Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusMarie-Élisabeth Henneau, Julie Pi...

Comptes rendus

Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront et Corinne Marchal (dir.), Entre ciel et terre. Œuvres et résistances de femmes de Gênes à Liège (Xe-XVIIIe siècle)

Paris, Classiques Garnier, 2023, 1105 p.
Éléna Guillemard
Référence(s) :

Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront et Corinne Marchal (dir.), Entre ciel et terre. Œuvres et résistances de femmes de Gênes à Liège (Xe-XVIIIsiècle), Paris, Classiques Garnier, 2023, 1105 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, né des réflexions menées au sein de l’ANR Lodocat, Marie-Élisabeth Henneau, Corinne Marchal et Julie Piront interrogent la possibilité d’un engagement religieux spécifiquement féminin au cœur de la Dorsale catholique. Quatre parties structurent le livre. Il s’agit d’analyser la contribution féminine à une reconquête catholique à l’époque moderne (1re partie), l’environnement social de ces femmes (2e partie), la culture de l’écrit propre à ces communautés (3e partie) et enfin la nature des relations entre ces femmes et les hommes qui les entourent (4e partie). Chaque partie fonctionne comme un livre à l’intérieur du livre, ce qui rend cette somme impressionnante beaucoup plus maniable !

2La première partie questionne une lutte spécifiquement féminine contre l’hérésie sur ce limes du catholicisme. Bien que l’essentiel de cette partie soit consacré aux expériences nées du Concile de Trente, certains articles évoquent des ordres « anciens », qui participent également de cet élan missionnaire. Bertrand Marceau évoque, par exemple, les cisterciennes installées sur cette frontière. Il analyse le dynamisme de ces abbayes par un angle social et politique : elles seraient, en quelque sorte, revigorées par la Réforme protestante frontalière. Il n’y aurait pas de « Contre-réforme cistercienne » dans la Dorsale, concept qu’il nuance, mais plutôt, pour le paraphraser, un « accompagnement cistercien féminin » dans ces espaces de mission. Rien à voir, alors, avec l’énergie de fondation qu’on retrouve chez les femmes d’ordres nouveaux. Ainsi, les Annonciades célestes fondent de nouvelles maisons dont la géographie se calque avec celle de la Dorsale (Marie-Élisabeth Henneau), même si la stratégie d’une installation frontalière ne semble pas conscientisée. En conclusion, Daniel-Odon Hurel l’exprime bien : l’engagement des femmes en religion n’est pas une spécificité de la Dorsale. Mais l’idée d’un contexte particulier qui confèrerait à cet espace une certaine vitalité religieuse paraît pertinente et l’historien de conclure que c’est plus le contexte de « frontière de catholicité » que de « dorsale catholique » qui, dynamique, pourrait agir comme moteur d’une affirmation tridentine dans le monde régulier féminin.

3La deuxième partie aborde ensuite les relations entre ces communautés, à la diversité éclatante. C’est donc par l’analyse des réseaux que ce collectif de recherche interroge la vie religieuse féminine au sein de la Dorsale. Notons d’abord que les religieuses arpentent cet espace et, ce, même quand leur règle impose la clôture. Marie-Élisabeth Henneau retrace avec précision le déploiement des Annonciades le long de la Dorsale : de proche en proche, elles pérégrinent. Les Sépulchrines de Verviers (Sylvie Boulvain) révèlent aussi dans leur correspondance les réseaux étendus qu’elles cultivent. Les circulations matérielles entre ces ordres ne diffèrent donc pas fondamentalement de ce qu’on trouve ailleurs en Europe. Étudier l’engagement de femmes au sein de leurs réseaux, plus ou moins imposés, n’est pas une nouveauté dans l’histoire du monachisme féminin ; notons cependant qu’il y a bien ici une contribution intéressante à ces enjeux, notamment par l’étude de configurations moins connues (les chapitres nobles par exemple). Ainsi, le maintien du chant liturgique (Céline Drèze), pour les chanoinesses nobles belges, est un très joli cas d’une lutte menée pour maintenir une identité. Parmi les moyens pratiqués par les femmes pour s’engager dans leurs vies religieuses, l’écriture est un acte d’affirmation de soi privilégié. Elles produisent des écrits variés, où se lit à la fois la volonté de s’affirmer comme sujet et de faire progresser la cohésion des communautés.

4La troisième partie s’intéresse donc à la production écrite (spirituelle, historique, autobiographique) de ces femmes comme preuve d’engagement. La galerie d’autrices présentées est hétéroclite. Certaines sont des écrivaines prolixes qui maintiennent, par le biais de correspondances, une influence sur le monde : Philippe de Gueldre, finement analysée par C. Guyon, est au cœur d’un réseau dense, même au couvent. Les religieuses s’emparent aussi d’une plume spirituelle : Jeanne de Cambry, religieuse augustine du xviie siècle, rédige des traités de direction spirituelle sur le mariage à une époque où, rappelle Agnès Walch, ce type d’écrits est encore rare. Tous ces écrits ont comme point commun un statut du sujet ambigu : la laïque Madeleine de Franc (Marjorie Dennequin) alterne ainsi les pronoms personnels au sein de ses différentes productions. L’écriture de l’Histoire, abordée par la production des Annonciades célestes, hésite aussi entre le « je » des autrices et le « nous » de la communauté. Écrire, pour les religieuses, nécessite alors des stratégies de légitimation : Marie-Cécile Charles montre que les histoires des religieuses du duché de Luxembourg cherchent pour cela à se rattacher à des productions historiographiques rédigées par des hommes. Ces pratiques polymorphes de l’écrit par les religieuses sont un sujet dont la richesse est corroborée par une production historiographique récente. Cette partie illustre particulièrement bien l’alternance permanente entre des écrits « utilitaires » (correspondance, livres de raison) dans la continuité directe desquels se situent les récits d’Histoire, et les écrits spirituels, qui ne sont pas non plus exempts d’objectifs très pratiques (souder une communauté). Si la spécificité de la Dorsale catholique dans cette production d’écrits n’est pas si visible, il faut malgré tout rappeler, avec Isabelle Poutrin, que les écrits de cet espace semblent moins contrôlés par la hiérarchie catholique qu’ailleurs. En effet, dans les espaces espagnols ou portugais, les écrits sont scrutés par l’Inquisition. On peut donc avancer l’hypothèse d’une plus grande latitude des religieuses de la Dorsale dans leurs productions écrites.

5La dernière partie s’ancre dans une optique d’histoire du genre, puisqu’elle interroge les interactions entre les religieuses et les hommes qui les entourent. Marie-Élisabeth Henneau rappelle en introduction, à très juste titre, que les sources sur les ordres féminins sont abondantes et ne se cantonnent pas aux sources hagiographiques ou aux archives comptables. Outre la confrontation des femmes (chanoinesses, moniales, béguines) avec la hiérarchie masculine qui les contrôle (évêques, confesseurs, ou chanoines du Val des Écoliers, pour citer l’étude de Catherine Guyon), des hommes entrent dans les monastères. Julie Piront analyse l’entrée des hommes de métier quand les bâtiments nécessitent réparations, pas de côté passionnant par rapport aux relations, souvent étudiées, des religieuses avec des clercs. Autorisés par l’évêque, les ouvriers entrent donc dans le cloître, parfois épaulés, apprend-on, par des religieuses aux capacités d’architecte ou de manouvrières étonnantes. La peur de l’entrée des hommes dans les couvents s’adosse alors à toute une série de représentations présentant les religieuses comme vulnérables. Les affaires impliquant des relations sexuelles entre religieuses et laïcs montrent bien la force de ces représentations genrées (voir l’article de Jean-Yves Ricordeau). Pour interroger ces enjeux genrés, Silvia Mostaccio s’intéresse, en puisant dans les sources de la Propaganda Fide, aux relations entre l’archiduchesse Isabelle et les Jésuitesses des Pays-Bas espagnols. En partant du silence d’Isabelle par rapport à ces semi-religieuses typiques de la Dorsale, l’historienne montre à quel point l’opposition homme/femme peut être nuancée par le pouvoir détenu par certaines femmes. Cette même nuance est apportée par Bertrand Marceau, étudiant des cas de sorcellerie chez des Cisterciennes. En effet, la réforme des religieuses à l’abbaye du Verger (diocèse de Cambrai) s’accompagne d’un épisode de sorcellerie à propos duquel l’historien montre la coproduction, masculine et féminine, de l’autorité dans l’ordre cistercien, qui ne peut se schématiser par une domination masculine et une sujétion féminine.

6Cet ouvrage de 43 articles montre l’incroyable richesse des sources pour faire l’histoire des femmes en religion. En posant la question de la spécificité d’un espace de frontière confessionnelle, les autrices et auteurs ne se sont pas rendu la tâche aisée : en effet, sans comparaison à grande échelle, ces particularités sont difficiles à prouver. Néanmoins, on ne peut que souligner la grande vitalité et la diversité de ces expériences féminines de vies religieuses le long de cette Dorsale, et notamment des Annonciades célestes, fil rouge de l’ouvrage. Les religieuses sont actrices de leurs itinéraires singuliers et collectifs : cet ouvrage le rappelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléna Guillemard, « Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront et Corinne Marchal (dir.), Entre ciel et terre. Œuvres et résistances de femmes de Gênes à Liège (Xe-XVIIIe siècle) »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9392 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8a

Haut de page

Auteur

Éléna Guillemard

Université Catholique de Louvain, elena.guillemard@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search