Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusAnne Le Berre, Michelle Poncet ou...

Comptes rendus

Anne Le Berre, Michelle Poncet ou la « Destouches-Lobreau » : directrice de l’opéra de Lyon au XVIIIe siècle

Lyon, Symétrie, 2023, 156 p.
Ludivine Panzani
Référence(s) :

Anne Le Berre, Michelle Poncet ou la « Destouches-Lobreau » : directrice de l’opéra de Lyon au XVIIIe siècle, Lyon, Symétrie, 2023, 156 p.

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Dicta Dimitriadis, La Montansier. Biographie, Paris, Mercure de France, 1995 ; Patri (...)
  • 2 Léon Vallas, Un siècle de musique et de théâtre à Lyon, 1688-1789, Lyon, France, P. Masson, 1932.
  • 3 Voir notamment Charlotte Foucher Zarmanian, Hélène Marquié & Frédérick Duhautpas (dir.), Médiatrice (...)

1Issu d’un travail de recherche universitaire, Michelle Poncet ou la « Destouches-Lobreau » : directrice de l’opéra de Lyon au XVIIIe siècle, livre une rare étude approfondie sur une entrepreneuse de spectacle en province sous l’Ancien Régime. En dehors de la célèbre Mme de Montansier1, peu d’entre elles ont jusqu’à présent retenu l’attention des chercheurs et des chercheuses malgré leur rôle non négligeable dans l’histoire des spectacles. Anne Le Berre se propose d’exhumer le parcours de Michelle Poncet, plus connue sous le nom de la « Destouches-Lobreau », actrice et directrice de l’opéra de Lyon pendant vingt-cinq ans. Au-delà du simple récit de vie, l’ouvrage offre un renouvellement historiographique sur la gestion de la plus grande scène lyonnaise au xviiie siècle, connue notamment à travers les travaux pionniers de Léon Vallas2, qui croise l’histoire du genre avec l’histoire culturelle et urbaine de la ville. Son intérêt réside également dans l’habile jeu d’échelle adopté par l’auteure imbriquant l’étude d’un parcours individuel à celui d’une institution tout en interrogeant les rapports Paris-province tant dans les circulations économiques, induites par le privilège, qu’esthétiques, notamment avec l’implantation de l’opéra-comique. Dans le sillage des travaux récemment menés sur les femmes artistes, médiatrices, entrepreneures dans les villes du xviiie siècle3, Anne Le Berre parvient à rendre accessible, aussi bien à un public initié à la recherche qu’à un lectorat plus large, une figure méconnue de la vie spectaculaire provinciale. Cette étude offre ainsi la relecture d’un large corpus de sources, composé essentiellement de correspondances, de documents comptables et de livrets d’opéra issus des fonds lyonnais.

2Le premier chapitre s’attache à montrer le contexte familial dans lequel Michelle Poncet fait ses débuts. Issue du milieu forain, elle commence sa carrière aux côtés de ses deux sœurs, Angélique et Marie, qui pratiquent elles aussi l’activité de directrice de spectacle. Les recherches d’Anne Le Berre permettent de lever le voile sur la confusion existante, tant dans les sources que dans certains travaux, sur l’usage du nom de scène « Destouches » partagé par ces trois sœurs. En dressant leurs portraits respectifs, l’auteure fait apparaître le réseau familial et artistique qui se structure autour de ce trio féminin et des villes de Bordeaux, Toulouse et Lyon où elles exercent. Cette partie de l’ouvrage met aussi en valeur l’importance des entrepreneuses de spectacle en province, en s’intéressant aux responsabilités et aux statuts juridiques qu’elles endossaient. Sans être une exception, le cas de Michelle Poncet permet d’aborder la « liberté d’action et la posture dirigeante » (p. 40) qu’une directrice pouvait assumer, mais aussi son indépendance juridique et économique par rapport à son mari, Jean Lobreau, avec lequel elle travaille en étroite collaboration. Ce dernier assurait en effet « la prospection artistique hors de la ville » (p. 41), en recrutant des artistes tandis que Michelle Poncet s’occupait de la gestion des affaires courantes à Lyon, révélant une véritable répartition du travail au sein du couple. L’analyse critique des sources permet également de souligner l’importante célébrité de celle qui fut surnommée « la fée Urgelle » par ses contemporains, tout en la sortant de cette image figée, « invoquée pour rappeler les jours brillants de la ville », qui « a empêché pendant des années de replacer sa carrière dans une perspective concrète » (p. 46).

  • 4 Voir notamment Florence Fix et Valentina Ponzetto (dir.), Femmes de spectacle au XIXe siècle, Bruxe (...)

3L’auteure s’intéresse ensuite au travail de direction mené par la Destouches-Lobreau entre les années 1752 et 1780. Une attention est portée au système de privilège des spectacles en province qui se développe dès la fin du xviie siècle, sous forme de cessions octroyées par l’opéra de Paris, et qui évolue durant le xviiie siècle avec une gestion juridique passant progressivement sous la coupe de l’instance municipale lyonnaise. Anne Le Berre revient de manière chronologique sur les stratégies mises en place par Michelle Poncet pour exercer ce privilège mais aussi sur la fonction politique qu’elle remplissait tant dans ses rapports avec les autorités urbaines qu’avec les ducs de Villeroy, principaux mécènes de la scène lyonnaise. On saisit alors l’importante agentivité de cette entrepreneuse qui « sait comprendre les changements et en tirer profit pour conserver la direction et surtout la confiance des personnalités politiques » (p. 63). Alors que les spectacles de Lyon sont au cœur d’un processus d’institutionnalisation, la Destouches-Lobreau participe activement à la refonte administrative de l’opéra en 1764. L’éclairage particulier sur cette réforme permet de comprendre le travail qu’elle effectue avec la municipalité et son rôle crucial dans la rationalisation économique de l’institution opératique. Ce chapitre donne ainsi accès à l’activité quotidienne de la directrice de spectacle, qui combine la gestion artistique et administrative. Si des ouvrages récents ont pu s’intéresser aux fonctions d’entrepreneuse de spectacle après la Révolution4, celui d’Anne Le Berre est un des premiers à proposer une analyse aussi complète sur l’exercice du métier par une femme au xviiie siècle. À travers l’étude des stratégies de recrutement et de rentabilité mises en œuvre par Michelle Poncet, l’auteure dresse le portrait d’une véritable femme d’affaires sur laquelle repose l’essentiel des tâches de direction.

4La dernière partie du livre est enfin consacrée aux choix artistiques de la Destouches-Lobreau et en particulier à son rôle dans l’instauration de l’opéra-comique au sein de la programmation des spectacles lyonnais. Ce genre permet à la fois de produire « des spectacles à moindre coût » (p. 97) tout en diversifiant l’offre scénique et de correspondre davantage au goût du public provincial. Ce chapitre remet en perspective les circulations esthétiques, les phénomènes d’adaptation de répertoire mais aussi les écarts entre Paris et la seconde ville du royaume au xviiie siècle. L’étude de livrets imprimés à Lyon permet de reconsidérer l’importance de la création à l’échelle locale qui témoigne des synergies culturelles à l’œuvre en dehors de la capitale. L’auteure livre également une analyse intéressante sur l’évolution de la troupe de l’opéra de Lyon et des choix financiers alloués aux différents genres qui témoignent d’un « changement de répertoire » (p. 127). Elle identifie ainsi la directrice lyonnaise comme « un agent de l’implantation durable de l’opéra-comique à Lyon » (p. 119) dans la continuité de Jean Monnet, qui introduit ce répertoire durant son éphémère direction entre 1745 et 1747. De fait, l’ouvrage apporte une vision décentrée du métier d’entrepreneuse de spectacle, où « Michelle Lobreau se tient au carrefour de plusieurs paramètres structurants pour les spectacles et l’opéra en province » (p. 143). Ce travail inédit sur Michelle Poncet, figure féminine au cœur d’un important réseau socio-culturel, invite ainsi à repenser la place des femmes dans le monde du spectacle et, plus largement, dans la société d’Ancien Régime.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Dicta Dimitriadis, La Montansier. Biographie, Paris, Mercure de France, 1995 ; Patricia Bouchenot-Déchin, La Montansier. De Versailles au Palais-Royal, une femme d’affaires, Paris, Perrin, 2007 ; Manuel Bonnet, La Montansier (1730-1820), la fameuse directrice, Versailles, Art + musées et monuments, 2009.

2 Léon Vallas, Un siècle de musique et de théâtre à Lyon, 1688-1789, Lyon, France, P. Masson, 1932.

3 Voir notamment Charlotte Foucher Zarmanian, Hélène Marquié & Frédérick Duhautpas (dir.), Médiatrices des arts. Pour une histoire des transmissions et réseaux féminins et féministes, Nanterre, Presses Universitaires de Paris Nanterre, 2022 ; Béatrice Craig, Les femmes et le monde des affaires depuis 1500, Québec, Presses de l’Université Laval, 2019 ; Séverine Sofio, Artistes femmes, la parenthèse enchantée, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, CNRS éditions, 2016 ; Deborah Simonton & Anne Montenach (dir.), Female agency in the urban economy: gender in European towns, 1640-1830, New York/Londres, Routledge, 2013.

4 Voir notamment Florence Fix et Valentina Ponzetto (dir.), Femmes de spectacle au XIXe siècle, Bruxelles, Peter Lang, 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludivine Panzani, « Anne Le Berre, Michelle Poncet ou la « Destouches-Lobreau » : directrice de l’opéra de Lyon au XVIIIe siècle »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9427 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8c

Haut de page

Auteur

Ludivine Panzani

Université de Lille – Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS UMR 8529), ludivine.pan@outlook.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search