Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Travaux soutenusVilma Losyte, « Jouer avec les di...

Travaux soutenus

Vilma Losyte, « Jouer avec les dieux » : usages et fonctions des jouets dans les sanctuaires grecs

Thèse de doctorat en histoire ancienne et archéologie, en cotutelle de l’Université Toulouse – Jean Jaurès et de l’Université de Fribourg (Suisse), sous la direction de Corinne Bonnet et Véronique Dasen, soutenue le 10 octobre 2022.

Divers objets ludiques, tels que des poupées articulées, des toupies, des dés et des osselets, ont été découverts dans des espaces rituels grecs. Ces jouets, souvent retrouvés aux côtés d’autres artefacts, faisaient partie d’ensembles déposés dans des sanctuaires grecs datant de l’époque archaïque (700-550 av. J.-C.). La majorité de ces sanctuaires étaient dédiés à des divinités courotrophes, divinités protectrices de l’enfance qui veillaient sur les enfants dès leur naissance jusqu’à leur passage à l’âge adulte. Bien que les jouets soient fréquemment retrouvés en grand nombre dans ces espaces rituels, les rapports de fouilles archéologiques ne s’interrogent pas systématiquement sur leurs usages dans un contexte rituel. L’étude de ces objets ludiques soulève plusieurs défis méthodologiques complexes : peut-on réellement distinguer un objet ludique d’un objet rituel ? Quels usages des jouets peut-on envisager dans un sanctuaire ? Des activités ludiques peuvent-elles être envisagées au sein d’un sanctuaire ? La question du genre s’avère également importante : peut-on associer certaines catégories d’objets ludiques au féminin ou au masculin ? L’archéologie moderne a conduit à l’association de certains objets à un genre spécifique, comme les bijoux aux femmes et les armes aux hommes. Cette catégorisation soulève toutefois la question de l’existence de jouets genrés chez les Grecs, notamment dans le contexte cultuel. C’est à ces questions que nous nous sommes attaqués dans notre thèse, en nous focalisant sur une catégorie d’objets ludiques : les osselets.

Bien que les enquêtes sur les jouets découverts dans les espaces cultuels soient rares, l’étude plus générale des jeux et jouets antiques s’est érigée ces dernières années en champ de recherche à part entière, s’appuyant sur des approches transdisciplinaires dans le sillage des travaux de Véronique Dasen et de son équipe Locus Ludi. La thèse est centrée sur l’analyse de trois espaces cultuels : le sanctuaire d’Apollon à Halieis, l’autel monumental d’Aphrodite Ourania à Athènes et l’Artémision de Thasos. L’analyse s’articule en trois parties. La première partie dresse un panorama des différentes utilisations de l’osselet, cultuelles, ludiques, votifs ou encore éducatifs et de ses contextes archéologiques dans le monde grec, en s’étendant à d’autres espaces géographiques et à des périodes historiques plus reculées. Elle aborde également la fabrication de l’osselet, que notre recherche révèle être intimement liée à la thusia, rite sacrificiel dans le monde grec. Dans un deuxième temps, afin d’interpréter la présence d’osselets dans les trois sanctuaires sélectionnés, une analyse approfondie du culte de chaque divinité vénérée et des objets archéologiques découverts dans ces lieux est proposée. La contextualisation de l’espace, des objets et des images iconographiques permet d’appréhender les rites et les gestes rituels pratiqués dans ces sanctuaires. Cette approche ne néglige aucunement l’analyse du genre. En effet, la compréhension des particularités de chaque sanctuaire passe nécessairement par la connaissance des visiteurs qui le fréquentent or leur genre peut, dans certains cas, être identifié précisément grâce à l’analyse des objets archéologiques dont la manipulation est elle-même sujette à une analyse genrée. Enfin, la troisième partie de notre étude consiste en une analyse transversale des trois sanctuaires, pour déterminer les usagers et les usages communs à ces espaces. En effet, au sein du monde grec, caractérisé par des présentations codifiées de l’identité de genre, les osselets sont couramment utilisés par les filles et les garçons souvent avant leur passage aux rites initiatiques.

L’étude croisée de sources archéologiques, iconographiques, numismatiques, épigraphiques et littéraires a permis de révéler la diversité des usages des osselets mis au jour dans les sanctuaires grecs, éclairant ainsi le caractère polysémique de l’astragale. Une évolution de l’utilisation des osselets s’est distinguée à travers l’observation d’assemblages archéologiques. Cette évolution des usages est notamment illustrée par la portée monétaire qu’avait l’osselet dans la société pré-monétaire. À partir de l’époque archaïque, il était non seulement un symbole pondéral, mais aussi un symbole de valeur, on le voit notamment à la fabrication de lingots en forme d’osselet dans diverses parties du monde grec. Avec l’apparition progressive des monnaies, la portée monétaire d’osselet s’est effacée, faisant place à sa fonction ludique.

L’utilisation de l’osselet est également attestée dans une grande variété de rites, au cours desquels ces objets pouvaient être manipulés par différentes personnes. Même si les adultes jouaient également aux osselets, les astragales étaient davantage manipulés par les jeunes filles en âge de se marier et les jeunes garçons en âge de fréquenter la palestre (entre 12 et 16 ans), au moins à partir de l’époque classique. Cette découverte atteste de l’utilisation des osselets par les deux sexes, notamment dans le contexte des rites de passage au sein des trois sanctuaires étudiés. Des osselets étaient déposés en offrande par les jeunes gens lors de leur passage à l’âge adulte, comme le confirment les épigrammes de l’Anthologie Palatine et l’iconographie attique. Divers jeux étaient pratiqués avec ces mêmes objets, mais de manière distincte en fonction du genre. On retrouve par exemple le jeu du pentelitha, réservé aux jeunes filles en âge de se marier. Le mariage, un passage crucial dans la vie d’une jeune fille, représentait également l’occasion pour elle de dédier ses jouets en guise de protection à une divinité liée aux rites matrimoniaux. Quant aux garçons, des jeux comme l’artiasmos étaient davantage pratiqués par ceux en âge de fréquenter la palestre. Les jeunes garçons imberbes pouvaient également recevoir un sac d’osselets en guise de cadeau de la part d’un homme adulte, un éraste, qui cherchait à établir une relation intime avec un plus jeune dans un contexte à la fois éducatif et initiatique.

L’éventail des usages de l’osselet révèle que sa fonction ludique initiale transparaît rarement dans les contextes rituels. Cela ne signifie pas pour autant que l’osselet n’était pas un objet ludique, mais plutôt qu’il ne se limitait pas à cette seule fonction. Alors que jusqu’à présent, l’osselet était principalement considéré comme un simple objet ludique, ayant trouvé ensuite un usage divinatoire à l’époque romaine, la multitude d’hypothèses formulées dans la thèse quant à ses diverses utilisations met en évidence la polysémie de ces objets et enrichit leur histoire sociale. Ainsi les osselets étaient-ils manipulés par les jeunes comme par les adultes dans le cadre du symposion, devant l’autel, à la palestre ou en contexte d’hospitalité, mais ils pouvaient encore servir de « objet » apotropaïque, de pré-monnaie ou de poids dans les échanges commerciaux, de messages codés, sans oublier leur utilisation dans les tirages au sort et bien entendu « dans la cour de récré ». Au sein de cet éventail diversifié, les fonctions et les usages des osselets dans les sanctuaires grecs présentent une variabilité en fonction du culte, du contexte temporel et géographique, ainsi que du genre et de l’âge des utilisateurs. L’usage des osselets par les jeunes filles et les garçons dans le monde grec, marqué par des codes genrés stricts et des présentations codifiées de l’identité de genre, met en lumière la dimension symbolique et rituelle de ces objets au-delà de leur simple fonctiaon ludique. L’utilisation des astragales n’a d’ailleurs jamais vraiment cessé : nos grands-parents jouaient encore aux osselets, et certains peuples d’aujourd’hui, comme les Mongols, continuent à les manipuler dans leurs pratiques ludiques et divinatoires. Notre thèse montre comment, à travers l’analyse d’un simple objet archéologique, différentes époques et différents peuples se rencontrent et se répondent.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search