Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33VariaMarie de Batarnay (1539-1595), ac...

Varia

Marie de Batarnay (1539-1595), actrice de la fulgurante ascension de sa famille

Marie de Batarnay (1539-1595) and the rise of her family
Camille Hamon

Résumés

Marie de Batarnay est la mère d’Anne de Joyeuse, le favori du roi Henri III. Son fils connaît une ascension fulgurante à la cour dans le cadre des guerres de Religion. Alors que son époux doit rester sur ses terres d’origine dans le Languedoc pour combattre les huguenots, elle se rend à Paris pour promouvoir et protéger la lignée de Joyeuse et sa lignée d’origine, celle des Batarnay. Les moments-clés que sont la négociation des contrats de mariage et le règlement des successions permettent d’entrevoir la manière dont elle participe à la construction de la fortune des Joyeuse, et ce-faisant à l’identité du lignage, devenant ainsi une actrice majeure de leur ascension sociale. Cette étude propose ainsi de relire l’histoire de la faveur des Joyeuse et l’évolution du statut social de leur lignée à la lumière de l’action de Marie de Batarnay.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le prénom Anne est un prénom épicène au XVIe siècle.
  • 2 Kristen B. Neuschel, « Noblewomen and War in Sixteenth-Century France », in Michael Wolfe (dir.), C (...)

1Les guerres de Religion voient le royaume de France aux prises avec lui-même. Dans ce contexte conflictuel, certaines familles nobles connaissent pourtant une promotion rapide en bénéficiant de la faveur du pouvoir royal : c’est le cas de la famille de Joyeuse, dont le fils aîné Anne (1560-1587) se hisse dans l’entourage restreint du roi Henri III1. Sa faveur débute après sa participation à des campagnes militaires contre les huguenots dans les années 1570. Mais cette promotion doit également beaucoup à sa mère, Marie de Batarnay, qui illustre le rôle des femmes nobles en temps de guerre, désormais bien balisé par l’historiographie. En l’absence des époux, elles prennent en charge seules l’administration des terres, la gestion de l’argent et le bon fonctionnement de la maison2.

  • 3 Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Seyssel, Champ Vallon, 2000.
  • 4 Elie Haddad, Fondation et ruine d’une « maison » : histoire sociale des comtes de Belin (1582-1706)(...)

2L’ascension des mignons de Henri III a été étudiée par Nicolas Le Roux sous l’angle des transformations de la faveur royale à la fin du xvie siècle, qu’il définit comme « situation de pouvoir informel ne reposant ni sur le statut social ni sur les charges officielles3 », mais sur un lien personnel et affectif avec le souverain. Mais il est aussi utile de l’envisager comme un phénomène inscrit dans le temps long, sur plusieurs générations4. Il peut ainsi être éclairant de se tourner vers celles et ceux qui précèdent les favoris ; à savoir, pour les Joyeuse, les parents d’Anne, Guillaume de Joyeuse et Marie de Batarnay (cf. figure 1). Les historien•nes de la famille et de la parenté à l’époque moderne ont notamment mis en avant le rôle des femmes dans la protection des intérêts lignagers. Chez les Joyeuse, ce rôle échoit à Marie de Batarnay. Les guerres de Religion ont en effet la particularité d’être des guerres civiles, ce qui signifie que les hommes sont amenés à combattre dans leurs provinces d’origine. C’est le cas de Guillaume de Joyeuse, l’époux de Marie, qui ne se rend donc que rarement – voire jamais – à la cour. La promotion des intérêts des Joyeuse à la cour revient donc à Marie de Batarnay.

  • 5 Haddad, Fondation…, op. cit., p. 20-21.

3Elle laisse de nombreuses traces dans les sources généalogiques et notariées, en particulier dans des contrats de mariage, des extraits d’inventaire après décès, des contrats de vente et de constitution de rente, autant d’outils pour étudier les pratiques de transmission visant à préserver l’identité et les richesses d’un lignage5. Les sources notariées ne permettent cependant pas de saisir la manière dont les relations quotidiennes se nouent au sein d’une famille : à cet égard, les correspondances sont des ressources précieuses car elles matérialisent ces relations.

  • 6 Monique Haicault, « Autour d’agency. Un nouveau paradigme pour les recherches de Genre », Rives méd (...)

4Pour protéger sa famille, Marie de Batarnay doit faire face au pouvoir royal, aux contraintes liées à son genre et aux impératifs de conservation du lignage, qui peuvent restreindre sa capacité d’agir. Traduction possible d’agency, la capacité d’agir signifie ici pouvoir « trouver la liberté dans une marge de manœuvre à déployer face aux prescriptions6 » familiales et sociales. À travers le portrait de Marie de Batarnay, il s’agit surtout de replacer la faveur du duc Anne de Joyeuse dans son contexte familial, celui de l’ascension de la lignée de Joyeuse. Marie de Batarnay est par ailleurs à cheval entre deux lignées, celle de son époux et celle des Batarnay. Ses actions ne sont jamais indépendantes de l’une comme de l’autre, d’autant plus que les Batarnay sont étroitement associés à la faveur des Joyeuse.

5Le rôle actif de Marie dans la faveur familiale est dû à des conditions précises : elle est à la fois d’un rang supérieur à son époux, et plus mobile que lui dans le royaume. Cela lui permet de prendre en charge la gestion des affaires familiales à Paris, auprès du pouvoir royal, en particulier la négociation des alliances et le règlement des successions. Elle n’est cependant pas seule : les femmes de Batarnay en général, et en particulier la mère de Marie, Isabeau de Savoie, tiennent une place importante auprès des enfants de Joyeuse.

Figure 1. Arbre généalogique des Batarnay

Figure 1. Arbre généalogique des Batarnay

Une alliance hypogamique et transprovinciale

Deux familles clientes d’Anne de Montmorency

  • 7 Bernard Édouard de Mandrot, Ymbert de Batarnay, seigneur de Bouchage, conseiller des rois Louis 11, (...)
  • 8 Bibliothèque nationale de France (BnF), Manuscrits Français (Ms. Fr.), Cabinet de d’Hozier 246 (Mon (...)
  • 9 Pierre-Jean Souriac, Une guerre civile. Affrontements religieux et militaires dans le Midi toulousa (...)

6Marie de Batarnay appartient à une puissante famille de serviteurs des rois : son bisaïeul Ymbert de Batarnay est un proche conseiller des Valois, de Louis XI à François Ier. Les Batarnay possèdent un château et des terres à Montrésor et Bridoré en Touraine, ainsi que le comté du Bouchage et un hôtel particulier à la cour7. Les origines de la mère de Marie de Batarnay, Isabeau de Savoie, sont plus illustres encore. Son père, né de l’union illégitime entre Philippe II de Savoie et Libera Portoneri, est légitimé en 1496, ce qui permet à ses enfants de porter le nom de la maison de Savoie (cf. figure 1). Elle appartient donc à la même lignée que les ducs de Savoie et que la reine de France, Louise de Savoie. Surtout, sa sœur est Madeleine de Savoie, l’épouse du connétable Anne de Montmorency8. Guillaume de Joyeuse appartient quant à lui à une noblesse languedocienne moins élevée. Son père Jean de Joyeuse est d’abord gouverneur de Narbonne, puis lieutenant-général de la province du Languedoc au service d’Anne de Montmorency qui en est le gouverneur9. Par son union avec Françoise de Voisins, Jean de Joyeuse obtient la seigneurie et baronnie d’Arques, dans l’actuel département de l’Aude. La famille possède aussi un château à Couiza, dont la construction est achevée par Guillaume de Joyeuse lui-même.

  • 10 Jean-Marie Constant, La noblesse en liberté, XVIe-XVIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de (...)
  • 11 Constant, La noblesse en liberté…, op. cit., p. 85.

7Les Joyeuse appartiennent donc à un rang social inférieur à celui des Batarnay, et sont plus proches de la noblesse seconde, notion forgée par Jean-Marie Constant et précisée par Laurent Bourquin10. Catégorie intermédiaire entre grands et petits nobles provinciaux, ses membres sont au service du pouvoir royal et peuplent les rangs des charges militaires provinciales, essentiellement dans les provinces frontalières11. L’ancrage des Joyeuse est exclusivement languedocien, et Guillaume comme son père jouent le rôle d’intermédiaires auprès du pouvoir en tant que lieutenants-généraux de la province.

  • 12 Laurent Bourquin, Noblesse seconde…, op. cit., p. 37.
  • 13 Arlette Jouanna, « Faveur et favoris : l’exemple des mignons de Henri III », in Robert Sauzet (dir. (...)
  • 14 Pierre de Vaissière, Messieurs de Joyeuse (1560-1615). Portraits et documents inédits, Paris, Albin (...)
  • 15 Robert Harding, Anatomy of a Power Elite. The Provincial Governors of Early Modern France, New Have (...)

8La noblesse seconde est toutefois définie par son absence dans les réseaux de fidélité des Grands12. Arlette Jouanna inscrit les favoris de Henri III dans la catégorie de « noblesse moyenne » et indique qu’ils ne sont « pas engagés dans la clientèle des plus puissants seigneurs de la cour13 ». Or, les Joyeuse sont clients des Montmorency ; c’est sûrement par l’intermédiaire du connétable que le mariage entre Marie de Batarnay et Guillaume de Joyeuse a lieu14. Les deux viennent de familles aux ancrages géographiques éloignés et Montmorency est le seul lien discernable entre eux, Marie étant sa nièce par alliance. Le cas des Joyeuse présente donc une variation sur le modèle de la noblesse seconde établi par Laurent Bourquin. Ce mariage s’inscrit aussi dans une politique plus large d’Anne de Montmorency : souvent loin du Languedoc dont il est pourtant gouverneur, il compense cette absence par des mariages entre sa famille et des familles languedociennes15.

  • 16 Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, p. 137.
  • 17 Il s’agit de Guillaume Ier de Joyeuse (1445-1493), qui épouse Anne de Balsac, originaire d’Auvergne (...)
  • 18 Roger Baury, « L’ubiquité nobiliaire aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Josette Pontet, Michel Figea (...)

9Le mariage de Marie de Batarnay et Guillaume de Joyeuse est donc hypogamique et unit deux familles implantées dans des provinces très éloignées l’une de l’autre. En cela, il ressemble à d’autres unions de la noblesse du xvie siècle : l’hypogamie concerne alors 75 % des mariages nobles16, et un ancêtre de Guillaume de Joyeuse a lui aussi épousé une femme d’une autre province17. Il crée néanmoins un terreau favorable à l’action de Marie de Batarnay, par la supériorité de son lignage sur celui de son époux et par la pluralité des ancrages géographiques qu’il donne aux Joyeuse-Batarnay. Cette « pluri-provincialité patrimoniale18 » constitue un maillage facilitant les déplacements à l’échelle du royaume, que Marie de Batarnay peut investir : elle dispose de points d’appui en ville et en campagne, à la cour et dans les provinces. Or, ses déplacements se font souvent sans son époux, que le déclenchement des guerres de Religion contraint à rester dans sa province.

L’ancrage languedocien des Joyeuse

10En tant que membres de la noblesse seconde languedocienne, les Joyeuse s’engagent dans la défense militaire de la province. Guillaume de Joyeuse y est lieutenant-général, et constitue ainsi l’un des principaux relais du pouvoir. Son ancrage dans la province est fort : en plus des terres qu’il y possède, il supplée au gouverneur Anne de Montmorency, souvent absent. Son centre de gravité est le Languedoc, loin de la cour où ses fils intègrent l’entourage du roi.

  • 19 Janine Garrisson, Protestants du Midi, 1559-1598, Toulouse, Privat, 1991, p. 178.
  • 20 Souriac, Une guerre civile, op. cit., p. 33.

11Dès 1562 cependant, le paysage militaire et administratif du Languedoc est bouleversé par le début des guerres de Religion. La province est un foyer majeur de la Réforme : plusieurs villes comme Montauban, Nîmes ou Montpellier sont des bastions du protestantisme dès la première guerre19. À l’inverse, une ligue catholique se noue en 1563 à Toulouse autour de Guillaume de Joyeuse et du lieutenant-général de Guyenne, Blaise de Montluc20. Le Languedoc, province frontalière du royaume, devient aussi une frontière de catholicité, ce qui en fait un front décisif de défense religieuse face aux huguenots. Cela implique une présence continue, ou du moins très régulière, de Guillaume dans sa province.

  • 21 Arlette Jouanna, Le devoir de révolte, Paris, Fayard, 1989, p. 168-179.
  • 22 Souriac, Une guerre civile…, op. cit., p. 42.
  • 23 Ibidem, p. 80.
  • 24 Garrisson, Protestants…, op. cit., p. 193-199.

12En 1563, le gouverneur Anne de Montmorency meurt et son fils Henri de Montmorency-Damville lui succède. Entre 1563 et 1573, Joyeuse et Damville organisent la défense catholique de la province. Mais les cartes sont rebattues en 1573 quand Damville se retourne contre le pouvoir royal et prend la tête du parti des Malcontents, qui voit nobles catholiques et protestants s’allier contre les Valois et leur proche entourage, s’attaquant surtout aux favoris de Henri III et aux conseillers italiens de Catherine de Médicis21. Selon Pierre-Jean Souriac, « suite à la défection du gouverneur provincial du Languedoc, l’influence du lieutenant-général monta en puissance dans le haut pays22 ». Joyeuse garde le contrôle de Toulouse, de l’Albigeois, du Lauragais et de Narbonne où il s’appuie sur des relais locaux pour créer un réseau de soutien face à Montmorency-Damville23. Pendant les années 1580, ces obligations l’empêchent de quitter le Languedoc où il doit faire face au soulèvement des habitant∙es et à la menace que représente le roi de Navarre24. Le caractère civil des guerres de Religion, qui conduit Guillaume de Joyeuse à combattre dans sa province d’origine, renforce l’influence des Joyeuse dans l’encadrement militaire du Languedoc.

  • 25 Anne (1560), François (1562), Henri (1563), Antoine-Scipion (1564), Georges (1567) et Claude de Joy (...)
  • 26 BnF, Ms. Fr. 3322, fol. 65 : Marie de Batarnay à René de Batarnay, Couiza, 3 août (?). La lettre n’ (...)
  • 27 Édouard de Barthélemy, Correspondance inédite du vicomte de Joyeuse, lieutenant-général pour le roi (...)
  • 28 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 27. Sur les attaques huguenotes à l’encontre des (...)
  • 29 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 33.

13Quant à Marie de Batarnay, elle a probablement vécu auprès de son époux pendant la première décennie des guerres : elle donne naissance à six enfants entre 1560 et 1569, ce qui complique les déplacements à l’échelle du royaume25. Elle est en tout cas sur les terres de Joyeuse à Couiza quand elle écrit à son père René de Batarnay dans les années 156026. Mais l’intensité des conflits fait du Languedoc une province peu sûre, ce que Guillaume de Joyeuse déplore dans une lettre adressée à sa belle-mère, Isabeau de Savoie : « je laisse en ce lieu vostre fille preste à fayre sa grosse fille […] ; se pays et sa sayson sont fort incomodés pour petits enfans27 ». Les dégradations répétées sur les terres des Joyeuse auraient encouragé Marie à s’éloigner du Languedoc au début des années 1570, pour passer plus de temps à la cour28. En l’absence de date exacte, il est impossible de savoir avec certitude si elle quitte le Midi seule ou avec ses enfants. Toutefois, en 1572, Anne de Joyeuse est en âge de commencer sa scolarité au collège de Navarre à Paris : il est donc probable qu’elle l’accompagne et que les autres fils restent auprès de leur père29. À partir des années 1570 et surtout des années 1580, Marie de Batarnay passe donc plus de temps dans le nord du royaume, entre les terres tourangelles des Batarnay et Paris, même si elle continue de se rendre occasionnellement dans le Languedoc. La situation militaire de la province, combinée avec l’éclatement géographique des implantations familiales, favorise donc sa mobilité : elle est à la fois plus libre de se déplacer plus loin que son époux, et socialement plus apte à côtoyer les Grands du fait de son éminente extraction.

Protéger et promouvoir les intérêts de sa maison

La négociation des alliances matrimoniales

  • 30 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 461.
  • 31 Ibidem, p. 463-466.

14L’ascension sociale des Joyeuse repose presque uniquement sur le bon vouloir du roi : pour Nicolas Le Roux, Anne de Joyeuse et le duc d’Épernon sont les « archimignons30 » du roi Henri III. Ils accumulent les honneurs et les charges, ont un accès privilégié à la personne du roi, et viennent d’une noblesse moins élevée que ses anciens favoris. Ils lui doivent leur statut et leur fortune, et sont les véritables « créatures » de Henri III, qui concentre sur eux tous les avantages de la faveur31. Ils sont donc bien plus dépendants du souverain que le reste de la noblesse : la chute en est donc d’autant plus violente quand la faveur disparaît. La potentielle fragilité du statut d’Anne de Joyeuse, dont dépend celui du lignage, s’ajoute ainsi à la relative sédentarité de Guillaume de Joyeuse loin de la cour et renforce le rôle de cheffe de famille de Marie de Batarnay. Elle doit parfois s’opposer directement au roi pour protéger les intérêts de sa famille.

  • 32 Henri III cherche ainsi à redoubler les liens de fidélité et d’amitié qu’il entretient avec eux en (...)
  • 33 Pour une analyse des débats entourant ce tableau, voir Cécile Scailliérez, « Bals à la cour des Val (...)

15Trois illustres alliances sont organisées par le roi pour les Joyeuse-Batarnay entre 1581 et 158232. La première et la plus importante unit Anne de Joyeuse à Marguerite de Lorraine-Vaudémont, la demi-sœur de la reine ; le tableau Pavane à la cour d’Henri III a longtemps été perçu comme une représentation de leurs noces, bien que le couple au centre du tableau ne soit finalement pas identifié33.

Figure 2. Pavane à la cour d’Henri III

Figure 2. Pavane à la cour d’Henri III

École française, attribué au Maître des bals à la cour des Valois, 3e quart du XVIe siècle.
Musée du Louvre, INV 8731, MR 1342 (Wikimedia Commons).

  • 34 Barbara Harris, English Aristocratic Women, 1450-1550. Marriage and Family, Property and Careers, O (...)
  • 35 Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europ (...)
  • 36 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 480.

16La deuxième union voit Henri de Joyeuse épouser Catherine de Nogaret, la sœur d’Épernon, autre favori du roi. La troisième fait du frère de ce dernier, Bernard de Nogaret, l’époux d’Anne de Batarnay, sœur de Marie de Batarnay. L’implication de Marie dans la conclusion de ces alliances n’est guère surprenante : c’est par les mariages qu’un lignage peut survivre et s’élever. À cet égard, les femmes s’investissent tout autant que les hommes dans la recherche de bonnes alliances34. Celles de 1581 et 1582 tissent des liens de parenté entre les Joyeuse, les Batarnay, les La Valette et la famille royale. La politique matrimoniale de Henri III rappelle ainsi le modèle de l’échange des femmes théorisé par Claude Lévi-Strauss, ainsi que la fonction du mariage comme outil diplomatique pour les couples princiers européens35. La première fille La Valette épouse ainsi un cadet Joyeuse, tandis que l’aîné La Valette épouse une cadette Batarnay. Le roi a aussi initialement pour projet de marier le duc d’Épernon à Christine de Lorraine, sa propre belle-sœur et la sœur cadette de Marguerite de Lorraine, mais elle est trop jeune et le projet est abandonné36. Henri III cherche à créer un groupe soudé non seulement par la fidélité que ses membres lui doivent, mais aussi par les liens de parenté qui les unissent.

17En l’absence de Guillaume de Joyeuse, seule Marie de Batarnay représente sa maison pendant les mariages de ses fils. Elle doit donc protéger les intérêts de sa famille face aux ambitions royales. En exprimant ses réticences aux unions voulues par le roi, elle négocie des conditions plus avantageuses pour ses enfants :

  • 37 Archives nationales du Royaume-Uni, Calendar of State Papers Foreign, vol. 15 (1581-1582), p. 348 : (...)

Malgré tous les honneurs et la générosité du roi envers lui [Anne de Joyeuse], sa mère s’est plainte auprès du roi du fait qu’unir son fils à une princesse risque de conduire sa maison à la ruine, car les biens et terres qui resteront à son fils ne suffiront pas à l’entretenir au vu du statut dont il jouit désormais, si bien que si sa Majesté doit un jour chuter, elle pense que son fils et sa maison chuteront avec lui. Le roi a tenté de satisfaire la mère du duc par de grandes promesses et de nombreuses garanties, mais elle reste inquiète, et ne semble pas très heureuse37.

  • 38 BnF, Ms. Fr. 17557, fol. 129-131 : contrat de mariage d’Anne de Joyeuse et de Marguerite de Lorrain (...)
  • 39 A.N M.C. LXXVIII 124, fol. 374-375 : acte passé au Louvre en 1581.
  • 40 André Burguière, Le mariage et l’amour en France, de la Renaissance à la Révolution, Paris, Seuil, (...)
  • 41 Ibidem.

18Le roi se porte en effet garant de l’apport financier au jeune couple : chacun des époux reçoit 100 000 écus de sa part, et il leur promet aussi 200 000 écus pour les deux années suivantes38. Les inquiétudes de Marie de Batarnay posent aussi de manière sous-jacente la question du douaire : en acceptant l’union d’Anne avec une princesse lorraine, les Joyeuse-Batarnay s’engagent à lui permettre de mener un train de vie à la hauteur des attentes de son rang, y compris après la mort du duc. L’intervention du roi et sa stratégie de polarisation des alliances deviennent un facteur potentiel de fragilisation du patrimoine lignager. Marie de Batarnay s’efforce donc de compenser cette menace et de soutenir l’ascension de son fils en lui cédant une grande partie de ses biens en vue de son mariage39. Elle tente ainsi d’« assurer l’avenir de ses enfants […], [d’]exorciser la fragilité de la vie par des choix prospectifs40 ». Les choix de Marie de Batarnay s’inscrivent ainsi dans le « jeu social41 » de la parenté auquel se mêlent les enjeux propres à la faveur royale.

  • 42 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 483.

19Sa capacité à négocier les termes du mariage d’Anne de Joyeuse reste cependant limitée par l’importance que revêt cette union aux yeux du roi. Mais sa méfiance persiste au moment du mariage de Henri de Joyeuse avec Catherine de Nogaret, la sœur du duc d’Épernon. Les deux archimignons, Anne de Joyeuse et le duc d’Épernon, ne s’aiment guère, et Marie partage l’hostilité de son fils. Fin 1581, les négociations matrimoniales se heurtent à ses réticences42. Les tensions entre les deux familles s’intensifient quelques semaines avant le mariage :

  • 43 Archives nationales du Royaume-Uni, Calendar of State Papers Foreign, op. cit., p. 389 : Cobham à W (...)

Lavalette [i.e. le duc d’Épernon], qui avait compris qu’ils [les Joyeuse] étaient défavorables au mariage [entre Henri de Joyeuse, comte du Bouchage, et Catherine de Nogaret] à moins que le roi n’accorde une certaine somme d’argent convertible en terres dans la province du père de du Bouchage, terres qui seraient mises à la disposition de du Bouchage et de ses héritiers, s’en offusqua, et dit à Mme de Joyeuse que sa sœur leur faisait bien trop d’honneur de se contenter de ce mariage. Mme de Joyeuse répondit à ce discours dédaigneusement, de telle sorte qu’il lui dit que si son fils agissait sur la base de ces menaces, il se vengerait sur lui pour défendre son honneur43.

  • 44 BnF, Ms. Fr. 3636, fol. 7 : Marie de Batarnay à la comtesse du Bouchage, Paris, 16 février 1582.

20Le roi veut ce mariage ; Marie ne peut donc pas s’y opposer complètement. Elle en profite cependant pour sécuriser davantage la prospérité de ses enfants, cette fois au profit de sa propre lignée. Transformer la fortune reçue du roi en patrimoine permet en effet de la transmettre aux descendants de son fils Henri, héritier des Batarnay. Ces négociations profitent aussi à Guillaume de Joyeuse : en bonne gestionnaire, elle réinvestit les bienfaits du roi dans des terres languedociennes et pérennise l’implantation des Joyeuse dans leur province. Elle parvient ainsi à renforcer à la fois le patrimoine de sa lignée d’appartenance et de celle de son époux. De même, à l’occasion du mariage de sa sœur Anne de Batarnay, elle demande à sa mère de chercher des terres en Touraine pour y investir l’argent reçu lors du mariage, ajoutant aux terres que le lignage y possède déjà : « voyés de trouver quelque belle terre pour y mestre leur argant des cant mil frans quy sont en propre pour ma seur, que les deulx cant mil frans de luy pour la desus y avoyr le douare de ma dite seur44 ». De nouveau, l’enjeu est celui de garantir le douaire de l’épouse.

  • 45 Harris, English Aristocratic Women…, op. cit., p. 62.
  • 46 Haddad, Fondation…, op. cit., p. 139.

21Les négociations de Marie de Batarnay concernant les alliances de ses fils et de sa sœur révèlent deux choses. Tout d’abord, elles en font la principale représentante des intérêts de son couple en l’absence de Guillaume de Joyeuse. L’absence est souvent synonyme de plus grandes libertés et d’initiatives de la part des femmes : dans le contexte curial, cette indépendance s’accentue45. Ensuite, elles illustrent la manière dont les femmes peuvent devenir des « opérateurs de pouvoir46 » à l’intersection de deux maisons : Marie de Batarnay garantit l’avenir de la lignée qu’elle fonde avec son époux tout en renforçant sa propre lignée. Ce faisant, elle consolide aussi la « pluri-provincialité patrimoniale » dont elle dépend pour se déplacer dans le royaume. Son ancrage à Paris est d’autant plus important qu’elle s’y rend souvent après 1587, pour régler la succession d’Anne de Joyeuse.

Gérer la succession

  • 47 Elie Haddad, « La “maison” noble : pistes de recherches concernant les contraintes de la transmissi (...)
  • 48 Dans une perspective analogue, Anna Bellavitis écrit au sujet du genre et de la transmission à Veni (...)

22Les nobles accordent une grande importance à leurs terres (et aux droits afférents), dont ils tirent souvent leur nom et par le biais desquelles ils peuvent obtenir un titre de noblesse. La transmission permet la perpétuation d’une maison dans le temps ; les travaux sur la parenté ont donc largement étudié la question des choix successoraux47. Si les régimes juridiques – coutumiers ou de droit écrit – encadrent les pratiques de succession, les familles peuvent faire des choix qui indiquent une conception de leur lignage48. De par leurs lignages, les Joyeuse-Batarnay font face à ces enjeux successoraux : ils ont de nombreux fils et le futur héritage des Joyeuse repose sur les épaules de l’aîné, Anne. Par sa faveur auprès de Henri III, il est de surcroît un des hommes les plus riches du royaume. Sa mort précoce en 1587 bouleverse les horizons de la famille, tant du point de vue successoral que politique.

  • 49 Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 192.
  • 50 Ibidem, p. 47-48.
  • 51 Voir les exemples donnés par Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 192.

23Elle survient dans un contexte de grande surmortalité des jeunes hommes due aux guerres de Religion49. Le nombre d’enfants moyen par couple marié au xvie siècle est de 4,99 enfants, dont trois arrivant à l’âge adulte, avec une chance sur deux qu’il y ait deux frères parmi ces cas50. Avec six fils, Marie de Batarnay et Guillaume de Joyeuse ont une plus grande garantie que la moyenne de voir leur lignée survivre. La famille est cependant durement touchée par les guerres. Le 20 octobre 1587, Anne de Joyeuse est tué à l’âge de seulement 27 ans en affrontant les troupes du roi de Navarre lors de la bataille de Coutras, qui emporte aussi son frère Claude, âgé de 18 ans. Si la probabilité que deux frères meurent lors de la même bataille peut paraître faible, elle ne l’est pas tant que cela en réalité51. Les guerres de Religion sont aussi une cause possible de l’infertilité du mariage d’Anne et de Marguerite de Lorraine-Vaudémont : en effet, entre 1581 et 1587, Anne de Joyeuse s’absente et se déplace constamment dans le royaume pour combattre les troupes huguenotes. Il meurt donc sans héritier, avant d’avoir pu rédiger un testament.

  • 52 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001, p. 195-208.
  • 53 A.N. M.C. XC 157 : État et décharge des meubles d’Anne de Joyeuse par Marguerite de Lorraine et Mar (...)

24En l’absence de descendant, la légitimité de sa veuve Marguerite de Lorraine à gérer le patrimoine des Joyeuse est limitée. Marie de Batarnay est donc la principale exécutrice de sa succession, alors que c’est traditionnellement le rôle de la veuve52, d’autant plus qu’une partie du patrimoine mobilier d’Anne est constitué de meubles qu’elle lui a légués. Par ailleurs, Marguerite de Lorraine n’a que 23 ans à la mort de son époux et n’a donc pas pu accumuler la même expérience que sa belle-mère. Marguerite n’est néanmoins pas totalement absente lors de la succession : elle assiste notamment à l’inventaire des biens du duc53.

  • 54 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 474.
  • 55 Pierre de l’Estoile, Registre-journal du règne de Henri III, t. IV (1582-1584), Genève, Librairie D (...)
  • 56 Christophe de Thou, Coustumes de la prévosté et vicomté de Paris, Paris, Librairie Jacques du Puis, (...)
  • 57 A.N. M.C. XC 150, fol. 5-7 : procuration à Marie de Batarnay signée par Guillaume de Joyeuse, Toulo (...)
  • 58 BnF, Ms. Fr. 17557, fol. 129 : contrat de mariage d’Anne de Joyeuse et Marguerite de Lorraine, 28 f (...)

25Anne de Joyeuse meurt en possession d’une immense fortune de 2 500 000 livres tournois, d’après l’estimation établie par Nicolas Le Roux54. Entre autres biens, il possède l’hôtel de la Marck rue des Deux-Écus à Paris, cadeau du roi à l’occasion de son mariage, ainsi qu’un château à Limours55. Comme la résidence principale d’Anne de Joyeuse est à Paris, sa succession est organisée selon le régime du droit coutumier parisien, et non selon celui du droit écrit de Toulouse. La coutume de Paris rédigée en 1580 stipule que les parents peuvent succéder à leurs enfants en l’absence de descendance56. En l’absence de descendant, c’est son père qui est son « heritier sous beneffice d’inventaire57 ». Le contrat de mariage d’Anne et de Marguerite précise ainsi que « si ledit seigneur duc de Joyeuse meurt le premier sans enffants » son héritier sera « tel qu’il ordonnera ou a faulte d’en ordonner le dit seigneur de Joyeuse58 ». Il indique aussi que si les biens acquis par les deux époux avant le mariage restent séparés, les biens meubles et immeubles acquis après leur mariage tombent sous le régime de la communauté, comme le prévoit la coutume de Paris. Si Anne de Joyeuse meurt avant son épouse, celle-ci bénéficie d’un préciput, c’est-à-dire qu’elle peut prélever certains biens – en l’occurrence, ses habits, les meubles de sa chambre et d’autres biens à hauteur de 10 000 écus – sur la masse commune aux époux. Elle continue aussi de jouir des biens immeubles acquis pendant le mariage. Guillaume de Joyeuse hérite du reste.

  • 59 A.N. M.C. XC 150, fol. 5-7 : procuration à Marie de Batarnay signée par Guillaume de Joyeuse, Toulo (...)
  • 60 Elie Haddad, « Le crédit nobiliaire en France au XVIIe siècle. Usages de la rente constituée chez l (...)
  • 61 Ibidem, § 22.
  • 62 A.N. M.C. XC 151 : nombreux actes dont des rentes concernant Marie de Batarnay, épouse de Guillaume (...)
  • 63 Ibidem.

26La procuration qu’il donne à Marie de Batarnay l’autorise à conserver, vendre, bailler ou échanger tous les « biens meubles et immeubles precieulx à non precieulx de quelle qualite et condition qu’ils soict59 » appartenu à leur fils. Entre 1588 et 1589, elle se rend donc régulièrement auprès du notaire parisien Jean Marchant, dans les archives duquel se trouvent 69 actes signés de sa main sur cette période. La plupart sont des constitutions de rente ou des contrats de vente de biens ayant appartenu au duc. Les rentes constituées sont un outil important de l’économie domestique des nobles à l’époque moderne, car elles rendent disponibles de grandes sommes d’argent que les familles peuvent investir60. Elles permettent aussi de régler certaines dettes61. La constitution de la rente peut en effet être une forme de remboursement direct de la dette auprès d’un créancier : le 10 juin 1589, Marie de Batarnay constitue une rente de 250 écus à un marchand du nom de Gilles de Breze, qui annule en échange la somme de 2 414 écus qu’elle lui devait62. D’autres dettes sont réglées par la vente de bijoux, comme ces perles qu’elle fait « [lier] et [enfiler] par cordes afin de les exposer en vente63 ».

  • 64 Philippe Hamon, « Messieurs des finances » : les grands officiers de finance dans la France de la R (...)
  • 65 Le Roux, La faveur…, op. cit.

27Les actes qui entérinent ces décisions mentionnent régulièrement un groupe d’hommes qui accompagnent Marie chez le notaire. Elle s’entoure en effet d’une équipe de techniciens des finances qui signent les documents à ses côtés64. Parmi eux, on retrouve souvent l’ancien conseiller et trésorier des finances d’Anne de Joyeuse, Pierre Maupeou, son ancien secrétaire des finances, René Marron, le maître d’hôtel de Marguerite de Lorraine, Étienne Boulanger, le secrétaire des finances de la couronne, Jean Le Bossu, et le trésorier général des finances du Languedoc, Bernard Despaigne. La présence de conseillers de la couronne signale l’importance des intérêts financiers en jeu dans la succession du duc : le pouvoir royal est en effet endetté auprès des Joyeuse, et doit encore en 1597 plus d’un million de livres tournois aux héritiers d’Anne65.

  • 66 Nicolas Le Roux, « Les “armes” de mon sexe ». Solidarités nobiliaires et engagement féminin au temp (...)
  • 67 Cf. Jacqueline Boucher, La cour de Henri III, Rennes, Ouest-France, 1986, p. 199, qui qualifie Mari (...)
  • 68 Souriac, Une guerre civile…, op. cit., p. 45-49, p. 72.
  • 69 Ibidem, p. 45.
  • 70 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 706.

28Si les rentes constituées sont un moyen d’investir de l’argent, les Joyeuse-Batarnay ne les mettent pas nécessairement au profit de l’achat de terres. Au cours des années 1590, les richesses qu’elles génèrent sont mises à profit des actions militaires des Joyeuse dans le Languedoc, que nous savons être un vecteur majeur de leur ancrage provincial66. Bien que fidèles au roi Henri III, ils sont sensibles aux intérêts de la Ligue67. La mort d’Anne en 1587 et celle de Henri III en 1589 confirment ces tendances et les Joyeuse opèrent un virage en faveur de la Ligue. Celle-ci nomme Guillaume de Joyeuse gouverneur du Languedoc et son fils Antoine-Scipion lieutenant-général du Languedoc68. François de Joyeuse rejoint également la Ligue, tandis que Henri de Joyeuse reste en retrait des troubles du royaume jusqu’à la mort d’Antoine-Scipion en 1592, date à laquelle il devient lui aussi ligueur69. Nicolas Le Roux souligne que « la plupart des dignitaires de la cour et des proches de Henri III restent aux côtés de son successeur et lui transfèrent leur fidélité70 ». L’engagement collectif des Joyeuse dans la Ligue, après avoir été si proches du dernier Valois, détonne ainsi dans l’entourage royal et témoigne d’une sensibilité préalable aux tendances religieuses des ligueurs.

29La succession d’Anne de Joyeuse se fait donc au profit de la lignée de Joyeuse et de son ancrage languedocien. Néanmoins la procuration donnée par Guillaume de Joyeuse à Marie ne l’autorise pas seulement à s’occuper de la succession de son fils : elle l’habilite aussi à gérer celle de ses parents, Isabeau de Savoie et René de Batarnay. La vie de Marie illustre la place ambiguë des femmes mariées, appartenant toujours à deux lignées dont elles cherchent à promouvoir les intérêts.

La prééminence de la lignée maternelle

L’attachement des Joyeuse aux Batarnay

30À l’image de Marie, les autres membres de la lignée des Batarnay sont très présents dans le quotidien des enfants Joyeuse. Les plus âgés ont connu leur aïeul maternel René de Batarnay (mort en 1580), mais c’est avec leur grand-mère Isabeau de Savoie que l’ensemble de la fratrie a tissé de puissants liens. Si la conception du lignage est principalement patrilinéaire dans la France du xvie siècle, l’analyse des relations familiales et des liens de parenté ne peut pas faire l’économie de l’attachement symbolique et personnel des individus aux membres de leur famille maternelle.

  • 71 Elie Haddad écrit ainsi que « la parenté spirituelle est utilisée pour renforcer la parenté réelle (...)

31Plusieurs éléments permettent d’observer cet attachement chez les Joyeuse. Le choix d’Anne de Montmorency, allié des Batarnay, comme parrain d’Anne de Joyeuse n’est pas anodin : il indique quels liens familiaux, le couple Joyeuse-Batarnay privilégie, par le biais de la parenté spirituelle masculine71. Aucune source n’évoque cependant la marraine d’Anne de Joyeuse.

  • 72 BnF, Ms. Fr. 17557, fol. 129 : contrat de mariage d’Anne de Joyeuse et de Marguerite de Lorraine, 2 (...)
  • 73 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 16.

32À l’inverse, les liens de parenté avec la lignée paternelle semblent plus faibles. Dans la liste des témoins de la signature du contrat de mariage d’Anne de Joyeuse et de Marguerite de Lorraine, Guillaume de Joyeuse est absent, représenté par Marie de Batarnay « sufisemment fondée de procuration72 ». Surtout, le cardinal de Bourbon et le duc de Montpensier sont qualifiés d’« oncles paternels » d’Anne de Joyeuse : en réalité, ils ont un lien de parenté éloigné avec Louis de Joyeuse (1450-1489) qui a épousé Jeanne de Bourbon au xve siècle et a fondé la lignée des Joyeuse-Grandpré73. Leur présence, qui témoigne d’une volonté d’équilibrer la représentation des deux lignées au moment du mariage, est par hypothèse révélatrice de l’influence limitée des ascendants Joyeuse dans la vie des enfants de Guillaume et de Marie.

  • 74 BnF, Ms. Fr. 3316, fol. 32 : Anne de Joyeuse à la comtesse du Bouchage, La Fère, juillet 1580.
  • 75 Archives départementales d’Indre-et-Loire, G 1167 : instauration de la messe de huit heures sur ord (...)

33L’attachement aux Batarnay est aussi un attachement au village de Montrésor, où se trouvent les terres de la maison. Dans leurs lettres à leur aïeule Isabeau, les Joyeuse se lamentent à l’idée de ne pas pouvoir s’y rendre plus souvent ; Anne de Joyeuse qualifie ainsi sa venue au château des Batarnay d’« eschapatoire74 » loin de la vie curiale. Ce lien survit même à la mort : après leur décès à Coutras en 1587, Anne et Claude de Joyeuse ne sont pas inhumés sur les terres paternelles ou à Paris, mais dans le caveau des Batarnay à l’église Saint-Jean-Baptiste de Montrésor75.

  • 76 Ibidem, p. 218-223.
  • 77 Jean-Louis Gazzaniga et Paul Ourliac, Histoire du droit privé français, de l’An mil au Code civil, (...)
  • 78 Haddad, Fondation…, op. cit., p. 148.
  • 79 BnF, Ms. Fr. 3404, fol. 6 : Henri de Joyeuse à la comtesse du Bouchage, Paris, 31 août 1587.
  • 80 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 259-260.
  • 81 BnF, Ms. Fr. 3316, fol. 73 : Épernon à Françoise de Batarnay, Angoulême, 23 mars (?).
  • 82 Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 12.

34Un dernier élément permet de prendre la mesure de l’importance des Batarnay pour les enfants Joyeuse. En 1587, l’épouse de Henri de Joyeuse, Catherine de Nogaret, meurt alors que leur seul enfant, Henriette-Catherine de Joyeuse, n’a que deux ans. Dévasté par la disparition de sa femme, Henri décide d’entrer dans les ordres et prend le nom de père Ange76. Habituellement, la mort de la mère n’a pas de conséquences pour les enfants car « le père continue d’exercer sur eux la puissance paternelle77 ». En prononçant ses vœux, il se défait de cette puissance paternelle et place sa fille sous tutelle. La tutelle se fait souvent au plus proche et il est courant que les oncles ou les tantes deviennent tuteur∙rices de leurs neveux et nièces ; Elie Haddad note ainsi qu’il est exceptionnel que des grands-parents obtiennent la tutelle de leurs petits-enfants78. Pourtant, le choix fait pour Henriette-Catherine va plus loin : Henri de Joyeuse confie sa fille à sa propre grand-mère Isabeau de Savoie, qui obtient ainsi la tutelle de son arrière-petite-fille79. Cette situation ne dure pas, car l’aïeule meurt quelques mois plus tard80. L’enfant est alors confiée à Françoise de Batarnay, la sœur de Marie81. Ces décisions illustrent bien la manière dont les individus « utilisent et façonnent le substrat biologique82 », révélant ainsi leur représentation des liens de filiation qui les unissent. Les enfants Joyeuse favorisent constamment la lignée maternelle dans les réseaux familiaux qu’ils entretiennent, et l’influence de Marie de Batarnay s’inscrit pleinement dans la double prééminence sociale et affective des Batarnay auprès des Joyeuse.

Les pratiques successorales des Batarnay

  • 83 Ibidem, p. 195.
  • 84 A.D. d’Indre-et-Loire, G 1167 : testament olographe de Françoise de Batarnay, 31 octobre 1616.
  • 85 Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 228.
  • 86 A.N. M.C. XC 134 : donation de René de Batarnay à Henri de Joyeuse, Loches, citée dans un acte du 7 (...)
  • 87 Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 209.

35Marie n’est pas l’aînée de sa fratrie, et elle a un frère, Claude : rien ne la destine donc à jouer un rôle de premier plan dans la succession des Batarnay. La mort de Claude en 1567 à la bataille de Saint-Denis fait cependant d’elle et de ses sœurs – Françoise, Anne et Gabrielle – des héritières, dans le sens de « fille sans frère et ayant un droit à la succession au patrimoine83 ». Comment transmettre alors le patrimoine et le nom des Batarnay ? Dans ce cadre, le rôle de Marie n’est plus tant lié à ses actions et décisions qu’au fait qu’elle ait donné naissance à cinq fils, alors que sa sœur aînée Françoise n’a pas d’enfants84. Pour sauvegarder l’identité de la maison Batarnay, leur père René de Batarnay a recours à ce que Michel Nassiet appelle « l’option froide », à savoir la transmission des biens de la lignée féminine au cadet d’une fratrie85. Il fait ainsi une donation à Henri de Joyeuse, qui devient seigneur des terres des Batarnay à Montrésor et Bridoré, après la mort de son aïeul86. À partir de 1580, il signe donc ses lettres « Henri de Batarnay », garantissant la continuité du nom de la lignée. Pourquoi la transmission passe-t-elle par Henri et non par ses autres frères ? Il est le troisième enfant de la fratrie : or, Anne, en tant qu’aîné, est le futur chef des Joyeuse, tandis que François est entré dans les ordres et ne peut donc espérer transmettre son nom et ses terres à un enfant. Marie de Batarnay est vectrice d’une transmission matrilinéaire qui, selon Michel Nassiet, peut être mise en place « dans le but de perpétuer l’essentiel, l’identité patrilinéaire87 », à savoir le nom et les terres de Batarnay.

  • 88 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 268.

36Quand Henri entre dans les ordres en 1587, il met cependant à mal la stratégie successorale des Batarnay, détruisant la possibilité qu’un fils naisse et garantisse la pérennité de leur patrimoine. Dans ce contexte, Marie de Batarnay retrouve un rôle plus actif : elle aurait ainsi essayé de décourager son fils de prendre l’habit88. Pierre de Vaissière n’évoque pas la raison de cette tentative de dissuasion, mais il est possible qu’elle ait alors eu en tête les enjeux de préservation de sa maison.

Conclusion

37Trois facteurs expliquent le rôle prééminent de Marie de Batarnay dans la faveur de sa famille : d’abord, les conflits dans le Midi empêchent Guillaume de Joyeuse de quitter sa province tandis qu’elle s’installe à Paris ; l’implantation ancienne des Batarnay à la cour et à la capitale lui permet de s’y rendre facilement. Ensuite, la faveur royale d’Anne de Joyeuse nécessite la présence d’une protectrice des intérêts du lignage à la cour. Son implication d’une part, et l’attachement émotionnel des Joyeuse aux Batarnay d’autre part, donnent une forte cohérence à la famille des Joyeuse-Batarnay. Marie est donc à la fois une actrice majeure de la faveur dont bénéficie d’Anne de Joyeuse et de l’ascension de la lignée en général. Elle participe aussi à renforcer l’identité de la lignée de Joyeuse en lui fournissant des terres et en la représentant à la cour.

  • 89 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 546.
  • 90 Pierre Sérouet, Quintanadueñas : lettres de Jean de Brétigny (1556-1634), Louvain, Bureaux de la Re (...)

38À la fin de sa vie, Marie de Batarnay s’engage pleinement dans le tournant ligueur de sa famille. Non seulement l’argent qu’elle obtient en constituant des rentes est investi dans l’engagement militaire des Joyeuse, mais elle s’implique aussi directement dans la protection de la religion catholique, y compris après la mort de son époux en 1592. Elle s’installe en effet alors à Rouen, où la famille possède des terres car Anne de Joyeuse avait été gouverneur de Normandie89. Là-bas, elle met à profit ses connexions politiques dans la noblesse du royaume pour promouvoir un effort de réforme confessionnelle en patronnant un projet d’installation des carmélites à Rouen90. Des années 1570 jusqu’à sa mort en 1595, elle se rapproche donc constamment des lieux où elle peut agir : à la cour quand ses fils côtoient le roi, dans le Languedoc auprès de son époux, dans la très catholique ville de Rouen quand la cour n’est plus aussi accueillante pour une ancienne ligueuse.

  • 91 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 308.
  • 92 Claude de Bourdeille se fait dès lors appeler « comte de Montrésor ».
  • 93 Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 202-203.
  • 94 BnF, Ms. Fr. Cabinet de d’Hozier 198 (Jousseran-Jubert).
  • 95 BnF, Ms. Fr. 17557, fol. 119-122 : contrat de mariage de Henriette-Catherine de Joyeuse et Henri de (...)

39C’est aussi à Rouen qu’elle meurt, sans savoir ce qu’il adviendra de la lignée. Bien que Henri de Joyeuse finisse par rentrer dans le monde en 1592, il ne se remariera jamais91. Le hasard des naissances et des décès fait que tout l’héritage des Joyeuse et des Batarnay revient finalement à Henriette-Catherine de Joyeuse. Le duché de Joyeuse était passé d’Anne à son jeune frère Antoine-Scipion. Quand celui-ci meurt à son tour en 1592, Henri en hérite et le transmet à sa fille. Les deux lignées de Joyeuse et de Batarnay tombent alors en quenouille. Rien ne permettait de prévoir cette évolution. Plusieurs choix ont tout de même payé : Henriette-Catherine hérite des terres dans lesquelles Marie de Batarnay avait investi une partie de l’héritage d’Anne de Joyeuse. De même, comme le cadet Henri était devenu l’héritier des Batarnay, Henriette-Catherine reste maîtresse des terres de Montrésor jusqu’à ce qu’elle décide de les vendre à la famille Bourdeille92. La faveur des Joyeuse a donc permis de faire de Henriette-Catherine une très riche héritière et un parti attractif93. Elle fait deux beaux mariages, le premier avec Henri de Bourbon et le second avec Charles Ier de Lorraine94. Les sœurs de Marie de Batarnay, Françoise et Gabrielle, sont présentes lors de la signature du contrat du premier mariage : elles investissent alors l’espace de pouvoir que Marie de Batarnay s’était créé de son vivant95.

Haut de page

Notes

1 Le prénom Anne est un prénom épicène au XVIe siècle.

2 Kristen B. Neuschel, « Noblewomen and War in Sixteenth-Century France », in Michael Wolfe (dir.), Changing Identities in Early Modern France, Londres, Duke University Press, 1997, p. 124-144. La participation des femmes aristocrates à l’économie domestique n’est évidemment pas limitée aux périodes de guerre. En tant que membres de maisons aristocratiques, elles sont, comme les hommes de leurs familles, responsables de la pérennité et de l’ascension de leur lignée.

3 Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Seyssel, Champ Vallon, 2000.

4 Elie Haddad, Fondation et ruine d’une « maison » : histoire sociale des comtes de Belin (1582-1706), Limoges, Pulim, 2009 ; Claire Chatelain, Chronique d’une ascension sociale. Exercice de la parenté chez de grands officiers (XVIe-XVIIsiècles), Paris, Éditions de l’EHESS, 2008 ; Ariane Boltanski, Les ducs de Nevers et l’État royal : genèse d’un compromis, Genève, Droz, 2006.

5 Haddad, Fondation…, op. cit., p. 20-21.

6 Monique Haicault, « Autour d’agency. Un nouveau paradigme pour les recherches de Genre », Rives méditerranéennes, 4, 2012. https://doi.org/10.4000/rives.4105.

7 Bernard Édouard de Mandrot, Ymbert de Batarnay, seigneur de Bouchage, conseiller des rois Louis 11, Charles 8, Louis 12 et François 1er, 1438-1523, Paris, Picard, 1886, p. 185 ; BnF, Ms. Fr. 4658, fol. 37 : acte d’érection de la baronnie du Bouchage en comté par François Ier, 1540 ; A.N. M.C. XC 157 : inventaire après décès de Catherine de Nogaret de La Valette, 23 septembre 1587.

8 Bibliothèque nationale de France (BnF), Manuscrits Français (Ms. Fr.), Cabinet de d’Hozier 246 (Montléon-Montmorin).

9 Pierre-Jean Souriac, Une guerre civile. Affrontements religieux et militaires dans le Midi toulousain (1562-1596), Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 25.

10 Jean-Marie Constant, La noblesse en liberté, XVIe-XVIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 83-101 ; Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

11 Constant, La noblesse en liberté…, op. cit., p. 85.

12 Laurent Bourquin, Noblesse seconde…, op. cit., p. 37.

13 Arlette Jouanna, « Faveur et favoris : l’exemple des mignons de Henri III », in Robert Sauzet (dir.), Henri III et son temps, Paris, Vrin, 1992, [En ligne], § 7. https://doi.org/10.4000/books.vrin.21444.

14 Pierre de Vaissière, Messieurs de Joyeuse (1560-1615). Portraits et documents inédits, Paris, Albin Michel, 1926, p. 25.

15 Robert Harding, Anatomy of a Power Elite. The Provincial Governors of Early Modern France, New Haven, Yale University Press, 1978, p. 40.

16 Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, p. 137.

17 Il s’agit de Guillaume Ier de Joyeuse (1445-1493), qui épouse Anne de Balsac, originaire d’Auvergne : BnF, Ms. Fr. Cabinet de d’Hozier 198 (Jousseran-Jubert).

18 Roger Baury, « L’ubiquité nobiliaire aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Josette Pontet, Michel Figeac et Marie Boisson (dir.), La noblesse de la fin du 16e siècle au début du 20e siècle : un modèle social ?, Anglet, Atlantica, 2002, p. 135.

19 Janine Garrisson, Protestants du Midi, 1559-1598, Toulouse, Privat, 1991, p. 178.

20 Souriac, Une guerre civile, op. cit., p. 33.

21 Arlette Jouanna, Le devoir de révolte, Paris, Fayard, 1989, p. 168-179.

22 Souriac, Une guerre civile…, op. cit., p. 42.

23 Ibidem, p. 80.

24 Garrisson, Protestants…, op. cit., p. 193-199.

25 Anne (1560), François (1562), Henri (1563), Antoine-Scipion (1564), Georges (1567) et Claude de Joyeuse (1569).

26 BnF, Ms. Fr. 3322, fol. 65 : Marie de Batarnay à René de Batarnay, Couiza, 3 août (?). La lettre n’est pas datée mais elle mentionne son frère Claude de Batarnay, qui meurt en 1567 : elle a donc été écrite avant cette date.

27 Édouard de Barthélemy, Correspondance inédite du vicomte de Joyeuse, lieutenant-général pour le roi en Languedoc, Paris, Léon Techener, 1876, p. 54.

28 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 27. Sur les attaques huguenotes à l’encontre des Joyeuse, voir Harding, Anatomy…, op. cit., p. 128.

29 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 33.

30 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 461.

31 Ibidem, p. 463-466.

32 Henri III cherche ainsi à redoubler les liens de fidélité et d’amitié qu’il entretient avec eux en relations familiales, pour consolider son entourage de favoris.

33 Pour une analyse des débats entourant ce tableau, voir Cécile Scailliérez, « Bals à la cour des Valois », in Oriane Beaufils (dir.), L’art de la fête à la cour des Valois, Paris, Éditions In Fine, 2021, p. 264-280.

34 Barbara Harris, English Aristocratic Women, 1450-1550. Marriage and Family, Property and Careers, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 111.

35 Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe, XVe-XVIIIe siècle, Rosny-sous-Bois, Bréal, 2007.

36 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 480.

37 Archives nationales du Royaume-Uni, Calendar of State Papers Foreign, vol. 15 (1581-1582), p. 348 : correspondance diplomatique, lettre de l’ambassadeur du royaume d’Angleterre au royaume de France Henry Cobham au secrétaire d’État d’Élisabeth Ire Francis Walsingham, Paris, 1er octobre 1581 [en ligne : https://www.british-history.ac.uk/cal-state-papers/foreign/vol15/pp310-325, consulté le 15 juin 2024].

38 BnF, Ms. Fr. 17557, fol. 129-131 : contrat de mariage d’Anne de Joyeuse et de Marguerite de Lorraine, 28 février 1581.

39 A.N M.C. LXXVIII 124, fol. 374-375 : acte passé au Louvre en 1581.

40 André Burguière, Le mariage et l’amour en France, de la Renaissance à la Révolution, Paris, Seuil, 2011, p. 58.

41 Ibidem.

42 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 483.

43 Archives nationales du Royaume-Uni, Calendar of State Papers Foreign, op. cit., p. 389 : Cobham à Walsingham, Paris, 11 novembre 1581 [en ligne : https://www.british-history.ac.uk/cal-state-papers/foreign/vol15/pp357-370, consulté le 15 juin 2024].

44 BnF, Ms. Fr. 3636, fol. 7 : Marie de Batarnay à la comtesse du Bouchage, Paris, 16 février 1582.

45 Harris, English Aristocratic Women…, op. cit., p. 62.

46 Haddad, Fondation…, op. cit., p. 139.

47 Elie Haddad, « La “maison” noble : pistes de recherches concernant les contraintes de la transmission dans la noblesse française des XVIe et XVIIe siècles », in Anna Bellavitis, Laurence Croq et Monica Martinat (dir.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 203.

48 Dans une perspective analogue, Anna Bellavitis écrit au sujet du genre et de la transmission à Venise qu’elle souhaite analyser les « possibilités qui s’offraient aux hommes et aux femmes [en matière de transmission] et comment ils et elles les utilisaient », cf. Anna Bellavitis, Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, École française de Rome, 2008, p. 1.

49 Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 192.

50 Ibidem, p. 47-48.

51 Voir les exemples donnés par Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 192.

52 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001, p. 195-208.

53 A.N. M.C. XC 157 : État et décharge des meubles d’Anne de Joyeuse par Marguerite de Lorraine et Marie de Batarnay avec extraits d’inventaire, 8 octobre 1588.

54 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 474.

55 Pierre de l’Estoile, Registre-journal du règne de Henri III, t. IV (1582-1584), Genève, Librairie Droz, 1997, p. 26 ; A.N. M.C. XCIX 137 : acte de vente de la seigneurie de Limours à Anne de Joyeuse, 12 octobre 1581.

56 Christophe de Thou, Coustumes de la prévosté et vicomté de Paris, Paris, Librairie Jacques du Puis, 1581, p. 36.

57 A.N. M.C. XC 150, fol. 5-7 : procuration à Marie de Batarnay signée par Guillaume de Joyeuse, Toulouse, 12 février 1588.

58 BnF, Ms. Fr. 17557, fol. 129 : contrat de mariage d’Anne de Joyeuse et Marguerite de Lorraine, 28 février 1581.

59 A.N. M.C. XC 150, fol. 5-7 : procuration à Marie de Batarnay signée par Guillaume de Joyeuse, Toulouse, 12 février 1588.

60 Elie Haddad, « Le crédit nobiliaire en France au XVIIe siècle. Usages de la rente constituée chez les Belin et les Crevant d’Humières », Histoire & mesure, [En ligne], XXV, 2010, § 16. https://doi.org/10.4000/histoiremesure.3986.

61 Ibidem, § 22.

62 A.N. M.C. XC 151 : nombreux actes dont des rentes concernant Marie de Batarnay, épouse de Guillaume de Joyeuse, résidant en l’hôtel du Bouchage à Paris, 1588-1589.

63 Ibidem.

64 Philippe Hamon, « Messieurs des finances » : les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999.

65 Le Roux, La faveur…, op. cit.

66 Nicolas Le Roux, « Les “armes” de mon sexe ». Solidarités nobiliaires et engagement féminin au temps des guerres de Religion », in Philippe Nivet et Marion Trévisi (dir.), Les femmes et la guerre de l’Antiquité à 1918, Paris, Economica, 2010, p. 185-202, p. 192.

67 Cf. Jacqueline Boucher, La cour de Henri III, Rennes, Ouest-France, 1986, p. 199, qui qualifie Marie de Batarnay de « ligueuse dans l’âme ».

68 Souriac, Une guerre civile…, op. cit., p. 45-49, p. 72.

69 Ibidem, p. 45.

70 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 706.

71 Elie Haddad écrit ainsi que « la parenté spirituelle est utilisée pour renforcer la parenté réelle et les liens entre les lignées », cf. Haddad, Fondation…, op. cit., p. 103.

72 BnF, Ms. Fr. 17557, fol. 129 : contrat de mariage d’Anne de Joyeuse et de Marguerite de Lorraine, 28 février 1581.

73 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 16.

74 BnF, Ms. Fr. 3316, fol. 32 : Anne de Joyeuse à la comtesse du Bouchage, La Fère, juillet 1580.

75 Archives départementales d’Indre-et-Loire, G 1167 : instauration de la messe de huit heures sur ordre de Marguerite de Lorraine, 22 janvier 1596.

76 Ibidem, p. 218-223.

77 Jean-Louis Gazzaniga et Paul Ourliac, Histoire du droit privé français, de l’An mil au Code civil, Paris, Albin Michel, 1985, p. 278.

78 Haddad, Fondation…, op. cit., p. 148.

79 BnF, Ms. Fr. 3404, fol. 6 : Henri de Joyeuse à la comtesse du Bouchage, Paris, 31 août 1587.

80 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 259-260.

81 BnF, Ms. Fr. 3316, fol. 73 : Épernon à Françoise de Batarnay, Angoulême, 23 mars (?).

82 Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 12.

83 Ibidem, p. 195.

84 A.D. d’Indre-et-Loire, G 1167 : testament olographe de Françoise de Batarnay, 31 octobre 1616.

85 Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 228.

86 A.N. M.C. XC 134 : donation de René de Batarnay à Henri de Joyeuse, Loches, citée dans un acte du 7 mai 1580.

87 Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 209.

88 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 268.

89 Le Roux, La faveur…, op. cit., p. 546.

90 Pierre Sérouet, Quintanadueñas : lettres de Jean de Brétigny (1556-1634), Louvain, Bureaux de la Revue d’histoire ecclésiastique, 1971, p. 9.

91 de Vaissière, Messieurs de Joyeuse…, op. cit., p. 308.

92 Claude de Bourdeille se fait dès lors appeler « comte de Montrésor ».

93 Nassiet, Parenté…, op. cit., p. 202-203.

94 BnF, Ms. Fr. Cabinet de d’Hozier 198 (Jousseran-Jubert).

95 BnF, Ms. Fr. 17557, fol. 119-122 : contrat de mariage de Henriette-Catherine de Joyeuse et Henri de Bourbon, Paris, 1597.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Arbre généalogique des Batarnay
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 2. Pavane à la cour d’Henri III
Légende École française, attribué au Maître des bals à la cour des Valois, 3e quart du XVIe siècle. Musée du Louvre, INV 8731, MR 1342 (Wikimedia Commons).
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Hamon, « Marie de Batarnay (1539-1595), actrice de la fulgurante ascension de sa famille »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9170 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y94

Haut de page

Auteur

Camille Hamon

Doctorante en histoire moderne, Sorbonne Université – Centre Roland Mousnier (UMR 8596), camillehamon.fr@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search