Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Travaux soutenusMarie Janot-Caminade, Genrer les ...

Travaux soutenus

Marie Janot-Caminade, Genrer les « Malgré-Nous » et les « Malgré-Elles » : espace militant et mise en récit de l’incorporation de force (1953-2018)

Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris-Nanterre, sous la direction d’Alexandra Oeser, soutenue le 5 décembre 2023

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Alsace et la Moselle connaissent un sort différent des autres régions françaises. Elles sont annexées par le régime nazi. En 1942, les habitant·es âgé∙es de 16 à 21 ans sont incorporé∙es dans les unités paramilitaires ou militaires de la Wehrmacht sur trois fronts différents. Parmi eux, on retrouve les fronts traditionnels : l’arrière (camps d’entraînement militaire, usines de munitions, etc.) et le front « combattant » (en zone de combats avec le port d’armes). Entre ces deux premiers fronts, se trouve le « front intérieur ». Les hommes et les femmes qui y étaient affecté∙es avaient le statut de paramilitaires et ne portaient donc pas les armes. Cependant, ils et elles aidaient à leur maniement au cours d’attaques aériennes sur le territoire allemand.

Depuis la fin de la guerre, on utilise le terme d’incorporation de force pour qualifier l’enrôlement de ces 130 000 hommes et 50 000 femmes. En effet, celui-ci s’est effectué sous la menace : en cas de défaillance d’un∙e appelé∙e, l’ensemble de sa famille élargie pouvait être déportée dans un camp de travail en Silésie. Aujourd’hui, l’expérience de ces incorporé∙es de force fait l’objet de nombreuses productions culturelles en Alsace et en Moselle. Dans celles-ci, deux groupes différents sont consacrés et les expériences sur le front intérieur sont gommées. Les « Malgré-Nous », d’une part, seraient des hommes enrôlés de force dans la Wehrmacht. Ils auraient été indemnisés par la République fédérale allemande en 1981 pour le préjudice moral lié à leur incorporation sur le front combattant. D’autre part, les « Malgré-Elles » seraient des femmes incorporées de force dans les unités paramilitaires, à « l’arrière ». Ces femmes auraient subi une forte discrimination sexuée quant à la reconnaissance : elles auraient attendu 2008, soit presque trente de plus que les « Malgré-Nous », pour l’obtenir.

La thèse présentée ici part du constat empirique suivant : les deux groupes sont, en réalité, mixtes. Des femmes se trouvent dans celui des « Malgré-Nous » quand des hommes appartiennent à celui des « Malgré-Elles ». Ce travail se propose alors d’étudier l’émergence des « Malgré-Nous » et des « Malgré-Elles » comme un laboratoire de construction du genre : comment les « Malgré-Nous » sont-ils devenu∙es des hommes et les « Malgré-Elles » des femmes ? Mais aussi, quelles sont les conséquences de l’appartenance à ces catégories genrées sur les témoins et leurs mises en récit publiques ?

À partir d’un travail d’archives, entre autres dans les fonds de l’Organisation Nationale des Anciens Combattants (O.N.A.C), de l’Association des Déserteurs, Évadés et Incorporés de Force (A.D.E.I.F) à Strasbourg ou encore de l’Association des Anciens et Anciennes du R.A.D/K.H.D à Saverne mais aussi des fonds privés provenant des enquêté∙es, la première partie de cette thèse décrit la concurrence à laquelle se livrent les représentants d’associations pour la reconnaissance des incorporé∙es de force et la manière dont certains d’entre eux mobilisent les revendications féministes des années 1970-1980 à des fins militantes et masculines.

Entre 1953 et 1973, seuls les hommes envoyés sur le front combattant sont visibles dans la sphère militante, politique et médiatique. À partir de 1957, ils peuvent obtenir le certificat d’incorporé de force – condition qui deviendra nécessaire pour obtenir l’indemnisation de 1981. Proches des partis gaullistes, leurs représentants associatifs s’emparent du « mythe du résistancialisme » pour véhiculer une image particulière des « Malgré-Nous » : celle de « résistants passifs ». Il s’agirait d’hommes attachés à la France qui, pendant la guerre, auraient mis en œuvre des stratégies individuelles (ne pas tirer sur les Alliés ou déserter) pour faire obstacle à l’avancée des troupes allemandes. En 1973, la reconnaissance au titre de « Malgré-Nous » s’étend théoriquement à d’autres incorporé∙es de force : celles et ceux enrôlé∙es sur le front intérieur. Cependant, en pratique, seuls les hommes de ces unités sont reconnus. Une véritable lutte militante s’établit alors entre trois groupes d’hommes. Les premiers sont les récalcitrants. Reconnus au titre de « Malgré-Nous » en 1957, ils s’opposent fermement à l’indemnisation des femmes du front intérieur. Les seconds sont les désengagés. En effet, ces hommes envoyés sur le front intérieur pendant la guerre se désengagent de la lutte pour reconnaissance de leurs homologues féminines après avoir été eux-mêmes indemnisés. Face aux récalcitrants et aux désengagés, on retrouve les occasionnistes. Il s’agit d’hommes paramilitaires, responsables d’associations et membres de l’Union pour la Démocratie française (U.D.F). Ils se saisissent de la non-indemnisation des femmes du front intérieur comme une « opportunité » pour faire valoir la reconnaissance de l’ensemble des hommes paramilitaires. En s’appuyant sur des revendications féministes, ils dénoncent ainsi l’idée selon laquelle les paramilitaires subiraient une discrimination sexuée à l’égard de la reconnaissance. Ce discours militant porte en partie ses fruits puisqu’en 1985, les femmes enrôlées sur le front intérieur obtiennent le titre de « Malgré-Nous » et l’indemnisation qui en découle.

En analysant la période allant de 1994 à 2008, la deuxième partie de la thèse montre comment, dans la sphère publique, les paramilitaires sont de plus en plus décrit∙es comme un groupe de femmes. À force d’utiliser un discours dénonçant la discrimination sexuée que subiraient les paramilitaires, les occasionnistes ont ouvert la voie à des femmes pour les remplacer à la tête des associations. Ces femmes sont des pionnières car elles figurent parmi les premières représentantes d’associations dans l’univers masculin des Anciens Combattants. Elles ont des caractéristiques particulières : elles sont protestantes, possèdent un fort capital culturel, ont été reconnues au titre de « Malgré-Nous » en 1985 et ont été politisées dans les années 1970 à la « cause des femmes ». Cette politisation s’observe dans les discours quelles prononcent dans les sphères publique et politique. Les paramilitaires sont décrit∙es comme un groupe de femmes ayant subi des violences sexistes de la part des autorités nazies pendant la guerre (exposition et contrôle de leurs corps, exploitation de leur travail, etc.) mais aussi de la part des hommes « Malgré-Nous » après celle-ci (accusation de vénalité, de prostitution et de « collaboration horizontale »). Ce discours fait disparaître la présence d’hommes au sein du groupe défendu par les pionnières. Leur disparition se cristallise à travers le vocable « Malgré-Elles » désormais utilisé pour les désigner dans les sphères médiatique et politique. En retour, les femmes paramilitaires enrôlées à l’arrière que les pionnières représentent, s’identifient à ce discours et se réapproprient (totalement ou partiellement) les idées féministes qu’il contient. Elles entrent à leur tour dans la lutte et leurs témoignages aboutissent à la reconnaissance des « Malgré-Elles » (hommes et femmes) entre 2000 et 2008.

Enfin, la réalisation et l’analyse d’entretiens avec 79 incorporé∙es de force met en exergue l’influence des discours officiels genrés sur les mises en récit actuelles des témoins. À ce titre, la troisième partie de la thèse décrit les performances de diverses masculinités et féminités, au pluriel. Du côté des femmes, on retrouve les féminités militantes. Leurs performances sont conditionnées par le rôle que chacune d’entre elles a joué dans la lutte pour la reconnaissance des « Malgré-Elles » et par les idées féministes qu’elles s’approprient dans leurs récits. Parmi les masculinités, il y a d’abord celles des hommes « Malgré-Nous ». En fonction de leurs caractéristiques sociales et de leurs parcours de guerre, ils parviennent plus ou moins bien à se présenter comme des « résistants passifs ». En faisant dialoguer les concepts de « tactiques », d’« Eigensinn » et d’« adaptations secondaires », la thèse rend ainsi compte de différentes masculinités guerrières dont l’objectif pour ceux qui les performent est de montrer qu’ils restent des hommes en dépit de leur incorporation dans l’armée allemande et de leur statut de victimes pendant la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, on retrouve les masculinités qu’incarnent les hommes « Malgré-Elles ». Afin de trouver un espace d’expression qui leur est propre en tant qu’hommes affiliés à un groupe dit « féminin » et parce qu’ils pensent ne pas pouvoir incarner le fait guerrier, ils adoptent des masculinités pacificatrices. Ils se présentent comme le trait d’union entre les « Malgré-Nous » et les « Malgré-Elles ». Qu’on ne s’y trompe cependant pas : leur objectif n’est pas la « paix » entre les deux groupes, il s’agit plutôt, pour eux, de redevenir des hommes malgré leur affiliation à une catégorie dite « de femmes ».

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search