Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33En route vers la désinvisibilisat...

En route vers la désinvisibilisation… et la dévulnérabilisation ?

La représentation de la sportive handicapée dans le manga Running Girl, ma course vers les Paralympiques
Running Towards Disinvisibilization and Empowerment? The Representation of Disabled Women-Athletes in the Manga Running Girl. Ma course vers les Paralympiques
Yann Descamps

Résumés

Le manga de sport séduit un important lectorat, que ce soit au Japon ou en France. Comme c’est le cas avec les représentations médiatiques du sport observées dans ces deux pays, la figure de la sportive y reste dans l’ombre du sportif, idéal hégémonique et incontesté. Plus encore, les corps féminins handicapés y sont largement invisibilisés, à l’exception d’une production intitulée Running Girl, ma course vers les Paralympiques, qui met en scène une sportive handicapée, figure qui fait face à une multitude de discriminations. Manga en trois tomes publié en 2020 en France en amont des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, l’œuvre de Narumi Shigematsu participe d’un processus de désinvisibilisation de personnes faisant face à de multiples discriminations au sein de la société civile comme dans le monde du sport. La présente étude propose d’analyser cette nouvelle représentation en la resituant historiquement, culturellement et politiquement, afin de mieux en saisir les enjeux.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Entrer dans la course… symboliquement

  • 1 Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Sandrine Jamain-Samson and Natalia Bazoge, « “Avec des exemples nous (...)
  • 2 Yann Descamps, « Out of Our League: Femininity and Athletic Excellence in the French Media’s Covera (...)
  • 3 Ina Stat, 42, juin 2016.
  • 4 Vincent Bresson, « Médiatisation : le foot féminin gagne du terrain », Larevuedesmedias.ina.fr, 201 (...)
  • 5 Sandy Montañola, « La complexe médiatisation des sportives de haut niveau », Sciences de la société(...)
  • 6 Ottogalli-Mazzacavallo/Jamain-Samson/Bazoge, « Avec des exemples nous ferons des adeptes », art. ci (...)
  • 7 Yann Descamps et Sébastien Laffage-Cosnier, « Impulser une émancipation… ou la contrôler ? Attacker (...)

1La question de la représentation des sportives et de son évolution à travers l’histoire est une fenêtre privilégiée sur les entreprises de contrôle de leurs corps par les institutions sportives, les médias ou encore les artistes1. Ces dernières décennies, et particulièrement depuis les années 2010 en France, une progression est observée dans la couverture médiatique des sports pratiqués par les femmes. Cependant, cette progression est à interroger. En effet, les pics de diffusion sont principalement liés au football pratiqué par les femmes, alors largement recadré à travers des commentaires infantilisants et sexualisants2, et aux Jeux olympiques et paralympiques, événements qui favorisent historiquement la mise en visibilité des sportives, mais là aussi avec un traitement largement différencié en fonction du genre3. En somme, si les sportives gagnent en visibilité dans les médias4, leur représentation à travers les différents langages audiovisuels reste problématique dans son contenu5, et la « double contrainte » consistant à être « à la fois athlète et sexy », mise en avant par Ottogalli-Mazzacavallo, Jamain-Samson et Bazoge (2010) continue de largement peser sur les athlètes femmes6. Ces mêmes questions se posent lorsque l’on envisage la représentation des sportives dans l’art et la culture populaire, en particulier dans le manga de sport7.

  • 8 Elisabet Apelmo, Sport and the Female Disabled Body, Londres, Routledge & CRC Press, 2017.
  • 9 Charlene Weaving et Jessica Samson, « The naked truth: Disability, sexual objectification, and the (...)
  • 10 Athanasios Pappous, Francisco Cruz Quintana, Éric de Léséleuc, María Paz García Caro, Antonio Muñoz (...)
  • 11 “Beez” Lea Ann Schell et Stéphanie Rodriguez, « Subverting Bodies/Ambivalent Representations: Media (...)
  • 12 René Claude Lachal, « La représentation des personnes handicapées dans les médias : de l’objet au s (...)
  • 13 Adrien Primerano, « L’émergence des concepts de “capacitisme” et de “validisme” dans l’espace franc (...)
  • 14 Pappous/Cruz Quintana/de Léséleuc/García Caro/Muñoz Vinuesa/Schmidt Río-Valle/Marcellini, « La Visi (...)
  • 15 Rémi Richard, Hélène Joncheray et Valentine Duquesne, « Cripping Sport and Physical Activity: An In (...)
  • 16 Yoshiko Okuyama, Reframing Disability in Manga, Honolulu, University of Hawai’I Press, 2020, p. 74- (...)

2Or, ces questions de représentation se complexifient encore davantage lorsque l’on s’intéresse à la construction de la figure de la sportive handicapée, une figure de l’entre-deux au corps déviant du fait de son handicap, mais aussi accompli en tant que corps sportif, et genré quand le corps handicapé est habituellement vu comme non genré8. Si les sportives handicapées sont de plus en plus médiatisées, cette mise en visibilité est à relativiser. En effet, elle s’accompagne d’une augmentation des poses passives, d’une invisibilisation du handicap, d’une occasionnelle hypersexualisation9, et d’une domination de la figure de l’athlète homme handicapé, en plus d’être empreinte de l’infantilisation et de la trivialisation subie par l’ensemble des athlètes handicapé·es10. Aussi, les médias dans leur ensemble tendent à recadrer ces athlètes handicapées dans leur effort d’affirmation de leur subjectivité à travers une représentation stéréotypée resituant leur corps par rapport à une norme corporelle valide11. Cela met en lumière ce que Lachal (2010) désigne comme une « double discrimination » à l’encontre des femmes handicapées12, qui feraient donc possiblement face à l’intersectionnalité de discriminations liées au sexisme, ou ici l’infériorisation des femmes, et au capacitisme, ici l’exclusion des corps handicapés non conformes à une certaine norme corporelle sociale13. Ce constat pourrait alors s’étendre aux sportives handicapées14, qui évoluent au sein d’un champ sportif empreint d’une tension entre une réalité d’hétéronormativité et de capacitisme, et la possibilité d’une diversité d’expériences15. Sur le terrain de l’art et de la culture populaire, cette invisibilité de la sportive handicapée est d’autant plus marquée16.

  • 17 Narumi Shigematsu, Running Girl, ma course vers les Paralympiques (3 tomes), Rancon, Akata, 2020 (2 (...)
  • 18 Denis J. Frost, More Than Medals: A History of the Paralympics and Disability Sports in Postwar Jap (...)

3Publié en trois tomes en 2018 au Japon et traduit en 2020 en France en amont des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, le manga Running Girl, ma course vers les Paralympiques, de Narumi Shigematsu, qui met en scène une sportive handicapée, fait figure d’exception signifiante17. Celui-ci raconte l’histoire de Rin, jeune lycéenne amputée d’une partie de sa jambe droite suite à un sarcome osseux, qui retrouve le goût à la vie en se mettant à la course, avec pour horizon ultime une participation aux Jeux paralympiques. Nés de l’après-Seconde Guerre mondiale et de l’organisation de compétitions réservées aux anciens combattants blessés lors des combats à Stoke Mandeville en Angleterre, ces Jeux sont ensuite devenus une compétition phare pour les athlètes handicapé·es, particulièrement à partir des Jeux olympiques d’été de Rome de 1960, considérés a posteriori comme les premiers Jeux paralympiques de l’histoire. Ils ont ensuite connu un développement progressif, tant au niveau organisationnel que symbolique, avec une plus grande place accordée progressivement aux athlètes mêmes18. En représentant une sportive handicapée, l’autrice participe d’un processus de désinvisibilisation, dans le manga de sport, de personnes faisant face à de multiples discriminations qui s’entrecroisent au sein de la société civile comme du monde du sport. Cependant, représenter une figure invisibilisée ne suffit pas, tant la généalogie des images produites montre une succession et un maintien de discours discriminants. La question est donc de savoir dans quelle mesure ce manga met en récit et en dessins la tension entre, d’une part, une révolution symbolique et la montée d’une figure sportive porteuse d’une émancipation multidimensionnelle, et, d’autre part, le relais de représentations problématiques en lien avec le genre et le handicap, ici physique. Ainsi, cette série met en lumière le rôle de la culture populaire dans la production de discours corporels émancipateurs ou cadrants.

  • 19 Christine Détrez, La construction sociale du corps, Paris, Seuil, 2002 ; David Le Breton, Anthropol (...)
  • 20 Anne Higonet, « Femmes, images et représentations », in Georges Duby, Michelle Perrot et Françoise (...)
  • 21 Raewyn W. Connell, Gender and Power: Society, the Person and Sexual Politics, Cambridge, Polity Pre (...)
  • 22 Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Virginie Nicaise et Guillaume Bodet, « Introduction. Football et fem (...)
  • 23 Nigel Thomas et Andy Smith, Disability, Sport and Society: An Introduction, Londres, Routledge, 200 (...)
  • 24 Patricia Hill Collins et Sirma Bilge, Intersectionality, Cambridge, Polity Press, 2020 (2016), p. 2
  • 25 Jean-Jacques Courtine, Déchiffrer le corps. Penser avec Foucault, Grenoble, Jérôme Million, 2011.
  • 26 Linda Nochlin, Representing Women, London, Thames et Hudson, 2019 (1999) ; Henri-Jacques Stiker, Le (...)
  • 27 Roland Barthes, « Rhétorique de l’image », Communications, 4, 1964, p. 40-51.
  • 28 Erwin Panofsky, Essais d’iconologie, Paris, Gallimard, 2021 (1939).
  • 29 Stuart Hall, Representation: Cultural Representations and Signifying Practices, London, The Open Un (...)
  • 30 Susan Birrell et Mary G. McDonald, Reading Sport: Critical Essays on Power and Representation, Bost (...)
  • 31 John Fiske, Media Matters: Race and Gender in U.S. Politics, Minneapolis, University of Minnesota P (...)
  • 32 Karen P. DePauw, « The (In)Visibility of DisAbility: Cultural Contexts and “Sporting Bodies” », Que (...)
  • 33 Henri-Jacques Stiker, « Note sur la photographie de Xavier Torres prise par Bob Martin », Alter, Eu (...)
  • 34 Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres, 1, 2013. https://doi.o (...)
  • 35 Christine Détrez, « Des shōnens pour les garçons, des shōjos pour les filles ? Apprendre son genre (...)
  • 36 Bounthavy Suvilay, « Le manga de sport comme récit de formation pour la jeunesse au Japon », Agora (...)
  • 37 Takehiko Inoue, Real, Tome 1, Paris, Kana, 2005 (2001).

4Consacré à l’analyse narrative, textuelle et iconologique quantitative et qualitative des trois tomes de la série telle qu’elle fut diffusée en France, focalisé sur les visibilités et le cadrage des corps et des émotions, le présent travail propose d’étudier à travers une perspective transdisciplinaire cette nouvelle représentation en la resituant historiquement, culturellement et politiquement19 afin de mieux en saisir les enjeux, notamment liant corps, sport, genre et handicap20. Le genre est ici entendu au sens de « discours de la différence des sexes », « instrument de la mise en ordre du monde » et « organisation sociale de la différence sexuelle21 », ou encore de « catégorisation binaire des personnes tant dans leur dimension biologique que sociale22 », ouvrant sur un rapport de pouvoir, l’ancrage d’une domination masculine et l’infériorisation et la vulnérabilisation des femmes. Le handicap est ici défini comme un concept multidimensionnel mêlant le médical, le social et le politique, et souvent articulé à la notion de norme, notamment corporelle23. Enfin, le croisement des discriminations liées à ces deux concepts renvoie à l’intersectionnalité, pensée ici comme une mise en lumière de ces relations de pouvoir et ces dynamiques de vulnérabilisation vis-à-vis des femmes et des populations handicapées, permettant ainsi de saisir la complexité des rapports de pouvoir en jeu dans le monde social24. Pour resituer la représentation visuelle de la sportive handicapée à l’aune d’une intericonicité au sens où l’entend Courtine25, cette étude prend en considération l’histoire de l’art japonais et français, notamment dans leurs représentations du genre et du handicap26, ainsi que la sémiologie27 et l’iconologie28 comme outils méthodologiques pour saisir le sens profond historique des images. Aussi, pour remettre en perspective le discours du manga, ce travail convoque les études médiatiques et culturelles, et notamment les travaux de Stuart Hall et de Susan Birrell et Mary McDonald sur la notion de représentation, entendue comme « production et circulation de sens à travers le langage29 », qu’il soit image ou texte dans le cas présent, qui véhicule des questionnements de pouvoir30, et de John Fiske sur le discours comme terrain de lutte et la dimension politique de la culture populaire31. En lien avec les questions de représentation du handicap, cette étude est influencée par les travaux de Karen DePauw sur la division tripartite entre invisibilité des athlètes handicapé·es, mise en visibilité excessive du handicap et invisibilisation du handicap dans le traitement des athlètes handicapé·es, et sur la dimension culturelle et corporelle des représentations à articuler au rôle du sport comme lieu de reproduction des inégalités sociales comme de résistance32. De plus, le présent travail d’élucidation des discours contenus dans le manga de sport est empreint de précautions, à la suite des travaux de Stiker et Lebel, Marcellini et Papous, qui démontrent à la fois le foisonnement de sens partagés par les représentations iconographiques des athlètes handicapé·es et la difficulté de situer ces images, entre affirmation de soi et essentialisation du handicap33. Surtout, il considère les mangas de sport comme « portail de mondialisation34 », et interroge la socialisation possiblement induite par ces artefacts culturels dans la lignée des travaux de Détrez sur la réception35 ou de Suvilay sur la production de messages36. Ce travail se situe cependant davantage dans l’analyse des discours dans la continuité du travail de Yoshiko Okuyama sur le cas de Real, de Takehiko Inoue (2001-en cours), autre manga de sport emblématique mettant en scène des personnages principaux handicapés37. Ainsi, ce travail étudiera l’œuvre de Shigematsu à travers la question du genre puis du handicap, avant d’en interroger la représentation du sport et de l’olympisme, et enfin d’envisager plus fondamentalement le manga comme outil aux multiples langages, producteur de représentations signifiantes.

« Femme-athlète » ou athlète ? De la représentation du genre dans Running Girl

  • 38 Laura Mulvey, Visual and Other Pleasures, New York, Palgrave, 1989.
  • 39 Bounthavy Suvilay, Le sport animé ! 50 ans de séries sportives au Japon, Paris, Ynnis éditions, 202 (...)

5Si le genre supokon, ou manga de sport, est largement dominé par les héros masculins et le mâle gaze38 de ses auteurs, hommes pour l’écrasante majorité d’entre eux39, des sportives ont aussi été mises en scène et en récit. Cependant, celles-ci ont souvent été représentées de manière genrée. Rin, l’héroïne de Running Girl, est donc à resituer dans cette généalogie de représentations cadrantes.

La politique du regard : une généalogie de la représentation du genre dans le manga de sport

  • 40 Gaucher, De la « femme de sport » à la sportive…, op. cit.
  • 41 Détrez, « Des shōnens pour les garçons, des shōjos pour les filles ? », art. cit.

6Sur le temps long, l’histoire des arts japonais et français sont empreints d’un contraste signifiant entre une omniprésence des figures féminines, représentant notamment un idéal de beauté historiquement organique, et une relative invisibilisation de la figure de la sportive. En somme, les représentations issues des arts traditionnels comme de la culture populaire reflètent largement un projet de cadrage d’un idéal de féminité, entre beauté et maternité, porté par le regard des artistes hommes, relais d’une certaine hégémonie masculine. Dans nos sociétés contemporaines, du complexe sportif médiatique à la culture populaire, la représentation de la sportive reprend ce cadrage historique, entre subordination, infantilisation et sexualisation40. Resitué dans cette généalogie, le manga tend à la prolonger, notamment en tant que genre largement genré, notamment entre shōnens « pour les garçons » et shōjos « pour les filles41 ». Néanmoins, le manga de sport, mêlant action et introspection, donne naissance à des figures de l’entre-deux. Ainsi, Rin se situe dans un héritage double, entre libération et oppression symbolique.

« Ma petite Rin » : une héroïne genrée

  • 42 Racha Belmehdi, Rivalité, nom féminin. Une lecture féministe du mythe, Lausanne, Favre, 2022.
  • 43 Dans l’acte 1 de l’opéra de Jacques Offenbach, Les contes d’Hoffmann (1881), le scientifique Spalan (...)

7À première vue, un certain nombre d’éléments font de Rin une héroïne genrée à la féminité reconstruite à travers la narration, les textes et les images. Bien que dessinée par une autrice, la série reprend une esthétique shōjo très genrée, notamment dans la représentation des yeux et des émotions de l’héroïne, et des interactions (gênées) femmes-hommes, notamment entre Rin et Kazami, le concepteur de prothèse qui semble avoir les faveurs du cœur de l’héroïne. Ce même Kazami est le deuxième personnage le plus important de la série, apparaissant dans une vignette sur cinq. Rin est prête à tout pour lui, notamment à pousser son corps à la limite ou à rivaliser avec une autre athlète. Ainsi, le manga reprend les stéréotypes autour d’une rivalité féminine reflet de l’hégémonie masculine42 et du possible amour hétérosexuel comme moteur de la pratique chez l’héroïne. À travers Kazami ou encore le corps médical (exclusivement masculin) qui encadrent Rin, le manga place l’intellect du côté des hommes et le corps réifié du côté des femmes, Rin devenant ainsi une sorte d’Olympia pour Kazami-Spalanzani43. Aussi, Rin évolue quasiment constamment sous les regards des hommes de son entourage, comme de son père, qui la supervisent, la surveillent et l’infantilisent à de nombreuses occasions. Par ailleurs, la couverture du tome 1 tend également à reprendre des éléments d’infantilisation de la jeune fille sportive, liée à un idéal de féminité jeune, entre uniforme scolaire et petites fleurs (figure 1). Cet idéal de féminité est d’ailleurs évoqué directement par Rin dans le premier chapitre, où elle regrette de ne plus pouvoir porter de talons et de jupes à cause de sa prothèse. Tous ces éléments montrent bien une construction genrée du personnage de Rin, qui a d’ailleurs vu le jour dans le magazine Be Love, qui cible davantage les femmes. Néanmoins, cette héroïne, empreinte d’une maturité plus prononcée que les autres héroïnes sportives de son âge, se démarque aussi par de nombreux traits émancipateurs.

« Je peux le faire ! » : une figure émancipatrice

  • 44 Pascal Duret, L’héroïsme sportif, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

8Si certains éléments du manga de Shigematsu sont bien genrés, la majorité de son œuvre met au contraire en récit et en images une héroïne particulièrement puissante. Tout d’abord, Rin est sans conteste l’héroïne de l’œuvre, le personnage le plus visible de la série et de loin, apparaissant dans plus de la moitié des vignettes (53 %). Aussi, le récit en fait une héroïne dans tous les sens conférés au terme par Pascal Duret, elle qui « montre du courage dans la défaite », qui « verse son sang », qui « fait face à des injustices » et qui « sait gagner44 ». Par ailleurs, elle fait montre d’une grande agentivité et évolue vers un empuissancement indiscutable, tant physique que mental (figures 2 et 3). En effet, elle se caractérise par sa motivation, sa détermination, elle fait ses propres choix, et elle finit par s’émanciper des hommes pour se concentrer sur elle-même, ses performances, son ressenti et son contrôle sur son propre corps, climax de l’œuvre (figure 4). Aussi, les émotions qu’elle exprime montrent une héroïne qui se contrôle, et qui évolue, des émotions originelles d’abattement et de tristesse vers de la joie et de la détermination (figures 5 et 6). Par ailleurs, la relation ambigüe avec Kazami laisse la place à des épisodes de sororité avec les athlètes Kei et Hyūga ou la propriétaire de l’usine de conception des prothèses, et Rin finit par devenir une source d’inspiration pour un jeune garçon handicapé. Enfin, l’évolution des regards entre Rin et Kazami illustre l’empouvoirement de Rin. Dans le tome 1, celle-ci regarde vers le haut un Kazami surplombant et dominant. Dans le tome 3, c’est l’inverse, Kazami se retrouve à admirer une Rin désormais agente de son destin.

9En somme, les éléments de subordination, d’infantilisation et de sexualisation sont bien minoritaires comparés au reste de l’œuvre, consacré à la célébration d’une sportive redoutable. La focalisation sur la dimension athlétique de Rin et ses traits de caractère vient ainsi flouter le genre même de l’œuvre, du shōjo au josei (pour femmes) et au shōnen. Il nous reste à situer Rin en lien avec l’autre élément saillant de son identité telle qu’elle est dessinée par Shigematsu, son handicap.

« Para-athlète » ou athlète ? De la représentation du handicap dans Running Girl

  • 45 Pappous/Cruz Quintana/de Léséleuc/García Caro/Muñoz Vinuesa/Schmidt Río-Valle/Marcellini, « La Visi (...)

10Si les héroïnes sont moins représentées dans le genre supokon, les athlètes handicapé·es le sont encore moins, d’autant plus en France. À l’image de la double discrimination subie par les sportives handicapées dans les médias45, il s’agit d’analyser la représentation du handicap dans Running Girl pour resituer l’héroïne Rin comme figure oppressante ou libératrice.

Une histoire de l’absence : une généalogie de la représentation du handicap dans le manga de sport

  • 46 Stiker, Les fables peintes du corps abîmé, op. cit.
  • 47 Kenneth Clark, The Nude: A Study in Ideal Form, Princeton, Princeton University Press, 1992 (1956).
  • 48 Frédéric Chauvaud et Denis Mellier, Corps handicapés et corps mutilés dans la BD, Rennes, PUR, 2020
  • 49 P. David Howe et David E. J. Purdue, « See the sport, not the disability: exploration du paradoxe p (...)
  • 50 Lucie Dalibert, « Remarquables mais non (re-)marqués : le rôle du genre et de la blanchité dans les (...)
  • 51 Okuyama, Reframing Disability in Manga, op. cit., p. 74-82.

11Dans les arts japonais et français, les représentations du handicap, bien que signifiantes, sont largement dispersées46. Elles reflètent un discours en creux sur le corps « normé ». Surtout, l’histoire de l’art est marquée par une focalisation sur le corps « idéal », notamment associé au corps de l’athlète homme, particulièrement dans l’art occidental47. En somme, le traitement artistique du handicap souligne le double rôle historique de l’art, entre ancrage des normes corporelles et questionnement de ces mêmes normes. Un questionnement bien présent dans la bande dessinée48, mais délaissant le corps sportif handicapé. Sur la scène médiatique, les Jeux paralympiques ont participé d’une augmentation relative de la représentation des athlètes handicapé·es depuis leur création en 1960. Néanmoins, le manque de représentation est un signe même de capacitisme et d’érection du corps valide comme norme corporelle. Par ailleurs, lorsque représentation il y a, celle-ci est également marquée par des tensions sur le sens donné au corps sportif handicapé49, ou encore empreinte, comme le montre Lucie Dalibert, de dynamiques normatives validistes, racistes et hétérosexistes, dans la mesure où les corps « technologisés » les plus visibles restent reflets d’idéaux fixés dans les sociétés occidentales, et notamment le corps féminin blanc à la beauté proche des idéaux hétéronormés50. En lien avec cette généalogie des images, le cas du manga de sport est particulièrement signifiant. La série Real de Takehiko Inoue consacrée au basket-ball en fauteuil est l’unique référence à avoir touché le public français sur le sujet du sport pratiqué par les personnes handicapées. Or, celle-ci, comme bon nombre de représentations du handicap, se focalise sur le traumatisme de la perte de mobilité et la question de la tension entre handicap et (hyper)masculinité sportive51. La sportive est donc doublement invisibilisée. D’où l’importance d’analyser ce nouvel archétype naissant de la sportive handicapée en lien avec cette généalogie de l’absence ou de la représentation discriminante ou cadrante.

« Prêtes à relever tous les défis » : une réponse aux archétypes discriminants ?

  • 52 Douglas Biklen et Robert Bogdan, « Media Portrayals of Disabled People: A Study in Stereotypes », I (...)
  • 53 Okuyama, Reframing Disability in Manga, op. cit., p. 16-17.
  • 54 Eric de Léséleuc, Nathalie Le Roux et Anne Marcellini, « Pratique sportive, visibilité et intégrati (...)
  • 55 Bernard Quentin, « Analogies abusives et autres paralogismes en territoire de handicap », Alter, Eu (...)
  • 56 Okuyama, Reframing Disability in Manga, op. cit., p. 18-19.
  • 57 Jeffrey J. Martin, « Inspiration Porn and Disability Sport ». Dans Donna Goodwin et Maureen Connoll (...)
  • 58 Yann Beldame, Helene Joncheray, Valentine Duquesne et Remi Richard, « “They Don’t Really Care about (...)

12Dans leur étude sur la représentation du handicap, Douglas Biklen et Robert Bogdan ont identifié les principaux stéréotypes véhiculés au sujet des personnes handicapées dans les médias et la culture populaire, entre pitié, violence, méchanceté, invisibilité, poids pour la société ou Supercrip52. Or, le personnage de Rin déconstruit chacun de ces stéréotypes (tableau 1). Alors que les sportives paralympiques voient leur handicap invisibilisé à mesure que leur visibilité progresse, le handicap de Rin est hypervisible et figure dans 37 % des vignettes qui la représentent, tandis que les prothèses sont visibles dans 27,5 % de l’ensemble des vignettes de la série. Représentée dans un tiers des images la figurant accompagnée d’autres personnages, Rin n’incarne pas la personne handicapée solitaire ou hors de la société. Ces autres personnages ne font d’ailleurs pas preuve de pitié, de peur ou de paternalisme à son égard. Aussi, par son agentivité et ses performances, Rin montre que le « méta-récit capacitiste » associant le corps valide à la vigueur, à la jeunesse, à la productivité et aux performances est un non-sens53. Son parcours, fait de va-et-vient relativement sans obstacles entre son club pour athlètes handicapé·es et le club pour athlètes valides, questionne l’intégration sociale des athlètes handicapé·es à plusieurs niveaux54 et dénonce une réalité plus complexe où leur inclusion se fait rarement sans encombre. Par ailleurs, le manga traite le handicap comme un fait à la fois médical et social, et Narumi Shigematsu, en décentrant son regard et en retranscrivant le ressenti de véritables athlètes handicapé·es, a su éviter le paralogisme de l’imposition de l’expérience et du regard projetés du valide, comme elle a su retourner le stigmate de l’analogie abusive entre apparence et intériorité, souvent associé aux personnes handicapées55. Si l’œuvre est essentiellement tournée sur Rin, et donc sur une approche du handicap davantage médicale et individuelle que systémique, la sportive est surtout focalisée sur la technique et la performance plus que sur les aspects de santé, et elle ne recherche pas à être « normale » ou « féminine », mais accepte son nouveau corps, jusqu’à se ressentir complète à nouveau. Certes, l’individu est davantage questionné que le système (même si une partie des recettes de la vente du premier tome fut reversée à la Fédération française handisport, montrant une nécessité systémique de soutien de cette fédération). De plus, la série participe à l’effet conjoncturel de couverture du sport pratiqué par les personnes handicapées en période de Jeux paralympiques, ou encore à un possible élan d’inspiration porn caractéristique de certaines représentations stéréotypées des personnes handicapées, particulièrement en lien avec le sport56. Cependant, élément décisif, Shigematsu ne réifie pas son héroïne ni ne fétichise son handicap, et son œuvre opère un effort conscient et consciencieux d’évitement des représentations discriminantes, tout en plaçant l’athlète handicapée au centre pour elle-même, et non pour un lectorat valide, venant ainsi largement tempérer cette dernière hypothèse, plus discutable dans le contexte du spectacle parasportif57 et de sa marchandisation58.

« Une évolution » : revisiter l’archétype du Supercrip ?

  • 59 Okuyama, Reframing Disability in Manga, op. cit., p. 17-18.
  • 60 Laurent Paccaud et Alexandre Baril, « Corps dérangeant, corps dégenré : performer la féminité super (...)

13Principal archétype associé à l’athlète handicapé·e sur la scène médiatique comme dans la culture populaire, la figure du Supercrip, et donc de « la personne handicapée considérée comme surhumaine ou spéciale, capable de réaliser des exploits incroyables en dépit de son handicap59 » et dont la légende passe outre les structures matérielles et idéologiques pour effacer le handicap60, plane au-dessus de l’œuvre de Shigematsu. En effet, Kazami est construit comme un Prométhée voulant concevoir des « Formule 1 » capables de l’emporter face à des athlètes valides. L’ensemble de l’œuvre est traversé par une vision positiviste du progrès et une approche positive du transhumanisme, à l’image des productions antérieures de Shigematsu telles que Babel (2012-2015). Le sport pratiqué est largement empreint de performance, et les courses de Rin et des autres athlètes laissent les spectateur·rices bouche bée. Néanmoins, la conclusion de l’œuvre et l’évolution du personnage viennent déconstruire une lecture érigeant Rin en Supercrip. Plus que surhumaine, cette dernière est sur-humaine. Elle ne réalise pas d’exploits surhumains. Elle brille par son extrême humanité, et son succès réside davantage dans la réalisation de soi (figures 4 et 7), qui occulte totalement la défaite sportive finale. Le ressenti passe avant le chronomètre. Le handicap n’est ici pas surmonté, mais accepté, à l’image de son corps désormais complet, dans lequel la prothèse se fond sans pour autant disparaître. L’humain l’emporte sur la « Formule 1 ».

14En somme, le personnage déconstruit les stéréotypes associés à la fois aux personnes et aux sportives handicapées. Le manga de Shigematsu donne donc naissance à un nouvel archétype, la sportive handicapée, qui, si elle n’échappe pas totalement aux représentations discriminantes, constitue une avancée positive sur le chemin de la libération symbolique. Cependant, cette figure et la socialisation qu’elle induit sont aussi à resituer en lien avec l’olympisme et le sens conféré au sport dans l’œuvre comme dans la société.

« Chacun pratique à sa façon »… ou pas ? Olympisme, corps et politique dans Running Girl

15Si Narumi Shigematsu a construit Rin en creux des représentations discriminantes antérieurement véhiculées dans les médias et la culture populaire à l’encontre des sportives handicapées, il s’agit de resituer cette fois l’héroïne vis-à-vis de sa pratique. Il sera ainsi possible de voir si le traitement du sport dans l’œuvre relaie les logiques entrevues dans la société, ou bien si celle-ci véhicule un quelconque contre-discours, émancipateur ou non, permettant d’interroger le rapport à l’olympisme et au corps en lien avec les questions de genre et de handicap.

Une (para-)sportivisation ? Rin, de la victime à la sportive

  • 61 Lebel/Marcellini/Pappous, « Regards croisés sur une photographie sportive », art. cit., p. 30.
  • 62 Alain Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1994.

16Loin des représentations des athlètes handicapées comme victimes limitées au trauma subi et éternellement coincées dans un état liminal d’exclusion61, ou bien comme Supercrips, Running Girl développe l’histoire de l’évolution d’une individue de simple adolescente à athlète accomplie. En effet, après deux premiers chapitres mettant en scène une Rin adolescente portant une longue jupe et approchant avec appréhension et distance le monde du sport, la série met en avant la montée de la sportive, qui finit par être présente dans 55 % des vignettes figurant Rin. Au-delà de la sensibilisation à la pratique sportive, le manga met véritablement en scène un processus total de sportivisation du corps et de l’esprit de l’héroïne (figures 6 et 7). En plus de vivre une véritable sociabilisation sportive au sein de clubs et au contact de différent·es acteur·rices, Rin devient véritablement obsédée par le culte de la performance62 et le surpassement de soi. Le sport mis en avant est le sport de compétition et non une pratique physique hygiéniste focalisée sur la santé de ses pratiquant·es. D’ailleurs, une tension apparaît entre une volonté de mettre en avant le bien-être, notamment social et mental, de la pratiquante, et une athlète qui embrasse les pratiques toxiques attachées au sport de compétition, notamment la célébration de l’entraînement extrême et le fait de pratiquer malgré les blessures. En somme, Running Girl met en jeu un processus de socialisation au sport de compétition largement célébré dans les sociétés contemporaines, comme dans n’importe quel supokon. Si les spécificités du sport pratiqué par les personnes handicapées sont explicitées, le manga, lui, insiste sur la performance, l’entraînement, le progrès technique et la transformation du moi, et non sur le handicap et le trauma, se détachant ainsi du traitement habituel du sport pratiqué par les personnes handicapées.

Un mythe (para-)olympique préservé ? Rin, du rêve olympique à une nouvelle réalité corporelle

  • 63 Jean-Marie Brohm, Le mythe olympique, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1981.

17Au-delà de l’évidence du processus de sportivisation du corps handicapé qui finit par retrouver sa complétude, la série célèbre également les Jeux olympiques et paralympiques. En effet, ces derniers sont rapidement fixés en horizon à atteindre pour Rin. Plus encore, le manga construit une image idéalisée de l’olympisme reprenant largement les contours du mythe olympique critiqué par Jean-Marie Brohm63, entre apolitisme, amateurisme, dépassement de soi, égalité, accomplissement de l’idéal méritocratique, paix et dimension éducative de la pratique sportive. Cependant, si Rin court « vers les Paralympiques », le manga se focalise davantage sur l’évolution de la jeune fille en amont des Jeux, sans offrir véritablement de tableau paralympique final. Au contraire, celui-ci est dévoilé dès les premières pages. Ce qui compte dans l’œuvre de Shigematsu réside davantage dans le chemin parcouru. En somme, le manga relaie le mythe olympique, confond olympisme et paralympisme, et socialise les lecteur·rices à cet idéal, tout en le relativisant au profit de l’individue et son évolution. Il permet donc une autre approche des Jeux paralympiques, moins relégués à des Jeux en marge comme cela a pu être historiquement le cas, mais aussi moins fondamentaux dans l’intérêt à porter ou non aux athlètes handicapé·es, qui n’ont pas besoin d’exploits et de médailles d’or pour inspirer.

Une néo-samouraï ? Rin, du Bushidō au soft power

  • 64 Suvilay, « Le manga de sport », art. cit.
  • 65 Inazô Nitobe, Bushidō L’âme du Japon, Noisy-sur-École, Budo Éditions, 1997 (1905) ; Masaki Shiraish (...)
  • 66 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986.
  • 67 Saitô Tamaki, Beautiful Fighting Girl, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2011 (2000).
  • 68 Joseph S. Nye, Soft Power: The Means to Success in World Politics, New York, PublicAffairs, 2004.

18Au-delà de devenir une sportive et une paralympienne, Rin incarne surtout un idéal sportif japonais d’éducation à travers le corps, où le contrôle du corps est le reflet d’un contrôle de l’esprit64. En vérité, elle incarne les valeurs prônées par le Bushidō, la « voie du guerrier » associée à la figure du samouraï et qui a évolué organiquement en fonction des différents transferts culturels entre Japon et Occident65, pour finalement incarner un mythe politique66 souvent invoqué en idéal au Japon ou en lien avec celui-ci. Loyauté, respect, dévouement, détermination face à l’adversité, travail, tous ces éléments caractérisent Rin. Elle est en train de s’entraîner dur dans 36 % des images où elle apparaît (figure 2) et dans 65,5 % des images la représentant en tant que sportive. En somme, dans le contexte de la pratique physique, l’entraînement âpre et la construction de l’individue sont davantage soulignés et célébrés que l’affrontement en contexte d’entraînement ou la compétition, qui ne concernent que 14,5 % et 20 % des images de Rin sportive. C’est donc la lutte face à elle-même qui est mise en scène. L’héroïne incarne donc une version actualisée et féminine du Bushidō, reprenant l’archétype et le fantasme de la belle guerrière67 tout en la sexualisant beaucoup moins que d’autres héroïnes, et en balançant entre le dévouement à Kazami et la réalisation de son soi propre. À travers elle, comme à travers les paroles de Kazami qui veut faire mieux que les Américains et faire triompher ses compatriotes, l’ethos japonais est célébré et fixé en idéal. L’œuvre de Shigematsu reflète ainsi l’utilisation des mangas de sport à des fins de soft power68 par des artistes japonais‧es jouant le jeu du Cool Japan. Rin partage ainsi, certes de manière euphémisée, le destin des athlètes valides et handicapé·es, corps consommés et consumés par les États qui utilisent leurs performances à des fins de stratégie politique, et les lecteur·rices sont socialisé·es à la supériorité de la culture corporelle et du modèle japonais, comme dans la grande majorité des mangas de sport. Entre incarnation d’un idéal national et réalisation d’une certaine subjectivation, Rin actualise le mythe politique du samouraï. Pour mieux s’en émanciper ?

Humaine avant tout : Rin, du sport à la quête de soi

  • 69 Japan Media Arts Festival Overseas Promotion, YouTube, Manga, Diversity and Inclusion Special Progr (...)
  • 70 Danilo Martuccelli, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Col (...)
  • 71 Isabelle Ville, « From inaptitude for work to trial of the self. The vicissitudes of meanings of di (...)

19Au-delà de dépeindre une simple athlète capable de prouesses physiques, la série donne à voir une héroïne bien plus humaine et profonde. Ainsi, Rin se concentre autant sur le chronomètre que sur son ressenti, ses sensations, ses émotions. Elle alterne effort physique et introspection, puis s’accomplit et s’épanouit lorsque son bien-être devient physique, mental et social, et lorsqu’elle se ressent en symbiose avec sa prothèse, qu’elle finit par oublier pour se tourner davantage vers le monde des sens (figure 4). Certes, le manga est affaire de courage, de volonté, de passion, de surpassement de soi comme chemin vers la reconstruction de soi. Cependant, la défaite finale resitue l’essentiel, non pas dans la performance athlétique, mais dans la victoire morale du chemin parcouru, l’émancipation et l’agentivité retrouvée. D’ailleurs, Shigematsu a choisi le « para-sport » seulement comme « un décor, un motif ou un thème idéal » pour « écrire l’histoire de quelqu’un qui aurait vécu un échec ou une perte, pour finalement rebondir et retrouver sa force dans la découverte d’un autre univers69 ». Il s’agit donc d’un récit initiatique au-delà du sport, mettant en scène une héroïne qui ne se définit pas par son handicap (qui n’apparaît pas dans 63 % des images la concernant), mais davantage par sa volonté, et qui se réalise en tant qu’individue (elle est représentée seule dans 66 % des images la concernant) après avoir subi une perte. Ainsi, le manga reflète plus largement la montée de l’individu·e dans les sociétés françaises et japonaises contemporaines et sa construction à travers les épreuves70, et le handicap est ici construit comme épreuve de soi, reflet de la modernité et de la montée de la subjectivité71. Plus encore, l’œuvre montre une réalité sportive plus humaine et un idéal sportif plus humain, qui prolonge le surpassement des discriminations en lien avec le genre ou le handicap.

20En somme, le manga de Shigematsu reprend bon nombre de processus et mythes solidement ancrés dans le sport contemporain, tout en faisant la promotion de la culture corporelle japonaise, qui permet de prolonger les discours émancipateurs autour de l’individue Rin – avant de permettre une remise en question du sujet lecteur·rice, socialisé·e à une autre approche du corps. Tout ceci est permis grâce au manga et ses caractéristiques telles qu’elles sont utilisées par la mangaka.

« Je voulais que les lecteur·rices sachent à quel point ces athlètes sont cool !72 » : le manga comme outil d’éducation et de déconstruction des représentations discriminantes

21Consciente des enjeux du livre, entre narration et matérialité, qu’elle a étudiés et avait notamment développés dans son œuvre Shiroi Hon No Monotogari (2010), Narumi Shigematsu utilise dans cette série plusieurs outils à sa disposition afin de construire une représentation signifiante de la figure de la sportive handicapée, du récit et des dialogues aux images, en passant par le paratexte, afin de transmettre ses messages à travers plusieurs langages et éduquer ses lecteur·rices.

« Je voulais davantage raconter leurs accomplissements » : l’utilisation du récit et des dialogues

  • 73 Joseph Campbell, The Hero with a Thousand Faces, Novato, California, New World Library, 2008 (1949)

22Dans son récit et ses dialogues, Shigematsu célèbre les athlètes paralympiques et leurs accomplissements. Dans ses dialogues, elle souligne des éléments techniques (la classification des handicaps et les prothèses et lames correspondantes), économiques (le pouvoir des entreprises de conception des prothèses et le poids qui pèse sur les individu·es) et sociaux (la tension entre le sport de compétition et la haute technologie et le bien-être du plus grand nombre) pour éduquer les lecteur·rices à ces enjeux. Ainsi, elle mène un effort conscient de renversement du récit de vulnérabilité largement déployé autour de ces athlètes. Aussi, la narration et les dialogues mettent en lumière l’évolution du rapport à la prothèse, d’un dégoût initial à une joie et une parfaite symbiose finale (figure 5). Certes, dans l’histoire, Rin trébuche ou échoue à 33 reprises sur l’ensemble de la série, mais chaque échec est un ressort narratif pour souligner le rebond et son surpassement, et mener vers l’accomplissement final. Plus fondamentalement, ces échecs sont inscrits dans un récit monomythique tissé autour de l’héroïne Rin (figure 7)73, qui subit une véritable transformation tout au long de son aventure, épaulée par des adjuvants, opposée à des adversaires lui permettant de progresser et se découvrir, et qui finit par renaître en fin de récit.

« Tout est basé sur des recherches74 » : l’utilisation du paratexte

23Certains éléments du paratexte permettent également à l’autrice d’ajouter du sens. Les résumés et présentations des personnages en début de volume renforcent à la fois l’émancipation des personnages comme leur recadrage. C’est le cas de Rin, décrite comme une véritable athlète empreinte d’agentivité, mais dont la présentation jouxte celle de Kazami, dont l’influence est soulignée. De plus, les titres de chapitre (Premier pas, Deuxième pas, etc.) insistent sur le parcours initiatique et la repossession du corps pas à pas, et ainsi valorisent le processus davantage que son aboutissement. Enfin, des incises inter-chapitres écrites par l’autrice permettent de citer ses sources et ainsi de légitimer son travail, montrer les liens entre fiction et réalité, mais aussi et surtout de désinvisibiliser l’environnement des athlètes handicapé·es et montrer son importance sur leur bien-être. Le paratexte contribue donc à véhiculer des messages venant compléter la démarche artistique (et politique) de l’autrice, et à resituer l’œuvre vis-à-vis d’une réalité complexe.

« Je voulais montrer leurs performances » : l’utilisation des images

  • 75 DePauw, « The (In)Visibility of DisAbility », art. cit. ; Pappous/Marcellini/de Léséleuc, « From Sy (...)

24Surtout, le medium manga se démarque par la profusion de sens symboliques encodés en images. Ces dernières jouent donc un rôle décisif dans le partage de sens. Or, si l’on considère les précédentes représentations des corps sportifs handicapés et notamment la triade mise en avant par DePauw75, le dessin dans le manga de Narumi Shigematsu offre une représentation corporelle signifiante. L’évolution et la renaissance de Rin sont mises en dessins, à travers sa transformation physique (figures 1 et 6) et émotionnelle, entre agentivité et acceptation de son nouveau corps (figures 3, 4 et 5). Cette évolution est marquée par une forte mise en visibilité de l’héroïne dans l’ensemble de ses dimensions : un cadrage sur son visage et son regard pour l’affirmation d’un contrôle sur ses émotions et d’une agentivité retrouvée, la représentation de sa prothèse pour illustrer l’acceptation d’un handicap qui devient lieu de perfectionnement technique de soi, et son corps dépeint « en pied » pour montrer l’évolution vers un corps de nouveau complet. Visuellement, point d’invisibilité ni de passivité, bien au contraire. Shigematsu produit une représentation totale du corps de Rin, du corps du dehors et son évolution, au corps du dedans et sa resensibilisation.

25Affirmation de soi, exploration du ressenti, explicitation des enjeux sociaux, puissance physique et politique, tout est mis en récit, en textes, en paratexte et en images pour mieux expliciter le message d’une autrice militant pour la valorisation de figures qui méritent la désinvisibilisation autant que leur dévulnérabilisation. Le manga est ici utilisé en outil de sensibilisation, mêlant récit fictif et enjeux réels, et rappelant le potentiel rôle politique de la culture populaire dans la mise en lumière d’enjeux largement invisibilisés par ailleurs.

Plus que simplement visible

  • 76 DePauw, « The (In)Visibility of DisAbility », art. cit., p. 429.
  • 77 Pappous/Cruz Quintana/de Léséleuc/García Caro/Muñoz Vinuesa/Schmidt Río-Valle/Marcellini, « La Visi (...)

26Entre les stéréotypes de genre et ceux liés au handicap, sans oublier les cadrages attachés au spectacle sportif et à l’olympisme, comme à la construction d’un ethos national, produire une représentation émancipatrice des athlètes handicapé·es n’est pas chose aisée. Mais si, comme le souligne Karen DePauw, « ne rien faire, c’est perpétuer le statu quo76 », bien faire, c’est mieux. Ici, l’œuvre de Narumi Shigematsu produit une représentation intéressante de la sportive handicapée, figure relativement invisibilisée par ailleurs. En dépit de certains éléments stéréotypés, le personnage de Rin semble incarner un nouvel archétype relativement émancipateur. En marge d’une réalité empreinte d’une intersectionnalité de discriminations autour de la sportive handicapée, Running Girl produit un entre-deux, oscillant entre cadrage et libération. Un entre-deux qui se retrouve dans le manga de sport contemporain, outil d’éducation, de sportivisation, d’olympisation et de contrôle, comme outil d’émancipation, de resensibilisation et de célébration de l’humain. Si cette course vers l’émancipation et la libération symbolique des athlètes handicapées sur le terrain des représentations est loin d’être remportée, Rin représente bien un bond en avant. Et si « le chemin de l’intégration sociale passe par la transformation des connotations négatives de l’image du corps infirme77 », alors Running Girl engage sur ce chemin.

  • 78 Fiske, Understanding Popular Culture, op. cit., p. 4-5, 28.
  • 79 Kara7, Kat-Chan, Reptilian, Jeux paralympiques, Paris, Fondation IPSEN, 2021.
  • 80 Hayley Fitzgerald, Scarlett Drury et Annette Stride, « Representations of the Sporting Female: Quee (...)

27Surtout, l’œuvre de Shigematsu illustre la complexité de la culture populaire, véritable lieu de subordination comme de résistance, d’oppression comme de libération78. Elle illustre également le possible rôle social et politique joué par le manga, aujourd’hui médium de masse en France comme au Japon. En 2021, soutenue par le comité paralympique français, la fondation IPSEN publia même un manga pour mettre en avant le « para-sport79 », preuve que le manga figure désormais comme ces arts et médias d’influence. Surtout, le manga peut créer, comme ici, de nouvelles images pouvant influencer les imaginaires collectifs japonais comme français. En rendant visible l’état psychologique et physique de l’athlète handicapée, sa reconstruction et sa réalisation, le manga de Narumi Shigematsu pourrait bien contribuer à changer les regards sur cette dernière. Et si un tel propos a pu être également développé au sujet d’autres objets de la culture populaire, comme Becky, la Barbie paralympienne, l’œuvre de Shigematsu s’en différencie par sa nature même – une œuvre d’art ayant pour but de rendre visible l’invisible, plus qu’un produit d’une industrie néo-libérale empreint d’une vive tension entre discours égalitaire et pratiques inégalitaires80.

28Désormais, la prochaine question décisive est : et maintenant ? Qu’en sera-t-il de la prochaine athlète handicapée ? Prendra-t-elle le relais de Rin ? Ou bien rentrera-t-elle davantage dans le cadre historiquement tenace auquel se confrontent sportives, personnes handicapées et sportives handicapées ? Aussi, si l’art et les représentations reflètent leur époque et leurs enjeux, la mise en avant de l’œuvre Sans titre de l’artiste Fanny Michaëlys81 figurant une sportive noire handicapée fait apparaître la complexité de l’intersectionnalité des questionnements de genre, d’identité ethno-raciale et de handicap en lien avec le sport à l’orée des prochains Jeux, et l’importance de la prendre en compte. Cependant, l’écart entre l’évolution symbolique suggérée par le choix de Paris 2024 de promouvoir cette œuvre, et la réelle lutte contre ces discriminations qui se recoupent dans un pays où le concept d’intersectionnalité est contesté, laisse entrevoir un autre écart, celui entre la fiction et la réalité, entre l’image et ce à quoi elle renvoie, et plus fondamentalement entre le spectacle et l’histoire82. Spectacle en lui-même, le manga de Shigematsu donne néanmoins à voir des enjeux politiques décisifs autour des questions de genre et de handicap, et, ce faisant, articule ces deux éléments-clés de notre époque en ramenant ses lecteurs à l’histoire de discriminations persistantes qu’il reste à combattre, et en donnant le départ de conversations nécessaires. En attendant de nécessaires actions qui viendraient réaliser ce que les représentations permettent seulement d’entrevoir.

Figure 1. Couvertures des trois tomes de la série Running Girl, ma course vers les Paralympiques

Figure 1. Couvertures des trois tomes de la série Running Girl, ma course vers les Paralympiques

Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka

Figure 2. L’entraînement éreintant, élément du Bushidō

Figure 2. L’entraînement éreintant, élément du Bushidō

Tome 1, chapitre 3.

Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka

Figure 3. Du regard shōjo à l’agentivité émancipatrice

Figure 3. Du regard shōjo à l’agentivité émancipatrice

Tome 2, chapitre 6.

Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka

Figure 4. Se ressentir, pas décisif dans la réalisation de soi

Figure 4. Se ressentir, pas décisif dans la réalisation de soi

Tome 3, chapitre 14.

Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka

Figure 5. Le rebond émotionnel dans le rapport à la prothèse, illustration d’une agentivité retrouvée

Figure 5. Le rebond émotionnel dans le rapport à la prothèse, illustration d’une agentivité retrouvée

Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka

Figure 6. L’évolution de Rin, illustration du processus de sportivisation

Figure 6. L’évolution de Rin, illustration du processus de sportivisation

Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka

Figure 7. Rin, une héroïne monomythique

Figure 7. Rin, une héroïne monomythique

Tableau 1. Rin, une héroïne qui déconstruit les stéréotypes attachés aux personnes handicapées

Major Stereotypes Associated with Disabled People (Biklen & Bogdan, 1977)

Rin

Pitiable/Pathetic

Inspiring

Object of violence

Insistence on physical strength

Sinister/Evil

Friendly, optimistic

Atmosphere

Heroine

Supercrip

Superathlete yet human

Laughable

Relatable

One’s Own Worst Enemy

From trauma and pain to rebirth, motivation and agency

Burden/Helpless

From helplessness to source of inspiration

Nonsexual

Some flirting (Kazami, Kei)

Incapable of Fully Participating in Everyday Life

Constantly successfully adapting

Haut de page

Notes

1 Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Sandrine Jamain-Samson and Natalia Bazoge, « “Avec des exemples nous ferons des adeptes”. Regard du journal féminin Eve sur les sportives (1920-1939) », in Michael Attali (dir.), Sports et médias. Du XIXe siècle à nos jours, Biarritz, Atlantica, 2010, p. 721-732 ; Julie Gaucher, De la « femme de sport » à la sportive – une anthologie, Paris, Les Éditions du Volcan, 2019.

2 Yann Descamps, « Out of Our League: Femininity and Athletic Excellence in the French Media’s Coverage of Women’s Soccer and Basketball Games », in Adrienne N. Milner, et Jomills Henry Braddock II (dir.), Women in Sports: Breaking Barriers, Facing Obstacles. Volume 2: Social Trends, Santa Barbara, Praeger, 2017, p. 191-224 ; Barbara Ravel et Marc Gareau, « “French football needs more women like Adriana ?” – Examining the media coverage of France’s women’s national football team for the 2011 World Cup and the 2012 Olympic Games », International Review for the Sociology of Sport, 51, 2016, p. 833-847.

3 Ina Stat, 42, juin 2016.

4 Vincent Bresson, « Médiatisation : le foot féminin gagne du terrain », Larevuedesmedias.ina.fr, 2019, https://larevuedesmedias.ina.fr/mediatisation-le-foot-feminin-gagne-du-terrain (consulté le 10 juin 2024).

5 Sandy Montañola, « La complexe médiatisation des sportives de haut niveau », Sciences de la société, 83, 2011, p. 82-103 ; Margaret Carlisle Duncan et Michael A. Messner, « The Media Image of Sport and Gender », in Lawrence A. Wenner (dir.), MediaSport, Londres, Routledge, 1998, p. 170-185.

6 Ottogalli-Mazzacavallo/Jamain-Samson/Bazoge, « Avec des exemples nous ferons des adeptes », art. cit., p. 729.

7 Yann Descamps et Sébastien Laffage-Cosnier, « Impulser une émancipation… ou la contrôler ? Attacker You ! Jeanne et Serge, ou la représentation de la sportive dans les animés de sport au Japon et en France », Genre en séries, 14, 2023. https://doi.org/10.4000/ges.3730.

8 Elisabet Apelmo, Sport and the Female Disabled Body, Londres, Routledge & CRC Press, 2017.

9 Charlene Weaving et Jessica Samson, « The naked truth: Disability, sexual objectification, and the ESPN Body Issue », Journal of the Philosophy of Sport, 45, 2018, p. 83-100. https://doi.org/10.1080/00948705.2018.1427592.

10 Athanasios Pappous, Francisco Cruz Quintana, Éric de Léséleuc, María Paz García Caro, Antonio Muñoz Vinuesa, Jacqueline Schmidt Río-Valle et Anne Marcellini, « La Visibilidad de la Deportista Paralímpica en la Prensa Escrita Española », Revista de Ciencias del Ejercicio – FOD, 3, 2007, p. 12-32; Athanasios Pappous, Anne Marcellini et Éric de Léséleuc, « From Sydney to Beijing: the evolution of the photographic coverage of Paralympic Games in five European countries », Sport in Society, 14, 2011, p. 352.

11 “Beez” Lea Ann Schell et Stéphanie Rodriguez, « Subverting Bodies/Ambivalent Representations: Media Analysis of Paralympian, Hope Lewellen », Sociology of Sport Journal, 18, 2001, p. 127-135, https://doi.org/10.1123/ssj.18.1.127.

12 René Claude Lachal, « La représentation des personnes handicapées dans les médias : de l’objet au sujet », Prévenir, 39, 2000, p. 97-105.

13 Adrien Primerano, « L’émergence des concepts de “capacitisme” et de “validisme” dans l’espace francophone. Entre monde universitaire et monde militant », Alter, 16, 2022, p. 43-58.

14 Pappous/Cruz Quintana/de Léséleuc/García Caro/Muñoz Vinuesa/Schmidt Río-Valle/Marcellini, « La Visibilidad de la Deportista Paralímpica… », art. cit., p. 15.

15 Rémi Richard, Hélène Joncheray et Valentine Duquesne, « Cripping Sport and Physical Activity: An Intersectional Approach to Gender and Disability », Sport, Ethics and Philosophy, 17, 2023, p. 327-341, https://doi.org/10.1080/17511321.2022.2161611.

16 Yoshiko Okuyama, Reframing Disability in Manga, Honolulu, University of Hawai’I Press, 2020, p. 74-82.

17 Narumi Shigematsu, Running Girl, ma course vers les Paralympiques (3 tomes), Rancon, Akata, 2020 (2018).

18 Denis J. Frost, More Than Medals: A History of the Paralympics and Disability Sports in Postwar Japan, Ithaca, Cornell University Press, 2020.

19 Christine Détrez, La construction sociale du corps, Paris, Seuil, 2002 ; David Le Breton, Anthropologie des émotions, Paris, Payot, 2021 (1998) ; Georges Vigarello, Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps (XVIe-XXe siècles), Paris, Seuil, 2014.

20 Anne Higonet, « Femmes, images et représentations », in Georges Duby, Michelle Perrot et Françoise Thébaud (dir.), Histoires des femmes en Occident. Tome V. Le XXe siècle, Paris, Perrin, 1992, p. 457-508 ; Susan Birrell et Cheryl L. Cole (dir.), Women, Sport, and Culture, Champaign, Human Kinetics, 1994 ; Robin Kietlinski, Japanese Women and Sport: Beyond Baseball and Sumo, London, Bloomsbury, 2013 (2011) ; Thierry Terret et al. (dir.), Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 ; Frost, More Than Medals, op. cit.

21 Raewyn W. Connell, Gender and Power: Society, the Person and Sexual Politics, Cambridge, Polity Press, 1987; Michèle Riot-Sarcey, Le genre en questions. Pouvoir, politique, écriture de l’histoire, Paris, Creaphis éditions, 2016, p. 85.

22 Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Virginie Nicaise et Guillaume Bodet, « Introduction. Football et femmes en France : une longue route (encore) semée d’embûches… », Staps, 131, 2021, p. 7. https://doi.org/10.3917/sta.131.0005.

23 Nigel Thomas et Andy Smith, Disability, Sport and Society: An Introduction, Londres, Routledge, 2009, p. 6-12; Okuyama, Reframing Disability in Manga, op. cit., p. 3-13.

24 Patricia Hill Collins et Sirma Bilge, Intersectionality, Cambridge, Polity Press, 2020 (2016), p. 2.

25 Jean-Jacques Courtine, Déchiffrer le corps. Penser avec Foucault, Grenoble, Jérôme Million, 2011.

26 Linda Nochlin, Representing Women, London, Thames et Hudson, 2019 (1999) ; Henri-Jacques Stiker, Les fables peintes du corps abîmé. Les images de l’infirmité du XVIe au XXe siècle, Paris, les Éditions du Cerf, 2006 ; Tsuji Nobuo, History of Art in Japan, New York, Columbia University Press, 2019 (2005) ; Okuyama, Reframing Disability in Manga, op. cit.

27 Roland Barthes, « Rhétorique de l’image », Communications, 4, 1964, p. 40-51.

28 Erwin Panofsky, Essais d’iconologie, Paris, Gallimard, 2021 (1939).

29 Stuart Hall, Representation: Cultural Representations and Signifying Practices, London, The Open University, 1997, p. 1.

30 Susan Birrell et Mary G. McDonald, Reading Sport: Critical Essays on Power and Representation, Boston, Northeastern University Press, 2000, p. 1-3.

31 John Fiske, Media Matters: Race and Gender in U.S. Politics, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1999 ; John Fiske, Understanding Popular Culture, 28, Londres, Routledge, 2010, p. 4-5.

32 Karen P. DePauw, « The (In)Visibility of DisAbility: Cultural Contexts and “Sporting Bodies” », Quest, 49, 1997, p. 417-430.

33 Henri-Jacques Stiker, « Note sur la photographie de Xavier Torres prise par Bob Martin », Alter, European Journal of Disability Research, 4, 2010, p. 34-37 ; Estelle Lebel, Anne Marcellini et Athanasios Sakis Pappous, « Regards croisés sur une photographie sportive. Photojournalisme sportif et athlètes handicapés : mise en scène du corps et production de sens », Alter, European Journal of Disability Research, 4, 2010, p. 18-33.

34 Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres, 1, 2013. https://doi.org/10.4000/rsl.219.

35 Christine Détrez, « Des shōnens pour les garçons, des shōjos pour les filles ? Apprendre son genre en lisant des mangas », Réseaux, 168-169, 2011, p. 165-186.

36 Bounthavy Suvilay, « Le manga de sport comme récit de formation pour la jeunesse au Japon », Agora débats/jeunesses, 78, 2018, p. 125-141.

37 Takehiko Inoue, Real, Tome 1, Paris, Kana, 2005 (2001).

38 Laura Mulvey, Visual and Other Pleasures, New York, Palgrave, 1989.

39 Bounthavy Suvilay, Le sport animé ! 50 ans de séries sportives au Japon, Paris, Ynnis éditions, 2021, p. 8.

40 Gaucher, De la « femme de sport » à la sportive…, op. cit.

41 Détrez, « Des shōnens pour les garçons, des shōjos pour les filles ? », art. cit.

42 Racha Belmehdi, Rivalité, nom féminin. Une lecture féministe du mythe, Lausanne, Favre, 2022.

43 Dans l’acte 1 de l’opéra de Jacques Offenbach, Les contes d’Hoffmann (1881), le scientifique Spalanzani crée de toutes pièces une femme-automate nommée Olympia, dont le héros Hoffmann tombe amoureux.

44 Pascal Duret, L’héroïsme sportif, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

45 Pappous/Cruz Quintana/de Léséleuc/García Caro/Muñoz Vinuesa/Schmidt Río-Valle/Marcellini, « La Visibilidad de la Deportista Paralímpica… », art. cit. ; Pappous/Marcellini/de Léséleuc, « From Sydney to Beijing », art. cit.

46 Stiker, Les fables peintes du corps abîmé, op. cit.

47 Kenneth Clark, The Nude: A Study in Ideal Form, Princeton, Princeton University Press, 1992 (1956).

48 Frédéric Chauvaud et Denis Mellier, Corps handicapés et corps mutilés dans la BD, Rennes, PUR, 2020.

49 P. David Howe et David E. J. Purdue, « See the sport, not the disability: exploration du paradoxe paralympique », Qualitative Research in Sport, Exercise and Health, 4, 2021, p. 189-205.

50 Lucie Dalibert, « Remarquables mais non (re-)marqués : le rôle du genre et de la blanchité dans les représentations des corps technologisés », Poli-Politique de l’Image, 10, 2015, p. 50-59, halshs-01650167.

51 Okuyama, Reframing Disability in Manga, op. cit., p. 74-82.

52 Douglas Biklen et Robert Bogdan, « Media Portrayals of Disabled People: A Study in Stereotypes », Interracial Books for Children Bulletin, 8, 6 et 7, 1977, p. 4-9.

53 Okuyama, Reframing Disability in Manga, op. cit., p. 16-17.

54 Eric de Léséleuc, Nathalie Le Roux et Anne Marcellini, « Pratique sportive, visibilité et intégration sociale des personnes handicapées », Anduli, 11, 2012, p. 71-85.

55 Bernard Quentin, « Analogies abusives et autres paralogismes en territoire de handicap », Alter, European Journal of Disability Research, 4, 2010, p. 48-58.

56 Okuyama, Reframing Disability in Manga, op. cit., p. 18-19.

57 Jeffrey J. Martin, « Inspiration Porn and Disability Sport ». Dans Donna Goodwin et Maureen Connolly (dir.), Reflexivity and Change in Adaptive Physical Activity, Londres, Routledge, 2022, p. 213-226.

58 Yann Beldame, Helene Joncheray, Valentine Duquesne et Remi Richard, « “They Don’t Really Care about my Results, they Prefer Selling my Life Story”. Inspirational Paralympians and Sponsorship », Communication & Sport, 12, 2024, p. 194-209.

59 Okuyama, Reframing Disability in Manga, op. cit., p. 17-18.

60 Laurent Paccaud et Alexandre Baril, « Corps dérangeant, corps dégenré : performer la féminité supercrip dans le milieu du powerchair hockey et du blogage », Recherches féministes, 34, 2021, p. 161-179. https://doi.org/10.7202/1085247ar.

61 Lebel/Marcellini/Pappous, « Regards croisés sur une photographie sportive », art. cit., p. 30.

62 Alain Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1994.

63 Jean-Marie Brohm, Le mythe olympique, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1981.

64 Suvilay, « Le manga de sport », art. cit.

65 Inazô Nitobe, Bushidō L’âme du Japon, Noisy-sur-École, Budo Éditions, 1997 (1905) ; Masaki Shiraishi, « Bushidō as a Hybrid: Hybridity and Transculturation in the Bushidō Discourse », Asian Studies, VI, 2018, p. 51-70. https://doi.org/10.4312/as.2018.6.2.51-70.

66 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986.

67 Saitô Tamaki, Beautiful Fighting Girl, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2011 (2000).

68 Joseph S. Nye, Soft Power: The Means to Success in World Politics, New York, PublicAffairs, 2004.

69 Japan Media Arts Festival Overseas Promotion, YouTube, Manga, Diversity and Inclusion Special Program, Shigematsu Narumi Talk Session, 24 janvier 2021. https://www.youtube.com/watch ?v =tA4yGv4EA38 (consulté le 29 juin 2024).

70 Danilo Martuccelli, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, 2006.

71 Isabelle Ville, « From inaptitude for work to trial of the self. The vicissitudes of meanings of disability », Alter, European Journal of Disability Research, 4, 2010, p. 59-71.

72 YouTube, Shigematsu Narumi Talk Session. https://www.youtube.com/watch ?v =tA4yGv4EA38 (consulté le 29 juin 2024).

73 Joseph Campbell, The Hero with a Thousand Faces, Novato, California, New World Library, 2008 (1949).

74 YouTube, Shigematsu Narumi Talk Session. https://www.youtube.com/watch ?v =tA4yGv4EA38 (consulté le 29 juin 2024).

75 DePauw, « The (In)Visibility of DisAbility », art. cit. ; Pappous/Marcellini/de Léséleuc, « From Sydney to Beijing », art. cit.

76 DePauw, « The (In)Visibility of DisAbility », art. cit., p. 429.

77 Pappous/Cruz Quintana/de Léséleuc/García Caro/Muñoz Vinuesa/Schmidt Río-Valle/Marcellini, « La Visibilidad de la Deportista Paralímpica… », art. cit., p. 14.

78 Fiske, Understanding Popular Culture, op. cit., p. 4-5, 28.

79 Kara7, Kat-Chan, Reptilian, Jeux paralympiques, Paris, Fondation IPSEN, 2021.

80 Hayley Fitzgerald, Scarlett Drury et Annette Stride, « Representations of the Sporting Female: Queering Paralympic Barbie ». Dans Louise Mansfield, Jayne Caudwell, Belinda Wheaton et Beccy Watson (dir.), The Palgrave Handbook of Feminism and Sport, Leisure and Physical Education, Londres, Palgrave Macmillan UK, 2017, p. 667-680. https://philpapers.org/rec/MANTPH-3 (consulté le 29 juin 2024).

81 https://www.instagram.com/p/CtGbArgtJdw/ (consulté le 29 juin 2024).

82 Guy Debord, La société du spectacle, Paris, Folio, 2018 (1967) ; Guy Debord, Commentaires sur la société du spectacle, Paris, Folio, 2018 (1988).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Couvertures des trois tomes de la série Running Girl, ma course vers les Paralympiques
Crédits Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2. L’entraînement éreintant, élément du Bushidō
Légende Tome 1, chapitre 3.
Crédits Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3. Du regard shōjo à l’agentivité émancipatrice
Légende Tome 2, chapitre 6.
Crédits Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9118/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 4. Se ressentir, pas décisif dans la réalisation de soi
Légende Tome 3, chapitre 14.
Crédits Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9118/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Figure 5. Le rebond émotionnel dans le rapport à la prothèse, illustration d’une agentivité retrouvée
Crédits Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9118/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Figure 6. L’évolution de Rin, illustration du processus de sportivisation
Crédits Autorisation de reproduction des planches par les éditions Ataka
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9118/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Figure 7. Rin, une héroïne monomythique
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9118/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Descamps, « En route vers la désinvisibilisation… et la dévulnérabilisation ? »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9118 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y93

Haut de page

Auteur

Yann Descamps

UFR STAPS - Université de Franche-Comté, Laboratoire C3S (UR 4660), yann.descamps@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search