Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusAline Johner, La sexualité comme ...

Comptes rendus

Aline Johner, La sexualité comme expression d’identités religieuses et politiques dans le canton de Vaud (fin de l’Ancien Régime-1848)

Neuchâtel, Alphil, 2022, 499 p.
Loraine Chappuis
Référence(s) :

Aline Johner, La sexualité comme expression d’identités religieuses et politiques dans le canton de Vaud (fin de l’Ancien Régime-1848), Neuchâtel, Alphil, 2022, 499 p.

Texte intégral

1Dans ce livre très stimulant issu de sa thèse de doctorat, Aline Johner s’intéresse à la sexualité hors et dans le mariage, non pas en termes de contrôle ou de permissivité, mais en l’analysant à travers le prisme de milieux et de cultures sexuelles. Elle défend la thèse selon laquelle les comportements sexuels, qu’ils soient liés à l’illégitimité, aux conceptions prénuptiales ou à l’adoption de la contraception, peuvent être l’expression d’identités religieuses et politiques. Associant analyses de réseaux et microhistoire, elle étudie la ville protestante de Payerne située dans le pays (puis canton) de Vaud entre la fin de l’Ancien Régime et 1848, pour faire une histoire culturelle de la sexualité en mobilisant les outils de l’histoire sociale.

2Après une première partie consacrée à dresser une impressionnante synthèse historiographique et à présenter la méthode employée, l’autrice déploie dans la deuxième partie son analyse qui met en évidence des comportements sexuels propres à certains groupes sociaux. Ses résultats relatifs à l’évolution des naissances illégitimes et des conceptions prénuptiales permettent de montrer, d’une part, que l’illégitimité augmente lentement jusqu’en 1850 avant de baisser et, d’autre part, que le phénomène concerne tant les hommes et femmes bourgeois·es de Payerne (i.e. qui possèdent le droit de bourgeoisie) que les individus de passage dans la commune (p. 117-133). En ce qui concerne les conceptions prénuptiales (p. 134-140), ses résultats pour Payerne montrent que ce genre de conceptions, élevées dans la région vaudoise au xviiie siècle, concernent 43,4 %, des premières naissances jusqu’au 243ème jour après le mariage (8 mois de gestation, p. 135). La chercheuse considère ces chiffres comme un phénomène relevant d’un certain ordinaire, plutôt que de l’exception, et ce depuis l’Ancien Régime.

3Elle s’intéresse ensuite à la diffusion de la contraception. Pour ce faire, elle procède par une méthode de reconstruction des familles et montre que, même si Payerne n’est pas encore engagée dans la transition démographique, des pratiques contraceptives sont déjà mises en place par certain·es habitant·es. En ne tenant compte que des couples dont elle a pu reconstituer le parcours de vie intégral, elle montre que 36 % des femmes sont âgées de moins de 36 ans lors de la naissance de leur dernier enfant (p. 153-156). Elle y intègre la mortalité infantile, ce qui lui permet d’évaluer la taille idéale de la famille probablement recherchée par ces couples autour de trois ou quatre enfants. Enfin, elle corrèle ces résultats avec ceux liés à la sexualité illicite, ce qui constitue l’une des grandes originalités de son travail. Cherchant un lien entre la taille de la famille et les pratiques de la sexualité hors mariage, elle observe que plus la famille est grande, plus le risque que la femme ait déjà été enceinte au moment de son mariage est élevé, alors que, au contraire, les mères de deux ou trois enfants ont nettement plus tendance à attendre le mariage pour concevoir. Elle formule ainsi l’hypothèse que

l’absence de grossesse prénuptiale, associée à la constitution d’une famille réduite serait caractéristique d’une innovation démographique de la part de couples qui cherchent à se distinguer par des comportements plus « mesurés » en matière de sexualité (p. 163).

4Elle explore ensuite les milieux dans lesquels se diffusent ces comportements en interrogeant non seulement le rôle de la parenté dans leur reproduction, mais aussi en reconstituant les réseaux parmi lesquels ils prévalent. La fréquence de l’illégitimité et des conceptions prénuptiales dans certains groupes, ainsi qu’une étude prosopographique lui permettent de souligner la tendance de certaines familles pratiquant les mêmes habitudes sexuelles à s’allier entre elles, réseaux dans lesquels les femmes occupent une place centrale.

5Enfin, la troisième partie dresse une analyse minutieuse de l’identité politique et religieuse de ces groupes de parenté, pour les corréler avec les comportements sexuels. Si les habitudes sexuelles se diffusent en priorité dans certaines familles et au sein de groupes de parenté spécifiques, elles se manifestent aussi différemment en fonction du statut social. Ainsi, les conceptions prénuptiales et illégitimes se retrouvent en plus grand nombre parmi les membres masculins comme féminins de groupes de « petits bourgeois propriétaires », alors que, au contraire, les membres des élites patriciennes, hommes comme femmes, ne conçoivent pratiquement jamais avant le mariage. Si certains de leurs membres sont impliqués dans des formes de sexualité illicite, ce sont les hommes exclusivement qui conçoivent des enfants illégitimes avec une femme qu’ils n’épousent pas.

6Le xixe siècle est marqué par l’essor du libéralisme puis du radicalisme, qu’accompagnent les mouvements du Réveil religieux. L’autrice questionne ainsi le phénomène des cultures sexuelles propres à certaines familles reliées entre elles à la lumière de la polarisation politique et de la politisation de la religion au xixe siècle. À cette fin, elle utilise les pétitions pour rattacher des individus signataires et leurs familles au courant radical ou libéral, ainsi que l’intégration de l’Église libre au sein de laquelle les femmes tiennent une place particulière. Elle parvient ainsi à identifier deux modèles concurrents. Le premier est celui adopté par certaines familles des anciennes élites patriciennes qui constituent des réseaux de libéraux et, parfois, de membres de l’Église libre, s’alliant par le mariage entre elles : ces réseaux se singularisent par la conception du premier enfant, dans 80 % des cas après l’union, et ensuite par le recours à la contraception pour contrôler la taille de la famille. Ce premier modèle se distingue du deuxième, pratiqué par leurs nouveaux opposants politiques descendants pour la plupart des petits bourgeois propriétaires de l’Ancien Régime (petits propriétaires et artisans), qui saisissent les nouvelles opportunités d’accès au pouvoir local à la suite de la Révolution. Ceux-ci forment par des tendances endogamiques des réseaux de radicaux, au sein desquels les conceptions prénuptiales sont très fréquentes et les pratiques contraceptives plutôt rares.

7Dans son étude très riche, Aline Johner contribue ainsi à nuancer deux modèles historiographiques dominants : la sécularisation comme cause de l’augmentation des naissances illégitimes et la mainmise de la bourgeoisie sur la sexualité de l’ensemble de la société. Elle propose au contraire une explication fondée sur l’émergence d’une forme d’autocontrôle libéral au moment d’une resacralisation et d’une polarisation politique du xixe siècle. Elle montre enfin à quel point les nouveaux réseaux proviennent des anciennes divisions d’Ancien Régime dans un contexte de compétition pour les instances où le comportement sexuel apparaît comme un véritable instrument de pouvoir et la matrice de valeurs communes à des groupes de parenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loraine Chappuis, « Aline Johner, La sexualité comme expression d’identités religieuses et politiques dans le canton de Vaud (fin de l’Ancien Régime-1848) »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 11 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9433 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8d

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search