Navigation – Plan du site

AccueilNumeros33Comptes rendusAïcha Limbada, La nuit de noces. ...

Comptes rendus

Aïcha Limbada, La nuit de noces. Une histoire de l’intimité conjugale

Paris, La Découverte, 2023, 352 p.
Mai Lan Lopez
Référence(s) :

Aïcha Limbada, La nuit de noces. Une histoire de l’intimité conjugale, Paris, La Découverte, 2023, 352 p.

Texte intégral

  • 1 Sylvie Chaperon, « L’histoire contemporaine des sexualités en France », Vingtième Siècle. Revue d’h (...)

1L’histoire des sexualités a longtemps trouvé sa place au sein d’une histoire médicale et judiciaire de la déviance ou d’une histoire du « para-sexuel », au détriment de l’histoire des pratiques sexuelles en elles-mêmes1. En s’intéressant à un moment crucial de l’intimité conjugale, La nuit de noces d’Aïcha Limbada constitue une contribution importante à l’histoire de la sexualité ordinaire au xixe siècle. Dans cet ouvrage issu de sa thèse, Aïcha Limbada s’attache à retracer l’histoire sociale et culturelle de la nuit de noces dans un contexte d’autonomisation du couple, de médicalisation des rapports conjugaux et de production active d’une ignorance féminine sur la sexualité. Différentes sources sont mobilisées au cours de l’ouvrage : des récits littéraires, des documents iconographiques et de presse permettent de restituer les imaginaires nuptiaux au cours du xixe siècle, tandis que les manuels médicaux, les récits anthropologiques et les guides conjugaux mettent en évidence l’émergence de la nuit de noces comme problème de santé et de morale publique. Mais le cœur du corpus est constitué de procès en séparation religieuse portés devant les tribunaux catholiques entre 1801 et 1922. Ces « causes matrimoniales », quand elles ont pour objet le défaut de consentement à l’union ou sa non-consommation – deux causes légitimes de séparation en droit canonique – renferment des témoignages précieux sur les premières heures du mariage et les pratiques nuptiales des jeunes époux. Bien que fortement contraints par le cadre institutionnel dans lequel ils prennent place, ces témoignages sont également l’occasion d’entendre une rare parole féminine sur la sexualité au xixe siècle. Néanmoins, c’est surtout la nuit de noces bourgeoise qui est décrite ici, bien qu’une sous-partie soit dédiée au mariage populaire ou traditionnel, notamment en milieu rural. Autre limite bien cernée par Aïcha Limbada : la réalité de la nuit de noces n’est souvent évoquée que lorsqu’elle pose problème, sous la forme de « récits de malheur » (p. 16). Dans la majorité des affaires instruites par l’officialité, la première nuit est présentée comme signe avant-coureur, voire comme moment originel de la désunion du couple. L’ouvrage « observe donc les pratiques nuptiales à travers le prisme des difficultés qu’elles ont suscitées » (p. 16).

2Le premier chapitre s’intéresse aux représentations parfois contradictoires de ce moment à la fois intime et public. Aïcha Limbada y ébauche une histoire culturelle de la nuit de noces, à travers la littérature, le théâtre ou encore la caricature de presse. Elle met notamment en exergue l’opposition dans ces sources entre l’image normative d’une première nuit idéale, et la place faite dans les productions culturelles aux difficultés et aux embûches souvent rencontrées par les jeunes mariés. À travers ces représentations antinomiques, elle montre que, loin de ne constituer qu’une nuit parmi d’autres, la nuit de noces est érigée dans les consciences collectives en événement singulier et vécu de façon profondément différente par les hommes et par les femmes. Les deux chapitres suivants sont dédiés au processus de construction d’une ignorance féminine sur la nuit de noces et aux formes qu’a pu prendre la lutte contre cette ignorance. « Fait social majeur » (p. 90), l’ignorance sexuelle des jeunes filles bourgeoises constitue une norme inflexible, et la nuit de noces, le moment où cette norme est mise à l’épreuve. Mais face à ce modèle de l’ingénuité et au constat de son inefficacité voire de sa dangerosité pour l’épanouissement du couple, certains acteurs plaident pour une meilleure connaissance de la sexualité nuptiale. Les guides conjugaux et médicaux qui se multiplient au cours du siècle visent ainsi à instruire sur les « affections physiques et morales » (p. 107) qui peuvent toucher les jeunes mariés durant ce moment décisif. Néanmoins, ils sont presque exclusivement destinés aux hommes, chargés d’initier leur conjointe, et reconduisent donc plus qu’ils ne nivellent les disparités sexuées face au savoir nuptial. Le quatrième chapitre met en évidence le processus imparfait de privatisation de la première nuit : face à un modèle traditionnel reposant sur une multitude d’acteurs et de rites collectifs, la nuit de noces bourgeoise se renferme progressivement sur une alcôve nuptiale réservée au seul couple. À cette norme de pudeur vient s’ajouter la norme du devoir conjugal, qui fait l’objet du chapitre suivant. La consommation du mariage doit être privée, mais également immédiate et complète, et laisse peu de place au consentement des épouses. La description de ce modèle conduit Aïcha Limbada à parler de « culture du viol nuptial » (p. 195), faisant écho à l’expression de « viol légal » qui a cours au xixe siècle : « la nuit de noces est ainsi caractérisée par un imaginaire de la violence, voire du viol, que le mari fait subir à sa femme, au moins symboliquement » (p. 172). Enfin, les deux derniers chapitres s’attachent à retracer les éléments concrets qui composent le moment particulier de la première nuit. Alors que le sixième chapitre s’intéresse aux interactions qui précèdent la consommation, notamment au travers des émotions des époux et de la découverte progressive des corps, le septième et dernier chapitre traite véritablement du « corps à corps » qui a lieu dans la chambre nuptiale. Encore une fois, l’emploi de sources juridiques a pour conséquence de souligner tous les problèmes qui peuvent émerger durant ce moment crucial : impuissance et autres incapacités physiques, violences, pratiques sexuelles incompatibles avec l’idéal nuptial. Ce chapitre final est également l’occasion de réitérer l’importance de l’ignorance des épouses sur la sexualité, le coït constituant le moment où cette ignorance se manifeste le plus distinctement et où elle est utilisée pour justifier la négation du désir féminin, grand impensé de cette première nuit.

  • 2 Isabelle Clair, « Pourquoi penser la sexualité pour penser le genre en sociologie ? Retour sur quar (...)

3Ainsi, tout en contribuant à écrire l’histoire trop peu connue de la sexualité conjugale ordinaire, Aïcha Limbada touche également aux multiples aspects qui entourent au xixe siècle les choses du sexe : l’éducation (ou ici la non-éducation) sexuelle, le marché économique de la sexualité, l’ordinaire de la violence qui traverse de part en part tout l’ouvrage. La nuit de noces devient donc ici le point d’entrée de l’institution matrimoniale dans son ensemble et de ses multiples transformations, de l’abolition du divorce en 1816 à la première révolution sexuelle de la fin du siècle. Parallèlement à ce point de vue macrohistorique, La nuit de noces livre également des éléments précieux sur le moment et le lieu de la première nuit, envisagée comme « une pratique sociale à la fois exceptionnelle et ordinaire » (p. 7) qui met en scène une multitude d’acteurs au-delà du couple, ainsi que des représentations, des pratiques corporelles et des émotions parfois contradictoires. À travers cette vision presque ethnographique, Aïcha Limbada parvient à retracer au plus près cet événement vécu par des millions d’individus, mais dont l’histoire restait encore à écrire. Enfin, l’ouvrage est une contribution importante, non seulement à l’histoire des sexualités, mais également à l’histoire du genre. En mettant en lumière la dissymétrie entre époux et épouse face à cet événement – dissymétrie face à la loi, à l’éducation sexuelle, aux injonctions morales et médicales – la nuit de noces révèle autant qu’elle perpétue le modèle d’inégalité et de complémentarité des sexes qui a cours au xixe siècle. En tant qu’institution où se jouent et se déjouent les normes et les valeurs de cet « ordre hétérosexuel androcentré » (p. 10), elle constitue donc un terrain d’enquête propice pour quiconque est convaincu de l’intérêt heuristique de « penser la sexualité pour penser le genre2 ».

Haut de page

Notes

1 Sylvie Chaperon, « L’histoire contemporaine des sexualités en France », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 75, 2002, p. 47-59.

2 Isabelle Clair, « Pourquoi penser la sexualité pour penser le genre en sociologie ? Retour sur quarante ans de réticences », Cahiers du Genre, 54, 2013, p. 93-120.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mai Lan Lopez, « Aïcha Limbada, La nuit de noces. Une histoire de l’intimité conjugale »Genre & Histoire [En ligne], 33 | 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/9445 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11y8e

Haut de page

Auteur

Mai Lan Lopez

EHESS, Centre d’études des mouvements sociaux, mailan.lopez@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search