Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusMathieu Da Vinha et Nathalie Gran...

Comptes rendus

Mathieu Da Vinha et Nathalie Grande (dir.), Toute la cour était étonnée. Madame de Maintenon ou l’ambition politique au féminin

Rennes, PUR, 2022, 254 p. et en ligne, https://www.doi.org/10.4000/books.pur.162629
Pascale Mormiche
Référence(s) :

Mathieu Da Vinha et Nathalie Grande (dir.), Toute la cour était étonnée. Madame de Maintenon ou l’ambition politique au féminin, Rennes, PUR, 2022, 254 p. et en ligne, https://www.doi.org/10.4000/books.pur.162629

Texte intégral

  • 1 Chantal Grell (dir.), Anne d’Autriche. Infante d’Espagne et reine de France, Paris, Perrin, 2009.
  • 2 « La princesse Palatine (1652-1722), la plume et le Soleil », Exposition au Musée municipal des Ave (...)

1Réunissant les travaux d’un colloque qui a commémoré en mars 2019 le tricentenaire de la mort de Mme de Maintenon au Château de Versailles, cet ouvrage s’inscrit dans la lignée de la relecture des biographies féminines modernistes commencées par l’excellent Anne d’Autriche de 20091 jusqu’au colloque à Versailles qui a donné lieu à l’exposition sur Madame Palatine en 20202.

2Mme de Maintenon représente pour les Français une figure historique féminine à la cour de Versailles. Les 500 000 exemplaires des Colombes du Roi-Soleil d’Anne-Marie Desplat-Duc (2005-2015) vendus en littérature jeunesse ont formé une génération. Leurs mères avaient été formées par L’allée du roi de Françoise Chandernagor (1981). Puis l’intérêt s’est déplacé de la personne, Mme de Maintenon, vers son œuvre, d’abord pédagogique puis littéraire, notamment son œuvre de grande épistolière dont les lettres ont été publiées entre 2009 et 2013. Il convenait après ces publications retentissantes de restituer la réalité, celle du retrait silencieux qui caractérise avec plus d’exactitude Mme de Maintenon, retrait décidé et construit par une personne si en vue pendant une cinquantaine d’années. Il convenait également à l’occasion du tricentenaire de sa mort de donner de nouveaux reflets à ce portait.

3Commençons par une remise en cause de l’origine sociale : la référence à la « gardeuse de dindons » a souvent été prise au premier degré de façon à souligner la bassesse de l’origine de Mme de Maintenon. Christine Mongenot montre que c’est en fait une pratique pédagogique utile à la valorisation du savoir moral de la nouvelle institution éducative (p. 84). Au contraire, Mlle d’Aubigné puis Mme Scarron disposait d’un capital socioculturel important qu’elle a cultivé toute sa vie (Claudine Nédélec).

4L’ouvrage apporte une acception nouvelle au terme de « favori » au féminin, une « favorite » qui cesse désormais d’être assimilée à une maîtresse ou une concubine, pour devenir véritablement la domestique curiale privilégiée qui entretient des rapports avec une reine ou un roi. Or c’est cette nouvelle catégorie de personnel que le xixe siècle a transformé en fiction galante dont un courant persiste, ressassant l’intérêt du public pour l’érotisme au pouvoir. Pendant les vingt dernières années du règne de Louis XIV, les appartements de Mme de Maintenon deviennent ce cabinet où elle écoute le roi. Et c’est ce silence des délibérations secrètes qui finalement définit le statut singulier de la favorite.

5En parallèle de ce retrait, se rédigent des lettres. Rompant avec le paradigme d’une cour dominée par l’oralité et la conversation comme apanage du genre féminin, la circulation des correspondances dans l’ensemble des cours d’Europe pose la question du rôle de l’écriture dans la vie de cour et dans l’exercice du pouvoir, et donc de la capacité d’agir de Mme de Maintenon. Certains billets courts assurent la compagnie agréable de ses amies à Louis XIV, donnant à voir la relation amicale au service du souverain dans le lieu même du pouvoir (Marcel Loyau). D’autres lettres évoquent le service rendu à ses ami∙e·s mais témoignent aussi de son renoncement à agir. Ainsi sa position ambiguë repose sur le fait de ne pas trop demander de façon à ne pas fragiliser le roi aux yeux des courtisans. Marine Roussillon interroge la transmutation des lettres chez les mémorialistes : une lettre de Mme de Maintenon peut ainsi être inscrite dans le Journal de Dangeau et, dès lors, apparaît comme un discours fiable, intégrée comme une archive de cour qui sera traitée comme une source. L’écriture de l’Histoire en dépend. Loin d’opposer comme cela a été longtemps fait, la femme de pouvoir à l’oralité discrète dans son cabinet, et la femme de lettres dans une pratique privée voire exclusivement féminine, apparaît à la relecture croisée de ces lettres et de ces mémoires, l’assemblage au quotidien du pouvoir féminin. Ainsi, oralité et littéralité construisent une continuité des usages curiaux qui sont efficaces dans une durée différée.

6Autre texte à relire, les Souvenirs de Madame de Caylus comme source biographique (Jean Garapon). Le style si particulier, familier et rapide à la fois, moulé sur le déroulement spontané de la mémoire retrouvée sans effort. La nièce de Mme de Maintenon bâtit une reconnaissance mêlée d’admiration avec sa mémoire libérée de tout souci d’exhaustivité et sans consultation d’archives. Présentant de rapides portraits, insistant sur l’intimité et les sentiments, les ressentis, introduisant des dialogues plaisants, cette écriture crée ainsi une tradition mondaine féconde de récit.

7Le virage dévot inscrit dans la tradition historiographique est fondé sur de nombreux faux vraisemblables surexploités par les commentateurs du xixe siècle (Anne Piéjus). Nonobstant l’idée d’une correspondance abondante entre Racine et Mme de Maintenon soi-disant détruite à leur mort, une seule lettre de l’écrivain est conservée et celui-ci n’apparaît que deux fois, sous forme d’allusions, dans la correspondance de la favorite. De même, des Mémoires de ce qui s’est passé de plus remarquable depuis l’établissement de la maison de Saint-Cyr, consignés de manière anonyme après 1740 soit plus de cinquante ans après les faits relatés, sont sortis des correspondances de la marquise. C’est dire le décalage entre la création d’Esther en 1689 et le chapitre rédigé dans un contexte totalement différent.

8Mme de Maintenon ne parvient pas à s’empêcher d’être une pédagogue qui juge l’orthographe de ses correspondants. C’est ainsi qu’être à la cour ne se définit pas seulement par des attitudes et un parler nobles, mais aussi par une façon d’écrire particulière, une maîtrise formelle de la langue traduisant une autorité morale qui distingue les Demoiselles de Saint-Cyr du reste de la société (Anne Boiron). Quel avenir Mme de Maintenon envisageait-elle d’ailleurs pour ses demoiselles ? Essentiellement le mariage ou l’entrée en religion (Dominique Picco). Grâce à la faveur et à la protection, grâce à leur dot accordée par Louis XIV, elles font des bons mariages endogamiques. Quelques-unes gagnent leur autonomie en devenant un temps, secrétaire de leur protectrice, établissement enviable parce que célibataires, elles sont dotées d’une pension jusqu’à la fin de leur vie.

9Le domaine artistique est l’un des rares dans lequel Mme de Maintenon ne s’était pas encore illustrée et c’est la raison pour laquelle elle soutient Racine dont elle apprécie la qualité de sa langue alors qu’elle reste muette sur Jean-Baptiste Moreau, nouveau compositeur des intermèdes de tragédie écrits pour les Demoiselles. Le théâtre de Saint-Cyr apparaît donc comme le résultat de stratégies réciproques d’un Racine, attaqué par la critique, et de la favorite qui propose une action artistique susceptible de publier la réussite de son entreprise éducative. La théatrophilie de Mme de Maintenon n’est absolument pas limitée aux usages pédagogiques pour Saint-Cyr (Nathalie Grande). C’est encore un effet de la légende noire consolidée par le jeune Voltaire qui dénonce l’hypocrisie d’une Fausse dévote, accentuée par les pièces de théâtre jouées sous la monarchie de Juillet.

  • 3 Appelé « Jeu du chat et de la souris » dans l’article d’André Blanc in Madame de Maintenon, une fem (...)

10Sur le plan religieux, Mme de Maintenon aurait-elle été une protectrice discrète du jansénisme à la Cour ? Si elle a soutenu le cardinal de Noailles lors de sa nomination à l’archevêché de Paris en 1695, elle choisit ensuite la voie médiane, puis renonça pendant les vingt dernières années de sa vie à Noailles, famille dont elle reste pourtant proche (Philippe Luez)3. Pour entrer au plus près de sa pratique religieuse, ouvrons ses Petits livres secrets, cette écriture spirituelle et quotidienne qu’elle entretenait avec son directeur de conscience, Godet de Marais (Lars Cyril Nøgaard). Servent-ils à revisiter les paroles du directeur, à les accommoder à son expérience personnelle, à s’approprier une pratique émotionnelle destinée à Saint-Cyr ?

11Elle a dû trembler devant la beauté et la jeunesse irrésistibles de Mlle du Troncq. Puisque celle-ci a réellement existé (nièce du premier valet de chambre Bontemps, sur lequel Mathieu Da Vinha a écrit une belle biographie en 2011) a-t-elle été en mesure de mettre à l’épreuve Mme de Maintenon qui avait fait de son mariage avec Louis XIV une protection contre les amours ancillaires ?

12Mme de Maintenon s’incarne aussi comme seigneure en ses terres. En travaillant sur les sources dites « de la pratique », financières, notariales, de l’administration royale, Flavie Leroux montre comment une femme prend part à la construction de sa propre fortune et titres nobiliaires, comment Françoise d’Aubigné se présente à la cour, se nomme au gré de ces acquisitions terriennes. Les acquisitions sont rendues possibles par des pensions du roi, mais ces investissements se révèlent un gouffre financier malgré une excellente gestion.

13L’iconographie de Mme de Maintenon est aussi à réviser. Si Saint-Simon prend le parti de la confiner dans un portrait noir enveloppant, Marie-Claude Canova-Green insiste sur le linge blanc et la propreté, signes sociaux de référence et marque de distinction que Mme de Maintenon adapte à sa situation sociale. Les images satiriques de Mme de Maintenon ne sont finalement pas si nombreuses aux xviie et xviiie siècle, mais servirent amplement, au xixe siècle, la critique de la monarchie, des épouses transgressives, pour ne pas dire des femmes anticonformistes (Isaure Boitel). De ces caricatures sont issues la plupart des lieux communs sur Mme de Maintenon : « Ces caricatures trahissent le mal-être de société profondément patriarcale à l’égard d’un destin féminin singulier et interroge l’existence d’un pouvoir au féminin » (p. 190). Michelet n’utilise que le tableau de Louis Ferdinand Elle qu’il n’identifie ni ne date correctement (Lise Leibacher-Ouvrard). Selon lui, tout dans « ce portrait est douteux […] C’est le portrait de l’équivoque [au] moment de la douteuse aurore crépusculaire » [sic] de Mme de Maintenon. Quant au portrait de Mignard de la Françoise romaine, Michelet écrit : « Elle trônait alors, comme mère de l’Église, absolue ». Ainsi se fabrique une historiographie.

14Lise Leibacher-Ouvrard, qui fournit l’épilogue à ce livre très documenté, discute à juste titre la question du Portrait, Pour-trait ou ritratto (re-trait), en mettant en perspective l’épistémologie de la ressemblance et de l’analogie. On mesure alors à l’issue de cet ouvrage, combien le portrait de Mme de Maintenon s’est largement renouvelé grâce aux brillants apports dans tous les domaines de sa vie et de son action de cour.

Haut de page

Notes

1 Chantal Grell (dir.), Anne d’Autriche. Infante d’Espagne et reine de France, Paris, Perrin, 2009.

2 « La princesse Palatine (1652-1722), la plume et le Soleil », Exposition au Musée municipal des Avelines, sous la direction d’Aurélie Chatenet-Calyste en 2020 à Saint-Cloud.

3 Appelé « Jeu du chat et de la souris » dans l’article d’André Blanc in Madame de Maintenon, une femme de lettres, Rennes, PUR, 2012, p. 127-142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Mormiche, « Mathieu Da Vinha et Nathalie Grande (dir.), Toute la cour était étonnée. Madame de Maintenon ou l’ambition politique au féminin »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9412 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8b

Haut de page

Auteur

Pascale Mormiche

Cergy, Paris université, pascale.mormiche@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search