeunes filles à faire du sport, nécessité pour que ces dernières développent un corps apte à fournir des enfants en bonne santé à la nation fasciste, mais surtout présenter l’athlète comme le symbole de la réussite des politiques fascistes.

  • 3 Voir notamment : Victoria De Grazia, How Fascism ruled Women, Italy, 1922-1945, Berkeley, Universit (...)
  • 4 Fabrizio Felice, Sport e fascismo. La politica sportiva del regime. 1924-1936, Rimini-Firenze, Ed. (...)

3Au sein d’une historiographie du fascisme renouvelée aussi bien par les apports de l’histoire des femmes3 que de l’histoire du sport4, le parcours d’Ondina Valla a fait l’objet de nombreuses études et illustre l’importance des championnes sportives comme figures mobilisatrices au sein de la propagande fasciste. En particulier, les conclusions des travaux de Gigliola Gori sont précieuses pour notre étude. Elles mettent en évidence l’évolution, mesurée certes, des modèles genrés de la société fasciste à laquelle a participé l’athlète, qui est présentée comme une déclinaison sportive de la donna nuova par le régime, poussant ce dernier à revenir sur certaines de ses réticences initiales, notamment sur l’entrée des femmes dans le monde sportif. Prenant ces précédentes recherches comme point de départ à notre réflexion, cet article propose une étude davantage micro-historique du parcours d’Ondina Valla aux Jeux olympiques de 1936 et se concentre sur son expérience vécue et perçue lors de cette manifestation sportive. Par l’exploration des interstices entre l’instrumentalisation politique faite par le régime fasciste de l’image d’Ondina Valla et sa perception de l’événement en tant qu’actrice principale, nous faisons ainsi l’hypothèse qu’une autre histoire de l’événement berlinois est possible et que, à travers l’exploration de sa trajectoire individuelle exceptionnelle, Ondina Valla constitue une porte d’entrée pour interroger une dimension essentielle des recherches sur le fascisme italien, celui des multiples formes d’adhésion et de participation des Italien·nes à la dictature.

  • 5 Gigliola Gori, « Féminité et esthétique sportive dans l’Italie fasciste », Clio, 23, 2006, p. 97.
  • 6 Alf Lüdtke (éd.), The History of Everyday Life: Reconstructing Historical Experiences and Ways of L (...)

4Dans une Italie où « la nation sportive se confond avec la nation fasciste5 », le portrait d’Ondina Valla dressé dans cet article s’attelle donc à explorer les conséquences d’une telle analogie sur la vie de cette dernière : comment l’insertion dans un cadre autoritaire, misogyne et patriarcal s’exprime-t-elle dans l’expérience de l’athlète ? Quelles sont les formes de participation à la propagande qu’induit son inscription dans l’élite sportive italienne durant cette période et comment ce cadre politise ou non son expérience sportive ? Enfin, suivant les réflexions d’Alf Lüdtke sur l’histoire du quotidien6, comment Ondina Valla s’approprie-t-elle ce monde dans lequel elle évolue tout au long de sa jeunesse ? Au croisement de l’histoire du genre, de l’histoire par le bas et de l’histoire du sport, ce retour sur le parcours d’Ondina Valla, attentif à l’expérience vécue de l’actrice, souhaite mettre en lumière l’agentivité de la sportive, questionnant à nouveaux frais la zone de contact entre l’idéologie et son appropriation par les individus. En effet, le régime fasciste, et sans doute les régimes totalitaires dans leur ensemble, ne sont pas des entités figées dans une idéologie et des pratiques dictatoriales qui enferment avec elles les individus qu’ils encadrent. Au contraire, l’entrée par l’expérience individuelle permet d’interroger les rapports de la société italienne avec cet encadrement totalitaire qui se crée durant le ventennio fasciste et d’observer de près les multiples manières dont les Italien·nes ont reçu et se sont approprié les discours émis par le pouvoir.

  • 7 Pour une introduction précise de cette méthodologie, voir notamment : Alf Lüdtke, « Introduction: W (...)

5Pour ce faire, la présentation des politiques sportives du régime mussolinien s’appuie sur un ensemble de sources normatives, principalement les discours des dirigeants du Parti national fasciste ainsi que ceux de la médecine du sport. L’exploration de la presse, principalement spécialisée comme La Gazzetta dello Sport, sera l’occasion d’une analyse de l’instrumentalisation politique de l’image d’Ondina Valla par le régime mussolinien et de son édification en « championne du fascisme ». Afin de rendre compte de l’expérience vécue, nous nous appuyons sur la méthodologie développée au sein des recherches sur l’histoire par le bas et l’histoire du quotidien7, et privilégions donc des sources dites de l’intime, telles que les photographies témoignant de la vie quotidienne au sein des JO, mais également des témoignages rétrospectifs de l’athlète qui permettent d’approcher l’expérience individuelle d’Ondina Valla et de présenter une autre réalité que celle mise en avant par la dictature. Ces témoignages, principalement recueillis par Gigliola Gori en 1994, sont une ressource précieuse pour reconstruire ce parcours individuel, mais ils invitent également à une confrontation nécessaire avec d’autres sources. En effet, à près de quarante ans de distance, ces discours sont susceptibles d’être l’objet d’une réélaboration mémorielle de la part de l’interviewée, d’autant plus quand ces récits touchent à une période de vie au sein d’un régime autoritaire. Ces documents seront donc également l’occasion de questionner les effets de discours compris dans les témoignages recueillis a posteriori des événements décrits ; soit les potentiels oublis, occultations et non-dits, tout aussi significatifs que les éléments exprimés.

6Cette étude se propose donc de revenir, dans un premier temps, sur la formation sportive de Valla, qui sera également l’occasion de présenter les politiques sportives genrées du fascisme, avant d’explorer plus en détail dans un deuxième temps sa victoire de 1936 et le cadre genré dans lequel cette dernière s’inscrit. Enfin, un dernier temps sera consacré à l’étude de la construction de cette figure de « championne du fascisme », porte d’entrée pour questionner la manière dont Ondina Valla a appréhendé et vécu ce nouveau statut social créé par le régime fasciste.

Ondina Valla : une éducation sportive au sein du régime fasciste italien

Une jeunesse dans la Bologne fasciste

  • 8 Gigliola Gori, Physical Activity and Sporting Education for Women during the Fascist Era, thèse d’h (...)

7Née à Bologne le 20 mai 1916, benjamine d’une fratrie qui compte quatre frères, Ondina Valla est la fille d’un forgeron, Gaetano Valla, et d’une femme au foyer, Andreana Pezzoli. Son père, socialiste au début du siècle, sans trace cependant d’un militantisme actif, adhère rapidement au fascisme, sans que les motivations de cette adhésion soient clairement établies. Dans ses témoignages, Ondina Valla évoque le fait que sa famille reconnaissait les « bonnes choses » introduites par l’arrivée au pouvoir du fascisme8. Elle relate également le parcours de l’un de ses frères, Vito Valla, dans ce nouvel environnement politique italien du début des années 1920. Elle se souvient que son frère, âgé de 11 ans à la veille de la marche sur Rome, accompagnait parfois les expéditions des squadri fascistes dans les rues de Bologne, plus par comportement enfantin que comme prémisse d’un réel engagement politique fasciste. D’ailleurs, dès la fin de la décennie, Vito devient un fervent antifasciste.

  • 9 Maire pendant la période fasciste, nommé directement par le gouvernement central.
  • 10 Daphné Bolz, Les arènes totalitaires : Hitler, Mussolini et les jeux du stade, Paris, CNRS Éditions (...)
  • 11 Marco Giani, « Aspettarsi meraviglie dalla propria piccola Trebisonda: Il ruolo della famiglia nell (...)

8Dans cette famille modeste de Bologne, un fait est notable : le sport, principalement l’athlétisme, est une activité pratiquée aussi bien par les quatre garçons que par Ondina. La passion sportive d’Ondina Valla débute très jeune, influencée à la fois par son cadre familial et le cadre sportif favorable de Bologne à cette époque. Sous l’impulsion de Leandro Arpinati, fasciste de la première heure, podestat9 de la ville à partir de 1926 et président du Comité olympique national italien de 1931 à 1933, de nombreux travaux sont menés à Bologne pour en faire la vitrine de la modernité sportive fasciste. Ces travaux portent principalement sur les équipements sportifs dont l’achèvement le plus concret est la construction du stade Littoriale de Bologne, exemple même des « arènes totalitaires10 ». Concernant le cadre familial, le rôle essentiel des familles dans l’intégration des jeunes filles au monde sportif a été mis en évidence11, aussi bien par le soutien moral que l’entourage apporte à cette pratique, encore décriée dans la société italienne du début du xxe siècle, que par le soutien financier. Il est en effet rare que les athlètes reçoivent des financements couvrant l’entièreté de leur participation aux compétitions, notamment régionales et nationales, et une partie de la charge financière des équipements et des déplacements revient à la famille.

9Rapidement repérée pour ses capacités sportives, Ondina Valla intègre en 1929 la Bologna Sportiva, prestigieuse société sportive fondée par Leandro Arpinati. Les locaux de cette société sportive, la plus importante de la ville, se situent au sein même de la Casa del Fascio, symbole de la volonté d’encadrement par le fascisme de la politique sportive. Ondina y rencontre celle qui deviendra une grande amie, souvent présentée dans la presse de l’époque comme sa « rivale sportive », Claudia Testoni, qui participe avec elle aux Jeux olympiques de Berlin.

  • 12 Sandra Artom et Anna Rita Calabro, Sorelle d’Italia. Quattordici Grandi Signore raccontano la loro (...)

10Bien que le soutien de sa famille soit un facteur important pour sa carrière sportive, Ondina Valla rapporte une remarque de sa mère, révélatrice de la transgression morale et sociale que représente alors la pratique du sport pour une jeune fille dans l’Italie des années 1930 : « Basta, sei une ragazza, devi smettere12 » [assez, tu es une jeune fille, tu dois arrêter]. Traduisant l’intégration des normes de genre par la mère de l’athlète, cette remarque semble traduire l’inquiétude d’une mère de voir sa fille évoluer dans un monde alors très majoritairement masculin. Surtout, expression d’une tradition morale conservatrice encore très ancrée dans l’Italie des années 1920 qui refuse que les Italiennes aient une pratique sportive, cette injonction maternelle laisse transparaître un fait certain : par sa pratique sportive, Ondina Valla perturbe les codes genrés de la société italienne dans laquelle elle grandit, dont l’idéologie fasciste renforce les cadres patriarcaux et misogynes.

Le sport des femmes pensé par le fascisme : une pratique eugéniste et hygiéniste

  • 13 Gigliola Gori, « Féminité et esthétique sportive dans l’Italie fasciste », op. cit., p. 5.
  • 14 Augusto Parboni, « Lo sport nella concezione fascista », Lo sport fascista, novembre 1928, no 6. Su (...)
  • 15 Augusto Parboni, ibidem.
  • 16 Giovanni Pini, « Basi e sviluppo dell’atletica femminile », Lo Sport Fascista, juillet 1929, no 7, (...)
  • 17 Dès 1922, Mussolini résume ainsi la révolution anthropologique voulue par le fascisme : « Le fascis (...)
  • 18 Interview de Leandro Arpinati, Almanacco della donna, 1933, p. 260 : « Le sport est considéré par l (...)

11Reprenant le principe antique de mens sana in corpore sano, le sport devient rapidement une métaphore du fascisme lui-même, « l’un comme l’autre exaltant les valeurs de la jeunesse, de l’action et du courage13 ». Il est considéré par le régime comme le moyen de réaliser l’Homme nouveau fasciste, et donc d’améliorer la santé physique et morale du peuple italien, affaiblie selon lui par la décadence des décennies libérales précédentes14. Pour les hommes, le sport répond à une visée militaire et nationaliste : la « nation sportive » masculine doit servir l’ambition de la « nation en armes », prompte à répondre aux ambitions impérialistes de la dictature15. Pour les femmes, la nécessité de présenter une forme physique irréprochable s’inscrit dans la continuité de leur devoir de maternité. Le corps nationalisé des Italiennes, formé par l’exercice physique, doit ainsi acquérir la force nécessaire pour fournir à la nation des enfants en bonne santé, objectif clairement énoncé dans la presse fasciste : « Le problème de l’éducation physique de la femme est lié à celui démographique de la nation16 ». À cet aspect hygiéniste s’ajoute une dimension eugéniste tout aussi primordiale pour comprendre la pensée du sport pratiqué par les Italiennes sous le fascisme. Au sein du projet de régénération fasciste du « peuple italien17 », les dirigeants fascistes s’arrangent pour faire de la mère l’élément central de ce programme eugéniste, arguant du fait que le lien mère-enfants est la première étape-clé de cette « purification » des Italien·nes18.

  • 19 Conclusion de la séance du Gran Consiglio del Fascismo du 16 octobre 1930, citée dans Isidori Frasc (...)
  • 20 Ugo Cassinis, « Può la donna fare lo sport ? », Atti del I Congresso Nazionale di Medicina dello Sp (...)
  • 21 Interview de Leandro Arpinati, Almanacco della donna, 1933, p. 260 : « L’activité sportive, dans ce (...)

12La question de l’activité physique féminine s’invite donc très rapidement au sein des discussions politiques. La conclusion de séance du Grand Conseil du fascisme du 16 octobre 1930 met ainsi en évidence la finalité première du sport des femmes – la maternité – et invite un nouvel acteur à participer à l’élaboration d’une théorie spécifique du « bon » sport pour les Italiennes : la médecine du sport, discipline alors en pleine expansion19. Créée en 1929 par le Comité olympique national italien, la Fédération italienne des médecins du sport se réunit en 1932 lors d’un premier congrès national pour tenter de définir un cadre à l’institutionnalisation de la pratique sportive des femmes au sein de l’État fasciste. Au cours de ce congrès, l’allocution du docteur Ugo Cassinis, directeur depuis 1925 du laboratoire de physiologie appliquée au sport de l’École militaire Farnesina de Rome, mérite une attention particulière car elle pose, en des termes clairs, la possibilité ou non pour la femme de faire du sport. Ce dernier déclare que le sport est une activité fortement conseillée pour les Italiennes, mais selon des règles strictes. Le sport intérieur est à prohiber, car il est nécessaire de mettre les femmes au contact du grand air, tout comme des sports considérés comme masculins tels que la boxe ou les sports mécaniques. Au contraire, les sports qui développent harmonieusement le corps féminin, comme la natation, la gymnastique, le tennis, le ski ou encore l’escrime sont à favoriser, mais également les sports d’équipe comme le basket-ball ou le volley, qui permettent de renforcer le sens de la communauté20. D’autres disciplines posent davantage problème durant ce congrès comme l’athlétisme : les épreuves de course longue ou faisant usage de la force, comme les épreuves de lancer, ne sont pas acceptables pour la féminité telle qu’elle est définie par le fascisme. Enfin, l’activité sportive des Italiennes ne doit pas viser la compétition, vue comme la répétition de l’acte militaire et donc « virilisante ». De manière générale, la modération reste le principe premier qui prévaut au développement de la pratique sportive des Italiennes21. Avec ce congrès, les médecins du sport italiens démontrent que le sport, l’eugénisme et la démographie ne sont pas antithétiques et peuvent, au contraire, participer à la réalisation de l’idéologie fasciste.

  • 22 Ibidem, p. 259.

13Ainsi, « l’éducation physique rationnelle22 » pour les Italiennes telle que définie et instrumentalisée par le fascisme est l’expression directe de l’idéologie paternaliste et viriliste du régime, pensée comme préparation à la maternité.

Les conséquences de ce discours genré : le rendez-vous manqué des Jeux olympiques de 1932

  • 23 Nageuse, hockeyeuse et rameuse française, Alice Milliat (1884-1957) est l’une des grandes militante (...)

14L’institution olympique du début du xxe siècle représente un environnement discriminant et misogyne au sein duquel l’intégration des femmes fut l’objet d’une longue lutte, notamment menée par des acteur·rices comme Alice Milliat23. Nous retrouvons dans la carrière d’Ondina Valla les traces de cette opposition, doublée des réticences d’un acteur essentiel de la société italienne : l’Église catholique.

  • 24 Sur cette question, voir la polémique entre Il Littoriale et L’Osservatore Romano explorée notammen (...)

15Malgré les accords du Latran de 1929, censés apaiser les relations entre le Saint-Siège et l’Italie, l’Église de Pie XI condamne fermement l’éloignement des femmes, par la pratique sportive, de leurs devoirs domestiques. L’institution vaticane craint également que l’entrée des femmes dans un espace traditionnellement masculin entraîne avec elle le danger d’une « masculinisation ». L’institution catholique entre d’ailleurs en conflit avec l’État fasciste en octobre-novembre 1933 lorsque l’organe de presse du Vatican, L’Osservatore Romano, dénonce la valorisation des athlètes féminines dans les journaux fascistes, notamment par les photographies mettant en avant des Italiennes dans des tenues sportives jugées indécentes par l’Église24.

16Ainsi, à la discrimination genrée s’ajoute une inquiétude morale, partagée à la fois par le Vatican et par certains milieux fascistes, qui coûte à Ondina Valla sa participation aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1932. Seule femme qualifiée au sein de l’équipe d’athlétisme italienne, elle est sur le point d’accéder à la compétition olympique quand cette participation lui est refusée. La veille de la compétition, les dirigeants italiens du Comité olympique national italien reviennent sur leur décision d’envoyer seule une jeune fille de 16 ans aux États-Unis au sein d’une équipe d’athlétisme exclusivement masculine. La promiscuité entre les athlètes de la délégation, notamment lors du voyage (la traversée de l’Atlantique s’effectue en navire) est au cœur de ces réticences morales. Le pape joue un rôle non négligeable dans cette décision. Revenant sur cet épisode de 1932, Ondina Valla raconte ainsi avoir appris la raison de son éviction de l’équipe olympique d’Italie a posteriori :

  • 25 Sandra Artom et Anna Rita Calabro, op. cit., p. 279.

En 1932, eurent lieu les Jeux olympiques de Los Angeles auxquels j’aurais dû participer comme unique représentante féminine de l’athlétisme italien, mais les organisateurs craignaient de m’y envoyer : pensez-vous, une jeune fille de 16 ans au milieu de tous ces athlètes masculins. D’autant plus qu’à cette époque, on ne voyageait pas en avion mais le voyage impliquait une longue traversée en bateau pour arriver à Los Angeles. Tout ça, je l’ai su après, quand les Jeux olympiques avaient déjà commencé […] ! Le pape, Papa Pacelli [Pie XI], participa aussi à l’absence des athlètes féminines italiennes à Los Angeles ; il s’était opposé à notre participation25.

17L’expérience des Jeux olympiques de Berlin, quatre ans plus tard, représente une revanche pour Ondina Valla. Certains paramètres ont changé : qualifiée pour la compétition olympique auprès de sa camarade Claudia Testoni ainsi que de nombreuses autres athlètes féminines, Ondina Valla n’est plus la seule femme à prendre part à ce voyage. Surtout, les enjeux politiques semblent désormais dépasser les réticences morales : les Jeux de Berlin représentent l’occasion pour l’Italie fasciste de briller sur la scène internationale et de montrer au monde les réussites de ses politiques.

Les Jeux olympiques de Berlin : une approche genrée de l’événement sportif

Le cadre genré des JO de 1936

18L’entrée des femmes dans les Jeux olympiques est récente, tout comme celle des épreuves féminines d’athlétisme dans cette compétition où prédomine une différenciation genrée fondée sur la distance des courses, et donc en substance sur des présuppositions liées aux capacités physiques des individus. En 1928, à l’occasion des Jeux olympiques d’Amsterdam, le CIO accepte d’ouvrir aux femmes le 100 mètres, le 4 x 100 mètres et le 800 mètres. Cette dernière distance, jugée trop « anti-féminine » du fait de sa longueur, est finalement supprimée jusqu’en 1960. Épreuve exclusivement féminine, le 80 mètres haies, à laquelle participe Ondina Valla en 1936, est ainsi le témoin de cette vision genrée du sport olympique. Elle apparaît aux Jeux olympiques de 1932 et ne sera présente qu’à huit rencontres olympiques.

  • 26 Daphné Bolz, op. cit., p. 26.
  • 27 Pour une comparaison plus ample des deux événements, voir Daphné Bolz, « La mise en scène sportive (...)

19Du côté de l’événement, l’enjeu des Jeux olympiques de 1936 peut être résumé par la formule de Daphné Bolz : sans équivalent, ces Olympiades réduisent « les traditions olympiques à un faire-valoir nazi26 ». Il ne s’agit pas là du premier essai en matière de politisation et de médiatisation d’une compétition sportive. En 1934, la Coupe du monde de football organisée en Italie représente une des premières expériences de cette pleine logique médiatique de l’événement sportif, succédant à une politique de restructuration architecturale des stades italiens et à des politiques sportives ambitieuses, où le sport-spectacle devient un facteur clé de la mobilisation des Italien·nes. Dans cette pensée de la rencontre sportive comme vitrine des réussites politiques d’un régime, les JO de 1936 s’inspirent directement du Mondial de football de 1934 ; dans les deux cas, l’objectif semble rempli : l’Italie remporte en effet la Coupe du monde à domicile tandis que l’Allemagne, deux ans plus tard, se classe deuxième, derrière les États-Unis, au classement des nations27.

  • 28 ASIL, D066001, « XI Olimpiade, Olimpiade di Berlino », 1936, 45’. Voir aussi, pour une vision plus (...)
  • 29 Gigliola Gori, Italian fascism and the female body. Sport, submissive women and strong mothers, Lon (...)

20En 1936, les instituts de propagande fascistes, principalement l’Institut Luce, participent à la médiatisation de l’événement en produisant des documentaires et ciné-journaux destinés à montrer aux Italien·nes l’ampleur de la rencontre et les réussites des athlètes de la péninsule. Un documentaire en particulier, XI Olimpiade di Berlino28, nous permet de mieux percevoir le cadre dans lequel évoluent les athlètes en 1936. Après une longue introduction autour des traditions ravivées de la Grèce antique lors de cette édition, rappelant la séquence d’ouverture d’Olympia de Leni Riefenstahl, ce film donne à voir le village olympique. On y trouve des petites maisons pour accueillir les athlètes, des « magasins bien fournis » selon le journaliste et surtout 500 représentantes, toutes nationalités confondues, du « gentile sesso », bien séparées des hommes puisque les villages olympiques masculin et féminin sont éloignés de 9 kilomètres. Cette non-mixité du village olympique est également soulignée par Ondina Valla dans son récit rétrospectif29, mais aussi par certains de ses compatriotes masculins présents à Berlin. Ainsi, le boxeur bolonais Valentino Borgia rapporte qu’il était impossible d’avoir des contacts avec Ondina Valla avant ou après sa victoire. Les félicitations doivent attendre Bologne où tous les athlètes de la ville sont accueillis par les dirigeants fascistes pour fêter leur retour de Berlin. Dans le monde olympique berlinois, selon les images véhiculées par la propagande fasciste, le seul espace de mixité pour les athlètes semble donc être celui du stade.

La présence des athlètes italiennes aux compétitions internationales : un enjeu de pouvoir

21Aux Jeux olympiques de Berlin, contrairement à ceux de Los Angeles en 1932, la délégation italienne compte sept athlètes féminines et les raisons de cette présence sont très largement politiques. Depuis plusieurs années déjà, les contacts diplomatiques entre l’Italie fasciste et l’Allemagne nazie se font de plus en plus fréquents. Surtout, ces jeux sont l’occasion pour la dictature fasciste de montrer au monde les résultats de sa première décennie au pouvoir, et plus particulièrement les réussites de sa politique sportive.

  • 30 Sarah Morgan, « Mussolini’s Boys (and Girls): Gender and Sport in Fascist Italy », History Australi (...)

22En 1932, lors des Jeux de Los Angeles, l’Italie prend la deuxième place au classement des nations, juste derrière le pays organisateur. Remportant 36 médailles au total dont 12 en or, les athlètes italiens masculins brillent d’une telle manière lors de ces jeux que la presse états-unienne loue rapidement la réussite de la politique sportive fasciste : bientôt, ils sont renommés les « Mussolini’s Boys30 ». Le régime comprend rapidement que, pour réitérer l’exploit de 1932, l’intégration des athlètes féminines à la délégation italienne est nécessaire : l’usage politique du sport bouleverse dès lors les codes genrés édictés par l’idéologie fasciste et mène au développement massif de la politique sportive féminine.

  • 31 « Rassegna sportiva femminile », Almanacco della donna, 1933, p. 261.
  • 32 Ibid.

23Dès le lendemain des JO de Los Angeles, l’exclusion des femmes de la compétition est dénoncée comme un « caprice du moment » par la presse féminine fasciste, qui appelle de ses vœux à reconsidérer cette décision du gouvernement fasciste31. Cette pensée est également partagée par certains dirigeants fascistes, et notamment Leandro Arpinati, qui, dans un entretien accordé au grand journaliste sportif de l’époque Adolfo Cotronei, revient sur la nécessité d’intégrer les femmes dans la future équipe olympique italienne32. En repartant du leitmotiv de la modération et d’un respect de la féminité telle que pensée par le fascisme, le dirigeant bolonais soutient le fait que les Italiennes, parce que éduquées sportivement dans les cadres édictés par le fascisme, sont tout à fait disposées à briller lors d’une telle compétition internationale. Reprenant en grande partie les conclusions avancées précédemment par le congrès de la médecine du sport, Leandro Arpinati y ajoute ici un argument politique de premier plan : le fait que la supériorité sans commune mesure des États-Unis au classement des nations de 1932 soit en partie due aux bons résultats de leurs athlètes féminines. En effet, elles remportent 19 des 44 médailles d’or américaines. L’intégration des femmes à l’équipe olympique italienne devient donc une nécessité pour devenir une nation sportive internationale de premier plan.

Une autre histoire de 1936 : interroger l’expérience vécue par Ondina Valla, « championne fasciste »

  • 33 ASIL (B0938), « Alcune gare di atletica leggera delle Olimpiadi », 19 août 1936.

24Le 6 août 1936, Ondina Valla se présente sur la piste du stade olympique de Berlin devant des milliers de spectateur·rices, aux côtés, entre autres, de sa compatriote et amie Claudia Testoni, afin de concourir en finale du 80 mètres haies. La victoire se joue à la photo finish : Ondina Valla finit première, suivie de près par l’Allemande Anni Steuer. Claudia Testoni termine quatrième, à quelques millisecondes de la troisième place, remportée par la Canadienne Elizabeth Taylor. Cependant, lors de la remise des médailles, seules deux athlètes sont présentes sur le podium : Valla et Steuer. L’athlète canadienne, pensant être arrivée quatrième, a déjà quitté le stade lors de l’annonce des résultats. Ainsi, au centre du stade olympique berlinois, sont célébrées une athlète italienne et une athlète allemande, toutes deux le bras tendu en signe d’allégeance à leur gouvernement respectif33 : la frontière entre la victoire sportive et la victoire politique des deux régimes autoritaires est ici brouillée.

La médiatisation de la victoire d’Ondina Valla : une championne au service de la propagande fasciste

  • 34 Gigliola Gori, Italian fascism and the female body…, op. cit., p. 189.

Tous les athlètes médaillés des Jeux olympiques de Berlin étaient reçus par Mussolini, et j’étais la seule et unique femme de ce groupe. Tout le monde voulait se rapprocher de Mussolini, mais le Duce a dit : « Je veux Mademoiselle Valla près de moi34 ! »

  • 35 « Il Duce assegna le stelle al merito e le medaglie ai benemeriti ed ai campioni dello sport nazion (...)
  • 36 Gigliola Gori, « A Glittering Icon of Fascist Feminity: Trebisonda “Ondina” Valla », International (...)

25L’instrumentalisation politique de la victoire d’Ondina Valla s’accélère à son retour de Berlin : la machine de propagande fasciste se met en marche pour faire d’elle une « championne du fascisme ». Elle rencontre Mussolini et se voit honorée de la médaille de la Valeur35, haute distinction fasciste. Ironie du sort, après son opposition à la participation de Valla aux Jeux de 1932, le pape Pie XI demande à rencontrer l’athlète. Gigliola Gori repère dans cette double rencontre une brèche symbolique ouverte dans la solide bâtisse masculiniste érigée par le fascisme italien, opposée à toute émancipation des Italiennes36.

  • 37 La Gazzetta dello Sport, 7 août 1936.
  • 38 La Domenica Sportiva « Lo Sport Illustrato », Settimanale illustrato della Gazzetta dello Sport, 16 (...)
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibidem : « forti falangi di giovani ».

26La victoire olympique d’Ondina Valla devient rapidement l’objet d’une campagne de propagande nationale. Au lendemain du 6 août, son image fait la une de nombreux journaux italiens, principalement issus de la presse spécialisée, comme La Gazzetta dello Sport, Lo Sport fascista ou encore le Tutti gli sport napolitain. Le traitement de cette information est cependant très inégal : le plus souvent, l’image d’Ondina Valla sur le podium est placée en une sans que soit réellement consacré un article à ce sujet. L’important ici est donc de montrer la réussite d’une athlète italienne, non de revenir en particulier sur l’exploit sportif d’Ondina Valla, première médaillée d’or olympique de l’histoire du sport italien. Le lendemain de la victoire de l’athlète italienne, le grand quotidien sportif La Gazzetta dello Sport ne mentionne que très rapidement la course, bien qu’une photographie de l’athlète fasse la une du journal37. Cependant, le supplément dominical du quotidien, La Domenica Sportiva, daté du 16 août 1936, laisse une plus grande place au récit de cette victoire, la célébrant comme une victoire de « l’école fasciste38 » et surtout des « athlètes de Mussolini39 ». Sur la une, Ondina Valla est encore une fois présente et sa victoire est largement louée, en des termes qui font disparaître toute idée d’une distinction entre athlète masculin et athlète féminine. Les athlètes victorieux de Berlin sont identifié·es par l’expression suivante : « fortes phalanges de jeunes40 ». L’éducation totalitaire célébrée, alliée à la référence aux troupes militaires antiques, met ainsi la victoire d’Ondina Valla au même niveau que celle de ses compatriotes masculins. Il n’est pas question de célébrer ici une victoire individuelle mais celle d’un groupe : la jeunesse éduquée par le fascisme. Ondina Valla, devenue « championne fasciste », devient l’incarnation d’un peuple d’Italiennes saines et vigoureuses.

  • 41 Sur ces questions du racisme et de l’antisémitisme du fascisme italien, voir notamment : Enzo Collo (...)
  • 42 « La generazione modellata dal fascismo » (« La génération modelée par le fascisme ») est l’un des (...)

27Que signifie donc être une « championne du fascisme » ? Il s’agit d’une Italienne dont les prouesses physiques, en plus de faire écho à certaines qualités morales comme la rigueur au travail et la persévérance, sont mises au service de la grandeur de la nation fasciste et en font une incarnation exemplaire de la femme nouvelle pensée par le régime. De fait, il s’agit d’une variation sportive de la donna nuova : alors que le régime demande aux Italiennes de remplir leur devoir envers la nation en donnant à l’Italie le plus d’enfants possible, les championnes du fascisme honorent le régime en se présentant dans les stades internationaux et en accumulant les victoires sous le drapeau italien. Aucun de ces modèles n’exclut l’autre ; la championne du fascisme est une figure de propagande forte et facilement mobilisable pour les organisations de masse fascistes, notamment chez les jeunes Italiennes des Piccole et Giovane Italiane où Ondina Valla est présentée comme le modèle à suivre. Autre aspect primordial au milieu des années 1930, alors que la construction de l’empire colonial italien s’accélère avec la fin de la guerre en Éthiopie en 1936 et que les rapprochements avec l’Allemagne nazie se multiplient jusqu’à la promulgation des lois raciales en 1938, actant le début de la persécution des Juif·ves par le régime italien, le discours fasciste devient ouvertement raciste et antisémite41. Dans ce contexte, le projet de régénération du « peuple italien » devient projet de régénération de la « race italienne » : aux yeux du régime, Ondina Valla, « championne fasciste », est donc également l’incarnation de cette génération modelée par le fascisme42, une jeunesse athlétique et « pure ».

La vie quotidienne lors des JO de Berlin : une autre histoire de l’événement

28Comment les Jeux olympiques furent-ils vécus et perçus par Ondina Valla ? Il est ici intéressant d’interroger, en miroir des discours de propagande produits à l’époque, l’expérience vécue par la principale concernée afin de voir se dessiner en filigrane une autre histoire de l’événement.

  • 43 Toutes ces photographies sont consultables sur le site ondinavalla.it : une demande faite auprès de (...)
  • 44 Gigliola Gori, Italian fascism and the female body, op. cit., p. 188 : « We spent our spare time vi (...)

29L’observation des diverses photographies produites en août 1936, hors du cadre de la propagande, nous donne ainsi à voir une autre réalité, celle de la vie quotidienne des JO, et ces documents sont une source importante pour contourner les zones passées sous silence, aussi bien par la propagande que par les non-dits des témoignages. De plus, la confrontation de ces images avec celles choisies pour être mises en avant par le régime peut également permettre de questionner la manière dont se construit le discours idéologique au sein d’un régime autoritaire. En effet, alors que les images de la propagande montrent très majoritairement Ondina Valla dans des lieux sportifs, souvent en tenue sportive aux couleurs de l’Italie, seule ou entourée de l’équipe féminine, ou pendant des exercices sportifs, d’autres photographies prises en août 1936 la présentent entourée de ses camarades, se livrant à des moments d’amusement, dansant en tenue civile avec Claudia Testoni et le reste de l’équipe féminine italienne au cœur du village olympique. D’autres photographies mettent à mal la non-mixité voulue dans l’organisation du village olympique : l’une d’entre elles montre Ondina Valla et Claudia Testoni avec deux athlètes mexicains, posant tous les quatre côte à côte devant l’objectif43. Dans ses témoignages rétrospectifs, elle évoque également souvent sa rencontre avec Jesse Owens dans le stade d’échauffement, mais également les nombreux moments de liberté et temps de loisirs dont elle dispose à Berlin44.

  • 45 « Colloqui con Claudia Testoni, primatista mondiale », La donna fascista, 1940, no 3, p. 15.
  • 46 Sandra Artom et Anna Rita Calabro, op. cit., p. 280.

30Ces années de formation et de rencontres sportives sont également celles d’amitiés durables et essentielles dans sa vie, notamment avec Claudia Testoni. Toutes deux originaires de Bologne, nées à quelques mois d’écart, les deux femmes se suivent dans leur carrière sportive dès leur plus jeune âge, à travers l’intégration de la Bologna Sportiva et, participant aux mêmes compétitions, sont souvent présentées comme des « rivales sportives ». Duo inséparable à la ville, Valla et Testoni ont développé dans les faits une amitié sincère et durable, renforcée sans doute par une passion commune et une pratique intense du sport. Interviewée en 1940 par un quotidien fasciste, Claudia Testoni décrit sa vie quotidienne et évoque ses sorties au cinéma, « le plus souvent avec Ondina45 ». À propos de cette amitié, Ondina Valla déclare ainsi : « Penser à Claudia, c’est penser aux belles choses de ma vie46 ».

31Ces moments du quotidien capturés durant les Jeux olympiques, mais également les phénomènes plus longs comme celui de l’amitié Valla-Testoni, loin des productions idéologiques de la propagande, dévoilent un espace qui n’est pas celui dicté par le fascisme, mais où ces jeunes filles, à travers l’expérience exceptionnelle qu’elles vivent lors des Jeux olympiques, ont pu faire preuve d’agentivité et accéder à des loisirs et une sociabilité.

Une expérience sportive en contexte totalitaire : questionner la politisation consentie d’Ondina Valla

  • 47 Gigliola Gori, Italian fascism and the female body, op. cit., p. 187.
  • 48 Sandra Artom et Anna Rita Calabro, op. cit., p. 280 : « J’avais vingt ans et je ne pensais pas à la (...)
  • 49 Elissa Mailänder, Amour, mariage et sexualité. Une histoire intime du nazisme (1930-1950), Paris, S (...)

32Dans ses témoignages recueillis rétrospectivement, Ondina Valla ne revient que très peu sur le cadre politique au sein duquel se déroulent ces années de sa carrière, qui englobent également sa victoire de 1936 : l’expérience perçue de l’athlète à quelques décennies d’écart semble être celle d’une expérience dépolitisée. À la suite des entretiens effectués avec elle en 1994, Gigliola Gori mentionne le fait qu’Ondina Valla reste très réticente à parler de son rapport au fascisme, s’en tenant à la mention de sa rencontre avec Mussolini, et qu’elle déclare seulement « avoir été d’accord avec Mussolini, comme la plupart des Italien·nes de l’entre-deux-guerres, selon elle47 ». Ondina Valla utilise ici un argument récurrent dans les discours a posteriori de celles et ceux qui n’ont pas explicitement adhéré ou rejeté le régime fasciste : celui de la justification par la « masse », cette idée de se fondre dans une posture qui fut celle de la majorité. Comme le rappelle Elissa Mailänder dans son analyse du parcours de socialisation de quatre jeunes filles allemandes sous l’Allemagne nazie, cette mise à distance du politique, voire la revendication de l’apolitisme comme le fait Ondina Valla48, est une forme rhétorique courante afin de nier, a posteriori, tout rapport avec un régime jugé criminel49.

  • 50 Daphné Bolz, « La mise en scène sportive de l’Italie fasciste et de l’Allemagne nazie », op. cit., (...)

33Pourtant, du fait de son parcours exceptionnel et de l’instrumentalisation de son image étudiée précédemment, désengager l’expérience d’Ondina Valla du fascisme, en la considérant en dehors de toute forme de politisation, semble être incompatible avec la forme prise par les JO de Berlin. Comme le rappelle Daphné Bolz, les JO de 1936 tiennent sur ce paradoxe : une « atmosphère apolitique » semble y régner alors que le politique déborde de partout50. Il s’agit alors de se demander, sous la forme d’une question ouverte, si nous pouvons parler d’une politisation consentie au sujet d’Ondina Valla. Cette expression permettrait de questionner la posture intermédiaire qu’elle adopte, aux JO de 1936 en particulier, durant sa carrière sportive sous le fascisme : nous ne retrouvons, dans un même mouvement, aucune forme d’allégeance ou de rejet actif de la dictature fasciste et de son idéologie, et pourtant, elle prit part aux actions menées par le régime.

34La victoire de 1936 a un impact concret sur la vie d’Ondina Valla : elle devient du jour au lendemain un outil de la propagande fasciste, à laquelle elle prête volontiers son image. Dans une volonté sans doute de transmettre l’envie aux jeunes filles de s’engager dans le sport, elle participe activement aux tournées dans les écoles, dans les colonies fascistes et dans les Groupes universitaires fascistes, posant devant les caméras qui fixent sa présence auprès des jeunes filles. Par ces actions, elle contribue, dans une certaine mesure, à la construction du pouvoir fasciste. Le rôle social qu’elle adopte, en tant que figure mobilisatrice, est de fait politisé par les ambitions du régime. La politisation d’Ondina Valla ne se caractérise donc pas par un engagement politique dans les rangs du fascisme ou par un soutien exprimé au régime ; ici, cette politisation s’observe comme une pratique sociale, qui questionne la construction par les individus du fascisme. De même, cette victoire a des conséquences professionnelles pour l’athlète. Ondina Valla se voit ainsi offrir un poste au sein de la Casa del Fascio de Bologne, poste pour lequel elle est d’ailleurs mieux payée que ses collègues féminines, ce qui montre bien la position exceptionnelle et privilégiée que lui donne sa victoire dans la société fasciste.

35L’expérience d’Ondina Valla lors des JO de 1936 est exceptionnelle et n’est pas celle vécue par les millions d’Italiennes. Ondina Valla rencontre Mussolini de près, échange avec lui, tandis que les témoignages des Italiennes font souvent part de leur joie d’avoir pu entrapercevoir Mussolini de loin, lors des manifestations fascistes où le dictateur est présent. Cependant, l’entrée par cette figure exceptionnelle, donnant accès à un panel de sources plus larges et plus fournies, questionne à nouveaux frais la participation des femmes à la société fasciste. En évoquant ici une forme de politisation consentie de la part de l’athlète, le parcours d’Ondina Valla met également en lumière les accommodements nécessaires pour ces femmes qui vécurent près de deux décennies sous ce régime autoritaire. La célébration de Valla par le régime ne doit pas oblitérer le fait que, malgré tout, ce même régime fut également un frein à sa carrière et rentra donc en conflit avec ses objectifs personnels, le cas des JO de 1932 en étant l’exemple le plus frappant. Cette politisation consentie de la part d’Ondina Valla ne répond donc pas à une motivation politique de défense de l’idéologie fasciste, mais plutôt à une nécessaire acceptation de ce cadre politique général afin de pouvoir poursuivre sa carrière sportive.

Conclusion

36La carrière sportive d’Ondina Valla se déroule ainsi majoritairement au sein d’un environnement sportif genré dont les cadres ont été délimités par un régime totalitaire misogyne et patriarcal. Or, paradoxalement, l’acmé de sa carrière – sa participation aux Jeux olympiques de Berlin en 1936 – représente une dissolution partielle de cette différenciation genrée en vue de la célébration de la dictature fasciste. Alors qu’auparavant son statut de femme pouvait être un frein à sa pratique sportive, une fois sa médaille d’or remportée cette considération est écartée des discours : Ondina Valla n’est pas une simple championne, elle est une championne du fascisme, présentée par la propagande fasciste comme un modèle de réussite et de pureté de la « race italienne ». L’étude de l’expérience vécue du point de vue de l’athlète interroge cependant une autre réalité des Jeux olympiques de 1936. Cet article a permis ainsi de questionner également la construction par les individus du fascisme et les multiples formes d’engagement et de participation que créent ces sociétés totalitaires. L’évocation de cet évènement par Ondina Valla est, avant tout, l’occasion de revenir sur une expérience exceptionnelle pour une Italienne de vingt ans : les Jeux olympiques de Berlin représentent pour elle, en premier lieu, un souvenir indélébile, fait d’amitié et fruit d’un travail acharné.

Haut de page

Notes

1 Archivio Storico Istituto Luce (désormais ASIL), A00066572 : « Mussolini riceve a Palazzo Venezia gli olimpionici reduci da Berlino ».

2 Piero Meldini, Sposa e madre esemplare. Ideologia e politica della donna e della famiglia durante il fascismo, Rimini, Guaraldi, 1975.

3 Voir notamment : Victoria De Grazia, How Fascism ruled Women, Italy, 1922-1945, Berkeley, University of California Press, 1992.

4 Fabrizio Felice, Sport e fascismo. La politica sportiva del regime. 1924-1936, Rimini-Firenze, Ed. Guaraldi, 1976 ; Paul Dietschy, « Sport, éducation et fascisme sous le regard de l’historien », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55, 2008, p. 53-61. Pour une étude plus précise sur les politiques sportives féminines, voir Rosella Isidori Frasca, …e il duce le volle sportive, Bologna, Patron Editore, 1983.

5 Gigliola Gori, « Féminité et esthétique sportive dans l’Italie fasciste », Clio, 23, 2006, p. 97.

6 Alf Lüdtke (éd.), The History of Everyday Life: Reconstructing Historical Experiences and Ways of Life, Princeton, Princeton University Press, 1995.

7 Pour une introduction précise de cette méthodologie, voir notamment : Alf Lüdtke, « Introduction: What is History of Everyday Life: Reconstructing Historical Experiences and Ways of Life », op. cit, p. 3-40, mais également l’introduction méthodologique d’Elissa Mailänder dans Female SS Guards and Workday Violence. The Majdanek Concentration Camp (1942-1944), Michigan State University Press, 2015, p. 1-22.

8 Gigliola Gori, Physical Activity and Sporting Education for Women during the Fascist Era, thèse d’histoire soutenue à l’Université de Göttingen, sous la direction d’Arnd Krüger et James Riordan, 2000, p. 234.

9 Maire pendant la période fasciste, nommé directement par le gouvernement central.

10 Daphné Bolz, Les arènes totalitaires : Hitler, Mussolini et les jeux du stade, Paris, CNRS Éditions, 2008.

11 Marco Giani, « Aspettarsi meraviglie dalla propria piccola Trebisonda: Il ruolo della famiglia nella pratica sportiva femminile del Ventennio », Carte Italiane, 12, 2019, p. 51-74.

12 Sandra Artom et Anna Rita Calabro, Sorelle d’Italia. Quattordici Grandi Signore raccontano la loro (e la nostra) storia, Milano, Rizzoli, 1989, p. 275.

13 Gigliola Gori, « Féminité et esthétique sportive dans l’Italie fasciste », op. cit., p. 5.

14 Augusto Parboni, « Lo sport nella concezione fascista », Lo sport fascista, novembre 1928, no 6. Sur la question de l’Homme nouveau dans l’idéologie fasciste, voir notamment : Marie-Anne Matard-Bonucci et Pierre Milza (dir.), L’Homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922-1945), Paris, Fayard, 2004.

15 Augusto Parboni, ibidem.

16 Giovanni Pini, « Basi e sviluppo dell’atletica femminile », Lo Sport Fascista, juillet 1929, no 7, p. 67.

17 Dès 1922, Mussolini résume ainsi la révolution anthropologique voulue par le fascisme : « Le fascisme est, en fait, un phénomène éminemment sportif, où l’on entend ce mot « sportif » dans son sens le plus noble, c’est-à-dire d’éducation physique de la race, d’une sélection et d’un combat entre les meilleurs », Il Popolo d’Italia, no 211, 3 septembre 1922, cité dans Opera Omnia, vol. 19, 1951, p. 398.

18 Interview de Leandro Arpinati, Almanacco della donna, 1933, p. 260 : « Le sport est considéré par les médecins eux-mêmes comme le fondement et la garantie de la race, car, comme on le sait, le fils, en termes de santé, hérite souvent de la mère, et c’est par la femme que la race se régénère et se purifie ».

19 Conclusion de la séance du Gran Consiglio del Fascismo du 16 octobre 1930, citée dans Isidori Frasca Rosella, … e il duce le volle sportive, Bologne, Patron Editore, 1983, p. 86 : « Le Grand Conseil charge le président du Comité national olympique italien de contrôler l’activité sportive des femmes et d’établir, en accord avec la Fédération des médecins du sport, les limites du terrain et des activités, sans préjudice du fait qu’il faut éviter au maximum que cela détourne la femme de sa mission naturelle et fondamentale : la maternité ».

20 Ugo Cassinis, « Può la donna fare lo sport ? », Atti del I Congresso Nazionale di Medicina dello Sport, Rome, FIMS (dir.), 19-20-21 avril 1932, p. 5-13.

21 Interview de Leandro Arpinati, Almanacco della donna, 1933, p. 260 : « L’activité sportive, dans certaines limites, ne peut en aucun cas être nocive ».

22 Ibidem, p. 259.

23 Nageuse, hockeyeuse et rameuse française, Alice Milliat (1884-1957) est l’une des grandes militantes ayant œuvré pour la reconnaissance du sport des femmes au xxe siècle, notamment pour son introduction dans les compétitions internationales. Elle est ainsi à l’origine de plusieurs initiatives majeures : en 1921, elle crée la Fédération sportive féminine internationale (FSFI) qui organise, dès 1922, des Jeux olympiques féminins, en réponse notamment aux refus répétés du CIO d’intégrer les femmes aux compétitions. En 1928, lors des JO d’Amsterdam, Alice Milliat devient la première femme à juger les épreuves d’athlétisme masculines. Cf. dans ce dossier l’article de Florys Castan-Vicente.

24 Sur cette question, voir la polémique entre Il Littoriale et L’Osservatore Romano explorée notamment par Marco Giani dans « Le scandalose “pubbliche esibizioni” di atletica leggera femminile. Una polemica fra L’Osservatore romano e Il Littoriale (novembre-dicembre 1933) », Clionet, 3, 2019, p. 51-62. L’auteur décrit cette polémique comme une « joute verbale masculine sur la pratique sportive féminine », p. 62.

25 Sandra Artom et Anna Rita Calabro, op. cit., p. 279.

26 Daphné Bolz, op. cit., p. 26.

27 Pour une comparaison plus ample des deux événements, voir Daphné Bolz, « La mise en scène sportive de l’Italie fasciste et de l’Allemagne nazie. La Coupe du monde de football de 1934 et les Jeux olympiques de 1936 », in André Gounot, Denis Jallat, Benoît Caritey (dir.), Les Politiques au stade. Manifestations sportives nationales et internationales (du xixe au xxie siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 167-184.

28 ASIL, D066001, « XI Olimpiade, Olimpiade di Berlino », 1936, 45’. Voir aussi, pour une vision plus détaillée de la vie quotidienne, mise en scène pour les besoins de la propagande, le ciné-journal du 29 juillet 1936, « Visita al villaggio olimpico di Berlino » (B092601).

29 Gigliola Gori, Italian fascism and the female body. Sport, submissive women and strong mothers, London, Routledge, 2004, p. 188.

30 Sarah Morgan, « Mussolini’s Boys (and Girls): Gender and Sport in Fascist Italy », History Australia, 3, 2006.

31 « Rassegna sportiva femminile », Almanacco della donna, 1933, p. 261.

32 Ibid.

33 ASIL (B0938), « Alcune gare di atletica leggera delle Olimpiadi », 19 août 1936.

34 Gigliola Gori, Italian fascism and the female body…, op. cit., p. 189.

35 « Il Duce assegna le stelle al merito e le medaglie ai benemeriti ed ai campioni dello sport nazionale », Il Littoriale, 1er juillet 1935, p. 7.

36 Gigliola Gori, « A Glittering Icon of Fascist Feminity: Trebisonda “Ondina” Valla », International Journal of the History of Sport, 18, 2001, p. 178.

37 La Gazzetta dello Sport, 7 août 1936.

38 La Domenica Sportiva « Lo Sport Illustrato », Settimanale illustrato della Gazzetta dello Sport, 16 août 1936.

39 Ibid.

40 Ibidem : « forti falangi di giovani ».

41 Sur ces questions du racisme et de l’antisémitisme du fascisme italien, voir notamment : Enzo Collotti, Il fascismo e gli ebrei: le leggi razziali in Italia, Bari, Laterza, 2003 ; Marie-Anne Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007 ; Francesco Cassata, « La Difesa della razza ». Politica, ideologia e immagine del razzismo antifascista, Torino, Einaudi, 2008.

42 « La generazione modellata dal fascismo » (« La génération modelée par le fascisme ») est l’un des grands slogans que nous pouvons retrouver en arrière-plan des manifestations de la Gioventù Italiana del Littorio, l’organisation de masse des jeunesses fascistes.

43 Toutes ces photographies sont consultables sur le site ondinavalla.it : une demande faite auprès des éditeur·rices de ce site quant à l’origine de ces photos, dont de nombreuses photos de famille pourraient avoir été fournies par la principale concernée elle-même, n’a pas trouvé de réponse pour le moment.

44 Gigliola Gori, Italian fascism and the female body, op. cit., p. 188 : « We spent our spare time visiting the city and its fantastic shops ».

45 « Colloqui con Claudia Testoni, primatista mondiale », La donna fascista, 1940, no 3, p. 15.

46 Sandra Artom et Anna Rita Calabro, op. cit., p. 280.

47 Gigliola Gori, Italian fascism and the female body, op. cit., p. 187.

48 Sandra Artom et Anna Rita Calabro, op. cit., p. 280 : « J’avais vingt ans et je ne pensais pas à la politique ».

49 Elissa Mailänder, Amour, mariage et sexualité. Une histoire intime du nazisme (1930-1950), Paris, Seuil Histoire, 2021, p. 130.

50 Daphné Bolz, « La mise en scène sportive de l’Italie fasciste et de l’Allemagne nazie », op. cit., p. 183.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzy Toson, « Ondina Valla, une « championne du fascisme » aux Jeux olympiques de Berlin (1936) »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8922 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8z

Haut de page

Auteur

Suzy Toson

Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis / Sciences Po Paris, suzytoson@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search