Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Entre censure politique et domina...

Entre censure politique et domination masculine : représentations des sportives olympiques dans les biopics chinois (1981-2022)

Between political censorship and male domination: representations of female Olympic athletes in Chinese biopics (1981-2022)
Siyao Lin

Résumés

En 2021, l’affaire Peng Shuai, joueuse de tennis chinoise qui a osé dénoncer publiquement les abus sexuels dont elle aurait été victime de la part de l’ex-dirigeant communiste Zhang Gaoli, interpelle encore une fois sur la place des sportives en Chine. Si les autorités de ce pays promeuvent activement une image glorieuse des sportives dans les représentations médiatiques, et notamment dans les biopics olympiques, il faut éviter d’assimiler ces films à un réel mouvement d’émancipation féminine. À partir des analyses de huit biopics chinois centrés sur des sportives olympiques, cet article montrera tout d’abord comment ces biopics, en jonglant entre fiction et réalité, glorifient les exploits des sportives olympiques ; ensuite, une analyse figurative mettra en avant les stratégies narratives qui limitent les personnages à la figure de la « bonne fille de la patrie » dans les compétitions internationales ; finalement, une étude des sportives d’ethnies minoritaires permettra de mieux comprendre les multiples rapports de force et la métaphore des Jeux olympiques dans la propagande politique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En ce qui concerne les noms chinois, cet article met le nom de famille devant le prénom, comme le v (...)
  • 2 La nature du régime chinois d’aujourd’hui a partagé les chercheurs. Cet article utilise sans distin (...)

1En 2021, la question récurrente des rapports de domination entre les femmes et les hommes s’est encore posée avec l’affaire Peng Shuai1. Cette joueuse de tennis chinoise, qui a publiquement accusé l’ex-dirigeant communiste Zhang Gaoli d’abus sexuels, a disparu du circuit international avant de ne faire que de rares apparitions contrôlées par les autorités chinoises. Au-delà de son écho au mouvement #MeToo dans le sport, cette affaire soulève des interrogations sur la position et le statut des sportives professionnelles en Chine. Quelles images de ces dernières promeuvent les autorités chinoises dans les représentations médiatiques, et notamment cinématographiques, et quels liens entre un État socialiste2 et ses sportives révèlent ces images ?

  • 3 Nous avons analysé l’image filmique des sportives chinoises en général dans la thèse doctorale : Si (...)
  • 4 Delphine Letort et Taïna Tuhkunen, « “Inspiré d’une vie” : le genre biopic en question », Revue LIS (...)
  • 5 Weiqiong Shen et Xuemei Ma, « 新世纪第二个十年中国传记电影概观 [L’aperçu des biopics chinois de la deuxième décenni (...)
  • 6 Seán Crosson, Sport, Film and National Culture, Abingdong et New York, Routledge, 2020.
  • 7 Ce surnom a été créé par la presse occidentale à la fin du xixe siècle pour désigner le gouvernemen (...)
  • 8 Zheng Wang, Never Forget National Humiliation: Historical Memory in Chinese Politics and Foreign Re (...)
  • 9 A. Shuman, « No Longer “Sick”… », art. cit.

2Nous nous pencherons particulièrement sur l’image filmique des sportives olympiques3. Si le cinéma de fiction propose une réflexion subjective de la société, le genre du biopic – films de fiction s’inspirant d’une personnalité réelle – offre notamment une opportunité d’explorer la manière dont les faits réels sont façonnés par les cinéastes. Ce faisant, il révèle « une perception idéologique instable des personnages et des événements » et « les choix politiques d’une production cinématographique populaire4 ». Les biopics chinois, souvent à vocation éducative, cherchent à « construire la mémoire collective de la nation5 ». Il n’est donc pas étonnant que les Jeux olympiques (JO) – vecteurs courants du nationalisme, dans la réalité comme dans les films6 – en deviennent un sujet récurrent. Il convient de rappeler que pour la Chine, les succès olympiques revêtent ainsi une importance particulière, symbolisant le dépassement de l’image d’un pays autrefois qualifié d’« homme malade de l’Asie orientale (Dongya Bingfu)7 ». Selon le politiste Zheng Wang, la mise en avant de cette mémoire de « l’humiliation nationale » permet au gouvernement chinois de légitimer son pouvoir en insistant sur le rôle crucial qu’il a joué dans la transformation du pays en une puissance sportive majeure, passant d’un seul participant et d’aucune médaille en 1932 à 51 médailles d’or en 20088. Dans le même temps, les athlètes olympiques deviennent des ambassadeur·rices de la Chine à l’échelle internationale, tout en offrant un modèle patriotique pour le peuple chinois9.

  • 10 Viridiana Lieberman, Sports Heroines on Film: A Critical Study of Cinematic Women Athletes, Coaches (...)
  • 11 A. Shuman, « No Longer “Sick”… », art. cit.
  • 12 Yunxiang Gao, « Sex, Sports, and China’s National Crisis, 1931-1945: The “Athletic Movie Star” Li L (...)

3Les biopics olympiques chinois ne manquent pas d’attribuer cette position de héros national aux personnages féminins, contrairement à la faible visibilité de sportives dans l’histoire du cinéma occidental10. Certain·es chercheur·ses doivent cette forte représentation féminine dans le cinéma chinois au discours communiste dominant qui exhorte les femmes à jouer un rôle actif dans la construction sociale11. Il convient néanmoins de signaler que, bien avant l’arrivée au pouvoir du Parti communiste en 1949, l’image de la sportive chinoise était déjà largement mise en avant tout en étant étroitement liée au nationalisme. Le tout premier film chinois sur le sport, Sports queen, de Sun Yu (1934), portait bien sur une femme, une sprinteuse qui se retire de la compétition pour rappeler à ses compatriotes chinois le « vrai esprit » du sport : celui de s’exercer afin de mieux protéger la nation alors envahie. En effet, dans les années 1930-1940, le corps robuste et athlétique des femmes de la classe moyenne était promu comme une métaphore de la nouvelle nation moderne et servait ainsi de moyen d’éducation patriotique sous le gouvernement du Kuomintang (littéralement « Parti nationaliste chinois », au pouvoir entre 1928 et 1949 en Chine continentale), en réponse au militarisme japonais12.

  • 13 Miao Chi, « Genre, corps et politique : le cinéma sur le sport féminin à l’époque de Mao Zedong (19 (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Lucien Bianco, « Mao et son modèle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 101, 2009, p. 81‑93.
  • 16 Éric R. J. Hayot, Chinese Dreams: Pound, Brecht, Tel Quel, Ann Arbor, University of Michigan Press, (...)
  • 17 Daisy Yan Du, « Socialist Modernity in the Wasteland: Changing Representations of the Female Tracto (...)

4Durant la période maoïste (1949-1976), le nouveau gouvernement communiste continue de représenter les sportives comme un modèle d’engagement patriotique, mais aussi idéologique, à travers quatre longs-métrages produits, distribués et projetés par l’État13. Parmi eux figure, entre autres, La Basketteuse no 5, de Xie Jin (1957), qui célèbre les réalisations du gouvernement maoïste en mettant en parallèle les destins distincts de deux générations de joueurs et de joueuses. Tout comme Sports queen, les films de cette époque-là ne mettaient pas l’accent sur les victoires, mais plutôt sur la promotion d’une certaine voie vers une nouvelle société, en l’occurrence une société communiste14. La recherche de victoires sportives est même parfois représentée comme un acte égoïste et nuisible à la solidarité communiste, comme dans Sisters on Ice, un autre film maoïste réalisé en 1959 par Wu Zhaodi. En suivant une stratégie propagandiste inspirée du modèle soviétique15, l’image de la sportive, comme celles de la femme soldat16 ou de la conductrice de tracteur17 (entre autres, des travailleuses), a contribué à un contrôle des corps et à une mobilisation populaire en vue de la reconstruction nationale après la guerre civile.

  • 18 S. Lin,

5Ouverte graduellement au monde depuis la réforme économique en 1978, la Chine s’est activement impliquée dans les rencontres sportives internationales hors du cercle communiste (notamment aux JO depuis 1979), tout en réformant son système sportif. Ces évolutions se reflètent également dans le cinéma. Un exemple notable est Female coach & male players (« Nü Shuai Nan Bing »), de Qi Jian (2000), qui met en scène une équipe de basket-ball sponsorisée par une entité privée18. Cependant, la formation des sportif·ves professionnel·les reste largement prise en charge par l’État, et les biopics olympiques semblent également en marge de cette nouvelle tendance filmique en perpétuant la classique narration patriotique.

  • 19 Lingzhen Wang, Revisiting Women’s Cinema: Feminism, Socialism and Mainstream Culture in Modern Chin (...)
  • 20 Dai Jinhua, 镜城突围: 女性电影文学 [Briser la cité des miroirs : femme, film et littérature], Pékin, Writer (...)

6Si l’image de la sportive olympique chinoise est clairement orientée par un discours nationaliste, il est essentiel de ne pas négliger les enjeux de genre qui sous-tendent la représentation filmique des femmes. Dans un contexte postcolonial, les études féministes actuelles se focalisent sur les pays occidentaux, laissant souvent de côté d’autres régions du monde telles que les nations socialistes et postsocialistes. Le livre intitulé Revisiting Women’s Cinema: Feminism, Socialism and Mainstream Culture in Modern China est l’un des rares travaux non-sinophones abordant l’image féminine dans le cinéma chinois19. La sinologue chinoise Dai Jinhua, quant à elle, compare la situation des Chinoises modernes à une « cité de miroirs », où elles se définissent à travers les multiples relations de domination (des « miroirs ») – l’homme sur la femme, l’État nationaliste sur son peuple, la culture occidentale sur la culture orientale postcoloniale –, sans savoir qui elles sont réellement, ou comment développer un discours féministe qui leur soit propre20.

  • 21 Précisons que l’identification des ethnies est une campagne récente, démarrée par les autorités apr (...)
  • 22 Esther Yau, « Is China the End of Hermeneutics? Or, Political and Cultural Usage of Non-Han Women i (...)
  • 23 Sirma Bilge, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, 225, 2009, p. 70‑88.
  • 24 Pascal Gillon, « Une lecture géopolitique du système olympique », Annales de géographie, 680, 2011, (...)
  • 25 Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil, 1999, p. 156.

7Pour ce qui est des biopics olympiques, un autre « miroir » à considérer est celui de la domination ethnique. Rappelons que le peuple chinois se compose d’une ethnie principale, les Han, et de 55 ethnies minoritaires autochtones21 – ou Shaoshu Minzu qui signifie « ethnie de petit nombre » – qui représentent 8,87 % de la population totale. Les femmes non-han dans les films chinois, à en croire Esther Yau, sont souvent cantonnées à des stéréotypes exotiques et à une narration moralisatrice, contribuant ainsi à l’illusion d’une « harmonie nationale facilement accomplie » sans remettre en question « la supériorité culturelle des Han22 ». Lorsque l’identité ethnique se mêle au sujet du sport, qui est régulièrement utilisé comme outil de propagande nationaliste en Chine, quelle image des ethnies minoritaires émerge du cinéma ? Dans cette perspective, cet article s’inscrit dans une approche intersectionnelle mettant en lumière l’articulation des différentes formes de dominations (sexiste, raciste, étatique, etc.) et les expériences des groupes multiplement marginalisés23. Nos analyses s’inscrivent également dans les études de la culture du sport – en particulier les Olympic studies qui étudient les Jeux comme une « arène des relations internationales24 » – et dans les études cinématographiques qui reconnaissent le rôle de la production culturelle dans la construction et la transmission des discours communément adoptés25.

8Cet article examinera dans une première partie le récit souvent élogieux des biopics analysés, qui érigent les sportives olympiques en modèles pour la nation. Dans une deuxième partie, une analyse figurative montrera comment ce modèle patriotique parvient à une éducation morale du peuple chinois, en perpétuant non seulement le rapport entre l’individu et la collectivité, mais aussi celui entre hommes et femmes. Enfin dans une dernière partie, la focale placée sur deux films mettant en scène des ethnies minoritaires permettra de mieux comprendre les multiples rapports de force et le rôle paternaliste que prennent les autorités chinoises.

Corpus et méthodologie

9Les analyses portent sur huit biopics produits en Chine continentale, identifiés à partir des recherches sur internet (tableau 1). Chaque film retrace l’histoire d’une sportive réelle ayant participé aux Jeux olympiques, soit en tant que compétitrice, soit en tant qu’entraîneuse, bien que parfois les JO ne soient pas directement représentés. Un premier regard sur l’année de production des films révèle que la représentation des sportives olympiques chinoises sur grand écran a commencé à se développer vers la fin de la première décennie du xxie siècle, une tendance expliquée en partie par l’accueil des Jeux olympiques en 2008 par Pékin. Deux biopics sur le patinage de vitesse sur piste courte sont sortis en 2022, rendant hommage aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin la même année. Ainsi, les JO ont considérablement accru la visibilité des sportives chinoises au cinéma. Par ailleurs, deux films produits après 2020 placent leur héroïne dans le rôle de leadership, celui d’entraîneuse, comme le personnage inspiré librement de Li Yan, ancienne entraîneuse nationale de patinage de vitesse sur piste courte, dans FlySkating Star. Cette évolution peut être interprétée comme un reflet de celle des femmes dans le sport chinois, voire dans la société dans son ensemble.

  • 26 Guoqiang Peng, « Growth Characteristics, Influencing Factors and Practical Enlightenment of Chinese (...)
  • 27 北京宣传文化引导基金2023年度电影项目征集公告 [Appel à projets du Fonds directif pour la propagande et la culture de Pék (...)

10Les disciplines les plus fréquemment représentées dans ces biopics ne correspondent pas à celles où les sportives chinoises ont remporté le plus de médailles d’or (plongeon, haltérophilie et natation26). Les réalisateurs montrent un intérêt particulier pour les victoires emblématiques de la Chine aux JO, telles que la première médaille d’escrime (dans Jian Hun, 1981) ou la première médaille paralympique (Colors of the Blind, 1997). Ce choix de sujets s’aligne sur les stratégies de propagande du gouvernement chinois visant à renforcer l’image d’une puissance émergente à travers ses succès sportifs. Ces huit biopics, principalement produits ou coproduits par des organismes officiels, bénéficient tous du soutien des autorités sous diverses formes et peuvent ainsi être considérés comme conformes au discours politique dominant. Par exemple, Breaking through (2022), inspiré de l’histoire de Yang Yang, championne de patinage de vitesse aux Jeux olympiques d’hiver de Salt Lake City en 2002, a reçu un financement de l’État, par le « Fonds directif pour la propagande et la culture de Pékin (Beijing Xuanchuan Wenhua Yindao Jijin) ». Dans son appel à projets, ce fonds affirme privilégier les films sur « des modèles moraux et des héros civils27 ». Ce film a en outre obtenu des autorisations de tournage dans certains sites réservés aux équipes de haut niveau, entre autres leurs centres d’entraînement. Finalement, une dizaine de sportif·ves réel·les, de niveau provincial ou national, se sont engagé·es pour doubler les personnages ou offrir des conseils techniques – une implication qui nécessite l’approbation du gouvernement dans le système étatique du sport.

  • 28 Raphaëlle Moine, « Le genre biopic » dans Biopic : de la réalité à la fiction, Rémi Fontanel, Paris (...)
  • 29 Thomas Bauer, La Sportive dans la littérature française des Années folles, Villeneuve-d’Ascq, Press (...)
  • 30 Ibid., p. 19.

11Quant à l’analyse du genre du biopic, le choix du corpus a été guidé par le respect de trois critères établis par Raphaëlle Moine28 : la présence d’un personnage factuel dans le scénario, l’impact de ce personnage sur la sphère publique, et la narration fictionnelle qui différencie le film du documentaire. Toutefois, la nature subjective de la fiction appelle à un recul épistémologique. Force est de « distinguer ce qui relève des représentations collectives et de l’imaginaire individuel29 », mais aussi d’« analyser avec précision les points de convergence et de divergence entre réalité et imaginaire30 ». Pour ce faire, il est nécessaire de ne pas analyser de la même façon les films issus de la production commerciale et populaire et ceux d’artistes engagés (films d’auteur) à réception plus restreinte. De plus, l’analyse des composants expressifs (images, sons, paroles) s’avère essentielle, et d’autres sources d’informations doivent aussi être explorées, notamment la biographie des personnalités ayant inspiré les films, les études cinématographiques, les articles dans la presse généraliste ou spécialisée (y compris les critiques du film, les interviews de l’équipe du film et les reportages sur des événements sportifs représentés) et les témoignages des réalisateur·rices et des comédien·nes livrés ici et là lors de la promotion du film.

  • 31 Nous avons gardé le titre anglais officiel du film, faute de quoi une version phonétique du titre c (...)

Tableau 1. Biopics traités31

Titre

Date

Sport

Sportive concernée

Rôle incarné

Jian Hun

[Âme de l’épée]

1981

Escrime

Luan Jujie

Sportive

Colors of the Blind

1997

Course à pied

Ping Yali

Sportive

Shinning Feathers

2008

Badminton

Tang Jiuhong
et al.

Sportive

A Girl of archery village

2013

Tir à l’arc

Guo Meizhen

Sportive

40 000 Kilometers

2017

Course à pied

Qieyang Shenjie

Sportive

Leap

2020

Volley-ball

Lang Ping
et al.

Sportive/

entraîneuse

Breaking through

2022

Patinage de vitesse sur piste courte

Yang Yang

Sportive

FlySkating Star

2022

Patinage de vitesse sur piste courte

Li Yan

Entraîneuse

Un récit élogieux

  • 32 Rémi Fontanel, « Le biopic du sportif américain », Revue LISA/LISA e-journal, 2016, XIV. https://ww (...)

12« Comme vous le savez, un match entre la Chine et les États-Unis n’est jamais qu’un simple match sportif », dit en voix off le commentateur du volley-ball féminin aux Jeux olympiques de Pékin 2008, dans la scène inaugurale de Leap (2020), soulignant la portée symbolique et politique des compétitions sportives internationales. Les biopics étudiés présentent souvent des personnalités sportives réelles dont le parcours exemplaire est érigé en modèle pour la nation. Ils participent ainsi, comme le constate Rémi Fontanel en ce qui concerne les biopics américains, à « un discours politiquement marqué car fortement emblématisé par une personnalité ayant existé dont l’attitude et le parcours exemplaires servent de modèles pour la nation […]32 ». Afin de comprendre pleinement ce récit élogieux nationaliste des biopics chinois, il est essentiel d’analyser la façon dont ils jonglent entre la réalité et la fiction et comment ils contribuent à façonner la mémoire collective et l’imaginaire national. Leap constitue un exemple significatif de cette dynamique.

  • 33 Zhao Xiaotong, « L’étude de la mémoire médiatique du volleyball féminin par le Quotidien du peuple  (...)
  • 34 Margaret Carlisle Duncan, « A Hermeneutic of Spectator Sport: The 1976 and 1984 Olympic Games », Qu (...)

13Le biopic sportif, en tant que genre cinématographique, rend hommage à un événement ou une personnalité ayant marqué leur époque. En retraçant le parcours des athlètes chinoises, ces films témoignent de leur importance dans la culture nationale et de la volonté publique de perpétuer leur héritage dans la mémoire collective. Le film Leap est fondé sur l’histoire de l’équipe féminine de volley-ball durant quatre décennies (1979-2016), notamment en suivant la vie de Lang Ping, ancienne volleyeuse nationale qui a brillé par la suite en tant qu’entraîneuse. Lang Ping est remarquable à bien des égards, étant la première volleyeuse à remporter une médaille d’or olympique à la fois en tant que joueuse et en tant qu’entraîneuse. Cependant, l’importance du volley-ball féminin va au-delà de son seul parcours individuel, jouant un rôle symbolique dans le discours national chinois. Les cinq victoires internationales du volley-ball féminin chinois entre 1981 et 1986, y compris la médaille d’or aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984, sont souvent présentées comme une métaphore du redressement national dans les médias officiels chinois : un article publié en 1981 dans le Quotidien du peuple, organe du gouvernement chinois, s’intitule bien « suivre le modèle du volley-ball féminin et rétablir la Chine33 ». L’engouement du public pour ces joueuses se manifeste également dans la culture populaire, comme en témoigne la tendance à donner leurs prénoms à des nouveau-nés34.

  • 35 Jessica Kiang, “Leap” Review: Glossy Chinese Sports Drama Gives Good Volleyball, Gong Li and Not Mu (...)

14Les exploits sportifs de l’équipe chinoise de volley-ball, déjà remarquables, sont amplifiés dans le film Leap par le cinéaste Peter Chan, qui prend des libertés avec la réalité. Tout d’abord, le film se concentre uniquement sur les victoires les plus glorieuses de la véritable Lang Ping, évitant toute mention de ses échecs. Par exemple, lors des Jeux olympiques de Rio en 2016, le réalisateur choisit de mettre en scène le quart de finale où les volleyeuses sous la direction de Lang Ping affrontent l’équipe du pays hôte, le Brésil, au lieu de la demi-finale ou de la finale. Son objectif est certainement de rendre le scénario plus spectaculaire : dans ce match, les volleyeuses chinoises ont perdu très nettement le premier set 15-25, mais ont réussi à se qualifier pour la demi-finale et ce, malgré un public hostile dans les gradins. Ensuite, ce biopic tronque certaines parties importantes de la vie de Lang Ping afin de rendre le personnage moins rebelle face aux autorités chinoises. En 1985, la Lang Ping réelle partit à la retraite en tant que volleyeuse. Son refus d’un poste de fonctionnaire pour étudier à l’université normale de Pékin, puis son départ aux États-Unis, ne sont que brièvement mentionnés dans le film, avec une simple phrase dans les sous-titres qui dit qu’« elle part étudier aux États-Unis ». « Nous n’apprenons jamais pourquoi cette femme patriotique a quitté son pays natal et son retour n’est pas aussi émouvant qu’il le devrait, » déplore Jessica Kiang, journaliste au magazine américain Variety35. Enfin, le film défigure l’histoire réelle en faveur de l’héroïne, en dépréciant surtout le rôle de Chen Zhonghe, le coach national précédant Lang Ping, afin de faire ressortir, dans le film, l’importance de cette dernière pour le volley-ball féminin chinois. Ces choix de narration, bien que dramatiquement efficaces, édulcorent la réalité et altèrent la véritable histoire de Lang Ping et de son équipe.

15Dans Leap, le personnage de Lang Ping est aussi sacralisé par le discours nationaliste qu’il véhicule, puisqu’il est dépeint comme représentant de la Chine dans les compétitions internationales. Son patriotisme est particulièrement mis en avant lors du match entre la Chine et les États-Unis aux Jeux olympiques de Beijing en 2008. À l’issue de ses études aux États-Unis, Lang Ping devient coach de l’équipe américaine, ce qui la place dans une situation délicate lorsqu’elle doit affronter l’équipe de son pays natal dirigée par Chen Zhonghe, son ancien coach adjoint qui était aussi son meilleur ami. Malgré la victoire des États-Unis, Lang Ping ne peut partager l’immense joie de ses joueuses américaines, ce qui la pousse à démissionner l’année même pour prendre la tête de l’équipe chinoise. Lorsque cette dernière remporte la médaille d’or aux Jeux olympiques de Rio en 2016, la joie du personnage de Lang Ping, bien que retenue, contraste avec sa morosité après la victoire américaine en 2008. À cela doit s’ajouter une longue séquence figurant les athlètes chinoises en haut du podium accompagnées par l’hymne national et le drapeau chinois en voie d’être hissé. La victoire olympique – d’une volleyeuse « égarée » qui finit par regretter sa « trahison » et retourner servir sa patrie  devient ici une métaphore du triomphe de l’idéologie chinoise sur celle des États-Unis.

  • 36 James Riordan et Jinxia Dong, « Chinese women and sport » dans Sport and Physical Education in Chin (...)

16Coproduit par le Département de la propagande du Comité central du Parti communiste chinois et l’Administration nationale des Sports, Leap se conforme en effet au discours dominant du régime communiste, qui assure sa propagande politique via la valorisation des championnes sportives36. Salué par la critique cinématographique, ce biopic a remporté trois prix – ceux du meilleur film de fiction, du meilleur scénario et du meilleur directeur de la photographie – et obtenu cinq nominations lors des Golden Rooster Awards 2020, un des trois festivals cinématographiques les plus prestigieux en Chine continentale. Il a également connu un succès commercial colossal et a engrangé près de 58 millions de yuans (environ 7 millions d’euros) le jour de la sortie, prenant la tête du box-office pendant la première semaine (avec un total de 834 millions de yuans). Ainsi, l’image élogieuse de la sportive que véhicule l’œuvre de Peter Chan plaît à la fois aux autorités chinoises, aux professionnels et au public.

Figure 1. Leap, de Peter Chan (2020)

Figure 1. Leap, de Peter Chan (2020)

Le slogan figurant sur le mur signifie « sortir de l’Asie pour aller vers le monde ».

Bonne fille de la patrie

  • 37 Laura Mulvey, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », in Laura Mulvey (dir.), Visual and Other Pl (...)
  • 38 Jayne Caudwell, « Girlfight and Bend it Like Beckham: Screening Women, Sport, and Sexuality », Jour (...)
  • 39 Xia Guo, 新世纪华语体育电影中女性形象塑造研究 [The Studies about female image creation in new century of Chinese spor (...)
  • 40 Caibin Chen, « 略论中国现代妇女解放运动中女性意识的独特形态:无性化 [Une brève discussion sur la forme particulière de consci (...)
  • 41 Ce personnage ressemble dans ce sens à la figure courante du « mentor socialiste » dans les « ficti (...)
  • 42 Ce type d’injonction au patriotisme reste très fréquent dans les films récents. Dans Breaking throu (...)

17Cependant, au-delà de cet éloge, la question demeure de savoir comment ces héroïnes sont construites comme de véritables modèles au service de l’éducation morale du peuple chinois. Elles sont d’abord soumises à des rapports de genre qui ne prennent pas exactement la même forme que dans les films occidentaux. Le male gaze (regard masculin), concept initié par Laura Mulvey, considère que la culture visuelle dominante impose une perspective patriarcale et érotise le corps des femmes37. Certaines études sur les films anglophones montrent, en effet, que les sportives se trouvent habituellement dans des récits sentimentaux dévalorisant leur performance38. Cependant, ce stéréotype, qui renforce l’idée reçue selon laquelle le sport est une activité réservée aux hommes, est rarement présent dans notre corpus. Leurs exploits sportifs étant largement mis en avant, les sportives chinoises à l’écran sont souvent considérées comme « déféminisées39 » ou « asexuées40 » par une diégèse qui relègue la romance au second plan au profit de la narration patriotique. La domination masculine n’est pourtant pas absente si nous prenons en compte l’omniprésence d’un personnage masculin en tant que moralisateur41. Souvent coach ou haut fonctionnaire, il sert à ramener sur le bon chemin les sportives considérées comme immatures ou égarées, les exhortant à se sacrifier pour la patrie. Un exemple est l’entraîneur dans Jian Hun (1981), un biopic librement inspiré de l’histoire de Luan Jujie, escrimeuse championne de fleuret aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984. En travaillant jusqu’à perdre connaissance à la suite d’une crise cardiaque, l’entraîneur montre à sa jeune disciple un modèle patriotique et l’incite à réaliser leur souhait commun : « que le drapeau chinois se hisse pour la première fois dans un match d’escrime international42 ». Il se charge non seulement de la formation physique de l’héroïne, mais aussi de son éducation morale, principalement nationaliste.

18Ainsi, le male gaze est relégué en arrière-plan dans les biopics olympiques chinois, où il prend la forme d’un simple reflet du national gaze qui dicte les comportements à adopter par les sportives. Ce « regard de l’État » se manifeste notamment par trois trames scénaristiques. Tout d’abord, les héroïnes sont généralement issues de milieux modestes ou ont été marquées par des traumatismes, jusqu’à ce qu’un agent public reconnaisse leur potentiel et les aide à s’élever. Cet agent peut être un entraîneur de haut niveau, comme celui dans Colors of the Blind (1997) ; ou un simple enseignant d’école, comme dans Shinning Feathers (2008), long-métrage inspiré d’un enseignant d’école primaire ayant formé plusieurs championnes mondiales de badminton. Cette sélection publique particulièrement valorisée dans les biopics véhicule un message clair : le soutien étatique est indispensable pour la réussite des athlètes. Ensuite, le regard de l’État se manifeste par l’intrigue classique du réveil patriotique des sportives. Leurs techniques ayant été aiguisées à force d’entraînement, elles sont confrontées à un obstacle final : une volonté vacillante. Il revient alors à l’État de réveiller leur conscience patriotique pour qu’elles puissent poursuivre leur progression, comme ce que fait l’entraîneur dans Jian Hun. Enfin, lors du match ultime du film, la protagoniste peut se trouver devant un choix cornélien entre l’État d’une part, et la famille ou l’ami, l’entraîneur, voire sa propre vie d’autre part. C’est bien cette dernière qui est mise en jeu pour Xiaojuan, dans Jian Hun. Lors de la finale de fleuret des Championnats du monde juniors d’escrime, en 1978 à Madrid, l’épée de son adversaire se casse accidentellement à l’attaque et perce le bras droit de l’héroïne. Le sang trempe sa tenue, alors qu’elle n’a pas la moindre envie de renoncer. « Si je peux faire lever le drapeau chinois, je mourrai de plein gré ! », se dit-elle. C’est ce désir de glorifier son pays natal qui aide l’héroïne à tenir jusqu’au bout, et à finalement décrocher le titre de championne du monde. Cette mise en scène dramatique souligne l’importance primordiale de l’identité nationale dans la vie des sportives chinoises, perpétuant ainsi le stéréotype de la bonne fille de la patrie dépourvue d’intérêts personnels.

  • 43 Isabelle Anselme, « Le cinéma chinois dans un régime autoritaire au xxie siècle : des films sous in (...)
  • 44 Guoqi Xu, Olympic Dreams: China and Sports, 1895-2008, Cambridge, Harvard University Press, 2009, p (...)

19Certainement, ces bonnes filles de la patrie représentées dans les films devaient se conformer aux mœurs établies. Si les biopics sportifs à travers le monde – citons Miracle on ice de Steven Hilliard Stern, sorti en 1981, ou bien Invictus de Clint Eastwood, sorti en 2019 – ne cessent de glorifier des figures héroïques à connotation nationaliste, certain·es cinéastes contemporain·es choisissent de dénoncer les aspects troubles et les coulisses des compétitions olympiques, comme Craig Gillespie qui met en scène le jeu déloyal dans Moi, Tonya (2018). Néanmoins, les biopics olympiques chinois se voient souvent contraints d’éviter certains sujets sensibles. En effet, dans le contexte où les sportif·ves sont érigé·es en porte-paroles de la nation chinoise, leurs échecs et leurs imperfections sont susceptibles d’être interprétés comme des réflexions négatives sur le pays tout entier et sont, dès lors, atténués, voire occultés, dans le discours médiatique. À titre d’exemple, après l’immense scandale aux Jeux asiatiques d’Hiroshima en 1994, où onze athlètes chinois furent contrôlés positifs aux tests de dépistage, la presse chinoise resta unanimement silencieuse. Il n’est donc pas étonnant que la censure draconienne qui règne sur le cinéma chinois43 renforce cette tendance à ne pas aborder les sujets susceptibles de porter atteinte à l’image du pays. Lier étroitement l’honneur national et le sport, comme l’a signalé Xu Guoqi, est une arme à double tranchant, dont les avantages ne se concrétisent que lorsque l’équipe nationale gagne (de manière intègre)44.

  • 45 Cette situation rappelle celle des sportives soviétiques. Voir : Sylvain Dufraisse, Les héros du sp (...)

20Ainsi, derrière une image hagiographique, les sportives olympiques chinoises sur grand écran sont réduites à l’archétype de compétitrices patriotiques idéalisées. Leur représentation est façonnée par plusieurs forces convergentes : tout d’abord, une tradition patriarcale qui les soumet à l’instruction morale d’un personnage masculin dominant ; ensuite, une perspective étatique qui exige d’elles un sacrifice inconditionnel pour la gloire de la patrie, les reléguant au statut de symboles de la grandeur nationale ; enfin, une censure sévère qui prohibe toutes représentations de leurs imperfections ou de leurs échecs45. Dans ce contexte, il convient de se demander si les sportives issues d’ethnies minoritaires sont davantage fragilisées dans les biopics face à la prédominance de la culture dominante.

Figure 2. Jian Hun de Zeng Weizhi (1981)

Figure 2. Jian Hun de Zeng Weizhi (1981)

L’escrimeuse salue le public sur le podium.

Jeux universels et minorités ethniques

  • 46 Christelle Hamel, « From the Racialization of Sexism to Sexism as an Identity Marker », in Violence (...)

21Deux films de notre corpus, A Girl of archery village (2013) et 40 000 Kilometers (2017), s’inspirent des sportives olympiques issues d’ethnies minoritaires et sont en outre réalisés par un et une cinéastes de même origine. Plutôt que d’apporter une perspective novatrice sur les dynamiques complexes entre individu, ethnie et nation, ces deux films s’inscrivent nettement dans la lignée des autres œuvres de notre corpus en adoptant une narration empreinte de nationalisme. Ils mettent en avant les victoires olympiques des protagonistes féminines, au nom de la Chine, présentant ces dernières comme des exemples d’intégration et des manifestations de solidarité ethnique. En revanche, les représentations des peuples des ethnies minoritaires dans ces films sont bien moins glorieuses, caractérisées par le sexisme et l’hostilité envers la pratique sportive féminine. Cette représentation d’une culture rétrograde, contrastant avec la modernité associée à l’ethnie dominante han, témoigne d’une « racialisation du sexisme46 » des groupes minoritaires et ne peut contribuer à une réelle égalité des sexes. Les Jeux olympiques, quant à eux, jouent un rôle métaphorique non négligeable dans l’accentuation de cette différence culturelle.

  • 47 Zou Huafen, 改革开放三十年中国少数民族题材电影研究1979-2008[Study on Chinese ethnic Minority Films during three Deca (...)
  • 48 Ce genre cinématographique inclut les films « ayant pour contenu principal l’histoire ou la vie rée (...)
  • 49 Les stéréotypes de femmes émancipées et d’hommes sexistes peuvent s’assimiler à ceux des Afrodescen (...)

22A Girl of archery village (2013), réalisé et coécrit par Guang Chunlan, s’inspire librement de l’histoire de Guo Meizhen, une archère de l’ethnie xibe devenue championne de Chine, puis entraîneuse olympique. Le scénario se concentre sur sa jeunesse avant qu’elle n’embrasse une carrière professionnelle : malgré l’opposition de son père et de son amant, tous deux estimant que le tir à l’arc n’est pas une activité appropriée pour les filles, la jeune héroïne (prénommée Meigengzhi) persiste dans son rêve et devient finalement une archère d’élite sous la tutelle d’une archère xibe déjà connue dans les compétitions nationales. Meigengzhi incarne ainsi l’archétype de la « femme d’ethnies minoritaires émancipée par les Han47 », une figure récurrente dans la narration classique du cinéma d’ethnies minoritaires chinoises (Shaoshu Minzu Dianying)48. Elle nourrit toujours le désir de s’ouvrir au monde extérieur (celui des Han) pour concourir au niveau international, suggérant ainsi une culture han plus avancée et ouverte que celle des Xibe. L’entraîneuse, quant à elle, agit en tant que porte-parole de l’ethnie dominante – elle porte dès sa première apparition un T-shirt rouge qui évoque l’uniforme des équipes chinoises aux Jeux olympiques – et incarne un modèle d’intégration pour Meigengzhi, piégée dans une culture xibe considérée comme fermée et misogyne. Ainsi, les stéréotypes de femmes émancipées et d’hommes sexistes dans les représentations des ethnies minoritaires chinoises deviennent des métaphores des deux cultures distinctes – la culture dominante, considérée comme moderne, et la culture minoritaire, perçue comme passéiste –, reflétant la stratégie d’un groupe majoritaire qui « utilise la dénonciation du sexisme comme un instrument de sa domination49 ».

  • 50 Cette image de « gardien de la culture traditionnelle » est prépondérante dans les représentations (...)
  • 51 Vanessa Frangville, « Construction nationale et spectacle de la différence en République populaire (...)
  • 52 Miao Li, 论云南少数民族题材电影中的边疆想象、民族认同与文化建构 [Imagines Frontier, Ethnic Identification and Cultural Constru (...)

23Un personnage de fille d’ethnies minoritaires est aussi un vecteur privilégié de la culture exotique. Les particularités culturelles des Xibe sont, en effet, délibérément et excessivement mises en avant à travers le personnage de Meigengzhi de manière à construire une image biaisée de ces peuples – pour ne citer que sa danse distractive quand elle était petite, la chanson d’amour folklorique que les prétendants reprennent en chœur devant sa maison et la danse festive des villageois lors de son mariage. L’abondance de telles scènes donne l’impression que les peuples des ethnies minoritaires vivent encore dans l’héritage de leurs traditions ancestrales, alors que les pratiques folkloriques deviennent en réalité de plus en plus rares face à la modernisation de la société chinoise50. Un tel « spectacle de la différence51 », par une représentation exotique du corps féminin, n’a-t-il pas pour objectif de satisfaire la curiosité du public majoritairement han52 tout en réaffirmant la place supérieure du peuple dominant qui se perçoit comme plus moderne ?

  • 53 Les « biais intergroupes », phénomène psychologique où les individus ont tendance à évaluer de mani (...)

24Les ethnies minoritaires sont de facto dépeintes comme un « exogroupe53 » par rapport aux Han, de même que A Girl of archery village reflète une vision propre à ceux-ci, ce qui s’explique en partie par le parcours de la réalisatrice. Née en 1940 dans une famille de Xibe à Yining, Guang Chunlan a quitté la ville à un très jeune âge et ne parle pas la langue de ses parents. Ayant fini ses études à l’Académie de cinéma de Beijing, elle a travaillé au Tianshan Film Studio, établissement d’intérêt public. Malgré son intérêt pour la représentation de la vie des minorités ethniques, elle est avant tout une cinéaste institutionnelle. Ainsi, peut-on soutenir que les autorités chinoises, qui orientent le contenu des films non-han par la censure politique et un financement sélectif, exercent également une influence sur les réalisateur·rices pour qu’ils ou elles racontent les histoires des ethnies minoritaires conformément à la vision han.

  • 54 Le scénario s’inspire du parcours de Qieyang Shenjie, marcheuse tibétaine ayant remporté une médail (...)
  • 55 Dezheng Feng, « Promoting moral values through entertainment: a social semiotic analysis of the Spr (...)

2540 000 Kilometers (2017)54, l’autre biopic de notre corpus abordant ce sujet, est aussi réalisé par un cinéaste institutionnel issu d’une ethnie minoritaire, Keke. Ce dernier travaille pour la Tibet Television, également un établissement d’intérêt public, et a réalisé plusieurs fois la « Soirée de variétés du Nouvel An chinois (Tibet) », émission marquée par des tentatives de propagande politique et d’éducation morale55. Son œuvre ne diffère pas de A Girl of archery village en ce qui concerne le scénario, narrant l’histoire d’un ancien coureur de haut niveau d’ethnie han qui guide une jeune Tibétaine vers l’arène olympique. Parallèlement à l’ascension de l’héroïne, son école primaire, autrefois rudimentaire, devient un établissement scolaire moderne équipé d’un terrain de sport flambant neuf où apparaissent d’ailleurs explicitement les cinq anneaux olympiques. Les JO constituent ici la métaphore d’une région tibétaine devenue plus ouverte et plus moderne, grâce aux nombreux programmes charitables des autorités chinoises. Ces programmes sont d’ailleurs mentionnés de manière significative dans le film. Non seulement l’entraîneur han arrive dans ce village tibétain par un programme d’assistance éducative, mais la dédicace insérée par Keke avant le générique de fin, suivie de nombreuses photographies de vrais enseignant·es envoyé·es dans l’ouest de la Chine, démontre que le récit accorde plus d’importance à cette osmose populaire impulsée par les Han qu’au peuple tibétain : « Ce film est dédié aux hommes et femmes au plus bas échelon du monde du sport qui ont consacré ou consacreront leur vie au développement sportif dans les régions de l’ouest du pays ».

  • 56 Seán Crosson a analysé, à travers Million dollar baby de Clint Eastwood (2004), la vision souvent p (...)

2640 000 Kilometers illustre ainsi une domination sur les sportives d’ethnies minoritaires qui est co-construite à travers plusieurs rapports hiérarchiques. La supériorité des Han sur les Tibétains, perçus comme économiquement moins avancés, s’avère d’autant plus évidente qu’elle s’appuie, d’une part sur une relation pédagogique entre un ancien champion du monde et sa jeune disciple56, et d’autre part sur une différence des sexes. En effet, la marcheuse réelle n’a pas été repérée par un entraîneur, mais par une entraîneuse. Bien qu’aucune explication n’ait été donnée par le réalisateur sur cette permutation de sexe dans le scénario, le film perpétue la traditionnelle domination masculine dans le sport. Tout ce schéma de hiérarchie entre l’entraîneur han et l’athlète tibétaine symbolise la quintessence politique de ce film d’État, alors que l’image féminine constitue ici la métaphore d’une ethnie inférieure, dépendante et soumise.

Figure 3. Les cinq anneaux olympiques affichés sur le stade de l’école tibétaine

Figure 3. Les cinq anneaux olympiques affichés sur le stade de l’école tibétaine

Dans 40 000 Kilometers, de Keke (2017).

  • 57 Yue’er Xiao, Why did Li Meng of the women’s basketball team make up and play with nails and make a (...)
  • 58 Pour l’éducation nationaliste par la projection des films à l’école, voir par exemple cet article p (...)

27Cet article a examiné la représentation héroïsée des sportives olympiques chinoises à travers huit biopics chinois, réalisés entre 1981 et 2022. Malgré une certaine évolution sur quatre décennies, caractérisée notamment par une augmentation des personnages féminins occupant des postes de haute responsabilité, il est difficile d’observer une réelle transformation dans la structure narrative. De Jian Hun (1981) à Breaking through (2022), on note la persistance du même schéma d’entraîneur-moralisateur, de l’intrigue d’une athlète poursuivant la compétition malgré une blessure grave pour remporter une médaille au nom de son pays, et de la scène rituelle du drapeau national levé après la victoire. Conformément au discours politique prédominant qui considère le sport comme une démonstration de la puissance nationale, les cinéastes ont célébré les exploits des athlètes réels, les érigeant en symboles nationalistes lors des compétitions internationales. Cependant, sous cette façade de narration féministe, persistent une domination masculine et une propagande idéologique qui enferment les athlètes dans le stéréotype de la bonne fille de la patrie, rendant toute déviation des rôles attendus difficilement tolérable. Des exemples tels que les accusations de « trahison d’État » à l’encontre de Lang Ping, l’entraîneuse chinoise de l’équipe américaine de volley-ball féminin aux JO de Pékin en 2008, ou les critiques adressées à Li Meng, basketteuse de l’équipe nationale, pour avoir porté du vernis à ongles, illustrent cette réalité57. Les sportives issues d’ethnies minoritaires, quant à elles, sont représentées selon une vision paternaliste de l’ethnie majoritaire et réduites dans les biopics en figure de « femmes émancipées d’une culture démodée et sexiste », servant de métaphore à une culture han perçue comme plus progressiste. Ces biopics, souvent prévisibles, ne rencontrent généralement pas un grand succès commercial en Chine (à l’exception notable de Leap) et il est probable que les bénéfices économiques n’étaient pas la priorité des producteurs. En revanche, les projections dans les écoles et les festivals de cinéma permettent à certains de ces films d’atteindre directement un public jeune, remplissant ainsi leur fonction éducative58.

  • 59 Peter Chan, 陈可辛导演自述:《夺冠》是怎样炼成的 [Témoignage du réalisateur Peter Chan : comment Leap fut trempé], 20 (...)
  • 60 Cette enquête, menée et publiée par le journaliste Zhao Yu, dénonce divers scandales au sein d’un g (...)
  • 61 John Hoberman, « Sport and ideology in the post-Communist age », in Lincoln Allison (dir.), The Cha (...)

28Certes, certain·es cinéastes ont apporté des touches de modernité à ces biopics. À titre d’exemple, dans Leap, le réalisateur hongkongais critique subtilement le système collectiviste du sport chinois, tout en cherchant à placer l’individu au-dessus de la collectivité. L’histoire de Lang Ping, une rebelle qui a bravé les autorités chinoises pour forger sa propre voie à l’étranger, a sans aucun doute résonné chez Peter Chan, un réalisateur hongkongais de renom international cherchant à se faire une place sur le marché continental. « Une collectivité fonctionne d’autant mieux lorsque chacun s’investit dans ses propres tâches59 », a-t-il expliqué. Un autre projet de biopic de ce cinéaste, Li Na: my life, s’inspire également de l’histoire d’une sportive, en l’occurrence une joueuse de tennis, considérée comme rebelle face aux autorités chinoises. Toutefois, réalisé en 2019, ce film n’a obtenu l’approbation de sortie qu’en 2023 et n’a pas encore été diffusé, laissant soupçonner une censure rigoureuse. L’évolution des biopics sélectionnés paraît ainsi très modeste par rapport à d’autres formes artistiques telles que la littérature (citons L’Enquête sur l’armée Ma, un rapport sur le dopage60), les biopics sportifs non olympiques (Female coach & male players de Qi Jian, sorti en 2000, évoque la problématique des matchs arrangés), les films purement fictionnels (Tae Kwon Do de Mailisi, sorti en 2004, suggère une relation lesbienne) et les films sur les athlètes masculins qui abordent des sujets de plus en plus diversifiés allant des sports traditionnels chinois aux sportifs étrangers naturalisés. La culture olympique, étroitement liée à un « nationalisme sportif61 », continue de restreindre la représentation des personnages féminins dans le cinéma chinois et de freiner l’exploration de sujets susceptibles de nuire à l’image nationale.

Haut de page

Notes

1 En ce qui concerne les noms chinois, cet article met le nom de famille devant le prénom, comme le veut la coutume de la Chine (Peng Shuai au lieu de Shuai Peng).

2 La nature du régime chinois d’aujourd’hui a partagé les chercheurs. Cet article utilise sans distinction les termes « communisme » et « socialisme » pour décrire le régime chinois, conformément au discours politique adopté par son gouvernement. Voir par exemple : Alice Ekman, Rouge vif : l’idéal communiste chinois, Paris, L’Observatoire, 2020.

3 Nous avons analysé l’image filmique des sportives chinoises en général dans la thèse doctorale : Siyao Lin,

4 Delphine Letort et Taïna Tuhkunen, « “Inspiré d’une vie” : le genre biopic en question », Revue LISA/LISA e-journal, XIV, 2016, § 11. https://www.doi.org/10.4000/lisa.8949.

5 Weiqiong Shen et Xuemei Ma, « 新世纪第二个十年中国传记电影概观 [L’aperçu des biopics chinois de la deuxième décennie du nouveau siècle] », Forum of Arts, 3, 2022, p. 12.

6 Seán Crosson, Sport, Film and National Culture, Abingdong et New York, Routledge, 2020.

7 Ce surnom a été créé par la presse occidentale à la fin du xixe siècle pour désigner le gouvernement Qing qui était jugé trop corrompu et incompétent pour protéger la nation. Sa connotation a ensuite évolué au fil du temps. Voir par exemple : Amanda Shuman, « No Longer “Sick”: Visualizing “Victorious” Athletes in 1950s Chinese Films », Historical Social Research / Historische Sozialforschung, 43, 2018, p. 220‑250.

8 Zheng Wang, Never Forget National Humiliation: Historical Memory in Chinese Politics and Foreign Relations, New York, Columbia University Press, 2012, p. 153.

9 A. Shuman, « No Longer “Sick”… », art. cit.

10 Viridiana Lieberman, Sports Heroines on Film: A Critical Study of Cinematic Women Athletes, Coaches and Owners, Jefferson, McFarland & Co Inc, 2014.

11 A. Shuman, « No Longer “Sick”… », art. cit.

12 Yunxiang Gao, « Sex, Sports, and China’s National Crisis, 1931-1945: The “Athletic Movie Star” Li Lili (1915-2005) », Modern Chinese Literature and Culture, 22, 2010,p. 96‑161.

13 Miao Chi, « Genre, corps et politique : le cinéma sur le sport féminin à l’époque de Mao Zedong (1949-1976) », Genre en séries. Cinéma, télévision, médias, 14. https://www.doi.org/10.4000/ges.3661.

14 Ibid.

15 Lucien Bianco, « Mao et son modèle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 101, 2009, p. 81‑93.

16 Éric R. J. Hayot, Chinese Dreams: Pound, Brecht, Tel Quel, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2009.

17 Daisy Yan Du, « Socialist Modernity in the Wasteland: Changing Representations of the Female Tractor Driver in China, 1949-1964 », Modern Chinese Literature and Culture, 29, 2017, p. 1949-1964.

18 S. Lin,

19 Lingzhen Wang, Revisiting Women’s Cinema: Feminism, Socialism and Mainstream Culture in Modern China, Durham, Duke University Press, 2021.

20 Dai Jinhua, 镜城突围: 女性电影文学 [Briser la cité des miroirs : femme, film et littérature], Pékin, Writers Publishing House, 1995.

21 Précisons que l’identification des ethnies est une campagne récente, démarrée par les autorités après l’établissement de la République populaire de Chine en 1949, et que la légitimité d’une telle identification est remise en cause par certain·es chercheur·ses. Voir par exemple : MA Rong, « 从王桐龄《中国民族史》谈起——我国30年代三本《中国民族史》的比较研究 [Analyse comparative sur trois livres intitulés « Histoire de l’ethnologie de la Chine » : à partir de celui de Wang Tongling], Journal of Peking University (Humanities and Social Sciences), 39, 2002, p. 125‑135.

22 Esther Yau, « Is China the End of Hermeneutics? Or, Political and Cultural Usage of Non-Han Women in Mainland Chinese Films », Discourse, 11, 1989, p. 114‑137.

23 Sirma Bilge, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, 225, 2009, p. 70‑88.

24 Pascal Gillon, « Une lecture géopolitique du système olympique », Annales de géographie, 680, 2011, p. 425‑448.

25 Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil, 1999, p. 156.

26 Guoqiang Peng, « Growth Characteristics, Influencing Factors and Practical Enlightenment of Chinese Olympic Champions », China Sport Science and Technology, 58, 2022, p. 35-45.

27 北京宣传文化引导基金2023年度电影项目征集公告 [Appel à projets du Fonds directif pour la propagande et la culture de Pékin], 2024. http://www.bjdyj.gov.cn/xwtt/405e68accc9148569b14b06030d71932.html (consulté le 5 juin 2024).

28 Raphaëlle Moine, « Le genre biopic » dans Biopic : de la réalité à la fiction, Rémi Fontanel, Paris, Charles Corlet, 2011, p. 22‑27.

29 Thomas Bauer, La Sportive dans la littérature française des Années folles, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2011, p. 16.

30 Ibid., p. 19.

31 Nous avons gardé le titre anglais officiel du film, faute de quoi une version phonétique du titre chinois original et une traduction en français seront fournies. Le « sport » pratiqué et le « rôle incarné » (sportive ou entraîneuse), si différents dans la réalité, sont ceux qui sont le plus mis en avant dans le film.

32 Rémi Fontanel, « Le biopic du sportif américain », Revue LISA/LISA e-journal, 2016, XIV. https://www.doi.org/10.4000/lisa.8965.

33 Zhao Xiaotong, « L’étude de la mémoire médiatique du volleyball féminin par le Quotidien du peuple », mémoire de master, Université normale de Nanjing, 2022.

34 Margaret Carlisle Duncan, « A Hermeneutic of Spectator Sport: The 1976 and 1984 Olympic Games », Quest, 38, 1986, p. 50‑77. Cette frénésie est par ailleurs comparable à celle suscitée par l’équipe Nichibo, dont les joueuses sont surnommées « les Sorcières de l’Orient » au Japon. Cette équipe de volley-ball féminine a remporté tous les titres nationaux au Japon entre 1960 et 1964, les championnats du monde 1962 et les Jeux de Tokyo 1964, donnant lieu à des adaptations en dessins animés et à un documentaire.

35 Jessica Kiang, “Leap” Review: Glossy Chinese Sports Drama Gives Good Volleyball, Gong Li and Not Much Else, 2021. https://variety.com/2021/film/reviews/leap-review-duo-guan-1234882033/ (consulté le 5 juin 2024).

36 James Riordan et Jinxia Dong, « Chinese women and sport » dans Sport and Physical Education in China, London - New York, Routledge, 1999, p. 159-184.

37 Laura Mulvey, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », in Laura Mulvey (dir.), Visual and Other Pleasures, London, Palgrave Macmillan UK, 1989, p. 14‑26.

38 Jayne Caudwell, « Girlfight and Bend it Like Beckham: Screening Women, Sport, and Sexuality », Journal of Lesbian Studies, 13, 2009, p. 255‑271.

39 Xia Guo, 新世纪华语体育电影中女性形象塑造研究 [The Studies about female image creation in new century of Chinese sports film], mémoire de master, Shaanxi University of Science and Technology, Taiyuan, 2014.

40 Caibin Chen, « 略论中国现代妇女解放运动中女性意识的独特形态:无性化 [Une brève discussion sur la forme particulière de conscience féminine dans le mouvement féministe de la Chine moderne : l’asexualisation] », Anhui Wenxue, 8, 2007, p. 196.

41 Ce personnage ressemble dans ce sens à la figure courante du « mentor socialiste » dans les « fictions réalistes socialistes » de l’URSS, y compris celles sur le thème sportif. Voir : Shaw Tony et Youngblood Denise J., « Cold War Sport, Film, and Propaganda: A Comparative Analysis of the Superpowers », Journal of Cold War Studies, 19, 2017, p. 160-192.

42 Ce type d’injonction au patriotisme reste très fréquent dans les films récents. Dans Breaking through (2022), par exemple, la patineuse de vitesse insiste pour finir la course malgré sa blessure, en déclarant : « Je peux vivre sans médaille olympique, mais je veux juste concourir encore une fois, à côté de mes coéquipières, pour ma patrie ».

43 Isabelle Anselme, « Le cinéma chinois dans un régime autoritaire au xxie siècle : des films sous influences (2001-2014) », thèse de doctorat sous la direction de Patrick Doan, Université Paul-Valéry - Montpellier 3, 2015.

44 Guoqi Xu, Olympic Dreams: China and Sports, 1895-2008, Cambridge, Harvard University Press, 2009, p. 60.

45 Cette situation rappelle celle des sportives soviétiques. Voir : Sylvain Dufraisse, Les héros du sport : Une histoire des champions soviétiques (années 1930-années 1980), Seyssel, Champ Vallon, 2019.

46 Christelle Hamel, « From the Racialization of Sexism to Sexism as an Identity Marker », in Violence against Women and Ethnicity: Commonalities and Differences across Europe, Berlin, Verlag Barbara Budrich, 2011, p. 113‑124.

47 Zou Huafen, 改革开放三十年中国少数民族题材电影研究1979-2008[Study on Chinese ethnic Minority Films during three Decades since Reform and Opening 1979-2008], thèse de doctorat, East China normal University, Shanghai, 2009.

48 Ce genre cinématographique inclut les films « ayant pour contenu principal l’histoire ou la vie réelle des ethnies minoritaires chinoises ». Cheng Yuru, « 中国少数民族电影研究相关概念辨析 [Définir les concepts liés à l’étude des films d’ethnies minoritaires chinois] », Ethnic Art Studies, 23, 2010, p. 139-144.

49 Les stéréotypes de femmes émancipées et d’hommes sexistes peuvent s’assimiler à ceux des Afrodescendant·es en France. C. Hamel, « From the Racialization of Sexism… », art. cit., p. 119. Le personnage d’entraîneuse xibe évoque en outre certains personnages d’immigrés qui redécouvrent le bled maghrébin avec un esprit critique. Cf. S. Lin,

50 Cette image de « gardien de la culture traditionnelle » est prépondérante dans les représentations filmiques des ethnies minoritaires, mais s’empare aussi de la télévision, de la presse et même de la vie quotidienne du peuple. Voir par exemple Mengzhu Wang, 电视对少数民族形象的建构 ——以《远方的家边疆行》为个案 [The Construction of television for ethnic minorities’ image: Take « Distant home - frontier line » as a case], mémoire de master, Université de Suzhou, 2014.

51 Vanessa Frangville, « Construction nationale et spectacle de la différence en République populaire de Chine : analyse de la “minzu minoritaire” dans le cinéma de 1950 à 2005 », thèse de doctorat sous la direction de Gregory B. Lee, Université Jean Moulin - Lyon 3, 2007.

52 Miao Li, 论云南少数民族题材电影中的边疆想象、民族认同与文化建构 [Imagines Frontier, Ethnic Identification and Cultural Construction in Yunnan’s Minority Films], thèse de doctorat, Shanghai University, Shanghai, 2013.

53 Les « biais intergroupes », phénomène psychologique où les individus ont tendance à évaluer de manière plus favorable leur propre groupe (appelé « endogroupe ») au détriment des groupes extérieurs (appelés « exogroupes »), sont reconnus par les psychologues comme une source fondamentale de préjugés et de discrimination. Miles Hewstone, Mark Rubin et Hazel Willis, « Intergroup bias », Annual review of psychology, 53, 2002, p. 575‑604.

54 Le scénario s’inspire du parcours de Qieyang Shenjie, marcheuse tibétaine ayant remporté une médaille de bronze aux Jeux olympiques de Londres en 2012, sous les couleurs chinoises, en battant le record d’Asie. En raison de la disqualification pour dopage des deux Russes, Olga Kaniskina en 2012 et Elena Lashmanova en 2022, elle terminera finalement première et se verra attribuer une médaille d’or.

55 Dezheng Feng, « Promoting moral values through entertainment: a social semiotic analysis of the Spring Festival Gala on China Central Television », Critical Arts, 30, 2016, p. 87‑101.

56 Seán Crosson a analysé, à travers Million dollar baby de Clint Eastwood (2004), la vision souvent paternaliste derrière la relation entre un entraîneur et une sportive. Voir : Seán Crosson, Sport and film, London, Routledge, 2013.

57 Yue’er Xiao, Why did Li Meng of the women’s basketball team make up and play with nails and make a 13-word response, the reason made fans feel distressed, 2024. https://www.laitimes.com/en/article/6be9b_6rqk5.html (consulté le 5 juin 2024).

58 Pour l’éducation nationaliste par la projection des films à l’école, voir par exemple cet article publié sur un journal en ligne : 红色电影进校园,爱国主义润心田![Les films rouges à l’école, le nationalisme dans le cœur !], 2024. https://www.thepaper.cn/newsDetail_forward_25927507 (consulté le 5 juin 2024).

59 Peter Chan, 陈可辛导演自述:《夺冠》是怎样炼成的 [Témoignage du réalisateur Peter Chan : comment Leap fut trempé], 2020. https://www.thepaper.cn/newsDetail_forward_9396791 (consulté le 5 juin 2024).

60 Cette enquête, menée et publiée par le journaliste Zhao Yu, dénonce divers scandales au sein d’un groupe de coureuses de demi-fond et de fond dirigé par l’entraîneur Ma Junren au cours de la dernière décennie du xxe siècle. Le chapitre sur le dopage, censuré et retiré de l’édition originale en 1998, est finalement rendu public dans la réédition en 2014. Voir : Yu Zhao, 马家军调查 [Enquête sur l’armée de Ma], Xi’an, Shaanxi People Publishing House, 2014.

61 John Hoberman, « Sport and ideology in the post-Communist age », in Lincoln Allison (dir.), The Changing Politics of Sport, Manchester, Manchester University Press, 1993, p. 15-36.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Leap, de Peter Chan (2020)
Légende Le slogan figurant sur le mur signifie « sortir de l’Asie pour aller vers le monde ».
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 2. Jian Hun de Zeng Weizhi (1981)
Légende L’escrimeuse salue le public sur le podium.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Figure 3. Les cinq anneaux olympiques affichés sur le stade de l’école tibétaine
Crédits Dans 40 000 Kilometers, de Keke (2017).
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9073/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Siyao Lin, « Entre censure politique et domination masculine : représentations des sportives olympiques dans les biopics chinois (1981-2022) »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y92

Haut de page

Auteur

Siyao Lin

Université de Toulouse III - Paul Sabatier, Centre de recherches sciences sociales sports et corps (CreSco) - URU 7419, siyao.lin819@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search