Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Des sportives respectables. La fa...

Des sportives respectables. La fabrique à championnes noires de l’université d’État du Tennessee à l’ère de la guerre froide

Respectable sportswomen. The black champion factory at Tennessee State University in the Cold War era
François-René Julliard

Résumés

Sise à Nashville, l’université d’État du Tennessee, « université historiquement noire », est l’une des premières à s’être dotées d’un programme d’athlétisme féminin tourné vers la compétition, dès les années 1940. À partir des Jeux olympiques de 1952 et jusqu’à ceux de 1984, ce programme a formé quarante sportives olympiques, parmi lesquelles la triple médaillée d’or Wilma Rudolph (1960). Sous la direction de l’entraîneur Ed Temple, se met en place une stratégie visant à associer performances sportives et conformité aux canons de féminité de la middle-class. Cette stratégie de légitimation doit permettre de conjurer les stéréotypes entourant l’athlétisme féminin de compétition, accusé notamment d’engendrer des corps d’apparence masculine et de compromettre la capacité reproductive des femmes. Il s’agit ici d’analyser les logiques à l’œuvre pour construire une « bonne » féminité, reconnue socialement et médiatiquement, au prix de contraintes multiples. On s’attachera également à inscrire cette démarche dans le contexte de la guerre froide qui favorise la mise en concurrence de modèles rivaux de féminité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Tennessee State University, fondée en 1912, a eu plusieurs noms : Tennessee Agricultural & Indus (...)
  • 2 Sylvain Dufraisse, Une histoire sportive de la guerre froide, Paris, Nouveau Monde, 2023. Robert Ed (...)
  • 3 Sur l’histoire des « Tigerbelles », voir la thèse de Tracey M. Salisbury, First to the Finish Line: (...)

1Durant presque toute la guerre froide, la Tennessee State University (TSU) occupe une place à la fois originale et prépondérante dans l’espace sportif états-unien1. Cette université située à Nashville met en place un programme d’athlétisme destiné à former une élite sportive féminine noire en mesure de concourir dans les principales compétitions nationales et internationales, en particulier la plus importante, les Jeux olympiques d’été. La Tennessee State University appartient aux « universités historiquement noires », les historically black colleges and universities (HBCU). Ces institutions concentrées dans le sud du pays, fondées après l’abolition de l’esclavage, avaient pour but de fournir une éducation secondaire et universitaire aux citoyens noirs. Sous la houlette de l’entraîneur noir Edward S. Temple, dit « Ed » Temple (1927-2016), ce sont quarante femmes noires, en majorité des sprinteuses, qui vont participer aux Jeux olympiques d’été, depuis ceux d’Helsinki (1952) jusqu’à ceux de Los Angeles (1984), soit des années marquées par la rivalité sportive entre les États-Unis et l’URSS2. Cette rivalité politique et sportive entre les nations états-unienne et soviétique oppose aussi, on le verra, des modèles de féminité concurrents. Ces athlètes entraînées par Temple, appartenant toutes à la minorité noire, sont surnommées les « Tigerbelles3 ».

  • 4 Sur l’athlétisme féminin noir aux États-Unis, voir Michael D. Davis, Black American Women in Olympi (...)
  • 5 Les clubs privés sont l’autre lieu de production de championnes olympiques, en athlétisme et dans l (...)

2Avant la promulgation du Title IX of the Education Amendments of 1972 (plus communément appelé le Title IX) qui impose l’égalité de financement entre sport universitaire masculin et féminin dans les programmes financés par l’État fédéral, TSU est, après le Tuskegee Institute (Alabama), la première université du pays à proposer un programme d’athlétisme féminin tourné vers la compétition de haut niveau plutôt que vers le loisir4. Institution cardinale de l’olympisme féminin noir durant la guerre froide, TSU représente donc un cas exceptionnel dans le panorama des universités états-uniennes5.

  • 6 Une compétition annuelle, les Tuskegee Relays, est créée par l’université en 1927. Elle s’ouvre aux (...)
  • 7 Frank Litsky, « Ed Temple, Track Coach Who Produced Olympians and National Titles, Dies at 89 », Ne (...)
  • 8 Voir son autobiographie: Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, Nashville, Broa (...)

3Le programme que met en place TSU à partir de 1943 s’inspire fortement de son glorieux prédécesseur, le programme de Tuskegee, initié en 1933 et qui commence à décliner après la guerre6. La domination de TSU sur l’athlétisme féminin mondial est plus durable et s’inscrit dans une époque où les Jeux olympiques accèdent à un niveau supérieur de prestige à l’échelle internationale. C’est véritablement sous la direction d’Ed Temple que le programme de TSU devient incontournable, et ce malgré un budget très réduit dans les premiers temps – 300 dollars la première année, soit environ 3 000 dollars actuels7. Temple, originaire de Pennsylvanie, est lui-même un ancien excellent athlète. C’est d’abord à ce titre qu’il est recruté par TSU8. Il se voit ensuite proposer le poste d’entraîneur adjoint du programme féminin (1950), avant de devenir entraîneur principal (1953). Temple systématise les techniques qui ont fait le succès de Tuskegee : repérage de lycéennes et parfois même de collégiennes talentueuses, généralement à l’occasion de compétitions entre établissements, mise en place d’écoles d’été (summer program) chaque année à partir de 1954, permettant de découvrir le campus de Nashville et les méthodes d’entraînement mises en pratique, visite préalable de Temple aux familles pour les convaincre de l’utilité pour les jeunes filles d’y participer, malgré leur jeune âge et l’éloignement. En effet, nombreuses sont celles qui font le déplacement depuis la Géorgie voisine, l’Alabama ou même la Floride ou le nord du pays.

  • 9 Le concept de politics of respectability a été forgé par Evelyn Brooks Higginbotham, Righteous Disc (...)

4L’analyse proposée consiste en une étude du rôle que jouent les normes de genre au sein du programme : en même temps qu’une performance sportive, on attend de ces athlètes l’accomplissement d’une performance de genre, sur le terrain mais aussi en-dehors. Temple met en place une stratégie de respectabilité qui vise à neutraliser les stéréotypes de genre en circulation9. Le sport de haut niveau féminin fait en effet l’objet de discours négatifs que les sources donnent à lire dans les écrits médicaux, les rapports d’éducation physique et dans les articles de presse. S’y trouve notamment exprimée une crainte de masculinisation du corps des femmes sous l’effet des entraînements. Les athlètes qu’Ed Temple entraîne se doivent donc, selon lui, de paraître « féminines » en toutes circonstances, une féminité qui oscille entre modèle bourgeois de bienséance et séduction discrète. Ce travail de présentation de soi qui passe par l’attitude corporelle, le vêtement ou encore la coiffure, doit permettre d’échapper à cette stigmatisation.

  • 10 Susan K. Cahn, Coming on Strong. Gender and Sexuality in Twentieth-Century Women’s Sport, Urbana, U (...)
  • 11 Il serait intéressant de savoir si le modèle présenté ici a pu connaître certains assouplissements (...)

5Une historiographie à la croisée de l’histoire du sport, du genre et de la « race » aux États-Unis s’est progressivement enrichie depuis les années 1990, l’ouvrage de Susan Cahn marquant un premier jalon en la matière10. Outre les acquis des travaux antérieurs (voir notes 3 et 4 en particulier), le présent article se fonde sur un travail de première main, à savoir le dépouillement des archives d’Ed Temple confiées à la Tennessee State University, la consultation de sources autobiographiques et d’histoire orale (des entretiens réalisés et retranscrits par la LA84 Foundation), ainsi que des échanges avec deux anciennes athlètes. Les informations recueillies concernent principalement les trois premières décennies (années 1950-années 1980) de l’histoire du programme11. Nous évoquerons en particulier l’élaboration et la mise en pratique quotidienne des normes de genre, la structure des relations entre Ed Temple et les athlètes, enfin le poids de la guerre froide dans la mise en concurrence de modèles rivaux de féminité.

« Foxes, not oxes » : l’injonction à une féminité socialement légitime

  • 12 Dans une abondante bibliographie dominée par la production anglo-saxonne, voir notamment Michael A. (...)

6Que ce soit dans des entretiens pour la presse locale ou dans des ouvrages, Ed Temple a souvent eu l’occasion d’évoquer sa vision de la pratique féminine de l’athlétisme de compétition. Ses propos font apparaître, sans détours, le manque de légitimité dont souffre celle-ci. Alors que l’athlétisme, sport roi des Jeux olympiques, s’est historiquement constitué comme un mode d’affirmation de la virilité12, la force féminine suscite l’inquiétude en allant à l’encontre de la traditionnelle division sexuée du travail corporel qui oppose la prouesse masculine à la retenue féminine. Réputé éprouvant, l’athlétisme est accusé de favoriser une masculinisation des corps. Cette inquiétude se trouve d’ailleurs exprimée à maintes reprises par les parents et membres des familles des aspirantes athlètes, qui perçoivent la féminité conforme comme une ressource sociale, un capital à préserver, et ce d’autant plus que le déficit de ressources économiques et de capital culturel autorise difficilement à imaginer une ascension sociale par une autre voie que celle du mariage. La possibilité pour ces jeunes femmes d’origine populaire d’accéder à l’université via une bourse sportive, et donc d’emprunter justement l’une de ces voies qui semblaient inaccessibles ou presque, est un argument de poids pour contrebalancer les réserves familiales. Reste que le thème du « garçon manqué » (tomboy) revient fréquemment dans les témoignages oraux et autobiographiques. Dans son autobiographie, Wilma Rudolph, formée à TSU, se fait l’écho de cette méfiance :

  • 13 Wilma Rudolph, Wilma, op. cit., p. 43.

Dans le Sud, il y avait l’ancienne façon de penser du type « ça ne se fait pas pour une femme ». On ne pouvait pas être à la fois une femme et une bonne athlète. On nous disait souvent : « Faire du sport te donnera des muscles et tu auras l’air d’un homme ». […] Les pères regardaient leurs filles et leur disaient : « Ne fais pas ça, c’est pour les garçons ». Je détestais tout cela et j’ai toujours su, au fond de moi, que c’était un ramassis de bêtises13.

  • 14 Marilyn White, entretien avec Dr. Margaret Costa, LA 84 Foundation, « Olympian oral history », 1994 (...)

7L’expérience de Marilyn White, médaillée d’argent du relais 4 x 100 mètres et quatrième du 100 mètres lors des Jeux de 1964 à Tokyo, corrobore les propos de Wilma Rudolph quant aux préjugés paternels sur le sport féminin : « Quand j’ai commencé à courir, c’était l’une des choses qui inquiétaient mon père. Il craignait que je ne devienne un garçon manqué14 ».

  • 15 Sur la couleur de peau blanche comme privilège social dans le Sud, voir Grace Elizabeth Hale, Makin (...)

8Temple construit donc sa stratégie de respectabilité en miroir de l’image du « garçon manqué », érigée en figure repoussoir, afin de convaincre les familles de laisser les jeunes filles prendre part à son programme. Il est conscient du poids du stigmate sur ces femmes. Sans doute le fait qu’elles soient noires contribue-t-il à l’alourdir. Les sources livrent très peu de renseignements sur l’importance de la couleur de peau. Mais puisque, dans la société américaine de l’époque, la féminité légitime est blanche, le crédit dont jouissent les femmes noires auprès de la majorité blanche est a priori moindre : jugées moins raffinées, moins convenables peut-être15. La démarche de Temple consiste donc à exiger que ses athlètes se conforment en tout point à une image conventionnelle de la féminité, telle que la classe moyenne américaine, blanche comme noire, se la représente à l’époque.

  • 16 Témoignage d’Ed Temple recueilli dans Dwight Lewis et Susan Thomas, A Will to Win, Mt. Juliet, Tenn (...)

Quand nous avons commencé […] la première chose qui m’est venue en tête était : « Je ne veux pas des bœufs, je veux des renards » [foxes, not oxes]. Je voulais des filles jolies à regarder, qui prennent soin d’elles et sachent aussi courir. J’avais à l’esprit que si nous allions quelque part, je voulais qu’un étranger se demande : « Que faites-vous, jeunes filles ? Chantez-vous, ou êtes-vous une équipe de débats [debating team] ? » […] J’allais prouver au monde que l’on pouvait être féminine tout en faisant le job16.

9Comme l’explique Wyomia Tyus, double championne olympique du 100 mètres (1964 et 1968), dans son autobiographie, cet idéal de féminité associe présentation soignée et attitude convenable, l’ensemble suggérant une haute moralité :

  • 17 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 81-82.

« Vous devez être aussi féminines [ladylike] que possible » [avait coutume de répéter Temple]. Quel que soit le sens du terme « féminines ». Nous savions que cela signifiait que nous devions nous comporter d’une certaine manière, ne pas jurer, ne pas nous agiter ou nous disputer dans la rue, toujours agir comme on avait appris à le faire. Il fallait s’habiller comme si on allait à l’église pour aller n’importe où, tout ce truc du Sud. Si vous regardez les photos des déplacements de l’équipe des Tigerbelles, vous verrez que nous étions toujours parées de nos plus beaux atours17.

  • 18 Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 99.

10L’examen de quelques sources iconographiques permet de confirmer ces propos. Sur la photographie prise par le journal local, le Nashville Banner, les athlètes de TSU sélectionnées aux Jeux de 1956 portent simplement le survêtement officiel de l’équipe nationale, floqué du sigle USA (figure 1) ; mais la pose étudiée, le sourire obligatoire, la disposition symétrique suggèrent déjà un souci de la communication, à travers une mise en scène sur laquelle Ed Temple s’est probablement accordé avec le photographe. Hors du contexte d’entraînement, l’apprêt vestimentaire est nettement plus visible. Il en est ainsi chez Edith McGuire et Wyomia Tyus, en imperméable, qui essaient un chapeau dans l’aéroport de Nashville avant d’entreprendre le périple qui doit les conduire jusqu’à Tokyo, pour les Jeux de 1964 (figure 2). C’est aussi « parée de ses plus beaux atours » que Madeline Manning, première Américaine à glaner un titre olympique dans l’épreuve du 800 mètres en 1968, discute en compagnie d’Ed Temple et de Lettie Galloway, membre de l’association des alumni de TSU, qui lui remet un prix (figure 3). Madeline Manning (à droite) est en tailleur-jupe, veste gansée, typique de la mode de ces années, dans l’esprit des collections de Courrèges. Elle aussi porte un chapeau à bords souples. « Je crois en la haute couture », clame Ed Temple18.

Figure 1. Les qualifiées olympiques pour les Jeux de 1956

Figure 1. Les qualifiées olympiques pour les Jeux de 1956

De gauche à droite : Mae Faggs, Lucinda Williams, Isabelle Daniels, Ed Temple, Wilma Rudolph, Margaret Matthews et Willye White. Wilma Rudolph et Willye White sont alors encore lycéennes mais participent à l’école d’été.

© Nashville Banner Archives, Special Collections Division, Nashville Public Library

Figure 2. « Edith McGuire et Wyomia Tyus se préparant au voyage vers Tokyo, pour les Jeux olympiques de 1964 », 1964.

Figure 2. « Edith McGuire et Wyomia Tyus se préparant au voyage vers Tokyo, pour les Jeux olympiques de 1964 », 1964.

© Special Collections and Archives - Tennessee State University

Figure 3. « Madeline Manning », 1968

Figure 3. « Madeline Manning », 1968

De gauche à droite : Lettie Galloway, Ed Temple et Madeline Manning.

© Special Collections and Archives - Tennessee State University

  • 19 Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 50.

11Les réflexions de Wyomia Tyus appellent en outre plusieurs remarques. D’abord, l’usage du terme « ladylike », traduit également par « élégant » ou « distingué », est révélateur en ce qu’il est communément associé à un rang social élevé. Ce seul mot suffit à suggérer tout un ensemble de dispositions incorporées, historiquement et socialement situables. On le retrouve aussi dans cet axiome moral de Temple qui aime à répéter à ses protégées qu’elles sont « d’abord des femmes [ladies], ensuite des étudiantes, enfin des Tigerbelles19 ». Si la lady désigne à l’origine une dame de l’aristocratie anglaise, elle renvoie par extension à une femme distinguée. Mais surtout, dans ce Tennessee ancré dans la culture et l’imaginaire du Sud, la lady se présente sous les traits de la « Southern belle », cette jeune femme blanche issue de la classe moyenne supérieure, bien élevée et convenable, dont Margaret Mitchell a fixé la légende dans Autant en emporte le vent.

  • 20 Mike Organ, « TSU keeping history-rich Tigerbelles nickname », The Tennessean, 29 june 2015. Sauf m (...)

12La référence à la Southern belle dans le programme de TSU pèse d’un poids important, jusque dans le choix du surnom de l’équipe, les « Tigerbelles ». Forgé au début des années 1950 par le directeur des relations publiques de l’université en matière de sport, il associe un animal connu pour ses qualités athlétiques (puissance, vélocité), comme il est de coutume dans les surnoms d’équipes, à la Southern belle20. Cet oxymore donne la pleine mesure des obstacles à franchir : il faut imaginer Scarlett O’Hara courir un 100 mètres et accomplir des performances sans déroger pour autant à sa condition. Malgré sa volonté de s’inspirer de ce modèle, Ed Temple ne semble pas avoir été tout à fait à l’aise avec cette référence. Dans les représentations communes, la Southern belle est blanche et il entraîne des femmes noires. Mais là n’est probablement pas l’essentiel : surtout, c’est une figure du temps de l’esclavage. Peut-être aussi pour parer les critiques des principales intéressées, Temple donne un nouveau sens à ce surnom, troquant les belles pour les… bells comme cloches. La graphie « Tigerbelles » a néanmoins été conservée.

  • 21 Ibid.

Vers 1955, nous étions encore les Tigerbelles, mais quand je parlais aux filles, ce n’était plus les belles du Sud. Je leur ai donné l’exemple de Big Ben à Londres. Je leur ai dit que lorsque Big Ben sonnait, c’était un record du monde et une première place olympique. Il fallait que leurs cloches sonnent encore plus fort21.

  • 22 Sur Joe Louis en tant que race hero, voir la revue de presse à laquelle se livrent St Clair Drake e (...)

13Une généalogie du modèle de féminité à l’œuvre dans le programme demanderait que l’on présente aussi l’histoire des politiques de respectabilité au sein de la minorité noire, en rappelant comment des membres de la classe moyenne noire les érigèrent en moyen d’élévation de la minorité tout entière. Cependant, le poids de cet héritage est certainement plus ténu : que ce soit chez Ed Temple, chez les Tigerbelles ou dans la presse, les prouesses athlétiques de ces femmes ne sont jamais présentées comme un exemple dont pourrait s’inspirer la communauté noire, ou comme quelque chose qui permettrait d’affaiblir les préjugés raciaux de la population blanche. Ce rôle est dévolu aux sportifs hommes, les seuls susceptibles de devenir des « héros de la race » (race heroes), tels Joe Louis ou Jesse Owens avant la guerre22.

14Dans son propos, Wyomia Tyus met en avant le rôle de la présentation de soi des athlètes. Comment s’y prennent-elles concrètement ? Les prescriptions esthétiques ne sauraient suffire. Leur mise en pratique implique un système d’entraide reposant aussi sur l’astuce et la débrouillardise. Elle poursuit :

  • 23 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 82.

Les filles plus âgées vous apprenaient à vous habiller, à porter des bas et à avoir des cheveux impeccables, ce qui, pour les femmes noires de l’époque, signifiait se presser les cheveux tout le temps – lisses et frisés. Il y avait toujours des filles dans l’équipe qui s’occupaient des cheveux ; Evelyn [Harvey], l’une de mes colocataires et une bonne amie, s’en chargeait23.

  • 24 John Walter et Malina Iida, Better Than the Best: Black Athletes Speak, 1920-2007, Seattle, Univers (...)
  • 25 Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne – 1. La présentation de soi, Paris, Les Édit (...)
  • 26 « Success Stalks Track Coach », Erie, PA, Morning News, 23 août 1972.
  • 27 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 82.

15Ce témoignage n’est pas isolé. La solidarité qui unit les plus jeunes aux aînées est attestée dès les premières années du programme. Mae Faggs, la première recrue d’Ed Temple (championne olympique du relais 4 x 100 mètres en 1952 et médaille de bronze en 1956) s’était déjà vu confier la tâche d’arranger les cheveux de ses coéquipières, toutes plus jeunes24. La question de l’image des athlètes – de leur « façade sociale », selon l’expression d’Erving Goffman25 – se pose de façon prégnante durant les compétitions, lors desquelles se trouvent des photographes de presse et des journalistes. Ed Temple demande à ses protégées de ne pas répondre à une interview, après une course, sans avoir au préalable essuyé la sueur de leur visage, s’être recoiffées et avoir mis du rouge à lèvres26. Même chose pour les photographies individuelles ou de groupe où les jeunes femmes doivent être apprêtées et souriantes. Lorsqu’elles sont en tenue de ville, il leur incombe de porter des robes plutôt que des jeans, renvoyant une image de femmes à la fois convenables et coquettes27. Néanmoins, ce sont les voyages pour des compétitions à l’étranger qui font surgir les plus grandes difficultés.

  • 28 Ibid.

Lorsque nous allions en Europe, nous emportions ces petites boîtes de Sterno [boîte de conserve contenant de l’alcool à brûler] – peut-on imaginer faire cela aujourd’hui ? On les allumait et on les utilisait pour chauffer notre peigne à lisser28.

  • 29 Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 47.
  • 30 Ibid., p. 61. Ollie Stewart, « Ed Temple, Olympic Girls’ Coach Like Doting Dad », Afro-American, (...)

16À l’intersection de l’enjeu sportif et de la question de la présentation de soi, Temple insiste enfin sur l’importance du poids des athlètes – il apporte chaque semaine sa balance sur la piste afin que chacune se pèse29 – et sur leur alimentation – il estime que beaucoup s’alimentent mal, ce qu’il attribue à la pauvreté dans laquelle elles ont grandi30. La performance sportive exigeant une minceur conforme au modèle de féminité dominant, le double idéal de performance et de genre converge vers une même injonction à la rigueur diététique.

Fertilité, hétérosexualité, tempérance : la construction d’une féminité rassurante

17La construction d’une féminité respectable va au-delà de la seule question de l’apparence physique. Elle peut se décliner en trois thèmes qui ont en commun la question de la sexualité au sens large et dont l’enjeu est, chaque fois, la préservation du capital sexuel : la fertilité, l’hétérosexualité et la tempérance. Le premier de ces thèmes correspond à un débat ancien, mais persistant, que résume ainsi Temple :

  • 31 Dwight Lewis et Susan Thomas, A Will to Win, op. cit., p. 116-117.

À cette époque, il y avait un vrai dilemme concernant la participation des femmes au sport. Les gens disaient que si les femmes avaient des muscles, elles ne pourraient jamais avoir d’enfants. J’étais déterminé à surmonter ce genre de choses31.

  • 32 Wilma Rudolph, Wilma, New York, Signet, 1977, p. 43. Cette autobiographie offre un bon aperçu génér (...)

18Le propos fait référence au sport féminin de compétition ; le sport de loisir ne rencontre plus guère d’hostilité parmi les autorités médicales ou pédagogiques. Temple défend une position avant-gardiste, lui dont le programme est résolument tourné vers la production de performance. Certes, il n’est pas le premier à défendre l’innocuité du sport féminin de compétition. Les résistances demeurent néanmoins vivaces, notamment dans le domaine de l’athlétisme, comme le souligne Wilma Rudolph : « On disait : “Si tu cours trop en tant que fille, tu ne pourras jamais avoir d’enfants”. La course à pied était censée être trop éprouvante pour le corps et celui-ci ne serait plus jamais le même32 ».

19Après le Tuskegee Institute et quelques clubs privés, Temple entend réfuter la légende, à travers un programme dont les méthodes impliquent un investissement corporel total. Le programme d’été, qui en offre un avant-goût aux jeunes athlètes – encore lycéennes, voire collégiennes –, ne ménage pas les organismes. Voici la description qu’en propose Wyomia Tyus, qui a brièvement envisagé de mettre fin à cette expérience et de rentrer chez ses parents en Géorgie, tant ce quotidien s’avérait éreintant :

  • 33 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 61-63.

M. Temple nous avait dit : « Il faut rentrer dans votre chambre et faire une bonne nuit de sommeil. Vous devez être à l’entraînement à cinq heures du matin. » […] L’entraînement était dur. Il adorait nous faire grimper des collines car il considérait que cela permettait de produire beaucoup de force et d’endurance ; donc, à cinq heures du matin nous courions sur des sentiers de collines, en terre : en haut de la colline, en bas, en haut, en bas […]. Après les montées de collines, il nous laissait aller prendre un petit déjeuner – du moins ce que pouvait nous proposer la cafétéria du campus – et nous allonger, ou peut-être jouer aux cartes si vous aviez encore un peu d’énergie. C’était à peu près tout ce que vous pouviez faire après un entraînement à cinq heures. Nous y retournions à neuf heures. La séance de neuf heures consistait surtout à travailler sur la technique – des exercices sur la bonne manière de courir, comment utiliser ses bras, lever les genoux… des choses répétitives. […] Quand la séance de neuf heures était finie, nous allions déjeuner, puis l’on y retournait à une heure de l’après-midi. La séance d’une heure portait sur nos spécialités : si l’on était une sprinteuse, on travaillait les départs ; si l’on était une sauteuse, on travaillait le saut33.

20Conscient des inquiétudes qui persistent sur les conséquences d’une pratique intensive de l’athlétisme sur le corps féminin, Temple ne manque pas d’occasions de les dissiper. Ainsi, au détour d’un entretien de 1970 donné au Nashville Tennessean, dans lequel il a évoqué sa fierté de voir nombre de ses protégées sortir diplômées de TSU, il ajoute :

  • 34 F. M. Williams, « Iris in Footsteps of Wilma, Wyomia », The Nashville Tennessean, 31 mai 1970.

Mais je suis tout aussi fier de mes trente-deux petits-enfants. C’est ainsi que j’appelle les bébés que mes anciennes Tigerbelles ont mis au monde. Voilà qui réfute l’accusation selon laquelle les femmes qui font de l’athlétisme ne peuvent pas avoir d’enfants, n’est-ce pas34 ?

21Outre la question de la compétition et de ses effets sur la santé reproductive, il prend également en charge, dans ses prises de parole publiques, celle de l’orientation sexuelle de « ses » athlètes. La promiscuité de femmes s’entraînant ensemble au quotidien, la méfiance envers la pratique d’un sport réputé masculin et la crainte d’une masculinisation des corps s’additionnent, nourrissant croyances et rumeurs sur une sexualité déviante ou bien sur une trajectoire sentimentale faite d’échecs auprès du sexe opposé. La « bonne » féminité obéit au script hétérosexuel. Temple s’en fait le gardien et lui oppose le contre-modèle de l’Amazone, figure de la sauvagerie et du refus de coexistence avec les hommes.

  • 35 « We Don’t Want Amazons », The Detroit News, non daté.

Aucune des filles que j’entraîne n’a de problème à se trouver un petit copain. Je leur dis qu’elles sont d’abord des jeunes femmes, des athlètes ensuite. Je veux qu’elles soient toujours soignées, même quand elles courent. […] Nous ne voulons pas des Amazones35.

22Il faut rassurer sur leur orientation sexuelle, mais également sur leur conformité aux « bonnes mœurs ». Les fréquentations sentimentales sur le campus sont strictement encadrées.

  • 36 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 81.

Nous étions dans un dortoir ; il fallait signer à l’entrée et à la sortie. Vous pouviez recevoir des visiteurs masculins, mais vous deviez vous asseoir et parler avec eux dans le hall, ou sortir, et c’est tout. Personne ne pouvait monter à l’étage ou se trouver dans votre chambre, même si les portes étaient ouvertes36.

  • 37 Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 50.
  • 38 Henrietta Leith, « Olympic Village Sex Life Topic of Fraser’s Book », AP/The Nashville Tennessean, (...)

23Le maintien d’un tel contrôle s’avère plus épineux hors des murs de l’université. Désigné entraîneur principal de l’équipe féminine d’athlétisme des États-Unis lors des Jeux de Rome en 1960, Temple fait face à un obstacle inattendu : le dancing du village olympique, dont il décide de restreindre fortement l’accès aux sprinteuses américaines37. Si la mesure peut aussi se comprendre compte tenu des exigences du haut niveau, il est en revanche directement question de sexualité lorsque, quelque temps plus tard, la nageuse australienne Dawn Fraser, multimédaillée olympique (1956, 1960 et 1964), fait paraître un livre dans lequel elle raconte que le village olympique est un haut lieu de liberté et de rencontres sexuelles38. Temple proteste vigoureusement par voie de presse :

  • 39 Tom Powell, « “Isn’t So”: Ed Temple », The Nashville Tennessean, 13 mars 1965.

Je me porte garant de la conduite des Américaines. Je pense que Dawn Fraser est l’exception plutôt que la règle. […] Je suis sûr qu’il ne s’est rien passé dans les quartiers des femmes et des hommes américains. L’équipe américaine avait un contrôle des lits à dix, onze et douze heures tous les soirs. Nos responsables étaient très stricts à ce sujet39.

  • 40 Maureen M. Smith, Wilma Rudolph: A Biography, Westport, Conn, Greenwood Press, 2006, p. 50. Voir au (...)
  • 41 Tom Powell, « Wilma Outruns Hard Luck », The Nashville Tennessean, 23 mars 1969.
  • 42 « Olympians Support National Emphasis », The Nashville Tennessean, 3 décembre 1975.
  • 43 « Wilma Will Tour Four Countries », UPI, 7 septembre 1960.

24Dans cet environnement où règne une morale sexuelle traditionnelle, le statut de fille-mère est logiquement mal perçu, au point que Temple refuse d’accorder une bourse universitaire à celles qui tomberaient enceintes précocement et hors mariage. Pour Wilma Rudolph, chez qui il perçoit un grand talent, il consent pourtant à faire une exception. Bien lui en prend car, deux ans plus tard, la plus célèbre des Tigerbelles remporte trois médailles d’or aux Jeux de Rome – 100 mètres, 200 mètres et relais 4 x 100 mètres, un relais dont les quatre membres (Martha Hudson, Lucinda Williams, Barbara Jones et donc Wilma Rudolph) ont été formées à TSU. Le cas de Rudolph est intéressant en ce qu’il révèle l’écart séparant la lettre et l’esprit de cette réglementation ; il montre aussi la marge de négociation, certes réduite, mais réelle dont disposent les athlètes lorsque les contraintes liées à la performance de genre menacent la performance sportive. Mais comme le remarque fort justement Maureen Smith, la naissance et l’existence même de cet enfant, soigneusement dérobées aux regards du grand public, disparaissent des récits journalistiques40. À Rome, les médias préfèrent retenir l’exceptionnel triplé de Wilma Rudolph, son histoire digne d’un roman de Dickens, mais aussi sa beauté. Elle est ainsi régulièrement décrite comme élancée (willowy)41, svelte (slim)42, agréable d’aspect (pleasant)43. À travers ce qu’elle montre comme à travers ce qu’elle cache, Wilma Rudolph réalise l’idéal d’Ed Temple : allier, au plus haut degré, performance sportive et performance de féminité. La photographie ci-dessous (figure 4), prise certainement à son retour aux États-Unis, permet d’apprécier le soin qu’elle accorde à son apparence en public : entourée d’admirateurs, elle arbore une robe de cocktail fleurie et juponnée à fines bretelles et des boucles d’oreilles. À sa main droite, celle qui signe les autographes, un objet blanc, sans doute une pochette de soirée ou même, comble du chic, une minaudière.

Figure 4. « Wilma Rudolph et l’entraîneur Edward Temple », 1960

Figure 4. « Wilma Rudolph et l’entraîneur Edward Temple », 1960

Temple se tient juste derrière Wilma Rudolph, à sa droite.

© Special Collections and Archives - Tennessee State University

Métaphore familiale et esprit de corps

  • 44 Nicolas Martin-Breteau, Corps politiques. Le sport dans les luttes des Noirs américains pour la jus (...)
  • 45 Pierre Bourdieu, « L’esprit de famille », in Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, (...)

25On peut s’étonner du caractère rigoureux, voire excessivement contraignant à nos yeux, de la microgestion qu’applique Temple, au nom d’une vision qui, avec le passage du temps et les changements politiques et sociaux à l’œuvre, semble aujourd’hui étriquée. Il faut toutefois garder à l’esprit que la stratégie de respectabilité qu’il applique est en l’occurrence aussi une stratégie de défense de l’estime de soi44. Il ne s’agit pas seulement d’être bien vu, mais aussi d’alléger le poids du stigmate qui menace d’affecter l’individu lui-même et la représentation qu’il a de lui ; tant il est vrai que ce que Pierre Bourdieu appelle le « profit symbolique de normalité »45 bénéficie sous ce double rapport à celui qui le perçoit. L’immixtion de « Coach Temple » – comme elles l’appellent – dans la sphère intime ne porte pas toujours, ou pas seulement, la marque d’une normativité à l’œuvre, mais reflète aussi un souci du détail où se mêlent prévention et obsession de la performance, comme l’illustre le problème des choix de soutien-gorge qu’évoque Wilma Rudolph :

  • 46 Wilma Rudolph, Wilma, op. cit., p. 123.

Coach Temple était attentif aux détails. Toutes les filles qui avaient une forte poitrine étaient équipées d’un soutien-gorge spécial pour la maintenir en place pendant qu’elles couraient. Il avait une théorie selon laquelle les femmes pouvaient se faire mal en courant si leurs seins n’étaient pas correctement maintenus. Sa femme avait l’habitude d’emmener les filles qui avaient besoin de ces soutiens-gorge spéciaux les acheter et elle veillait toujours à ce qu’ils soient bien ajustés46.

  • 47 Son importance est bien mise en évidence par Aime Alley Card, The Tigerbelles, op. cit., p. 142-146
  • 48 Fred Russell, « Tribute to Ed Temple », The Nashville Banner, 6 juin 1974. « Women move into the li (...)
  • 49 Courrier électronique à l’auteur, 22 août 2023.
  • 50 Ibid.
  • 51 Stan Hochman, « A Carefree Girl Who Jumps Long », Philadelphia Daily News, 18 juillet 1959.

26Une telle anecdote éclaire le rôle discret mais considérable de l’épouse de Temple, Charlie, à la fois assistante de son mari et confidente des athlètes47. S’il existe une asymétrie objective des fonctions occupées au sein du couple, celui-ci inspire à plusieurs anciennes athlètes le sentiment d’avoir fait partie d’une famille dont elles auraient été les enfants48. La reproduction d’un cadre familial rassurant favorise à n’en pas douter l’adhésion au programme et donc à la production du modèle de féminité qui l’accompagne. Au sein de cette famille métaphorique, Ed Temple figure le père sévère mais juste, tandis que Charlie Temple incarne plutôt la mère affectueuse, à qui l’on peut se confier, même si des années plus tard on continue à l’appeler respectueusement « Mme Temple ». « Coach Temple et son épouse Mme Temple ont été pour moi des modèles jusqu’à leur mort49 », nous confie ainsi Lucinda Williams, championne olympique du relais 4 x 100 mètres (1960). De même, plusieurs athlètes décrivent la relation avec Ed Temple sur un mode affectif : elle est faite de dévouement réciproque, presque de sacrifice. « Ma relation avec Coach Temple était empreinte de respect et d’admiration50 », écrit Lucinda Williams. « Il faut avoir du cran pour courir pour lui. Il croit dans le fait de travailler dur. Mais il donnerait son bras gauche pour n’importe laquelle d’entre nous… même son bras droit51 », affirme Willye White, médaillée d’argent au saut en longueur aux Jeux de Melbourne. Temple est aussi conscient que c’est de l’obtention d’un diplôme universitaire que dépend l’ascension sociale de ces jeunes femmes, davantage encore que de leurs succès sur la piste. En exigeant d’elles qu’elles se consacrent à leurs études avec le même sérieux, il favorise leur attachement à sa personne et à son projet, paternaliste mais qui témoigne d’un réel souci de leur réussite à long terme.

  • 52 Tom Powell, « Mae Faggs Gets Honor », The Nashville Tennessean, 14 septembre 1965. Jeff Hanna, « Ma (...)
  • 53 Tom Powell, « Vivian Brown—Who Is She? The Girl Who Beat Wilma! », The Nashville Tennessean, 13 mar (...)

27Outre les figures parentales, la présence de frères et sœurs de substitution renforce la cohésion du groupe. Ralph Boston, triple médaillé olympique au saut en longueur durant la décennie 1960, bien que n’appartenant pas au groupe des Tigerbelles, est régulièrement décrit comme un grand frère protecteur avec qui plusieurs d’entre elles entretiennent des liens d’amitié. Mae Faggs, déjà mentionnée, occupe une place intermédiaire : elle est à mi-chemin d’une mère – Ed Temple la surnomme la « mère des Tigerbelles » pour son rôle important dans les premiers temps du programme, capable d’épauler et même de conseiller le jeune entraîneur qu’il était alors52 – et d’une grande sœur ayant déjà connu l’expérience olympique et prenant sous son aile les athlètes néophytes, comme Wilma Rudolph. Sa fonction de coiffeuse des plus jeunes suggère qu’il existe une volonté de continuité entre l’encadrement sportif et esthétique. De façon générale, la mission pédagogique qui échoit aux aînées envers les jeunes arrivantes comporte, de façon inextricable, soutien affectif, conseils sportifs et transmission de codes de féminité. Il arrive souvent à Temple de louer la solidarité qui règne entre les athlètes au sein du programme et d’en faire l’une des clés de sa réussite53.

Féminités soviétiques et états-uniennes en miroir. Promouvoir une féminité nationale

  • 54 Tracey M. Salisbury, First to the Finish Line, op. cit., p. 135-137. Ed Temple et B’Lou Carter, Onl (...)

28Malgré tout, les Tigerbelles ont souvent nourri une relation ambivalente envers ces injonctions à la féminité. Sans remettre véritablement en cause la stratégie à l’œuvre et comprenant son utilité, plusieurs d’entre elles déplorent néanmoins la pression qui pesait sur elles pour s’y conformer en toutes circonstances. Cette ambiguïté se retrouve chez Willye White : elle fut sans doute la plus rétive à la discipline imposée par Temple. Auréolée d’une médaille d’argent au saut en longueur aux Jeux de Melbourne (1956), obtenue à seulement seize ans et alors qu’elle est encore lycéenne, elle intègre TSU en 1959 mais supporte mal que Temple veuille, selon les mots de l’athlète, « contrôler tous les aspects de notre vie » et enfreint certaines de ses règles comme celle qui interdit aux Tigerbelles de conduire une voiture. Elle finit par être exclue du programme au printemps 1960, après seulement quelques mois54. Pourtant, lorsqu’elle évoque quelques années plus tard les difficultés que représente le fait d’être une femme sportive, elle souligne la nécessité de « travailler très dur » afin de concilier des dispositions contradictoires :

  • 55 Pat Jordan, « From the Land of Cotton », Sports Illustrated, 8 décembre 1975.

En tant qu’athlète, vous adoptez certaines qualités masculines sur le terrain. En dehors du terrain, vous devez être féminine. Ce n’est pas une transition naturelle. Il faut y travailler très dur. […] Une athlète est toujours deux personnes différentes55.

29De même, Wyomia Tyus, dans son autobiographie publiée en 2018, se fait l’écho du scepticisme contemporain à l’endroit des stratégies de respectabilité, ainsi que des résistances qu’elles rencontraient déjà à l’époque de la part des athlètes à TSU. Néanmoins, elle met aussi en avant les concessions nécessaires à l’accomplissement d’un projet commun :

  • 56 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 176. Citée par Cat M. Ariail, Passing t (...)

Même avec certaines de ses idées désuètes – et nous n’étions pas d’accord avec certaines d’entre elles –, nous lui avons permis d’être qui il était et nous avons accepté les objectifs de son programme. Parce que nous devions toutes donner un peu pour pouvoir travailler ensemble afin d’obtenir ce que nous voulions56.

  • 57 « U. S. Girls Tried Harder », UPI / San Francisco Examiner, 27 juillet 1964, p. 56. Stanford Sports (...)
  • 58 Susan K. Cahn, « “Cinderellas” of Sport. Black Women in Track and Field », op. cit.
  • 59 Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 80.

30Enfin, il est aussi arrivé aux Tigerbelles de s’approprier cette féminité traditionnelle, comme une arme, ou une ressource symbolique, dans un contexte de guerre froide sportive. Ainsi, lors du match annuel d’athlétisme (dual meet) de 1964 qui a lieu à Los Angeles, les Américaines sont battues de peu par les Soviétiques au nombre de points marqués. Quand un journaliste du San Francisco Examiner demande à Vivian Brown, capitaine de l’équipe féminine et membre des Tigerbelles, si les Américaines pourront un jour l’emporter sur leurs rivales, celle-ci répond : « Nous vivons de manière plus féminine aux États-Unis – et j’en suis fière. J’espère que nous ne les battrons jamais sur la piste si nous devons pour cela perdre notre féminité57 ». Une telle réponse suggère que la définition du corps féminin légitime ne s’élabore pas uniquement dans un cadre national ; elle fait l’objet de rivalités croissantes entre les deux grandes puissances. Vivian Brown peut ainsi déplacer le stigmate et retourner contre les Soviétiques l’argument du déni de féminité qui était celui utilisé pour rabaisser la pratique sportive des femmes58. Au croisement des enjeux de genre et de race, la guerre froide sportive permet aussi à Brown de troubler la hiérarchie établie entre féminité blanche et féminité noire aux États-Unis. La frontière essentielle ne passe plus, ou plus seulement, entre athlètes blanches et athlètes noires américaines, mais entre athlètes américaines, détentrices de la « bonne » féminité, et Soviétiques (pourtant blanches) qui en sont dépourvues. Celles-ci, de même que les athlètes est-allemandes, sont régulièrement décrites comme trop musclées et leur style comme trop mécanique59.

31Ainsi la stratégie d’Ed Temple ne se comprend pleinement qu’à cette échelle où il devient possible pour les Tigerbelles d’être reconnues comme les défenseuses d’une norme états-unienne et de compenser la perte de l’hégémonie sportive par la conquête d’une hégémonie sur le terrain du genre. De façon générale, l’entrée de l’URSS aux Jeux olympiques à partir de 1952 fait de la compétition l’une des arènes de la guerre froide, ce qui favorise l’acceptation publique du sport féminin de compétition et des athlètes. Indépendamment des considérations de santé, de genre ou de couleur de peau, la nécessité de rivaliser pour l’hégémonie olympique impose de former une élite sportive féminine, et notamment en athlétisme, discipline grande pourvoyeuse de médailles.

  • 60 « Ed Temple Builds Women’s Track Bid, Around Own Team », AP, 1960 (date exacte non disponible).
  • 61 Lawrence Casey, « Coach Temple Has Other Goals », Michigan Chronicle, 19 octobre 1963.
  • 62 Sylvain Dufraisse, « La supériorité sportive féminine soviétique, un enjeu de guerre froide », Clio (...)

32Le miroir soviétique sert aussi à Ed Temple à critiquer régulièrement, quand l’occasion se présente, le manque de financement et d’émulation qui affecte la qualité des résultats des athlètes états-uniennes. « Notre point faible est le manque de concurrence – nationale et internationale60 », répète-t-il, se faisant le promoteur de l’athlétisme féminin au-delà des seules Tigerbelles. « Si nous voulons rester à la hauteur des Russes dans les compétitions sportives, nous devons nous battre activement contre eux, comme nous le faisons dans les programmes spatiaux et les relations étrangères… avec de l’argent61. » La supériorité des femmes soviétiques en athlétisme lors des Jeux olympiques demeure néanmoins une réalité tout au long de la guerre froide62.

Conclusion

  • 63 Dans son autobiographie, Temple indique par exemple qu’après quelque temps, il a fini par autoriser (...)

33Durant plusieurs décennies, les Tigerbelles ont marqué l’athlétisme de leur empreinte. Elles ont aussi influencé la façon dont le public percevait les femmes qui le pratiquaient. Leur adhésion à une féminité conforme aux attentes de la middle-class, fondée sur la volonté de conjurer les discours négatifs liés au genre, ne fut pas toujours totale ou dénuée d’ambiguïtés. Le projet d’Ed Temple s’est pourtant avéré d’une étonnante stabilité au fil des années, au point que son discours et sa pratique, en dépit de certains assouplissements63, n’ont pas fondamentalement changé entre le début des années 1950 et la fin des années 1970.

34Nous avons tenté de saisir, au plus près du quotidien, la façon dont les principes de ce Pygmalion étaient mis en œuvre, incorporés, négociés, plus rarement contestés de façon ouverte. Le modèle de la Tigerbelle puise dans un imaginaire qui doit beaucoup à l’histoire du Sud (la Southern Belle), modèle paradoxal en ce qu’il était initialement conçu pour affirmer la distinction spéciale des femmes blanches d’origine aisée. Son appropriation dans le cadre d’un programme sportif réservé aux femmes noires érige la respectabilité en idéal par-delà la couleur de peau. Celle-ci se décline en une multitude d’aspects, de la présentation de soi à travers le vêtement et les cosmétiques jusqu’à la morale sexuelle. Pour les athlètes, elle a en quelque sorte fait partie du cursus universitaire, voie d’ascension sociale qui passait aussi par un apprentissage du bon usage du corps, une fois que celui-ci a quitté la piste. Nous avons aussi souligné combien le paternalisme d’Ed Temple, au sens littéral de père de substitution, dans sa dimension à la fois protectrice et parfois un peu étouffante, était un élément essentiel pour comprendre la façon dont se nouait la relation entre l’entraîneur et les sportives. Enfin, au cours de la guerre froide, la concurrence d’imaginaires corporels a paradoxalement renforcé le modèle sudiste de féminité adapté aux corps d’athlètes noires.

  • 64 Je tiens à remercier vivement Solène Baron, Emmanuelle Julliard et Lisa Vapné pour leurs relectures (...)

35Avec la promulgation du Title IX (1972), se défait progressivement le quasi-monopole que possédait le programme de TSU sur l’athlétisme universitaire féminin de compétition. Petit établissement aux moyens limités, l’université de Nashville ne peut résister à la concurrence croissante d’institutions, notamment californiennes, comme UCLA (Université de Californie à Los Angeles) ou USC (Université de Californie du Sud). À un règne presque sans partage succèdent une dissémination des talents et, par conséquent, une diversification des modèles de féminité proposés aux jeunes athlètes qui grandissent dans une société bien différente de celle qui avait donné naissance à la stratégie d’Ed Temple, et ce même si les préjugés envers les femmes sportives noires demeurent64.

Haut de page

Notes

1 La Tennessee State University, fondée en 1912, a eu plusieurs noms : Tennessee Agricultural & Industrial State Normal School for Negroes (1912-1925), puis Tennessee Agricultural & Industrial State Normal College (1925-1927), Tennessee Agricultural & Industrial State College (1927-1968), enfin Tennessee State University. Par commodité, c’est cette dernière appellation qui est retenue ici.

2 Sylvain Dufraisse, Une histoire sportive de la guerre froide, Paris, Nouveau Monde, 2023. Robert Edelman et Christopher Young (dir.), The Whole World Was Watching: Sport in the Cold War, Stanford, Stanford University Press, 2019.

3 Sur l’histoire des « Tigerbelles », voir la thèse de Tracey M. Salisbury, First to the Finish Line: the Tennessee State Tigerbelles 1944-1994, University of North Carolina, Greensboro, 2009. Il faut désormais y ajouter le livre d’Aime Alley Card, The Tigerbelles: Olympic Legends from Tennessee State, Essex (Conn.), The Lyons Press, 2024.

4 Sur l’athlétisme féminin noir aux États-Unis, voir Michael D. Davis, Black American Women in Olympic Track and Field, Jefferson, N.C., McFarland Publishing, 1992; Cat M. Ariail, Passing the Baton: Black Women Track Stars and American Identity, University of Illinois Press, 2020; Patricia Vertinsky et Gwendolyn Captain, « More Myth than History. American Culture and Representations of the Black Female’s Athletic Ability », Journal of Sport History, 1998, 25, p. 532-561 ; Cindy Himes Gissendanner, « African American Women Olympians. The Impact of Race, Gender, and Class Ideologies, 1932-1968 », Research Quarterly for Exercise and Sport, 1996, 67, p. 172-182.

5 Les clubs privés sont l’autre lieu de production de championnes olympiques, en athlétisme et dans les autres disciplines.

6 Une compétition annuelle, les Tuskegee Relays, est créée par l’université en 1927. Elle s’ouvre aux femmes dès 1929. Sur le programme d’athlétisme destiné aux femmes au sein du Tuskegee Institute, voir Martha H. Verbrugge, Active Bodies. A History of Women’s Physical Education in Twentieth-Century America, New York, Oxford University Press, 2012, p. 133-143.

7 Frank Litsky, « Ed Temple, Track Coach Who Produced Olympians and National Titles, Dies at 89 », New York Times, 23 septembre 2016.

8 Voir son autobiographie: Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, Nashville, Broadman Press, 1980.

9 Le concept de politics of respectability a été forgé par Evelyn Brooks Higginbotham, Righteous Discontent. The Women’s Movement in the Black Baptist Church, 1880-1920, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1993, en particulier p. 185-229. Il a connu depuis un succès certain. En France, les débats autour de la notion de respectabilité sont notamment connus à travers le livre de Beverley Skeggs, Des femmes respectables : classe et genre en milieu populaire, Marseille, Agone, 2015 [1997 en anglais]. Dans la mesure où la « politique » en question est ici principalement le fait d’un seul individu, nous évoquons plus modestement une stratégie de respectabilité.

10 Susan K. Cahn, Coming on Strong. Gender and Sexuality in Twentieth-Century Women’s Sport, Urbana, University of Illinois Press, 1994, en particulier p. 110-139.

11 Il serait intéressant de savoir si le modèle présenté ici a pu connaître certains assouplissements dans les dernières années de la carrière d’Ed Temple. Jusqu’à la fin des années 1970, ce qui frappe est plutôt sa fixité.

12 Dans une abondante bibliographie dominée par la production anglo-saxonne, voir notamment Michael A. Messner, Power at Play. Sports and the Problem of Masculinity, Boston, Beacon Press, 1992. Pour un bilan historiographique, Thierry Terret, « Sport et masculinité : une revue de questions », Staps, 2004, 66, p. 209-225.

13 Wilma Rudolph, Wilma, op. cit., p. 43.

14 Marilyn White, entretien avec Dr. Margaret Costa, LA 84 Foundation, « Olympian oral history », 1994 (édité en 2020), p. 6. Marilyn White n’appartenait pas au groupe des Tigerbelles.

15 Sur la couleur de peau blanche comme privilège social dans le Sud, voir Grace Elizabeth Hale, Making Whiteness: The Culture of Segregation in the South, 1890-1940, New York, Vintage Books, 1998.

16 Témoignage d’Ed Temple recueilli dans Dwight Lewis et Susan Thomas, A Will to Win, Mt. Juliet, Tenn., Cumberland Press, 1983, p. 116-117.

17 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 81-82.

18 Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 99.

19 Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 50.

20 Mike Organ, « TSU keeping history-rich Tigerbelles nickname », The Tennessean, 29 june 2015. Sauf mention contraire, les articles de presse auxquels il est fait référence sont tirés de l’Edward S. Temple Collection (Tennessee State University Special Collections, Brown-Daniel Library).

21 Ibid.

22 Sur Joe Louis en tant que race hero, voir la revue de presse à laquelle se livrent St Clair Drake et Horace R. Cayton dans leur ouvrage sociologique classique sur le Chicago noir, Black Metropolis. A Study of Negro Life in a Northern City, New York, Harcourt, Brace and Company, 1945, p. 403.

23 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 82.

24 John Walter et Malina Iida, Better Than the Best: Black Athletes Speak, 1920-2007, Seattle, University of Washington Press, 2010, p. 53. Sur le rôle de Mae Faggs dans les débuts du programme, voir Cat M. Ariail, Passing the Baton, op. cit., p. 108-149.

25 Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne – 1. La présentation de soi, Paris, Les Éditions de Minuit, 1973, p. 29-36.

26 « Success Stalks Track Coach », Erie, PA, Morning News, 23 août 1972.

27 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 82.

28 Ibid.

29 Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 47.

30 Ibid., p. 61. Ollie Stewart, « Ed Temple, Olympic Girls’ Coach Like Doting Dad », Afro-American, 3 septembre 1960, p. 13.

31 Dwight Lewis et Susan Thomas, A Will to Win, op. cit., p. 116-117.

32 Wilma Rudolph, Wilma, New York, Signet, 1977, p. 43. Cette autobiographie offre un bon aperçu général de sa vie, même si dans le détail elle n’est pas toujours fiable.

33 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 61-63.

34 F. M. Williams, « Iris in Footsteps of Wilma, Wyomia », The Nashville Tennessean, 31 mai 1970.

35 « We Don’t Want Amazons », The Detroit News, non daté.

36 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 81.

37 Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 50.

38 Henrietta Leith, « Olympic Village Sex Life Topic of Fraser’s Book », AP/The Nashville Tennessean, 13 mars 1965.

39 Tom Powell, « “Isn’t So”: Ed Temple », The Nashville Tennessean, 13 mars 1965.

40 Maureen M. Smith, Wilma Rudolph: A Biography, Westport, Conn, Greenwood Press, 2006, p. 50. Voir aussi Rita Liberti et Maureen M. Smith, (Re)presenting Wilma Rudolph, Syracuse, NY, Syracuse University Press, 2015.

41 Tom Powell, « Wilma Outruns Hard Luck », The Nashville Tennessean, 23 mars 1969.

42 « Olympians Support National Emphasis », The Nashville Tennessean, 3 décembre 1975.

43 « Wilma Will Tour Four Countries », UPI, 7 septembre 1960.

44 Nicolas Martin-Breteau, Corps politiques. Le sport dans les luttes des Noirs américains pour la justice depuis la fin du XIXe siècle, Paris, EHESS, 2020, p. 334-335, souligne ce que le concept de « politique de respectabilité » gagne à renvoyer non seulement au regard positif que la majorité blanche doit porter sur les Noirs américains, mais aussi à l’amour-propre que cette stratégie favorise au sein de la minorité noire elle-même.

45 Pierre Bourdieu, « L’esprit de famille », in Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994, p. 141.

46 Wilma Rudolph, Wilma, op. cit., p. 123.

47 Son importance est bien mise en évidence par Aime Alley Card, The Tigerbelles, op. cit., p. 142-146.

48 Fred Russell, « Tribute to Ed Temple », The Nashville Banner, 6 juin 1974. « Women move into the limelight », Eugene Register-Guard, 24 juin 1975.

49 Courrier électronique à l’auteur, 22 août 2023.

50 Ibid.

51 Stan Hochman, « A Carefree Girl Who Jumps Long », Philadelphia Daily News, 18 juillet 1959.

52 Tom Powell, « Mae Faggs Gets Honor », The Nashville Tennessean, 14 septembre 1965. Jeff Hanna, « Mae Faggs – Tigerbelles Mother », The Nashville Tennessean, 11 juin 1976.

53 Tom Powell, « Vivian Brown—Who Is She? The Girl Who Beat Wilma! », The Nashville Tennessean, 13 mars 1961.

54 Tracey M. Salisbury, First to the Finish Line, op. cit., p. 135-137. Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 49-50.

55 Pat Jordan, « From the Land of Cotton », Sports Illustrated, 8 décembre 1975.

56 Wyomia Tyus et Elizabeth Terzakis, Tigerbelle, op. cit., p. 176. Citée par Cat M. Ariail, Passing the Baton, op. cit., p. 130-131.

57 « U. S. Girls Tried Harder », UPI / San Francisco Examiner, 27 juillet 1964, p. 56. Stanford Sports Collection, Box 2, folder 4.

58 Susan K. Cahn, « “Cinderellas” of Sport. Black Women in Track and Field », op. cit.

59 Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 80.

60 « Ed Temple Builds Women’s Track Bid, Around Own Team », AP, 1960 (date exacte non disponible).

61 Lawrence Casey, « Coach Temple Has Other Goals », Michigan Chronicle, 19 octobre 1963.

62 Sylvain Dufraisse, « La supériorité sportive féminine soviétique, un enjeu de guerre froide », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 2023, 57, p. 113-131.

63 Dans son autobiographie, Temple indique par exemple qu’après quelque temps, il a fini par autoriser les athlètes à conduire une voiture après leur première année universitaire. Ed Temple et B’Lou Carter, Only the Pure in Heart Survive, op. cit., p. 49.

64 Je tiens à remercier vivement Solène Baron, Emmanuelle Julliard et Lisa Vapné pour leurs relectures et leurs conseils.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les qualifiées olympiques pour les Jeux de 1956
Légende De gauche à droite : Mae Faggs, Lucinda Williams, Isabelle Daniels, Ed Temple, Wilma Rudolph, Margaret Matthews et Willye White. Wilma Rudolph et Willye White sont alors encore lycéennes mais participent à l’école d’été.
Crédits © Nashville Banner Archives, Special Collections Division, Nashville Public Library
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/8982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Figure 2. « Edith McGuire et Wyomia Tyus se préparant au voyage vers Tokyo, pour les Jeux olympiques de 1964 », 1964.
Crédits © Special Collections and Archives - Tennessee State University
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/8982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Figure 3. « Madeline Manning », 1968
Légende De gauche à droite : Lettie Galloway, Ed Temple et Madeline Manning.
Crédits © Special Collections and Archives - Tennessee State University
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/8982/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Figure 4. « Wilma Rudolph et l’entraîneur Edward Temple », 1960
Légende Temple se tient juste derrière Wilma Rudolph, à sa droite.
Crédits © Special Collections and Archives - Tennessee State University
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/8982/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-René Julliard, « Des sportives respectables. La fabrique à championnes noires de l’université d’État du Tennessee à l’ère de la guerre froide »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 11 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/8982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y90

Haut de page

Auteur

François-René Julliard

Université polytechnique des Hauts-de-France (Valenciennes), f-rjulliard@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search