Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Travaux soutenusJustine Cudorge, Structure et enj...

Travaux soutenus

Justine Cudorge, Structure et enjeux des systèmes polygynes dans la société franque : la place des femmes dans le palais mérovingien du ve siècle au viiie siècle

Thèse de doctorat en histoire médiévale, Université de Reims, sous la direction de Sylvie Joye, Isabelle Heullant-Donat et Étienne Renard, soutenue le 20 novembre 2023.

La question d’une pratique de la polygynie, autrement dit la polygamie masculine, par l’élite laïque franque, entre les ve et viiie siècle, constitue un long débat historiographique depuis le xixe siècle. Elle s’oppose à l’idée générale, encore trop souvent prévalente, que les sociétés d’Europe occidentale n’ont jamais pratiqué une autre forme matrimoniale que la monogamie, alors même que les études sur le mariage et la parenté nous permettent de constater que la législation canonique autour d’un respect formel de la monogamie ne se structure pas encore complètement avant le xiie siècle au moins. La période s’étirant entre les environs de 480, date estimée du début du règne de Clovis Ier, et 800, date du décès de la dernière épouse de Charlemagne, se constitue donc comme une période plus complexe, faite de transitions et de transformations des structures sociales, dont la pratique puis l’abandon de la polygynie se présente comme l’un des aspects les plus caractéristiques.

On entend la polygynie comme le fait pour un individu masculin d’engager des unions avec plusieurs partenaires féminines de manière simultanée et non successive, sans que lesdites relations ne soient perçues comme des formes d’adultère. À bien des égards, elle constitue une forme spécifique de reproduction sociale, particulièrement visible au sein de la dynastie mérovingienne, mais suppose toutefois une différenciation des comportements sociaux et des perceptions du couple au sein de la société par rapport aux époques postérieures. De fait, si un souverain multiplie les partenaires de rangs et d’origines différentes sans que ces distinctions ne se projettent ensuite sur les enfants nés de ces unions, la polygynie entraîne alors une variation des questions entourant la transmission du pouvoir et de l’autorité parmi l’élite laïque d’une part, ainsi que de l’inclusion des partenaires royales dans le système palatial d’autre part.

Ce travail s’inscrit donc dans une démarche d’étude du genre et de l’histoire des femmes plus particulièrement. Il se présente également comme une forme de recherche qui allie le fait anthropologique à l’aspect prosopographique, dans une volonté de pouvoir dénombrer au mieux les différents individus concernés par cette pratique matrimoniale. Pour ce faire, il m’a été nécessaire de compiler une grande variété de textes, allant des chroniques narratives aux textes diplomatiques et normatifs, en passant par les fragments de poésie ou les récits hagiographiques, à la recherche d’éléments textuels traitant de relations polygynes. Cette diversité dans les supports littéraires s’explique en partie par un premier écueil, à savoir la relative absence des mentions concernant le fait polygyne, non pas tant en raison d’une interdiction de cette pratique, mais davantage l’inverse : c’est avant tout parce que la polygynie ne semble pas visée par des interdictions juridiques ou canoniques qu’elle se fait aussi discrète dans l’ensemble du corpus.

Dans un premier temps, il a donc été nécessaire de questionner la façon dont la polygynie s’inscrit en tant que pratique sociale. Les recherches en l’état tendent à prouver qu’elle s’avère bien plus présente socialement parlant qu’elle n’est souvent présentée, ce qui s’oppose de fait à un vaste champ historiographique, encore très réticent à concevoir le fait polygyne comme propre à l’Europe occidentale avant et après sa christianisation. En outre, les limitations de vocabulaire induites dans les sources textuelles par un usage fréquent du latin plutôt qu’une langue vernaculaire, peut-être plus riche, semble par ailleurs conduire très souvent à une dichotomie de fait opposant d’un côté l’épouse légitime (uxor) à une ou des concubines (concubina). Par ce biais, les textes perpétuent ainsi une réalité sans doute moins tranchée qu’elle ne devait apparaître aux yeux des contemporains, pour qui l’opposition entre couple légitime et couple illégitime parait avoir été plus flexible. De fait, l’étude des situations conjugales pratiquées par les souverains mérovingiens, notamment Clotaire Ier, Thierry II ou encore Dagobert Ier, démontre que les enfants nés de différentes unions ne souffrent ni de rejet, ni de stigmatisation, et que la différenciation entre les fils engendrés par des mères d’origines sociales très diverses n’apparaît qu’à partir du viiie siècle au moins.

La thèse se poursuit dans un deuxième temps en une étude des spécificités que la conjugalité franque peut induire sur les ensembles palatiaux, notamment au sujet des dynamiques sociales qui s’y jouent. Ainsi, loin d’être des agents passifs, les femmes semblent jouer des rôles multiples, révélant parfois dans leur sillage des formes de stratégie agonistique dépassant le simple cadre des sentiments amoureux, comme l’attestent par exemple les cas d’Austrechilde, Bilichilde ou encore Bathilde, trois femmes visiblement issues de la domesticité voire de l’esclavage pour les deux dernières, et pourtant introduites auprès de rois par des membres de l’élite palatiale sans doute soucieux de pouvoir ensuite bénéficier de leur entregent en tant que partenaires royales. Placées dans l’enceinte des entourages royaux, elles semblent ainsi bénéficier d’un processus plus large d’intégration, qui les voit parfois entretenir des liens d’intérêt et d’intercession avec des individus de l’élite politique et/ou militaire, voire être amenées à jouer un rôle au sein de l’aula regis, le cœur politique et décisionnel de la dynastie franque. L’analyse de ces différentes situations conduit ainsi à deux constats : premièrement, ce n’est pas forcément l’origine sociale d’une femme qui peut assurer de sa réussite sur le plan dynastique, mais bel et bien la capacité de celle-ci à s’appuyer sur des réseaux efficients capables de la soutenir sur le long terme ; et ensuite, la polygynie se présente comme une caractéristique propre à la représentation de l’élite franque et à la démonstration de son autorité.

Ce qui m’a conduite au troisième et dernier temps de cette étude, consacré à la façon dont les femmes s’inscrivent dans l’espace public, non seulement dans la mémoire généalogique que les textes nous présentent, mais également dans les édifices et les fondations pieuses que certaines ont contribué à produire. L’enquête nous en apprend alors davantage sur la manière dont se présentent et se conçoivent les formes de représentation et de manifestation de l’autorité féminine dans un contexte palatial et familial soumis aux normes polygynes. On y découvre ainsi des réseaux féminins susceptibles de se constituer comme des pôles attractifs vers lesquels peuvent converger les demandes et les requêtes, surtout dans le cas de femmes ayant des fils à soutenir lors des successions royales. Ce faisant, ils mettent également en exergue des formes de compétition entre les partenaires d’un même individu qui, bien souvent, dépassent les simples querelles affectives pour se concentrer davantage sur la lutte dans la représentation individuelle.

Au terme de cette étude, il en résulte une vaste compilation documentaire, permettant d’apprécier sous forme d’annexes prosopographiques, la très grande variété des situations conjugales et matrimoniales pratiquées par les souverains francs entre le ve et le viiie siècle. Pour mener à bien mes analyses et rendre compte du travail documentaire réalisé, j’ai également répertorié dans une liste, que j’ai souhaité la plus précise possible, toutes les mentions administratives, littéraires ou archéologiques laissées directement ou indirectement selon les cas par plus de soixante-dix de ces femmes, aux vies bien souvent très peu documentées. Ces annexes permettent alors de pouvoir apprécier des trajectoires parfois subtiles ou complexes, mais résolument plus diverses que ce qui était jusqu’à présent retenu pour expliquer les unions des souverains mérovingiens.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search