Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Des athlètes trans aux Jeux olymp...

Des athlètes trans aux Jeux olympiques ? Histoire d’une panique de genre dans la presse française (1935-2022)

Trans athletes at the Olympics Game? History of a gender panic in the French Press (1935-2022)
Félix Pavlenko et Karl Ponthieux Stern

Résumés

La participation des athlètes trans aux Jeux olympiques est un sujet qui peut paraître récent dans le paysage social et médiatique. À rebours de cette conception, cet article propose de retracer l’histoire effacée d’un siècle de présence trans aux JO. L’analyse repose sur un corpus de 231 articles issus de la presse française généraliste, sportive et LGBTI, publiés entre 1935 et 2022. Les résultats témoignent de la présence d’une panique de genre, périodisée en quatre temporalités charnières : 1. prémices de la panique de genre (1935-2002) ; 2. expansion de l’argumentaire essentialiste (2003-2015) ; 3. différenciation genrée de la panique de genre contemporaine (2015-2020) ; 4. explosion médiatique depuis les Jeux de Tokyo (2021-2022). Cette recherche contribue ainsi à saisir le rôle du cissexisme dans le maintien de l’ordre genré au sein de l’Olympisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chloé Ripert, « JO 2021. Quatre questions sur la participation de Laurel Hubbard, première athlète (...)
  • 2 Suivant la proposition de Beaubatie dans « Encadré 1 – Terminologie et trouble grammatical » (p. 62 (...)
  • 3 « Les trans’ sont des personnes qui ne se reconnaissent pas dans la catégorie de sexe qui leur a ét (...)
  • 4 Pour les personnes trans dans les médias, voir Félix Pavlenko et Alexandre Baril, « Sportif·ves tra (...)

1« Pour la première fois de l’histoire des Jeux olympiques, une athlète transgenre a participé à la compétition1 », écrit Ouest-France (comme de nombreux médias français) en 2021 au sujet de la participation d’Hubbard2 aux JO de Tokyo. Parmi les milliers de sportif·ves ayant pris part à ces Jeux, quatre l’ont fait en tant qu’athlètes ouvertement trans3. Ces participations ont fait office d’événement pour la presse, présentant la situation comme nouvelle et sans précédent4. En réalité, cette présence trans est longue et rapportée par la presse française depuis au moins 1935.

  • 5 Pour le procès de virilisation, donc des discriminations liées à une apparence jugée trop masculine (...)
  • 6 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit. ; Erikainen, Gender verification, op. cit.
  • 7 Viviane Namaste, Invisible lives, Chicago, University of Chicago Press, 2000.
  • 8 Traduction libre, ibid., p. 51-52.
  • 9 Nous utilisons « athlètes trans » comme terme générique qui englobe des femmes trans, des hommes tr (...)
  • 10 Le cisgenrisme désigne « un système d’oppression […], parfois nommé transphobie » qui « se manifest (...)
  • 11 Le cissexisme désigne le système de hiérarchisation qui rend les personnes trans socialement inféri (...)

2Dans l’historiographie des JO modernes, la présence trans est parcellaire. Les recherches en histoire du genre présentent ponctuellement des cas d’athlètes ayant transitionné après avoir été soumis à des test de féminité (contrôle de l’apparence physique et physiologique des athlètes selon des normes sexistes), ou d’athlètes ouvertement trans en conflit avec la réglementation sexuée. Elles permettent de périodiser l’histoire du contrôle des corps par l’institution olympique, une histoire mêlant procès de virilisation, tests de féminité et règlements sur les personnes trans et intersexes5. Cependant, elles tendent à traiter conjointement les femmes cis, les personnes intersexes et les hommes trans soumis·es à des processus de contrôle du corps, sans les différencier6. Comme le soulignent les écrits en études trans, cette approche entrave la prise en compte des spécificités des expériences et parcours des athlètes et celle du rapport de pouvoir cis/trans, une pratique que l’historienne Namaste qualifie d’effacement7, à savoir : « un contexte social dans lequel les personnes trans sont réduites à de la simple figuration […] qui excluent la possibilité même des corps, identités et vies trans8 ». Les connaissances issues des études trans permettent donc de relire la manière dont les historien·nes des tests de féminité analysent les expériences des athlètes trans9 dans le monde olympique, et de compléter cette histoire en mettant en lumière le continuum cisgenriste10 et cissexiste11 expérimenté par les athlètes trans depuis les années 1930.

  • 12 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit. ; Erikainen, Gender verification, op. cit.
  • 13 Alexandre Baril, « Société de l’aveu, cis-tème de l’aveu : repenser le consentement à la lumière de (...)
  • 14 Karine Espineira, Transidentités, ordre & panique de genre, Paris, L’Harmattan, 2015, p. 18-20.
  • 15 Viviane Namaste, Sex change, social change, Toronto, Women’s Press, 2011, p. 41-59.
  • 16 Serano, Whipping Girl..., op. cit., p. 10.
  • 17 D’un point de vue cisgenre ou cis, donc non-trans.
  • 18 Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit.
  • 19 Karine Espineira, Médiacultures, Paris, L’Harmattan, 2015.

3Depuis 2003, la participation des athlètes trans fait l’objet de réglementations spécifiques limitant leurs opportunités de concourir dans les compétitions internationales. Mais l’histoire des athlètes trans n’est pas faite que de règlements. Le traitement médiatique de leurs parcours joue un rôle important dans la réception de leurs prétentions olympiques. C’est à ce titre que Bohuon et Erikainen ont utilisé nombre d’articles de presse pour alimenter leurs recherches sur la régulation des participations à la catégorie femmes12. Les apports des études trans des médias, avec les travaux de Baril13, Espineira14, Namaste15 et Serano16, nous permettent d’analyser ces archives sous un angle nouveau et de faire apparaître la lecture cis-centrée17 qui en a été faite. Premièrement, ces recherches nous incitent à poser un regard plus critique sur les modalités de médiatisation des athlètes trans, et notamment sur « la mise en scène de la transition de manière à faire voir un “changement de sexe”18 ». Deuxièmement, elles permettent de questionner la manière dont sont mobilisés les parcours trans, et les articles de presse qui leur sont dédiés, dans les recherches à leur sujet. Elles posent aussi un cadre pour éviter la reproduction de « maltraitances médiatiques19 ». Enfin, les analyses de ces auteur·rices nous outillent pour comprendre l’histoire de la médiatisation des athlètes trans, en gardant à l’esprit que les transitions sont exploitées économiquement de manière cis-sensationnaliste, terme défini par Pavlenko et Baril comme

  • 20 Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit. Transitude désigne le fait d’être trans.

plusieurs mécanismes […], notamment au plan discursif, […] mis en place par les journalistes et la presse afin de présenter la transitude sous un angle dramatique, subversif, divertissant ou étonnant pour captiver l’intérêt du public cis20.

4Nous analysons ainsi conjointement les récits construits sur les athlètes trans dans la presse et la compréhension cis-centrée de ce sujet lors de sa présentation au grand public.

  • 21 Ce corpus comprend des titres de presse aux orientations politiques variées. Dans cet article nous (...)

5Cet article se fonde sur une analyse textuelle d’un corpus de 231 articles, publiés dans la presse française généraliste (nationale, régionale et coloniale), sportive et LGBTI entre 1935 et 2022 (tableau 1)21. La quantité d’articles identifiés est très différente en fonction des temporalités (1935-1952 : 31,2 %, 1952-2002 : 1,3 %, 2003-2015 : 4,3 %, 2016-2020 : 13 % et 2021-2022 : 50,2 %). Au total, 30 athlètes trans font l’objet d’un traitement médiatique (15 hommes trans et personnes non-binaires transmasculines ainsi que 15 femmes trans). Cependant, comme nous le montrerons dans l’analyse des données, le genre des athlètes médiatisé·es suit des temporalités spécifiques. En effet, pour les années 1935 à 2002, le corpus contient uniquement des athlètes transmasculins. Les femmes trans n’apparaissent dans ces articles qu’à partir de 2003. Elles sont depuis l’objet de la grande majorité des articles (2004-2022 : 89 %).

  • 22 Nous avons également mené une recherche avec les mêmes mots clés pour les médias LGBTI car ceux-ci (...)
  • 23 La liste des articles a été constituée sur la base de connaissances communautaires, auxquelles nous (...)
  • 24 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit.
  • 25 Florence Carpentier, « Alice Milliat et le premier “sport féminin” dans l’entre-deux-guerres », 20 (...)
  • 26 Hommes trans ou personnes non-binaires assignées femmes à la naissance.
  • 27 Selon la formulation principale retenue par la presse.
  • 28 Michal Raz et Loé Petit, Intersexes. Du pouvoir médical à l’autodétermination, Paris, Le Cavalier B (...)
  • 29 Florys Castan-Vicente, Anaïs Bohuon et Lucie Pallesi, « “Ni de seins, ni de règlement”. L’athlète V (...)

6Le corpus a été constitué via une recherche par mots clés (« transgenre* » ou « transsexuel* » et « olympi* ») dans les bases de données RetroNews et Eurêka22, puis codé textuellement dans NVivo. Pour les articles antérieurs à 2003, nous avons effectué une recherche par nom d’athlète, en l’absence de vocabulaire unifié23. Cette collecte d’archives a nécessité quelques arbitrages. Premièrement, nous avons dû prendre en compte l’exclusion des femmes des compétitions olympiques24. Cette exclusion ayant été contournée dans la première moitié du xxe siècle, par la création de compétitions mondiales alternatives pour les femmes25, nous avons intégré les athlètes trans qui ont tenté de participer ou pris part à ces compétitions. Nous considérons en effet que ces participations ont alimenté le discours médiatique sur les possibilités pour les femmes et les personnes trans de prendre part aux JO. Ce choix méthodologique permet de faire apparaître les prémices d’une panique de genre au cours du xxe siècle, à travers la médiatisation d’athlètes transmasculins26. Deuxièmement, nous avons réduit notre corpus selon la temporalité de la transition et la visibilité médiatique de cette dernière. Nous nous intéressions aux athlètes dont la transitude était connue ou suspectée durant leur carrière sportive. À ce titre, nous avons exclu les athlètes dont la transition a été médiatisée après leur participation aux JO. Si cette catégorisation paraît claire pour la période contemporaine, elle l’est moins pour les années 1930-1980. En effet, certain·es athlètes ont décidé de transitionner publiquement après un test de féminité découlant sur une exclusion du sport catégorie femmes27. Si l’historiographie analyse partiellement ces cas, sous le prisme de l’intersexuation, nous avons décidé de les intégrer à notre corpus en tant que parcours trans. De fait, ces catégories ne sont pas exclusives et il est possible d’être trans et intersexe28. Troisièmement, l’identification comme trans a également servi de critère de sélection. Nous avons inclus uniquement les athlètes s’auto-identifiant publiquement comme trans ou ayant vécu dans une autre catégorie de sexe/genre que celle qui leur a été assignée à la naissance. Ce critère exclut par exemple Morris qui ne semble pas s’être publiquement éloignée de la catégorie sportive femmes et a lutté pour pouvoir y rester après son opération29. Nous n’avons pas intégré non plus les athlètes comme Semenya, qui sont parfois lues comme trans par la presse sans s’auto-identifier comme tel. Malgré l’aspect heuristique d’une recherche qui prendrait en compte la multiplicité des assignations genrées dans les médias, il nous paraît pertinent de présenter un corpus unifié sur l’auto-identification pour analyser le traitement de la population trans dans l’espace médiatique.

  • 30 Espineira, Transidentités ..., op. cit.
  • 31 « Panique de genre » se réfère au traitement médiatique des personnes trans sur la base du concept (...)

7En nous appuyant sur l’historiographie des contrôles de genre et sur les études trans des médias, nous soutenons que le traitement réservé aux athlètes trans durant les JO de 2021 s’inscrit dans un continuum médiatique sensationnaliste qualifié ici de « panique de genre30 ». Nous reprenons ce concept clé des études trans des médias, faisant référence à la construction médiatique des personnes trans comme menace à l’ordre social31. L’analyse de notre corpus nous amène à périodiser cette panique en quatre moments charnières : 1. prémices de la panique de genre via la médiatisation d’athlètes transmasculins contraints à quitter l’espace sportif (1935-2002) ; 2. expansion de l’argumentaire essentialiste par une mise en place de règlements spécifiques aux athlètes trans (2003-2015) ; 3. emballement médiatique concomitant d’une différenciation genrée de traitement des athlètes trans (2015-2020) ; 4. explosion médiatique autour de la participation de plusieurs athlètes ouvertement trans aux JO de Tokyo (2021-2022).

Prémices de la panique de genre (1935-2002)

  • 32 Espineira, Transidentités ..., op. cit.

8Le xxe siècle est marqué par de nombreuses restrictions pour les athlètes trans, malgré l’absence de règlementations spécifiques officielles de la part du Comité international olympique (CIO) ou des fédérations internationales. Cette époque révèle la prise en compte progressive des personnes trans dans l’espace politique, juridique, médical et médiatique construisant cette population en marge32. L’intégration progressive des femmes aux JO se fait au prix d’un contrôle physique et physiologique de leur sexe. Si ces mesures impactent l’ensemble des athlètes qui dévient des normes genrées de l’époque, les hommes trans font l’objet d’un traitement médiatique spécifique qui vise à encadrer l’accès des femmes à l’espace sportif. La période étudiée ici permet de cerner les prémices de la panique de genre contemporaine, et d’inscrire les discours actuels sur les athlètes trans dans presque un siècle de discriminations à leur encontre.

9En raison des limitations liées à l’usage de RetroNews, ce corpus se concentre sur l’intervalle allant de 1935 à 1952. Nous avons ajouté à celui-ci trois articles, obtenus via Europresse, sur l’interdiction de participation de Schinegger aux JO de 1968. La présence d’athlètes trans aux JO se réduit considérablement entre les années 1950 et 2000. Si cette donnée peut être le produit de nos choix méthodologiques, nous proposons ici une piste de réflexion inscrite dans l’histoire plus large des discours produits sur les personnes trans.

La peur de la contagion du changement de sexe (1935-1952)

Les championnes de l’athlétisme féminin viennent toutes les unes après les autres à changer de sexe
(Blas, Le Petit Bleu de Paris, 21 avril 1937)

  • 33 Dans la presse nationale, régionale, coloniale et sportive. Voir tableau 1.
  • 34 Koubek fait d’ailleurs l’objet d’un traitement médiatique international : Clare Tebbutt, « The Spec (...)
  • 35 « Fille ou garçon ? », Excelsior, 6 décembre 1935, p. 8.
  • 36 Pierre Bost, « Confusion et confusions », Marianne, 18 décembre 1935, p. 8.

10En décembre 1935, la presse française33 commence à s’inquiéter des changements physiques intervenus chez Koubek, alors membre de l’équipe tchécoslovaque d’athlétisme catégorie femmes34. Koubek est un athlète couronné de multiples succès : double médaillé des Jeux mondiaux féminins de 1934 et détenteur du record du monde du 800 mètres. Constatant sa masculinisation, les journaux relaient les questionnements imputés aux médecins tchécoslovaques quant à son sexe. Excelsior le décrit en ces termes : « Sa voix devient grave, son menton s’orne d’un commencement de barbe35 ». La transition de Koubek enclenche dans les journaux et dans les instances sportives un long débat concernant ses succès. Si de rares journalistes se posent en soutien, comme Bost qui pour Marianne ironise – « [À] ce compte-là, il faudrait rayer des tablettes le nom des athlètes qui, depuis leur exploit, sont morts36 » –, le consensus semble se former autour de son exclusion et de son effacement du monde de l’athlétisme. De fait, l’affaire Koubek sert désormais d’épouvantail du sport catégorie femmes : l’athlète est évoqué chaque fois que des doutes apparaissent quant à l’assignation sexuée d’un·e champion·ne et chaque transition d’athlète donne l’occasion aux journalistes de rappeler que Koubek aurait initié le mouvement.

  • 37 « Encore une championne qui change de sexe ! », Le Petit Parisien, 29 juillet 1937.
  • 38 Sylvie Chaperon, « Préface », in Massimo Prearo, Le moment politique de l’homosexualité. Mouvements (...)
  • 39 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit., p. 23.

11Entre avril et juillet 1937, la presse annonce la transition de trois athlètes : De Bruyn (Belgique), Smentowsky (Pologne) et Pekarow (Tchécoslovaquie). Après les nombreux articles sur Koubek et ses aventures au music-hall, ces transitions apportent du renouveau à l’exploitation médiatique sensationnaliste des athlètes transmasculins. L’intervalle rapproché dans lequel ces sportifs transitionnent, et le paysage médiatique post-Koubek, entraînent la création d’une panique de genre autour d’un supposé phénomène de contagion. Le Petit Parisien titre : « Encore une championne qui change de sexe !37 ». Les vécus trans et intersexes sont très incompris, réduits à la dimension de changement de sexe. Les travaux de Hirschfeld, détruits par le régime nazi, n’avaient de toute façon pas reçu d’écho favorable dans la société française38. C’est donc dans le cadre interprétatif du sport catégorie femmes que sont comprises ces transitions. Bohuon synthétise le paradoxe qui régit ce milieu : « Devenez fortes et résistantes pour remplir au mieux vos fonctions maternelles mais n’allez pas vous transformer en viragos39 ». Ainsi, la crainte que le sport, notamment de compétition, masculinise les femmes reste en toile de fond de leurs exploits sportifs, et la transition de cet échantillon d’athlètes médaillées apporte de l’eau au moulin des détracteurs du sport catégorie femmes.

12Ce qui se produit, c’est une danse entre les intérêts de la presse pour les cas sensationnels de transition (manifestés par la déshumanisation des athlètes dans la majorité des articles) et ceux des institutions sportives pour un contrôle accru du corps des femmes. De fait, pour que le sport catégorie femmes continue le développement amorcé, il est nécessaire que ces transitions soient sanctionnées et que les potentiel·les candidat·es à la transition soient éliminé·es rapidement de la catégorie femmes. Dès la transition de Koubek, la presse commence à relayer l’idée que les tests de féminité sont justifiés par la présence d’êtres considérés anormaux (ou d’intrus) dans la catégorie femmes. L’Avenir du Tonkin écrit :

  • 40 « Une histoire invraisemblable », L’Avenir du Tonkin, 27 février 1936, p. 10.

En raison du sensationnel changement de sexe de l’athlète tchécoslovaque […], il est possible qu’à l’avenir les candidates désireuses de participer à des épreuves importantes de sport féminin se voient dans l’obligation de se soumettre à un examen médical40.

  • 41 Par exemple : obligation de montrer ses organes génitaux à des médecins pour valider une performanc (...)
  • 42 « Fausse alerte ! », Match, 10 novembre 1936, p. 6.

13Les instances sportives commencent effectivement, à partir de 1936, à imposer des violences sexuelles41 à certaines athlètes afin de contrôler leur appartenance à la catégorie femmes. La presse n’envisage jamais que ces contrôles puissent être une arme pour limiter les performances, ni un moyen de limiter la masculinisation des athlètes. Cela apparaît pourtant en sous-texte dans certains articles. Ratjen fait à ce titre école puisqu’il n’est pas perçu comme une femme masculinisée mais bien comme un homme dans la catégorie femmes. L’article « Fausse alerte !42 » publié dans Match en novembre 1936, résume quant à lui l’aspect régulatoire de ces procédés, et évoque le cas d’un·e athlète dont la demande de transition fut refusée par le médecin.

  • 43 « Je n’ai jamais été malade (sic) et n’ai jamais vu un docteur ; ce n’est pas maintenant que je vai (...)
  • 44 Pelot, Paris-Presse, art. cit.
  • 45 « La délégation française pour Londres coûte 63 millions », Combat, 25 juillet 1948, p. 6. Pour la (...)
  • 46 « Que pouvons-nous attendre de nos champions ? », L’Aurore, 27 juillet 1948, p. 3.
  • 47 « Tout compte fait », L’Aurore, 4 octobre 1948, p. 4.
  • 48 « Elle courait vraiment comme un homme ! », L’Aurore, 3 mars 1952, p. 8.

14Entre 1938 et 1948, le paysage médiatique se tarit sur la question des athlètes transmasculins. Le sujet refait surface en de rares occasions : lorsque Ratjen est envoyé au front en 1940 ou lorsque l’on apprend la transition de Torremadé, un athlète catalan, en 1942. Il faut attendre le retour d’une controverse autour des tests de féminité pour que le sujet refasse surface. C’est avec l’exclusion de Caurla des JO de Londres en 1948 que la nouvelle vague médiatique démarre. L’athlète, dont la féminité est remise en doute par la fédération, refuse de se soumettre au contrôle médical et est exclu des compétitions. La presse n’entend pas que Caurla puisse être réticent à subir des violences sexuelles pour pratiquer son sport43 ; les journaux utilisent donc divers procédés médiatiques pour semer le doute sur l’athlète : description physique peu avantageuse44, banalisation de l’examen45, questions visant à semer le doute sur sa féminité46. Sans lien a priori, on apprend par la presse en octobre 1948 que Brésolles a lui aussi poursuivi une transition chirurgicale. Le cas de Caurla est différent, puisqu’à l’époque l’athlète ne déclare pas s’identifier comme homme. Pourtant la presse française fait d’office le lien entre les deux. L’Aurore écrit : « C’est une hécatombe47 ». Lorsque la transition de Caurla finit elle aussi par être rendue publique en 1952, celle-ci leur donne l’occasion de légitimer les maltraitances médiatiques passées. L’Aurore titre ainsi un article sur le sujet : « Elle courait vraiment comme un homme !48 ».

  • 49 « Marie-Thérèse Eyquem […] dirige le sport pour les femmes sous Vichy », Florys Castan-Vicente et a (...)

15Sans compréhension claire des vécus trans et intersexes, tant les institutions sportives que la presse française tentent de produire des discours rationnels pour justifier l’ostracisation d’athlètes qui remettent en cause l’ordre cisgenre. Un article d’Eyquem49 illustre les préoccupations de l’époque avec clarté :

  • 50 Marie-Thérèse Eyquem, « Autour d’une transformation », L’Aube, 15 octobre 1948, p. 4.

[N]e prenons pas l’effet pour la cause. Ces êtres asexués […] en qui dominent les caractères virils, sont naturellement attirés vers le sport, et non moins naturellement accomplissent des performances supérieures à celles que réussissent les sportives normales50.

16Le spectre de l’avantage physique commence à s’installer progressivement et prend appui sur l’argumentaire de l’équité sportive.

L’effacement des athlètes trans et l’institutionnalisation coercitive de la transition (1953-2002)

Schinegger, maintenant élimin[é] pour des raisons extra-sportives
(Sud Ouest, 10 février 1968)

17À partir de 1953, le nombre d’athlètes trans diminue drastiquement dans le corpus. Seuls trois articles apparaissent dans nos archives pour l’ensemble de la période 1953-2002. Il s’agit de courts encadrés annonçant l’exclusion de Schinegger des Jeux d’hiver en 1968 après un test de féminité, ou portant sur sa transition. À l’aide des études trans, notamment en histoire, nous explorerons les possibles explications de cette disparition des athlètes trans. Celle-ci est d’autant plus paradoxale qu’elle intervient durant une explosion du traitement médiatique des parcours de transition.

  • 51 Susan Stryker, Transgender History, Berkeley, Seal Press, 2008, p. 47-50.
  • 52 Ibid., p. 48.
  • 53 Emily Skidmore, « Constructing the “Good Transsexual”: Christine Jorgensen, Whiteness, and Heterono (...)
  • 54 Christine Jorgensen, A Personal Autobiography, San Francisco, Cleis Press Inc., 2000, p. xiv.
  • 55 Beans Velocci, « Standards of Care. Uncertainty and Risk in Harry Benjamin’s Transsexual Classifica (...)

18Les travaux de Stryker montrent que le retour de Jorgensen aux États-Unis en 1952, après une opération de transition, fait l’objet d’un véritable tapage médiatique. Dans un contexte alliant guerre froide et frénésie pour les innovations scientifiques, les personnes trans fascinent le grand public, qui les perçoit comme des exploits scientifiques, et inquiètent par la menace qu’elles représentent pour la famille nucléaire51. Jorgensen devient une figure célèbre du transsexualisme et, comme Koubek avant elle, prend parti de cette fascination en se lançant dans une carrière au music-hall. Par sa beauté, par la construction d’une histoire sensationnaliste sur un GI devenu beauté fatale52, par son statut de femme blanche hétérosexuelle porteuse d’un discours patriotique, Jorgensen devient dans la presse américaine un standard de référence auquel d’autres personnes trans se trouvent désormais comparées53. La publicité autour de Jorgensen contribue également à faire connaître les travaux du docteur Benjamin. Armé de cette nouvelle notoriété, celui-ci s’impose en expert du transsexualisme et développe une série de protocoles régulant l’accès des personnes trans à la transition54. Les travaux dédiés à l’établissement des standards de soin révèlent leur aspect arbitraire. Dans les correspondances qu’il entretient avec ses confrères durant les années 50 et 60, Benjamin évoque à de multiples reprises la crainte d’être poursuivi en justice ou physiquement attaqué par un·e patient·e qui regretterait sa transition. Ces craintes, sans fondement apparent, viennent renforcer et compléter la définition nosographique développée par Benjamin sur la base de ses observations cliniques. Le regret devient alors central dans le processus d’accompagnement des patient·es trans55. Le discours sur le patient trans idéal se construit sur les craintes et a priori des médecins, dont l’objectif est de voir leurs patient·es effectuer une transition qui les rendrait invisibles aux yeux de tous·tes.

  • 56 À savoir, l’injonction à ne pas transitionner ou à devenir invisible en tant que personne trans.
  • 57 Riki Wilchins, Read My Lips. Sexual subversion and the End of Gender, New York, Firebrand Books, 19 (...)

19L’absence d’athlètes trans aux Jeux olympiques pour la période étudiée ici est-elle une conséquence directe de ces mesures coercitives d’injonction à la cissexualité56 ? Il est difficile d’affirmer avec certitude qu’aucun·e athlète trans, entre 1952 et 2003, n’ait pu accéder à une transition de genre au cours d’une carrière sportive ayant atteint le niveau olympique. Nous observons cependant que des sportifs intersexes et trans, tels que Schinegger, ont été exclus du sport olympique avant même de transitionner, par la systématisation des tests de féminité au cours des années 1960. La participation à un niveau compétitif inférieur et au sport professionnel fait également l’objet de débats médiatiques et législatifs au cours des années 70-80, après l’outing de Renée Richards. Pour les compétitions loisirs, les personnes trans sont confrontées à des dispositifs coercitifs lourds les obligeant à attester de leur transition médicale et administrative57. De fait, si des athlètes ont réussi à braver ces obstacles et concourir à un niveau olympique, ces dernier·es n’ont pu apparaître dans nos archives. Les cadres d’existence des personnes trans de l’époque sont si restreints qu’ils ne leur permettent pas de rester anonymes, dès lors que la transition est connue.

Expansion de l’argumentaire essentialiste (2003-2015)

Désormais autorisée, la participation des athlètes ayant changé de sexe pose la question de leurs éventuels avantages physiologiques
(Miquel, L’Express, 31 mai 2004)

  • 58 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit.
  • 59 Comité international olympique, « Réunion de consensus du CIO sur le changement de sexe et l’hypera (...)
  • 60 « Un transsexuel australien sur le circuit européen dames en 2005 », AFP, 3 novembre 2004.
  • 61 Tom, « Informations sur le fonctionnement des équipes médicales », L’Identitaire, 27, 2003, p. 19. (...)

20En 2003, le CIO émet un premier règlement dédié aux athlètes trans. Celui-ci est motivé par deux éléments : la participation aux compétitions nationales d’athlètes telles que Dumaresq, et les demandes accrues de certaines fédérations pour que le CIO légifère sur la question58. Le consensus de Stockholm exige alors des athlètes une transition chirurgicale, hormonale et administrative d’au moins deux ans avant toute entrée en compétition59. Dès 2004, le traitement médiatique réservé aux athlètes trans se fait alors le relai du règlement du CIO. L’AFP explique que la golfeuse Bagger a « pu participer aux épreuves de qualifications du circuit européen dames conformément aux règles du [CIO]60 ». Le règlement impose également des contraintes médico-légales proches des protocoles de transition existant en France, épinglés pour leurs dispositifs discriminants61. Notre corpus d’archives médiatiques pour la période 2003-2022 (n = 156) contient très peu d’articles remettant en cause le règlement du CIO. Les médias étudiés se contentent de relayer le dispositif, sans l’inscrire dans le contexte social qui régule l’accès aux transitions. Les critères du règlement alimentent aussi le voyeurisme des journalistes et les confortent dans leurs pratiques de dévoilement physique des athlètes trans.

  • 62 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit.
  • 63 Gérard Nicaud, « Des anneaux pour les dames », Le Figaro, 4 août 2008, p. 5
  • 64 Kristen Worley et Johanna Schneller, Woman Enough: How a Boy Became a Woman and Changed the World o (...)
  • 65 Anaïs Bohuon et Lucie Pallesi, « Ne plus se laisser prendre à leurs Jeux. Transidentité et intersex (...)

21Au lieu de considérer le règlement comme une énième limitation arbitraire de l’accès à la catégorie femmes62, nombre de journalistes s’inquiètent de la potentielle présence d’athlètes trans aux JO de 2004. Alimentée par près de soixante-dix ans de sensationnalisme et de mesures discriminantes instaurées au cas par cas, la presse s’engouffre dans la question de la légitimité des athlètes trans à participer aux JO. Le fait qu’aucun·e athlète trans ne soit qualifié·e pour Athènes en 2004, ni pour Beijing en 2008 ne semble pas soulever plus de questions. La non-qualification de Worley pour les JO de 2008 est anecdotique pour la presse française : « Malheureusement, Kristen n’a pas atteint les minima63 », conclut Le Figaro. Worley entre pourtant dans une bataille juridique visant à dénoncer les violences sexuelles subies dans le cadre de l’application du règlement du CIO et obtient la reconnaissance du caractère discriminatoire du règlement devant le tribunal des droits humains de l’Ontario64. De fait, ces règlements successifs du CIO restreignent l’accès au sport malgré un cadre légal national et international sur le plan des droits humains qui, en théorie, ne le permet pas65.

  • 66 Clément Daniez, « Fallon Fox, première combattante transgenre du MMA », L’Express, [En ligne], 13 m (...)
  • 67 Daniez, « Fallon Fox... », art. cit., § 3.
  • 68 Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit.
  • 69 Serano, Whipping Girl..., op. cit., p. 29.
  • 70 E-Alliance, « Transgender Women Athletes and Elite Sport: A scientific Review », The Canadian Cente (...)
  • 71 Baril, « Société de l’aveu... », art. cit.
  • 72 Baril, « Sexe et genre… », art. cit.

22Entre 2008 et 2015, la question de la participation aux JO est mise de côté dans la presse. Le règlement du CIO est cependant mentionné pour légiférer sur la place des athlètes trans hors disciplines olympiques. L’Express note que la Fédération américaine de MMA a « aligné en 2012 son règlement […] sur celui du Comité international olympique66 ». Mais la conformité d’un·e athlète au règlement ne suffit pas à évacuer le doute de l’avantage physique qui contreviendrait au mythe de l’équité sportive. Dans un article sur Fox, le journaliste se demande si elle « profite […] dans sa pratique sportive de son chromosome Y67 ». Les normes imposées par les règlements alimentent la panique de genre, puisqu’elles partent du postulat qu’il existerait un avantage physique à réguler. Cette panique se construit également par le biais d’un processus discursif cis-sensationnaliste68 : utilisation en alternance de pronoms féminin et masculin, prénoms de naissance et choisis, descriptions physiques permettant aux journalistes de mettre en scène une supposée artificialité du genre des athlètes trans, et banalisation de l’exclusion69 qui repose sur des logiques cissexistes et misogynes70. La presse française se fait la porte-parole du discours porté par les institutions sportives, et favorise ses intérêts économiques sensationnalistes à la médiatisation des conditions de vie des athlètes trans71. Elle déroule ainsi le tapis rouge à l’incorporation d’une perspective essentialiste72, catalysée paradoxalement par la levée en 2015 de l’obligation des transitions administratives et chirurgicales imposée par le CIO.

Différenciation genrée dans le traitement des athlètes trans (2015-2020)

Concernant les femmes trans, les directives ne sont cependant pas aussi souples
(Le Corre, Yagg, 26 janvier 2016)

  • 73 Serano, Whipping Girl..., op. cit., p. 25.
  • 74 Romain Mangattale, « Les athlètes transgenres ont-ils un avantage sur leurs adversaires ? », Ouest- (...)
  • 75 Anaïs Bohuon et Irène Gimenez, « Performance sportive et bicatégorisation sexuée. Le cas de María J (...)
  • 76 Serano, Whipping Girl..., op. cit., p. 29-30.

23Initialement, le changement de règlement du CIO intéresse peu la presse française. Seul le média LGBTI Yagg se saisit de la nouvelle et relève l’aspect discriminatoire pour les femmes trans73. La presse généraliste partage la nouvelle sept mois plus tard, à la veille des JO de 2016. Ce soudain intérêt est motivé par la présence potentielle de femmes trans dans l’équipe britannique. Pour Ouest-France, « leurs performances durant les JO pourraient attiser la controverse74 ». L’absence de justification fournie par le CIO lors de la publication du règlement alimente le doute entretenu par la presse. L’avantage indu supposé que posséderaient les femmes trans est alors un postulat bien ancré. La presse tient pour acquis que les performances des hommes cisgenres sont naturellement et biologiquement supérieures à celles des femmes75. En l’absence d’études consacrées aux conditions de vie des athlètes trans, et dans une optique cissexiste qui assimile les femmes trans à des hommes déguisés76, les journalistes ne questionnent pas l’assimilation des femmes trans aux hommes. Le manque de sources communiquées par le CIO ne semble pas amener les journalistes vers un travail d’enquête sur l’absence d’appuis scientifiques ayant motivé la mise en place de telles directives. Finalement, aucun·e athlète ouvertement trans ne participe aux Jeux de 2016 ou 2018 ; les inquiétudes sont momentanément oubliées.

  • 77 Guillaume Paret, « Boxe : Patricio Manuel, premier transgenre à remporter un combat », Le Point, 10 (...)
  • 78 Pour une définition du concept, voir Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit.
  • 79 Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit.
  • 80 « Hannah Mouncey, un renfort de poids », Charente Libre, 2 janvier 2019, p. 29.

24Entre 2016 et 2019, trois hommes trans font l’objet de plusieurs articles. Leur participation est moins sujette à débat du fait de la naturalisation de la supériorité physique des hommes cis. Les difficultés qu’ils rencontrent pour continuer leur pratique sportive sont occultées. Seul un article du Point sur le boxeur Manuel mentionne une « route parsemée d’embûches77 » : retardement de la transition pour tenter une qualification aux JO de 2012, difficulté pour obtenir une licence et trouver un adversaire en catégorie hommes. Ces rares informations sur les conditions de pratique sont noyées dans les dispositifs cissensationnalistes : mythe de la première personne trans78, mise en scène de la transition et contrainte à justifier son existence79. Quelques femmes trans font également ponctuellement l’objet d’un traitement médiatique. Pour ces dernières, l’angle adopté consiste à questionner, voire à remettre en cause, la légitimité de leur appartenance à la catégorie femmes en s’appuyant sur des déclarations de différents acteur·rices du monde sportif. Les femmes trans ne disposent toujours pas de leur autonomie corporelle dans le domaine sportif. Le CIO fait office d’arbitre quant à leur appartenance à la catégorie femmes, aux dépens de l’autodétermination. Cette citation d’une coéquipière de Mouncey pour la Charente Libre illustre la situation : « Elle a été reconnue en tant que fille par le Comité olympique80 ».

  • 81 « Paula Radcliffe veut un renforcement du règlement concernant les sportifs transgenres », L’Équipe(...)
  • 82 Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit.
  • 83 Louise des Places, « Pour Martina Navrátilová, les athlètes transgenres féminines sont des “tricheu (...)
  • 84 Ibid.

25Autre tournant de l’année 2019, la presse nationale et sportive accorde désormais une attention accrue aux accusations de tricherie portées par d’anciennes athlètes olympiques cisgenres81. La parole des adversaires (ou anciennes adversaires) cisgenres trouve plus d’écho que celle des athlètes trans, contraint·es pour leur part à justifier leur existence82. Cependant, si certains propos sont plus relayés, ils ne font pas consensus. Têtu qualifie les prises de position de Navratilova de « transphobes83 ». Mais l’analyse du caractère discriminatoire est délaissée au profit d’une dénonciation de l’athlète, ouvertement lesbienne, pour une prise de position venant « ternir des années de combat84 ». Par cette formule, Têtu minimise le cissexisme subi par les personnes trans dans les espaces gays et lesbiens.

26L’aspect genré et discriminatoire du traitement réservé aux athlètes trans est particulièrement saillant à l’occasion des épreuves de qualification pour les Jeux de Tokyo. Les tentatives de qualification de Mosier pour ces Jeux et de Petrillo pour les Paralympiques font l’objet d’un traitement médiatique dans les médias LGBTI tels que Komitid ou Têtu. Mais si, en tant qu’homme, Mosier peut témoigner de sa joie d’avoir participé aux épreuves qualificatives, Petrillo doit longuement attester, auprès des journalistes, du déclin de ses performances physiques afin de prouver son appartenance à la catégorie femmes. Le prisme de l’avantage indu n’est pas non plus adopté dans la couverture médiatique du coming out trans de Quinn, médaillé·e de bronze aux JO de 2016 en football. Sa transitude est tellement incomprise par les journalistes qu’aucun article ne parvient à utiliser les pronoms choisis par l’athlète et prénom. La presse profite cependant de la visibilité accrue des personnes non-binaires pour capitaliser sur l’annonce. Si les hommes trans et personnes non-binaires transmasculines n’échappent toujours pas aux logiques d’exploitation cis-sensationnalistes, ni au cissexisme sportif, ils et iels ne semblent plus être l’objet d’une panique de genre quant à leurs capacités physiques. Les débats et la panique grandissante sur la pratique du sport par les femmes trans amènent le CIO à annoncer dès mars 2020 un changement de règlement à venir.

Explosion médiatique de la panique de genre (2021-2022)

Une première haltérophile transgenre pourrait disputer les JO de Tokyo
(Sands, AFP, 6 mai 2021)

27La couverture médiatique des Jeux de Tokyo est sans précédent quant au traitement réservé aux athlètes trans. Pour l’année 2021, notre corpus comprend 82 articles dédiés au sujet, soit 35 % du corpus global. La présence d’Hubbard aux épreuves d’haltérophilie fournit enfin l’exemple concret qu’une partie de la presse française recherchait depuis presque un siècle.

  • 85 Andrew Alderson, « L’altérité d’une haltérophile », L’Équipe magazine, traduit par Cécile Hermelin, (...)
  • 86 Victor Cousin, « JO de Tokyo : Laurel Hubbard, la première transgenre aux Jeux olympiques, entre en (...)
  • 87 Ibid.

28À quatre mois de l’échéance, la possible participation d’une femme trans aux JO fait grand bruit. Hubbard n’est pourtant pas la seule athlète trans à se qualifier : Wolfe est sélectionnée comme réserviste en BMX et deux athlètes transmasculins se qualifient, Quinn en football et Smith en skateboard. Mais c’est autour de Hubbard que se concentre l’attention médiatique. D’emblée son âge (43 ans), son ancien prénom, sa participation aux compétitions catégorie hommes (dans sa jeunesse) et son taux de testostérone sont partagés dans la presse. Ces articles ne donnent en revanche aucune information sur les conditions de vie des personnes trans en Aotearoa/Nouvelle-Zélande ou sur les obstacles rencontrés par Hubbard lors de son parcours de transition (et son éloignement subséquent du monde sportif). Durant les mois suivant l’annonce officielle de sa sélection, quelques médias publient un portrait de l’athlète. Les journalistes choisissent de raconter son histoire selon un script cis-sensationnaliste, déshumanisant et pathologisant. L’Équipe partage par exemple un témoignage basé sur les souvenirs d’un ancien coéquipier qui s’interroge sur de possibles troubles mentaux85. Le CIO, questionné par la presse, soutient publiquement Hubbard en précisant qu’elle « est une femme et concourt selon les règles de sa fédération86 », et qu’elle ne possède pas « [d’]avantage compétitif disproportionné87 ».

  • 88 « Jeux olympiques : un haltérophile transgenre autorisé à participer à la compétition féminine », V (...)
  • 89 « À Tokyo, Laurel Hubbard, première athlète transgenre à participer aux Jeux », Libération, 2 août  (...)
  • 90 Aurélien Bouisset, « Le poids de l’histoire », L’Équipe, 3 août 2021, p. 14.
  • 91 Cousin, « JO de Tokyo... », art. cit.
  • 92 « Tokyo 2020 : l’haltérophile transgenre Laurel Hubbard n’a réussi à soulever aucune barre », Midi (...)
  • 93 Ripert, « JO 2021... », art. cit.
  • 94 « Natation : création d’une “catégorie ouverte” où pourront concourir les transgenres », AFP, 19 ju (...)
  • 95 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit.

29Mais ce qui interroge la presse, en amont de la compétition, ce sont justement ces « critères fixés88 » par le CIO. C’est donc sur cette base que se construit le traitement médiatique de la présence trans aux JO. La presse est focalisée sur l’épreuve d’haltérophilie femmes qui, pour des raisons sexistes et classistes, est habituellement en marge. Libération note « l’énorme attention que son entrée en compétition suscite [puisque] de nombreux journalistes étaient accrédités pour assister à son passage, alors que l’épreuve n’attire en général pas les foules89 ». L’Équipe évoque même une « liste d’attente » pour accéder à la zone d’interview90. La presse semble cependant plus captivée par le maintien de l’ordre du genre que par l’épreuve d’haltérophilie. La performance de Hubbard aux JO (échec aux barres de 120 et 125 kg, aucune barre soulevée) fait redescendre l’engouement médiatique mais n’entraîne pas de remise en question de l’annonce de ses « chances de médaille91 ». Le peu de support octroyé par le règlement du CIO s’évapore dès la fin des Jeux. « Sa présence à Tokyo a provoqué un débat complexe92 », évoque l’AFP, qui laisse des séquelles pour les droits des athlètes trans. Au lendemain des compétitions d’haltérophilie, le directeur des communications du CIO déclare à la presse qu’un changement de règlement est à venir. Ouest-France en conclut que « chaque discipline appliquera donc son propre règlement93 ». Et c’est bien ce qui est annoncé en novembre 2021. L’AFP rapporte la mise en place par le CIO de « lignes directrices sur la question, tout en demandant aux fédérations d’élaborer leurs propres règles “spécifiques à leur sport”94 ». Après la débâcle médiatique des Jeux de Tokyo, le CIO se décharge de toutes responsabilités et laisse l’opportunité aux fédérations internationales d’exclure selon leurs critères les athlètes trans. Ce n’est pas la première occurrence de cette pratique puisque c’est la solution qui avait été retenue pour les athlètes intersexes, dont Semenya avait fait les frais en subissant une exclusion discriminatoire de la part de la Fédération internationale d’athlétisme95. Dans ce contexte de création de nouvelles réglementations, les performances des athlètes trans sont de nouveau sous la loupe des institutions sportives et de la presse française.

  • 96 Estelle Aubin, « Le succès de la nageuse transgenre Lia Thomas crée des remous », Libération, 26 ma (...)
  • 97 « La nageuse transgenre américaine Lia Thomas veut se qualifier pour les JO », AFP, 3 mars 2022.
  • 98 « Natation : création... », AFP, art. cit.
  • 99 Ibid.
  • 100 « Des instances à deux vitesses », Ouest-France, 18 janvier 2022, p. 22.

30La fin d’année 2021 et le début d’année 2022 sont marqués par un engouement médiatique autour de la nageuse Thomas et de ses performances dans le championnat universitaire américain. Sa présence « crée des remous96 » selon Libération tandis que l’AFP s’inquiète de son désir de « se qualifier pour les JO97 ». La presse saisit cette nouvelle occasion d’alimenter la panique de genre autour de la question de la catégorie dans laquelle elle devrait concourir. Cette importante couverture médiatique, et le flou laissé par le CIO, incitent la Fédération internationale de natation (Fina) à instaurer, en juin 2022, son propre règlement « qui exclura de fait de nombreuses nageuses transgenres de la natation d’élite féminine98 ». Cette information est relayée sans apport critique, en reprenant les éléments de communication de la Fina. Le titre de l’AFP l’illustre : « Natation : création d’une “catégorie ouverte” où pourront concourir les transgenres99 ». Cette absence de contre-discours à la communication institutionnelle banalise l’exclusion des femmes trans. La Fédération internationale de rugby à XIII et la Fédération internationale de cyclisme emboîtent le pas à la Fina. Face à ce nouveau paysage réglementaire, le comité d’organisation des JO de Paris 2024 se dédouane : « La participation des transgenres aux JO ne relève pas de la responsabilité du comité d’organisation, mais des fédérations internationales100 ».

La panique de genre comme composante du cissexisme

  • 101 Traduction libre des propos d’une cycliste trans : Emily Bridges, Instagram, 14 juillet 2023, https (...)

Chaque fois qu’une de ces annonces est publiée, et à chaque cirque médiatique qui se produit, les personne trans se voient exclues de ce monde101
(Emily Bridges, 14 juillet 2023)

31La situation actuelle peut paraître semblable à la période antérieure à 2003 : le CIO ne réglemente pas la participation des athlètes trans. Elle est pourtant bien différente. Avant 2003, la question des athlètes trans était étudiée au cas par cas. Depuis 2021, lorsqu’une fédération émet une règlementation, celle-ci s’applique à tous les athlètes trans de la discipline. De fait, la situation ne peut être similaire puisque, depuis presque un siècle, la presse française approche la question des athlètes trans sous l’angle d’une panique de genre.

32La grille de lecture fournie par les études trans nous permet d’identifier que l’histoire des athlètes trans repose, notamment, sur des discours médiatiques au croisement du sexisme et du cisgenrisme. De 1935 à 2002, les instances sportives ne réglementent pas l’accès au sport des personnes trans mais l’accès à la catégorie femmes. Ces dispositifs, créant une inégalité supplémentaire entre les catégories hommes et femmes, sont motivés notamment par l’inquiétude que les performances des femmes atteignent ou dépassent celles des hommes. Ce faisant, ils excluent également les athlètes intersexes et les athlètes trans. À partir de 2003, le règlement instauré par le CIO permet aux institutions sportives de statuer sur l’inclusion/exclusion des personnes trans. Selon un processus dialectique, le discours sur un avantage indu que posséderaient les femmes trans s’installe sans contrepoids. Pour les journalistes persuadés que les performances des hommes sont naturellement supérieures à celles des femmes, il paraît évident que les femmes trans ne puissent concourir dans la catégorie femmes. Pour les personnes hostiles ou défiantes envers les athlètes trans, les arguments essentialistes fournissent une justification simple à leur exclusion. C’est cependant à partir du règlement de 2015 que la question de l’avantage physique devient le visage de la panique de genre. Le texte du CIO alimente le présupposé d’une supériorité physique des hommes sur les femmes, en obligeant les femmes trans (renvoyées à leur assignation de naissance) à se conformer à des critères hormonaux, alors que les hommes trans peuvent concourir librement. De fait, la panique de genre n’a pas toujours reposé uniquement sur l’avantage indu. Celui-ci faisait partie d’une panoplie plus large d’arguments contre les athlètes trans, au même titre que la contagion ou encore la masculinisation par le sport.

  • 102 Serano, Whipping Girl..., op. cit.

33Le traitement médiatique des JO de 2021 prend un sens nouveau à la lumière de l’historicisation de cette panique de genre. En 2021, 60 % des articles sont consacrés à Hubbard. Elle n’était pourtant pas la seule athlète trans à participer aux JO. C’est en tant que femme « pas assez féminine »102 qu’elle a été repérée comme objet médiatique attractif. Elle est soupçonnée, comme le sont les femmes trans et intersexes, de pouvoir déstabiliser les hiérarchies des performances entre les catégories hommes et femmes. Hubbard a donc fait l’objet d’un traitement misogyne et cissexiste.

  • 103 Nous remercions Alexandre Baril pour ses conseils précieux et les relectrices de Genre & Histoire q (...)

34L’alimentation de la panique de genre est motivée avant tout par des intérêts économiques. Depuis 1935, les articles au titre incitatif dominent. Ces choix commerciaux laissent peu d’espace à une analyse des parcours, perspectives et conditions de vie des athlètes trans aspirant à participer aux compétitions dans la catégorie qui leur correspond. En conséquence, les athlètes trans subissent une visibilité accrue, mais ne disposent pas de l’espace nécessaire pour faire connaître leurs conditions de pratique et de vie. Sans ce contexte précieux, les athlètes trans apparaissent dans le monde sportif comme une nouveauté menaçante. Leur histoire est pourtant presque aussi longue que celle des Jeux olympiques modernes103.

Haut de page

Annexe

Tableau 1

Temporalité

Nombre d’articles

Médias

Sujets abordés

1935-1952

72

Aux écoutes (N, H), Excelsior (N, Q), Match (S, H), Marianne (N, H), Le Petit Provençal (R, Q), Le Petit Marseillais (R, Q), L’Avenir du Tonkin (C, Q), L’Écho d’Alger (C, Q), Le Monde illustré (N, H), Le Quotidien (N, Q), Le Phare (R, Q), Le Petit Troyen (R, Q), Le Journal (N, Q), Ce soir (N, Q), Confession (N, H), Le Progrès de la Somme (R, Q), Le Phare de la Loire (R, Q), Le Petit Courrier (R, Q), La Petite Gironde (R, Q), La Dépêche du Berry (R, Q), La Dépêche (R, Q), L’Express de Mulhouse (R, I), Les Dernières Dépêches de Dijon (R, Q), La Gazette provençale (R, Q), La Bourgogne républicaine (R, Q), L’Humanité (N, Q), L’Aurore (N, Q), L’Aube (N, Q), France-Soir (N, Q), Paris-Presse/L’Intransigeant (N, Q), Combat (N, Q), Le Crapouillot (N, B), La Croix (N, Q)

Zdeněk Koubek (1935-1950), Ratjen (1936-1940), Willy De Bruyn (1937-1938), Jordi Torremadé (1942), Pierre Brésolles (1945-1950), Léon Caurla (1948-1952)

1952-2002

3

Sud-Ouest (R, Q)

Erik Schinegger (1967-1990)

2003-2015

10

Agence France Presse (AFP) (I, C), L’Express (N, H/W), Le Progrès (R, Q/W), Le Nouvel Obs (N, H/W), Le Monde (N, Q/W), Le Figaro (N, Q/W)

Mianne Bagger (2004-2005), Général-Règlements (2004-2008), Kristen Worley (2008), Lana Lawless (2010), Fallon Fox (2013),

2016-2020

30

Libération (N, Q), Ouest-France (R, Q/W), Women Sport (S, T/W), Yagg (L, W), Grazia (F, H/W), Marie-France (F, M/W), AFP (I, C), L’Équipe (S, Q/W), 20 Minutes (N, Q/W), Le Figaro (N, Q/W), Le Point (N, H/W), Komitid (L, W), Huffpost (N, W), Têtu (N, T/W), France Inter (N, W), Charente Libre (R, Q/W), Aujourd’hui en France (N, Q/W), Paris Match (N, H/W), So Foot (S, M/W), Terrafemina (F, W)

Général-Règlements (2016-2020), Chris Mosier (2016-2020), Tifanny Abreu (2018), Patricio Manuel (2018), Rachel McKinnon (2018), Loui Sand (2019), Hannah Mouncey (2019), Mara Gomez (2020), Valentina Petrillo (2020), Quinn (2020)

2021-2022

116

La République des Pyrénées (R, Q/W), AFP (I, C), Courrier International (N, H/W), Komitid (L, W), L’Équipe (S, Q/W), Le Figaro (N, Q/W), Le Point (N, H), Libération (N, Q/W), Ouest-France (R, Q/W), Valeurs actuelles (N, H/W), Le Monde (N, Q/W), Huffpost (N, W), Sciences et Avenir (N, M/W), 20 Minutes (N, Q/W), Aujourd’hui en France (N, Q/W) Closer (F, H/W), Corse Matin (R, Q/W), La Croix (N, Q/W), Le Maine Libre (R, Q/W), Midi Libre (R, Q/W), Presse Océan (R, Q/W), Têtu (L, T/W), Le Point (N, H/W), L’Express (N, H/W), Sport Stratégies (S, W)

Alexia Cerenys (2021), Général-Réglements (2021-2022), Laurel Hubbard (2021), Quinn (2021), Loui Sand (2021), CeCe Telfer (2021), Lia Thomas (2021-2022), Chelsea Wolfe (2021), Emily Bridges (2022)

Type de presse (indiqué en premier) : N = Nationale, R = Régionale, C = Coloniale, I = Internationale, S = Sportive, F = Féminine, L = LGBTI

Périodicité (indiqué en second) : T = Trimestrielle, B = Bimestriel, M = Mensuelle, H = Hebdomadaire, Q = Quotidien, C = Continue, W = Web, I = Inconnu

Haut de page

Notes

1 Chloé Ripert, « JO 2021. Quatre questions sur la participation de Laurel Hubbard, première athlète transgenre aux JO », Ouest-France, [En ligne], 4 août 2021, consulté le 3 mars 2023.

2 Suivant la proposition de Beaubatie dans « Encadré 1 – Terminologie et trouble grammatical » (p. 622), nous utilisons systématiquement le genre d’auto-identification des athlètes et faisons également le choix de n’utiliser que leurs noms de famille. Emmanuel Beaubatie, « Changer de sexe et de sexualité : les significations genrées des orientations sexuelles », Revue française de sociologie, 60, p. 621-649, https://doi.org/10.3917/rfs.604.0621.

3 « Les trans’ sont des personnes qui ne se reconnaissent pas dans la catégorie de sexe qui leur a été assignée et qui entreprennent d’en changer », Emmanuel Beaubatie, Transfuges de sexes, Paris, La Découverte, 2021, p. 7.

4 Pour les personnes trans dans les médias, voir Félix Pavlenko et Alexandre Baril, « Sportif·ves trans, perspectives cis : les athlètes trans sous le regard sensationnaliste de la presse française », Recherches féministes, 36, 2023. Dans le cas des femmes et de ce déni d’antériorité, voir Delphine Naudier, « Les écrivaines et leurs arrangements avec les assignations sexuées », Sociétés contemporaines, 76, 2010.

5 Pour le procès de virilisation, donc des discriminations liées à une apparence jugée trop masculine : Catherine Louveau et Anaïs Bohuon, « Le test de féminité, analyseur du procès de virilisation fait aux sportives », in Thierry Terret (dir.), Sport et genre : « À la conquête d’une citadelle masculine », 1, 2004, p. 87-132. Pour l’histoire du test de féminité, donc des contrôles physio-biologiques des athlètes : Anaïs Bohuon, Catégorie « dames », Éditions iXe, Donnemarie-Dontilly, 2012, et Sonja Erikainen, Gender verification and the making of the female body in sport, New York, Routledge, 2019. Pour l’histoire des réglementations spécifiques aux athlètes trans : Heather Sykes, « Transsexual and transgender policies in sport », Women in Sport & Physical Activity Journal, 15, 2006.

6 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit. ; Erikainen, Gender verification, op. cit.

7 Viviane Namaste, Invisible lives, Chicago, University of Chicago Press, 2000.

8 Traduction libre, ibid., p. 51-52.

9 Nous utilisons « athlètes trans » comme terme générique qui englobe des femmes trans, des hommes trans et des personnes non-binaires prenant part aux activités physiques et sportives.

10 Le cisgenrisme désigne « un système d’oppression […], parfois nommé transphobie » qui « se manifeste sur le plan juridique, politique, économique, social, médical et normatif », Alexandre Baril, « Sexe et genre sous le bistouri (analytique) : interprétations féministes des transidentités », Recherches féministes, 28, 2015, p. 121-141.

11 Le cissexisme désigne le système de hiérarchisation qui rend les personnes trans socialement inférieures aux personnes cis (donc non-trans), Julia Serano, Whipping Girl, Emeryville, Seal Press, 2007, p. 8.

12 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit. ; Erikainen, Gender verification, op. cit.

13 Alexandre Baril, « Société de l’aveu, cis-tème de l’aveu : repenser le consentement à la lumière des images intimes de personnes trans dans les médias », GLAD!, 3, 2018, https://doi.org/10.4000/glad.1260.

14 Karine Espineira, Transidentités, ordre & panique de genre, Paris, L’Harmattan, 2015, p. 18-20.

15 Viviane Namaste, Sex change, social change, Toronto, Women’s Press, 2011, p. 41-59.

16 Serano, Whipping Girl..., op. cit., p. 10.

17 D’un point de vue cisgenre ou cis, donc non-trans.

18 Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit.

19 Karine Espineira, Médiacultures, Paris, L’Harmattan, 2015.

20 Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit. Transitude désigne le fait d’être trans.

21 Ce corpus comprend des titres de presse aux orientations politiques variées. Dans cet article nous nous focalisons sur les pratiques communes observées dans la presse française. Dans de futures recherches, il sera pertinent d’analyser les spécificités du traitement médiatique en fonction des lignes éditoriales.

22 Nous avons également mené une recherche avec les mêmes mots clés pour les médias LGBTI car ceux-ci ne sont pas répertoriés dans Eurêka.

23 La liste des articles a été constituée sur la base de connaissances communautaires, auxquelles nous avons appliqué la méthode boule de neige.

24 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit.

25 Florence Carpentier, « Alice Milliat et le premier “sport féminin” dans l’entre-deux-guerres », 20 & 21. Revue d’histoire, 142, 2019, https://doi.org/10.3917/vin.142.0093.

26 Hommes trans ou personnes non-binaires assignées femmes à la naissance.

27 Selon la formulation principale retenue par la presse.

28 Michal Raz et Loé Petit, Intersexes. Du pouvoir médical à l’autodétermination, Paris, Le Cavalier Bleu, 2023, p. 115-116, 27, 2008, https://doi.org/10.3917/nqf.271.0030.

29 Florys Castan-Vicente, Anaïs Bohuon et Lucie Pallesi, « “Ni de seins, ni de règlement”. L’athlète Violette Morris ou le procès de l’identité sexuée de l’entre-deux-guerres », 20 & 21. Revue d’histoire, 152, 2021, https://doi.org/10.3917/vin.152.0087.

30 Espineira, Transidentités ..., op. cit.

31 « Panique de genre » se réfère au traitement médiatique des personnes trans sur la base du concept de « panique morale » à savoir « un groupe de personnes […] brusquement définies comme une menace pour la société […] stéréotypée[s] par les médias » (Stanley Cohen, Folk devils and moral panics, Granada Publishing, 1973).

32 Espineira, Transidentités ..., op. cit.

33 Dans la presse nationale, régionale, coloniale et sportive. Voir tableau 1.

34 Koubek fait d’ailleurs l’objet d’un traitement médiatique international : Clare Tebbutt, « The Spectre of the “Man-Woman Athlete”: Mark Weston, Zdeněk Koubek, the 1936 Olympics and the Uncertainty of Sex », Women’s History Review, 24, 2015.

35 « Fille ou garçon ? », Excelsior, 6 décembre 1935, p. 8.

36 Pierre Bost, « Confusion et confusions », Marianne, 18 décembre 1935, p. 8.

37 « Encore une championne qui change de sexe ! », Le Petit Parisien, 29 juillet 1937.

38 Sylvie Chaperon, « Préface », in Massimo Prearo, Le moment politique de l’homosexualité. Mouvements, identités et communautés en France, [En ligne], Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014, § 5, https://doi.org/10.4000/books.pul.4395.

39 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit., p. 23.

40 « Une histoire invraisemblable », L’Avenir du Tonkin, 27 février 1936, p. 10.

41 Par exemple : obligation de montrer ses organes génitaux à des médecins pour valider une performance. Bohuon, Catégorie « dames », op. cit., p. 29.

42 « Fausse alerte ! », Match, 10 novembre 1936, p. 6.

43 « Je n’ai jamais été malade (sic) et n’ai jamais vu un docteur ; ce n’est pas maintenant que je vais commencer. », Caurla, in Pelot, « Léa Caurla est entêtée », Paris-Presse, 14 juillet 1948, p. 4.

44 Pelot, Paris-Presse, art. cit.

45 « La délégation française pour Londres coûte 63 millions », Combat, 25 juillet 1948, p. 6. Pour la banalisation des discriminations touchant les athlètes trans dans les médias, voir : Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit.

46 « Que pouvons-nous attendre de nos champions ? », L’Aurore, 27 juillet 1948, p. 3.

47 « Tout compte fait », L’Aurore, 4 octobre 1948, p. 4.

48 « Elle courait vraiment comme un homme ! », L’Aurore, 3 mars 1952, p. 8.

49 « Marie-Thérèse Eyquem […] dirige le sport pour les femmes sous Vichy », Florys Castan-Vicente et al., « Les pionnières du sport international des femmes : Alice Milliat et Marie-Thérèse Eyquem, entre tutelle médicale et non-mixité militante ? », Staps, 125, 2019.

50 Marie-Thérèse Eyquem, « Autour d’une transformation », L’Aube, 15 octobre 1948, p. 4.

51 Susan Stryker, Transgender History, Berkeley, Seal Press, 2008, p. 47-50.

52 Ibid., p. 48.

53 Emily Skidmore, « Constructing the “Good Transsexual”: Christine Jorgensen, Whiteness, and Heteronormativity in the Mid-Twentieth-Century Press », Feminist Studies, 37, 2011, p. 292.

54 Christine Jorgensen, A Personal Autobiography, San Francisco, Cleis Press Inc., 2000, p. xiv.

55 Beans Velocci, « Standards of Care. Uncertainty and Risk in Harry Benjamin’s Transsexual Classifications », TSQ, 4, 2021, p. 463 et 468-471.

56 À savoir, l’injonction à ne pas transitionner ou à devenir invisible en tant que personne trans.

57 Riki Wilchins, Read My Lips. Sexual subversion and the End of Gender, New York, Firebrand Books, 1997.

58 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit.

59 Comité international olympique, « Réunion de consensus du CIO sur le changement de sexe et l’hyperandrogénisme ». https://stillmed.olympic.org/Documents/Commissions_PDFfiles/Medical_commission/2015-11_ioc_consensus_meeting_on_sex_reassignment_and_hyperandrogenism-fr.pdf (consulté le 1er juillet 2024).

60 « Un transsexuel australien sur le circuit européen dames en 2005 », AFP, 3 novembre 2004.

61 Tom, « Informations sur le fonctionnement des équipes médicales », L’Identitaire, 27, 2003, p. 19. Archives personnelles de Natacha Taurisson.

62 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit.

63 Gérard Nicaud, « Des anneaux pour les dames », Le Figaro, 4 août 2008, p. 5

64 Kristen Worley et Johanna Schneller, Woman Enough: How a Boy Became a Woman and Changed the World of Sport, Toronto, Random House Canada, 2019.

65 Anaïs Bohuon et Lucie Pallesi, « Ne plus se laisser prendre à leurs Jeux. Transidentité et intersexuation versus la bicatégorisation sexuée. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 158, 2023.

66 Clément Daniez, « Fallon Fox, première combattante transgenre du MMA », L’Express, [En ligne], 13 mars 2013, § 5, https://www.lexpress.fr/sport/fallon-fox-premiere-combattante-transgenre-du-mma_1230943.html (consulté le 15 juin 2024).

67 Daniez, « Fallon Fox... », art. cit., § 3.

68 Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit.

69 Serano, Whipping Girl..., op. cit., p. 29.

70 E-Alliance, « Transgender Women Athletes and Elite Sport: A scientific Review », The Canadian Center for Ethics in Sport (CCES), 2022. https://cces.ca/transgender-women-athletes-and-elite-sport-scientific-review (consulté le 15 juin 2024).

71 Baril, « Société de l’aveu... », art. cit.

72 Baril, « Sexe et genre… », art. cit.

73 Serano, Whipping Girl..., op. cit., p. 25.

74 Romain Mangattale, « Les athlètes transgenres ont-ils un avantage sur leurs adversaires ? », Ouest-France, 4 août 2016, https://www.ouest-france.fr/jeux-olympiques/les-athletes-transgenres-ont-ils-un-avantage-sur-leurs-adversaires-4402468 (consulté le 15 juin 2024).

75 Anaïs Bohuon et Irène Gimenez, « Performance sportive et bicatégorisation sexuée. Le cas de María José Martínez Patiño et le problème de l’avantage “indu” », Genèses, 115, 2019, https://doi.org/10.3917/gen.115.0009.

76 Serano, Whipping Girl..., op. cit., p. 29-30.

77 Guillaume Paret, « Boxe : Patricio Manuel, premier transgenre à remporter un combat », Le Point, 10 décembre 2018, https://www.lepoint.fr/sport/boxe-patricio-manuel-premier-transgenre-a-remporter-un-combat-10-12-2018-2277944_26.php#11 (consulté le 15 juin 2024).

78 Pour une définition du concept, voir Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit.

79 Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit.

80 « Hannah Mouncey, un renfort de poids », Charente Libre, 2 janvier 2019, p. 29.

81 « Paula Radcliffe veut un renforcement du règlement concernant les sportifs transgenres », L’Équipe, 6 mars 2019, https://www.lequipe.fr/Athletisme/Actualites/Paula-radcliffe-veut-un-renforcement-du-reglement-concernant-les-sportifs-transgenres/995609 (consulté le 15 juin 2024).

82 Pavlenko/Baril, « Sportif·ves trans... », art. cit.

83 Louise des Places, « Pour Martina Navrátilová, les athlètes transgenres féminines sont des “tricheuses” », Têtu, 18 février 2019, https://tetu.com/2019/02/18/martina-navratilova-les-athletes-transgenres-feminines-sont-des-tricheuses/ (consulté le 15 juin 2024).

84 Ibid.

85 Andrew Alderson, « L’altérité d’une haltérophile », L’Équipe magazine, traduit par Cécile Hermelin, 10 juillet 2021, p. 42.

86 Victor Cousin, « JO de Tokyo : Laurel Hubbard, la première transgenre aux Jeux olympiques, entre en lice ce lundi », Aujourd’hui en France, 2 août 2021, https://www.leparisien.fr/sports/JO/jo-de-tokyo-laurel-hubbard-la-premiere-transgenre-aux-jeux-olympiques-entre-en-lice-ce-lundi-02-08-2021-OWWLWR7BCJH7THE7LKFJTN3ICI.php (consulté le 15 juin 2024).

87 Ibid.

88 « Jeux olympiques : un haltérophile transgenre autorisé à participer à la compétition féminine », Valeurs actuelles, 21 juin 2021, https://www.valeursactuelles.com/monde/jeux-olympiques-un-halterophile-transgenre-autorise-a-participer-a-la-competition-feminine (consulté le 15 juin 2024).

89 « À Tokyo, Laurel Hubbard, première athlète transgenre à participer aux Jeux », Libération, 2 août 2021, https://www.liberation.fr/sports/jeux-olympiques/a-tokyo-laurel-hubbard-premiere-athlete-transgenre-a-participer-aux-jeux-20210802_Z3O5GPB6LJHCXK3REZJRR4BEAM/ (consulté le 15 juin 2024).

90 Aurélien Bouisset, « Le poids de l’histoire », L’Équipe, 3 août 2021, p. 14.

91 Cousin, « JO de Tokyo... », art. cit.

92 « Tokyo 2020 : l’haltérophile transgenre Laurel Hubbard n’a réussi à soulever aucune barre », Midi Libre, 2 août 2021, https://www.midilibre.fr/2021/08/02/tokyo-2020-lhalterophile-transgenre-laurel-hubbard-na-reussi-a-soulever-aucune-barre-9709796.php (consulté le 15 juin 2024).

93 Ripert, « JO 2021... », art. cit.

94 « Natation : création d’une “catégorie ouverte” où pourront concourir les transgenres », AFP, 19 juin 2022.

95 Bohuon, Catégorie « dames », op. cit.

96 Estelle Aubin, « Le succès de la nageuse transgenre Lia Thomas crée des remous », Libération, 26 mars 2022, https://www.liberation.fr/societe/droits-des-femmes/le-succes-de-la-nageuse-transgenre-lia-thomas-cree-des-remous-20220326_I2F4XC5N4FFS5IEFXAPJ6EJJ6Q (consulté le 15 juin 2024).

97 « La nageuse transgenre américaine Lia Thomas veut se qualifier pour les JO », AFP, 3 mars 2022.

98 « Natation : création... », AFP, art. cit.

99 Ibid.

100 « Des instances à deux vitesses », Ouest-France, 18 janvier 2022, p. 22.

101 Traduction libre des propos d’une cycliste trans : Emily Bridges, Instagram, 14 juillet 2023, https://www.instagram.com/p/Curo7iksfbL/?img_index=1 (consulté le 15 juin 2024).

102 Serano, Whipping Girl..., op. cit.

103 Nous remercions Alexandre Baril pour ses conseils précieux et les relectrices de Genre & Histoire qui nous ont permis de renforcer notre article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félix Pavlenko et Karl Ponthieux Stern, « Des athlètes trans aux Jeux olympiques ? Histoire d’une panique de genre dans la presse française (1935-2022) »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9027 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y91

Haut de page

Auteurs

Félix Pavlenko

Institut d’études féministes et de genre de l’Université d’Ottawa, felix.pavlenko@uottawa.ca

Karl Ponthieux Stern

Département d’histoire de l’Université Concordia, Montréal, karl.ponthieux@outlook.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search