Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusFrancesco Borri, Cristina La Rocc...

Comptes rendus

Francesco Borri, Cristina La Rocca et Francesco Veronese (dir.), Masculinities in Early Medieval Europe. Tradition and Innovation, 450-1050

Turnhout, Brepols, (coll. Seminari del Centro interuniversitario per la storia e l’archeologia dell’alto medioevo, no 10), 2023, 306 p.
Justine Audebrand
Référence(s) :

Francesco Borri, Cristina La Rocca et Francesco Veronese (dir.), Masculinities in Early Medieval Europe. Tradition and Innovation, 450-1050, Turnhout, Brepols, (coll. Seminari del Centro interuniversitario per la storia e l’archeologia dell’alto medioevo, no 10), 2023, 306 p.

Texte intégral

1Comme le notait Didier Lett dans une précédente livraison de Genre & Histoire, l’histoire des masculinités est extrêmement dynamique outre-Atlantique mais reste assez balbutiante dans les pays européens non-anglophones. Il n’est donc sans doute pas anodin que cet ouvrage sur les masculinités durant les premiers siècles du Moyen Âge soit publié en anglais, même si les éditeur·rice·s et la plupart des auteur·rice·s sont italien·ne·s. Il faut néanmoins se réjouir de cette publication qui vient compléter quelques beaux ouvrages parus sur les masculinités du haut Moyen Âge (et en particulier de l’époque carolingienne) ces dernières années. Il s’agit des actes du neuvième séminaire international du Centro Interuniversitario per la Storia e l’Archeologia dell’Alto Medioevo, qui s’est tenu en 2019 à Venise.

2L’introduction de Cristina La Rocca rappelle le cadre théorique d’étude des masculinités et la frontière que peut représenter, pour cette thématique, la période grégorienne : à partir du milieu du xie siècle en effet, les masculinités laïques et cléricales sont reconfigurées par cette grande réforme de l’Église. Aux laïcs la procréation et le contact des femmes, aux clercs la pureté angélique. Pour autant, la réforme dite grégorienne n’est pas la seule période de crise et de reconfiguration des masculinités : la fin de l’époque romaine est aussi un moment de renégociation profonde de ce qui fait l’identité masculine.

3L’ouvrage est divisé en quatre parties et, au sein de chacune, suit une trame globalement chronologique. La première partie, « Family Matters », s’ouvre sur une réflexion de Michael E. Stewart sur le choix des conjoint·e·s à la cour byzantine de Justinien et Théodora, au vie siècle, à une période durant laquelle la masculinité civique romaine change. Annamaria Pazienza étudie ensuite le cas de trois hommes migrants d’Italie, aux viie et viiie siècles, qui vivent dans la famille de leur épouse : que le mariage soit une cause ou une conséquence de leur migration, cela induit pour eux un renversement des normes qui aboutit à une négociation, au sein de la famille, de la masculinité. Andreas Fischer conclut cette partie avec une réflexion sur les âges de l’homme et l’importance de la paternité dans la définition de l’homme laïc.

4La deuxième partie, « Let Us Talk About Warriors », commence par une étude de Danuta Schanzer sur les clercs victimes ou témoins de violences : elle montre que les clercs cherchent à faire preuve d’une masculinité héroïque et active, sans forcément toujours y parvenir. Francesco Borri déploie ensuite une belle réflexion sur les masculinités barbares de la fin de l’Antiquité : au départ marginales, subalternes, elles deviennent hégémoniques lorsque les Barbares entrent dans l’armée romaine et progressent vers les sphères de pouvoir. Leonardo Sernagiotto poursuit avec une longue étude de cas sur la masculinité de l’empereur Lothaire Ier mort en 855 : il montre, de manière très convaincante, que le souverain déploie consciemment des formes de masculinité guerrière et sexuelle qui s’opposent à celles de son père. Mais l’interprétation de ses actions dépend des communautés textuelles qui les décrivent : la violence militaire de Lothaire est perçue comme tyrannique par ses ennemis, comme sévère mais juste par ses alliés.

5La troisième partie s’intéresse plus particulièrement aux corps (et aux cadavres) au sein du clergé. Rachel Stone étudie les crimes des clercs dans les lettres d’Augustin d’Hippone au début du ve siècle, dans les écrits de Grégoire de Tours et de Grégoire le Grand à la fin du vie siècle et dans les sources d’époque carolingienne. La violence perpétrée par les clercs est de moins en moins acceptée tout au long de cette période, alors même que les évêques participent de plus en plus à la guerre : cela traduit une fracture de classe, plus que de statut, concernant l’expression de la violence. Malgré des contraintes concernant l’accès à la sexualité et à la richesse, le statut de clerc reste désiré par beaucoup. Francesco Veronese se penche ensuite sur un sujet plus original, dont il donne une lecture particulièrement éclairante : il montre qu’à l’époque carolingienne, les transferts de reliques sont pensés au masculin. Les acteurs de ces mobilités sont principalement des hommes et, même lorsque des femmes y prennent part, elles doivent négocier avec les normes masculines. Les parties 2 et 3, sur les guerriers et les clercs, constituent donc le cœur de l’ouvrage et livrent les analyses les plus stimulantes.

6La dernière partie, « What is Left of Masculinities », est un peu plus hétérogène et parfois moins convaincante. Bonnie Effros se penche sur la figure de saint Martial au xie siècle : il s’agit d’un saint qui exerce une domination masculine mais sans l’usage des armes – ce qui devait plaire beaucoup, ensuite, aux historiens catholiques du xixe siècle. Flavia De Rubeis montre quant à elle que la maîtrise de l’écriture n’est pas un facteur identitaire pour les hommes laïcs. La dernière contribution, de Giovanna Bianchi et Serena Viva, s’intéresse aux sépultures de la fin du xe et du début du xie siècle à Vetricella, en Toscane. Dans quelques tombes, on a retrouvé des hommes plus grands que la moyenne, portant des traces d’activité équestre ; les analyses ont montré qu’il s’agissait d’hommes qui n’étaient pas originaires de la région. Quel que soit leur statut social (serfs ou esclaves très spécialisés ? agents royaux ?), il s’agit sans doute de personnes qui ont dû générer une négociation des hiérarchies locales et des identités au sein de l’espace rural dans lequel ils vivaient.

7On peut déplorer que dans certains articles – heureusement peu nombreux – la notion de masculinité ne soit que peu conceptualisée, voire à peine mobilisée. Pour autant, la plupart des contributions répondent bien à la problématique générale de l’ouvrage et explorent des pistes variées, parfois inattendues mais extrêmement stimulantes et convaincantes. Comme le souligne la conclusion de Francesco Borri et Francesco Veronese, les premiers siècles du Moyen Âge voient coexister différents modèles de masculinités qui sont parfois en concurrence : la différence entre les clercs et les hommes laïcs se cristallise autour des questions de la sexualité et de la violence. L’ouvrage vient donc confirmer d’autres études, qui montrent les reconfigurations constantes des masculinités du haut Moyen Âge (notamment à l’époque barbare) et la lente construction, avant déjà la réforme dite grégorienne, d’une opposition entre les clercs et les laïcs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Audebrand, « Francesco Borri, Cristina La Rocca et Francesco Veronese (dir.), Masculinities in Early Medieval Europe. Tradition and Innovation, 450-1050 »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 11 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9377 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y89

Haut de page

Auteur

Justine Audebrand

LaMOP UMR 8589 – CNRS/Université Paris 1, justine.audebrand@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search