Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33VariaMarie Butts (1870-1953), une péda...

Varia

Marie Butts (1870-1953), une pédagogue engagée au parcours international

Marie Butts, the international career of a committed teacher (1870-1953)
Cécile Boss

Résumés

Cet article étudie les étapes de la vie professionnelle et personnelle de Marie Butts, une pédagogue anglaise œuvrant dans le domaine socio-éducatif entre la France, la Suisse et la Grande-Bretagne. Déployant une importante mobilité, elle a travaillé comme enseignante, traductrice, auteure, directrice d’un foyer pour jeunes filles ouvrières, puis comme secrétaire générale du Bureau international d’éducation à Genève. Très engagée, elle est liée à différents mouvements sociaux, dont féministes, pacifistes et quakers, et engage des échanges à une échelle transnationale. À travers une approche biographique s’appuyant sur des sources institutionnelles et des fonds personnels inédits, le présent article se propose ainsi d’éclairer la construction transnationale du champ du travail social dans une perspective d’histoire des femmes et du genre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elle écrit à son amie Rachel Gampert (1904-1988) qui est aussi sa collègue, car elles travaillent t (...)
  • 2 Marie Butts se trouve au Royaume-Uni, son pays d’origine où elle a le droit de vote, au contraire d (...)
  • 3 Cf. Cécile Boss, Une histoire des pratiques de comparaison au BIE. Contextes et trajectoires collec (...)
  • 4 Probablement aussi les États-Unis, sans certitude. S’agissant de l’emploi du terme transnational, i (...)

1Le 26 juillet 1945, Marie Butts exprime sa joie d’avoir voté pour la première fois de sa vie, en faveur de l’Anglaise Barbara Ayrton Gould (1886-1950), dont elle « partage les idées1 » : c’est un « double plaisir », écrit-elle, « parce que le candidat [sic !] travailliste est une coopératrice et une syndicaliste2 ». Ce rare témoignage illustre l’engagement dont a fait preuve toute sa vie la pédagogue Marie Butts3. Son parcours qui la conduit de la Suisse à la France et au Royaume-Uni4, met en lumière la mobilité transnationale d’une femme peu connue de nos jours, mais dont la quête d’indépendance professionnelle et intellectuelle l’amène à explorer plusieurs professions du travail social et de l’éducation entre la fin du xixe et la première moitié du xxe siècle. Inspiré par les valeurs d’égalité, de citoyenneté et de coopération, ce parcours constitue un cas exemplaire de perméabilité entre pratiques professionnelles et convictions politiques, et permet d’explorer le rôle des réseaux militants dans les formations et professions exercées. Ainsi, cet article se propose d’étudier les modalités de la mobilité de Marie Butts à partir d’une double interrogation : qu’est-ce qui l’amène à se déplacer et comment ses aspirations professionnelles s’imbriquent-elles avec ses réseaux personnels ?

  • 5 Danièle Kergoat, « Des rapports sociaux de sexe et de la division sexuelle du travail », Les Cahier (...)
  • 6 Maria Elvira Callapez et Vanessa Silva (dir.), « Beyond the Academy—Histories of Gender and Knowled (...)
  • 7 Gisela Hauss et Dagmar Schulte (dir.), Amid Social Contradictions: Towards a History of Social Work (...)
  • 8 Françoise Battagliola, « Les réseaux de parenté et la constitution de l’univers féminin de la réfor (...)
  • 9 Karen Offen, European Feminisms, 1700-1950: A Political History, Standford, Stanford University Pre (...)
  • 10 Ann Taylor Allen et Anne Cova, « Introduction: Transnational Women’s Activism », Women’s History Re (...)
  • 11 Céline Schoeni, Travail féminin : retour à l’ordre !, Paris, Antipodes, 2012.
  • 12 Gutierrez, « Place et rôle des femmes… », art. cit; Lola Zappi aborde ce point, montrant que ce t (...)
  • 13 Maryline Gachet et Jean-Yves Seguy, « Alice Jouenne, une militante pionnière de l’Éducation nouvell (...)

2Marie Butts évolue dans un contexte social marqué par des rapports sociaux de sexe5 qui entraînent de fortes inégalités d’accès à la production du savoir et à la citoyenneté6. Dans ce contexte, les femmes sont contraintes de mettre en œuvre des stratégies particulières pour parvenir à se former. Elles investissent fréquemment les lieux professionnels liés au travail social et éducatif, qui sont en plein essor dans l’Europe de l’entre-deux-guerres7, et les cercles de sociabilité et d’amitié entre femmes – certes animées par différents intérêts – constituent un moteur important8. Des associations pacifistes et féministes, alors très actives dans un contexte politique bouleversé par la guerre9, se mobilisent sur le terrain de l’action éducative et sociale10. En effet, les lieux d’émergence du travail social favorisent l’entrée des femmes des classes moyennes dans la sphère professionnelle11. Par ailleurs, on retrouve dans les professions éducatives un certain nombre de militantes de l’éducation nouvelle12. Beaucoup ont en commun une volonté de réforme scolaire et des convictions politiques qu’elles s’attachent à lier à leur métier, à l’instar d’Alice Jouenne (1873-1954), pédagogue engagée dans la politique, le syndicalisme et la coopération13, dont le profil présente de nombreuses similarités avec celui de Marie Butts.

  • 14 Sue Anderson-Faithful et Joyce Goodman, « Turns and Twists in Histories of Women’s Education », Wom (...)
  • 15 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Paris, ENS, 2007.
  • 16 Françoise Thébaud, « Écrire la biographie de Marguerite Thibert (1886-1982). Itinéraire d’une reche (...)

3L’historiographie s’emploie depuis un certain temps à renouveler l’étude des parcours professionnels des femmes dans le champ de l’éducation, en prenant en compte les entrelacements entre vie personnelle et engagement14. Tirant parti d’une démarche d’histoire féministe15, cette contribution ambitionne ainsi d’éclairer la diversité de choix qui nourrit le parcours de cette femme pédagogue, célibataire et vivant modestement, dont les origines familiales britanniques et les affinités religieuses avec le quakerisme lui fournissent des moyens d’action spécifiques. Comme le rappelle Françoise Thébaud, une biographie singulière offre un éclairage sur les individus « pris dans des réseaux de contraintes, mais aussi dotés d’agency16 ». La mise en lumière des convictions politiques de Marie Butts permet de mieux comprendre le sens qu’elle donne à son activité professionnelle et les voies d’émancipation qu’elle y découvre et s’approprie.

  • 17 Au sens proposé dans les travaux suivants : Barbara Bush et June Purvis, « Connecting women’s histo (...)
  • 18 Frederick Cooper et Ann Laura Stoler (dir.), Tensions of Empire: Colonial Cultures in a Bourgeois W (...)
  • 19 Zaib un Nisa Aziz, « Songs of Sisterhood: Feminist Political Practice Between Empire and Internatio (...)

4La démarche s’inscrit également dans une approche d’histoire transnationale17. Les expériences professionnelles à l’étranger ou les séjours linguistiques constituent le plus souvent le privilège des jeunes femmes blanches bourgeoises18. Cependant, des femmes issues d’autres classes sociales ont entrepris des déplacements, parfois à travers les empires, ou dans le cadre de leurs activités politiques19. L’étude du parcours de Marie Butts apporte des éléments sur les mobilités autant professionnelles que militantes, et plus généralement sur les possibilités de voyager dont disposaient à cette époque les femmes, y compris de milieux sociaux plus modestes.

  • 20 Des documents du contrôle des habitants (permis d’établissement et de séjour, recensement de la pop (...)

5Cet article rassemble des fonds qui proviennent d’archives publiques et privées. Une partie est conservée dans des institutions d’éducation et de formation à Genève (Haute école de travail social, Université de Genève, Institut Jean-Jacques Rousseau) et à l’École Vinet à Lausanne. Par ailleurs, les archives d’organisations comme le Bureau international d’éducation (BIE) et d’associations militantes internationales à Genève, notamment la Société religieuse des amis, fournissent une riche documentation renseignant la vie de leurs membres. Les fonds d’archives cantonales, régionales et nationales renferment également des informations permettant d’étoffer le parcours de Marie Butts et de connaître ses lieux de résidence20. Enfin, la presse associative, tels les journaux d’associations d’étudiantes, s’est avérée une source précieuse, car elle constitue un rare espace d’expression publique pour beaucoup de femmes de l’époque.

6L’article est composé de quatre parties. La première évoque la période où Marie Butts réside à Lausanne, en se concentrant sur les choix politiques qui l’amènent à remettre en question ses activités. La deuxième partie aborde le tournant vers le travail auprès des classes ouvrières à Paris et à Rouen, en soulignant les liens entre cette évolution professionnelle et l’émergence du service social. La troisième partie est consacrée à son rôle de secrétaire générale du BIE à Genève et à la reconnaissance qu’elle gagne dans le domaine. La dernière partie présente les transformations de ses engagements, lorsqu’elle rejoint le mouvement quaker après avoir quitté la France.

Une institutrice lausannoise (1885-1918)

  • 21 Archives de l’État de Genève (désormais AEG), Office cantonal de la population, dossiers Marie Butt (...)
  • 22 Archives Ville de Genève (désormais AVG), 54e0.A.3/161, avis décès 1953, p. 431. Aux archives de Th (...)
  • 23 United Nations Office Geneva (désormais UNOG), UNOG/S/3/17, S002-B-4. Le terme « maîtresse de class (...)

7Fille des Britanniques Edward Butts et Sophie Butts née Hoskins21, Marie Charlotte Elisabeth naît le 10 août 1870 probablement à Thonon-les-Bains, en Haute-Savoie22. Si ses origines et son enfance sont peu documentées, de nombreuses autres sources permettent de retracer les étapes de sa vie après 1888. Les archives les plus anciennes attestent son installation à Lausanne, en Suisse, en 1885, où elle est étudiante à l’École Vinet jusqu’en 1888. Bilingue, elle y travaille ensuite comme enseignante d’anglais et de littérature entre 1896 et 1918, et comme « maîtresse de classe » entre 1900 et 190423.

  • 24 Elle devient l’École Vinet en 1897.
  • 25 Verdiana Grossi, « Marie Butts », in Erica Deuber Ziegler et Natalia Tikhonov (dir.), Les femmes da (...)
  • 26 L’éducation nouvelle rassemble à l’échelle mondiale divers mouvements éducatifs favorables à une pl (...)
  • 27 AVL, P155, carton 18, enveloppe 1.

8L’École Vinet (désormais Vinet), fondée en 1839 sous le nom d’« École supérieure de jeunes filles24 », est basée à Lausanne, en Suisse, et a pour vocation d’accueillir des jeunes filles de la bourgeoisie protestante. On y propose une éducation morale, religieuse et ménagère, ainsi que des disciplines traditionnelles permettant à de jeunes filles de bonne famille d’acquérir un certain niveau de culture générale. Plusieurs femmes impliquées dans le mouvement féministe suisse romand y travaillent. La directrice, Sophie Godet (1853-1928 ; au côté de Marie Butts sur le portrait de groupe, Illustration 1), est membre fondatrice de l’Union des femmes de Lausanne, la féministe suisse Émilie Gourd (1879-1946) apporte son soutien à l’école, et la militante Camille Vidart (1854-1930) y enseigne. Du fait de cette présence féministe qui coïncide avec la direction de Sophie Godet dès 1884, l’école prend une certaine distance vis-à-vis du conservatisme religieux des périodes précédentes, sans toutefois rejeter l’enseignement de la Bible25. Les idées et méthodes pédagogiques qui y sont mobilisées sont proches de celles de l’éducation nouvelle et progressiste26. Des représentants genevois de l’éducation nouvelle y interviennent d’ailleurs, comme Pierre Bovet (1878-1965), Édouard Claparède (1873-1940) et Adolphe Ferrière (1879-1960)27.

Illustration 1. Les enseignantes à Vinet en 1898

Illustration 1. Les enseignantes à Vinet en 1898

Marie Butts (rang du bas, 3e depuis la droite) pose de profil, avec une robe grise. Sophie Godet (rang du bas, 4e depuis la gauche) est assise dans le fauteuil, habillée en noir, à gauche de Marie Butts.

AVL, P155, carton 28, enveloppe 1.

Illustration 2. Journée au vert à Vinet

Illustration 2. Journée au vert à Vinet

AVL, P155, carton 28, album appartenant à Hélène Monastier.

  • 28 Archives Ville de Lausanne (désormais AVL), P155, carton 12, enveloppe 13.

9Marie Butts s’implique elle-même dans la mise en œuvre de ces méthodes28 et elle fait office de mentore auprès d’autres femmes de l’école. Hélène Monastier, son élève puis collègue et amie, témoigne en 1949 de leur complicité :

  • 29 Hommages à Marie Butts, JAAEEV, 1949, 64, p. 26-29.

Je me rappelle avec reconnaissance les beaux soirs passés dans le salon de Grancy, d’où je rentrais toujours pleine d’idées, d’initiatives propres à renouveler mon enseignement. C’est toi [Butts] qui me révélas ce que peut être une étude de textes vivante, toi qui rendis plus concret mon enseignement de la géographie, toi qui suggéras l’idée de « représentations historiques », de créer des « centres d’intérêt »29.

10Le développement de l’esprit critique est aussi l’objectif du Debating Club, organisé en marge des enseignements officiels, les samedis après-midi, pour les élèves désireuses de perfectionner leur anglais tout en échangeant des idées générales. Colette Muret, une journaliste et ancienne élève de Vinet, rapporte dans un article en hommage à Marie Butts les inquiétudes que suscite ce format pédagogique auprès des parents :

  • 30 Colette Muret, « Mlle Marie Butts », La Gazette de Lausanne, 12 juin 1948, p. 3.

Ce « Forum » avant la lettre connaît d’emblée le plus vif succès, et les jeunes filles se lancent avec enthousiasme dans des discussions acharnées sur les sujets les plus divers. Il arrive que les parents s’inquiètent de voir leurs filles dépasser la limite étroite des intérêts que la bienséance leur assignait alors. Cela importe peu à Miss Butts qui voit avec joie l’esprit de ses élèves s’ouvrir, et leur attention se porter sur des problèmes jusque-là soigneusement écartés par leur entourage30.

11Qui est donc cette jeune enseignante britannique qui, débarquée de France, porte son intérêt sur les méthodes d’éducation nouvelle et les Debating Clubs pour étudiantes ?

Un premier tournant militant

  • 31 Se résoudre à une définition univoque du féminisme serait bien trop réducteur. Pour se faire une id (...)
  • 32 Le socialisme chrétien suisse, au contraire de la France, trouve ses origines dans le protestantism (...)
  • 33 Voir par exemple d’autres membres de ces cercles comme Hélène Monastier et le pacifiste espérantist (...)
  • 34 AVL, P155, Carton no 12, enveloppe no 19, matériel pédagogique (1910-1954), « Plan général », s.d., (...)
  • 35 Comme en atteste cette publication commune par un groupe solidariste : Marie Butts at al., Les leço (...)
  • 36 Elle traduit par exemple des ouvrages de Rufus Jones (1863-1948), un auteur quaker et pacifiste. Un (...)
  • 37 Archives cantonales vaudoises, KVII h 482/35 Bureau des étrangers, attestation du passage de Marie (...)

12Protestante, Marie Butts est une fervente chrétienne qui s’oriente d’abord vers le socialisme. Elle n’est affiliée à aucune association de femmes lorsqu’elle s’engage dans la vie active, mais son rôle à Vinet permet de relever qu’elle côtoie des cercles féministes. Ceux-ci sont influencés par le mouvement féministe suisse romand réformiste31, marqué par des valeurs issues de la philanthropie protestante et bourgeoise et par le socialisme de l’époque. Elle est par ailleurs insérée dans des cercles de sociabilités militantes du mouvement socialiste chrétien32 qui se réunit à la Maison du peuple à Lausanne, un lieu d’organisation du mouvement ouvrier suisse romand33. Par ces relations, elle est sensibilisée aux idées socialistes et coopératrices. Dans une note manuscrite retrouvée dans les archives du corps enseignant de l’école, elle dresse un « plan général34 » au sujet de « l’état social actuel », à savoir le « régime capitaliste » ainsi que les moyens d’action et tendances réformistes à disposition que sont la coopération et le collectivisme, les syndicats ou encore l’initiative philanthropique et légale. Il y est également question de la situation de la femme et de l’enfant et des « postulats du féminisme ». Dès sa période lausannoise (1885-1918), elle débute une activité littéraire : traductions et adaptations de textes35, auxquelles s’ajoute la publication d’ouvrages de littérature enfantine, principalement des contes revisités dans une volonté anti-belliciste36. En revanche, les archives restent muettes quant à sa vie personnelle, à l’exception du fait qu’elle loge chez sa directrice Sophie Godet37.

13Fréquentant des cercles de sociabilités féministes et de gauche, elle précise ses positions dans un article qu’elle écrit en novembre 1917 pour le Journal de l’association des anciennes élèves de l’École Vinet (désormais JAAEEV), destiné à ses collègues et amies. Après vingt-trois années d’enseignement, Marie Butts estime que son école ne répond plus à ses aspirations politiques, à tel point qu’elle remet fondamentalement en question le sens de ses activités :

  • 38 Marie Butts, « Entre nous », JAAEEV, février 1918, 18, p. 9-10. L’article est rédigé en 1917.

Je rêve de vouer les années de travail que je puis encore fournir à une tâche plus directement utile que l’enseignement de l’anglais au gymnase de l’École Vinet. Laquelle ? Je ne le vois pas encore clairement […]. Car voici bien longtemps que tout le monde proclame l’urgence de transformer les odieuses conditions actuelles, et que – cependant – tout le monde continue à vivre paisiblement au sein de notre société capitaliste, si fiévreuse, si dure, si injuste […]. Enfin tout à fait libre, j’estime pouvoir et devoir en sortir, afin d’être utile, si possible, au prolétariat, plutôt que de dépendre de la classe privilégiée dont les filles fréquentent l’École Vinet38.

  • 39 Ibid., p. 9.
  • 40 Ibid., p. 10.
  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid.

14Elle affirme dans cet article vouloir quitter le comité de rédaction du journal et annonce sa démission de Vinet, prévue pour la fin de l’année39. Livrant les motifs de son départ, elle dénonce l’aveuglement par rapport à la société dans lequel se trouvent les jeunes filles à Vinet, cherchant à les convaincre de se plonger « dans la vie réelle, qu’on leur cache souvent40 », au lieu de « se borner à pratiquer les bonnes œuvres41 ». Elle aimerait que les femmes issues de la classe bourgeoise mettent leurs « talents », leur « fortune » et leur « instruction » au service de la classe ouvrière afin de surmonter les antagonismes qui les divisent42. Cette déclaration est un témoignage important pour saisir son engagement en faveur de la cause ouvrière et sa critique de l’inactivité des classes privilégiées :

  • 43 Ibid.

N’est-il point naturel que ces ouvriers, que ces ouvrières s’imaginent que les bourgeois charitables ne sont pas de bonne foi, qu’ils cherchent en réalité à maintenir toutes choses en l’état actuel, qu’ils veulent même absolument se cramponner à leurs privilèges, bien qu’ils ne les trouvent pas équitables ? « Impossible, disent-ils, de n’être plus ou moins au courant de ce qui se passe dans l’industrie, dans le commerce, dans la finance, de ne pas voir, deviner ou soupçonner la servitude économique qui pèse sur une importante catégorie de la société, sur la plus importante, peut-être, puisque c’est la catégorie productrice. Donc ceux-ci ne cherchent pas activement à transformer l’état actuel, ils affirment tacitement leur solidarité avec cet état, et montrent qu’ils veulent notre asservissement afin d’être eux-mêmes plus libres et plus riches »43.

  • 44 Ibid.
  • 45 Lola Zappi, « Comment être “l’amie” des familles populaires : la relation de care chez les assistan (...)
  • 46 Lola Zappi aborde ce point, montrant que ce type d’engagement reste extrêmement rare. Voir les § 13 (...)

15Dans ce texte, elle continue de se revendiquer chrétienne, tout en marquant une rupture avec sa pratique actuelle, de plus en plus en contradiction avec ses convictions44. Elle est partagée entre son travail auprès des élites protestantes lausannoises et son désir de solidarité avec la classe ouvrière. En d’autres mots, deux visions s’affrontent, l’une étant influencée par la morale chrétienne tournée vers la charité et l’autre par les valeurs socialistes, tournées vers le changement social. Cela fait écho à ce que soulève l’historienne Lola Zappi concernant les raisons qui poussent de nombreuses femmes à se former comme assistantes sociales en France dans les années 1920. Une partie d’entre elles, issues de la petite bourgeoisie, sont nourries par une conscience de charité envers les plus démunis, ce qui les conduit à tenter de devenir « “amie[s]”45 » des classes populaires. Parmi elles, une petite minorité s’engage dans une démarche militante afin de pouvoir entrer en contact avec la classe ouvrière46. Le parcours de Marie Butts est, à cet égard, intéressant puisqu’il permet de mettre en évidence le rôle moteur du militantisme dans la mobilité.

Travailler auprès de la classe ouvrière (1918-1926)

  • 47 Colette Muret, « Mlle Marie Butts », La Gazette de Lausanne, 12 juin 1948, p. 3.

16En 1918, Marie Butts quitte la Suisse pour un voyage de trois mois durant lequel elle travaille, grâce à ses compétences linguistiques, comme « interprète de mission française47 ». C’est après ce séjour qu’elle vient s’établir à Paris, accueillie chez des ami·es. Le 9 avril 1919, elle emménage dans une « maison ouvrière » du quartier de La Chapelle, dans le 18e arrondissement.

  • 48 Standish Meacham, Toynbee Hall and Social Reform, 1880-1914: The Search for Community, New Haven, Y (...)
  • 49 Virginie De Luca Barrusse, Population en danger ! La lutte contre les fléaux sociaux sous la Troisi (...)
  • 50 Butts, « Entre nous », JAAEEV, juin 1919, 20, p. 13-15.
  • 51 Ibid.

17La question de l’habitat de Marie Butts n’est pas anodine et renvoie au fait qu’il existe alors à Paris des résidences sociales construites pour les travailleuses sociales, poursuivant le projet anglais de Settlements, en incitant ces dernières à vivre au plus près des familles assistées48. Il s’agit peut-être aussi d’un logement ouvrier récemment construit par l’État français, pour lutter contre l’insalubrité49. Pour gagner sa vie, Marie Butts donne des cours d’anglais deux fois par semaine, de 20 heures à 22 heures, à une trentaine de garçons et filles du voisinage, âgés de 11 à 19 ans50. Elle fréquente des cercles socialistes, visite des œuvres de charité et s’initie au « fonctionnement de l’Assistance publique51 ». Cette quête d’expériences relève d’une logique autoformative qu’elle partage avec beaucoup de femmes à qui les voies institutionnelles sont fermées. Pour le cas de Marie Butts, qui a 49 ans à cette époque, la démarche relève aussi d’un désir de se former tout au long de la vie. Ainsi, elle va s’intéresser à l’École de surintendantes d’usine, fondée en 1917, qui est l’une des premières institutions professionnelles de service social à Paris.

Une double formation sociale à Paris

  • 52 Hauss/Schulte, Amid…, op. cit. ; Hering-Calfin/Waaldijk, History of Social Work…, op. cit.
  • 53 Annie Fourcaut, Femmes à l’usine : ouvrières et surintendantes dans les entreprises françaises de l (...)
  • 54 Muret, « Mlle Butts », art. cit., p. 3.
  • 55 Cécile Formaglio, « Féministe d’abord » : Cécile Brunschvicg (1877-1946), Rennes, Presses universit (...)

18Le départ de Marie Butts pour Paris coïncide en effet avec une période durant laquelle le service social se structure, à la suite d’un large mouvement d’initiatives privées nées dans plusieurs villes occidentales au tournant des années 191052. Les hommes étant au front entre 1914 et 1918, l’industrie de guerre a fait appel au travail des femmes. De nouveaux dispositifs sont élaborés pour assurer leur encadrement dans les domaines du travail, de la santé reproductive, de l’hygiène et du bien-être : ils sont incarnés par les nouvelles professions exclusivement féminines des surintendantes53. C’est l’École de surintendantes d’usine qui propose une formation dédiée. Marie Butts y assiste notamment aux cours de Renée de Montmort (1881-1960), cofondatrice de l’école et inventrice du métier de travailleuse sociale54. Parmi ses fondatrices, on trouve également des membres importantes d’organisations féminines et féministes, dont Cécile Brunschvicg (1877-1946), fondatrice du Conseil national des femmes françaises (CNFF)55.

  • 56 Catherine Picot, JAAEEV, février 1920, 21 p. 13.

19Question éminemment politique, la constitution de cette profession s’accompagne de revendications, qui sont relayées en Suisse romande. Ainsi, une ancienne élève de Vinet, Catherine Picot, qui en 1920 s’établit elle aussi à Paris pour suivre l’enseignement de l’École de surintendantes, écrit à ses anciennes camarades de Lausanne et les invite à s’engager dans le service social. Pour Catherine Picot, celui-ci doit être reconnu comme un travail rémunéré, au contraire de l’action philanthropique qui est jusqu’alors l’apanage de femmes bourgeoises56.

Illustration 3. Certificat d’hygiène sociale, 1919

Illustration 3. Certificat d’hygiène sociale, 1919

AIJJR, 2008.3.A.1.

  • 57 Centre des archives du féminisme, Fonds Cécile Brunschvicg, dossier 1 AF 365, brochure Comité d’ent (...)
  • 58 De Luca-Barrusse, Population en danger…, op. cit.
  • 59 Ibid. p. 117.

20À Paris, Marie Butts suit aussi des cours dans un autre lieu de formation, qu’il n’a pas été possible d’identifier. Entre 1917 et 1925, au moment où elle séjourne en France, quatre écoles de préparation au service social sont en activité d’après le relevé du Comité d’entente des écoles de service social, fondé en 1930 dans le but de fédérer les lieux de formation du travail social. Il s’agit de l’École d’application du service social, reconnue d’utilité publique en 1911, de l’École normale sociale, fondée en 1912, de l’École pratique de service social, fondée en 1913, et de l’Association de surintendantes d’usine et de services sociaux, fondée en 191757. Marie Butts obtient, en 1919, un certificat intermédiaire d’études (Illustration 3) qui l’autorise à compléter sa formation en prévention sociale et sanitaire de l’alcoolisme et des maladies infectieuses. Ce certificat est décerné par un jury composé de médecins ayant contribué de manière significative à l’invention de la médecine préventive de l’époque. On y retrouve Adolphe Pinard, puériculteur, Marcel Labbé, diététicien, et Paul Gastou, spécialiste des maladies dites sociales58. Le Comité national de l’éducation physique et sportive et de l’hygiène sociale, qui décerne la certification, n’opère que quelques années et aucune trace ne permet de le rattacher aux écoles citées plus haut. Fondé en 1917 sous le haut patronage de Georges Clemenceau (1841-1929), il est dissous en 1920 pour une raison inconnue et est remplacé par le Comité national de propagande d’hygiène sociale et d’éducation prophylactique59. La nature exacte du diplôme reste donc à clarifier : s’agit-il d’une certification intermédiaire ou d’un certificat d’auditrice libre ? Est-elle en lien avec les cours de l’école de surintendantes d’usine ? Ce qui est certain, c’est que Marie Butts s’oriente alors vers l’assistance sociale.

Directrice d’un foyer à Rouen

  • 60 Assembly Switzerland Yearly Meeting (désormais ASYM), GMM, Fonds Monastier, Albert Picot, « Marie B (...)
  • 61 Bibliothèque Marguerite Durand, 2013-30087, « Assemblée générale du Conseil national des femmes fra (...)
  • 62 Ibid.
  • 63 Catherine Coste, « Marguerite de Witt-Schlumberger : une femme au service des victimes de guerre », (...)
  • 64 Muret, « Mlle Butts », art. cit.
  • 65 D’après les lettres que Marie Butts adresse aux anciennes élèves de Vinet pour raconter ce qu’elle (...)

21Ainsi, en 1920, elle part travailler à Rouen, au nord-ouest de la France, à l’Abri, un foyer pour jeunes filles ouvrières60. L’établissement permet de loger une dizaine de jeunes filles et de les instruire : littérature, puériculture, enseignement ménager, anglais, couture, musique, gymnastique61. Le foyer est fondé en 1919 à l’initiative du Conseil national des femmes françaises (CNFF), dans les locaux d’un ancien club anglais construit pendant la guerre. Il est alors dirigé par « Mme Maillard », une représentante de la branche rouennaise du CNFF62, et « Mme Texier », présidente du groupe de Rouen de l’Union française pour le suffrage des femmes63. En intégrant cette institution, Marie Butts réalise son désir de se tourner vers l’assistance des classes pauvres. Colette Muret relate que c’est à ce moment que Marie Butts adhère au Parti socialiste français64, sans que nous puissions connaître la nature de cet engagement. Marie Butts ne semble pas avoir conservé de documents qui y sont liés. Il en va de même pour ce qui se rapporte à sa vie privée durant la période parisienne : sa correspondance, par exemple, a-t-elle été perdue ou dispersée au cours de ses déplacements ? Il est possible aussi qu’une partie des documents personnels aient été détruits par Marie Butts elle-même pour protéger sa vie intime. Durant ces quelques années, sa santé se détériore65 et le travail entrepris au foyer de Rouen lui devient de plus en plus difficile d’autant que les conditions de vie y sont particulièrement éprouvantes. Pour cette raison, elle choisit de quitter sa fonction en 1924 et retourne vivre en Suisse.

  • 66 Pierre-Yves Saunier, « Les régimes circulatoires du domaine social 1800-1940 : projets et ingénieri (...)
  • 67 Zappi, Les visages..., op. cit., § 11, § 61 ; Fayet-Scribe, La résidence…, op. cit.

22Les étapes parisiennes du parcours de Marie Butts offrent un regard sur le terrain français du service social naissant. Les lieux dans lesquels elle réside à Paris et à Rouen renvoient à un thème souvent identifié dans l’histoire du service social à cette période. Il s’agit du modèle des Settlements, ce mouvement social et réformiste né au Royaume-Uni et aux États-Unis qui vise à rassembler pauvres et riches dans des communautés solidaires66. Des foyers éducatifs et des résidences sociales sont implantés en France en s’inspirant de ces modèles67. Soulignons la dimension autodidacte, certes relative, de sa démarche. Marie Butts suit une formation jusqu’à une certification intermédiaire et est ensuite engagée à la direction d’un foyer éducatif. Sans diplôme spécifique, c’est donc la certification intermédiaire à Paris couplée à ses expériences qui semble être un atout dans son engagement. Ceci renvoie à la diversité des compétences qui sont recherchées pour travailler dans le domaine éducatif et social à cette période de création de nouvelles professions féminines.

Le retour à Genève : le temps des organisations internationales (1926-1948)

  • 68 Rita Hofstetter (dir.), Le Bureau international d’éducation : matrice de l’internationalisme éducat (...)
  • 69 Marie Butts, Le trésor des Nibelungs, Lausanne, Payot, 1928.
  • 70 Le Mouvement féministe, 4, 1926, p. 80.
  • 71 La Gazette de Lausanne, 58, 1927, p. 2.
  • 72 Le Mouvement féministe, 17, 1929, p. 26.
  • 73 AIJJR, 2008.3.A.

23Le départ de Rouen en 1926 coïncide avec une nouvelle opportunité professionnelle puisque des membres de l’Institut genevois Jean-Jacques Rousseau lui ont proposé de devenir collaboratrice du BIE qu’ils créent à Genève en 192568. Le BIE a pour mission de rassembler de la documentation sur l’éducation à l’échelle mondiale et de fédérer internationalement celles et ceux qui s’intéressent à ce domaine. Cette nouvelle fonction correspond à une période d’ascension professionnelle pour Marie Butts qui, à 55 ans, gagne en reconnaissance. En plus d’une fonction au sein du BIE, Pierre Bovet, professeur à l’Université de Genève, et Marguerite Wagner Beck (1894-1971), directrice de l’Institut d’études sociales pour femmes à Genève, la sollicitent pour donner des cours de psychologie ouvrière et de documentation internationale entre 1926 et 1933. Elle continue par ailleurs son activité littéraire : entre 1920 et 1927, elle publie une adaptation du mythe des Nibelungen69 et trois traductions d’Herbert George Wells, l’auteur britannique de fiction et de satire sociale qui fait alors référence pour beaucoup de pacifistes. Elle rédige des articles de presse et donne des conférences dans des associations. Plusieurs exemples permettent de saisir la diversité des domaines dans lesquels elle intervient. En 1926, elle est invitée par l’Union des femmes de Genève pour parler de ses expériences dans « les foyers féminins en France70 », conférence rapportée dans Le Mouvement féministe que dirige Émilie Gourd. En 1927, elle intervient à la Maison du peuple, pour parler de « coopératives scolaires71 ». En 1928, c’est la Fédération des unions de femmes du canton de Vaud qui la sollicite sur « la préparation éducative des parents72 ». En 1929, le rattachement de l’Institut Jean-Jacques Rousseau à l’Université de Genève lui permet d’inscrire ses cours dans un contexte académique et de les étoffer : grâce à son bilinguisme, elle enseigne, dès 1935, les méthodes d’enseignement de l’anglais aux licencié·es de la faculté73, grâce à Pierre Bovet une nouvelle fois. Mais sans titre académique, son statut au sein de l’Université de Genève reste incertain, son implication institutionnelle marginale.

Secrétaire générale du BIE

  • 74 Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les socié (...)
  • 75 Françoise Thébaud, « Le genre de l’OIT. Place des femmes dans les organes représentatifs, hiérarchi (...)
  • 76 Ibid., p. 101.
  • 77 Boss, Une histoire des pratiques…, op. cit. ; Myriam Piguet, « Employées à la Société des Nations : (...)
  • 78 Offen, European Feminism…, op. cit. ; Marie-Elise Hunyadi, L’accès des femmes aux études universita (...)

24Dans les années 1920, en raison de l’essor du secteur des services et de l’évolution des techniques en matière d’information, le besoin d’employées d’administration s’intensifie en Occident, offrant de nouvelles possibilités de travail aux femmes74. Dans ce contexte, les organisations internationales naissantes constituent pour elles une opportunité de faire « carrière », « du moins au niveau de carrières intermédiaires75 ». Françoise Thébaud évoque l’exemple de Mlle Henderson qui « recrutée comme dactylo en 1920 avec le plus petit salaire du BIT […] est en 1938 bibliothécaire adjointe, avec une rémunération quatre fois supérieure au minimum76 ». Les inégalités entre hommes et femmes ne disparaissent pas pour autant, bien au contraire, et le quotidien de ces employées reste marqué par une division sexuée des tâches puisqu’elles occupent pour l’essentiel des fonctions subalternes et peu rémunérées77. En ce qui concerne les positions plus élevées, les associations féministes internationales luttent pour un accès égal à celui des hommes78.

  • 79 Piguet, « Employées… », art. cit.
  • 80 Ibid., p. 57.
  • 81 Le BIE est dirigé entre 1925 et 1928 par Pierre Bovet, professeur de pédagogie, alors également dir (...)
  • 82 L’habitus associatif renvoie, sans s’inscrire dans une analyse des champs, à la définition élaborée (...)
  • 83 Pierre Bovet défend la mixité scolaire et son épouse Amy Bovet (1878-1967) est membre de l’Union de (...)

25Lorsque Marie Butts est nommée secrétaire générale du BIE, les responsabilités qui lui sont confiées et la position qu’elle occupe font d’elle une figure singulière au regard de l’époque. Jusqu’alors, le titre de secrétaire générale n’a jamais été attribué à une femme au sein d’une organisation internationale79. À la SDN80 par exemple, la seule femme qui fait exception est Rachel Crowdy, qui dirige une section spécialisée de 1923 à 1931. Or le cas de Marie Butts diffère substantiellement. Ses compétences bilingues, sa pratique de la traduction et son aisance rédactionnelle lui permettent de coordonner l’ensemble du travail du secrétariat, et elle est associée à la direction pour beaucoup de tâches décisionnelles, dès les premières années du BIE (1925-1929), en duo avec Pierre Bovet, son premier directeur81. Sa position est ainsi double : subalterne, car membre du personnel administratif, elle participe en même temps à la direction du BIE. Cette particularité s’explique par la nature même de l’institution dédiée à l’éducation. C’est alors une petite organisation familiale et militante rassemblant des hommes et des femmes dotés d’un habitus associatif82 et adhérant à des formes d’égalitarisme par engagement militant83.

Illustration 4

Illustration 4
  • 84 Blanche Weber est membre de section au BIE et quaker, Rachel Gampert est secrétaire et membre de se (...)

Marie Butts (1er rang, 2e depuis la gauche) se trouve au côté d’une partie de ses collègues. Ont pu être identifiés : premier rang, 2e depuis la droite Pedro Rosselló (1897-1970), 3e depuis la droite Jean Piaget ; deuxième rang, 1re depuis la gauche Blanche Weber (1908-1974) ; 2e depuis la gauche Rachel Gampert (1904-1988)84.
BIE, B276 (s. d.).

L’importance de l’éducation sociale

  • 85 Hering-Calfin/Waaldijk, History…, op. cit. ; Joëlle Droux, « L’internationalisation de la protectio (...)
  • 86 BIE, B162, C63, 22.11.1928. Le nom de la fédération est rapporté comme tel par Jean-Louis Claparède
  • 87 Bulletin international de la protection de l’enfance, no 133 à 136, Union internationale de secours (...)

26Partie prenante de l’internationalisation du secteur éducatif et social85, Marie Butts accède à d’autres fonctions périphériques au sein du BIE en 1928, lorsqu’elle est nommée à la tête de la Fédération internationale de l’école et la famille86. Implantée en Belgique, celle-ci vise à coordonner des organisations de protection et de prise en charge des classes pauvres, par le biais de la coopération entre parents et éducateurs87. À Genève, Marie Butts enseigne dans l’un des premiers lieux de formation des travailleuses sociales de Suisse, l’Institut d’études sociales pour femmes. Cette orientation vers le domaine social se précise au BIE puisque c’est à elle que l’on confie la division de recherche consacrée successivement à l’éducation morale, ouvrière puis sociale. Entre 1927 et 1928, elle prend en charge une publication du BIE, avec Pierre Bovet, « The co-operation of school and home », et lorsque des cours d’été sont organisés, Marie Butts y intervient dans les sections dédiées.

  • 88 Compte-rendu des conférences et des cours pour le personnel enseignant, 1931, Genève, BIE, p. 102-1 (...)
  • 89 Il s’agit de la section anglaise, basée à Londres, du mouvement international en faveur de ce que s (...)
  • 90 Cécile Boss et Aurélie De Mestral, « Helena Radlińska (1879-1954) », in Hofstetter (dir.), Le Burea (...)

27Parallèlement, elle participe à des congrès internationaux, dont les questions militantes coïncident avec cet intérêt. Pour elle, l’instruction constitue un outil de prise de conscience et de lutte contre les inégalités économiques. Elle défend une étude du contexte social et historique des individus dans les sciences humaines88. Si elle se distancie d’une lecture marxiste, on en perçoit encore une probable influence dans la mesure où elle choisit une lecture sociologique de l’éducation, au sens où l’on peut l’entendre aujourd’hui. En cela, elle se distingue d’autres pédagogues de l’époque, notamment des figures de la New Education Fellowship89 comme Béatrice Ensor90.

Une reconnaissance formelle

  • 91 AIJJR, 2008.3.A.4, 8.8.1945.

28Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, l’apparente tranquillité que Marie Butts a trouvée en Suisse se trouve remise en question. Partagée entre ses deux pays de cœur, elle décide de se rendre en Écosse, auprès de parents et d’amis, et prévoit d’entreprendre un voyage à travers le Royaume-Uni. Comme si elle présageait de partir longtemps, elle loue sa chambre à son amie la féministe américaine Madeleine Zabriskie Doty (1877-1963) et confie ses affaires personnelles et la gestion de son compte en banque à Annie Leuch (1880-1978), autre amie et féministe lausannoise91.

29Le 3 mai 1940, elle prend le train pour Paris puis embarque pour le Royaume-Uni. Tout en continuant de suivre les affaires du BIE et de travailler à la traduction de documents, elle loge dans différentes régions, où elle est hébergée par des parents ou amis.

  • 92 AIJJR, 2008.3.A.4, 13.12.1940.
  • 93 AIJJR, 2008.3.A.4, 2.1.1942.

30Très vite, elle décrit combien la violence due au conflit, notamment les bombardements, est difficilement supportable et elle pense à revenir en Suisse92, mais sans la nationalité les coûts sont énormes et les démarches auprès des autorités compliquées. À l’âge de 70 ans, le voyage paraît aussi pénible. Son activité d’écriture est de plus en plus limitée par des douleurs musculaires au poignet. Elle est atteinte selon son médecin d’arthrite rhumatoïde, une maladie pour laquelle il n’existe aucun traitement93. Affaiblie, elle décide de rester au Royaume-Uni.

  • 94 Il s’agit de l’Unesco. AIJJR, 2008.3.A.4, 20.4.1944.

31En dépit de ces difficultés, elle cherche à se tenir informée des pourparlers entre les représentants des pays alliés. Elle suit en particulier ceux qui portent sur la reconstruction après la guerre des lieux dédiés à l’instruction et sur la création d’une « nouvelle autorité mondiale » en matière d’éducation94. Ses relations au sein de la New Education Fellowship et celles qu’elle entretient notamment avec les quakers anglais, nous le verrons, lui sont alors très utiles. Elle accède à des fonctions de représentante du BIE au sein de commissions de travail telles que le Council for Education in World Citizenship, qui recommande la création d’un bureau des Nations Unies pour la reconstruction éducative. En 1945, elle assiste à Londres à la conférence des Nations Unies durant laquelle est décidée la fondation de l’Unesco.

  • 95 BIE, B63, A.3.1.765-1456.
  • 96 AIJJR, 2008.3.A.1.
  • 97 AIJJR, 2008.3.A.1.

32Elle retourne finalement en Suisse en 1946, et y continue ses activités au sein du BIE jusqu’à sa retraite l’année suivante. Son parcours est distingué par trois titres honorifiques : secrétaire honoraire par le BIE en 194795, « Honorary Fellow » par l’Educational Institute of Scotland en 194796 et un doctorat honoris causa décerné en 1948 par l’Université de Genève97.

  • 98 Hering-Calfin/Waaldjik, History…, op. cit., p. 11. Anette Kniephoff-Knebel et Friedrich Seibel, « E (...)

33Ce sont ainsi ses compétences et expériences (littéraire, linguistique, pédagogique, associative) qui lui permettent de dispenser des enseignements à l’Université de Genève sans titre académique, et de bénéficier d’une reconnaissance de la part de ses pairs à la fin de sa vie. Le parcours de Marie Butts illustre le rôle crucial que des femmes ont pu jouer, à cette époque, dans la professionnalisation du travail social et la promotion de cette question au sein d’organisations internationales98.

La confirmation de ses engagements : l’adhésion quaker (1926-1953)

  • 99 BIE, B86, B.2.0.41.a. Réponse au questionnaire sur le patriotisme.
  • 100 UNOG.G.2.6, Minute au sujet de Marie Butts, 1953 ; The Friend, juillet 1921, p. 424.
  • 101 La formation théologique, dimension peu explorée dans cet article, constitue sans aucun doute une c (...)

34Le retour à Genève en 1926 constitue une rupture sur le plan de son engagement, puisqu’elle prend ses distances vis-à-vis des partis politiques, tout en se disant expressément « à gauche99 ». C’est en effet cette même année qu’elle adhère à la Société religieuse des amis, par l’intermédiaire du groupe genevois100. Ses adhérent∙es sont couramment appelés quakers et se désignent entre eux en tant qu’« amis » et « amies ». À Genève notamment, les membres de cette société sont impliqué∙es dans le mouvement pacifiste du début du xxe siècle. Lorsque Marie Butts rejoint le groupe, c’est l’occasion d’y retrouver son amie de l’époque de Vinet, Hélène Monastier, et d’entamer un travail de traduction d’auteurs quakers anglophones. Au fil des années, elle devient une membre très active du Groupe de Genève, entretenant aussi des relations avec des quakers anglais dont elle maîtrise la langue. C’est ce réseau qui participe à orienter sa mobilité : lors de ses fréquents séjours en Angleterre, elle loge chez des amis quakers, notamment à Woodbrooke, dans la proche banlieue de Birmingham, important lieu de rassemblement et de formation théologique quaker101.

Illustration 5. Les quakers genevois, souvent nommés « Le Groupe de Genève », fondés dans les années 1920

Illustration 5. Les quakers genevois, souvent nommés « Le Groupe de Genève », fondés dans les années 1920

Marie Butts est la première depuis la gauche, sur le rang du milieu.

ASYM, GMM, G/M.1-011.063T, « Le Groupe de Genève », (s. d.).

Illustration 6. Marie Butts dans la chambre qu’elle loue au foyer d’accueil quaker à Genève

Illustration 6. Marie Butts dans la chambre qu’elle loue au foyer d’accueil quaker à Genève
  • 102 Le foyer d’accueil quaker est installé à côté des bureaux du BIE au Palais Wilson à Genève, en Suis (...)

ASYM, Fonds Alison Bush, G006-B.A.3.102

Des cercles pacifistes proches de la SDN

  • 103 Jerónimo Miguel Bandeira et José Pedro Monteiro, Internationalism, Imperialism and the Formation of (...)

35Son profil correspond alors à celui de nombreux militants et militantes qui prônent une organisation internationale du monde suivant les différentes tendances du militantisme pacifiste de l’époque. Pour sa part, Marie Butts s’inscrit dans la tendance « wilsonienne103 » et reste très hermétique aux étiquettes politiques, ce qui est propre au quakerisme qui préconise l’autonomie et l’indépendance de pensée. Cela ne l’empêche nullement d’adhérer à des associations à caractère militant (tableau 1) et ses relations d’amitié continuent d’être nourries par des sociabilités féministes.

  • 104 Ce tableau rassemble les associations auxquelles Marie Butts adhère comme membre entre 1930 et 1940 (...)

Tableau 1. « Principales relations et affiliations de Marie Butts à des organisations ou associations internationales dans le domaine socio-éducatif et militant entre 1930 et 1940104 »

Principales relations et affiliations à des organisations ou associations internationales dans le domaine socio-éducatif et/ou militant entre 1930 et 1940

Siège principal

Type d’engagements

Associations espérantistes

Royaume-Uni

Espéranto et pacifisme

Fédération internationale de l’école et la famille

Belgique

Éducation et protection de l’enfance

Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté

Genève

Féminisme et pacifisme

Ligue internationale pour l’éducation nouvelle

Genève/France

Éducation et pacifisme

Société religieuse des amis (Groupe de Genève)

Genève

Quakerisme et pacifisme

Union des femmes de Genève

Genève

Féminisme

Union internationale de secours aux enfants

Genève

Éducation et protection de l’enfance

Union mondiale de la femme pour la concorde internationale

Genève

Féminisme et pacifisme

World Federation of Education Associations

San Francisco

Éducation et pacifisme

  • 105 Charles Heimberg (dir.), Face à la guerre, dossier thématique des Cahiers d’histoire du mouvement o (...)
  • 106 AIJJR, 2008.3.A.4, 13.12.1940.

36Comme c’est le cas pour d’autres membres de la gauche sociale chrétienne, sa rupture d’avec des partis politiques s’inscrit à un moment où beaucoup cherchent à s’éloigner de formes partisanes, à l’heure où le socialisme est fortement divisé105. La SDN ou des associations qui lui sont proches sont dès lors des espaces à investir. Mais la situation, matérielle et politique, se détériore au fil des années 1930. En 1940, alors qu’elle est au Royaume-Uni, et que la Seconde Guerre mondiale a éclaté, elle témoigne dans ses lettres au BIE de la violence du conflit, et de l’« enfer106 » que vivent les gens qui l’entourent. Alors qu’elle avait placé, comme beaucoup d’autres, tant d’espoirs dans la SDN et le mouvement pacifiste au sens large, celle qui avait déjà connu la Grande Guerre se confronte à un nouveau constat d’échec. Ce pour quoi elle s’est investie n’a pas permis d’empêcher la montée du nazisme et la guerre. Son attachement au pacifisme, par l’entremise du mouvement quaker, ne tarit cependant pas. Elle continue d’entretenir des liens avec cette communauté et, dès son retour à Genève en 1945, se rend régulièrement aux réunions du Groupe de Genève.

  • 107 AIJJR, 2008.3.A.4, 9.10.1945. Cette amitié date probablement déjà des années 1920, dans le contexte (...)
  • 108 Boss et De Mestral, « Helena… », art. cit. ; Françoise Laot et Ewa Marynowicz-Hekta, « Éducation de (...)
  • 109 AIJJR, 2008.3.A.4, 22.9.1945.
  • 110 Au sujet de Marguerite Thibert, voir Thébaud, « Écrire la biographie », art. cit. ; Thébaud, Une tr (...)

37Ses correspondances produites entre 1940 et 1945 témoignent de la solidité des liens qu’elle entretient avec des femmes, liens qui perdurent depuis la période lausannoise. Avec Hélène Monastier, elle partage un même intérêt pour l’éducation, le coopératisme et le quakerisme, tandis qu’elle s’est liée d’amitié avec Helena Radlinska107, une éducatrice polonaise très investie dans la fondation du travail social elle aussi108. Enfin, des témoignages d’amitié que s’échangent Marie Butts et Marguerite Thibert109, figure bien connue de l’Organisation internationale du travail, rappellent son long compagnonnage avec les milieux diplomatiques et féministes110. Le féminisme, s’il n’est pas une lutte de premier plan, apparaît néanmoins comme fondateur pour elle et les réseaux de solidarité informels entre femmes comme une ressource d’entraide essentielle. Les convictions politiques de Marie Butts traduisent cependant une hétérogénéité d’engagements : militante à la posture modérée, elle croit en la possibilité d’une jonction entre plusieurs combats, le pacifisme, l’éducation sociale et ouvrière, et les organisations internationales. Imprégnée des valeurs quakers, elle est soucieuse de conserver une ligne non partisane. Sur le plan social et affectif, c’est de la communauté quaker de Genève et du cercle social du BIE qu’elle reste le plus proche, jusqu’à la fin de sa vie. Lorsqu’elle meurt à Genève le 2 juin 1953, à l’âge de 82 ans, une cérémonie quaker est organisée et de nombreux hommages paraissent dans plusieurs quotidiens suisses romands, saluant l’importance de son engagement pacifiste.

Conclusion

38La reconstitution du parcours singulier de Marie Butts apporte un éclairage nouveau sur la dimension transnationale de l’émergence du service social et de l’éducation au premier tiers du xxe siècle. Animée par un idéal à la fois moral et politique, elle en fut une artisane importante, multipliant les expériences, souvent dans une démarche autodidacte, profitant de l’essor de lieux de préparation professionnelle hors des institutions classiques. Particulièrement étendues, ses compétences sont en constante évolution, allant de l’enseignement à la littérature enfantine et à la traduction, en passant par la direction de foyer et l’administration d’une organisation internationale. Endossant le rôle de médiatrice et de traductrice, au sens tant littéral que figuré, tirant profit de ses compétences linguistiques, elle nourrit sa réflexion de sa connaissance de différentes aires culturelles et nationales. Elle trace un réseau à l’échelle européenne et fréquente des lieux qui, s’ils se situent majoritairement en Europe et au Royaume-Uni, sont souvent internationaux, car fréquentés par des membres d’associations ou d’organisations internationales. Enfin, alors qu’elle est issue de la petite bourgeoisie blanche protestante, certes éduquée, mais sans héritage économique et célibataire, son parcours traduit l’ampleur des mobilités de femmes que favorisent l’appartenance à des groupes religieux et le militantisme pacifiste et féministe.

Haut de page

Notes

1 Elle écrit à son amie Rachel Gampert (1904-1988) qui est aussi sa collègue, car elles travaillent toutes deux au Bureau international d’éducation (désormais BIE) à Genève, en Suisse, entre 1926 et 1949.

2 Marie Butts se trouve au Royaume-Uni, son pays d’origine où elle a le droit de vote, au contraire de la Suisse, son pays de résidence. Elle ne mentionne pas que Barbara Ayrton Gould est une suffragette britannique. Archives Institut J.-J. Rousseau (désormais AIJJR), Fonds Hamori, 2008.3.A.4.

3 Cf. Cécile Boss, Une histoire des pratiques de comparaison au BIE. Contextes et trajectoires collectives (1925-1945), thèse de doctorat, Université de Genève, 2022. Celle-ci a été élaborée dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par le Fonds national suisse de la recherche scientifique : « Le BIE : un laboratoire de l’internationalisme éducatif (1919-1952) » (no 169747).

4 Probablement aussi les États-Unis, sans certitude. S’agissant de l’emploi du terme transnational, il est utilisé dans cet article pour évoquer, à travers le parcours européen de Marie Butts, la dimension transnationale de l’émergence du domaine du travail social. La nature transnationale de ce parcours pourrait aussi être caractérisée de transeuropéenne ou de transoccidentale, puisque les principaux pays dans lesquels elle se rend se trouvent en Europe occidentale.

5 Danièle Kergoat, « Des rapports sociaux de sexe et de la division sexuelle du travail », Les Cahiers du Genre, 3, 1992, p. 23-26.

6 Maria Elvira Callapez et Vanessa Silva (dir.), « Beyond the Academy—Histories of Gender and Knowledge », dossier thématique de Centaurus, 55, 2013 ; Aude Fauvel, Jean-Christophe Coffin et Thibaud Trochu, « Les carrières de femmes dans les sciences humaines et sociales (XIXe-XXe siècles) : une histoire invisible ? », dossier thématique de la Revue d’histoire des sciences humaines, 35, 2019.

7 Gisela Hauss et Dagmar Schulte (dir.), Amid Social Contradictions: Towards a History of Social Work in Europe, Leverkusen, Barbara Budrich Publishers, 2009 ; Sabine Hering-Calfin et Berteke Waaldijk (dir.), History of Social Work in Europe (1900-1960), Wiesbaden, Springer, 2003.

8 Françoise Battagliola, « Les réseaux de parenté et la constitution de l’univers féminin de la réforme sociale, fin XIXe – début XXe siècle », Annales de démographie historique, 112, 2006, p. 77-104 ; Dominique Picco, « Réseaux de femmes, femmes en réseaux », Genre & Histoire, 12-13, 2013, https://doi.org/10.4000/genrehistoire.1873, § 12-13. Sur l’amitié entre femmes, Jayne Lacny, « Female Philanthropic Voluntary Action: The Battle for the Hearts, Minds and Souls of Victorian Sailors, Soldiers and Their Families », Women’s History Review, 32, 2023, p. 101-125.

9 Karen Offen, European Feminisms, 1700-1950: A Political History, Standford, Stanford University Press, 2000 ; Linda J. Rupp, « Constructing Internationalism: The Case of Transnational Women’s Organizations, 1888-1945 », The American Historical Review, 99, 1994, p. 1571-1600 ; Marie Sandell, The Rise of Women’s Transnational Activism: Identity and Sisterhood Between the World Wars, London, I. B.Tauris, 2015.

10 Ann Taylor Allen et Anne Cova, « Introduction: Transnational Women’s Activism », Women’s History Review, 32, 2023, p. 165-171 ; Laurent Gutierrez (dir.), « Place et rôle des femmes au sein du mouvement de l’éducation nouvelle en Europe au XXe siècle », dossier thématique de Spirale – Revue de recherches en éducation, 68, 2, 2021 ; Battagliola, « Les réseaux… », art. cit. ; Victoria Harris, « In the Absence of Empire: Feminism, Abolitionism and Social Work in Hamburg (c. 1900-1933) », Women’s History Review, 17, 2008, p. 279-298.

11 Céline Schoeni, Travail féminin : retour à l’ordre !, Paris, Antipodes, 2012.

12 Gutierrez, « Place et rôle des femmes… », art. cit; Lola Zappi aborde ce point, montrant que ce type d’engagement est extrêmement rare dans le cas du service social. Lola Zappi, Les visages de l’État social : assistantes sociales et familles populaires durant l’entre-deux-guerres, Paris, Presses de Sciences Po, 2022.

13 Maryline Gachet et Jean-Yves Seguy, « Alice Jouenne, une militante pionnière de l’Éducation nouvelle en France », Spirale – Revue de recherches en éducation, 68, 2021, p. 7-18 ; Renata Latala, « Portrait intellectuel d’une pédagogue de l’entre-deux-guerres. Maria Grzegorzewska, entre science et service social », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 25, 2023, p. 107-127.

14 Sue Anderson-Faithful et Joyce Goodman, « Turns and Twists in Histories of Women’s Education », Women’s History Review, 29, 2020, p. 363-376 ; Juliette Eyméoud et Claire-Lise Gaillard (dir.), Histoire de célibats. Du Moyen Âge au XXe siècle, Paris, PUF, 2023 ; Françoise Laot (dir.), « L’éducation des femmes adultes au XXe siècle, travailleuses, épouses et mères, citoyennes », dossier thématique d’Histoire de l’éducation, 156, 2021 ; Gutierrez, « Place et rôle des femmes… », art. cit; Amélie Nuq et Martine Ruchat (dir.), « Professionnelles de l’enfance. Portraits croisés », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 25, 2023.

15 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Paris, ENS, 2007.

16 Françoise Thébaud, « Écrire la biographie de Marguerite Thibert (1886-1982). Itinéraire d’une recherche », Modern & Contemporary France, 20, 2012, p. 421-435.

17 Au sens proposé dans les travaux suivants : Barbara Bush et June Purvis, « Connecting women’s histories: The local and the global », Women’s history review, 25, 2016, p. 493-498 ; Kapil Raj, « Connexions, croisements, circulations », Le genre humain, 42, 2004, p. 73-98 ; Philippe Minard, « Globale, connectée ou transnationale : les échelles de l’histoire », Esprit, 12, 2013, p. 20-32 ; Pierre-Yves Saunier, « Circulations, connexions et espaces transnationaux », Genèses, 57, 2004, p. 110-126 ; Natalie Zemon Davis, « Decentering History: Local Stories and Cultural Crossings in a Global World », History and Theory, 50, 2011, p. 188-202.

18 Frederick Cooper et Ann Laura Stoler (dir.), Tensions of Empire: Colonial Cultures in a Bourgeois World, Berkeley & Los Angeles, University of California Press, 1977 ; Rebecca Rogers et Françoise Thébaud (dir.), « Voyageuses », dossier thématique de Clio. Histoire, femmes et sociétés, 28, 2008.

19 Zaib un Nisa Aziz, « Songs of Sisterhood: Feminist Political Practice Between Empire and Internationalism 1910-20 », Gender & History, 35, 1, 2023, p. 155-171 ; Anderson-Faithful/Goodman, « Turns… », art. cit. ; Cooper/Stoler, Tensions of…, op. cit. ; Rogers/Thébaud (dir.), « Voyageuses… », op. cit. ; Pierre-Yves Saunier, « La secrétaire générale, l’ambassadeur et le docteur », Monde(s). Histoire, Espaces, Relations, 1, 2012, p. 29-47.

20 Des documents du contrôle des habitants (permis d’établissement et de séjour, recensement de la population) m’ont aidée à clarifier les lieux dans lesquels elle réside (Royaume-Uni, canton de Vaud, Genève, Haute-Savoie, Rouen, Thonon-les-Bains), tandis que certains éléments relatifs à sa naissance restent indéterminés.

21 Archives de l’État de Genève (désormais AEG), Office cantonal de la population, dossiers Marie Butts. Sophie Butts, née le 7 mai 1823, est rentière lorsqu’elle vient vivre avec sa fille à Lausanne à la fin du xixe siècle. AEL, dossier de recensement de la population (1880 à 1910).

22 Archives Ville de Genève (désormais AVG), 54e0.A.3/161, avis décès 1953, p. 431. Aux archives de Thonon-les-Bains, son nom n’apparaît pas dans le registre des naissances de 1870 ni dans les tables décennales de naissance de 1863 à 1882. Ses parents (si le nom de famille est bien Butts) ne sont pas enregistrés comme étrangers sur la liste de recensement de la population de Thonon de 1872. Ils ne figurent pas non plus sur le registre de demande de nationalité française. Ainsi, si Marie Butts se dit originaire de Haute-Savoie, rien ne permet de le vérifier.

23 United Nations Office Geneva (désormais UNOG), UNOG/S/3/17, S002-B-4. Le terme « maîtresse de classe » est utilisé à l’époque à Vinet. Il correspond à l’idée de maîtresse d’école.

24 Elle devient l’École Vinet en 1897.

25 Verdiana Grossi, « Marie Butts », in Erica Deuber Ziegler et Natalia Tikhonov (dir.), Les femmes dans la mémoire de Genève : du XVe au XXe siècle, Genève, Hurter, 2005, p. 107-108.

26 L’éducation nouvelle rassemble à l’échelle mondiale divers mouvements éducatifs favorables à une plus grande prise en compte de l’autonomie de l’enfant et à une critique des institutions scolaires et éducatives traditionnelles. Ceux qui y adhèrent sont le plus souvent pacifistes.

27 AVL, P155, carton 18, enveloppe 1.

28 Archives Ville de Lausanne (désormais AVL), P155, carton 12, enveloppe 13.

29 Hommages à Marie Butts, JAAEEV, 1949, 64, p. 26-29.

30 Colette Muret, « Mlle Marie Butts », La Gazette de Lausanne, 12 juin 1948, p. 3.

31 Se résoudre à une définition univoque du féminisme serait bien trop réducteur. Pour se faire une idée, ses différentes tendances se trouvent bien représentées, pour la Suisse romande, dans Le Mouvement féministe, l’organe officiel du mouvement féministe suisse romand de l’époque. Voir aussi Offen, European Feminisms…, op. cit., ainsi que la littérature sur l’histoire transnationale des mouvements féministes (par exemple, la synthèse des travaux proposée à la note 1 dans Allen/Cova, « Introduction… », art. cit., p. 170) et Florence Rochefort, Histoire mondiale des féminismes, Paris, PUF, 2018.

32 Le socialisme chrétien suisse, au contraire de la France, trouve ses origines dans le protestantisme.

33 Voir par exemple d’autres membres de ces cercles comme Hélène Monastier et le pacifiste espérantiste et socialiste chrétien Edmond Privat (1889-1962) qui enseignent à Vinet, AVL, P155, carton 18, enveloppe 1. Sur l’engagement socialiste chrétien d’Hélène Monastier, voir Corinne Dallera et Nadia Lamamra (dir.), Du salon à l’usine, vingt portraits de femmes, Le Mont-sur-Lausanne, Ouverture, 2003.

34 AVL, P155, Carton no 12, enveloppe no 19, matériel pédagogique (1910-1954), « Plan général », s.d., s.s. Si cette note n’est ni datée ni signée, il ne fait aucun doute que Marie Butts en est l’auteure en raison de l’écriture. Il est possible d’en déduire qu’elle a été rédigée entre 1910 et 1918, lorsqu’elle quitte Lausanne.

35 Comme en atteste cette publication commune par un groupe solidariste : Marie Butts at al., Les leçons de français dans l’enseignement secondaire : sept conférences données à l’Université de Neuchâtel, préface de Jules Le Coultre, Saint-Blaise, Édition du Foyer solidariste, 1911. À propos de l’engagement socialiste-chrétien de Marie Butts, voir Cécile Boss, « Éléments pour une recherche sur les mouvements coopératif et pédagogique en Suisse romande (1918-1930) », Dynamiques. Histoire sociale en revue, 22, 2023. https://www.carhop.be/revuescarhop/ (consulté le 15 juin 2024).

36 Elle traduit par exemple des ouvrages de Rufus Jones (1863-1948), un auteur quaker et pacifiste. Une liste très complète de l’ensemble de ses publications et traductions est conservée aux AIJJR, Fonds Hamori, 2008.3.A.1, liste manuscrite de l’ensemble de ses publications et traductions.

37 Archives cantonales vaudoises, KVII h 482/35 Bureau des étrangers, attestation du passage de Marie Butts dans le canton de Vaud.

38 Marie Butts, « Entre nous », JAAEEV, février 1918, 18, p. 9-10. L’article est rédigé en 1917.

39 Ibid., p. 9.

40 Ibid., p. 10.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Lola Zappi, « Comment être “l’amie” des familles populaires : la relation de care chez les assistantes sociales de l’entre-deux-guerres, entre vocation et formation », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 49, 2019, p. 93-113.

46 Lola Zappi aborde ce point, montrant que ce type d’engagement reste extrêmement rare. Voir les § 13, 14, 15 du chapitre 9. Zappi, Les visages…, op. cit.

47 Colette Muret, « Mlle Marie Butts », La Gazette de Lausanne, 12 juin 1948, p. 3.

48 Standish Meacham, Toynbee Hall and Social Reform, 1880-1914: The Search for Community, New Haven, Yale University Press, 1987 ; Sylvie Fayet-Scribe, La résidence sociale de Levallois-Perret (1896-1936). La naissance des centres sociaux en France, Toulouse, Érès, 1990.

49 Virginie De Luca Barrusse, Population en danger ! La lutte contre les fléaux sociaux sous la Troisième République, Berne, Peter Lang, 2013 ; Annie Fourcaut et Danièle Voldman, « Penser les crises du logement en Europe au XXsiècle », Le Mouvement social, 245, 2013, p. 3-15.

50 Butts, « Entre nous », JAAEEV, juin 1919, 20, p. 13-15.

51 Ibid.

52 Hauss/Schulte, Amid…, op. cit. ; Hering-Calfin/Waaldijk, History of Social Work…, op. cit.

53 Annie Fourcaut, Femmes à l’usine : ouvrières et surintendantes dans les entreprises françaises de l’entre-deux-guerres, Paris, Maspéro, 1982 ; Laura Lee Downs, « Les marraines élues de la paix sociale ? Les surintendantes d’usine et la rationalisation du travail en France, 1917-1935 », Le Mouvement social, 164, 1993 ; Zappi, Les visages…, op. cit.

54 Muret, « Mlle Butts », art. cit., p. 3.

55 Cécile Formaglio, « Féministe d’abord » : Cécile Brunschvicg (1877-1946), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

56 Catherine Picot, JAAEEV, février 1920, 21 p. 13.

57 Centre des archives du féminisme, Fonds Cécile Brunschvicg, dossier 1 AF 365, brochure Comité d’entente des écoles de service social, 130. La dernière est l’École de surintendantes d’usine.

58 De Luca-Barrusse, Population en danger…, op. cit.

59 Ibid. p. 117.

60 Assembly Switzerland Yearly Meeting (désormais ASYM), GMM, Fonds Monastier, Albert Picot, « Marie Butts », L’éducateur, 1953, p. 529-530.

61 Bibliothèque Marguerite Durand, 2013-30087, « Assemblée générale du Conseil national des femmes françaises » (1922-1923), p. 96-97.

62 Ibid.

63 Catherine Coste, « Marguerite de Witt-Schlumberger : une femme au service des victimes de guerre », Bulletin de la société de l’histoire du protestantisme français (1903-2015), 160, 2014, p. 473-489.

64 Muret, « Mlle Butts », art. cit.

65 D’après les lettres que Marie Butts adresse aux anciennes élèves de Vinet pour raconter ce qu’elle fait en France et qui sont publiées dans le JAAEEV (AVL, carton no 29, enveloppe no 1 et hors enveloppe, Journal). Marie Butts souffre de problèmes de santé qui sont plus tard attribués à de l’arthrose, comme en attestent les lettres qu’elle rédige entre 1940 et 1945 depuis le Royaume-Uni. Voir Boss, Une histoire des pratiques…, op. cit.

66 Pierre-Yves Saunier, « Les régimes circulatoires du domaine social 1800-1940 : projets et ingénierie de la convergence et de la différence », Genèses, 71, 2008, p. 4‑25 ; Meacham, Toynbee Hall…, op. cit.

67 Zappi, Les visages..., op. cit., § 11, § 61 ; Fayet-Scribe, La résidence…, op. cit.

68 Rita Hofstetter (dir.), Le Bureau international d’éducation : matrice de l’internationalisme éducatif (1919-1952), Berne, Peter Lang, 2021.

69 Marie Butts, Le trésor des Nibelungs, Lausanne, Payot, 1928.

70 Le Mouvement féministe, 4, 1926, p. 80.

71 La Gazette de Lausanne, 58, 1927, p. 2.

72 Le Mouvement féministe, 17, 1929, p. 26.

73 AIJJR, 2008.3.A.

74 Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, La Découverte, 2008.

75 Françoise Thébaud, « Le genre de l’OIT. Place des femmes dans les organes représentatifs, hiérarchie sexuée des emplois et politiques genrées de justice sociale », Le Mouvement social, 263, 2018, p. 93-108.

76 Ibid., p. 101.

77 Boss, Une histoire des pratiques…, op. cit. ; Myriam Piguet, « Employées à la Société des Nations : carrières et conditions de travail, 1920-1932 », Monde(s), 19, 2021, p. 51-72 ; Françoise Thébaud, Une traversée du siècle : Marguerite Thibert, une femme engagée et fonctionnaire internationale, Paris, Belin, 2017.

78 Offen, European Feminism…, op. cit. ; Marie-Elise Hunyadi, L’accès des femmes aux études universitaires. L’engagement de la Fédération internationale des femmes diplômées des universités, Rennes, PUR, 2024.

79 Piguet, « Employées… », art. cit.

80 Ibid., p. 57.

81 Le BIE est dirigé entre 1925 et 1928 par Pierre Bovet, professeur de pédagogie, alors également directeur de l’Institut Jean-Jacques Rousseau. La direction est ensuite assurée dès 1929 par le psychologue Jean Piaget (1896-1980), au centre de l’illustration 4, au premier rang.

82 L’habitus associatif renvoie, sans s’inscrire dans une analyse des champs, à la définition élaborée pour parler d’un habitus et capital militant. Frédérique Matonti et Franck Poupeau, « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, 155, 2004, p. 4-11 ; Karel Yon, « Modes de sociabilité et entretien de l’habitus militant. Militer en bandes à l’AJS-OCI », Politix, 70, 2005, p. 137-167.

83 Pierre Bovet défend la mixité scolaire et son épouse Amy Bovet (1878-1967) est membre de l’Union des femmes de Genève.

84 Blanche Weber est membre de section au BIE et quaker, Rachel Gampert est secrétaire et membre de section, mais aussi amie de Marie Butts, et sympathisante quaker.

85 Hering-Calfin/Waaldijk, History…, op. cit. ; Joëlle Droux, « L’internationalisation de la protection de l’enfance : acteurs, concurrences et projets transnationaux (1900-1925) », Critique internationale, 52, 2011, p. 17-33.

86 BIE, B162, C63, 22.11.1928. Le nom de la fédération est rapporté comme tel par Jean-Louis Claparède.

87 Bulletin international de la protection de l’enfance, no 133 à 136, Union internationale de secours aux enfants (1943), p. 405. Guy Zelis, « L’enquête sociale dans le dispositif de formation à l’École sociale catholique féminine de Bruxelles (1920-1940) », in Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Isabelle Lespinet-Moret et Xavier Vigna (dir.), Les enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine, Paris, La Découverte, 2019, p. 414-425.

88 Compte-rendu des conférences et des cours pour le personnel enseignant, 1931, Genève, BIE, p. 102-115.

89 Il s’agit de la section anglaise, basée à Londres, du mouvement international en faveur de ce que ses militants intitulent l’éducation nouvelle (Progressive Education), fondé en 1921 à Calais, en France.

90 Cécile Boss et Aurélie De Mestral, « Helena Radlińska (1879-1954) », in Hofstetter (dir.), Le Bureau…, op. cit., p. 398-400.

91 AIJJR, 2008.3.A.4, 8.8.1945.

92 AIJJR, 2008.3.A.4, 13.12.1940.

93 AIJJR, 2008.3.A.4, 2.1.1942.

94 Il s’agit de l’Unesco. AIJJR, 2008.3.A.4, 20.4.1944.

95 BIE, B63, A.3.1.765-1456.

96 AIJJR, 2008.3.A.1.

97 AIJJR, 2008.3.A.1.

98 Hering-Calfin/Waaldjik, History…, op. cit., p. 11. Anette Kniephoff-Knebel et Friedrich Seibel, « Establishing International Cooperation in Social Work Education. The First Decade of the International Committee of Schools for Social Work (ICSSW) », International Social Work, 51, 2008, p. 790-812.

99 BIE, B86, B.2.0.41.a. Réponse au questionnaire sur le patriotisme.

100 UNOG.G.2.6, Minute au sujet de Marie Butts, 1953 ; The Friend, juillet 1921, p. 424.

101 La formation théologique, dimension peu explorée dans cet article, constitue sans aucun doute une compétence supplémentaire.

102 Le foyer d’accueil quaker est installé à côté des bureaux du BIE au Palais Wilson à Genève, en Suisse. Des membres de la communauté étudiante internationale et pacifiste y sont de passage. Les quakers prônent des valeurs comme l’humilité et la discrétion. Marie Butts est opposée au consumérisme, aux hiérarchisations et à l’individualisme ; elle mène une vie modeste et possède très peu de biens. Pour mieux comprendre le quakerisme, voir par exemple Sandra Stanley Holton, « Kinship and Friendship: Quaker Women’s Networks and the Women’s Movement », Women’s History Review, 14, 2005, p. 365-384.

103 Jerónimo Miguel Bandeira et José Pedro Monteiro, Internationalism, Imperialism and the Formation of the Contemporary World: The Pasts of the Present, Cham, Springer, 2017. Cette expression (« wilsonienne ») est utilisée par les auteurs cités et dans cet article comme une métaphore de l’idéal incarné par la SDN et le discours des « Quatorze points » prononcé par le président américain Woodrow Wilson en 1918.

104 Ce tableau rassemble les associations auxquelles Marie Butts adhère comme membre entre 1930 et 1940. Il est tiré d’une étude prosopographique plus vaste (Cécile Boss, « Appartenances, affiliations et réseaux de sociabilités des acteurs du BIE », in Hofstetter (dir.), Le Bureau…, op. cit., p. 461-486) qui a consisté à mieux contextualiser le militantisme de tendance réformiste des membres du collectif de travail du BIE entre 1925 et 1945.

105 Charles Heimberg (dir.), Face à la guerre, dossier thématique des Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, 30, 2014.

106 AIJJR, 2008.3.A.4, 13.12.1940.

107 AIJJR, 2008.3.A.4, 9.10.1945. Cette amitié date probablement déjà des années 1920, dans le contexte romand de l’éducation nouvelle.

108 Boss et De Mestral, « Helena… », art. cit. ; Françoise Laot et Ewa Marynowicz-Hekta, « Éducation des adultes et progrès social selon Helena Radlińska », in Françoise Laot et Claudie Solar (dir.), Pionnières de l’éducation des adultes : perspectives internationales. Histoire et mémoire de la formation, Paris, L’Harmattan, 2018, p. 163-181 ; Kniephoff-Knebel/Seibel, « Establishing … », art. cit.

109 AIJJR, 2008.3.A.4, 22.9.1945.

110 Au sujet de Marguerite Thibert, voir Thébaud, « Écrire la biographie », art. cit. ; Thébaud, Une traversée du siècle…, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Les enseignantes à Vinet en 1898
Légende Marie Butts (rang du bas, 3e depuis la droite) pose de profil, avec une robe grise. Sophie Godet (rang du bas, 4e depuis la gauche) est assise dans le fauteuil, habillée en noir, à gauche de Marie Butts.
Crédits AVL, P155, carton 28, enveloppe 1.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Illustration 2. Journée au vert à Vinet
Crédits AVL, P155, carton 28, album appartenant à Hélène Monastier.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Illustration 3. Certificat d’hygiène sociale, 1919
Crédits AIJJR, 2008.3.A.1.
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Illustration 4
Légende Marie Butts (1er rang, 2e depuis la gauche) se trouve au côté d’une partie de ses collègues. Ont pu être identifiés : premier rang, 2e depuis la droite Pedro Rosselló (1897-1970), 3e depuis la droite Jean Piaget ; deuxième rang, 1re depuis la gauche Blanche Weber (1908-1974) ; 2e depuis la gauche Rachel Gampert (1904-1988)84.BIE, B276 (s. d.).
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9278/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Illustration 5. Les quakers genevois, souvent nommés « Le Groupe de Genève », fondés dans les années 1920
Légende Marie Butts est la première depuis la gauche, sur le rang du milieu.
Crédits ASYM, GMM, G/M.1-011.063T, « Le Groupe de Genève », (s. d.).
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9278/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Illustration 6. Marie Butts dans la chambre qu’elle loue au foyer d’accueil quaker à Genève
Crédits ASYM, Fonds Alison Bush, G006-B.A.3.102
URL http://journals.openedition.org/genrehistoire/docannexe/image/9278/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Boss, « Marie Butts (1870-1953), une pédagogue engagée au parcours international »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y96

Haut de page

Auteur

Cécile Boss

Maître-assistante à l’université de Genève, Département de sciences de l’éducation, Cecile.Boss@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search