Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Travaux soutenusVictoria Rimbert, À l’encre noire...

Travaux soutenus

Victoria Rimbert, À l’encre noire. Veuves et littératures, veuves en littérature en Italie, xve-xvie siècles

Thèse de doctorat en études italiennes et en histoire, Université Sorbonne Nouvelle, en cotutelle avec l’Università degli Studi di Padova, sous la direction de Matteo Residori et Isabelle Chabot, soutenue le 23 septembre 2023.

Notes de la rédaction

Disponible intégralement en open access : À l’encre noire. Veuves et littératures, veuves en littérature en Italie, xve-xvie siècle. - TEL - Thèses en ligne (hal.science) https://theses.hal.science/tel-04508755 (consulté le 15 juin 2024).

L’objectif de cette thèse est de proposer un panorama des représentations des veuves dans la littérature italienne, du début du xve siècle aux années 1560, afin d’analyser les enjeux économiques, moraux et sociaux qui pèsent sur cette figure de femme seule, et qui conditionnent la façon dont celle-ci est mise en mots à la Renaissance. La veuve, vidua en latin, celle qui est « vide », génère immédiatement, à la différence du veuf, des représentations contrastées dans l’imaginaire collectif. Femme seule, qui a vu la mort de près et a traversé entièrement le cycle traditionnel de la vie féminine – nubile, épouse et veuve – dicté par une institution matrimoniale hégémonique, la veuve est une figure qui suscite piété, fascination, méfiance, parce qu’elle semble échapper au contrôle masculin. Femme d’expérience, elle est perçue comme exemple potentiel de chasteté absolu ou, comme une dangereuse séductrice. Elle peut, si elle récupère une dot considérable, mener une vie confortable ou, privée des ressources d’un homme, déchoir dans l’indigence. La perception du veuvage féminin oscille constamment entre deux pôles extrêmes, la bonne veuve et la mauvaise veuve. L’étau des attentes sociales, morales et familiales se referme sur celles qui vivent une situation commune mais rarement identique. Les conditions de vie d’une veuve dépendent de ses conditions économiques et familiales, de son âge, de son lieu de vie et d’autres facteurs comme ses sentiments, désirs, aspirations et inquiétudes. Chaque veuvage est unique : il s’agit d’une période de la vie d’un grand nombre de femmes, qui cache une multiplicité de situations.

Dans la thèse, trois points de vue sont analysés : les discours des moralistes et des religieux, les nouvelles, toujours écrites par des hommes, et les textes littéraires écrits par des autrices veuves. Ces sources sont mises en dialogue avec les connaissances historiques sur les conditions de vie réelles des veuves, permettant de relever des points de contacts et des dissemblances.

Les discours normatifs, des transcriptions de sermons, des traités de comportement et des recueils de vies exemplaires, par exemple les prêches retranscrits de Bernardin de Sienne, le Libro della vita viduale de Savonarole ou encore le Libro delle lodi delle donne de Vespasiano da Bisticci, présentent une conception du veuvage féminin loin des préoccupations profanes et matérielles.

Celle-ci est centrée sur la possibilité, pour celle qui ne se remarie pas, de mener une vie de parfaite chrétienne, fondée sur la solitude, la réclusion domestique, le contrôle strict des sens et la dévotion. Reproposant des principes figés et pluriséculaires, ces discours semblent vouloir annuler la présence de la veuve dans le monde, remplaçant sa liberté de mouvement par une liberté de contemplation qui, à travers la solitude, le silence et la réclusion, la place hors de portée des dangers du monde – et l’empêche de représenter une menace pour la société en tant qu’objet de tentation sexuelle.

La sexualité est justement la thématique principale des nouvelles qui comportent un personnage de veuves, comme dans le Novelliere de Giovanni Sercambi, les Novelle de Matteo Bandello ou les Piacevoli Notti de Giovanfrancesco Straparola. Les veuves y apparaissent majoritairement jeunes, riches et vivent seules, situation idéale pour le développement d’une trame érotique. Elles sont alors impliquées dans des relations sentimentales ou sexuelles, qui peuvent être légitimées par un remariage mais restent la plupart du temps cachée. Rares sont les personnages de veuves qui résistent à la tentation de la chair, hormis quelques exceptions et les veuves plus âgées, qui apparaissent dans des nouvelles centrées sur la problématique de la maternité et de l’éducation des enfants, comme dans la toute première nouvelle du recueil de Bandello, reprenant l’histoire de Buondelmonte de’ Buondelmonti, narrant les conséquences désastreuses de la mauvaise gestion du mariage d’une jeune fille par sa mère veuve, point de départ des violences intestines entre Guelfes et Gibelins à Florence. Le véritable moteur de l’action caché de ces récits sont, le plus souvent, les enjeux économiques et sociaux. Les veuves des nouvelles subissent les pressions d’un système social dans lequel elles doivent s’intégrer, tout en cherchant à vivre en fonction de leurs propres désirs, exerçant une forme d’agentivité destinée à rester secrète.

Au même moment, la production littéraire féminine prend une ampleur exceptionnelle sur la péninsule. Dans les textes de Maddalena Scrovegni, Laura Cereta, Ceccarella Minutolo, Maria Savorgnan, Vittoria Colonna, Veronica Gambara, Caterina Pellegrino, Laura Battiferri et Chiara Matraini, le veuvage agit comme source d’inspiration. En cherchant à éviter les critiques adressées aux femmes érudites, elles exhibent leur statut de veuves respectables, qui honorent la mémoire de leur mari. Cette situation leur permet aussi d’exprimer des sentiments personnels, quoique toujours conditionnés par un langage stéréotypé, notamment le pétrarquisme. Il s’agit surtout de la construction d’une image publique acceptable et respectueuse des conventions sociales, sur la base de laquelle peut se construire une production littéraire plus variée, développant des thématiques politiques ou religieuses.

Les perspectives ici analysées dialoguent, s’opposent, se complètent. Elles constituent un système de représentations qui tente, à la Renaissance, de fixer par l’écriture l’essence du veuvage, comme pour mieux canaliser un statut insaisissable, échappant au contrôle masculin, en le fixant sur le papier. « La » veuve littéraire est toujours fictive, tout en restant en contact avec « les » veuves réelles. On ne peut donc identifier un système de représentations unique qui aurait pour ambition la tutelle d’une figure féminine considérée comme dangereuse. Si les stéréotypes alimentent les discours et les textes littéraires, ces derniers sont également influencés par la réalité – et peuvent, à leur tour, influencer la vie concrète et la pensée des femmes et des hommes qui constituent cette réalité.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search