Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Travaux soutenusPauline Mortas, « Articles intime...

Travaux soutenus

Pauline Mortas, « Articles intimes pour dames et messieurs ». Une histoire du marché lié à la sexualité (France, années 1880-années 1930)

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Dominique Kalifa (†), Anne Rasmussen et Sylvie Chaperon, soutenue le 7 décembre 2023.

Les décennies 1880-1930 sont souvent qualifiées de « première révolution sexuelle » en référence aux bouleversements que sont l’essor de mouvements féministes et néo-malthusiens, la naissance de la sexologie ou encore la transformation des rapports de genre. Centrée sur la France, cette thèse met en évidence un aspect méconnu de cette période : l’émergence d’un marché d’objets liés à la sexualité. Mobilisant une grande variété de sources (archives de la propriété industrielle, archives judiciaires et policières, archives d’entreprise, annuaires commerciaux, annonces de presse, catalogues et prospectus ou encore sources imprimées diverses), elle retrace le cycle de vie des produits liés au contrôle des naissances et des adjuvants sexuels.

Le chapitre 1 propose une histoire matérielle des préservatifs, pessaires, spermicides, injecteurs et insufflateurs, calendriers périodiques, éponges, produits abortifs, remèdes contre les troubles sexuels et accessoires érotiques divers. Il montre que ces objets techniques entretiennent des liens étroits avec la sphère de la médecine, de l’hygiène et de la santé en général et qu’ils se caractérisent par une profonde ambiguïté fonctionnelle qui met à mal toute tentative de catégorisation stricte. C’est donc véritablement par leur marchandisation, retracée au chapitre 2, que ces produits acquièrent leur signification sexuelle. Il met au jour une concurrence croissante au sein de ce marché ; celle-ci a pour conséquences une convergence des prix, mais aussi une série d’innovations pour se démarquer et adapter les produits à la demande.

C’est ensuite aux fabricant·es et commerçant·es que s’intéressent les chapitres 3 et 4. Est mis en évidence le rôle jusqu’alors sous-évalué des femmes (sages-femmes, herboristes, petites commerçantes, etc.) dans ce marché. Les néo-malthusien·nes et les milieux de la pornographie et de la prostitution sont loin d’en constituer le cœur. Ce sont les professions aux marges de la médecine (herboristes, pharmaciens ou encore bandagistes) qui sont les plus actives, ce qui suggère que la médicalisation des sexualités s’est largement faite « par le bas ». Au sein de ce marché émergent de véritables « entrepreneurs de la sexualité ». D’Auguste Claverie à Pierre Alexandre Brun, en passant par Jules Moreaux et sa compagne Emma Vuidepot ou encore les époux Chandioux, le chapitre 4 retrace leur parcours biographique et les réinsère dans leur réseau dense de partenariats commerciaux. Ce faisant, il met en évidence le rôle pionner qu’a joué Paris dans l’émergence d’une offre marchande sexuelle, et ce, dès le tournant des xixe et xxe siècles.

Ces commerces attirent néanmoins l’attention des pouvoirs publics, qui leur reprochent de mettre en péril la natalité et la moralité du pays. S’ouvre alors un jeu d’adaptations réciproques entre commerçant·es et autorités policières et judiciaires, que retracent les chapitres 5 et 6. L’importance de la loi du 31 juillet 1920 interdisant la propagande anticonceptionnelle est réévaluée : dès la fin du xixe siècle, divers instruments juridiques étaient mobilisés pour réprimer ce marché (outrage aux bonnes mœurs, exercice illégal de la pharmacie ou encore escroquerie). La répression qui se met en place est alors fortement genrée et a pu participer à la fabrique d’une ignorance féminine en matière de sexualité. Face à cette répression, les acteur·rices de l’offre adaptent continument leurs stratégies publicitaires et commerciales pour échapper aux poursuites. Des euphémismes publicitaires à la vente par correspondance en passant par l’usage de pseudonymes, le chapitre 6 montre combien la répression a façonné ce marché. Il souligne aussi les procédés mobilisés pour déstigmatiser l’achat de ces produits illégitimes et rassurer les client·es sur leur innocuité et leur efficacité.

Enfin, le chapitre 7 se penche sur la consommation. Il montre l’accessibilité et la diffusion croissantes de ces produits, dans les villes comme dans les campagnes, parmi les classes aisées comme chez les plus modestes, en métropole comme dans les colonies et à l’étranger, et dévoile ainsi les prémices d’une culture de consommation sexuelle. Analysant la consommation au prisme du genre, il met en évidence un déséquilibre de l’offre au profit des hommes en même temps que l’émergence d’une offre destinée aux femmes. Si les stratégies commerciales des vendeur·euses contribuent à genrer assez strictement les produits proposés, les sources montrent que des hommes et des femmes ont su s’affranchir de ces assignations et acheter des produits pour leur(s) partenaire(s). Si l’existence de catalogues mixtes ouvre la voie à une discussion de ces questions au sein du couple, la consommation de produits sexuels semble toutefois, pour cette période, demeurer surtout un choix individuel plutôt qu’une décision prise à deux.

Cette thèse centrée sur les objets, à rebours d’une historiographie longtemps focalisée sur les discours normatifs, met donc en lumière les apports d’une approche matérielle pour écrire l’histoire des sexualités et des rapports de genre. Les objets peuvent en effet constituer de puissants révélateurs des scripts sexuels et des sensibilités individuelles. En se focalisant sur le marché, cette thèse contribue aussi à l’histoire des normes sexuelles et de genre : elle met en lumière le rôle jusqu’alors négligé des acteur·rices économiques dans l’élaboration d’imaginaires largement diffusés du couple, de l’hétérosexualité, de la féminité et de la masculinité.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search